Archives par mot-clé : album

Programme : Colloque « Traces et approches des usages dans la culture populaire et médiatique (1880-2020) » (Montréal, 29-30/05/2024)

Traces et approches des usages dans la culture populaire et médiatique (1880-2020)

29 et 30 mai 2024

Organisé par Chantal Savoie et Matthieu Letourneux à l’Université du Québec à Montréal.

Événement disponible sur Zoom (uniquement pour les séances à la Salle des Boiseries [J-2805])

Programme

Continuer la lecture de Programme : Colloque « Traces et approches des usages dans la culture populaire et médiatique (1880-2020) » (Montréal, 29-30/05/2024)

Appel à contributions : Les albums pour la jeunesse coréens depuis les années 1970/Korean Picture Books since the 1970s

Les albums pour la jeunesse coréens depuis les années 1970

Date d’échéance : 30 juin 2024

Numéro  de la revue en ligne dirigé par Dr Sungyup Lee (Ewha Womens University, Seoul).

Texte de l’appel :

 English version below

En 1988 est publiée une œuvre qui restera gravée dans l’histoire de l’album coréen : 백두산 이야기 ([Baekdusan Iyag], L’histoire du mont Baekdu), considérée comme le premier album coréen vendu à l’unité (Lee, 2022). De la fin du XIXe siècle au milieu du XXe, on peut pourtant observer la publication de livres et de recueils considérés comme précurseurs de l’album, dont témoigne우리들 노래 ([Urideul norae], Nos chansons, 1947), recueil de poèmes (Cho, 2006 ; Jeong, Park, 2013). Mais jusque dans les années 1960 et 1970, il n’existe pratiquement que des collections, dont le format est uniformisé et qui se vendent seulement en bloc, avec paiement fractionné. La plupart des collections empruntent leurs textes à des contes traditionnels ; d’autres sont des traductions non autorisées d’albums étrangers. À la fin des années 1970, prenant conscience du grand écart entre les livres coréens et étrangers, la maison d’édition Dongwha publie 그림나라 100 ([Grimnara100], Pays d’images 100), une collection qui se distingue par le fait que chaque livre est une création, et non une reproduction d’un conte traditionnel (Cho, 2019 ; Ro, 2018). Une décennie plus tard, L’histoire du mont Baekdu marque la naissance des albums à l’unité dans lesquels s’expriment l’originalité et la créativité de chaque artiste. Continuer la lecture de Appel à contributions : Les albums pour la jeunesse coréens depuis les années 1970/Korean Picture Books since the 1970s

Séminaire : Drôles de petites bêtes 2 – Séance 2 (Séminaire du Greces-Cellam, Rennes 2)

Séminaire : Drôles de petites bêtes 2 (séance 2)

Jeudi 28 mars – 16h-18h

Université de Rennes 2 – salle L. 142.

Organisé par le Greces-Cellam (Rennes 2)

Le séminaire du Greces-Cellam poursuit ses investigations autour des petites bêtes dans la littérature jeunesse.

Jeudi 28 mars, Catherine Sablonnières dressera un état des lieux de la présence des insectes dans les littératures sud-américaines et espagnoles. Helène Valotteau dressera des ponts entre les petites bêtes d’Antoon Krings et ses inspirateurs. Et Laurence Le Guen se penchera sur la figure de l’entomologiste dans les ouvrages de Thierry Dedieu. 

Pour assister en distanciel : catherine.sablonnière@univ-rennes2.fr

 

 

Appel à communications : L’imprévu, l’inattendu dans la littérature et les fictions de jeunesse

Colloque international : l’imprévu, l’inattendu dans la littérature et les fictions de jeunesse

18 et 19 novembre 2024

Université de Lille

Échéance des propositions : 20 juin 2024

Organisé par : Bochra Charnay, Thierry Charnay (ULR 1061 ALITHILA, Université de Lille)

D’une part, il est possible d’envisager l’exploitation créative de l’imprévu dans les récits, comment le fortuit agit sur les parcours des héros, des personnages, comment il produit une crise qui conduit à un renouvellement de la narration, à un retournement de situation, d’autre part, on peut envisager la réécriture, la reconfiguration d’œuvres comme d’un côté une création décalée et d’un autre côté comme l’attente de la surprise par le lecteur qui déclenche l’étonnement. Déséquilibre, dissymétrie esthétique, qui, selon Charles Baudelaire, spécifient l’œuvre d’art : « l’irrégularité, c’est-à-dire l’inattendu, la surprise, l’étonnement sont une partie essentielle et la caractéristique de la beauté »[1]. Continuer la lecture de Appel à communications : L’imprévu, l’inattendu dans la littérature et les fictions de jeunesse

Appel à communications : Les réécritures contemporaines des mythes en littérature de jeunesse : des réceptions plurielles ? (Arras)

Les réécritures contemporaines des mythes en littérature de jeunesse : des réceptions plurielles ?

Séminaire le 7 juin 2024

Arras, université d’Artois

Date d’échéance : 29 mars 2024

Texte de l’appel :

Dans la lignée des travaux de « Textes et Cultures » sur les transformations du patrimoine et du numéro 44 des Cahiers Robinson, Bible et littérature de jeunesse, ce séminaire, qui aura lieu le 7 juin, s’intéresse aux enjeux des réécritures de mythes dans la littérature de jeunesse contemporaine. Il vise à confronter, sous l’angle très circonscrit du destinataire enfantin, les trois sources majeures de la culture européenne, comme le rappelle Olivier Millet, que sont les mythes d’origine biblique, gréco-romaine et celtique. Cela permettra d’interroger la manière dont tout un pan du patrimoine immatériel est transmis, actualisé, détourné, voire instrumentalisé pour le jeune lectorat. Continuer la lecture de Appel à communications : Les réécritures contemporaines des mythes en littérature de jeunesse : des réceptions plurielles ? (Arras)

Appel à communications : L’iconotexte pour la jeunesse : la matérialité au service du passage

L’iconotexte pour la jeunesse : la matérialité au service du passage

23-24 septembre 2024

Université Grenoble Alpes, Campus de Saint-Martin d’Hères – Gières

Echéance des propositions : 5 janvier 2024

Organisé par : Laure Thibonnier (Univ. Grenoble Alpes, ILCEA4, 38000 Grenoble, France), Sylvie Martin-Mercier (Univ. Grenoble Alpes, ILCEA4, 38000 Grenoble, France), Natacha Rimasson-Fertin (Univ. Grenoble Alpes, ILCEA4, 38000 Grenoble, France), Andreï Kostine (chercheur indépendant)

Michael Nerlich théorise l’iconotexte comme « une unité indissoluble de texte(s) et image(s) dans laquelle ni le texte ni l’image n’ont de fonction illustrative et qui – normalement, mais non nécessairement – a la forme d’un ″livre″. » (Michael Nerlich, 1990, p. 268). Dans le même ouvrage, Alain Montandon souligne que l’iconotexte « préserv[e] la distance entre le verbal et le plastique pour, dans une confrontation coruscante, faire jaillir des tensions, une dynamique qui opposent et juxtaposent deux systèmes de signes sans les confondre. » (Alain Montandon, 1990, p. 6). Par ailleurs, dans un appel à contributions pour un numéro de la revue Fabula-LhT à paraître en 2024, Cécile Boulaire et Dominique Perrin relèvent le « potentiel iconotextuel » de l’album pour enfants et affirment que « la production du sens et des affects [y] résulte simultanément de la lecture du texte, de l’image et des effets liés au support » (Cécile Boulaire, Dominique Perrin, 2022), nous autorisant ainsi à entendre l’iconotexte pour la jeunesse au sens large de tout support destiné à un lectorat jeune et faisant émerger le sens à partir de trois instances, textuelle, iconique et plastique.

L’évocation par Nathalie Prince de la « matérialité de la chose livresque » s’applique avec une évidence singulière à l’iconotexte, qui s’inscrit dans un support physique que la chercheuse désigne comme « chose livre » ou encore « objet matériel considéré indépendamment du texte ou de l’image » (Nathalie Prince, 2021). L’iconotexte, le livre illustré, l’album ou même le livre de coloriage, existent grâce à des techniques de fabrication situées dans le temps et l’espace, et dont on sait, depuis les travaux fondamentaux de Roger Chartier, Guglielmo Cavallo et Alberto Manguel, à quel point elles déterminent les pratiques lectoriales (Guglielmo Cavallo et Roger Chartier, 1997 ; Alberto Manguel, 1996). L’évolution de ces œuvres mêlant texte(s) et image(s) sur des supports divers et selon des modalités variables modifie leur aspect et leur fonctionnement : l’invention de l’impression mécanique des images a été déterminante pour l’apparition de la BD et de l’album, comme le relève Isabelle Nières-Chevrel (Nières-Chevrel, 2011). À la matérialité de l’image, avec ses techniques et couleurs, répond la matérialité du texte, qui se concrétise à travers police, taille, lettrines, disposition sur la page : avec le support, ces matérialités font émerger un sens irréductible à une seule de ces trois instances. Continuer la lecture de Appel à communications : L’iconotexte pour la jeunesse : la matérialité au service du passage

Colloque : Lecture(s) éthique(s) en littérature de jeunesse : représentations animales et écologie

Colloque : Lecture(s) éthique(s) en littérature de jeunesse : représentations animales et écologie

Jeudi 16 et vendredi 17 novembre 2023

Amphithéâtre Inspe Strasbourg, Campus Meinau, 141 avenue de Colmar, 67100 Strasbourg

Co-organisé par Philippe Clermont, laboratoire “Configurations littéraires” (EA 1337), Université de Strasbourg, Charlotte Duranton, “Textes et Cultures” (UR 4028), Université d’Artois, Anaïs Perrin, université de Strasbourg

Programme

Jeudi 16 novembre

Ouverture : 9h30-10h30 

ÉLEVAGE ET CAPTIVITÉ – MODÉRATION : ANNE BESSON :  10h30-12h

Florence Gaiotti (Université d’Artois) :  « La visite au zoo dans les albums pour enfants »

Isabelle Olivier (Université d’Artois): « L’ élevage intensif vu par les poules en littérature de jeunesse »

Aurore Labadie (Université Sorbonne Nouvelle – Paris III) : « Jefferson de Jean-Claude Mourlevat, une perspective animale sur les abattoirs »

Continuer la lecture de Colloque : Lecture(s) éthique(s) en littérature de jeunesse : représentations animales et écologie

Journée d’études sur les albums coréens

Journée d’études sur les albums coréens

Mardi 12 décembre 2023

Auditorium de la Bibliothèque Municipale de Tours (2 bis avenue André Malraux

Co-organisée par la Bibliothèque Municipale de Tours et l’équipe InTru, avec le concours d’IBBY Corée

Le mardi 12 décembre 2023, l’équipe InTRu de l’Université de Tours organise une journée d’études consacrée aux albums coréens. Cette journée prend place dans un ensemble de manifestations organisées autour de l‘exposition On a lu des albums coréens co-organisée par la Bibliothèque Municipale de Tours et l’équipe InTru, avec le concours d’IBBY Corée. Cette journée d’études permettra de croiser l’histoire de l’album en Corée, des entretiens avec des illustrateurs coréens contemporains, et des échanges avec deux éditrices d’albums françaises qui ont de nombreux albums coréens à leur catalogue. L’entrée est libre et gratuite, dans la limite des places disponibles. Elle se tiendra à l’auditorium de la Bibliothèque Municipale de Tours (2 bis avenue André Malraux). Continuer la lecture de Journée d’études sur les albums coréens

Appel à contributions : Autour du père Castor (Strenae, n° 24)

“Autour du père Castor”

Strenae, n° 24

Échéance des propositions : 25 septembre 2023

Date prévue de parution : 2024

Dirigé par Cécile Pichon-Bonin (CNRS-LIR3S) et Dorena Caroli (Université de Bologne)

Appel à contributions :

Label connu et apprécié du grand public, le Père Castor joue un rôle majeur dans l’histoire de l’édition de l’album en France depuis près de 100 ans. Cette collection, emblématique du renouveau de l’album dans les années 1930 et comprenant de nombreux classiques toujours réédités, a commencé à susciter l’intérêt des spécialistes de l’édition pour enfants et des historiens de la littérature et de la culture enfantines dans les années 1990. 25 ans après le début de ces recherches, nous souhaitons mettre en avant les tendances, approches et sujets qui traversent les réflexions pluridisciplinaires et internationales consacrées à cet objet du patrimoine littéraire et visuel enfantin.

Ce numéro repose sur un partenariat établi entre l’Association Française de Recherche sur les Livres et les Objets Culturels de l’Enfance (Afreloce) et les Archives du Père Castor. Ce numéro sera dirigé par Cécile Pichon-Bonin (CNRS-LIR3S) et Dorena Caroli (Université de Bologne).

En 1931, les premiers Albums du Père Castor paraissent aux éditions Flammarion dans un format maniable, avec une typographie très lisible, permettant différents niveaux de lecture. Parmi les premiers titres, nous trouvons des livres d’activités comme Je fais mes masques, Je découpe, Masques de la jungle de Nathalie Parain (1897-1958) ou Je fais mes jouets avec des plantes de Ruda (Jarušek Rudolf Václav, (1902-1983)). Différentes collections apparaissent rapidement. Leur identité se fonde sur l’âge des lecteurs visés, des thématiques comme la découverte de la nature ou des peuples du monde, des formats de livres ou des types d’approches. Ainsi, le « Roman des bêtes » est lancé en 1934, puis « Le Montreur d’images » en 1947 (la collection s’arrête en 1958), « Enfants de la Terre » en 1948, tandis que le premier Imagier est publié en 1952. Les années 1980 voient se développer quatre collections associées chacune à une tranche d’âge sous le label Castor poche. Depuis 1989, le Père Castor propose également des supports audio pour accompagner ses ouvrages. Et ses histoires ont fait l’objet d’adaptations en dessins animés en 1993. Cette histoire éditoriale s’accompagne d’expériences pédagogiques formalisées au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Le Centre de recherche biblio-pédagogique de l’atelier du Père Castor ouvre en 1946 puis une école expérimentale l’année suivante.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Autour du père Castor (Strenae, n° 24)

Appel à contributions : BD et environnement : les temps enfiévrés (1960-2010)

Journée d’études : BD et environnement : les temps enfiévrés (1960-2010)

2 décembre 2022, Université de Pau et des Pays de l’Adour (laboratoires ALTER, ITEM, TREE)

Échéance des propositions : 15 juillet 2022

Organisée dans le cadre du Réseau Régional de Recherche sur la Bande Dessinée de Nouvelle Aquitaine « 3RBD ».

Depuis plus de trente ans, la question climatique, débattue sur la scène internationale, a conduit à l’émergence d’un vaste champ de recherche en transition studies (encore appelées en France transitions écologiques) se consacrant à l’étude des dynamiques de restructuration des systèmes liées aux politiques de transition durable de type « post-crise ». Ainsi, les recherches scientifiques couplant les effets de la transition physique de la planète consécutifs au changement climatique avec ses conséquences sociales se multiplient-elles, interrogeant notamment tous les grands champs des sciences humaines et sociales. Si l’étude des changements globaux sur le temps long est très sollicitée par les sciences dites exactes, la capacité à prévoir le futur et donc à anticiper les changements sociaux devient cruciale pour les décideurs politiques. La constitution en 2019, sous les auspices du ministère des Armées d’un groupe de « réflexion » du nom de Red Team Défense participe alors de ces efforts de prospective : réunissant une dizaine d’auteurs et de scénaristes de science-fiction travaillant avec des scientifiques et des experts militaires, il a pour objectif de faire émerger des scénarios s’attachant à anticiper des risques environnementaux, technologiques, économiques et sociétaux susceptibles, à l’horizon 2030-2060, d’engendrer différents types de conflictualités potentielles. Et parmi les « experts » de la société civile réunis, le monde de la bande dessinée est représenté par le scénariste Xavier Dorison (Le Troisième Testament, Long John Silver, Le Château des animaux, Undertaker, entre autres) et le dessinateur François Schuiten (Les Terres creuses, Les Cités obscures). En effet, la BD constitue un vaste réservoir d’univers, de conceptions du monde et de la société, de visions du présent et de l’avenir, souvent construits sur la base d’éléments existants ou en émergence.

Les préoccupations « naturalistes » incorporent progressivement le champ de la BD dans les années 1960, sous le biais de deux facteurs : d’une part, la sensibilisation aux questions de préservation (et gestion) de la Nature s’ouvre à un plus large public, par le biais notamment de la médiatisation des catastrophes majeures d’origine anthropique provoquant alors de fortes répercussions sur les milieux dits naturels et la société1 ; d’autre part, l’apparition puis le renforcement d’une nouvelle offre éditoriale en direction d’un public adulte2 favorisent de nouveaux thèmes traités par la BD, dont le grand domaine de l’environnement. Comme le soulignait en 1982 Louis Gérard (alors directeur d’édition chez Casterman), les hebdomadaires illustrés « jeunesse » qui s’étaient multipliés en France après 1945 avaient « légué » des lecteurs adultes, engendrant « une première explosion de la BD vers 1969-1970 » 3 , suivie d’une décennie faste pour ce champ de l’édition.

Continuer la lecture de Appel à contributions : BD et environnement : les temps enfiévrés (1960-2010)