Archives par mot-clé : album

Appel à contributions : BD et environnement : les temps enfiévrés (1960-2010)

Journée d’études : BD et environnement : les temps enfiévrés (1960-2010)

2 décembre 2022, Université de Pau et des Pays de l’Adour (laboratoires ALTER, ITEM, TREE)

Échéance des propositions : 15 juillet 2022

Organisée dans le cadre du Réseau Régional de Recherche sur la Bande Dessinée de Nouvelle Aquitaine « 3RBD ».

Depuis plus de trente ans, la question climatique, débattue sur la scène internationale, a conduit à l’émergence d’un vaste champ de recherche en transition studies (encore appelées en France transitions écologiques) se consacrant à l’étude des dynamiques de restructuration des systèmes liées aux politiques de transition durable de type « post-crise ». Ainsi, les recherches scientifiques couplant les effets de la transition physique de la planète consécutifs au changement climatique avec ses conséquences sociales se multiplient-elles, interrogeant notamment tous les grands champs des sciences humaines et sociales. Si l’étude des changements globaux sur le temps long est très sollicitée par les sciences dites exactes, la capacité à prévoir le futur et donc à anticiper les changements sociaux devient cruciale pour les décideurs politiques. La constitution en 2019, sous les auspices du ministère des Armées d’un groupe de « réflexion » du nom de Red Team Défense participe alors de ces efforts de prospective : réunissant une dizaine d’auteurs et de scénaristes de science-fiction travaillant avec des scientifiques et des experts militaires, il a pour objectif de faire émerger des scénarios s’attachant à anticiper des risques environnementaux, technologiques, économiques et sociétaux susceptibles, à l’horizon 2030-2060, d’engendrer différents types de conflictualités potentielles. Et parmi les « experts » de la société civile réunis, le monde de la bande dessinée est représenté par le scénariste Xavier Dorison (Le Troisième Testament, Long John Silver, Le Château des animaux, Undertaker, entre autres) et le dessinateur François Schuiten (Les Terres creuses, Les Cités obscures). En effet, la BD constitue un vaste réservoir d’univers, de conceptions du monde et de la société, de visions du présent et de l’avenir, souvent construits sur la base d’éléments existants ou en émergence.

Les préoccupations « naturalistes » incorporent progressivement le champ de la BD dans les années 1960, sous le biais de deux facteurs : d’une part, la sensibilisation aux questions de préservation (et gestion) de la Nature s’ouvre à un plus large public, par le biais notamment de la médiatisation des catastrophes majeures d’origine anthropique provoquant alors de fortes répercussions sur les milieux dits naturels et la société1 ; d’autre part, l’apparition puis le renforcement d’une nouvelle offre éditoriale en direction d’un public adulte2 favorisent de nouveaux thèmes traités par la BD, dont le grand domaine de l’environnement. Comme le soulignait en 1982 Louis Gérard (alors directeur d’édition chez Casterman), les hebdomadaires illustrés « jeunesse » qui s’étaient multipliés en France après 1945 avaient « légué » des lecteurs adultes, engendrant « une première explosion de la BD vers 1969-1970 » 3 , suivie d’une décennie faste pour ce champ de l’édition.

Continuer la lecture de Appel à contributions : BD et environnement : les temps enfiévrés (1960-2010)

Appel à contributions : La Littérature avant la lettre. L’album pour enfants devant la théorie littéraire (Fabula LhT)

Appel à contributions : “La Littérature avant la lettre. L’album pour enfants devant la théorie littéraire“,  revue Fabula-LhT (littérature, histoire, théorie.

Sous la direction de Cécile Boulaire et Dominique Perrin

Discret pour différentes raisons dans l’histoire littéraire, l’album constitue depuis un siècle le point de départ de multiples trajectoires de lecteurs et lectrices. Il se situe « aux commencements » de l’expérience littéraire et en consacre la possibilité, avant l’accès à la lecture autonome. Des écrivains d’horizons variés attestent son caractère initiatique : À l’ombre des jeunes filles en fleurs donne un puissant relief au souvenir d’une page de la série Mademoiselle Lili de P.-J. Stahl, alias Pierre-Jules Hetzel. Paul Auster place au cœur de sa réflexion autobiographique les contes en images de Beatrix Potter, associés à la médiation maternelle. Annie Le Brun déclare n’être « jamais vraiment revenue » de la découverte de La Belle au bois dormant sous forme d’album pop up à l’âge de six ou sept ans ; l’écrivain argentin César Aira évoque une expérience inaugurale touchant au « corps du livre »1. La littérature « en albums » est aujourd’hui entrée dans les représentations collectives, où elle conserve cependant le statut d’un continent à part. Ce dossier de Fabula-LhT souhaite contribuer à l’intégrer au champ des études littéraires, sous l’angle de l’histoire comme sous celui de la poétique.

Continuer la lecture de Appel à contributions : La Littérature avant la lettre. L’album pour enfants devant la théorie littéraire (Fabula LhT)

  1. Marcel PROUST, À la recherche du temps perdu, t. I, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1987-1989, p. 582-583 — voir Isabelle NIÈRES-CHEVREL, « Proust et la petite serre de Mlle Lili », dans Bulletin d’informations proustiennes, n° 41, automne 2011, p. 139-142 ; Paul AUSTER, Report from the interior, New York, Henry Holt & Company, 2013, p. 19 ; Annie LE BRUN, Un espace inobjectif, Paris, Gallimard, 2019 ; César AIRA, Le Tilleul, trad. Christilla Vasserot, Paris, Christian Bourgois, 2021. []

Séminaire LPCM, séance 3 : Fictions de jeunesse et représentations sociales (album, BD) – Mercredi 16 mars, 17h-19h

 Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…). 

Les séances auront lieu en co-modal.

Organisatrices : Fanny Barnabé (Epitech), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre)

Séance 3 – Mercredi 16 mars 2022, 17h-19h : Fictions de jeunesse et représentations sociales (album, BD)

Lieu : Pôle Métiers du Livre de l’université Paris Nanterre, 11 avenue Pozzo Di Borgo, 92210 Saint-Cloud – Salle de réunion (2e étage).

Continuer la lecture de Séminaire LPCM, séance 3 : Fictions de jeunesse et représentations sociales (album, BD) – Mercredi 16 mars, 17h-19h

Appel à contributions : Dynamiques des espaces & leurs significations dans les fictions pour la jeunesse (Université de Lille)

Colloque International : Dynamiques des espaces & leurs significations dans les fictions pour la jeunesse

14 et 15 novembre 2022, Maison de la recherche, Université de Lille

Organisé par Bochra Charnay & Thierry Charnay

Selon Gérard Genette : « Aujourd’hui la littérature, la pensée, ne se dit plus qu’en termes de distance, d’horizon, d’univers, de paysage, de lieu, de site, de chemins et de demeure : figures naïves, mais caractéristiques, figures par excellence, où le langage s’espace, en lui, devenu langage, se parle et s’écrive »[1] ; c’est dire l’importance de l’espace dans tous les genres de la fiction. Le continuum spatial, l’étendue en quelque sorte, est découpé en portions d’espace, les topoï, ou lieux, identifiables par les actions qui s’y déroulent ; ce qui s’y passe définit le topos mais également ce qu’on en fait quand il est considéré comme objet transmissible ou à atteindre. 

Les livres de jeunesse et les albums pour enfants, où la spatialité dynamique est signifiante, sont innombrables et le chercheur n’a que l’embarras du choix. De même, l’espace, son organisation, sa répartition, son occupation par les sujets, joue un rôle fondamental dans la signification des objets sémiotiques planaires : bande dessinée, illustrations, notamment. Alice descend dans un monde chtonien en poursuivant un lapin blanc dans son terrier qui n’est autre que le pays des merveilles où la logique, les règles du monde de surface sont subverties, le rêve et la réalité confondus. « Piter Pan »[2] sort par la fenêtre et s’envole en chemise de nuit par-dessus les maisons vers les jardins de Kensington, puis vers l’île de la Serpentine, découvrant au contraire d’Alice un monde aérien. Chacun, Alice et Piter, en quittant leur espace familier, découvrent d’autres espaces imaginaires angoissants et souvent dysphoriques, pour ne prendre que les exemples les plus célèbres. Dans un conte tunisien, le sultan donne à ses fils la quête suivante sous forme d’énigme afin de décider qui lui succèdera : « Qui veut arriver là où est arrivé son père ? »[3], avec la sanction : « S’il arrive là où je suis arrivé, il gouvernera à ma place, sinon je l’enfermerai lui et son cheval dans une écurie et je lui donnerai du foin ! »[4] Ce qui les contraint à partir pour un ailleurs qu’ils ne connaissent pas, dont ils n’ont pas idée.  Ceux qui prennent l’énoncé en son sens dénotatif (chercher un lieu) perdent, seul celui qui comprend son sens connotatif triomphe. Comme l’écrit Roland Barthes : « Topologiquement, la connotation assure une dissémination (limitée) des sens, répandue comme une poussière d’or sur la surface apparente du texte (le sens est d’or). »[5] Ici, la réussite donne donc le pouvoir et la liberté, l’échec conduit à l’humiliation et au confinement.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Dynamiques des espaces & leurs significations dans les fictions pour la jeunesse (Université de Lille)

Appel à contributions : Critiquer l’album sériel. Vers un décloisonnement des corpus légitimes et populaires dans les études sur l’album (Strenae)

Critiquer l’album sériel. Vers un décloisonnement des corpus légitimes et populaires dans les études sur l’album“, Strenae, n°23, 2023

Échéance des propositions : 17 mars 2022

L’album sériel occupe une place centrale dans le champ de la littérature adressée à l’enfance, sous quelque jour qu’on l’appréhende : celui de l’histoire et de l’actualité, du rayonnement culturel et de l’histoire des formes, des luttes d’influence et des controverses éducatives. Il est au cœur des pratiques de lecture propres à l’enfance – des premiers livres partagés à la première autonomie des jeunes lecteurs. Il exemplifie les conditions générales de la création en littérature de jeunesse : discrétion relative et pluralité de la fonction auteur, importance de l’éditeur et des médiations adultes, mais aussi de l’équation des coûts de production et prix d’achat1 ; il exemplifie aussi les enjeux spécifiques de la tradition – au sens complexe de médiation, transmission et recréation des contenus culturels – aux premiers stades de l’échange littéraire. Aussi divers dans ses réalisations historiques que repérable dans ses grandes caractéristiques éditoriales, il emblématise, à sa manière, les singularités les plus irréductibles de la littérature d’enfance.

Il n’est dès lors pas surprenant que cet objet conserve un statut incertain dans le procès de légitimation – au double sens de mouvement historique et de litige idéologique et culturel – du champ dont il relève. Il est plus étonnant que sa constitution en tant qu’objet d’étude apparaisse toujours en suspens, alors que la littérature de jeunesse a conquis dans son ensemble le statut d’objet de savoir et de questionnement. Les historiens et sociologues du livre, de la lecture et de la culture, les chercheurs en sciences de la communication et plus exceptionnellement les représentants d’autres disciplines contribuent à construire un regard scientifique sur l’album sériel pour enfants. Dans le cadre des études littéraires cependant, ce pan à la fois étendu et significatif de la culture enfantine fait essentiellement l’objet de mentions contextualisantes, à la périphérie de panoramas et de monographies centrés sur des critères de reconnaissance complexes, en tout état de cause peu compatibles avec les ancrages les plus populaires – aux sens médiologique et sociologique du terme – de la sérialité.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Critiquer l’album sériel. Vers un décloisonnement des corpus légitimes et populaires dans les études sur l’album (Strenae)

  1. Voir les synthèses proposées sur ces différents aspects dans Jean-François Massol, François Quet (dir.), L’auteur pour la jeunesse, de l’édition à l’école, PU de Grenoble, 2011. []

Appel à contributions : Critiquer l’album sériel. Vers un décloisonnement des corpus légitimes et populaires dans les études sur l’album (Strenae n°22)

“Critiquer l’album sériel. Vers un décloisonnement des corpus légitimes et populaires dans les études sur l’album”

Strenae, n°22

Date de remise des propositions à strenae@revues.org accompagnées d’une courte biographie et bibliographie. (2000 à 3000 signes espaces et bibliographie comprises) : 17 mars 2022

Date de remise des articles complets (30 000 signes espaces et notes compris : 5 octobre 2022

Date de remise des versions corrigées des textes à la rédaction de Strenæ : 16 décembre 2022

Date de mise en ligne du numéro : 15 février 2023

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution d’un appel à contributions pour le n°22 de notre revue Strenæ. Dirigé par Dominique Perrin (Université Lyon 1/Inspé), avec l’appui d’Hélène Weis, le numéro s’intitulera Critiquer l’album sériel. Vers un décloisonnement des corpus légitimes et populaires dans les études sur l’album.

L’album sériel occupe une place centrale dans le champ de la littérature adressée à l’enfance, sous quelque jour qu’on l’appréhende : celui de l’histoire et de l’actualité, du rayonnement culturel et de l’histoire des formes, des luttes d’influence et des controverses éducatives. Il est au cœur des pratiques de lecture propres à l’enfance – des premiers livres partagés à la première autonomie des jeunes lecteurs. Il exemplifie les conditions générales de la création en littérature de jeunesse : discrétion relative et pluralité de la fonction auteur, importance de l’éditeur et des médiations adultes, mais aussi de l’équation des coûts de production et prix d’achat ; il exemplifie aussi les enjeux spécifiques de la tradition – au sens complexe de médiation, transmission et recréation des contenus culturels – aux premiers stades de l’échange littéraire. Aussi divers dans ses réalisations historiques que repérable dans ses grandes caractéristiques éditoriales, il emblématise, à sa manière, les singularités les plus irréductibles de la littérature d’enfance.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Critiquer l’album sériel. Vers un décloisonnement des corpus légitimes et populaires dans les études sur l’album (Strenae n°22)

Appel à contributions : “Parcours au coeur de la Photolittérature pour la jeunesse” (Revue Internationale de Photolittérature)

“Parcours au coeur de la Photolittérature pour la jeunesse”

Revue Internationale de Photolittérature 

Échéance des propositions : 15 octobre 2021

Une actualité récente montre un intérêt actuel et international pour la littérature pour la jeunesse qui accueille des photographies. En effet, une exposition d’ouvrages photolittéraires italiens et internationaux pour la jeunesse, intitulée « Look Book » a été présentée aux spectateurs à La Fondazione Pastificio Cerere de Rome à l’automne dernier. L’exposition « Clic Clac la photographie dans le livre jeunesse » se tient depuis février 2021 à la médiathèque Jose Cabanis de Toulouse et accueille table ronde et conférence sur l’histoire de ces productions. Le CNLJ de la BNF a accueilli la conférence « 150 ans de livres photo-illustrés » le 16 avril dernier. Enfin, un colloque « Photography in Children Literature », réunissant les spécialistes internationaux de la littérature de jeunesse désireux de s’intéresser à ces ouvrages, s’est tenue à Stockholm en mai dernier.

La photolittérature pour enfant est devenue un indicateur privilégié des idées que les adultes se font de la photographie, de son rôle éducatif et illustratif. Le champ de la photolittérature pour enfants est également un terrain d’exploration et de jeu qui accueille de nouveaux dispositifs photo-textuels défiant nos habitudes de lire (telles les œuvres de Katy Couprie) et devenant suffisamment bons pour être lus par les enfants (comme l’insinue Michel Tournier lors de la réécriture et adaptation de ses livres adultes au jeune public). On peut même faire le constat que la photographie a fait plus que laisser son empreinte sur le livre pour enfants. Elle a construit avec lui un nouveau genre d’ouvrages.

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Parcours au coeur de la Photolittérature pour la jeunesse” (Revue Internationale de Photolittérature)

Parution : Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse

Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse

Textes réunis et présentés par Christiane Connan-Pintado, Sylvie Lalagüe-Dulac et Gersende Plissonneau,

Presses Universitaires de Bordeaux, coll. “Modernités n° 45”, 2020.

Depuis la promulgation de la loi Taubira en 2001, qui institue l’esclavage comme crime contre l’humanité et prescrit son enseignement dans les classes, les fictions historiques pour la jeunesse abordant cette période se sont multipliées. Plusieurs d’entre elles ont pris place sur les listes de référence du Ministère de l’éducation nationale et peuvent servir de support à l’enseignement de cette page d’histoire à travers trois disciplines : l’histoire, la littérature et l’éducation civique. À partir d’un corpus d’ouvrages publiés en France, dont certains en traduction, il s’agit d’interroger le genre de la fiction historique, ses atouts et ses limites dans un domaine régi par une tension permanente entre le docere et le placere. Il convient en effet de soupeser le couple disparate formé par la fabulation et l’archive car il pourra, selon le cas, incliner l’ouvrage vers la vocation documentaire ou vers une fictionnalisation débridée.

Afin d’envisager les différentes propositions de l’édition pour la jeunesse autour de la question vive de l’esclavage, l’ouvrage trace un parcours en trois étapes. La première opère un retour sur les origines de cette production et se penche, d’une part, sur la réception française des authentiques récits d’esclaves et du premier roman abolitionniste, La Case de l’Oncle Tom, d’autre part, sur le détournement d’une œuvre littéraire, quand un écrivain en vient à l’adapter pour la jeunesse. L’étape suivante s’attache au statut des personnages d’esclaves mis en exergue dans les ouvrages du corpus, des personnages privés d’histoire, dont l’identité et les origines ont été niées et auxquels la littérature tente de redonner vie. Enfin, sont explorées, en dernière partie, les voies génériques empruntées par les auteurs pour la jeunesse : d’abord le roman, genre dominant, qui tient la balance entre fiction et histoire de manière contrastée ; puis les genres graphiques, bande dessinée et album, qui diffusent une représentation iconotextuelle de l’esclavage.

Nourri par l’histoire et agrémenté par la fiction, ce parcours d’œuvres adressées à la jeunesse pour aborder la question de l’esclavage, se propose d’approfondir des enjeux et une poétique propres à retenir aussi bien l’attention des littéraires que celle des historiens.

Ouvrage publié avec le soutien des équipes TELEM (EA 4195, Université Bordeaux-Montaigne), E3D (Université de Bordeaux) et de l’INSPE de l’académie de Bordeaux.  Continuer la lecture de Parution : Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse

Pamela ELLAYAH (Université du Maine-Le Mans)

FORMATION
Master LIJE (Littérature pour la jeunesse), Université du Maine-Le Mans
Travaux de mémoire sous la direction de Nathalie Prince : le rythme dans l’œuvre de Maurice Sendak (M1) ; les collections patrimoniales anglophones dans les maisons d’édition contemporaines pour la jeunesse (M2)
Master LLCE Anglais, Université Paris IV-Sorbonne
Travaux de mémoire : les éléments fantastiques dans Le Portrait de Dorian Gray (M1) ; le surnaturel dans la peinture nocturne victorienne (M2)

DOMAINES DE RECHERCHE
Les albums anglophones pour enfants
Les collections patrimoniales d’albums pour enfants
La notion de rythme dans l’album
Les maillages intertextuels (littérature, period movies et histoire de l’art) Continuer la lecture de Pamela ELLAYAH (Université du Maine-Le Mans)

Journée : le 68 des enfants

Journée : Le 68 des enfants : albums en révolution, quel héritage ?

Jeudi 17 mai, Médiathèque Françoise Sagan, 75010 Paris

Voir le programme

Illustration de Nicole Claveloux pour Alala : les télémorphoses de Guy Monreal (1970)

A l’occasion des 50 ans de mai 1968, cette journée d’étude prolonge le colloque « 68 and Boundaries of the Chilhood » (Tours, octobre 2017) et accompagne l’exposition « Le 68 des enfants : l’album jeunesse fait sa révolution » à la médiathèque Françoise Sagan. Universitaires, créateurs et professionnels du livre reviendront sur les années 1965-1975. Ils montreront la façon dont la culture enfantine, et tout particulièrement l’album pour enfants, ont connu un changement radical et durable grâce à l’apport d’éditeurs et d’illustrateurs d’avant-garde. Ils s’interrogeront sur l’héritage de cette période dans les albums d’aujourd’hui.

Journée d’étude organisée par le Fonds patrimonial Heure joyeuse / médiathèque Françoise Sagan et le Centre national de la littérature pour la jeunesse/ BnF, avec la collaboration de Sophie Heywood, coordinatrice du projet de recherche international ‘The children’s’68’.