Archives par mot-clé : album

Journée : le 68 des enfants

Journée : Le 68 des enfants : albums en révolution, quel héritage ?

Jeudi 17 mai, Médiathèque Françoise Sagan, 75010 Paris

Voir le programme

Illustration de Nicole Claveloux pour Alala : les télémorphoses de Guy Monreal (1970)

A l’occasion des 50 ans de mai 1968, cette journée d’étude prolonge le colloque « 68 and Boundaries of the Chilhood » (Tours, octobre 2017) et accompagne l’exposition « Le 68 des enfants : l’album jeunesse fait sa révolution » à la médiathèque Françoise Sagan. Universitaires, créateurs et professionnels du livre reviendront sur les années 1965-1975. Ils montreront la façon dont la culture enfantine, et tout particulièrement l’album pour enfants, ont connu un changement radical et durable grâce à l’apport d’éditeurs et d’illustrateurs d’avant-garde. Ils s’interrogeront sur l’héritage de cette période dans les albums d’aujourd’hui.

Journée d’étude organisée par le Fonds patrimonial Heure joyeuse / médiathèque Françoise Sagan et le Centre national de la littérature pour la jeunesse/ BnF, avec la collaboration de Sophie Heywood, coordinatrice du projet de recherche international ‘The children’s’68’.

Parution : “Max et les Maximonstres a 50 ans”

“Max et les maximonstres a 50 ans”. Réception et influence des oeuvres de Maurice Sendak en France et en Europe (2015)

 

Actes du colloque organisé les 12 et 13 décembre 2013 par la BnF / Centre national de la littérature pour la jeunesse et l’Université d’Artois, avec le concours de l’Association française de recherche sur les livres et objets culturels de l’enfance (AFRELOCE) et le soutien de l’Ecole normale supérieure (Paris).
Janvier 2015. Mise en page 1

Where the Wild Things Are / Max et les Maximonstres, paru aux États-Unis en 1963, fait désormais partie de la culture commune. Ce colloque international a invité des chercheurs et des intervenants de différents domaines et disciplines à apporter leur éclairage sur l’histoire de la réception de l’œuvre de Maurice Sendak en Europe, jusqu’à aujourd’hui.

Voir le sommaire :

http://lajoieparleslivres.bnf.fr/masc/Integration/JOIE/statique/pages/13_documents/sommaire_coll_sendak.pdf

Colloque: La Séquence du regardeur Histoires, formes et fonctions de l’illustration au prisme de la séquentialité

La Séquence du regardeur
Histoires, formes et fonctions de l’illustration au prisme de la séquentialité

Colloque international – 7 et 8 mars 2013
Haute école des arts du Rhin

La variété insoupçonnable du livre à images, des combinaisons techniques, logiques, spatiales, chronologiques ou conceptuelles qu’il propose ouvrent autant de pistes sur l’illustration qu’elles retranchent d’idées reçues pour peu qu’on accepte d’y apposer un regard curieux. Une des approches possibles consiste à envisager l’illustration au prisme de sa séquentialité. Ainsi, au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle un intérêt inédit pour l’idée de simultanéité doublé parfois d’une sorte de défiance pour celle de succession apparait. Le philosophe hollandais François Hemsterhuis affirme, par exemple dans ses Dialogues, que l’« âme juge le plus beau ce dont elle peut se faire une idée dans le minimum de temps possible ». En 1766, dans son fameux essai sur le Laocoon, Lessing avait d’ailleurs argumenté en faveur de la théorie du « premier coup d’oeil », cet effet immédiat qu’une oeuvre susciterait sur le spectateur. Paradoxalement, c’est aussi à partir de cette date que se développe une attention croissante pour l’action progressive et successive.
Or il nous semble que ces tensions entre simultanéité et succession reflètent les tentatives qui s’ébauchent alors de dépasser le vieux clivage entre, d’un côté, les arts qui déploient leurs représentations dans l’espace, et, de l’autre, ceux qui en déroulent les différentes actions dans le temps. Une opposition traditionnelle, dont on a peu à peu compris, au cours des périodes suivantes, avec la possibilité technique de capter les images successives du mouvement, grâce à la photographie instantanée et à la chronophotographie, qu’elle peut en partie se résoudre dans certaines formes d’expression séquentielles dessinées.
Dans ce dispositif la séquence proposée au regardeur (que ce soit une suite d’images, d’actions, d’épisodes, de volumes…) semble primordiale pour dépasser les cadres restreints dans lesquels l’illustration est souvent reléguée faute d’outils d’analyse pertinents. Car la suite, en constituant des séries séquencées d’épisodes distincts génère à la fois des enchaînements d’images engendrant une narration et des pratiques de lecture spécifiques qui se recomposent dans la continuité. C’est à partir de cette approche séquentielle que nous envisageons l’illustration, à l’aide de spécialistes d’horizons différents, dans le cadre de ces nouvelles rencontres interdisciplinaires.
Le colloque La Séquence du regardeur marque la deuxième édition de nos rendez-vous strasbourgeois et fait suite au colloque De Traits et d’esprit qui s’est tenu en 2011 et dont les actes paraissent à la veille de ce nouveau rendez-vous.
Nous nous proposons d’explorer à nouveau l’illustration dans ses histoires, ses formes, ses usages et dans une acception étendue à la bande dessinée (mais pas uniquement). Plutôt centré sur l’illustration dessinée ou gravée et en lien ontologique avec l’atelier d’illustration de la Haute école des arts du Rhin (HEAR), le colloque s’insère dans un projet de recherche de plusieurs années sélectionné par le Conseil scientifique de la Direction générale de la création artistique du Ministère de la Culture et de la communication et piloté par le laboratoire De Traits et d’esprit. La manifestation propose d’alterner les communications scientifiques des chercheurs invités avec des rencontres plus informelles entre une personnalité du monde des arts et un illustrateur tout en ponctuant les travaux de propositions plastiques et d’une performance dessinée.

La variété insoupçonnable du livre à images, des combinaisons techniques,logiques, spatiales, chronologiques ou conceptuelles qu’il propose ouvrent autant de pistes sur l’illustration qu’elles retranchent d’idées reçues pour peu qu’on accepte d’y apposer un regard curieux. Une des approches possibles consiste à envisager l’illustration au prisme de sa séquentialité. Ainsi, au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle un intérêt inédit pour l’idée de simultanéité doublé parfois d’une sorte de défiance pour celle de succession apparait. Le philosophe hollandais François Hemsterhuis affirme, par exemple dans ses Dialogues, que l’« âme juge le plus beau ce dont elle peut se faire une idée dans le minimum de temps possible ». En 1766, dans son fameux essai sur le Laocoon, Lessing avait d’ailleurs argumenté en faveur de la théorie du « premier coup d’oeil », cet effet immédiat qu’une oeuvre susciterait sur le spectateur.Paradoxalement, c’est aussi à partir de cette date que se développe une attention croissante pour l’action progressive et successive.Or il nous semble que ces tensions entre simultanéité et succession reflètent les tentatives qui s’ébauchent alors de dépasser le vieux clivage entre, d’un côté, les arts qui déploient leurs représentations dans l’espace, et, de l’autre,ceux qui en déroulent les différentes actions dans le temps. Une opposition traditionnelle, dont on a peu à peu compris, au cours des périodes suivantes,avec la possibilité technique de capter les images successives du mouvement,grâce à la photographie instantanée et à la chronophotographie, qu’elle peut en partie se résoudre dans certaines formes d’expression séquentielles dessinées.Dans ce dispositif la séquence proposée au regardeur (que ce soit une suite d’images, d’actions, d’épisodes, de volumes…) semble primordiale pour dépasser les cadres restreints dans lesquels l’illustration est souvent reléguée faute d’outils d’analyse pertinents. Car la suite, en constituant des séries séquencées d’épisodes distincts génère à la fois des enchaînements d’images engendrant une narration et des pratiques de lecture spécifiques qui se recomposent dans la continuité. C’est à partir de cette approche séquentielle que nous envisageons l’illustration, à l’aide de spécialistes d’horizons différents, dans le cadre de ces nouvelles rencontres interdisciplinaires.Le colloque La Séquence du regardeur marque la deuxième édition de nos rendez-vous strasbourgeois et fait suite au colloque De Traits et d’esprit qui s’est tenu en 2011 et dont les actes paraissent à la veille de ce nouveau rendez-vous. Nous nous proposons d’explorer à nouveau l’illustration dans ses histoires,ses formes, ses usages et dans une acception étendue à la bande dessinée (mais pas uniquement). Plutôt centré sur l’illustration dessinée ou gravée et en lien ontologique avec l’atelier d’illustration de la Haute école des arts du Rhin (HEAR),le colloque s’insère dans un projet de recherche de plusieurs années sélectionné par le Conseil scientifique de la Direction générale de la création artistique du Ministère de la Culture et de la communication et piloté par le laboratoire De Traits et d’esprit. La manifestation propose d’alterner les communications scientifiques des chercheurs invités avec des rencontres plus informelles entre une personnalité du monde des arts et un illustrateur tout en ponctuant les travaux de propositions plastiques et d’une performance dessinée.

Jeudi 7 mars.

Prélude

Accueil et présentation des actes du colloque De Traits et d’esprit, Éditions de la HEAR, 2013.

DANIEL PAYOT (Université de Strasbourg, Haute école des arts du Rhin),

ouverture du colloque.

Pause

1. Us et coutumes de la séquence en illustration

Présidence, AGATHE BISCHOFF-MORALES (Médiathèque André Malraux, Strasbourg)

ÉLISE CANAPLE (Médiathèque André Malraux, Strasbourg, Centre de l’illustration),

Discours sur la séquence et « manuels » en illustration, quelques réflexions d’une ramasseuse de balles.

MARTIAL GUÉDRON (Université de Strasbourg, EA 3400 Arche), Progrès des hommes, progrès des arts : successions, enchaînements, séquences, des Lumières au positivisme.

Interlude

Conversation entre GAÉTAN DORÉMUS (Haute école des arts du Rhin) & FLORIAN SIFFER (Cabinet des estampes, Strasbourg)

Pause

2. Séquentialités gyrovagues ou la translation stationnaire

Présidence, ISABELLE LABOULAIS (Université de Strasbourg, EA 3400 Arche)

GUILLAUME DÉGÉ (Haute école des arts du Rhin), Séquence et cheminement, du scénario utilisé à la manière d’une partition de musique.

FRANÇOIS PETRY (Conservateur honoraire du patrimoine), Un voyage aux eaux depuis Paris jusqu’à Aix-les-Bains en juillet-août 1840. Examen d’un carnet à dessins « conceptuel avant la lettre ».

LAURENT GERBIER (Université François-Rabelais, Tours, EA 6301 InTRu), « Des images immobiles séparées par du blanc » : La séquentialité problématique des carnets de voyage de dessinateurs.

Pause

Intermède(s)

Séquences immersion au coeur du réacteur. Présentation des publications estudiantines.

Conversation entre THÉRÈSE WILLER (Musée Tomi Ungerer, Centre international de l’illustration) & ANTOINE BERNHART (plasticien).

NICOLAS SIMONIN (Rhinoceros, R-diffusion) présentation d’AtopoZ, regard sur la lettre dessinée, Éditions Rhinoceros, 2013.

Vendredi 8 mars

3. Littératures illustrées, jeunesse, scansions séquencées

Présidence, MAUD PFAFF (Université de Strasbourg, faculté de lettres)

Accueil

BRIGITTE FRIANT-KESSLER (Université de Valenciennes), L’oeil sur la lande : dynamiques séquentielles, traces et polychronies de l’illustration. Le cas de Macbeth.

CÉCILE BOULAIRE (Université François-Rabelais, Tours, EA 6301 InTRu), Chronologie et récit en images dans l’album pour enfants, XXe – XIXe siècles.

VÉRONIQUE BOONE (Université libre de Bruxelles ; Ensap, Lille), La séquence dans l’oeuvre visuelle de Le Corbusier (téléconférence).

Pause

4. Page, gaufrier, feuillet, fascicule… les formes séquentielles en littérature dessinée

Présidence, JOSEPH BÉHÉ (Haute école des arts du Rhin)

FRÉDÉRIC VERRY (Université de Strasbourg), Bandes dessinées sans personnages : le parcours en vue subjective.

FABRICE PREYAT (Université libre de Bruxelles, FNRS), Penser la séquentialité : théorisations et pratiques du roman graphique de Frans Masereel.

LAURENT BERGER (Université de Montpellier III, Paul Valery), Trahir le père Ubu : distorsions spatio-temporelles et dramaturgiques dans les adaptations d’Ubu Roi en bandes-dessinées.

Pause

Présidence, DAVID-GEORGES PICARD (Drac Alsace)

OLIVIER DELOIGNON (Haute école des arts du Rhin et Université de Strasbourg, EA 3400 Arche), Viper, premier magazine de bande dessinée bio ? La séquentialité du périodique illustré.

Exterlude(s)

Séquences immersion au coeur du réacteur. Présentation des publications estudiantines.

FINZO et alii (Haute école des arts du Rhin), Malentendu, performance dessinée.

Final

Clôture du colloque par DAVID CASCARO (Haute école des arts du Rhin).

Parution: L'album, Le Parti pris des images

L’album: le parti-pris des images

Sous la direction de Viviane Alary et Nelly Chabrol-Gagne
PUPB, Collection Littératures (hors série), janvier 2012, 22 x 33 cm, 280 p., 138 illustrations

ISBN 978-2-84516-420-8. 49 €

Livre objet, livre à regarder, à conserver dans une bibliothèque, album de famille, livre à emporter dans les voyages, pour les dames ou les amateurs de collections et de recueils, l’album s’adresse le plus souvent aux enfants dès la seconde moitié du XIXe siècle. Au début du XXe siècle, il subit une mutation d’envergure en devenant un support pédagogique et littéraire, et plus largement un livre artistique, un véritable lieu de création qui s’ouvre à tous les publics. Les images gagnent en autonomie et en capacité à raconter, à porter du sens. D’où la nécessité de sonder les nouvelles intentions et attentions esthétiques dont il fait l’objet.

Table des matières:

Introduction – Viviane ALARY et Nelly CHABROL GAGNE

1. L’album au banc d’essai, invention et usages

L’album, le mot, la chose (Isabelle NIÈRES-CHEVREL)

Les deux narrateurs à l’œuvre dans l’album : tentatives théoriques (Cécile BOULAIRE)

Traditions : l’album testament inédit d’Achille Devéria, ou les théories d’un romantique sur le rôle des images (Olivia VOISIN)

Les premiers albums de bande dessinée au XIXe siècle : quelle identité éditoriale, quel usage culturel et social ?… (Camille FILLIOT)

Dans (toutes) les marges. L’Album zutique (Denis SAINT-AMAND)

L’iconotexte patriotique subversif dans les albums de guerre de Bécassine (1915-1919) (Laurence OLIVIER-MESSONNIER)

2. L’album, en Europe et dans le monde

Tour du monde (Michel DEFOURNY)

Le renouveau de l’album espagnol dans les années 1970 (Mathilde JAMIN)

« Nordqvist a fait un ponti ! » : l’émergence d’une nouvelle esthétique des albums suédois (Catherine RENAUD)

Intericonicité et logique narrative dans Alligators All Around de Maurice Sendak. Un piège pour la traduction (Marie-Pierre LITAUDON)

3. L’image au service du texte

L’album de jeunesse au service des grands auteurs (Christine PÉRÈS)

La folie de Don Quichotte dans les albums pour enfants. Représentations et réécritures (Catherine d’HUMIÈRES)

La graphie à l’encre noire de Luis Scafati, de la maison d’édition Libros del Zorro Rojo (Adela CORTIJO TALAVERA)

Antonio Saura revisite Pinocchio (Émilie FERNANDEZ)


4. L’album teste ses limites

L’album pour la jeunesse : un livre d’artiste ? Et les « bouquins » de Béatrice Poncelet ? (Christiane CONNAN-PINTADO)

La théâtralité à la page : mise en espace, mise en images et mise en scène du récit dans l’album jeunesse illustré contemporain en Espagne (Euriell GOBBÉ-MÉVELLEC)

Quand le texte s’invite dans le paratexte : le débordement des cadres (Florence GAIOTTI)

Intertextualité et intericonicité dans les albums des P’tites Poules de Christian Heinrich et Christian Jolibois (Nathalie FROLOFF)

Deux « albums à la noix » qui « sortent des rails » ou la colonisation du texte par ses seuils (Le livre le plus génial que j’ai jamais lu… de Christian Voltz et ZZZZ…ZZZZ… de Philippe Corentin) (Catherine TAUVERON)


5. Spatialités de l’album

Des cartes du réel aux cartes de l’imaginaire. Les Atlas des géographes d’Orbæ de François Place au croisement de trois champs disciplinaires : littérature, histoire, géographie (Sylvie DARDAILLON et Christophe MEUNIER)

Georges Lemoine, Stéphane Girel, illustrateurs d’espaces de rêve et d’émotions (Christine PLU)

Les albums de Anne Brouillard, un miroitement aquatique (Patrick JOOLE)

De temps en temps, j’embarquais sur le fil narratif de Anne Herbauts au risque de dériver (Mathilde BRISSONNET)

Sara ou une esthétique de la vibration (Catherine BRASSELET)

Parution: L'album, Le Parti-pris des images

Vient de paraître :
L’ALBUM : LE PARTI PRIS DES IMAGES
Sous la direction de Viviane Alary et Nelly Chabrol-Gagne

Presses universitaires Blaise Pascal (Clermont-Ferrand), janvier 2012
22 x 33 cm, 280 pages, 138 illustrations, ISBN : 978-2-84516-420-8. 49 €
Diffusion-distribution en librairies : L’Atelier du poisson soluble / La Générale du livre

Livre objet, livre à regarder, album de famille ou livre à emporter en voyage, l’album, au 19e siècle, s’adresse le plus souvent aux enfants. Mais au 20e siècle, il subit une mutation d’envergure, devient support pédagogique et littéraire, livre artistique, véritable lieu de création ouvert à tous les publics. Dès lors, les images gagnent en autonomie et en capacité à raconter, à porter du sens.
Au vu de ces évolutions, les chercheurs du Master professionnel “Création éditoriale générale et de jeunesse” de l’Université Blaise Pascal, ont souhaité livrer leurs réflexions sur ces nouvelles formes et ces nouveaux enjeux réunissant littérature et arts visuels.
L’approche est résolument pluridisciplinaire, réunissant des contributions de nombreux invités spécialistes de l’histoire du livre et de l’édition, de l’histoire de l’art, des études littéraires et sémiologiques, de la sociologie, des sciences de l’éducation.
Afin de toucher un large lectorat d’amateurs, la publication est au format d’un album pour faire la part belle aux illustrations.

TABLE DES MATIÈRES

Introduction – Viviane ALARY et Nelly CHABROL GAGNE

1. L’album au banc d’essai, invention et usages
– L’album, le mot, la chose (Isabelle NIÈRES-CHEVREL)
– Les deux narrateurs à l’œuvre dans l’album : tentatives théoriques (Cécile BOULAIRE)
– Traditions : l’album testament inédit d’Achille Devéria, ou les théories d’un romantique sur le rôle des images (Olivia VOISIN)
– Les premiers albums de bande dessinée au 19e siècle : quelle identité éditoriale, quel usage culturel et social ?… (Camille FILLIOT)
– Dans (toutes) les marges. L’Album zutique (Denis SAINT-AMAND)
– L’iconotexte patriotique subversif dans les albums de guerre de Bécassine (1915-1919) (Laurence OLIVIER-MESSONNIER)

2. L’album, en Europe et dans le monde
– Tour du monde (Michel DEFOURNY)
– Le renouveau de l’album espagnol dans les années 1970 (Mathilde JAMIN)
– « Nordqvist a fait un ponti ! » : l’émergence d’une nouvelle esthétique des albums suédois (Catherine RENAUD)
– Intericonicité et logique narrative dans Alligators All Around de Maurice Sendak. Un piège pour la traduction (Marie-Pierre LITAUDON)

3. L’image au service du texte
– L’album de jeunesse au service des grands auteurs (Christine PÉRÈS)
– La folie de Don Quichotte dans les albums pour enfants. Représentations et réécritures (Catherine d’HUMIÈRES)
– La graphie à l’encre noire de Luis Scafati, de la maison d’édition Libros del Zorro Rojo (Adela CORTIJO TALAVERA)
– Antonio Saura revisite Pinocchio (Émilie FERNANDEZ)

4. L’album teste ses limites
– L’album pour la jeunesse : un livre d’artiste ? Et les « bouquins » de Béatrice Poncelet ? (Christiane CONNAN-PINTADO)
– La théâtralité à la page : mise en espace, mise en images et mise en scène du récit dans l’album jeunesse illustré
contemporain en Espagne (Euriell GOBBÉ-MÉVELLEC)
– Quand le texte s’invite dans le paratexte : le débordement des cadres (Florence GAIOTTI)
– Intertextualité et intericonicité dans les albums des P’tites Poules de Christian Heinrich et Christian Jolibois (Nathalie FROLOFF)
– Deux « albums à la noix » qui « sortent des rails » ou la colonisation du texte par ses seuils (Le livre le plus génial que j’ai jamais lu… de Christian Voltz et ZZZZ…ZZZZ… de Philippe Corentin) (Catherine TAUVERON)

5. Spatialités de l’album
– Des cartes du réel aux cartes de l’imaginaire. Les Atlas des géographes d’Orbæ de François Place au croisement de trois champs disciplinaires : littérature, histoire, géographie (Sylvie DARDAILLON et Christophe MEUNIER)
– Georges Lemoine, Stéphane Girel, illustrateurs d’espaces de rêve et d’émotions (Christine PLU)
– Les albums de Anne Brouillard, un miroitement aquatique (Patrick JOOLE)
– De temps en temps, j’embarquais sur le fil narratif de Anne Herbauts au risque de dériver (Mathilde BRISSONNET)
– Sara ou une esthétique de la vibration (Catherine BRASSELET)

6. L’au-delà de l’album, l’hyperalbum
– L’album de famille comme institutionnalisation d’une vie fictive (Jérôme MORENO)
– L’album comme ouverture sur un monde de mots, d’images et de sons : l’exemple d’Un Opéra pictural (David MARRON)
– Parmi les enjeux numériques de l’édition, programmer l’album (Gilles ROUFFINEAU)

Index onomastique
Index des albums
Les Auteurs