Archives par mot-clé : adaptation

Parution : Epopée et intermédialité (CIMEEP)

Epopée et intermédialité

Troisième colloque du CIMEEP (Centre International et Multidisciplinaire d’Études Épiques), en collaboration avec le FoReLLIS pôle B (Poitiers)

Échéance des propositions : 30 avril 2021
 

La tradition de l’épopée ou du « rêve de l’épopée » (H. Christians, 2004), la recherche de l’idéal par définition inaccessible du modèle homérique, s’est toujours accompagnée d’une remise en cause des frontières entre les différents médias : la description du bouclier d’Achille dans l’Iliade, première ekphrasis de l’histoire littéraire européenne, signe traditionnellement le début des réflexions sur les relations texte-image. Ainsi, depuis l’Antiquité, l’idée de l’aède et l’idéal de l’écriture déterminée par la présentation orale ont accompagné la production de textes épiques intrinsèquement ambivalents, situés à la frontière entre le texte et la parole. La matière épique – des histoires de héros rayonnants qui se battent pour le collectif – inspire les auteurs dans leur recherche d’un texte idéal, capable de décrire et en même temps d’unir la communauté dans un langage sophistiqué et souvent versifié. Mais dans la même mesure, ces matières, qu’elles reposent sur un texte concret ou sur des sources hybrides, deviennent aussi des motifs des arts visuels : on les retrouve sous forme de peintures ou de sculptures. La question de l’intermédialité de l’épopée se pose également lorsque la matière épique est mise en scène – de la tragédie et de l’opéra classiques aux longs drames historiques du XIXesiècle, qui font souvent délibérément référence à la tradition des épopées nationales et sont reçus comme des « drames épiques ». Mais alors que les possibilités de représentation sur la scène classique étaient soumises à des limites spatiales et morales claires, l’émergence du film, au XXesiècle, a pu ouvrir des possibilités totalement nouvelles : à l’écran, de nombreuses adaptations de matières épiques classiques obtiennent finalement le succès populaire tant attendu ; à Hollywood, l’epic filmdevient même un genre à part. Plus récemment encore, ce succès a été prolongé par le jeu vidéo et la bande dessinée, ce qui a permis entre autres de remettre en cause la linéarité du récit et de recourir à de nombreuses citations intertextuelles et intermédiales. L’évolution, au fil des siècles, montre que chaque nouveau médium évoque le scepticisme des précédents, tout en ouvrant de nouvelles possibilités aux matières épiques traditionnelles ou plus récentes. L’émergence d’esthétiques nouvelles reflète ainsi toujours la longue tradition du récit épique.

Continuer la lecture de Parution : Epopée et intermédialité (CIMEEP)

Les mystères de Paris adaptés en gravures animées

Les Mystères de Paris, une série de Véronique Puybaret et Matthieu Dubois, 2020

Paris, 1840. Rodolphe de Gerolstein, prince sans peur mais pas sans reproches, enquête sur la disparition de Germain, le fils de sa gouvernante, aux prises avec la pègre des bas-fonds et les bourgeois des beaux quartiers. Il va découvrir un lourd secret qui le touche intimement… Profitons des nouvelles technologies pour réhabiliter les formidables « Mystères de Paris » d’Eugène Sue, dans leur format feuilletonnant d’origine (1842) mais dans une narration dépoussiérée et décalée grâce à l’animation numérique des gravures dessinées à l’époque pour l’oeuvre. Nos 40 épisodes de fiction (d’environ 3 minutes) sont diffusés gratuitement sur Youtube et seront rejoints peu à peu par 40 petits bonus documentaires, tant l’oeuvre d’Eugène Sue est ancrée dans son époque passionnante. Ce programme pédagogique et distrayant est donc à disposition de tous !

Continuer la lecture de Les mystères de Paris adaptés en gravures animées

Colloque : Jeu vidéo & romanesque

Colloque « Jeu vidéo & romanesque »

En raison de la situation sanitaire, les séances ont lieu à distance. Nous contacter pour obtenir le lien de connexion (isabelle.hautbout@u-picardie.fr; sebastien.wit@u-picardie.fr).

Jeudi 4 février 2021

9h15 – Ouverture du colloque – Anne Duprat (directrice du CERCLL, Université de Picardie-Jules Verne)

9h30 – 11h10 – Première session : « Du roman au jeu vidéo : l’adaptation en question »

Modération : Anne Duprat (Université de Picardie-Jules Verne)

  • Olivier Caïra (IUT Évry/EHESS), « Fidélité et écarts au roman dans Metro 2033 »
  • Benoiste Salembier (Université Catholique de l’Ouest), Stéphane Blocquaux (Université Catholique de l’Ouest) & Renaud Hétier (Université Catholique de l’Ouest), « Quand le roman policier devient un espace vidéoludique interactif pour enquêteurs virtuels »
  • Alina Nastase Gonzalez (Université de Caen Normandie), « La Bête humaine d’Émile Zola en serious game 2D : la programmation vidéoludique ou la refonte du romanesque » 

Continuer la lecture de Colloque : Jeu vidéo & romanesque

Appel à communications : De la bande dessinée polar au cinéma

Journée d’études « De la bande dessinée polar au cinéma »

Université de Toulouse-Jean Jaurès 2

Alors que la question de l’adaptation du roman à l’écran a déjà été largement théorisée et fait l’objet d’études régulières, en revanche celle de la bande dessinée polar au cinéma n’a soulevé que très peu d’études. D’ailleurs, il convient de signaler que peu de spécialistes se sont intéressés à ce phénomène transmédiatique et complexe qui sollicite des outils autres que ceux qui relèvent des codes de la forme cinématographique et qui soulève des problématiques afférentes à la transposition.

L’adaptation, une des formes de la transposition, est le processus-l’opération- par lequel on modifie une oeuvre. Cette opération a lieu généralement lorsqu’on fait passer cette oeuvre, soit d’un genre à un autre au sein d’une même sémiotique (langage), soit d’une sémiotique à une autre. Ce phénomène peut d’ailleurs s’apparenter au terme de transposition intermédiatique.

La bande dessinée offre de nombreuses possibilités de processus adaptatifs. Qu’elle soit oeuvre source ou but, elle entretient en effet des relations avec d’autres médias tel que le cinéma. Continuer la lecture de Appel à communications : De la bande dessinée polar au cinéma

Appel à contributions : Les fictions horrifiques à l’ère du streaming

Appel à contributions pour le prochain dossier de Cultural Express : « Les fictions horrifiques à l’ère du streaming« 

Dossier dirigé par Giovanni BERJOLA (giovanni.berjola@orange.fr)

L’horreur à l’écran est un genre lucratif. Les récents triomphes commerciaux le confirment : les deux films consacrés à Ça (2017 et 2019) de Stephen King font partie des productions les plus rentables des dernières années et les séries horrifiques telles que The Haunting (2018) ou American Horror Story (2011), pour ne citer que les plus connues, sont légions. La culture populaire et les fictions pour la jeunesse témoignent de la vitalité d’un genre qui transcende les catégories, les médias et les modes énonciatifs pour s’épanouir sur les chaînes de télévision comme HBO, FX ou AMC, à travers le système de replay des chaînes virtuelles et plus encore sur les plates-formes de streaming comme Netflix, Hulu ou encore Shadows : cette dernière est exclusivement consacrée à la fiction horrifique, signe que l’industrie du divertissement a parfaitement cerné les goûts du public actuel.

Dans son article intitulé, « La tripe cinématographique », Christian Oddos rappelle que « le but essentiel des films d’horreur est de transmettre une horreur visuelle et sordide ou encore d’infliger au spectateur, par l’intermédiaire d’un personnage, une horreur intellectuelle et morale »1. Cette définition date de 1988 : à cette époque, le cinéma reste une forme de divertissement majeure, mais déjà concurrencée par la télévision et la vidéo. Si le cinéma projette, ritualise et sacralise l’expérience horrifique, la télévision la diffuse et la vidéo la fétichise. L’avènement des networks puis de l’internet a depuis bouleversé notre rapport à la fiction cinématographique et télévisuelle. Les films et les séries sont plus nombreux, plus immédiatement disponibles ; les pratiques et les expériences se transforment. Ces changements à la fois confortent et renforcent la place de l’horreur dans le champ culturel tout en amorçant des métamorphoses esthétiques et formelles qu’il serait intéressant d’étudier dans le cadre précis des plates-formes de streaming et des chaînes virtuelles. Continuer la lecture de Appel à contributions : Les fictions horrifiques à l’ère du streaming

  1. Christian Oddos, « La tripe cinématographique », Solaris, no 81,‎ 1988, p. 41. []

Parution : Topor et le cinéma

Daniel Laforest, Topor et le cinéma, Nouvelles Éditions Place, « Le cinéma des poètes, 2020. 

Roland Topor a été dessinateur, écrivain, plasticien, illustrateur, peintre, chroniqueur satiriste, décorateur scénique, marionnettiste, scénariste télévisuel. Or, lui qui se moquait des clivages artistiques a entretenu une méfiance singulière vis-à-vis du cinéma. Mais comme le génie du dilettantisme tient dans la contradiction, la méfiance ne l’a pas empêché de déployer une vaste activité en lien avec le monde cinématographique. D’abord à travers des commandes publicitaires, puis des projets d’animation, enfin l’adaptation par Roman Polanski de son premier roman. En parallèle sont apparues des co-scénarisations, quelques seconds rôles et une pléthore de figurations. Activités auxquelles la coréalisation en 1989 d’un film remarqué,  quoique encore mal compris, a apporté le point d’orgue. La rencontre de Topor et de l’art cinématographique évoque celle de l’enfance et du jouet. Celui-ci instille en effet dans le cinéma un poison qui le secoue, un certain ébahissement de l’enfance qui a autant partie liée avec le rire aux éclats qu’avec les terreurs nocturnes.

Daniel Laforest est professeur d’études françaises et culturelles à l’Université de l’Alberta. Il est l’auteur de L’Archipel de Caïn : Pierre Perrault et l’écriture du territoire et de L’Âge de plastique : lire la ville contemporaine au Québec.

Appel à contributions : RESF 19 (CFP), SÉRIES TÉLÉVISÉES DE SCIENCE-FICTION

Appel à contributions pour le dossier du n°19 de ReS Futurae (2022)

Dossier dirigé par Florent Favard, IECA univ. de Lorraine (favard.florent@gmail.com) et Hélène Machinal, UBO (ln.machinal@gmail.com)

Échéances

Les propositions de contribution (env. 250 mots), accompagnées d’une brève bio-bibliographie, doivent parvenir aux deux responsables le 15 décembre 2020 au plus tard. Une première version des articles devra être rendue le 15 juin 2021, pour une parution au premier semestre 2022.

Les auteurs sont invités à consulter les consignes aux auteurs.

Argument

Si la science-fiction est présente à la télévision depuis ses débuts, elle a gagné en visibilité sur le « petit écran » au fil des décennies, profitant, comme d’autres genres télévisuels, de l’augmentation de la production annuelle des séries télévisées atteignant des « pics » sans cesse dépassés. Au sein de cette nouvelle forme d’expression et de consommation de la culture populaire, le « supergenre » qu’est la science-fiction (Gunn) s’impose notamment depuis la fin des années 1990 et le début des années 2000 comme une valeur sûre. Cette recrudescence du genre sous forme sérielle dans le contexte ultra contemporain de la culture de l’écran (Serroy, Lipovetsky), de l’hyperconnectivité (Gervais) et de la création de mondes imaginaires transmédiatiques (Besson) marqués par une forte intermédialité (Cornillon), mérite une analyse plus approfondie. Continuer la lecture de Appel à contributions : RESF 19 (CFP), SÉRIES TÉLÉVISÉES DE SCIENCE-FICTION

Benoît Glaude (Université de Gand, Université Catholique de Louvain, Belgique)

Benoît Glaude est chercheur à l’Université de Gand et Chargé de cours invité à l’UCLouvain, en Belgique. Après sa thèse en langues et lettres, consacrée aux dialogues de bande dessinées, il a effectué un mandat postdoctoral du FNRS à l’UCLouvain pendant lequel il a travaillé sur les novellisations. Il réalise actuellement un deuxième postdoctorat à l’Université de Gand, en menant ses recherches – consacrées aux médiations littéraires de la bande dessinée, adaptée en romans, audiolivres, romans pour la jeunesse, etc. – à travers une importante collection de magazines de bande dessinée acquise par l’UGent. Il a publié plusieurs ouvrages sur la bande dessinée francophone, ainsi qu’un volume collectif sur les novellisations pour la jeunesse.

Parution : En cas de malheur, de Simenon à Autant-Lara

Sorti dans les salles à une période charnière, le film En cas de malheur de Claude Autant-Lara (1958) fait ici l’objet d’une analyse approfondie qui porte à la fois sur l’écriture scénaristique, le contexte sociohistorique et les modalités de la transposition à l’écran du roman homonyme de Georges Simenon. Alain Boillat envisage les différentes variantes conçues par les scénaristes dans une perspective narratologique et d’étude des normes de genre. Ce faisant, il propose une méthodologie favorisant l’application au cinéma de la génétique des textes littéraires, et renouvelle plus largement l’étude du phénomène de l’adaptation. En discutant certains aspects du récit filmique (point de vue, flash-back, etc.), l’ouvrage montre combien le personnage ne peut être appréhendé au cinéma sans la prise en considération de la vedette qui l’incarne. Or En cas de malheur réunit les deux plus grandes stars qu’ait connues le cinéma français : d’un côté Brigitte Bardot, nouvelle icône de la féminité qui présage les bouleversements sociaux des années 1960, de l’autre Jean Gabin, associé à une image de la virilité issue des années 1930.

Alain Boillat, En cas de malheur, de Simenon à Autant-Lara (1956-1958). Essai de génétique scénaristique, Genève, Droz, 2020.

Pour en savoir plus ou commander l’ouvrage : https://www.droz.org/fr/7275-9782600060462.html

Changement de date : La série télé à l’heure du XIXe siècle

L’atelier de la SERD « La série télé à l’heure du XIXe siècle » (Paris, équipe ELH, UT2J), initialement prévu le 20 novembre 2020, a été repoussé au 26 janvier 2021

Localisation de l’événement :  Musée d’Orsay, Paris

Date-butoir de l’appel : 30 juin 2020

Présentation

L’époque contemporaine voit « une part vertigineuse des objets culturels qui nous entourent met[tre] en jeu les mécanismes d’une communication sérielle » caractérisée par la multiplicité et la diversité de de ses supports (Matthieu Letourneux). Le triangle traditionnellement formé par un auteur, son œuvre et son lecteur a laissé place à des mécanismes de réception protéiformes, au gré de la circulation d’une matière fictionnelle qui essaime d’un support et d’un public à l’autre avec une facilité déconcertante. Du roman à la bande-dessinée, en passant par le film, l’animation ou encore les produits dérivés, les univers fictionnels se déclinent à l’envi, faisant fi des frontières génériques, esthétiques ou médiatiques.

Parmi ces nouveaux modes de diffusion du récit, la série télévisée occupe aujourd’hui une place privilégiée, au point d’apparaître comme un « laboratoire incontournable de la fiction » (Claire Cornillon). Déjà forte d’une tradition de plusieurs décennies, initialement en butte à une défiance qui n’est pas sans rappeler les réserves formulées par les contempteurs de la « littérature industrielle » à l’encontre du roman-feuilleton, la série télévisée s’est en effet définitivement imposée comme un espace de création particulièrement fécond. Le succès à la fois commercial et critique de sagas majeures comme Game of thrones est ainsi révélateur de la légitimité progressivement conquise par un médium de masse longtemps relégué du côté d’une « médiaculture » largement entendue comme « sous-culture ».

Continuer la lecture de Changement de date : La série télé à l’heure du XIXe siècle