Archives par mot-clé : adaptation

Benoît Glaude (Université de Gand, Université Catholique de Louvain, Belgique)

Benoît Glaude est chercheur à l’Université de Gand et Chargé de cours invité à l’UCLouvain, en Belgique. Après sa thèse en langues et lettres, consacrée aux dialogues de bande dessinées, il a effectué un mandat postdoctoral du FNRS à l’UCLouvain pendant lequel il a travaillé sur les novellisations. Il réalise actuellement un deuxième postdoctorat à l’Université de Gand, en menant ses recherches – consacrées aux médiations littéraires de la bande dessinée, adaptée en romans, audiolivres, romans pour la jeunesse, etc. – à travers une importante collection de magazines de bande dessinée acquise par l’UGent. Il a publié plusieurs ouvrages sur la bande dessinée francophone, ainsi qu’un volume collectif sur les novellisations pour la jeunesse.

Parution : En cas de malheur, de Simenon à Autant-Lara

Sorti dans les salles à une période charnière, le film En cas de malheur de Claude Autant-Lara (1958) fait ici l’objet d’une analyse approfondie qui porte à la fois sur l’écriture scénaristique, le contexte sociohistorique et les modalités de la transposition à l’écran du roman homonyme de Georges Simenon. Alain Boillat envisage les différentes variantes conçues par les scénaristes dans une perspective narratologique et d’étude des normes de genre. Ce faisant, il propose une méthodologie favorisant l’application au cinéma de la génétique des textes littéraires, et renouvelle plus largement l’étude du phénomène de l’adaptation. En discutant certains aspects du récit filmique (point de vue, flash-back, etc.), l’ouvrage montre combien le personnage ne peut être appréhendé au cinéma sans la prise en considération de la vedette qui l’incarne. Or En cas de malheur réunit les deux plus grandes stars qu’ait connues le cinéma français : d’un côté Brigitte Bardot, nouvelle icône de la féminité qui présage les bouleversements sociaux des années 1960, de l’autre Jean Gabin, associé à une image de la virilité issue des années 1930.

Alain Boillat, En cas de malheur, de Simenon à Autant-Lara (1956-1958). Essai de génétique scénaristique, Genève, Droz, 2020.

Pour en savoir plus ou commander l’ouvrage : https://www.droz.org/fr/7275-9782600060462.html

Changement de date : La série télé à l’heure du XIXe siècle

L’atelier de la SERD « La série télé à l’heure du XIXe siècle » (Paris, équipe ELH, UT2J), initialement prévu le 20 novembre 2020, a été repoussé au 26 janvier 2021

Localisation de l’événement :  Musée d’Orsay, Paris

Date-butoir de l’appel : 30 juin 2020

Présentation

L’époque contemporaine voit « une part vertigineuse des objets culturels qui nous entourent met[tre] en jeu les mécanismes d’une communication sérielle » caractérisée par la multiplicité et la diversité de de ses supports (Matthieu Letourneux). Le triangle traditionnellement formé par un auteur, son œuvre et son lecteur a laissé place à des mécanismes de réception protéiformes, au gré de la circulation d’une matière fictionnelle qui essaime d’un support et d’un public à l’autre avec une facilité déconcertante. Du roman à la bande-dessinée, en passant par le film, l’animation ou encore les produits dérivés, les univers fictionnels se déclinent à l’envi, faisant fi des frontières génériques, esthétiques ou médiatiques.

Parmi ces nouveaux modes de diffusion du récit, la série télévisée occupe aujourd’hui une place privilégiée, au point d’apparaître comme un « laboratoire incontournable de la fiction » (Claire Cornillon). Déjà forte d’une tradition de plusieurs décennies, initialement en butte à une défiance qui n’est pas sans rappeler les réserves formulées par les contempteurs de la « littérature industrielle » à l’encontre du roman-feuilleton, la série télévisée s’est en effet définitivement imposée comme un espace de création particulièrement fécond. Le succès à la fois commercial et critique de sagas majeures comme Game of thrones est ainsi révélateur de la légitimité progressivement conquise par un médium de masse longtemps relégué du côté d’une « médiaculture » largement entendue comme « sous-culture ».

Continuer la lecture de Changement de date : La série télé à l’heure du XIXe siècle

Appel à contribution : Du texte à l’écran

Intercâmbio nº 13, 2º série – 2020

Adaptation et transposition des œuvres littéraires d’expression française vers d’autres médias

Appel

La transposition des œuvres littéraires – notamment d’expression française – dans de nouveaux supports a gagné depuis les années 1980 un nouvel éclairage théorique et critique à la faveur de l’émergence de l’approche intermédiale, laquelle fait converger l’interaction des différents médias mobilisés dans l’élaboration et réélaboration d’une œuvre (Müller, 2000). En effet, l’étude des transpositions artistiques engage, au-delà de la simple adaptation, des phénomènes intermédiaux complexes de combinaison et de référence qui dépassent et enrichissent la perspective intertextuelle qui avait précédemment marqué les études littéraires (Rajewsky, 2005).  

Continuer la lecture de Appel à contribution : Du texte à l’écran

Colloque « NINA COMPANEEZ, UNE FEMME ET DES HEROÏNES »

28-30 mai 2020, Paris

Colloque co-organisé par l’ENS Louis Lumière, l’INA et la composante ISOR du Centre d’histoire du XIXe siècle de l’Université Paris 1

Les propositions de contributions (maximum 5 000 signes), devront être adressées avant le 30 octobre 2019 à : isor@univ-paris1.fr

Les auteurs des propositions seront informés de la réponse du comité scientifique le 30 novembre 2019.

Site de l’appel

Présentation

Si Nina Companeez est bien connue pour ses téléfilms et feuilletons historiques, son travail n’a été, jusqu’ici, que peu étudié. Figure singulière et emblématique d’une télévision à la fois populaire et exigeante, la cinéaste a toujours écrit et réalisé seule, qu’il s’agisse de scénarios originaux (Les Dames de la côteUn pique-nique chez Osiris, Voici venir l’orage) ou d’adaptations (L’Allée du roiÀ la recherche du temps perdu). Peu de femmes auront eu autant de liberté qu’elle dans le paysage audiovisuel français des années 1970-2010, et bien peu auront proposé des personnages de femmes aussi nuancés, émancipés ou en voie d’émancipation, inspirés d’héroïnes de la littérature russe, américaine ou française mais également des femmes de sa famille. Continuer la lecture de Colloque « NINA COMPANEEZ, UNE FEMME ET DES HEROÏNES »

Appel : le XIXe siècle en série(s)

Appel à communications – Atelier de la SERD, Paris, équipe ELH (UT2J), 20 novembre 2020

Présentation

L’époque contemporaine voit « une part vertigineuse des objets culturels qui nous entourent met[tre] en jeu les mécanismes d’une communication sérielle » caractérisée par la multiplicité et la diversité de de ses supports (Matthieu Letourneux). Le triangle traditionnellement formé par un auteur, son œuvre et son lecteur a laissé place à des mécanismes de réception protéiformes, au gré de la circulation d’une matière fictionnelle qui essaime d’un support et d’un public à l’autre avec une facilité déconcertante. Du roman à la bande-dessinée, en passant par le film, l’animation ou encore les produits dérivés, les univers fictionnels se déclinent à l’envi, faisant fi des frontières génériques, esthétiques ou médiatiques.

Parmi ces nouveaux modes de diffusion du récit, la série télévisée occupe aujourd’hui une place privilégiée, au point d’apparaître comme un « laboratoire incontournable de la fiction » (Claire Cornillon). Déjà forte d’une tradition de plusieurs décennies, initialement en butte à une défiance qui n’est pas sans rappeler les réserves formulées par les contempteurs de la « littérature industrielle » à l’encontre du roman-feuilleton, la série télévisée s’est en effet définitivement imposée comme un espace de création particulièrement fécond. Le succès à la fois commercial et critique de sagas majeures comme Game of thrones est ainsi révélateur de la légitimité progressivement conquise par un médium de masse longtemps relégué du côté d’une « médiaculture » largement entendue comme « sous-culture ».

Continuer la lecture de Appel : le XIXe siècle en série(s)

Appel : Hommage à Terry Pratchett / Tribute to Terry Pratchett – Nouvelle échéance – 20 janvier 2020

(English version below)

Sir Terry Pratchett nous a quitté prématurément à l’âge de 67 ans le 12 mars 2015, laissant derrière lui une vaste œuvre de Fantasy, dont les quarante-et-un tomes du Disque-monde, récits de Fantasy burlesque se jouant des codes établis et scrutant, par le détour métaphorique, les travers de notre propre monde. Alors qu’Amazon Prime Vidéo a lancé la diffusion de la série Good Omens, adaptée du roman De bons présages écrit par Pratchett en collaboration avec Neil Gaiman, il nous paraît nécessaire de rendre hommage à cet immense auteur de Fantasy. C’est pourquoi pour son 8ème numéro, Fantasy Art and Studies vous invite à proposer des articles consacrés à l’œuvre de Pratchett ainsi qu’à ses diverses adaptations en téléfilms, dessins animés, jeux vidéo, bandes dessinées et jeux de société, sans oublier les produits dérivés commercialisés par The Discworld Emporium.

Continuer la lecture de Appel : Hommage à Terry Pratchett / Tribute to Terry Pratchett – Nouvelle échéance – 20 janvier 2020

Parution : Verne médiatique

Guillaume Pinson et Maxime Prévost (dir.), Jules Verne et la culture médiatique. De la presse du XIXe siècle au steampunk, Québec, Presses de l’Université Laval, coll. «Littérature et imaginaire contemporain», 2019.

Textes de Claire Barel-Moisan, Thomas Carrier-Lafleur, Pascal Durand, Gérard Fabre, Nicolas Gauthier, Guillaume Pinson, Maxime Prévost, Jean Rime, Mélodie Simard-Houde, Bounthavy Suvilay et Jean-Christophe Valtat.

https://www.pulaval.com/produit/jules-verne-et-la-culture-mediatique-de-la-presse-du-xixe-siecle-au-steampunk

Parution : BD et Transmedia

Transmédialité, bande dessinée & adaptation, Évelyne Deprêtre et German A. Duarte (dir.), Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, coll. « Graphèmes », 2019

Les processus transmédiaux et adaptatifs dans la condition médiatique actuelle constituent le noyaux de cet ouvrage. D’un côté, il s’agit de situer les processus adaptatifs dans un contexte technologique, qui, par sa nature, opère quotidiennement des formes d’adaptation, et cela même de façon involontaire. D’un autre côté, il s’agit de mettre en lumière non seulement le phénomène de la transmédialité mais également la collectivisation de l’acte narratif qu’il induit de plus en plus souvent. Or il semble que ce phénomène soit demeuré en arrière-plan dans le contexte médiatique de cette dernière décennie. Entre ces deux intérêts, comme pivot de cette collaboration, se trouve l’analyse des relations entre le médium bédéique et le vaste univers médiatique. En effet, la bande dessinée représente, de l’avis de l’équipe directrice, un moyen de construire des espaces narratifs très particuliers, et son étude, contextualisée dans l’ère numérique, ouvre des voies indispensables pour mieux comprendre et cerner la manière dont les espaces narratifs numériques seront construits dans un futur proche. Ainsi ce riche travail collectif est-il, à ce titre, l’un des tout premiers à être consacré intégralement à ce sujet. Construit en deux parties, l’une traitant des adaptations littéraires en bandes dessinées, l’autre des adaptations cinématographiques de bandes dessinées, il mêle approches théoriques et analyses d’œuvres spécifiques et ouvre la porte à la fois d’une pratique culturelle en perpétuelle transformation et d’un champ de recherche encore plein d’avenir.