Archives par mot-clé : adaptation

Appel à contribution : “L’adaptation. De la bande-dessinée (et comics) aux films et/ou vice versa” (revue Transcr(é)ation)

Transcr(é)ation, n°2, “L’adaptation. De la bande-dessinée (et comics) aux films et/ou vice versa”, hiver 2023

Échéance des propositions : 15 août 2023

Transcr(é)ation est une revue spécialisée consacrée à la transmédialité et aux dialogues texte – film, sans hiérarchisation de l’un sur l’autre. Nous accueillons des travaux théoriques ou analytiques ainsi que des dossiers thématiques sur les questions de l’intermédialité, du dialogue entre les médiums, ou toute autre ouverture encore peu ou prou investiguée. 

Pour notre second numéro, nous faisons un appel bilingue (anglais ou français) portant sur

l’adaptation de bandes-dessinées, comics et graphic novels (et vice versa).

Langues de rédaction : Anglais, Français

Appel – « L’adaptation – De la bande-dessinée (et comics) aux films et/ou vice versa » (hiver 2023)

D’après les éditeurs de Transmédialité, Bande dessinée et Adaptation (2019), la bande dessinée aurait été tenue à l’écart de la réflexion sur l’intermédialité alors que l’on peut retracer la naissance de la première adaptation filmique de BD aussi loin qu’au 19e siècle, avec L’arroseur arrosé des frères Lumière. A l’époque, cette nouvelle forme de divertissement qu’était le cinéma aurait non seulement cherché d’accéder à une certaine crédibilité artistique mais aussi à une stabilité narrative, en s’inspirant des autres médiums, déjà bien assis. Bien que le 7e art ait notamment puisé dans les genres romanesque et dramatique, l’adaptation de bande dessinées avait (et maintient), d’après Burke, une présence non négligeable dans le corpus. Cela ne semble en effet pas étonnant puisque, « en établissant une relation active avec son lecteur durant le processus de lecture, [le système bédéique] devient un médium au riche potentiel lorsqu’il s’agit de contribuer à la compression des mécanismes narratifs propres au contexte numérique, où tant la non-linéarité de la trame que le type de lecture qui implique activement le lecteur deviennent l’essence de l’acte narratif » (Deprêtre et Duarte, 9).

Bien que nous ne comptons pas revenir, dans ce dossier, sur les successifs courants de pensée de la critique sur l’adaptation cinématographique, nous aimerions prolonger la réflexion entamée par ces collègues concernant les dialogues entre la BD (à entendre au sens large) et le médium filmique. Même si certains estiment que les adaptations de BD n’ont que rarement été édifiés au rang de canon, figurent quasiment jamais dans la liste des meilleurs films, ni n’emportent la faveur des fans (Lefèvre, 1), nous pensons que les échanges qui parcourent les corpus bédéique et filmique méritent une attention plus soutenue. L’objet « BD » se laisse en effet saisir comme un médium composite, en tant que combinaison d’images et de mots, fonctionnant à la fois ensemble et indépendamment en vue de raconter une histoire. Il partage donc un certain nombre de caractéristiques avec le cinéma tout en évoquant également les pratiques romanesques, mais ne peut être réduit ni à l’un ni à l’autre de ces médiums.

Continuer la lecture de Appel à contribution : “L’adaptation. De la bande-dessinée (et comics) aux films et/ou vice versa” (revue Transcr(é)ation)

Elise Ternoy (Université de Rouen)

Préparationnaire de l’agrégation externe à l’université de La Sorbonne en 2021- 2022, Elise Ternoy est titulaire d’une licence de lettres modernes (mention Bien, université de Lille) et d’un master en littérature de jeunesse (mention Très Bien, université d’Artois). Son mémoire de M2 portait sur les questions éthiques au sein de la saga anglophone Les Désastreuses aventures des orphelins Baudelaire. Elle voudrait poursuivre et approfondir ce travail de recherche sur les genres populaires et les cultures médiatiques par la réalisation d’une thèse portant sur les adaptations de romans à destination de la jeunesse en séries télévisées. Pour mener à bien ce projet, elle souhaite solliciter un contrat doctoral.

Aires de recherche : Littérature de jeunesse / Séries télévisées / Ensembles romanesques : cycles et séries / Adaptations, intermédialités

Continuer la lecture de Elise Ternoy (Université de Rouen)

Appel à contributions : Transmédiagénie et transécriture (Bucarest)

Transmédiagénie et transécriture

7 octobre 2022, Université Nationale d’Arts Théâtraux et Cinématographiques I.L. Caragiale, Bucarest, Roumanie

Échéance des propositions : 10 juillet 2022

L’évolution aussi rapide et prestigieuse du cinéma serait encore plus surprenante si l’on ne prenait pas en compte ses relations avec les autres arts, notamment avec la littérature. Longtemps, la majeure partie des débats théoriques portant sur ces relations se sont limités à la problématique des adaptations cinématographiques, vues non pas comme un enrichissement réciproque, mais comme un service rendu magnanimement par la littérature à un art plus jeune. Lorsque le cinéma a gagné son autonomie esthétique et s’est positionné de plain-pied au même niveau que « sa Majesté le Dire » (pour reprendre la formule de Godard) les études théoriques ont tenté elles aussi de sortir de cette perspective stérile d’une condition ancillaire du cinéma par rapport à la littérature et de tenir le pas avec la nouvelle réalité esthétique. Le développement des études sémiotiques a contribué à orienter les recherches vers la prise en compte des spécificités codiques du cinéma, l’adaptation étant de plus en plus considérée comme une forme distincte de sémiotisation.

L’essor des études sur la médialité et l’intermédialité a permis d’ajouter à la perspective sémiotique une perspective anthropologique. Selon Nelson Goodman, cette dernière présente l’avantage d’intégrer une reconceptualisation du symbolique attentive à la multiplicité et à la diversité de ses modes de présentation et de réception, ainsi qu’à ses modalités de fonctionnement. Durant les dernières décennies, donc, de nouveaux concepts sont venus prendre place dans l’arène des débats théoriques sur les adaptations. 

Notre conférence se propose de remettre en discussion plus particulièrement deux de ces termes, à savoir la transmédiagénie et la transécriture. Proposé par André Gaudreault et Philippe Marion lors du colloque de Cerisy de 1993, le terme de transécriture va supplanter de plus en plus celui d’adaptation, car il a le mérite de s’écarter du vieux paradigme de la « fidélité » envers l’écriture première et de repenser l’adaptation en tenant compte autant de la poétique du nouveau créateur que des réaménagements sémiotiques spécifiques au médium–cible. La transmédiagénie est une notion mise en place par Philippe Marion en 1997, dans un article qui essayait de mettre les bases d’une narratologie médiatique. Définie comme « capacité d’étoilement, de circulation, de propagation transmédiatique que possède un récit», cette notion venait faire pendant à celle de médiagénie, avancée par le même chercheur deux ans avant le colloque de Cérisy, et qui désignait quant à elle « la capacité d’un sujet ou projet narratif de se réaliser de manière optimale en choisissant le partenaire médiatique qui lui convient le mieux ». (Philippe Marion, « Narratologie médiatique et médiagénie des récits »)

Continuer la lecture de Appel à contributions : Transmédiagénie et transécriture (Bucarest)

Appel à contributions : De la bande dessinée polar au cinéma (revue Plasticités)

« De la bande dessinée polar au cinéma », revue Plasticités

Université de Toulouse-Jean Jaurès, (LLA-CREATIS) Université Paris Nord, (Pléiade)

Échéance des propositions : 10 mai 2022

En complément de la journée d’études qui s’est tenue le 19 Novembre 2021, nous souhaiterions faire un appel à contributions écrites en vue d’une publication dans la revue Plasticité.
Alors que la question de l’adaptation du roman à l’écran a déjà été largement théorisée et fait l’objet d’études régulières, en revanche celle de la bande dessinée polar au cinéma n’a soulevé que très peu d’études. D’ailleurs, il convient de signaler que peu de spécialistes se sont intéressés à ce phénomène transmédiatique et complexe qui sollicite des outils autres que ceux qui relèvent des codes de la forme cinématographique et qui soulève des problématiques afférentes à la transposition. L’adaptation, une des formes de la transposition, est le processus -l’opération- par lequel on modifie une œuvre. Cette opération a lieu généralement lorsqu’on fait passer cette œuvre, soit d’un genre à un autre au sein d’une même sémiotique (langage), soit d’une sémiotique à une autre. Ce phénomène peut d’ailleurs s’apparenter au terme de transposition intermédiatique.

La bande dessinée offre de nombreuses possibilités de processus adaptatifs. Qu’elle soit œuvre source ou but, elle entretient en effet des relations avec d’autres médias tel que le cinéma.
Il convient de signaler que le polar qui regroupe trois tendances, le roman d’énigme, le roman noir et le roman de suspense peut être transposé dans la bande dessinée polar. Ainsi, en recense-t-on un certain nombre, notamment Le Lotus bleu d’Hergé, paru en 1946, en noir et blanc, qui a inspiré Serge Grieco pour réaliser un film d’espionnage intitulé, Opération lotus bleu, en 1966. De plus, L’Île noire d’Hergé, parue en 1938 chez Casterman a marqué les séquences filmiques de Gilles Grangier, Le Cave se rebiffe, en 1961 ; de même Le Secret de la licorne d’Hergé, en 1942, est transposé à l’écran, en 2011 sous le titre Les Aventures de Tintin, Le Secret de la licorne. La bande dessinée d’énigme au même titre que le roman anglo-saxon sous le terme anglais whodunit (contraction « who has done it ? », « Qui l’a fait ?») détermine qui est le coupable. Cette remarque fondamentale se trouve dans la plupart des bandes dessinées que nous venons de citer. Ainsi, le lecteur est-il amené à se poser ces questions : Qui est à la tête de l’organisation de trafiquants de drogue ? Qui a perpétré l’attentat ? Qui a pris le magot ? Qui a volé la maquette de la Licorne ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : De la bande dessinée polar au cinéma (revue Plasticités)

Journée d’études : La série télé à l’heure du XIXe siècle (musée d’Orsay)

Journée d’études : La série télé à l’heure du XIXe siècle

29 mars 2022, 9h30 – 17h, Musée d’Orsay, Auditorium

Événement à réservation obligatoire

Puissant réservoir d’intrigues, de motifs et de décors, le grand roman littéraire du XIXe siècle est devenu synonyme de succès populaire. La série télé, longtemps critiquée, répond aujourd’hui de manière réitérée à notre désir d’images et de mythe.

Amplifiée par sa diffusion numérique, la série télévisée est un mode de narration qui fait florès depuis un demi-siècle. Ses détracteurs relèguent au rang de produits d’une « sous-culture » certaines sagas à grand succès commercial. La « littérature industrielle » des romans feuilletons avait été critiquée bien avant elle. Pourtant, ces deux mediums se sont imposés tour à tour comme de puissants vecteurs d’imaginaire et de représentations.

Programme 

  • 9h30 : accueil des participants.
  • 9h45 : ouverture par Marine Le Bail, université Toulouse II-Jean Jaurès, PLH-ELH

Première séance : sérialité et circulation transmédiatique

Session modérée par Marine Le Bail, université Toulouse II-Jean Jaurès, PLH-ELH

Appel à contributions : “L’imaginaire de l’écran à l’écrit, de l’écrit à l’écran : adaptations, réécritures, traductions, mentions” (Caderno de Letras, n° 43)

“L’imaginaire de l’écran à l’écrit, de l’écrit à l’écran : adaptations, réécritures, traductions, mentions”, Caderno de Letras (UFPel – Brésil), #43, 2022

Envoi des articles complets : 28 février 2022.
Publication prévue pur la fin juillet 2022. 

[Versión en español abajo] [Versão em português abaixo] [English version above]

La Revue Caderno de Letras, publication scientifique quadrimestrielle brésilienne du Centre de Lettres et Communication du Programme de Post-Graduation en Lettres de l’Université Fédérale de Pelotas (UFPel), invite à tous et à toutes à soumettre des contributions pour son número 43, prévu pour la fin juillet 2022.

Dossier: L’imaginaire de l’écran à l’écrit, de l’écrit à l’écran : adaptations, réécritures, traductions, mentions

Comité organisateur:
Dr Bruno Anselmi Matangrano (Université Fédérale de Pelotas, Brésil)
Dre Justine Breton (Université de Reims-Champagne Ardenne, France)
Dr Ramiro Estaban Zó (Université Nationale de Cuyo, Argentine).

Depuis ses origines, le cinéma permet un dialogue ouvert avec d’autres formes artistiques, soit en les intégrant dans son propre langage – grâce à son hybridité lui permettant d’associer narration, performance, éléments visuels et sonores –, soit en prenant pour source d’inspiration des œuvres et productions préexistantes et en créant, pour elles, de nouvelles formes d’art. La littérature constitue notamment une source d’inspiration privilégiée. Ce n’est pas par hasard que de nombreuses grandes œuvres marquant le début de l’ère cinématographique furent des adaptations œuvres romanesques ou théâtrales. C’est par exemple le cas, pour ne citer qu’eux, de Nosferatu (1922) de F.W. Murnau et de Dracula (1931) de Tod Browning, tous deux inspirés du roman de Bram Stoker publié en 1898. Ce n’est pas non plus par hasard qu’un nombre important de succès du box-office mondial adaptés d’œuvres littéraires appartiennent, à des niveaux variables, aux genres de l’imaginaire. Certains sujets littéraires sont désormais devenus des succès audiovisuels presque garantis, comme la légende arthurienne régulièrement adaptée sur grand ou petit écrans (Excalibur, John Boornman ; Merlin, BBC One ; The Green Knight, David Lowery ; etc.), ou comme les récits de super-héros adaptés de comics (le « Marvel Cinematic Universe », par exemple), qui se développent de façon exponentielle à mesure que les budgets augmentent et que l’accès aux effets spéciaux se démocratise. Alors que ces récits rencontraient fréquemment plus d’obstacles dans les cercles plus traditionnels de la critique littéraire, ils ont au contraire été aisément intégrés dans les pratiques audiovisuelles – pas uniquement au cinéma, mais aussi dans l’animation, les séries télévisées et, plus récemment, les programmes diffusés sur les plateformes de streaming. Cependant, cette relation ne s’est pas exprimée à sens unique. Au même titre que des productions audiovisuelles ont adapté, recréé et réimaginé des textes littéraires, celles-ci ont également servi d’inspiration pour des œuvres littéraires. L’un des exemples de ce passage de l’écran à l’écrit est le film King Kong (1933) de Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack, mis en roman par Delos W. Lovelace et publié peu après la sortie du film. De même, certains films de Guillermo Del Toro, comme Le Labyrinthe de Pan (2006) et La Forme de l’eau (2017), ont été suivis de novélisations de l’auteur lui-même, accompagné respectivement de Cornelia Funke en 2019, et de Daniel Kraus en 2018. Sur ce type de relation, le modèle de Disney Studios constitue un autre exemple à prendre en compte. Des œuvres littéraires ont servi de base à la plupart de leurs productions animées, que le groupe réadapte désormais en longs-métrages en prises de vue réelles. Dans le même temps, des auteurs réinventent ces récits audiovisuels et les transforment en récits pour enfants ou jeunes adultes, dans un processus d’adaptation qui met en parallèle le langage cinématographique et le langage littéraire. Le dialogue n’existe d’ailleurs pas exclusivement d’un médium à l’autre, mais apparaît également à travers des références, des citations, des clins d’œil et des mentions. Pour ne citer qu’un exemple récent, la série Penny Dreadful (2014-2016) de John Logan constitue une production originale qui s’appuie sur des classiques littéraires et leurs créations, comme la Créature de Frankenstein, Dorian Gray et Dr. Jekyll, dans une intrigue nouvelle qui accorde une place centrale à la littérature, via la lecture et l’évocation de poèmes de John Clare, William Blake, Alfred Tennyson et d’autres. Là encore, les possibilités ne s’arrêtent pas là. Désormais, cette forme d’« inter-influence » transparaît dans la plupart des œuvres littéraires et audiovisuelles liées à l’imaginaire en général, et à la fantasy et à la science-fiction en particulier. Les mondes transmédiatiques constituent une force créative spécifique de ces genres, avec des récits qui s’étendent simultanément dans différentes formes médiatiques. Par exemple, la saga Le Sorceleur (The Witcher), d’abord créée par Andrzej Sapkowski en tant qu’ensemble de nouvelles et de romans, a connu un succès encore plus grand par ses adaptations en jeux vidéo et en séries télévisées, développant ainsi des récits complémentaires. C’est dans ce contexte que nous proposons, pour le numéro 43 du journal Caderno de Letras, un dossier consacré à toutes les possibilités de ce dialogue impliquant les productions audiovisuelles et littéraires liées aux genres de l’imaginaire, qu’il s’agisse d’adaptations (dans les deux sens), ou de la présence directe ou indirecte de littérature dans les médias audiovisuels, ou inversement.

Continuer la lecture de Appel à contributions : “L’imaginaire de l’écran à l’écrit, de l’écrit à l’écran : adaptations, réécritures, traductions, mentions” (Caderno de Letras, n° 43)

Appel à communications : The globalization of series: the example of Israeli series in the world (Hebrew University of Jerusalem)

International Conference: The globalization of series: the example of Israeli series in the world. Towards a cross-cultural and comparative approach to series adaptations and franchises 

Hebrew University of Jerusalem

31 October -2 November 2022

Proposals for papers  should be sent by 10 January 2022

Conference organizers : Alexandre Gefen (CNRS-Université Sorbonne Nouvelle-ENS), Yona Hanhart-Marmor (The Hebrew University of Jerusalem), Sandra Laugier (Université Panthéon Sorbonne).

TV Series have conquered the world. From Game of Thrones or Lupin to Homeland or to The Handmaid’s Tale or Squid game, many of them now constitute a common cultural heritage that allows us to reflect together and across continents on ethical and political issues. This cultural globalization takes place through some “global” series but also through countless adaptations or franchises. The example of Israeli series is particularly striking: Homeland (Hatufim), In Analysis(BeTipul), Euphoria (Euphoria), Hostages (Bnei Aruba), Your Honor (Kvodo), The Good Cop (Hashoter Hatov), Allegiance (The Gordin Cell), The Ex List (The Mythological Ex), Traffic Light (Ramzor).

This conference hypothesizes that these adaptations or variations constitute an extraordinary tool for a comparative approach to cultural, if not anthropological, particularities. Behind similar scenarios and parallel general questions, the regional or national incarnations of the series allow us to understand historical contexts, but also different sensibilities whose nuances are ethically or politically fundamental. More generally, the comparison of local offerings from platforms like Netflix or local productions is a remarkable revelation of differences or convergences that go beyond the mere situational tastes of viewers.

During this conference, we will focus specifically on a comparison between Israeli series and their adaptations, mainly French, considering this comparatist approach as a tool to grasp the specificity of the politic, national and individual identity which expresses itself through the series adaptations. 

It is thus to a comparative approach of TV series that this conference, the very first of its kind, invites researchers. 

Proposals for papers (300 words) should be sent to jerusalemseries2022@gmail.com by 10 January 2022. They should be accompanied by a short bio-bibliographical note. A response will be given mid-February.

Papers should not exceed 25 minutes.

Parution : Théories de l’adaptation (ACTA FABULA)

“Théories de l’adaptation”, Acta Fabula, Dossier critique n°62.

Coordonné par Laure Cordonier (Université de Lausanne), ce soixante-deuxième dossier critique d’Acta fabula vient se faire l’écho de l’actuelle effervescence des études sur l’adaptation cinématographique. Les ouvrages récents sur la question, et ceux qui en rendent compte ici, désertent la voie classique, qui visait à comparer le film à sa source livresque pour évaluer la fidélité de l’adaptation, au profit d’angles d’approche plus divers et plus larges. Le moment est sans doute venu d’adapter les théories de l’adaptation.

Parution : Le Troisième souffle. Enquête sur les adaptations littéraires à la télévision (Sabine Chalvon-Demersay)

Le Troisième souffle. Parentés et sexualités dans les adaptations télévisées, Sabine Chalvon-Demersay, Presses des Mines, 2021.

Au début des années 2000, les adaptations télévisuelles du Comte de Monte Cristo, des Misérables et du Bossu font émerger la question de l’inceste dans une parenté élective. Tout se passe comme si le mariage du tuteur avec sa pupille qui constituait l’issue heureuse du roman populaire était devenue problématique : l’adaptation des Misérables tourne autour de l’amour impossible de Jean Valjean pour Cosette ; celle du Comte de Monte-Cristoréaménage le scénario pour éviter de laisser partir Monte-Cristo avec Haydée ; celle du Bossu, donne à Lagardère une autre épouse que la jeune Aurore de Nevers, l’enfant qu’il a recueillie et élevée. Vingt ans plus tard, le terme ‘inceste’ est introduit dans le code pénal et la question du consentement est au cœur de l’espace public.

Ce livre est une vaste enquête sociologique sur les adaptations littéraires à la télévision. Fondé sur des entretiens auprès des scénaristes, des réalisateurs, des producteurs et sur une analyse des œuvres, il apporte une contribution déterminante à l’histoire des programmes de la télévision française et permet de comprendre comment la télévision a pris en charge, à travers les adaptations télévisuelles des romans populaires du xixe siècle, les transformations de la famille et de la parenté. La succession des adaptations est un excellent indicateur de la transformation des sensibilités collectives. Cet ouvrage cherche à comprendre comment la télévision parvient à anticiper les transformations sociales dans ses fictions. Ces œuvres ont été écrites sous forme de romans ou de feuilletons. Elles ont ensuite été adaptées au cinéma. La télévision leur donne un troisième souffle.

URL vers le site qui accompagne la parution du livre: https://www.pressesdesmines.com/le-troisieme-souffle/

Parution : Epopée et intermédialité (CIMEEP)

Epopée et intermédialité

Troisième colloque du CIMEEP (Centre International et Multidisciplinaire d’Études Épiques), en collaboration avec le FoReLLIS pôle B (Poitiers)

Échéance des propositions : 30 avril 2021
 

La tradition de l’épopée ou du « rêve de l’épopée » (H. Christians, 2004), la recherche de l’idéal par définition inaccessible du modèle homérique, s’est toujours accompagnée d’une remise en cause des frontières entre les différents médias : la description du bouclier d’Achille dans l’Iliade, première ekphrasis de l’histoire littéraire européenne, signe traditionnellement le début des réflexions sur les relations texte-image. Ainsi, depuis l’Antiquité, l’idée de l’aède et l’idéal de l’écriture déterminée par la présentation orale ont accompagné la production de textes épiques intrinsèquement ambivalents, situés à la frontière entre le texte et la parole. La matière épique – des histoires de héros rayonnants qui se battent pour le collectif – inspire les auteurs dans leur recherche d’un texte idéal, capable de décrire et en même temps d’unir la communauté dans un langage sophistiqué et souvent versifié. Mais dans la même mesure, ces matières, qu’elles reposent sur un texte concret ou sur des sources hybrides, deviennent aussi des motifs des arts visuels : on les retrouve sous forme de peintures ou de sculptures. La question de l’intermédialité de l’épopée se pose également lorsque la matière épique est mise en scène – de la tragédie et de l’opéra classiques aux longs drames historiques du XIXesiècle, qui font souvent délibérément référence à la tradition des épopées nationales et sont reçus comme des « drames épiques ». Mais alors que les possibilités de représentation sur la scène classique étaient soumises à des limites spatiales et morales claires, l’émergence du film, au XXesiècle, a pu ouvrir des possibilités totalement nouvelles : à l’écran, de nombreuses adaptations de matières épiques classiques obtiennent finalement le succès populaire tant attendu ; à Hollywood, l’epic filmdevient même un genre à part. Plus récemment encore, ce succès a été prolongé par le jeu vidéo et la bande dessinée, ce qui a permis entre autres de remettre en cause la linéarité du récit et de recourir à de nombreuses citations intertextuelles et intermédiales. L’évolution, au fil des siècles, montre que chaque nouveau médium évoque le scepticisme des précédents, tout en ouvrant de nouvelles possibilités aux matières épiques traditionnelles ou plus récentes. L’émergence d’esthétiques nouvelles reflète ainsi toujours la longue tradition du récit épique.

Continuer la lecture de Parution : Epopée et intermédialité (CIMEEP)