Appel: Raconter à l'ère numérique (10 juillet 2012)

Comicalités

Raconter à l’ère numérique

Appel à contributions

Date limite : 10 juillet 2012

Après « La bande dessinée : un art sans mémoire ? », « Représenter l’auteur de bande dessinée » et « L’Allemagne : quelle(s) image(s) ? » (pour lesquels nous pouvons toujours recevoir des propositions), Comicalités. Etudes de culture graphique publie dont quatrième appel à communication : la thématique « Raconter à l’ère numérique » est confiée à Julien Falgas et Anthony Rageul.

Raconter à l’ère numérique

« Espèce narrative […] à dominante visuelle » (Groensteen, 2011), on considère généralement que la bande dessinée a pour vocation principale de raconter. « Faire le récit de » (Petit Larousse Illustré, 2000). Où il y a récit, on suppose un ordonnancement, un déroulé des événements, un début, un milieu, une fin. On suppose un (ra)conteur, un narrateur, qui guide le lecteur. Moyennant une certaine latitude dans ses marges (bande dessinée abstraite, poétique, expérimentale), ces assertions et définitions sont justes et vérifiées dans toute l’histoire de la bande dessinée, c’est-à-dire quelle que soit sa place dans la société ou dans l’art, quel que soit son modèle esthétique, économique, quel que soit son support ou mode de diffusion.

Depuis 25 ans, la bande dessinée a, à l’instar d’autres médias, été absorbée dans l’espace numérique. Déjà présente sur les premiers réseaux ancêtres de l’Internet moderne, puis sur CD-rom, les années 2000 voient l’explosion du blog-bd, du webcomic et autre formes de bandes dessinées en ligne de même que le développement de nouveaux supports pour sa diffusion et sa lecture (de l’écran de l’ordinateur à la tablette, au smartphone ou à la liseuse).

Le secteur professionnel de la bande dessinée, comme d’ailleurs toutes les autres industries culturelles, est animé depuis quelques années de vifs débats quant aux modèles économiques et au droit d’auteur. On peut, à la suite de Magali Boudissa, questionner « les limites ontologiques dans lesquelles la narration peut se développer sur support numérique, sans basculer dans une forme hybride de récit hypermédiatique » (Boudissa M., 2010). Mais, plus qu’un changement de support ou de vecteur de diffusion, nous assistons probablement à une évolution de nos pratiques de réception et de production de récits par-delà la bande dessinée. Pour Smolderen, le passage du livre au périodique puis au quotidien autour de 1900 déterminent la genèse du langage de la bande dessinée moderne (Smolderen, 2009). L’appropriation de nouveaux supports et de nouveaux vecteurs de diffusion à des fins narratives a engendré la bande dessinée telle que nous la connaissons. C’est pourquoi, plutôt que de questionner le devenir de la bande dessinée, nous souhaitons interroger ce que signifie raconter à l’ère numérique.

Cette question engendre de très nombreuses pistes de travail, le terrain de la recherche à ce sujet étant largement à l’état de friche. Voici une première série de propositions dont la liste n’est pas exhaustive.

Pour commencer, l’histoire de la bande dessinée numérique reste encore à écrire, et ce pour ses trois pôles géographiques principaux (USA, Asie, francophonie). Ses oeuvres sont à recenser, à analyser, à critiquer. Considérée comme objet esthétique, la bande dessinée numérique invite à observer comment elle s’inscrit dans l’histoire de l’art, comment s’y manifestent ou non les enjeux de l’art contemporain à l’orée du XXIème siècle, comment elle fait ou non écho aux autres arts numériques.

En tant que média, on pourra se demander quels sont les atouts et les limites de l’héritage de la bande dessinée pour aller au-delà du papier. Quelles sont les spécificités du récit sur écrans connectés ? Y a-t-il une « plus-value » sémantique et surtout comment s’exprime-t-elle ? Les technologies reconfigurent-elles le “système de la bande dessinée” (Groensteen T., 1999) et comment ? Numérique est-il synonyme de multimédia, d’interactif, de connecté ? Enfin, comme l’observe Jean Clément : « Au cours des siècles passés, chaque changement matériel des supports narratifs a entraîné d’importantes modifications dans l’art de raconter des histoires. (…) Nous ne sommes entrés dans l’ère du numérique que très récemment. Il n’est donc pas surprenant que les oeuvres multimédias qui apparaissent aujourd’hui cherchent encore un mode d’écriture qui leur soit propre. » (Clément J., 2000). Si la bande dessinée joue un rôle indéniable dans l’émergence d’un mode d’écriture propre à l’ère numérique, il semble bon d’observer les réponse qu’apportent les héritiers d’autres traditions narratives. Par exemple on pourra interroger des formes telles que le récit transmédia ou se tourner vers les théories déjà bien étoffées des arts et de la littérature numérique.

Avec ces nouvelles formes de récit, c’est la place même du récit dans nos sociétés contemporaines qui est questionnée. Quels sont les usages des auteurs et des lecteurs ? Pourquoi raconter ou lire des histoires sur écrans connectés ? Raconter pour et par ces outils est-il un métier d’auteur ou de technicien ? Un travail solitaire ou un travail d’équipe ? Ou se placent les savoirs-faire traditionnels (auteur, éditeur, dessinateur, producteur…) ? Quels métiers sont à inventer, quelles collaborations à envisager ?

Enfin, on pourra interroger le marché émergent en terme de modèle économique ou de pratiques éditoriales, mais aussi en se demandant dans quelle mesure ces évolutions relèvent ou non de réelles innovations. Quelles sont les limites des nouveaux supports ? Le “lire numérique” a-t-il besoin du livre numérique ? Au-delà du portage du papier au numérique, qu’est-ce qui fait changer la nature ou le régime du récit ?

Nous invitons les chercheurs à nous soumettre deux documents :

– Une fiche signalétique prenant la forme d’un court Curriculum Vitae exposant les axes de recherche du candidat.

– Un texte anonyme de 3000 signes espaces compris, présenté sans aucun enrichissement autre que l’italique ou le caractère gras, et adoptant une présentation standardisée (Times New Roman 12 pts pour le corps de texte, 10 pts pour les notes, aucun alinéa ou retrait de paragraphe, interligne 1,5).

La proposition sera évaluée de façon anonyme par deux membres du comité scientifique de la revue : son acceptation vaudra encouragement et suggestions quant à un article d’une taille comprise entre 25000 et 50000 signes espaces compris. Elle doit nous parvenir aux adresses électroniques suivantes avant le 10 juillet prochain.

Julien Falgas et Anthony Rageul, responsables de la « thématique »

julien.falgas@gmail.com

anthony.rageul@yahoo.fr

Benoît Berthou, directeur de Comicalités.

benoit.berthou@univ-paris13.fr

Références citées

•                Boudissa M., 2010, La Bande dessinée, entre la page et l’écran : Étude critique des enjeux théoriques liés au renouvellement du langage bédéique sous influence numérique., Thèse en esthétique, sciences et technologie des arts, Université Paris VIII.

•                Clément J., 2000, Hypertextes et mondes fictionnels ou l’avenir de la narration dans le cyberespace, [En ligne: http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00000294/fr/].

•                Groensteen, T., 1999, Système de la bande dessinée, Paris, PUF.

•                Groensteen, T., 2011, Bande dessinée et narration – Système de la bande dessinée 2, Paris, PUF, p.89.

•                Petit Larousse Illustré, 2000, Paris, Larousse/HER.

Smolderen, T., Naissances de la bande dessinée: de William Hogarth à Winsor McCay, Bruxelles, les Impressions nouvelles, 2009, 144 p.

Parution de "Médiatiser la police, policer les médias", Michaël Meyer (dir.)

Médiatiser la police, policer les médias

Michaël Meyer (dir.)

2012, 222 pages, 33 chf, 23 €, ISBN 978-2-88901-048-6

Le travail policier est depuis longtemps l’objet de récits et d’images qui ont durablement influencé notre imaginaire. Cette puissance narrative acquise fait aujourd’hui de l’univers policier l’un des arrière-plans préférés des médias.

À partir de ce constat, cet ouvrage se propose d’explorer comment des représentations de la police sont produites et circulent dans, et entre, les champs du divertissement et de l’information, mais également comment l’institution policière s’est elle-même constituée en pourvoyeuse et en gardienne de son “image publique”. Plus que jamais, le monde réel et le monde médiatique de la police coexistent et se confrontent, car les corps de police sont devenus des producteurs actifs d’images et de discours sur leurs propres actions.

Par un double mouvement, “médiatiser la police” et “policer les médias”, ce livre étudie l’imaginaire social sur la police, sa diffusion dans les médias de masse (télévision, presse, affiches, espaces muséaux…) ainsi que le travail communicationnel des polices modernes.

Table des matières

  • Introduction. Le policier face à son double médiatique (Michaël Meyer)
  • Taire, transmettre ou prostituer sa science, les experts divergent. Utilité et dangers de la vulgarisation du savoir criminalistique en Suisse romande et en France (1900-1960) (Nicolas Quinche)
  • Dans les coulisses du Théâtre du crime: réappropriation muséale de la photographie forensique (Elisa Rusca)
  • Quand la police fait sa pub. Analyse discursive de la figure du policier et de la policière dans la stratégie de communication des polices vaudoises (Stéphanie Pahud)
  • Plus belle la police? Ou comment la série Plus belle la vie dépeint l’institution policière (Nicolas Rafin)
  • Compléter l’”image tronquée”? Les représentations médiatiques de la police (Rob C. Mawby)
  • Community policing et réunions police-population à Los Angeles (Mathieu Zagrodzki)
  • Une police “inquiète” du taux de délinquance en Suisse. Le poids des intérêts et enjeux professionnels dans la construction policière d’un problème public (David Pichonnaz)
  • Des individus sous l’uniforme. La question du droit à l’image des policiers (Sylvain Maresca)
  • La médiatisation de la police du point de vue des policiers: le ressort professionnel de la réception des médias (Guillaume Le Saulnier)

VUES DU TERRAIN

  • Photographier les policiers en France (Laurent Kaczor)
  • Police de proximité et image de la police à Lausanne (Alain Gorka)
  • Le métier de chargé de communication à la police de Lausanne (Jean-Philippe Pittet)
  • Le commandant de gendarmerie et les journalistes: une histoire de confiance (Thierry Davaut)

Ressources: forum, "A propos de littérature populaire"

Ressources

Forum

A propos de littérature populaire

Forum de passionnés et de collectionneurs de littérature populaire d’expression française, ce site propose des descriptions des principales collections populaires de récits de fiction romanesque des XIXe et XXe siècle, avec des indications sur les supports, formats, prix, et des listes souvent exhaustives des titres publiés. Des informations sur les auteurs et leurs pseudonymes peuvent également être trouvées. Enfin, de nombreuses reproductions de couvertures apparaissent comme des documents essentiels sur la culture visuelle. Le site représente une référence bibliographique pour tous les chercheurs en littérature populaire. En outre, le principe collaboratif permet d’interroger les membres actifs du forum et d’obtenir ainsi fréquemment des réponses rapides aux questions posées.

CFP: Nineteenth-Century American Literature and Popular Culture – MPCA/ACA (30 avril 2012)

Nineteenth-Century American Literature and Popular Culture – MPCA/ACA

Deadline for receipt of proposals is April 30, 2012

The MPCA/ACA is seeking paper proposals that address any aspect of 19th century American popular culture for our annual conference. The 2012 conference will be held in Columbus, OH from October 12-14.

We are especially interested in papers that focus on literature and/or culture from a specific critical perspective; however, no particular approach is required. Possible topics include (but are not limited to):

– Literature
– Book History/Print Cultures
– Dime novels
– Politics
– Sports
– Religion
– Westward expansion
– Native Americans
– Women in popular culture
– Entertainment
– The Gothic

Those interested should review the information here (http://mpcaaca.org/columbus-2012/2012-cfp/) to include relevant details on their submission entry. Submissions should be made electronically via our online submission system (http://submissions.mpcaaca.org/). Deadline for receipt of proposals is April 30, 2012.

Any inquiries about this specific topic should be directed to the area chair, Patrick Prominski, Department of English, Michigan State University – promins2@msu.edu.

For more information on the conference and the MPCA/MACA, please visit the mpca website http://www.mpcaaca.org/

Parution: Uriel Heyd, Reading newspapers: press and public in eighteenth-century Britain and America

Uriel Heyd

Reading newspapers

press and public in eighteenth-century Britain and America

Oxford : Voltaire Foundation, coll. “SVEC”, 2012.

302 p.

Prix : £65 / €85 / $110.

EAN : 9780729410427.

Présentation de l’éditeur :

In their first century of uninterrupted publication, newspapers reached an all-embracing readership: male and female, noble and artisan, in both town and country.

Adopting a comparative approach, Uriel Heyd traces the culture of newspaper reading in Britain and America. Previously unexplored sources such as newspaper indexes and introductions, plays, auction catalogues and a unique newspaper collection assembled and annotated by a Bostonian shopkeeper, provide invaluable access to perceptions of the press, reading practices, and the ever-changing experience of consumers. While newspapers supplied news of immediacy and relevance, their effect transcended the here and now, influencing readers’ perceptions of the age in which they lived and helping to shape historical memory.

Table des matières :

Introduction
Part I Newspapers
1. The role of the press
2. Consuming the newspaper
3. Sorting the newspaper: printer- and reader-compiled indexes
Part II Readers
4. The newspaper world on stage
5. Quidnunc: the obsessive reader
6. The reader as collector: shaping time and space
Conclusion
Appendix 1: Harbottle Dorr: biographical sketch
Appendix 2: Classification of index contents
Appendix 3: Dorr’s index: content categories
Bibliography
Index

To order this book or other Voltaire Foundation publications: http://www.voltaire.ox.ac.uk/www_vf/orders/orders.ssi

CFP: Dead Inside: The Walking Dead and the Problem of Meaning in the New Millennium (13 août 2012)

Dead Inside: The Walking Dead and the Problem of Meaning in the New Millennium.

Essay Collection.

Deadline: August 13, 2012

Dawn Keetley, Lehigh University
contact email: dek7@lehigh.edu

In the early twenty-first century, zombies are everywhere—in film (Land of the Dead, 28 Days Later, Dead Snow, Rammbock, The Horde), fiction (Stephen King’s Cell, Colson Whitehead’s Zone One, Max Brooks’ World War Z, John Ajvide Lindqvist’s Handling the Undead), social movements (zombie walks and the Zombie Research Society ), classrooms (Zombie Studies) and even politics (Daniel Drezner’s Theories of International Politics and Zombies). Undoubtedly one of the most sustained and complex representations of the modern zombie, though, is AMC’s television series, The Walking Dead, based on Robert Kirkman’s series of comics.

I am seeking essays for a collection that will explore the complexities of The Walking Dead in relation to the multiple forms of zombie revival, and that will address the ways in which the zombie articulates the crucial theoretical and political debates of the new century.

I am particularly interested in essays about how zombies, and narratives about zombies, engage problems of meaning. In the first episode of season one of The Walking Dead, after protagonist Rick Grimes wakes up in a hospital to a post-apocalyptic world, he encounters a door on which the words “Do Not Open. Dead Inside” are painted. Zombies claw at the opening. The moment encapsulates how zombies often function to signal inner deadness or absence—the loss of self, of consciousness, of history, of political efficacy, of meaning itself. How does the series, in its many contexts (literary, cinematic, historical, political, address compelling contemporary problems of meaning, of how we find and attribute significance in our lives? Essays should, then, take up The Walking Dead as a crystallization of one of the many contemporary problems of meaning. Some generative questions/contexts include:

–Why have zombies seen such a resurgence in the twenty-first century, after their apparent demise in the 1990s? How does The Walking Dead represent an evolution in the history of zombie fiction and film?

–How do zombies feature in imaginings of the end of the world? How do post-apocalyptic narratives with zombies (The Walking Dead, World War Z, Romero’s Dead cycle) differ from those without (The Road, Survivors, The Book of Eli)?

–How do fictional, cinematic, and televisual zombies illuminate philosophical debates over the conceivability of the zombie and what the possible existence (or lack thereof) of zombies says about human consciousness and identity?

–How do zombie narratives encode politics and offer forms of social critique (notably of global capitalism), as well as embodying forms of utopian political thinking?

–How do zombies serve as figures of contagion—as a virus that infects both the body and the mind (memes, flash mobs, etc.)? What meanings inhere in zombies’ contagiousness?

–How do zombies engage with recent theorists of the posthuman?

Please send your essay of no more than 30 pages to Dawn Keetley, Associate Professor of English, at Lehigh University, 35 Sayre Drive, Bethlehem PA 18015. Email: dek7@lehigh.edu. The deadline is Monday August 13, 2012. All disciplinary and interdisciplinary perspectives are welcome. I will be happy to address any questions via email at any time. McFarland (who have been publishing the best books on zombies) is interested in publishing this collection.

Parution (en ligne): Antonio Dominguez Leiva et Sebastien Hubier (éds), Vers un nouveau comparatisme/Towards A New Comparatism

Vient de paraître, téléchargeable en ligne

Antonio Dominguez Leiva et Sebastien Hubier (éds), Vers un nouveau comparatisme/Towards A New Comparatism

http://etudesculturelles.weebly.com/nouveau-comparatisme.html

“Ni tout à fait apocalyptique ni intégrée, la littérature comparée est peut-être la seule discipline qui nous permette, englués comme nous sommes dans une iconosphère globalisée de plus en plus envahissante, de mettre véritablement à distance l’effet-chaos dont s’accommodent autant les industries culturelles que leurs panégyristes médiatiques (voire académiques). Par son interdisciplinarité constitutive, son caractère interculturel et sa méthodologie éclectique, elle peut cerner, dans le totum revolutum de  l’hyperconsommation culturelle contemporaine, le sens caché des réécritures « virales » des grands axes de la culture du passé. C’est elle, plus que tout autre, qui tend le pont entre cette monumentale panique contemporaine des zombies et les grandes peurs du passé, entre l’esthétique du cumshot pornographique et la tradition scripturale libertine ou entre le comique aristophanesque et la satire plautinienne réconciliées et dépassées dialectiquement dans les Simpsons, Family Guy ou South Park (et ne faudrait-il pas ajouter Bob L’Éponge, résolument carnavalesque?). C’est elle qui nous montre la voie qui mène du « réalisme magique » homérique ou gogolien au morphing des blockbusters fantastiques qui inondent nos grands et petits écrans ; le chemin qui de l’Enfer concentrique de Dante mène à Futurama.
Seule la Comparée est à même de relier le Même et l’Autre, le proche et le lointain, le global et le local, le présent et le passé. Des cycles de contes d’Anansi l’araignée au Ghana aux épopées animalières des cartoons états-uniens, des décapitations épiques médiévales à celles des mangas cyberpunk, de Balzac à Mad Men ou de Game of Thrones aux tragédies dynastiques de Shakespeare, l’unique route fiable qui transite (au-delà des boutades et des imprécisions journalistiques, qui font, on le sait, des mauvaises feuilles de route) est celle de cette discipline foncièrement paradoxale. Et paradoxale elle l’est à plus d’un titre, à la fois solidement ancrée dans la tradition classique et dans sa contestation moderne puis post-moderne, attachée à parts égales à ses objets les plus disparates et éloignés, amoureuse pour autant de cultures disjointes et parfois même opposées par leurs Weltanschauungen respectives, voire, plus dramatiquement, par des conflits sanglants passés ou présents.
Consacré nolens volens à l’exploration de l’impureté, que ce soit en violant l’intégrité des espaces et des crédos nationaux ou celle des arts, des médias et des sphères culturelles, le comparatisme a toujours et surtout exigé cette grande ouverture d’esprit qui avait fait, il nous semble, les heures de gloire de cette discipline, de Schlegel à Otto Maria Carpeaux ou Claudio Guillén, et que l’on retrouvait dans ces nombreux compagnons de route qui ont suivi son appel, de Camus à Octavio Paz.
Cette ouverture d’esprit caractérise, il nous semble, ce recueil et les divers comparatistes qui y ont pris part. Ce n’est pas la carte, encore moins le territoire, mais c’est déjà une invitation au voyage. Et le comparatisme, qu’on le veuille ou non, doit désormais prendre le large…”

TABLE DES MATIÈRES

– Antonio Domínguez Leiva, Comparatism Not Dead (Or Is It, After All?) 7

Hybridations, interculturalisme, imagologie & transferts culturels/
Hybridization, intercultural studies, imagology & cultural transfers

– Sébastien Joachim (Universidade Federal de Pernambuco), Pour une
redéfinition et délimitation de la littérature comparée 17

– François Guiyoba (ENS de Yaoundé), Passé, présent et avenir :
l’imagologie en mutation 61

– Olympia G. Antoniadou (Αριστοτέλειο Πανεπιστήμιο Θεσσαλονίκης),
L’identité inter / multi-culturelle de la littérature francophone grecque à
l’ère de la globalisation 75

– Frédérique Toudoire-Surlapierre (Université de Mulhouse-Haute-Alsace),
X-Women (interdit aux moins de 16 18 ans) 109

– Antonio Dominguez Leiva (UQÀM), Tecnópolis y ciborgs: del binomio
disciplinar a la cultura cyberpunk 131

Intersémioticité et disciplinarité, des notions problématiques
Disciplinarity and the problem of intersemioticity

Marco Nuti (Università di Pisa/ Université de Strasbourg), La bellezza
come straniamento. Georges Bataille e l’Olympia di Manet 169

Daniel Poitras (EHESS/ Université de Montréal), L’intersémioticité dans « Le
noir soleil du langage ». Michel de Certeau, Félix le Chat et l’expérience du
temps des sixties 183

Stéphanie Miech (Nancy II), Esthétique rococo et cruauté 199
Cultures populaires, cultures de masse

Études de la culture populaire de masses/ Popular/mass culture studies

Anna Avaraki (Paris Diderot-Paris 7), Comparatisme et interdisciplinarité.
Quelques réflexions sur le débat actuel du comparatisme français et
étatsunien 245

Thomas Fabisiak (Emory University, Atlanta) & Joseph Laycock (Boston
University), Scumfuc Outlaw Christ: GG Allin and the exegetical
elaboration of a left sacred messiah 257

Aurélien Bécue Picard (Université de Rennes II), De la littérature rock. Du
bruit dans la littérature 305

Jérôme Martin (Editions du Murmure), Les Comics : un objet culturel ? 330

Retour à la littérature ?/ Return to literature?

Charles de Roche (Université de Zürich), Monadology of the Poem 353

Jessica Mc Bride (University of Connecticut), Where History ends and Myth
begins: Creation of the “Witch” in Maryse Condé’s Moi, Tituba, Sorcière…
and La Cage d’Anne Hébert 367

Alexandra Ivanovitch (Université de Paris-Sorbonne), L’Evangile de Judas,
du codex Tchacos à Borges ou la mythocritique à l’irréel du passé 379

Irena Trujic (Université de Montréal), Michel Tremblay et les auteurs
russes. La traduction en québécois 389

Romain Ternaux (Editions 13e Note), John Fante et le détournement de
l’épique : The Road to Los Angeles 401

Peter Dayan (University of Edinburgh), Pour un comparatisme entre les arts
413

Ressources: Yesterday's Papers.

Yesterday’s Papers

http://john-adcock.blogspot.fr/

Le blog de John Adcock représente une mine sans fond d’informations sur les différentes productions populaires anglo-saxonnes (supports, modes d’expression, textes critiques, illustration, etc.) du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle. On y trouve des articles consacrés à de nombreux penny blood et penny dreadfuls, à la presse illustrée, aux illustrateurs satiriques, à d’obscurs écrivains populaires, etc.

Liste des sujets traités sur le site.

Total Pageviews

292,905

CFP: "Revisiting the Dime Novel": 2012 PAMLA Conference CFP (deadline: april 22, 2012)

Call For Papers

“Revisiting the Dime Novel”: 2012 PAMLA Conference CFP

(deadline: april 22, 2012)

This approved session will explore the largely forgotten or ignored dime-novel–the American pulp novels of the 19th and early 20th centuries, including Westerns, detective stories, school stories, romance tales, or early science fiction. All aspects of the phenomenon of the dime-novel are fair game; papers may explore the dime novel through a new-Historical, Cultural Studies, Queer Theory, Marxist, post-Colonial, or other analytic lens.

The Online CFP List and Paper Proposal Form for the October 19-21 PAMLA Conference, to be held at Seattle University in Seattle, WA, is now open. The deadline for proposing a paper to this or any of the more than 100 approved sessions is April 22, 2012. For more information, please visit the PAMLA Conference website: http://www.pamla.org/2012

Association internationale des chercheurs en « Littératures populaires et culture médiatique » / International Research Association in Popular Literature and Media Culture

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search