Appel à contributions : Théories et littératures de l’imaginaire (revue Iris)

Appel à contributions réservé aux docteurs : « Théories et littératures de l’imaginaire », Iris, n° 42, 2022 (UGA Éditions).

Échéance des propositions : 7 septembre 2021

Pour sa section théorique « Mythodologies », le prochain numéro 42 de la revue Iris prévoit de réunir des analyses sur le concept d’imaginaire, ses définitions et ses méthodes, au croisement des théories de l’imaginaire et des littératures de l’imaginaire.

Le terme imaginaire peut être un adjectif ou un nom et il convoque de nombreuses acceptions. L’adjectif imaginaire signifie généralement « ce qui est produit par l’imagination, qui n’existe pas réellement ». Il implique parfois une connotation négative renvoyant à ce qui est faux. Le nom imaginaire comprend deux grandes significations. D’une manière générale, il renvoie à « ce qui relève du monde de l’imagination ». Dans les sciences humaines, il existe diverses déclinaisons définitoires, selon qu’on parle de philosophie, d’histoire culturelle, de psychanalyse, etc. Quoi qu’il en soit, l’imaginaire se comprend au niveau individuel ou collectif et l’on peut identifier une définition consensuelle en considérant l’imaginaire comme « une structure des représentations, des images créées par l’homme, qui sont en perpétuelle évolution, ce qui permet à l’être humain d’innover, de créer ». De quel imaginaire parle-t-on lorsque l’on évoque les littératures de l’imaginaire qui recouvrent d’ailleurs divers genres littéraires comme la science-fiction ou la fantasy ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Théories et littératures de l’imaginaire (revue Iris)

Parution : Capitalocène et plateformes. Hommage à Bernard Stiegler (études digitales n°9)

Études digitales, n°9, « Capitalocène et plateformes. Hommage à Bernard Stiegler », dir. Franck Cormerais et Jacques Athanase Gilbert, dir. adjoints Armen Khatchatourov et Daphné Vignon, 2021-1. 

La revue Études digitales défend une approche herméneutique, critique, rhétorique et poétique des technologies. Elle se veut résolument transdisciplinaire.

Sommaire

International Conference: Stylistic Approaches to Pop Culture (University of Vechta, 2-3 September 2021)

International Conference: Stylistic Approaches to Pop Culture

2-3 September 2021

University of Vechta, Germany

Format: Online Conference

Organizers: Christoph Schubert (Vechta) and Valentin Werner (Bamberg)

Presentation

Pop culture appears in diverse textual manifestations, including television series and films, song lyrics, video games, or graphic novels and comics. Although there is no universally accepted definition of pop culture, prototypical texts belong to globalized mainstream media, fulfill the commercial function of mass entertainment, and are dominated by American English. However, despite their international reception and sociocultural impact, and despite the fact that pop culture seems to have overcome its traditional “low culture” status, relevant texts are still clearly underresearched in linguistics. Style is here considered as a motivated choice of specific linguistic items that fulfill communicative functions in accordance with contextual parameters such as author, genre, or discursive context. Correspondingly, this conference intends to investigate stylistic features that contribute to the mass appeal of pop cultural texts, arguably representing the most central type of performed language today. It will also take into account that contemporary pop culture manifestations are genuinely multimodal (combining text and music, text and image, etc.), so that further layers of meaning interact with the verbal discourse.

Confirmed keynote speakers

Christiana Gregoriou (University of Leeds)
Dan McIntyre (University of Huddersfield)

Program

Available here.

Parution : « Bande dessinée et approches intermédiales » (Plasticité, n° 3)

Plasticité, n° 3, « Bande dessinée et approches intermédiales », sous la direction de Valérie Dupuy et Mireille Raynal-Zougari, 2021

Université de Toulouse Jean Jaurès

Table des matières

Présentation du numéro

Fatima Seddaoui et Agatha Mohring

Note sur les illlustrations

Valérie Dupuy et Mireille Raynal-Zougari

Bande dessinée et plasticité numérique

Philippe PAOLUCCI

« How can the spaces between the pages be as meaningful as the pages ? » Du montage en bande dessinée

Louise ALEKSIEJEW

Bande dessinée et rhétorique des émotions

Philippe MAUPEU

Génocides et B.D. : l’intermédialité, une manière de transmettre l’indicible

Marie-Cécile CHARLES

Quelques éléments intermédiaux dans le roman graphique Dr Uriel de Sento

Fatima SEDDAOUI

De la carte au croquis : intermédialité pédagogique et intimiste de la mémoire dans le roman graphique Los surcos del azar de Paco Roca

Agatha Mohring

Le rapport entre les histoires comiques de Joḥa et leur illustration dans la bande dessinée

Mountajab SAKR

Tissage intermédial : l’exemple du roman graphique Nymphéas noirs de Michel Bussi, Didier Cassegrain et Fred Duval

Pascale HELLÉGOUARC’H

Les auteurs

Appel à contributions : Âgisme : construction et déconstruction des représentations liées à l’âge dans la littérature, les arts et les médias (revue Traits d’union)

« Âgisme : construction et déconstruction des représentations liées à l’âge dans la littérature, les arts et les médias »

Journée d’études : Maison de la Recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle (4 Rue des Irlandais, Paris) – en format hybride, 22-23 octobre 2021

Publication : Revue Traits d’Union

Échéance des propositions : 3 septembre 2021

Le 12e numéro de la Revue Traits d’Union se propose d’étudier la notion d’âgisme et ses représentations dans la littérature, les arts et les médias. Ce concept permet essentiellement d’identifier et de dénoncer les stéréotypes et les discriminations qui affectent la vieillesse, classe d’âge qui tend à être invisibilisée et stigmatisée dans les représentations et les pratiques. Il est possible cependant de l’étendre à l’ensemble des discriminations fondées sur l’âge, notamment celles qui touchent la jeunesse. Il s’agira ainsi de voir comment la littérature, les arts et les médias participent au renforcement, à la dénonciation ou à la déconstruction des stéréotypes âgistes.

La Revue Traits d’Union publie prioritairement de jeunes chercheur·euse·s, doctorant·e·s et jeunes docteur·e·s, en lettres, arts, médias, sciences humaines et sociales.

Apparu pour la première fois en 1969 sous la plume de Robert Butler, le terme « âgisme » désigne « une profonde gêne chez les jeunes et les personnes d’âge moyen – une répugnance personnelle et un dégoût envers le vieillissement, la maladie et l’infirmité ;

ainsi que la peur de l’impuissance, de l’inutilité et de la mort1 ». Il prend peu à peu sa place dans le langage courant, faisant émerger l’idée qu’à l’instar d’autres formes de discriminations comme le racisme ou le sexisme2, il existe une ségrégation en fonction de l’âge. D’ailleurs, la pandémie de Covid-19 qui a frappé le monde à partir de 20193 ou encore le débat récurrent sur les retraites4 en France, tout comme celui sur les Ehpad5, ne font que réactualiser les stéréotypes que l’on accole aux personnes âgées. Il n’est qu’à lire La Vieillesse de Simone de Beauvoir6, tout récemment réédité, ou encore Histoire de la vieillesse de Jean-Pierre Bois7 pour s’en rendre compte.

Vieillesses et stéréotypes

Il s’agirait pourtant de clarifier tout d’abord ce que désigne la vieillesse, notion aussi vague que fluctuante. En effet, on ne vieillit pas de manière uniforme suivant sa classe sociale, son activité professionnelle, son parcours de vie, son environnement, etc. De plus, la représentation de la vieillesse varie selon l’époque et la culture. Chaque vieillesse est singulière et pourtant la représentation de la vieillesse donne lieu à un ensemble de stéréotypes qui sont souvent négatifs. Certes, celles-ci présentent aussi la figure bienveillante du grand-parent adoré (Victor Hugo, L’art d’être grand-père, Madame de Grand Air dans la série de bandes-dessinées Bécassine) ou celle du vieux sage (Socrate peint par Jacques-Louis David ou Salvator Rosa, le père Fouras dans l’émission Fort Boyard) dont l’expérience profite à tou·te·s mais cette image est minoritaire, du moins en Occident8. Ici encore, la nuance est de mise et chaque aire géographique et culturelle semble présenter son lot de spécificités.

Qu’en est-il alors des stéréotypes liés à la vieillesse ? Existe-t-il des invariants ? Quel lien y a-t-il entre ces représentations caricaturales et la société qui les produit ? Quelle place l’aire géographique et l’ère temporelle prennent-elles dans leurs constructions ? En termes artistiques et médiatiques, les formes, mouvements et supports jouent-ils un rôle dans la manière dont l’âgisme transparaît ? Les arts et les médias sont-ils des vecteurs efficaces pour déconstruire ces représentations ? Quels chemins, singuliers ou communs, ces déconstructions prennent-elle ? Les circonvolutions langagières pour désigner cet âge de la vie – 3e âge, 4e âge, seniors – ne sont-elles pas déjà une trace de cet âgisme ? Si « gros » ne devrait pas être un gros mot9, n’en serait-il pas de même pour « vieux » ? Ces quelques questionnements ne peuvent qu’être frappés du sceau de l’incomplétude, d’autant que l’aspect intersectionnel a une place prépondérante dans la construction mais aussi dans la déconstruction de ces stéréotypes âgistes.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Âgisme : construction et déconstruction des représentations liées à l’âge dans la littérature, les arts et les médias (revue Traits d’union)

Parution : Félix Pyat et Eugène Sue, Mathilde, drame, suivi de sa parodie par Gabriel de Lurieu et Michel Masson

Félix Pyat et Eugène Sue, Mathilde, drame, suivi de sa parodie par Gabriel de Lurieu et Michel Masson, Présentation de Barbara T. Cooper avec la collaboration de Roger Little, L’Harmattan , coll. « Autrement Mêmes », 2021.

Mathilde n’est pas la mieux connue des œuvres d’Eugène Sue mais mérite bien qu’on la redécouvre. Écrite en collaboration avec Félix Pyat, la pièce offre une image des dangers que représente pour la France de Louis-Philippe et Guizot l’importance accordée à l’argent et à la mobilité sociale. Le scélérat riche, pervers et froidement cynique qu’est Lugarto, métis brésilien venu s’installer dans la bonne société française, est un monstre qu’il était, et est encore, permis de condamner comme une caricature irrecevable de l’homme noir, mais qu’une bonne partie du public théâtral de l’époque prenait en haine puisqu’il représentait le règne immoral de l’argent. D’autres choisissaient d’en rire, exagérant plus encore les traits détestables du traître pour en faire une parodie. Nous offrons le drame sérieux et sa version parodique dans ce volume ainsi que de nombreux comptes rendus et la liste des traductions-adaptations en langue étrangère.

Lire un extrait

 

Appel à contributions : Jusqu’où le regard me porte : horizons et perspectives en littérature de jeunesse (Revue ILCEA)

 « Jusqu’où le regard me porte : horizons et perspectives en littérature de jeunesse »

ILCEA n° 49

Échéance des propositions : 15 septembre 2021

Très présent en tant que thématique et motif dans la littérature de jeunesse, qui est, à de nombreux égards, une littérature d’exploration et de voyages réels ou imaginaires, souvent entendu comme ce lieu indéfini où se rejoignent ciel et terre, l’horizon contribue aussi à construire et à dessiner l’espace urbain. Il peut être ainsi considéré comme une limite apportée au regard, au champ visuel, déterminant une certaine perception du paysage, donnant à voir certains éléments, en suggérant les pièces, morceaux, composantes cachées et stimulant ainsi l’imagination. La ligne et la création visuelle de l’horizon variant selon le point de vue de l’observateur, ligne imaginaire qui crée la perspective, ouverture vers l’inconnu, la « hauteur d’enfant » souvent adoptée par le texte littéraire ne peut qu’apporter des observations intéressantes. Démarcation, frontière, l’horizon fait aussi figure « d’une limite ouvrante et mouvante, non d’une clôture fixe » (Collot, 2018). Il permet de changer progressivement et parfois imperceptiblement les repères en reposant la question de la position, spatiale mais aussi culturelle, de celui qui regarde. La perception de ce marqueur varie en fonction du temps, qu’il s’agisse d’heures ou de saisons, ces rêveries ouvrant souvent la voie aux escapades dans des mondes imaginaires (Bachelard, Poétique de l’espace, 1957 ; Poétique de la rêverie, 1960). 

Continuer la lecture de Appel à contributions : Jusqu’où le regard me porte : horizons et perspectives en littérature de jeunesse (Revue ILCEA)

Marc Vervel (Université de Paris)

Marc Vervel est PRAG à l’Université de Paris. 

Domaines de recherche
Littérature XIXe-XXIe, avec une prédilection pour le tournant XIXe-XXe ; récit médiatique, récit policier, récit fantastique, le mystère en littérature, la distinction genres hauts-genres bas, tension narrative, immersion narrative. Littérature française et comparée (littératures française et francophone, anglo-saxonne, hispanique et hispanophone, germanique), rapports texte-image, texte-cinéma, littérature et internet.

CV et publications

Appel à contributions : « Hors des centres : bandes dessinées et comics au Canada » (Voix plurielles)

« Hors des centres : bandes dessinées et comics au Canada »

Voix plurielles

Échéance des propositions : 15 décembre 2021

 Date prévue de parution : fin 2022

Créer, publier, lire des bandes dessinées ou des comics, cela a longtemps été des activités marginales tant pour la haute culture que la culture industrielle qui a trouvé des canaux plus immédiatement profitables. Il en fut de même au Canada, plus particulièrement anglophone. Cependant, même dans ces marges s’est développé un champ de production dans lequel s’est formé un centre, voire des centres, dans l’économie du champ national. Ainsi, depuis au moins trente ans, Montréal occupe dans le domaine une position centrale tant pour la BD francophone que pour les comics et romans graphiques/« graphic novels » (avec Drawn & Quarterly), et ce tant au Québec que dans le reste du Canada. Toronto, centre dans le domaine de l’édition, l’est moins dans le champ des récits dessinés. Mais si cette ville a pu, par la notoriété de sa presse, agir comme un centre, c’est aussi bien relatif compte tenu du poids culturel de États-Unis dans le champ des comics et dans celui voisin de la production culturelle de l’illustration de presse.

Dans ce numéro de Voix plurielles, nous voulons explorer les mondes de la bande dessinée et des comics en prenant en compte qu’il y a eu évolution parallèle selon les langues et les zones culturelles hors des espaces qui ont occupé ou occupent une position centrale au Canada. Nous invitons particulièrement, mais non exclusivement, des contributions sur les questions suivantes :

Continuer la lecture de Appel à contributions : « Hors des centres : bandes dessinées et comics au Canada » (Voix plurielles)

Gaëlle Kovaliv (Université de Lausanne)

Diplômée en en français moderne et en sciences du langage à l’Université de Lausanne, Gaëlle Kovaliv étudie les conditions de production et de réception des œuvres de bande dessinées nativement numériques francophones. Sa thèse, entre sociologie et lettres, se concentre ainsi sur six axes de recherche : l’identité de ce nouveau médium, les conséquences de la disparition du filtre éditorial – notamment dans une perspective de genrée –, la place du lectorat, l’économie et le financement, le rôle des éditeurs papier et une comparaison internationale des formes de création et de diffusion. Cette recherche est principalement basée sur des entretiens menés auprès de créateurs et créatrices et par des témoignages provenant du monde professionnel de l’édition.

Dans le cadre du projet, Gaëlle Kovaliv a déjà co-rédigé plusieurs articles. Un glossaire bilingue des unités significatives de la bande dessinée avec Olivier Stucky, une étude de la forme des tables des matières des bandes dessinées numériques avec Anaïs Goumand et un article sur le genre, les media studies et la bande dessinée avec Léonore Porchet. Elle a également participé, avec Raphaël Baroni et Olivier Stucky, à la rédaction d’un article de synthèse sur les obstacles qui s’opposent à l’émergence de supports de publication numériques dans le contexte de la bande dessinée européenne et francophone. Elle a aussi réalisé plusieurs bases de données visant à recenser les bandes dessinées nativement numériques francophones ainsi que les créateurs et créatrices actifs et actives dans de domaine.

Par ailleurs, Gaëlle Kovaliv est actuellement membre du comité éditorial de la revue Comicalités, du Réseau des Narratologues Francophones (RéNaF) et du Pôle de Narratologie Transmédiale (NaTrans). Elle est également coresponsable bénévole des conférences et animations du festival de bandes dessinées BDFIL et membre du comité d’édition de la revue Archipel.

Publications

Association internationale des chercheurs en « Littératures populaires et culture médiatique » / International Research Association in Popular Literature and Media Culture

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search