Parution : Transhumanism and Posthumanism in Twenty-First Century Narrative (Baelo-Allué, Calvo-Pascual, ed.)

Sonia Baelo-Allué, Mónica Calvo-Pascual (ed.), Transhumanism and Posthumanism in Twenty-First Century Narrative, Routledge, 2021

Presentation

Transhumanism and Posthumanism in Twenty-First Century Narrative brings together fifteen scholars from five different countries to explore the different ways in which the posthuman has been addressed in contemporary culture and more specifically in key narratives, written in the second decade of the 21st century, by Dave Eggers, William Gibson, John Shirley, Tom McCarthy, Jeff Vandermeer, Don DeLillo, Margaret Atwood, Cixin Liu and Helen Marshall. Some of these works engage in the premises and perils of transhumanism, while others explore the qualities of the (post)human in a variety of dystopian futures marked by the planetary influence of human action. From a critical posthumanist perspective that questions anthropocentrism, human exceptionalism and the centrality of the ‘human’ subject in the era of the Anthropocene, the scholars in this collection analyse the aesthetic choices these authors make to depict the posthuman and its aftereffects.

Continuer la lecture de Parution : Transhumanism and Posthumanism in Twenty-First Century Narrative (Baelo-Allué, Calvo-Pascual, ed.)

Parution : Poétique du Chat Noir (Crépiat, Saint-Amand, Schuh, dir.)

Caroline Crépiat, Denis Saint-Amand et Julien Schuh (dir.), Poétique du Chat Noir, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2021

Suivez les pas du « Chat Noir » (à la fois cabaret, collectif, revue) dans l’ambiance montmartroise de la fin du XIXe siècle et (re)découvrez-le dans une étude centrée sur sa production écrite.

*

Malgré le regain d’intérêt, ces quinze dernières années, pour l’étude de la presse du XIXe siècle, un titre phare de la fin de siècle, Le Chat Noir, n’a jamais fait l’objet d’une étude approfondie en tant que journal. C’est en effet surtout à l’histoire de l’art ou de la culture montmartroise que nous devons la majorité des recherches sur ce périodique, qui est souvent réduit à une fonction d’archive. Ses textes, ses illustrations, relevant essentiellement de la blague, n’auraient guère d’intérêt, à l’exception des productions de quelques collaborateurs notoires – Paul Verlaine, Alphonse Allais, Léon Bloy, Caran d’Ache, Jules Jouy, Charles Cros, Willy, George Auriol, Adolphe Willette – qu’on a souvent détachées de leur contexte de publication original pour les mettre en recueil. Comment expliquer alors la longévité de cette feuille – quinze ans, 690 numéros – si son contenu était d’une telle indigence ? Ce livre se propose de poursuivre l’exploration du Chat Noir – entendu ici comme l’ensemble des pratiques qui s’organisent sous cet emblème : une revue, un cabaret et un collectif – en envisageant comme centrale la question de la production écrite. En somme, de prendre au « SÉRIEUX QUAND MÊME » les écrits d’un collectif qui, de façon systématique, tourne en dérision tout discours sérieux et les codes qui en découlent, et peut à ce titre aujourd’hui souffrir de sa réputation blagueuse.

Appel à contributions : Créer et incarner des créatures fantastiques (Festival Atrebatia, Arras)

Colloque Créer et incarner des créatures fantastiques

18 et 19 février 2022

Dans le cadre du Festival Atrebatia (Arras)

Échéance des propositions : 30 septembre 2021

Organisé par Anne Besson et Audrey Tuaillon Demésy

 

Argumentaire

La littérature contemporaine n’est pas avare de créations de mondes imaginaires. Popularisés grâce à J. R. R. Tolkien et le Seigneur des Anneaux, les mondes « secondaires » sont devenus des espaces et des temps que le lecteur explore à l’envi et dans lesquels il peut s’immerger. Que l’ancrage soit plutôt celui de la fantasy (Game of Thrones, Orcs, etc.) ou celui de la science-fiction (Altered Carbon, Dune, Black-out, etc.), l’univers fictionnel forme un lieu à parcourir, en suivant les aventures des protagonistes. Mais les « genres de l’imaginaire » (Besson, 2015) dépassent le cadre littéraire et se déclinent aussi selon d’autres formes de loisirs, notamment les jeux de rôle (Shadowrun, Donjons & Dragons, etc.), les jeux vidéo (The Last of Us, The Witcher) ou ceux de plateau (Net Runner, La Guerre de l’Anneau, etc.).

Au-delà, cette exploration ludique s’exporte en dehors du cadre purement fictionnel : la création et l’incarnation de personnages fantastiques devient un autre moyen de voyager au sein d’univers alternatifs. Ainsi, le monde imaginaire peut être « mis en vie » et devient sensible par le biais de pratiques corporelles puisque certaines activités ludiques consistent à fabriquer et expérimenter l’altérité fantastique.

Diverses formes de loisirs peuvent entrer dans cette catégorie. Le bodypainting, par exemple, est une forme d’art visant à métamorphoser le corps – grâce à une peinture corporelle – et à évoquer, entre autres, des créatures imaginaires (fées, naïades, etc.). Dans cette même logique, le cosplay est une manière de « jouer costumé » des personnages de fiction, issus aussi bien de romans, de comics ou de mangas que de jeux vidéo. Dans cette continuité, le jeu de rôle Grandeur nature (GN) est un autre moyen de créer des personnages imaginaires : scénarisées, ces rencontres de GN sont aussi des moments permettant de se métamorphoser en elfe, en troll ou en vampire. D’autres loisirs peuvent cibler plus spécifiquement certains peuples de fiction. Ainsi en est-il de la pratique du mermaiding qui consiste à fabriquer sa queue de sirène et à l’utiliser en immersion aquatique ou des zombies walks qui sont, quant à elles, des occasions de se déguiser en mort-vivant et d’adopter leur démarche si caractéristique. Enfin, les orcs forment aussi une catégorie à incarner à part entière (Blanc, 2018).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Créer et incarner des créatures fantastiques (Festival Atrebatia, Arras)

Parution : Penser avec Stuart Hall (Bouyahia, Freitas-Ekué, Ramdani dir.)

Malek Bouyahia, Franck Freitas-Ekué et Karima Ramdani (dir.), Penser avec Stuart Hall, précédé de deux textes inédits de Stuart Hall, La Dispute, 2021

Cet ouvrage collectif présente et examine l’œuvre de Stuart Hall, pionnier des cultural studies, mais aussi théoricien postcolonial de première importance. Les chapitres font alterner des éclairages du contexte théorique, institutionnel et politique du développement de sa pensée, des explications de ses conceptions de la race, de l’hégémonie et des usages contemporains de sa théorie. Cette dernière est mobilisée pour penser notamment le renouveau de la gauche ou encore l’expérience politique des groupes minoritaires.

Le livre est précédé de la traduction de deux textes majeurs de Stuart Hall par Séverine Sofio, au sujet des identités diasporiques et des rapports entre discours et pouvoir dans la période postcoloniale.

Consulter la table des matières.

Avec des contributions de Lotte Arndt, Malek Bouyahia, Maxime Cervulle, James Cohen, Taous Dahmani, Franck Freitas-Ekué, Marc Lenormand, Kolja Lindner, Éric Maigret, Nelly Quemener  et Karima Ramdani.

Parution : Paris en ses jardins (J. Synowiecki)

Jan Synowiecki, Paris en ses jardins. Nature et culture urbaine au XVIIIe siècle, Champ Vallon, coll. « L’environnement a une histoire », 2021

Royaux ou princiers, les jardins de Paris au XVIIIe siècle devaient offrir à la population urbaine des îlots salvateurs face aux exhalaisons et aux miasmes de la ville. Loin d’être figés dans un écrin de verdure et de représenter des enclaves champêtres au cœur de la ville, ces espaces étaient fermement insérés dans le tissu urbain. Ce livre propose ainsi une véritable microphysique de la nature parisienne, des dégâts causés par les taupes à l’élagage des arbres. L’histoire matérielle et vivante des jardins parisiens du XVIIIe siècle permet ainsi de restituer avec le plus de fidélité possible un monde composé de micropartages faisant la part belle aux conflits entre juridictions, aux régulations policières ainsi qu’aux tensions entre les différents usages sociaux de l’espace du jardin.

Lire la table des matières.

Ancien étudiant de l’ENS Ulm, agrégé et docteur en histoire de l’EHESS, Jan Synowiecki est Attaché temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis.

Parution : Racisme et jeu vidéo (M. Derfoufi)

Mehdi Derfoufi, Racisme et jeu vidéo, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Interventions », 2021

Résumé

En 2007, le monde du jeu vidéo est secoué par une violente polémique au sujet du jeu vidéo Resident Evil 5. Ce dernier est accusé de faire commerce du racisme, en invitant à se glisser dans la peau d’un américain blanc body-buildé, missionné dans une région africaine anonyme, et tuant des dizaines d’hommes et de femmes noires présentées comme de dangereux zombies infectés du virus T. Depuis, la communauté des joueurs et joueuses de jeux vidéo interpelle régulièrement les créateurs et créatrices des jeux sur les questions du racisme et du sexisme.

Dans son ouvrage, Mehdi Derfoufi analyse les rapports de force qui structurent l’industrie du jeu vidéo, dévoilant comment le racisme se niche parfois insidieusement au cœur de scénarios de jeux vidéo à succès. Il nous invite à nous questionner. Quels sont les pays qui pèsent sur les milliards d’euros du marché mondial du jeu vidéo ? Qui sont les game designers et auteurs des jeux ? Comment les représentations racistes sont-elles véhiculées à travers les personnages et les imaginaires vidéoludiques ?

L’auteur nous dévoile avec brio les logiques racialisantes à l’œuvre au sein d’un marché économique très concurrentiel où des stéréotypes exotisants servent régulièrement à faire vendre un jeu. Il nous montre aussi comment la division internationale du travail et la hiérarchie économico-politique Nord/Sud pèse sur le marché du jeu vidéo et ralentit l’émergence de nouvelles représentations. Pourtant, de nombreux espoirs, notamment dans les pays du Sud participent au renouvellement de la culture geek : face aux violences racistes, la riposte s’organise.

Continuer la lecture de Parution : Racisme et jeu vidéo (M. Derfoufi)

Journée d’études : Imaginaires du temps post-apocalyptique et (ré)organisation des rapports sociaux

Imaginaires du temps post-apocalyptique et (ré)organisation des rapports sociaux 

8 avril 2022

Université de Franche-Comté, Besançon, France 

Échéance des propositions : 30 juin 2021

Organisé par Clémentine Hougue (3L.AM, Le Mans Université), Sébastien Haissat et Audrey Tuaillon Demésy (STAPS, Université de Franche-Comté).

Cette journée d’étude s’inscrit dans le programme de recherche Aiôn (Socio-anthropologie de l’imaginaire du temps. Le cas des loisirs alternatifs), financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR19-CE27-0008). Le colloque aura lieu à Besançon le 8 avril 2022.

Dans son sens originel de révélation, l’apocalypse est un kaïros, un instant décisif : suspendant le chronos (le temps linéaire, chronologique), il marque une opportunité, une occasion à saisir – avec prudence (phronesis), recommande Aristote dans L’Éthique à Nicomaque. Dans son acception religieuse, le temps d’après représente le retour à une forme parfaite du monde : ainsi de l’Apocalypse de Jean où la fin des temps conduit à l’avènement de la Jérusalem céleste.

Qu’en est-il dans la science-fiction (ou plus globalement dans les fictions spéculatives) ? Depuis les premiers textes du genre, les auteurs se sont emparés du motif de la fin du monde pour imaginer de nouvelles sociétés : dès le début du XIXe siècle, dans Le Dernier Homme (1805) de Jean-Baptiste Cousin de Grainville ou The Last Man de Mary Shelley (1826), la fiction post-apocalyptique permet de mettre en perspective les problématiques des sociétés contemporaines. Les récits de fin du monde ont en effet pour fonction d’« historiciser le présent », de donner à penser « une praxis, c’est-à-dire une pratique politique du temps » (Engélibert, 2019 : 89). Les fictions des mondes d’après interrogent aussi les façons dont les individus coopèrent entre eux, se distinguent, s’éloignent ou se rapprochent ; bref, la manière dont ils (re)font société.

Dès lors, comment les spécificités de l’imaginaire du temps post-apocalyptique influent-elles sur les rapports sociaux ? À l’inverse, comment ces rapports sociaux nous informent-ils sur la nature de ce temps de l’après ? S’agit-il d’un temps social nouveau, inédit, qui redistribue les hiérarchies sociales ? Ou, au contraire, d’un temps social « à rebours », qui réinstaure, ou rejoue, les organisations sociales du passé?

Cette journée d’étude vise à utiliser les imaginaires post-apocalyptiques comme laboratoires d’expérimentation du social, autrement dit à comprendre quelles formes de rapports sociaux peuvent être mis en jeu dans un nouvel ordre fictionnel. Mais elle consiste tout autant à saisir comment l’imaginaire du temps de l’Après renseigne sur notre présent et le passé (que celui-ci soit réel ou fictionnel). Plus largement, une réflexion sur les imaginaires du temps est attendue et la dialectique avant/après sera au cœur des interrogations de la journée. Les fictions post-apocalyptiques étudiées pourront aussi bien évoquer des mondes « en construction » (telles les fictions zombies) que des univers « nouveaux » et stabilisés prenant place plusieurs années ou décennies après un phénomène apocalyptique. Il s’agit en tous les cas d’« une formalisation projective, en ce qu’elle donne forme, ici et maintenant, à une idée de quelque chose qui n’est pas encore. » (Di Filippo et Schmoll, 2016 : 127).

D’un point de vue anthropologique, l’Apocalypse comme fin d’un monde se présente comme « l’élaboration culturelle d’un discours sur l’annihilation d’une certaine communauté morale entendue comme une totalité faisant sens »(Carey, 2019 : 13). Dès lors, questionner l’imaginaire apocalyptique invite à saisir la façon dont se construisent les discours sur le temps de l’après mais permet aussi de comprendre comment s’exprime la finitude d’un groupe ou d’un « objet social » (ibid. : 16). La dimension téléologique du temps post-apocalyptique pourra être interrogée : en tant que temporalité tendue vers une fin, quelles sont les articulations de ce temps avec, par exemple, le temps messianique ? Un film comme Matrix (The Wachowskis, 1999) présente une dystopie technologique où les humains, dominés par des machines, attendent la venue d’un sauveur : l’univers dystopique entraîne ainsi la construction d’un imaginaire utopique. La fin du monde ayant déjà eu lieu, reste l’attente du messie, dans une temporalité suspendue : c’est ici « le temps qui se contracte et commence à finir […] le temps qui reste entre le temps et sa fin » (Agamben, 2000 : 110-111). On pourra ainsi se demander en quoi le temps qui succède à l’apocalypse est, ou n’est pas, déterminé par la notion de fin, vers son attente et vers l’aspiration à un renouveau. Dans cette continuité, les liens entre dystopies et temps post-apocalyptique pourront être interrogés. Outils permettant de mettre en lumière certains dysfonctionnements de nos sociétés contemporaines, les fictions dystopiques évoquent également les dérives des sociétés de surveillance et de contrôle. Se pose alors la question des nouvelles relations sociales entre les humains qui s’installent ou disparaissent. C’est ce qu’illustrent notamment les œuvres d’Alain Damasio (La Zone du Dehors, 2007 ; Les Furtifs, 2019). Critiques acerbes des dérives du capitalisme, les histoires prenant place dans un temps post-apocalyptique témoignent aussi du réaménagement des rapports sociaux entre immobilisme, reproduction d’un ordre existant et mouvement comme moyen d’émancipation.

On pourra ainsi aborder les rapports de classe dans le contexte post-apocalyptique : un roman comme Fury de Henry Kuttner (1949), qui se situe dans un futur où l’humanité a dû s’exiler sur Vénus, présente par exemple une société de castes, dominée par des Immortels, qui vont se voir contester leur suprématie par un groupe dissident. Plus récemment, Peste (Rant en VO), de Chuck Palahniuk (2007), raconte par bribes la propagation d’un virus, dans une société divisée entre les respectables Diurnes, qui vivent le jour, et les Nocturnes, marginaux qui occupent leur nuit à des rodéos en voiture. Land of the Dead de George A. Romero montre également une société nivelée entre les ultra-riches vivant dans l’opulence et les plus pauvres, parqués dans des bidonvilles et cernés par les zombies. Dans ces exemples, on observe que le temps post-apocalyptique renforce les inégalités de classe, leur imperméabilité les unes aux autres : le futur est ainsi envisagé par ces auteurs comme non seulement profondément inégalitaire, mais aussi totalitaire, révélant une inquiétude politique profonde sur le devenir des démocraties occidentales.

Quid de la question ethnique dans le monde d’après ? Comment la situation minoritaire d’un groupe est-elle traitée après l’apocalypse ? Par exemple, dans la série télévisée Fear the Walking Dead, en pleine invasion zombie, un groupe de natifs amérindiens s’oppose à des survivants blancs et revendique la propriété de leur terre, tentant de défaire l’Histoire qui les en a privés. Cet exemple permet également d’interroger la notion même de « fin du monde », éminemment culturelle : comme le soulignent Déborah Danowski et Eduardo Viveiros de Castro (2014 ; cité dans Kyrou, 2020), pour les natifs américains, « la fin du monde a déjà eu lieu, en 1492 ». La fiction permettrait alors de revenir sur une fin du monde authentiquement vécue, voire de la réparer.

L’étude des personnages féminins dans cette temporalité de l’après doit également faire l’objet d’un examen.  La question des inégalités de genre étant particulièrement présente dans le débat public, l’analyse de son inscription dans le temps post-apocalyptique conduit aussi bien à penser la place des femmes dans la société actuelle que la nature de ce temps : c’est par exemple le cas dans La Servante écarlate de Margaret Atwood (1985), qui donne à lire l’instauration d’une théocratie après qu’une série de catastrophes écologiques a rendu la plupart des femmes stériles. Les dernières femmes en mesure de procréer sont alors forcées de devenir mères porteuses pour les grandes familles de la classe dominante. À la suite de la césure apocalyptique, c’est donc moins une nouvelle ère qu’un retour des hiérarchies archaïques qui se dessine. Après l’opportunité du kaïros, il s’agirait là d’un temps enroulé sur lui-même, « un éternel retour constituant le thème de bien des romans de science-fiction […] une histoire cyclique qui se relance à la fin et dont le temps peut se parcourir en n’importe quel sens finalement » (Martin, 2017 : 56)

Dans le prolongement de cette réflexion, on est conduit à s’interroger sur la place du religieux après l’apocalypse – d’autant plus que les religions ont produit les textes fondateurs de ce motif. Une série comme The Leftovers met en effet en évidence l’importance politique de la croyance pour faire face au temps post-cataclysmique : suite à la disparition aussi soudaine qu’inexpliquée de 2 % de la population mondiale, un groupe sectaire nommé les « Coupables Survivants » se donne pour mission de rappeler aux « restants » (leftovers) le non-sens de ce monde d’après. Face à cette apocalypse silencieuse, ces religieux fanatiques entendent faire durer la catastrophe, rester suspendus dans le temps de la fin, dans une eschatologie permanente. Il s’agit là d’une autre modalité du temps que la fiction permet d’appréhender, le temps eschatologique étant, pour Agamben, une contemplation de la fin : « Le discours apocalyptique se situe au dernier jour, au jour de la colère : il voit la fin advenir et il décrit ce qu’il voit » (Agamben, 2000 : 110). 

On se demandera, plus globalement, quels types de continuités ou de discontinuités se dessinent entre avant et après : sans exclure aucun medium ni aucune aire linguistique ou culturelle, l’étude des rapports sociaux dans le monde post-apocalyptique poursuit l’objectif d’une cartographie de cette temporalité singulière, uniquement accessible par le travail de l’imaginaire.

Cette journée d’étude se veut pluridisciplinaire. Les communications attendues pourront ainsi relever du domaine des sciences humaines et sociales (anthropologie, sociologie, histoire, sciences de l’information et de la communication, etc.) aussi bien que des disciplines littéraires.

Les propositions de communication (2 000 signes et 5 mots clés) accompagnées d’une courte biographie, présenteront le cadre théorique et méthodologique de la proposition envisagée, ainsi que les principaux résultats de l’analyse.

Les textes sont à faire parvenir avant le 30 juin 2021 aux trois adresses mails suivantes :

clementinehougue@gmail.com

sebastien.haissat@univ-fcomte.fr

audrey.tuaillon-demesy@aion-project.org

Bibliographie indicative

  • Agamben, Giorgio (2000). Le temps qui reste. Un commentaire de l’Épître aux Romains. Trad. Judith Revel. Paris : Rivages Poche
  • Carey, Matthew (2019). « L’apocalypse au pluriel », Terrain, n° 71, pp. 6-25.
  • Danowski, Déborah et Viveiros de Castro, Eduardo (2014), « L’arrêt du monde », in Hache, Émilie (dir.), De l’univers clos au monde infini, Bellevaux : Éditions du Dehors, p. 221-339.
  • Di Filippo, Laurent et Schmoll, Patrick (2016), « La ville après l’apocalypse Entre formalisation projective et réalisation locale », Revue des sciences sociales de la France de l’Est, décembre 2016, p. 126-133.
  • Engélibert, Jean Paul (2019). Fabuler la fin du monde. Paris : La Découverte.
  • Kyrou, Ariel (2020). Dans les imaginaires du futur. Chambéry : Éditions ActuSF.
  • Martin, Jean-Clet (2017). Logique de la science-fiction. Bruxelles : Les Impressions Nouvelles.

 

Calendrier prévisionnel

Date limite de réception des résumés : 30 juin 2021 

Expertises et retours aux communicants : 30 septembre 2021

Journée d’étude : 8 avril 2022 

 

Comité scientifique

Alain Agnessan (PhD, Enseignant-chercheur en littérature générale et comparée, Département de Lettres Modernes Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody, Côte d’Ivoire)

Patrick Bergeron (Professeur titulaire, Département d’études françaises University of New Brunswick)

Laetitia Biscarrat (Maîtresse de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, EUR CREATES, LIRCES EA 3159, Université Côte d’Azur)

Manouk Borzakian (Docteur en géographie, Aiôn)

Laurent Di Filippo (Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, CREM EA 3476, Université de Lorraine)

Jean-Paul Engélibert (Professeur des Universités en Littérature Comparée, TELEM EA 4195, Univ Bordeaux-Montaigne)

Anne-Laure Fortin-Tournès (Professeure des Universités en Langues et littératures anglaises et anglo-saxonnes, 3L.AM EA 4335, Le Mans Université)

Ninon Grangé (Maîtresse de Conférences HDR en Philosophie, LLCP, EA 4008 – IHRIM, UMR 5317, Université Paris 8)

Sarah Lécossais (Maîtresse de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, LabSIC EA 1803, Université Paris 13)

 

Comité d’organisation

Valérie Cruzin (doctorante en STAPS, Université de Franche-Comté)

Sébastien Haissat (MCF en STAPS, Université de Franche-Comté)

Clémentine Hougue (Docteure en Littérature Comparée, Le Mans Université)

Orlane Messey (doctorante en STAPS, Université de Franche-Comté)

Audrey Tuaillon Demésy (MCF en STAPS, Université de Franche-Comté)

Appel à contributions : Les livres ont-ils un genre ? XVIe-XXe s. (revue Histoire et civilisation du livre)

« Les livres ont-ils un genre ? (XVIe-XXe siècles) »

Revue Histoire et civilisation du livre

Échéance des propositions : 15 juillet 2021

Date prévue de parution : 2023 

Coordonné par Emmanuelle Chapron (Aix Marseille Université / EPHE), Sabine Juratic (CNRS/ IHMC)

Comité scientifique

Marie-Cécile Bouju (Univ. Paris 8 Vincennes-Saint-Denis), Jean-Charles Geslot (Univ. Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), Rémi Jimenes (Univ. Tours), Annette Keilhauer (Friedrich-Alexander Univ. Erlangen-Nürenberg), Edwige Keller-Rahbé (Univ. Lumière – Lyon 2), Sylvain Lesage (Univ. Lille).

Argumentaire 

Depuis la fin des années 1990, une bibliographie croissante s’est intéressée aux relations entretenues par les femmes avec les livres et, plus largement, avec le monde de l’imprimé en Occident. Les travaux ont mis en évidence la participation des femmes à la production et au commerce des livres, des ateliers d’Ancien Régime (Jimenes 2017) au développement des éditions féministes dans les années 1970 (Pavard 2005, Mazzone 2007), jusqu’à la place occupée par les « petites » maisons d’édition fondées par des femmes dans un champ éditorial, celui de la fin des années 1990, globalement guetté par une « révolution conservatrice » (Bourdieu 1999). Au cœur de nombreuses recherches, les lectrices ont été saisies à la fois comme construction normative (la lectrice idéale) et comme réalité sociale (von Tippelskirch 2011, Matamoros 2017). Les travaux ont éclairé les contraintes matérielles, sociales et culturelles qui s’exerçaient sur la lecture féminine, autant que la capacité des lectrices à s’en accommoder, à les contourner ou à les renverser à leur profit (Brouard-Arends 2003). Enfin, la place des femmes dans le champ littéraire, leur accès longtemps mesuré et contraint à la publication, le façonnement de figures d’autrices ont été questionnés dans la longue durée (Reid 2020).

Récemment, plusieurs travaux ont proposé une perspective plus englobante, embrassant l’ensemble du circuit du livre, dans la France (Broomhall 2002), l’Angleterre (Smith 2012) ou l’Italie (Richardson 2020) des xvie et xviie siècles : les femmes y sont saisies à leur table de travail, à écrire, traduire, préfacer, copier, préparer les textes pour la presse, dans l’atelier, la rue et les corporations de métier, dans leurs interactions avec les auteurs, les imprimeurs et les patrons, dans leur confrontation, plume à la main, avec le texte lu, offert, prêté ou échangé.

Il n’est plus contestable qu’observer les femmes à l’œuvre ou même, comme le suggère Brian Richardson, de regarder « how activities related to books looked through the eyes of the women », permet d’ouvrir des perspectives latérales, de produire un autre regard sur des réalités consolidées par l’historiographie, d’interroger différemment les manières de lire, les formes de l’auctorialité, le genre des inky fingers, les paratextes (Keller-Rahbé et Clément 2017), en bref d’examiner autrement l’ordre des livres.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les livres ont-ils un genre ? XVIe-XXe s. (revue Histoire et civilisation du livre)

Parution : L’intelligence artificielle des textes (D. Mayaffre, L. Vanni, dir.)

Damon Mayaffre et Laurent Vanni (dir.), L’intelligence artificielle des textes. Des algorithmes à l’interprétation, Honoré Champion, collection « Lettres numériques », 2021

Les arts et les sciences du texte peuvent-ils tirer parti de la puissance nouvelle des machines ? Que peuvent nous apprendre les algorithmes de deep learning sur une œuvre, un auteur, un genre, une époque ? L’Intelligence artificielle peut-elle offrir à l’analyste des parcours de lecture inédits et faire émerger de nouveaux observables textuels comme autant de passages pertinents à interpréter ? En retour enfin, l’expertise linguistique du texte permet-elle d’éclairer la boite noire et le fonctionnement des réseaux de neurones artificiels ? C’est à ces questions ambitieuses que les auteurs de cet ouvrage, linguistiques, informaticiens, historiens, statisticiens essayent de répondre.

Consulter la table des matières.

Appel à contributions : « Depuis que le monde est monde » : stéréotypie et clichés littéraires

« Depuis que le monde est monde » : stéréotypie et clichés littéraires

Revue Postures

Échéance des propositions : 1er juillet 2021

Utiliser le formulaire Protocole de rédaction // Soumission d’un texte

Appel

Le stéréotype est foncièrement bivalent : d’une part, c’est un phénomène pratique et indispensable à l’organisation des pensées alors que, d’autre part, c’est un raccourci intellectuel qui est inévitablement source d’erreurs et de préjugés. Certes, il permet à l’individu de schématiser la société dans laquelle il évolue : « Comment en effet examiner chaque être, chaque objet dans sa spécificité propre et en détail, sans le ramener à un type ou à une généralité? » (1997, 26) s’interrogent Ruth Amossy et Anne Herschberg-Pierrot. Toutefois, opérant comme un filtre ou encore comme une distorsion, le stéréotype « éclipse [le] vrai au profit du vraisemblable » (Castillo Durante 1994, 13) : construit par les discours ambiants, il est nécessairement une simplification grossière et sans nuances.

Continuer la lecture de Appel à contributions : « Depuis que le monde est monde » : stéréotypie et clichés littéraires

Association internationale des chercheurs en « Littératures populaires et culture médiatique » / International Research Association in Popular Literature and Media Culture

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search