Parution : OSS 117, l’espion est-il mat ?

Morgane Gay-Bianco, OSS 117, l’espion est-il mat ?, Antipodes, Collection “GRHIC”, 2023

Jean puis Josette Bruce publièrent plus de 240 romans d’OSS 117 entre 1949 et 1972; tous mettant en scène l’espion de la CIA, Hubert Bonisseur de la Bath, qui parcourt un univers simpliste, exotique et érotisé pour sauvegarder le Monde Libre. Suivant une recette bien rôdée, chaque épisode est une partie d’échecs où le lectorat est au fait des règles et des subtilités et où, en plus, il connaît à l’avance le gagnant. Le succès de la série paralittéraire en fait un objet de recherche de choix pour appréhender les imbrications de l’imaginaire politique de la France de l’après Seconde Guerre mondiale et de l’évolution des cultures de Guerre froide.

Dans les années 1950, la fiction d’espionnage représente un marché lucratif pour de nombreuses maisons d’édition françaises. Dix ans plus tard, les grands éditeurs fusionnent et le roman d’espionnage est de plus en plus assimilé à quelques grands noms, dont la série OSS 117 de la famille Bruce. À première vue, l’évolution du genre paralittéraire suit les mutations des cultures de Guerre froide où le manichéisme des années 1950 pressenti dans le bloc occidental se complexifie et s’ambiguïse la décennie suivante avec l’ajout de nouvelles menaces dont les perturbations dues à la décolonisation et les tensions éclatant au sein des deux blocs. L’analyse de l’univers de références de la série OSS 117 appréhende les imbrications de l’imaginaire politique de la France de l’après Seconde Guerre mondiale et de l’évolution des cultures de Guerre froide.

Continuer la lecture de Parution : OSS 117, l’espion est-il mat ?

Appel à communications : Colloque interuniversitaire francophone en études ludiques (CIFEL) – Pouvoir et vulnérabilité (Montréal)

Colloque interuniversitaire francophone en études ludiques (CIFEL) – Pouvoir et vulnérabilité

Dates : 13, 14 et 15 juin 2024 

Lieu : Campus de Montréal de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue

Échéance des proposition :  9 février 2024 

Organisé par l‘Université de Montréal, Concordia, l’Université du Québec à Montréal et Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue

Texte de l’appel

Fort du succès de sa première édition, le Colloque interuniversitaire francophone en études ludiques (CIFEL) est de retour pour une seconde année consécutive. Nous serons heureux-se-s de vous accueillir au campus de Montréal de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue. À cette occasion, nous vous invitons à réfléchir aux notions de pouvoir et de vulnérabilité au sein des pratiques ludiques dans leur ensemble. Les dynamiques de pouvoir et de contrôle, pour leur part, ont historiquement joué un rôle fondamental dans le développement de l’industrie du jeu, tant dans l’essor des jeux de guerre, de simulation, de stratégie et de rôle (Lowood 2023) que pour les jeux vidéo, dont l’origine est intrinsèquement liée au complexe militaro-industriel (Kline et al. 2003). Malgré les changements importants des industries ludiques du fil des années, ces notions jouent toujours un rôle essentiel au sein de nos pratiques ludiques contemporaines: la multiplication de jeux vidéo offrant des mondes ouverts gigantesques et des possibilités actionnelles toujours plus vastes, par exemple, semblent suggérer que les joueur-euse-s cherchent à avoir un pouvoir toujours plus grand sur les mondes de jeux, faisant des notions de liberté et de contrôle des éléments connexes essentiels à étudier. Cependant, d’autres jeux permettent de s’interroger sur les limites de ce pouvoir, mais surtout sur notre vulnérabilité face aux mondes au sein desquels nous vivons, qu’ils soient fictionnels ou réels. Depression Quest (Zoe Quinn 2013), par exemple, met les joueur-euse-s dans la position difficile d’une personne vivant une dépression; Papers, Please (Lucas Pope 2013), pour sa part, interroge le véritable pouvoir que détiennent les habitants d’un régime totalitaire. Cette réalité ne se limite certainement pas au jeux vidéo et peut également être observée dans des jeux de plateau comme The Landlord’s Game (Elizabeth Magie 1940), qui critique le marché immobilier, et Spirit Island (R. Eric Reuss 2017), qui place les joueur-euse-s en position de résistance face au colonialisme.  Continuer la lecture de Appel à communications : Colloque interuniversitaire francophone en études ludiques (CIFEL) – Pouvoir et vulnérabilité (Montréal)

Appel à contributions : Fictions et crises

Fictions et crises

Crises et sociétés

Échéance des propositions : 18 mars 2024

Date prévue de parution : avril-mai 2025

La revue Crises et Société a pour ambition d’interroger la notion de « crise » à travers ses différentes manifestations. Ce quatrième numéro tentera de le faire à la lumière des fictions.

« Je ne suis pas sûr que le public puisse supporter une autre saison en ce moment », a avoué le scénariste de la série Black Mirror Charlie Brooker, au moment de la crise sanitaire du Covid-19 en mai 2020. Le créateur de la série reconnaissait que sa fiction dystopique avait été dépassée par la crise protéiforme causée par la pandémie mondiale.

Nous pouvons comprendre la fiction comme « un produit de l’imagination qui n’a pas de modèle complet dans la réalité » (CNRTL). Elle renvoie principalement à une « construction imaginaire consciente ou inconsciente se constituant en vue de masquer ou enjoliver le réel ». Elle peut cependant comporter un aspect plus péjoratif comme « un mensonge, une dissimulation faite volontairement en vue de tromper autrui ». En outre, on lui connaît un aspect utilitariste, que ce soit en didactique où la fiction correspond à « une hypothèse dont on sait à l’avance si elle est juste ou fausse, qui permet l’élaboration d’un raisonnement », ou en droit avec la fiction juridique « fait sans aucune réalité, mais dont la loi suppose l’existence, pour constituer le fondement d’un droit ». L’usage de la fiction est le plus souvent volontaire, mais peut aussi être involontaire ou inconscient. Elle peut avoir de multiples supports : écrits, oraux, visuels, auditifs, ou relever seulement de l’en-soi. Si la fiction fait référence à l’imagination, la crise, quant à elle, renvoie à une réalité subjective marquée par des difficultés ou des changements soudains qui nécessitent des prises de décision. Les notions de fiction et de crise semblent a priori antinomiques. Cependant, ces termes sont classiquement et subtilement associés. En effet, la fiction peut apparaître comme remède à la crise, ou tout du moins, une échappatoire. De la même manière, la crise n’a pas vocation à durer. C’est alors que la fiction intervient pour proposer des alternatives, des solutions pour stabiliser une situation. Parfois, la fiction constitue un support dénonçant une crise politique, écologique, etc. Fiction et crise évoluent ainsi conjointement dans des sociétés toujours en mouvement. La fiction se construit en lien avec l’invention, l’irréel, en opposition avec la réalité, le factuel. Quel rôle peut-elle alors avoir dans un monde de crises ? Et quand la fiction aborde le factuel, quid de cette porosité ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Fictions et crises

Appel à communications : Le livre documentaire pour la jeunesse, un objet mouvant à identifier (Arras)

Le livre documentaire pour la jeunesse, un objet mouvant à identifier

10 et 11 octobre 2024

Université d’Artois, Arras

Date d’échéance : 31 mars 2024

Colloque international organisé par Florence Gaiotti et Eléonore Hamaide de l’Université d’Artois, Laboratoire Textes et Cultures UR 4028, équipe « Littératures et Cultures de l’enfance ».

Texte de l’appel :

À l’heure de la prédominance du numérique et de l’IA pour accéder aux savoirs et en rendre compte, il peut paraitre étonnant de revenir sur l’objet particulier qu’est le livre documentaire pour la jeunesse. Mais l’on peut inverser le constat et dire que, dans cette période de révolution numérique, il semble intéressant de revenir sur le livre documentaire, sur sa réalité contemporaine[1] mais aussi sur son histoire.

Si les « incertaines frontières »[2] du livre de jeunesse ont été relevées depuis longtemps, les délimitations du livre documentaire pour l’enfance s’avèrent particulièrement mouvantes ou fluctuantes aussi bien dans ses formes que dans ses visées. Continuer la lecture de Appel à communications : Le livre documentaire pour la jeunesse, un objet mouvant à identifier (Arras)

Appel à communications : Pop, glamour et trash : la série TV selon Ryan Murphy. Entre héritage et hommage, une écriture de l’Amérique écorchée en images

Pop, glamour et trash : la série TV selon Ryan Murphy. Entre héritage et hommage, une écriture de l’Amérique écorchée en images

Les vendredi 7 et samedi 8 juin 2024

Université Gustave Eiffel

Date d’échéance : 29 janvier 2024

Journée d’étude organisée par Stella Louis et Fabien Delmas (LISAA, CCAMAN, Université Gustave Eiffel).

Texte de l’appel :

Le développement spectaculaire des séries américaines et l’avènement de “l’âge d’or”[1] qu’elles ont connu à partir de la seconde moitié des années 1990 sont associés à l’émergence d’une figure à la notoriété nouvelle dans le champ du système de production : le showrunner. À la fois scénariste, producteur et parfois réalisateur, le showrunner apparaît comme une figure démiurgique propre à l’ère de la convergence[2] et de la sérialité telle qu’elle s’affirme à partir du début du XXIe siècle. Si Steven Bochco apparaît comme le précurseur de cette nouvelle fonction, voire de cet art nouveau, l’âge d’or des séries américaines du premier quart du XXIe siècle est jalonné de noms qui ont permis l’émergence d’œuvres sérielles souvent décriées artistiquement et défavorablement comparées au cinéma. Continuer la lecture de Appel à communications : Pop, glamour et trash : la série TV selon Ryan Murphy. Entre héritage et hommage, une écriture de l’Amérique écorchée en images

Appel à contributions : Temps et espace dans la littérature de science-fiction (revue Loxias)

Temps et espace dans la littérature de science-fiction

 

Revue Loxias n°84, Université Côte d’Azur, Nice

Date d’échéance : 22 janvier 2024

Texte de l’appel :

Mondes parallèles, inversion du cours du temps, accélération ou ralentissement des processus temporels… Dilatation ou resserrement, expansion ou rétrécissement de / des univers…

Cette dimension quasi métaphysique de la représentation d’univers imaginaires est au cœur de nombre de classiques de la science-fiction comme La machine à remonter le temps de H.G. Wells, les Chroniques martiennes de Ray Bradbury, Le Monde du Fleuve de Philip José Farmer, La Patrouille du Temps de Poul Anderson ou la quasi-totalité de la production de Philip K. Dick, pour ne citer qu’un petit nombre d’exemples. La modification des paramètres propres aux conceptions usuelles du temps et de l’espace débouche alors sur une redéfinition radicale – ou carrément une mise hors jeu – de la causalité tandis que la représentation d’un univers ordonné se voit relayée par celle d’un chaos placé sous le signe du hasard. Continuer la lecture de Appel à contributions : Temps et espace dans la littérature de science-fiction (revue Loxias)

Parution: “10 ans de recherche sur le jeu” (Sciences du jeu, n°20-21)

Sciences du jeu, n°20-21, “10 ans de recherche sur le jeu”, sous la direction de Gilles Brougère et Bernard Perron, 2023

Présentation du numéro

Ce numéro double commémore 10 ans de Sciences du jeu. Ce qui semblait en 2013 une aventure incertaine a trouvé sa place dans le monde de la recherche francophone sur le jeu et a su maintenir un rythme de deux numéros par an. Ce vingtième numéro est donc l’occasion, d’une part, d’analyser la production de ces premières années de la revue et de mesurer la fidélité d’un projet né sous l’auspice de Jacques Henriot et, d’autre part, d’interroger cette production en écho au projet d’un des fondateurs de la recherche française sur le jeu, Roger Caillois. Le numéro donne ensuite la parole à de jeunes chercheurs et chercheuses à travers 15 articles scientifiques qui présentent certaines des perspectives concernant l’avenir de la réflexion sur jeu. Enfin, le numéro se termine avec quatre articles présentant des travaux de recherche-création qui permettent d’affirmer et d’afficher la proximité de la revue avec la conception de jeux.

Continuer la lecture de Parution: “10 ans de recherche sur le jeu” (Sciences du jeu, n°20-21)

Parution “La violence dans les objets sémiotiques destinés à l’enfance et à la jeunesse” (Cultural Express)

Cultural Express, n° thématique, “La violence dans les objets sémiotiques destinés à l’enfance et à la jeunesse”, sous la direction de Régine Atzenhoffer, 2023

Sommaire


“Introduction”, par ATZENHOFFER Régine

1. « Les bleus, c’est rien, c’est juste une belle couleur » (Angèle)

“« C’est moi le déchet »… Bruit et fureur chez les sœurs Brontë”, par CASTA Isabelle-Rachel

“[L]e fouet est le meilleur des maitres » : le fouet, symbole sémiotique de la voix subversive de la Comtesse de Ségur dans la trilogie de Sophie”, par CHARDERON Hélène

“La représentation de la violence dans les adaptations en bande dessinée de L’Île au trésor : les enjeux du passage du texte à l’image”, par ENRIQUEZ Marie

“Vita Nostra. Une éducation sacrificielle”, par MOLL François

“Du conte merveilleux au récit de guerre : la violence dans Harry Potter”, par SIMILOWSKI Kathy, WASZAK Cendie Continuer la lecture de Parution “La violence dans les objets sémiotiques destinés à l’enfance et à la jeunesse” (Cultural Express)

Appel à contributions : Le roman d’espionnage (revue Fixxion)

Le roman d’espionnage

Date d’échéance : 1er juin 2024

 

Revue critique de fixxion française contemporaine, n°30 : « Le roman d’espionnage » 

Numéro coordonné par Chloé Chaudet et Alexandre Gefen

Texte de l’appel :

Scroll down for English version

« J’aimais Malko, le prince espion et pornographe de Gérard de Villiers, celui qui défendait l’Occident contre les Rouges » déclare Philippe Lançon dans Le Lambeau, lorsque sa blessure lui impose de se réfugier dans ses souvenirs. Mais rares sont les critiques de langue française osant, comme lui, faire une place à Gérard de Villiers (le créateur de SAS) ou à Jean et Josette Bruce (et leur héros OSS 117). Ne se réduisant pas à ces exemples bien connus, le roman d’espionnage constitue pourtant un genre à la fois extrêmement populaire, culturellement important et littérairement inventif. S’il s’avère moins canonisé que le roman policier ou le polar, les origines que l’on a pu lui attribuer ne sont pas moins nobles (L’Ancien Testament, L’Odyssée ou encore L’Art de la guerre). Et il n’est pas si difficile de montrer, à l’instar de Luc Boltanski dans Énigmes et complots. Une enquête à propos d’enquêtes (Gallimard, 2012), qu’il engage une herméneutique du monde et du livre fondamentale pour la modernité occidentale, ou, tel Peter Szendy dans Sur écoute. Esthétique de l’espionnage (Minuit, 2007), qu’il expose des modes de perception originaux du devenir socio-historique. Continuer la lecture de Appel à contributions : Le roman d’espionnage (revue Fixxion)

Appel à contributions : Science-fiction sonique et novum sonore

Science-fiction sonique et novum sonore

Res Futurae n° 25,  juin 2025

 

Échéance des propositions : 15 janvier 2024

Dirigé par Guillaume Dupetit (Université Gustave Eiffel) et Aurélie Huz (Université Paris-Nanterre)

Dire que la science-fiction est aussi affaire de sons est à la fois une évidence, un euphémisme et une réalité jusque-là peu explorée dans la recherche, en particulier en français.

Une évidence, premièrement, car malgré des origines littéraires souvent réaffirmées comme preuve de légitimité (Verne et Wells), lesquelles n’ont pas manqué d’ailleurs d’explorer l’exotisme du code oral de langue dans nombre de vocables inventés (« Morlocks » et « Elois » en témoignent), la culture de science-fiction a, dès le début du xxe siècle, constitué des imaginaires sonores via une pléthore de médias dont elle a accompagné le développement et sur lesquels la revue ReS Futurae a déjà donné plusieurs éclairages : le théâtre (n°18), le cinéma (n°17), la radio, la musique, la télévision et les séries (n°19) ou encore les jeux vidéo (n°12) en dessinent une dynamique médiatique complexe et interconnectée, où le son est une pleine composante des référents et des effets science-fictionnels.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Science-fiction sonique et novum sonore