Parution : Le travail de l’obscure clarté dans Le Fantôme de l’Opéra de Gaston Leroux (Isabelle Rachel Casta)

Isabelle Rachel Casta, Le travail de l'”obscure clarté” dans Le Fantôme de l’opéra de Gaston Leroux, Classiques Garnier, Lettres modernes Minard, coll. “Archives des Lettres modernes“, 2023, rééd.

Le romancier Gaston Leroux a imaginé, dans son Fantôme de l’Opéra de 1910, un dispositif inédit où se font face art lyrique et art d’écrire, monstruosité légendaire et beauté archétypale. Ainsi le présent essai documente-t-il l’érotique mêlée des décors et des corps, au travail dans cette ode à la disgrâce.

Nombre de pages: 79

Parution: 25/01/2023

Réimpression de l’édition de: 1997

Collection:Archives des lettres modernes, n° 268

Consulter le sommaire ici.

Parution : À l’Est de l’étoile polar (Paul Bleton dir.)

Paul Bleton (dir.), À l’Est de l’étoile polar, Classiques Garnier, coll. “La Revue des Lettres modernes – Séries policières”, n° 3, 2023/1.

Fondée par Michel Minard en 1954, « La Revue des Lettres modernes » est une collection de séries monographiques et thématiques consacrées aux écrivains modernes et contemporains.

La LPCM vous invite à découvrir le sommaire.

Appel à contributions : Polars fantômes et autres spectres : séries et surnaturel (Revue des lettres modernes, Classiques Garnier)

Polars fantômes et autres spectres : séries et surnaturel

Volume collectif à paraître dans la collection “Séries policières”, La Revue des lettres modernes, Classiques Garnier.

Échéance des propositions : début juillet 2023

Dirigé par Isabelle Rachel Casta (Laboratoire Textes et Culture, EA 4028, Artois)

Appel :

“Je vois des gens qui sont morts… ils vont et ils viennent comme n’importe qui… ils ne se voient pas entre eux… ils ne voient que ce qu’ils ont envie de voir… ils ne savent pas qu’ils sont morts” (Cole dans The sixth sense)

Si tant est, dans l’esthétique postmoderne, qu’un genre puisse conserver ses spécificités, il paraît difficile de concilier les codes du polar avec ceux du surnaturel ; la résolution rationnelle des énigmes – même les plus apparemment insurmontables – demeure la règle la plus intangible du roman policier, et à part quelques cas d’école de type « Scooby Doo » ou « SOS Fantômes », la structure du récit (ou du film) de détection ne fait que rarement place au doute fantastique – si ce n’est sous forme de boutades, d’images, ou de superstitions populaires vite ridiculisées : dans le cultissime Mystère de la chambre jaune (Leroux), seuls les vieux domestiques crédules et les paysans du coin croient à une présence diabolique, mais ces remarques sont plus typifiantes que sérieuses ; d’ailleurs, pas un seul instant le policier Larsan ou le journaliste Rouletabille n’accordent le moindre crédit à ces allégations naïves : « Alors ? Alors… je commençais à croire au diable » (17) ; « C’est un mystère du diable ! » (57) ; « Je m’suis signée, quand j’ai entendu ça, comme si j’entendais l’diable ! » (93).

On retrouve le même procédé dans la plupart des romans de Leroux, par exemple dans Le Fantôme de l’Opéra : « La légende du fantôme avait bientôt pris des proportions colossales dans le corps de ballet. […]Tout était de la faute du fantôme, du fantôme de l’Opéra ! » (14), ou dans La Poupée sanglante : « C’est épouvantable !… C’est moi qui l’ai livrée au démon ! … Que Jésus ait pitié de nous ! » (t. 1 : 205), qui appartient effectivement à la science-fiction post-vernienne, mais pas par le biais que l’on croit.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Polars fantômes et autres spectres : séries et surnaturel (Revue des lettres modernes, Classiques Garnier)

Programme du séminaire LPCM 2023

Programme du séminaire LPCM 2023 : “Dans l’atelier des chercheur·se·s en littératures populaires et culture médiatique”

Organisateurs·rices : Fanny Barnabé (Université de Namur), Marion Coste (CY Cergy Paris Université), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Sarah Ghelam (Université Paris Nanterre), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre), Matthieu Letourneux (Université Paris Nanterre), Marc Vervel (Université Paris Cité)

L’Association internationale des chercheur·se·s en Littératures Populaires et Culture Médiatique (LPCM) a pour but d’étudier, dans une perspective résolument pluridisciplinaire et intermédiale, les formes des cultures médiatiques, les pratiques qu’elles ont favorisées et les imaginaires qu’elles ont suscités dans les époques moderne et contemporaine.

Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…). 

Le séminaire aura lieu le vendredi de 16h à 18h, à l’exception des séances partagées avec le séminaire Phistem (séances 1 et 5). Il se tiendra sous une forme co-modale et nomade : chaque séance sera diffusée en visioconférence, tout en laissant la possibilité aux intervenant·e·s et aux auditeur·rice·s qui le souhaitent de se rendre sur place dans l’université dans laquelle elle se déroulera. 

Le lien de connexion sera communiqué quelques jours avant chaque séance. Les auditeur·rice·s qui souhaitent se rendre sur place ou obtenir le lien vers la salle de visioconférence doivent s’inscrire en écrivant à l’adresse suivante avant les séances : atelierlpcm@protonmail.com.

Nous encourageons les participant·e·s à adhérer à la LPCM :

https://lpcm.hypotheses.org/adherer-a-lassociation


Prochaine séance

Séance 1 – Vendredi 10 février 2023, 16h-18h30 : Feat Phistem

Lieu : Université Paris Nanterre en salle de séminaire 1 (bâtiment Max Weber)

  • Chloé Huvet (Université d’Évry) et Jérémy Michot (Université de Perpignan) : « Les sons et les musiques de l’horreur gothique selon The Newton Brothers : The Haunting (2018-2020) »

Répondant·e·s : Aurélie Huz (Université Paris Nanterre) et Matthieu Letourneux (Université Paris Nanterre)


PROGRAMME COMPLET 2023

Séance 1 – Vendredi 10 février 2023, 16h-18h30 : Feat Phistem

Lieu : Université Paris Nanterre en salle de séminaire 1 (bâtiment Max Weber)

  • Chloé Huvet (Université d’Évry) et Jérémy Michot (Université de Perpignan) : « Les sons et les musiques de l’horreur gothique selon The Newton Brothers : The Haunting (2018-2020) »

Répondant·e·s : Aurélie Huz (Université Paris Nanterre) et Matthieu Letourneux (Université Paris Nanterre)

Séance 2 – Vendredi 24 février 2023, 16h-18h : « Gender et médias »

Lieu : Pôle Métiers du livre de Saint-Cloud (salle de réunion, 2ème étage)

  • Flavie Falais (Université de Limoges) : « Questionner la norme en contexte vidéoludique »
  • Marine Thomas (Université de Lille) : « Exhumer les masculinités ‘mises en cases’ via la mobilisation d’outils issus de l’ethnographie, de l’analyse de discours et de la sémiotique »

Répondante : Laetitia Biscarrat (Université Côte d’Azur)

Séance 3 – Vendredi 17 mars 2023, 16h-18h : « Politiques des séries télévisées »

Lieu : Maison de la recherche Sorbonne

  • Victor Faingnaert (Université de Caen-Normandie) : « Luttes et identités : représenter et mythifier le Royaume-Uni des lendemains de la Grande Guerre »
  • Solène Poyraz (EHESS) : « ‘Teşkilat’, une série sécuritaire comme les autres ? »

Répondant : Stéphane Benassi (Université de Lille)

Séance 4 – Vendredi 14 avril 2023, 16h-18h : « Le genre policier mis en jeu »

Lieu : Pôle Métiers du livre de Saint-Cloud (salle de réunion, 2ème étage)

  • Victoria Laurent (Université d’Avignon) : « Quand l’enquête criminelle devient un jeu »
  • Marc Vervel (Université Paris Cité) : « Le roman policier français du XIXe siècle – de l’origine au discours second ? »

Répondant : Jacques Migozzi (Université de Limoges)

Séance 5 – Jeudi 20 avril 2023, 16h30-19h : Feat Phistem

Lieu : Université Paris Nanterre en salle de séminaire 1 (bâtiment Max Weber)

  • Benoît Tadié (Université Paris Nanterre) : « Roman noir américain et démocratie »

Répondant·e·s : Aurélie Huz (Université Paris Nanterre) et Matthieu Letourneux (Université Paris Nanterre)

Séance 6 – Vendredi 12 mai 2023, 16h-18h : « Presse communiste et lolcats »

Lieu : Université Paris Cité, Campus des Grands Moulins, bâtiment C, 6e étage, salle 681C

  • Magali Bigey (Université de Franche-Comté) et Justine Simon (Université de Franche-Comté) : « Culture du chaton mignon 2.0 »
  • Victor Rodríguez-Infiesta (Université d’Oviedo) : « Lectures du ‘journal le plus captivant’. Bandes dessinées, images, textes »

Répondant : Denis Saint-Amand (Université de Namur)

Séance 7 – Vendredi 9 juin 2023, 16h-18h : « Fan Studies et fanfictions »

Lieu : [à venir]

  • Mélanie Bourdaa (Université Bordeaux Montaigne) : [titre à confirmer]

 

Appel à contributions : Les corps immobiles dans la bande dessinée (Angoulème)

9e Rencontres d’Angoulême. Comprendre et penser la bande dessinée : Les corps immobiles dans la bande dessinée

11, 12 et 13 octobre 2023, Angoulême – CIBDI – Auditorium du musée

Échéance des propositions : 30 mars 2023

La bande dessinée, souvent présentée comme un art séquentiel ou un récit spasmodique, veut, depuis ses origines, se jouer des images fixes et des corps immobiles, donnant l’illusion des actions qui s’enchainent et du mouvement. Pourtant les corps immobiles peuplent les cases et les planches. En premier lieu, les récits d’affrontements armés, de guerres civiles ou coloniales abandonnant quelques dépouilles mortelles ou un nombre impressionnant de cadavres, comme dans tel album de David B. Certains gisants pourtant ne sont pas tout à fait des êtres humains mais des sortes de répliques, des clones ou des avatars, à moins, que sculptés dans la pierre, comme les personnages couchés à plat-dos et placés au-dessus d’un sarcophage, ils représentent, surtout à l’époque médiévale, une personnalité d’importance qui, figurée par un corps minéral, doit pouvoir traverser les siècles. Ils constituent aussi, à la manière des Étrusques, une urne funéraire monumentale, ce que parvient réaliser Jacques Martin pour la couverture du huitième album des aventures d’Alix paru en 1968. Ailleurs, à la morgue ou même chez soi, se trouvent des corps immobiles, comme dans les aventures d’Adèle Blanc-Sec, on y retrouve des corps pendus ou empalés à Paris auprès des plus grands monuments pour terrifier la population. 

Mais il existe aussi toute une galerie d’autres corps inertes. Des personnages s’avanouissent ou sont assommés. La bande dessinée policière ou d’aventures comptent un nombre impressionnant de corps allongés, étendus sur le sol, après avoir reçu un coup derrière la tête ou sur le crâne. 

Il est vrai que les corps immobiles sont le plus souvent dans une mauvaise posture. Des personnages, captifs, sont attachés à un poteau ou plaqués contre une surface rigide. Ils sont rendus impuissants par des liens qui les compriment et les empêchent de se mouvoir. A moins que, désespérés et fatigués, ils aient cessé de bouger, attendant, résignés, le sort qui leur est promis. D’autres fois, les corps sont figés car victimes d’un rayon paralysant, à l’instar des victimes de la zorgland manipulé par Zorglub ou de « l’anneau du diable » manipulé par des voyageurs venus de la planète Térango dans les aventures de Luc orient (1970). Si les corps peuvent être paralysés par une action extérieure (un rayon, une substance…), par la congélation, volontaire ou accidentelle, ils le sont aussi par la maladie qui fige les corps ou les paralysent partiellement. Il arrive encore que des personnages soient transformés en statues et les enveloppes corporelles semblent condamnées pour l’éternité à rester immobile.

Dans un tout autre registre, les corps endormis, anesthésiés, plongés dans un sommeil artificiel, ou simplement assoupis défilent dans certaines planches. Mais les corps sont comme impuissants, ne réagissant pas aux directives des cerveaux. Momentanément immobiles, ils sont paralysés par les émotions (la sidération, la surprise, le coup de foudre, la peur…). Dans des albums de Jacques Tardi, C’était la guerre des tranchées (1993), Putain de guerre (2014), Le dernier assaut (2016), des soldats semblent ralentir puis se figer, basculant dans une profonde résignation que le corps exprime. – Le sentiment d’’impuissance engourdis les corps jusqu’à les figer, à l’instar de Vladak dans Mauss, qui ne sait quelle direction choisir car la menace nazie s’avère omniprésente.  

Le corps immobile semble le propre des images fixes, d’une certaine manière tous les corps sont immobiles, mais lorsque qu’il s’agit d’un personnage qui ne bouge pas, quels indices sont donnés aux lectrices et lecteurs pour distinguer les « corps en inaction » des statues, des affiches murales, des mannequins des vitrines ? De nombreuses pistes s’avèrent possibles. Parmi elles, sans prétendre à l’exhaustivité :

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les corps immobiles dans la bande dessinée (Angoulème)

Parution : Études de communication n°59, “Réceptions des représentations médiatiques”

Couverture du n°59 | Décembre 2022Études de communication, n°59, “Réceptions des représentations médiatiques”, sous la direction de Hélène Breda et Mélanie Bourdaa, 2022. 

Le numéro 59 d’Études de communication explore la question des représentations médiatiques et leurs réceptions. Il propose de développer des pistes de réflexion et d’analyse autour de l’articulation dialectique entre des représentations médiatiques et leurs réceptions actives par les publics qui les « consomment », les interprètent et se les approprient.

La dimension dialogique des relations entre des industries culturelles hégémoniques et leurs récepteur·ice·s est bien éloignée du paradigme des médias de masse aliénants. Les études culturelles menées ces dernières décennies ont insisté, à l’inverse, sur la richesse des lectures résistantes ou oppositionnelles de contenus médiatiques, des pratiques braconnières, par des amateur·ice·s, sur l’émergence de « fans prescripteur.rice.s » et de « critiques […] profanes ».

Le numéro s’attachera à analyser les problématiques sous l’angle des extensions narratives et du Transmedia Storytelling, des approches culturelles et identitaires et de la culture de la participation et de l’engagement politique. 

Hélène Breda et Mélanie Bourdaa : Introduction [Texte intégral]

World-Making et extensions narratives

Camille Nicol et Mélanie Millette : Fanfictions audiovisuelles d’Harry Potter : co-création et espaces blancs [Résumé | Accès restreint]

Harry Potter audiovisual fan fiction: co-creation and blank spaces

Julie Escurignan : Recreating, remodeling and expanding the Game of Thrones universe through cosplay [Résumé | Accès restreint] 

Recréer, remodeler et étendre l’univers de Game of Thrones : le cas des cosplayers de la série

Alexis Trepier : Les publics face aux pratiques de queerbaiting : le cas de la série Gotham (Warner, 2014-2019) [Résumé | Accès restreint] / Audiences’ reactions to queerbating: a case study of the television series Gotham (Warner, 2014-2019)

Continuer la lecture de Parution : Études de communication n°59, “Réceptions des représentations médiatiques”

Colloque : Sérialités narratives : pour une approche décloisonnée des fictions au long cours (Université de Genève)

Colloque : Sérialités narratives : pour une approche décloisonnée des fictions au long cours 

26, 27 et 28 janvier, Université de Genève, Uni Mail, salle M2160

Proposée dans le cadre d’une recherche sur le cycle romanesque des Sept Sages de Rome (XIIIe siècle), cette rencontre internationale, conçue dans une perspective transdisciplinaire et transhistorique, a pour objectif de favoriser les échanges et la réflexion théorique et pragmatique à propos des fictions sérielles en alliant approches formelles, matérielles et historiques.

Programme

Jeudi 26 janvier

Introduction

  • 09h30 Yasmina Foehr-Janssens (Université de Genève) et Simone Ventura(Université libre de Bruxelles)

Session I : Conditions de production

Modération par Cédric Giraud (Université de Genève)

  • 10h00 Patrick Moran (University of British Colombia) « De l’impact des transformations médiatiques sur l’écriture sérielle : l’exemple des cycles arthuriens du XIIIe siècle »

10h30 Pause

  • 11h00 Matthieu Letourneux (Université de Paris-Nanterre) « Les conditions fordistes de production de la littérature sérielle dans la France des Trente Glorieuses »

  • 11h30 Nicola Morato (Università di Bergamo) « Modèles de cyclification arthurienne hors de France. Formes du livre et morphologie des traditions textuelles » 

Continuer la lecture de Colloque : Sérialités narratives : pour une approche décloisonnée des fictions au long cours (Université de Genève)

Appel à contributions : Vérité et mensonge: information et désinformation en littérature de jeunesse (Hradec Kralove & en ligne)

Colloque international : Vérité et mensonge: information et désinformation en littérature de jeunesse

23 et 24 mars 2023Université de Hradec Kralove, République tchèque

Échéance des propositions : 23 février 2023

Le colloque se tiendra en format hybride (en présentiel et en ligne)

Chacun tourne en réalités
Autant qu’il peut ses propres songes :
L’homme est de glace aux vérités,
Il est de feu pour les mensonges.[1]

Jean de La Fontaine

La vérité et l’écriture sont considérées inconciliables. La littérature s’attache aux mondes fictionnels / fictifs qui fonctionnent selon leurs propres lois selon lesquelles les rapports avec la réalité sont transformés. 

« Les expériences de pensée que nous menons dans le grand laboratoire de l’imaginaire sont aussi des explorations menées dans le royaume du bien et du mal », dit Paul Ricœur [2]. En le citant, Edwige Chirouter, spécialiste en philosophie dans l’éducation, affirme que « son concept d’identité narrative permet particulièrement bien de comprendre cet aller / retour continuel entre la fiction et l’existence. Elle souligne que la fiction dévoile des dimensions insoupçonnées de la réalité en constituant à ce titre une expérience vivante, authentique, singulière et universelle à la fois, par laquelle les hommes vont pouvoir appréhender le réel. »[3]

Selon Bruno Bettelheim, auteur de Psychanalyse des contes de fées (1976), il est prouvé que les contes de fées ont toujours joué un rôle de médiateurs et de catalyseurs d’émotions et de concepts, capables de soigner et souvent de guérir les enfants de leurs traumas inconscients.

« L’enfant fait à chaque instant l’expérience de l’étonnement devant le monde. La question de la Vérité notamment le passionne : Qu’est-ce qui est vrai, qu’est-ce qui est faux ? ».[4] L‘interrogation proposée par Chirouter est pertinente si l’on considère la littérature de jeunesse, ses enjeux et ses buts actuels, dans un monde où « la fiction » est devenue méthode privilégiée de manipulation et mystification. « Raconter une histoire » ne se limite pas aux entretiens avec les enfants. Bien que les effets de ces pratiques soient bien connus et dénoncés, les fausses informations de toutes sortes abondent dans les médias et dans la vie courante des jeunes d’aujour’hui.   

Le colloque devrait s’interroger sur les oppositions entre la vérité et le mensonge / l’information et la désinformation, tant qu’elles apparaissent au niveau thématique, au niveau narratologique ou au niveau stylistique, dans les textes destinés aux enfants et aux jeunes.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Vérité et mensonge: information et désinformation en littérature de jeunesse (Hradec Kralove & en ligne)

Appel à contributions : Quoi de neuf dans la Scandinavie médiévale ? Figures historiques et mythiques nordiques dans les cultures contemporaines (Caen)

Journée d’étude : Quoi de neuf dans la Scandinavie médiévale ? Figures historiques et mythiques nordiques dans les cultures contemporaines

24 novembre 2023, Bibliothèque Alexis de Tocqueville, Amphithéâtre, Caen

Équipe ERLIS, Université de Caen Normandie, Programme de recherche : « Figures emblématiques, mythiques et légendaires dans les cultures contemporaines : récits du passé et réinterprétations »
 
Organisée en partenariat avec le festival Les Boréales 
et la Bibliothèque Alexis de Tocqueville
 
Responsables : Annelie Jarl Ireman, Simon Lebouteiller 

Retour des propositions : 21 avril 2023
Envoi des propositions : simon.lebouteiller@unicaen.fr 

La Scandinavie médiévale nous a légué un patrimoine historique et culturel remarquable. Cette période a notamment été marquée par le phénomène viking qui, entre la fin du VIIIe siècle et le milieu du XIe siècle, a vu un accroissement des contacts et des échanges entre les Scandinaves et les autres Européens. Les vikings ont alors eu une influence déterminante dans le développement historique de nombre de régions du continent et au-delà, la fondation du duché de Normandie en étant un exemple emblématique. À l’époque médiévale, l’Europe du Nord a aussi été le berceau d’une culture matérielle riche, ainsi que d’une littérature florissante. C’est plus particulièrement autour du XIIIᵉ siècle que sont rédigées les œuvres les plus célèbres, telles que les fameuses sagas islandaises, les Gesta Danorum de Saxo Grammaticus ou encore le corpus mythographique des Eddas.

À l’époque contemporaine, ce patrimoine est devenu une source d’inspiration inépuisable et l’objet de réinterprétations constantes. Dans l’Europe du Nord du XIXe siècle, le romantisme a notamment fait du Moyen Âge un véritable Âge d’or autour duquel devaient se consolider les identités nationales, tandis que la figure idéalisée du viking devenait l’incarnation de la force, du courage et de l’aventure. Au XXe siècle, la connaissance historique sur le Nord médiéval s’est affinée grâce à une lecture plus critique des sources et à l’apport de l’archéologie, la recherche récente, par exemple à travers la notion de diasporas, permettant d’ailleurs d’envisager les installations vikings non pas comme un phénomène exclusivement perturbateur, mais comme l’occasion de rencontres et d’échanges entre les cultures. Toutefois, cette matière continue de fasciner les contemporains comme le montrent la richesse et la diversité de la production culturelle s’en inspirant. Du film The Northman (2022) au jeu vidéo Assassin’s Creed Valhalla (2020), en passant par l’imagerie du rock metal et la littérature, c’est une multitude de supports qui mobilisent et réinventent cet imaginaire. En particulier, certaines figures historiques, légendaires et mythologiques, telles que Ragnar Lodbrok ou les divinités Odin, Thor et Loki, traversent les époques et le succès rencontré par les productions les mettant en scène — la série Vikings entre 2013 et 2020, les films Marvel… — illustre l’intérêt continu que le public leur porte. Dans le même temps, en écho avec les questions de société, la matière du Nord médiéval est également le support de réflexions et de débats toujours renouvelés, en témoignent les récentes discussions sur l’existence supposée de femmes-guerrières à cette époque à la suite de la réévaluation des données archéologiques. 

Cette journée d’étude se propose d’explorer les divers usages et réinterprétations des vikings et de la littérature scandinave médiévale à notre époque, aussi bien en envisageant leur place dans la production culturelle que leur évocation dans les débats sociétaux et historiographiques actuels. Pourquoi cette matière continue-t-elle de fasciner ? Comment les figures historiques et mythiques issues du Moyen Âge scandinave évoluent-elles et sont-elles réactualisées ?  Quel sens et quelle fonction leur attribue-t-on aujourd’hui ?

Les propositions de communication d’environ 400 mots, accompagnées une courte bio-bibliographie, sont attendues au plus tard pour le 21 avril 2023 et à retourner à l’adresse suivante : simon.lebouteiller@unicaen.fr.

Justine Simon (Université de Franche-Comté)

Maîtresse de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication (SIC), CNU 71ème section, Université de Franche-Comté (France)

Laboratoire ELLIADD (UR 4661), pôle DTEPS

Chercheuse associée au CREM (UR 3476), pôle PIXEL

 

Justine Simon est docteur en Sciences du langage et Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de Franche-Comté (Unité de recherche ÉLLIADD : Éditions, Langages, Littératures, Informatique, Arts, Didactiques, Discours – Chercheur associé au CREM : Centre de Recherche sur les Médiations). Ses recherches sont consacrées à la communication numérique autour des axes d’analyse du discours numérique, d’interaction, d’infox par l’image, de partage d’images, de détournements et plus récemment des mèmes. Elle a développé une réflexion sur la notion de « discours hypertextualisé » à travers l’analyse de différents dispositifs interactifs. La question de la sensibilisation aux formes d’infox par l’image est considérée comme essentielle par la chercheuse dans un contexte actuel de malveillance généralisée sur Internet. La problématique du rôle de l’image et de sa circulation via les réseaux socionumériques est centrale. Avec sa collègue Magali Bigey, elle est à l’origine d’un récent projet portant sur la viralité des publications de chats et autres chatons mignons (2021-auj.). Elle va enfin co-diriger un dossier pour la revue Semen avec Albin Wagener consacré à l’approche discursive des mèmes en politique.

CV HAL 

Continuer la lecture de Justine Simon (Université de Franche-Comté)