Appel à contributions : Transmédiagénie et transécriture (Bucarest)

Transmédiagénie et transécriture

7 octobre 2022, Université Nationale d’Arts Théâtraux et Cinématographiques I.L. Caragiale, Bucarest, Roumanie

Échéance des propositions : 10 juillet 2022

L’évolution aussi rapide et prestigieuse du cinéma serait encore plus surprenante si l’on ne prenait pas en compte ses relations avec les autres arts, notamment avec la littérature. Longtemps, la majeure partie des débats théoriques portant sur ces relations se sont limités à la problématique des adaptations cinématographiques, vues non pas comme un enrichissement réciproque, mais comme un service rendu magnanimement par la littérature à un art plus jeune. Lorsque le cinéma a gagné son autonomie esthétique et s’est positionné de plain-pied au même niveau que « sa Majesté le Dire » (pour reprendre la formule de Godard) les études théoriques ont tenté elles aussi de sortir de cette perspective stérile d’une condition ancillaire du cinéma par rapport à la littérature et de tenir le pas avec la nouvelle réalité esthétique. Le développement des études sémiotiques a contribué à orienter les recherches vers la prise en compte des spécificités codiques du cinéma, l’adaptation étant de plus en plus considérée comme une forme distincte de sémiotisation.

L’essor des études sur la médialité et l’intermédialité a permis d’ajouter à la perspective sémiotique une perspective anthropologique. Selon Nelson Goodman, cette dernière présente l’avantage d’intégrer une reconceptualisation du symbolique attentive à la multiplicité et à la diversité de ses modes de présentation et de réception, ainsi qu’à ses modalités de fonctionnement. Durant les dernières décennies, donc, de nouveaux concepts sont venus prendre place dans l’arène des débats théoriques sur les adaptations. 

Notre conférence se propose de remettre en discussion plus particulièrement deux de ces termes, à savoir la transmédiagénie et la transécriture. Proposé par André Gaudreault et Philippe Marion lors du colloque de Cerisy de 1993, le terme de transécriture va supplanter de plus en plus celui d’adaptation, car il a le mérite de s’écarter du vieux paradigme de la « fidélité » envers l’écriture première et de repenser l’adaptation en tenant compte autant de la poétique du nouveau créateur que des réaménagements sémiotiques spécifiques au médium–cible. La transmédiagénie est une notion mise en place par Philippe Marion en 1997, dans un article qui essayait de mettre les bases d’une narratologie médiatique. Définie comme « capacité d’étoilement, de circulation, de propagation transmédiatique que possède un récit», cette notion venait faire pendant à celle de médiagénie, avancée par le même chercheur deux ans avant le colloque de Cérisy, et qui désignait quant à elle « la capacité d’un sujet ou projet narratif de se réaliser de manière optimale en choisissant le partenaire médiatique qui lui convient le mieux ». (Philippe Marion, « Narratologie médiatique et médiagénie des récits »)

Continuer la lecture de Appel à contributions : Transmédiagénie et transécriture (Bucarest)

Appel à contributions : Perspectives sur l’imaginaire scandinave (Studia Universitatis Babeș-Bolyai Philologia)

Perspectives sur l’imaginaire scandinave“, Studia Universitatis Babeș-Bolyai Philologia, Numéro spécial 2/2023

studia.philologia@lett.ubbcluj.ro  

Échéance des propositions : 15 septembre 2022

Coordinateurs :
Roxana-Ema Dreve, Université Babeș-Bolyai de Cluj-Napoca 
roxana.dreve@ubbcluj.ro

Raluca-Daniela Duinea, Université Babeș-Bolyai de Cluj-Napoca
 raluca.radut@ubbcluj.ro 

Raluca Pop, Université Babeș-Bolyai de Cluj-Napoca
 raluca.petrus@ubbcluj.ro 

Le terme « imaginaire » a une longue tradition en Europe et surtout en France, grâce aux travaux de Gilbert Durand (Les structures anthropologiques de l’imaginaire) et de Jean-Jacques Wunenburger (L’imaginaire). Au fil des années, l’imaginaire a reflété la connexion de différents ensembles d’images culturelles, artistiques, littéraires, linguistiques, religieuses, sociales et historiques à la notion d’identité, liant le terme à l’esthétique et à la réception. Différentes directions articulent donc le concept d’« imaginaire » aujourd’hui. Au-delà de l’exploration du Moi par rapport aux autres, la réalité, la fiction, l’histoire et la mémoire ont également été réévaluées à l’aune de l’imaginaire. 

Tenant compte de ces perspectives, le présent numéro se propose d’analyser l’imaginaire à l’égard de la Scandinavie. La culture, la linguistique et le canon littéraire norvégiens, suédois et danois sont souvent perçus comme des structures faisant partie, au-delà de la complexité multilingue et multiculturelle inhérente, d’un imaginaire scandinave homogène. Renvoyant à un ensemble complexe d’éléments – comprenant à la fois poèmes eddiques, sagas, histoires ou personnages fantastiques (comme les trolls) et véhiculant diverses croyances et coutumes anthropologiques, historiques ou religieuses –, l’imaginaire culturel scandinave gagne du terrain dans les préoccupations philologiques récentes. Dans Story and Emotion : A Study in Affective Narratology, Per Thomas Andersen prend en considération la manière dont différents états d’esprit sont abordés dans la littérature, la philosophie ou la psychologie à partir d’un contexte culturel scandinave. Les 25 essais sur le canon littéraire norvégien édités par Stig Sæterbakken et Janike Kampevold Larsen (Norsk litterær kanon, 2008) présentent l’imaginaire littéraire à travers différentes grilles de lecture. Dans le sixième tome de la Norsk idéhistorie. Et lite land i verden, Trond Berg Eriksen, Andreas Hompland et Eivind Tjønneland examinent la culture norvégienne depuis 1950 à travers plusieurs sujets tels la littérature, la politique, les médias, l’éducation ou la religion.

Outre la littérature et la culture, un autre élément lié à l’imaginaire scandinave est l’utilisation de la langue, base du patrimoine culturel, de l’identité et de l’interaction sociale. L’imaginaire scandinave peut ainsi s’exprimer également à travers l’analyse des dialectes, des études contrastives sur la langue écrite et parlée ou des traductions de textes fictifs et non-fictionnels. Au cours des dernières décennies, on a remarqué une orientation de l’imaginaire littéraire et linguistique scandinave vers l’écocritique (Henning Howlid Wærp, Hele livet en vandrer i naturen, 2018), l’espace, le non-espace, la temporalité, la réécriture des mythes ou bien la littérature de voyage.

Le présent numéro se propose de faire un état des lieux de telles approches de l’imaginaire scandinave, surpris dans toute sa complexité. Nous accepterons ainsi des contributions portant sur la question de l’imaginaire scandinave ou faisant référence à l’espace littéraire et linguistique du Nord.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Perspectives sur l’imaginaire scandinave (Studia Universitatis Babeș-Bolyai Philologia)

Appel à contributions : 3e colloque Médias 19 des doctorant.e.s en littérature et culture médiatique (Québec)

3e colloque Médias 19 des doctorant.e.s en littérature et culture médiatique

Vendredi 28 octobre 2022Université Laval (Québec, Canada)

Échéance des propositions : 1er juillet 2022

« Le journal participe d’une temporalité collective rassurante. »1

Marie-Ève Thérenty 

Suite à ces temps d’isolement contraints par la crise sanitaire, la troisième journée d’étude des jeunes chercheur.e.s en littérature et culture médiatique est l’occasion d’enfin se retrouver autour d’un support qui se veut lui-même « collectif » et « rassurant ». Ancré dans l’actualité, le journal permet en effet de créer une dynamique où se croisent des discours en tous genres.

À l’image de la riche polyphonie de la presse, cette journée souhaiterait rassembler les différentes voix des chercheur.e.s autour des cultures croisées de l’imprimé. Plus précisément, le colloque invite les étudiant.e.s de doctorat et les postdoctorant.e.s à présenter leurs travaux de recherche en cours, notamment les méthodes, thématiques, problématiques et difficultés rencontrées. Suite à ces échanges, la publication d’un article plus abouti sur un aspect de la présentation pourrait être envisagée sur le site Médias 19, selon les critères de sélection du comité de suivi.

Le colloque aura lieu le vendredi 28 octobre 2022 à l’Université Laval en modalité hybride. Les propositions de communication, attendues avant le 1er juillet, sont à envoyer à l’adresse cjcmedia19@gmail.com. Elles doivent comprendre : un titre, un résumé d’environ 250 mots au format Word, une courte biographie de l’étudiant.e (comprenant l’institution de rattachement).

Comité d’organisation

Fernanda Conciani, doctorante

Leïla De Vicente, doctorante

Johanna Hekkig, doctorante

Simon Pelletier, doctorant

Guillaume Pinson, professeur, codirecteur de Médias 19

Mahmoud Vahidpour, doctorant 

  1. Marie-Ève Thérenty, « Vivre au rythme du journal », in Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant (dir.), La Civilisation du journal, Histoire culturelle et littéraire de la presse, Paris, éd. Nouveau Monde, 2011, p. 1315. []

Appel à contributions : Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse (2). Histoire, littérature, enseignement

Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse (2). Histoire, littérature, enseignement

Échéance des propositions : 15 septembre 2022

Le présent projet d’ouvrage collectif s’inscrit à la suite du volume publié en 2020 aux Presses universitaires de Bordeaux, Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse (coll. « Modernités », n° 45, série « Littérature, enseignement, recherche »).

Ce second volume a vocation à faire l’objet d’une publication dans la même collection, en 2024. Nous poursuivons ainsi notre dialogue entre littérature et histoire pour étudier les récits d’esclavage adressés à la jeunesse. Le point de départ de notre réflexion s’ancre dans un constat : l’impact manifeste sur l’édition pour la jeunesse de la promulgation de la Loi Taubira qui institue en 2001 l’esclavage comme crime contre l’humanité et prescrit son enseignement dans les classes. En effet, les trois quarts du corpus réuni – plus d’une centaine d’ouvrages pour la jeunesse publiés en France depuis un demi-siècle, parfois en traduction – sont parus après cette date et le rythme des publications ne cesse d’augmenter.

Pour ne citer que quelques titres récents, des auteurs appartenant à la frange la mieux légitimée du domaine abordent désormais la question, tel Timothée de Fombelle qui lance en 2020 sa trilogie « d’aventure sur le combat de l’esclavage et de l’abolition » (Alma, ill. François Place, Gallimard jeunesse) ; de même, Jean-Luc Marcastel, écrivain reconnu de romans fantastiques et de fantasy, publie Libertalia, (ill. Cécile et Lionel Marty, Gulf Stream éditeur, 2020), un roman historique qui croise les destins de trois jeunes Nantais confrontés au commerce triangulaire » ; certains auteurs de littérature tout public prennent l’initiative de parler de l’esclavage aux enfants, comme Paula Jacques (Blue Pearl, Gallimard jeunesse, 2020) ; les traductions se multiplient, souvent en provenance des États-Unis, comme La longue route de Little Charlie, de Christopher Paul Curtis (trad. F. Pressmann, L’École des loisirs, 2021), mais aussi d’ailleurs comme Dandara et les esclaves libres de Jarid Arraes (trad. du brésilien P. Anacaona, Anacaona éditions, 2018) ; on ne compte plus les documentaires – narrativisés, habilement fictionnalisés et présentés sous le format de l’album – qui visent à informer les jeunes lecteurs sur cette page douloureuse de l’histoire, par exemple Harriet Tubman, une héroïne américaine, de Fleur Daugey (ill. Olivier Charpentier, Actes sud junior, 2020) et L’incroyable histoire de l’Underground Railroad de Jennifer Dalrymple (ill. Justine Brax, Albin Michel Jeunesse, 2021).

Cette sensibilisation accrue à la question de l’esclavage dans les livres pour la jeunesse reflète celle qui s’affiche dans le contexte de ce début de XXIe siècle qui prête une attention soutenue aux minorités, se penche sur les non-dits de l’histoire et multiplie les actions pour mieux faire connaître et comprendre les tragédies du passé. C’est bien en lien avec l’histoire de l’esclavage que Pap Ndiaye publie en 2008 La Condition noire, que les villes de la façade atlantique enrichies par les traites et l’esclavage, se dotent de musées dédiés et érigent des statues d’esclaves dans l’espace public ; la ville de Nantes crée la Fondation pour la mémoire de l’esclavage en 2019 et, la même année, le Musée d’Orsay met en valeur la présence des esclaves et de leurs descendants dans la peinture française depuis le XIXe siècle avec l’exposition consacrée au Modèle noir de Géricault à Matisse. Dans le même ordre d’idées, on signalera l’exposition « Slavernij » (« Esclavage ») qui s’est tenue au Rijksmuseum d’Amsterdam en 2021 : consacrée au passé colonial des Pays-Bas, elle dénonçait les exactions inhérentes à l’esclavage à travers l’histoire de dix personnages. Par ailleurs, sont parues deux sommes : Mémoire noire. Histoire de l’esclavage : Bordeaux, La Rochelle, Rochefort, Bayonne , sous la direction de Caroline Le Mao (Mollat, 2020) et Les Mondes de l’esclavage. Une histoire comparée qui propose, sous la direction de Paulin Ismard (Seuil, 2021) « une histoire inédite de l’esclavage depuis la Préhistoire jusqu’au présent ».

Continuer la lecture de Appel à contributions : Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse (2). Histoire, littérature, enseignement

Appel à contributions : De la bande dessinée polar au cinéma (revue Plasticités)

« De la bande dessinée polar au cinéma », revue Plasticités

Université de Toulouse-Jean Jaurès, (LLA-CREATIS) Université Paris Nord, (Pléiade)

Échéance des propositions : 10 mai 2022

En complément de la journée d’études qui s’est tenue le 19 Novembre 2021, nous souhaiterions faire un appel à contributions écrites en vue d’une publication dans la revue Plasticité.
Alors que la question de l’adaptation du roman à l’écran a déjà été largement théorisée et fait l’objet d’études régulières, en revanche celle de la bande dessinée polar au cinéma n’a soulevé que très peu d’études. D’ailleurs, il convient de signaler que peu de spécialistes se sont intéressés à ce phénomène transmédiatique et complexe qui sollicite des outils autres que ceux qui relèvent des codes de la forme cinématographique et qui soulève des problématiques afférentes à la transposition. L’adaptation, une des formes de la transposition, est le processus -l’opération- par lequel on modifie une œuvre. Cette opération a lieu généralement lorsqu’on fait passer cette œuvre, soit d’un genre à un autre au sein d’une même sémiotique (langage), soit d’une sémiotique à une autre. Ce phénomène peut d’ailleurs s’apparenter au terme de transposition intermédiatique.

La bande dessinée offre de nombreuses possibilités de processus adaptatifs. Qu’elle soit œuvre source ou but, elle entretient en effet des relations avec d’autres médias tel que le cinéma.
Il convient de signaler que le polar qui regroupe trois tendances, le roman d’énigme, le roman noir et le roman de suspense peut être transposé dans la bande dessinée polar. Ainsi, en recense-t-on un certain nombre, notamment Le Lotus bleu d’Hergé, paru en 1946, en noir et blanc, qui a inspiré Serge Grieco pour réaliser un film d’espionnage intitulé, Opération lotus bleu, en 1966. De plus, L’Île noire d’Hergé, parue en 1938 chez Casterman a marqué les séquences filmiques de Gilles Grangier, Le Cave se rebiffe, en 1961 ; de même Le Secret de la licorne d’Hergé, en 1942, est transposé à l’écran, en 2011 sous le titre Les Aventures de Tintin, Le Secret de la licorne. La bande dessinée d’énigme au même titre que le roman anglo-saxon sous le terme anglais whodunit (contraction « who has done it ? », « Qui l’a fait ?») détermine qui est le coupable. Cette remarque fondamentale se trouve dans la plupart des bandes dessinées que nous venons de citer. Ainsi, le lecteur est-il amené à se poser ces questions : Qui est à la tête de l’organisation de trafiquants de drogue ? Qui a perpétré l’attentat ? Qui a pris le magot ? Qui a volé la maquette de la Licorne ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : De la bande dessinée polar au cinéma (revue Plasticités)

Parution : Cent cinquante ans de photolittérature pour les enfants (Laurence Le Guen)

Laurence Le Guen, Cent cinquante ans de photolittérature pour les enfants, MeMo, 2022. 

Préface de Michel Defourny

Au 19e siècle naît la photographie moderne, qui n’a, dès lors, cessé d’investir le livre. Genre longtemps méconnu, parfois mésestimé, la photolittérature est pourtant prisée des enfants, et de nombreux artistes s’essaieront à l’exercice.

De 1886 à 2021, ces livres sont les témoins de leur époque, des courants pédagogiques, esthétiques et politiques, mais aussi des avancées techniques de ce médium. Photographes amateurs ou de renom — Robert Doisneau, Ylla, André Kertész, Ergy Landau, Sarah Moon — s’empareront de ce format. Leur travail côtoie les textes d’auteurs reconnus — Marcel Aymé, Maurice Genevoix, Jacques Prévert, Susie Morgenstern, Timothée de Fombelle — et, ensemble, ils créent des œuvres surprenantes.

Ce parcours dans cent cinquante ans de littérature photo-illustrée européenne et nord-américaine vous fera découvrir un pan passionnant de l’édition de livres pour enfants.

Laurence Le Guen est docteure en littérature française, chercheure associée au Greces-Cellam, Université Rennes 2

 

Publication: Japanese Role-Playing Games – Genre, Representation, and Liminality in the JRPG (Edited by Rachael Hutchinson and Jérémie Pelletier-Gagnon)

Rachael Hutchinson and Jérémie Pelletier-Gagnon (eds.), Japanese Role-Playing Games – Genre, Representation, and Liminality in the JRPG, Lexington Books, 2022

Presentation

Japanese Role-playing Games: Genre, Representation, and Liminality in the JRPG examines the origins, boundaries, and transnational effects of the genre, addressing significant formal elements as well as narrative themes, character construction, and player involvement. Contributors from Japan, Europe, North America, and Australia employ a variety of theoretical approaches to analyze popular game series and individual titles, introducing an English-speaking audience to Japanese video game scholarship while also extending postcolonial and philosophical readings to the Japanese game text. In a three-pronged approach, the collection uses these analyses to look at genre, representation, and liminality, engaging with a multitude of concepts including stereotypes, intersectionality, and the political and social effects of JRPGs on players and industry conventions. Broadly, this collection considers JRPGs as networked systems, including evolved iterations of MMORPGs and card collecting “social games” for mobile devices. Scholars of media studies, game studies, Asian studies, and Japanese culture will find this book particularly useful.

Rachael Hutchinson is professor of Japanese studies at the University of Delaware.

Parution: “Youtube, Twitch et les autres” (Télévision, n° 13)

Télévision, n° 13, “Youtube, Twitch et les autres”, sous la direction de Marie-France Chambat-Houillon et Virginie Spies

Résumé

YouTube s’est imposé en quinze ans comme une plateforme incontournable parmi les médias classiques et les réseaux sociaux, mobilisant chaque mois plus de 2 milliards d’utilisateurs. Très vite, les amateurs comme les professionnels s’en sont emparé proposant une multitude de « chaînes ». Les frontières entre télévision et YouTube sont devenues poreuses, combinant présent et passé, actualité et archives. À côté de cette extension de la télévision, Twitch s’est affirmée comme le règne du direct et a instauré une proximité renforcée entre ses utilisateurs, créant une nouvelle figure, le streamer.
Ces dispositifs de médiation sont l’occasion d’interroger des formes énonciatives inédites tant du point de vue de la stratégie des acteurs et de leur discours que de celui des publics et de la réception.
L’accès aux contenus audiovisuels proposés par ces plateformes redessine les contours d’une télévision stabilisée dans ses usages, mais en transformation continuelle.

Continuer la lecture de Parution: “Youtube, Twitch et les autres” (Télévision, n° 13)

Séminaire LPCM, séance 4 : Feat. PHisTEM (« Poétique historique des textes modernes » ) – Jeudi 21 avril 2022, 16h30-19h

 Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…). 

Les séances ont lieu en co-modal.

Organisatrices : Fanny Barnabé (Epitech), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre)

Séance 4 – Jeudi 21 avril 2022, 16h30-19h : Feat. PHisTEM

Séance partagée avec le séminaire général de l’équipe de « Poétique historique des textes modernes » (CSLF, EA 1586)

Lieu : Université Paris Nanterre, Bâtiment Max Weber, salle de séminaire 1

Lien de connexion : pour obtenir le lien de la réunion Zoom et suivre à distance cet événement, merci de bien vouloir écrire à l’équipe organisatrice via l’adresse mail de contact : atelierlpcm@protonmail.com

Programme

  • Yoan Vérilhac (Université de Nîmes/RIRRA 21) : « Sublime, mélodrame, sensationnalisme : esthétiques de l’excès et démocratisation culturelle »

  • Aurélie Huz (Université Paris Nanterre) : « La science-fiction : une approche par les sons »