Parution : Belphégor 18-2, Roman Populaire Espagnol – Roman historique, 1900-1950

Belphégor 18-2, Àngels Santa et Carme Figuerola (dir.), « Roman Populaire Espagnol – Roman historique, 1900-1950 », 2020  

I. Roman Populaire Espagnol

Continuer la lecture de Parution : Belphégor 18-2, Roman Populaire Espagnol – Roman historique, 1900-1950

Ecrans à la page : littérature et télévision en Belgique

Journée d’étude Textyles, en partenariat avec les Archives et Musée de la littérature (AML)

KBR, Bruxelles, 28 janvier 2021

Au cours de la seconde moitié du XXe siècle, la télévision devient un acteur incontournable de la vie littéraire. En France, les émissions phares Lectures pour tous et Apostrophes s’imposent par leur succès, et les chaînes de l’audiovisuel public en Belgique se montrent également soucieuses d’ouvrir une plateforme et un espace critique dédiés à la littérature.

Dans le cadre de leur mandat culturel, la RTB puis la RTBF diffusent des programmes spécialisés sous forme d’entretiens, de chroniques ou de documentaires, ainsi que des adaptations et des dramatiques télévisées. Des émissions comme EcrituresHors-texteEn toutes lettres ou plus récemment Livrés à domicile offrent un miroir de l’actualité éditoriale tout en rendant hommage aux oeuvres du patrimoine, et nombreuses sont celles qui accordent une place de choix aux écrivains du pays.

En explorant ces collections, cette journée d’étude a pour objectif de mettre en lumière les formes de médiatisation de la littérature à la télévision belge et la manière dont les écrivains belges investissent la scène d’expression que déploient les médias audiovisuels. Il s’agira d’éclairer par ce biais un aspect important et encore peu étudié de l’histoire littéraire récente de la Belgique francophone. Continuer la lecture de

Appel à contributions : L’Animal médiatique

Le Temps des médias. Revue d’histoire

Appel à contributions pour le n° 39 (automne 2022) : « L’animal médiatique »

Coord. Emmanuelle Fantin, Valérie Schafer et Claire Sécail

« Repeupler les récits historiens et les sociétés […] de la présence animale dont elle a souvent été exclue, sinon comme simple élément du décor » (Deluermoz et Jarrige, 2017) est désormais un enjeu incontournable des sciences humaines et sociales. Si, comme le suggérait Dominique Lestel en 2010 dans un ouvrage au titre évocateur, « l’animal est l’avenir de l’homme », il est aussi au cœur d’interrogations politique, écologique, ontologique qui éclairent le passé de manière profondément contemporaine. L’âge classique et les Lumières se sont déjà emparés de la question animale et l’historien.ne pourrait remonter jusqu’aux pléthoriques traités d’Histoire naturelle consacrés aux bêtes, à commencer par les travaux d’Aristote. Les recherches des dernières décennies marquent cependant une évolution fondamentale dans le champ historique : qualifiées d’animal turn dans les SHS, elles sont caractérisées par le passage d’une vision de l’animal comme « objet » – parmi d’autres produits par les sociétés humaines – à celle d’un animal agissant, véritable acteur silencieux et souvent discret au cœur des processus sociaux.

L’article de Maurice Agulhon sur la protection animale au XIXsiècle (1981) de même que Les animaux ont une histoire publié par Robert Delort (1984) dans les années 1980 ont fait dates dans les années 1980 en posant les premiers jalons de cette historicité inédite portée sur l’animal. Les travaux de Daniel Roche (2008 ; 2011 ; 2015) et de Michel Pastoureau (2008 ; 2011) ont conduit à une belle éclosion des interrogations historiques propres à la question animale, de même que les recherches particulièrement originales d’Éric Baratay (2012 ; 2017), ce dernier allant jusqu’à proposer un « parti pris qui consiste à partir de l’histoire humaine pour expliquer comment les bêtes la vivent et la ressentent, et rejoindre ainsi l’histoire animale » (2012 : 30).

Continuer la lecture de Appel à contributions : L’Animal médiatique

Appel à Communications: « Archifictions: L’architecture et la ville aux prises avec les bouleversements environnementaux dans les fictions télévisées » – Date limite revue : 1er février

Archifictions

L’architecture et la ville aux prises avec les bouleversements  environnementaux dans les fictions télévisées
 
________________________________________________________________________________________
 
Journée d’études mars 2021
Publication n°revue 2021-2022
 
________________________________________________________________________________________

Introduction / bilan

 
Initialement, ce projet a été imaginé en 2019 dans le cadre du Groupe de recherche en Cultures Visuelles (ACCRA-Unistra), espace de partage scientifique strasbourgeois, co-coordonné par Vivien Philizot et Sophie Suma. Il est ici question de poursuivre le travail débuté l’an passé (2019-2020) qui visait à étudier les liens entre architecture, télévision et fictions. Les contributions des intervenants de la première journée d’études (mars 2019) intitulée Archiséries ont confirmé l’existence d’une relation entre les sujets de l’actualité contemporaine et ceux abordées dans les séries, considérées désormais comme une matière dialogique ou/et réflexive. Cette première étape prévoyait d’étudier de façon très ouverte la présence de l’architecture dans les fictions télévisées et plus particulièrement dans les « séries ». L’objectif était d’évaluer la capacité de ce type de fictions à diffuser un ensemble de points de vue ou de critiques sur des sujets nouvellement ou encore contemporains au sein desquels l’architecture, la ville, ou les activités urbaines tiennent un rôle. En plus de discuter du caractère idéologique de certaines séries, plusieurs sujets ont été abordés : l’instrumentalisation de l’architecture par le pouvoir fédéral, la représentation de la modernité architecturale, la place de la femme architecte dans les représentations sociales, la série comme médium pédagogique et comme archive de l’histoire de l’architecture, ou encore la représentation d’un quartier new-yorkais dans les fictions télévisées des années 1990. Ces thématiques d’intérêts différents ont eu pour but d’expérimenter ce type d’études où la fiction tient un rôle médial (Citton, 2010), et de définir de quelle façon la diffusion en masse des séries crée une zone d’influence notamment sur la manière de penser désormais les sujets qu’elles abordent. 
 
 

Continuer la lecture de Appel à Communications: « Archifictions: L’architecture et la ville aux prises avec les bouleversements environnementaux dans les fictions télévisées » – Date limite revue : 1er février

Appel à contributions : Fixxion n°24, « Sexualités : violences subies et reprises de pouvoir »

Fixxion n°24, « Sexualités : violences subies et reprises de pouvoir »

coordonné par Denis Saint-Amand et Mathilde Zbaeren

En 2017, l’éclatement de l’affaire Weinstein a favorisé le rayonnement du mouvement #MeToo, chaîne de solidarité rassemblant les victimes d’agressions sexuelles initiée en 2007 par Tarana Burke, une militante et travailleuse sociale noire américaine. La médiatisation de cette campagne dix ans après l’appel initial de Burke a non seulement permis de révéler au grand public le système de prédation en vigueur au sein du milieu hollywoodien, mais aussi de faire apparaître plus largement l’omniprésence des formes et mécanismes de la violence sexuelle et sexiste au sein des différents espaces sociaux. Autour d’une devise qui fonde les possibilités de reconquérir un pouvoir dans l’empathie, le mouvement #MeToo s’est largement déployé pour impliquer et rallier progressivement des voix de femmes victimes de harcèlement et de violences sexuelles au sein de communautés diverses. Émergeant il y a trois ans comme une dynamique réflexive puissante et polymorphe, ce phénomène médiatique et politique trouve un appui solide sur une tradition de luttes féministes articulées, dans une perspective intersectionnelle (Crenshaw, 1989 ; McCall, 2005), à d’autres mouvements d’émancipation, luttes décoloniales et LGBTQIA+, notamment. Ces perspectives conjointes fournissent des outils épistémologiques puissants permettant à des actrices et acteurs sociaux de défier l’hégémonie d’un patriarcat autant prescriptif que restrictif. Une opération médiatique telle que celle menée en 2017 atteste d’une volonté de démocratiser l’accès aux luttes et de donner au plus grand nombre les moyens de secouer les normes imposées en matière de rapport de genre et de sexualités. Continuer la lecture de Appel à contributions : Fixxion n°24, « Sexualités : violences subies et reprises de pouvoir »

Parution : Corps handicapés et corps mutilés dans la BD

Frédéric Chauvaud et Denis Mellier (dir.), Corps handicapés et corps mutilés dans la BDPresses universitaires de Rennes, 2020.

Dans une perspective pluridisciplinaire, ce volume articule une histoire des représentations du handicap et de la mutilation et une réflexion sur les contraintes formelles que ces états du corps imposent à la bande dessinée. La bande dessinée contribue à révéler les stéréotypes et les partis pris culturels et sociaux qui déterminent un regard qui, souvent, conduit à ostraciser les corps handicapés et mutilés. À l’inverse, la BD permet aussi de lutter contre l’invisibilisation de ces corps. Elle présente des personnages dont les corps différents offrent des capacités d’action impensées, contribuant ainsi à modifier le point de vue porté sur eux.

Avec une postface de Jean-Philippe Martin.

Avec le soutien de l’université de Poitiers.

Table des matières 

PARUTION: « Fictions et pouvoirs », Revue critique de fixxion française contemporaine, n° 21 (2020)

Fictions et pouvoirs

numéro coordonné par Aurélie Adler et Julien Lefort-Favreau

Site de la revue

Sommaire

Aurélie Adler, Julien Lefort-Favreau
1-5

Études

Hélène Barthelmebs-Raguin
6-17
Karol’Ann Boivin
18-32
Cécile Chatelet
33-41
Dominique Carlini Versini
42-51
Marc-Antoine Blais
52-63
Frank Wagner
64-73
Frédéric Martin-Achard
74-84
Morgane Kieffer
85-94
Arthur Pétin
95-108
Simon Levesque
109-120
Annabel Kim
121-130
Elara Bertho
131-141

Entretien

Julien Lefort-Favreau, Hélène Frédérick
142-148
Emmanuel Bouju
149-152

(Re)Lire

Émile Bordeleau-Pitre
153-160

Carte blanche

Fanny Taillandier
161-165

Parution : Literary Translation in Periodicals. Methodological challenges for a transnational approach

Laura Fólica , Diana Roig-Sanz and Stefania Caristia (dir.), Literary Translation in Periodicals. Methodological challenges for a transnational approach, John Benjamins Publishing Company, 2020. 

While translation history, literary translation, and periodical publications have been extensively analyzed within the fields of Translation Studies, Comparative Literature, and Communication Sciences, the relationship between these three topics remains underexplored. Literary Translation in Periodicals argues that there is a pressing need for an analytical focus on translation in periodicals, a collaborative network of researchers, and a transnational and interdisciplinary approach. The book pursues two goals: (1) to highlight the innovative theoretical and methodological issues intrinsic to analyzing literary translation in periodical publications on a small and large scale, and (2) to contribute to a developing field by providing several case studies on translation in periodicals over a wide range of areas and periods (Europe, Latin America, and Asia in the 19th and 20th centuries) that go beyond the more traditional focus on national and European periodicals and translations. Combining qualitative and quantitative methods of analysis, as well as hermeneutical and sociological approaches, this book reviews conceptual and methodological tools and proposes innovative techniques, such as social network analysis, big data, and large-scale analysis, for tracing the history and evolution of literary translation in periodical publications.

PDF  Continuer la lecture de Parution : Literary Translation in Periodicals. Methodological challenges for a transnational approach

Parution : Le transmédia, ses contours et ses enjeux

Anne-Sophie Collard, Stéphane Collignon, Le transmédia, ses contours et ses enjeux, Presses Universitaires de Namur, 2020. 

PDF disponible en libre accès, sous licence Common Creative CC-BY_NC_ND 4.0

Cet ouvrage rassemble plusieurs contributions de chercheurs belges et français s’interrogeant sur les contours et les enjeux du transmédia suite à la Journée d’étude organisée à Namur en 2017. A partir de questions portant notamment sur la diversité des supports, le traitement médiatique, la notion d’auteur, le rôle des personnages, les fanfictions ou les compétences médiatiques mobilisées, il permet de porter un regard multiple sur cette forme médiatique contemporaine. Il s’adresse aux chercheurs et aux étudiants qui souhaiteraient approfondir leur connaissance du transmédia et avoir un aperçu de problématiques de recherche actuelles dans le champ médiatique.

Parution : Cahiers de littérature orale, n°89, « L’heure du conte »

Michel Porret, Olivia Testori,  Frankenstein, le démiurge des LumièresGenève, Georg éditions, « L’Equinoxe », 2020.

Dans l’héritage naturaliste et expérimental des Lumières, à la croisée des romans philosophique, épistolaire, gothique, noir et d’épouvante, au carrefour du romantisme littéraire et de la « fiction scientifique », ce livre collectif évoque les thématiques et les questions religieuses, philosophiques, politiques, littéraires, esthétiques, épistémologiques et éthiques sur la connaissance, la science, le savant, le corps, l’identité, le genre, l’expérimentation, la loi, la création et la transmission de la vie, la post-humanité, le mal et la mort que pose en 1818 l’œuvre de Mary Shelley.

Autour du bricolage cadavérique de la créature, dont la bonté innée se brise sur le monde social qui la réprouve en sa difformité corporelle, comme incarnation du mal moral, l’ouvrage balise le périmètre culturel des sens, des usages et des représentations qu’induisent les lectures critiques, les déclinaisons et les réappropriations culturelles de Frankenstein.

Michel Porret est professeur d’histoire moderne à l’Université de Genève. Éminent spécialiste du droit de punir et de la médecine judiciaire, il est également co-directeur, avec F. Rosset et B. Baczko† du Dictionnaire critique de l’utopie (Georg, 2016).

Olinda Testori est doctorante en histoire moderne à l’Université de Genève.