Parution : Du droit dans Disney

Quentin Le Pluard, Marion Talbot (dir.), Du droit dans Disney, Mare et Martin, 2020. 

Qu’ont en commun Star Wars, Pirates des Caraïbes, Cars, Le Roi Lion ou Bambi ? La première réponse à cette question, la plus évidente, serait de dire qu’il s’agit de films et franchises Disney. Une autre, plus spécifique, serait d’affirmer que chacune de ces oeuvres présente un aspect particulier du droit ou peut servir de biais pour le présenter et approfondir ses connaissances en la matière. Il en est ainsi de la qualification et du régime juridique de la chasse (Bambi), du coffre de pirate (Pirates des Caraïbes) ou encore de la légalité de l’Ordre 66, ordonnant le génocide des Jedi (Star Wars). Ces quelques points, parmi bien d’autres, viennent asseoir l’intérêt d’une recherche du droit dans la magie de Disney, à moins que ce ne soit l’inverse. Se voulant accessibles à tous – néophytes du droit ou de Disney, comme juristes confirmés ou fans inconditionnels des différents films et sagas –, les différentes contributions de cet ouvrage sont autant de preuves supplémentaires que, comme le veut l’adage, le droit est véritablement partout. Il l’est donc aussi dans les oeuvres estampillées Disney.

Appel à propositions : Podcasting Disruptive Voices. New Narratives of Race, Gender & Sexuality

Podcasting Disruptive Voices. New Narratives of Race, Gender & Sexuality

Inspired by Marshall MacLuhan’s pivotal statement that “the medium is the message,” this volume seeks to explore how the emergence of new media has challenged public discourse and epistemological approaches on societal issues in France. While we welcome contributions on new platforms like webseries, online newsletters, YouTube channels, and blogs, the present study will mainly focus on podcasts, which, with their growing popularity, have become a cultural phenomenon in France. In the same way that increased accessibility of the video format supported the feminist and the gay and lesbian movements in the 1970s, by allowing these underrepresented subjects to show images of themselves and politicize their personal lives, podcasts are now considered the platform of choice to give a voice to invisible bodies and communities. Through this medium, minority groups challenge gender normativity, embrace intersectional feminism, and unveil France’s deep-rooted racism (whether systemic, casual, or stereotypical) and its biases. As the title of the section — recently dedicated to this media form in Les Inrocks (14/10/2020) — suggests, podcasts “f[ont] entendre des voix qui n’ont pas été entendues” (allow us to hear voices that have not yet been heard) (23-25).   Continuer la lecture de Appel à propositions : Podcasting Disruptive Voices. New Narratives of Race, Gender & Sexuality

Parution : The Purchase of the Past: Collecting Culture in Post-Revolutionary Paris c.1790–1890

Tom Stammers, The Purchase of the Past: Collecting Culture in Post-Revolutionary Paris c.1790–1890New York, Cambridge University Press, 2020, 370 pages.

Offering a broad and vivid survey of the culture of collecting from the French Revolution to the Belle Époque, The Purchase of the Past explores how material things became a central means of accessing and imagining the past in nineteenth-century France. By subverting the monarchical establishment, the French Revolution not only heralded the dawn of the museum age, it also threw an unprecedented quantity of artworks into commercial circulation, allowing private individuals to pose as custodians and saviours of the endangered cultural inheritance. Through their common itineraries, erudition, and sociability, an early generation of scavengers established their own form of ‘private patrimony’, independent from state control. Over a century of Parisian history, Tom Stammers explores collectors’ investments—not just financial but also emotional and imaginative—in historical artefacts, as well as their uncomfortable relationship with public institutions. In so doing, he argues that private collections were a critical site for salvaging and interpreting the past in a post-revolutionary society, accelerating but also complicating the development of a shared national heritage.

Tom Stammers is Associate Professor in Modern European Cultural History at the University of Durham. He is a historian of modern France, specialising in visual and material culture; he works frequently with museums and heritage organisations, including collaborating on exhibitions, and is a regular contributor to arts reviews like Apollo. Continuer la lecture de Parution : The Purchase of the Past: Collecting Culture in Post-Revolutionary Paris c.1790–1890

Parution : Littérature de jeunesse : la construction du lecteur

Nadège Langbour, Littérature de jeunesse: la construction du lecteur, L’Harmattan, collection « Prix Scientifique L’Harmattan », 2020.

La littérature de jeunesse joue un rôle essentiel dans la construction du jeune lecteur parce qu’elle s’adresse aux lecteurs de demain : elle tente à la fois d’aiguiser leurs goûts littéraires et leurs compétences de lecture, Elle met régulièrement en scène le personnage du lecteur sous les traits de l’enfant ou de l’adolescent : pour sublimer l’acte de lire mais aussi fictionnaliser les pratiques de la lecture qui vont de l’identification au personnage par le « lisant » à l’interprétation herméneutique des textes par le « lectant ».

L’étude compare vingt fictions françaises et étrangères destinées à un jeune lectorat. Elle s’intéresse à cette problématique complexe, embrassant dans un même mouvement la dimension métaréflexive et intertextuelle de la littérature de jeunesse, la question de la représentation du lecteur et de la lecture et les transpositions didactiques de ces réflexions qui peuvent être concrètement réalisées en classe.

Entre théorie et pratique pédagogique, cet essai sur « la construction du lecteur dans et par la littérature de jeunesse » invite à penser la construction de l’enfant lecteur. Mais il propose de repenser la posture des lecteurs prescripteurs de littérature de jeunesse qui trouveront dans cette littérature une fontaine de jouvence pour renouveler leur plaisir de lecteur et réinventer leur statut de médiateur entre le livre et l’enfant.

Un essai qui donne envie de lire et de faire lire. Un hommage à la littérature de jeunesse et à son remarquable essor.

Llittérature de jeunesse: la construction du lecteur, ouvrage de Nadège Langbour, a été lauréat du Prix scientifique L’Harmattan 2019. Continuer la lecture de Parution : Littérature de jeunesse : la construction du lecteur

Appel à contributions : Fans: Engagement, Participation, Agency

Call for Papers :  In Media – The French Journal of Media StudiesFans: Engagement, Participation, Agency

Laurence Corroy et Mélanie Bourdaa

In English speaking countries, research on active audiences and fans has been flourishing since the late 1990s. Reception of television messages and contents for fans is not limited to the very moment the show is broadcast on TV; it goes beyond this thanks to several activities that fans express and practice within a virtual community: writing fan-fictions and cultural reviews, creating fan-arts, videos, websites, finding other fans to talk to and share their passion with (Bielby, Harrington, & Bielby, 1999; Jenkins, 2006). Fans belong usually to a virtual community in which the same passion, the same language, the same media practices and the same will to participate are expressed. This sense of belonging is extremely strong among fans (Costello, 2007). This is what the Internet has brought to fans: a virtual place where they can meet up rapidly and easily with no time or space problems. The Internet provides immediacy, even a sense of urgency, for viewers who go online, creating something that is familiar – fandom. According to Henry Jenkins, fans are active receptors, who use new technologies to adapt to new socio-cultural environments to create and redefine a language, practices, identities and values. The cultural logic of the fans blurs the border between consumption and production, between writing and reading. Finally, virtual communities are places of social interactions where there is participation in a mediated environment. 

Following Jenkins’s canonical works (1992; 2006), fandoms and fan activities are being discussed in the French academic world and more largely in the English-speaking world as active and creative audiences who use new technologies to perform activities and gather in a “community of practices” (Baym, 1999). In France, young scholars analyze fandoms from a specific activity, such as the creation of fan fictions (François, 2009) or offer a typology of fan activities (Bourdaa, 2014). They also envision fans as a virtual community empowered by their use of new technologies (Martin, 2010; Peyron, 2013). Other scholars study a particular object, TV shows, in order to understand a shift in the reception practices and highlight specific patterns in fan reception (Combes, 2010; Bourdaa, 2012).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Fans: Engagement, Participation, Agency

Parution : Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse

Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse

Textes réunis et présentés par Christiane Connan-Pintado, Sylvie Lalagüe-Dulac et Gersende Plissonneau,

Presses Universitaires de Bordeaux, coll. « Modernités n° 45 », 2020.

Depuis la promulgation de la loi Taubira en 2001, qui institue l’esclavage comme crime contre l’humanité et prescrit son enseignement dans les classes, les fictions historiques pour la jeunesse abordant cette période se sont multipliées. Plusieurs d’entre elles ont pris place sur les listes de référence du Ministère de l’éducation nationale et peuvent servir de support à l’enseignement de cette page d’histoire à travers trois disciplines : l’histoire, la littérature et l’éducation civique. À partir d’un corpus d’ouvrages publiés en France, dont certains en traduction, il s’agit d’interroger le genre de la fiction historique, ses atouts et ses limites dans un domaine régi par une tension permanente entre le docere et le placere. Il convient en effet de soupeser le couple disparate formé par la fabulation et l’archive car il pourra, selon le cas, incliner l’ouvrage vers la vocation documentaire ou vers une fictionnalisation débridée.

Afin d’envisager les différentes propositions de l’édition pour la jeunesse autour de la question vive de l’esclavage, l’ouvrage trace un parcours en trois étapes. La première opère un retour sur les origines de cette production et se penche, d’une part, sur la réception française des authentiques récits d’esclaves et du premier roman abolitionniste, La Case de l’Oncle Tom, d’autre part, sur le détournement d’une œuvre littéraire, quand un écrivain en vient à l’adapter pour la jeunesse. L’étape suivante s’attache au statut des personnages d’esclaves mis en exergue dans les ouvrages du corpus, des personnages privés d’histoire, dont l’identité et les origines ont été niées et auxquels la littérature tente de redonner vie. Enfin, sont explorées, en dernière partie, les voies génériques empruntées par les auteurs pour la jeunesse : d’abord le roman, genre dominant, qui tient la balance entre fiction et histoire de manière contrastée ; puis les genres graphiques, bande dessinée et album, qui diffusent une représentation iconotextuelle de l’esclavage.

Nourri par l’histoire et agrémenté par la fiction, ce parcours d’œuvres adressées à la jeunesse pour aborder la question de l’esclavage, se propose d’approfondir des enjeux et une poétique propres à retenir aussi bien l’attention des littéraires que celle des historiens.

Ouvrage publié avec le soutien des équipes TELEM (EA 4195, Université Bordeaux-Montaigne), E3D (Université de Bordeaux) et de l’INSPE de l’académie de Bordeaux.  Continuer la lecture de Parution : Écrire l’esclavage dans la littérature pour la jeunesse

Parution : A European Television Fiction Renaissance. Premium Production Models and Transnational Circulation

Luca Barra, Massimo Scaglioni (dir.), A European Television Fiction Renaissance. Premium Production Models and Transnational Circulation, Routledge, 2020.

This book maps the landscape of contemporary European premium television fiction, offering a detailed overview of both the changes in the digital production and distribution and the emergence of specific national and transnational case histories.

Combining a media-production approach with a textual and audience analysis, the volume offers a complex, stratified, systemic view of ongoing aesthetic, sociocultural and industrial developments in contemporary European TV. With contributions from leading experts in the field, the book first offers an overview of the industrial, policy and cultural context for the renaissance of European television drama over the past decade, based on original comparative research. This research is then supported by case study chapters from the key contexts within which quality European television is being produced, offering a complex and complete picture of the industry’s strengths and limitations, its traditions and trends, its constraints and future perspectives.

A European Television Fiction Renaissance is a must-read book for TV scholars working across Europe and beyond in the areas of media studies, international communications and television studies, media industries studies, production studies, European studies, and media policy studies as well as for those with an interest in television drama, Netflix, globalisation, pay TV and on demand. Continuer la lecture de Parution : A European Television Fiction Renaissance. Premium Production Models and Transnational Circulation

Parution : Contextes n°29, Logiques de la commande (XXe-XXIe siècles)

COnTEXTES n°29, Logiques de la commande (XXe-XXIe siècles), 2020.

Sous la direction de Adrien Chassain, Maud Lecacheur, Fanny Lorent et Hélène Martinelli

Double journée d’études : Balzac et Dumas en face-à-face : le colosse et le titan

Double journée d’études

Balzac et Dumas en face-à-face : le colosse et le titan 

Universités Toulouse-Jean Jaurès et Caen Normandie

19 novembre 2021 – Mars 2022 [date à préciser pour la seconde journée]

« C’est à Balzac que l’on demande une peinture de la société de la Restauration et de la monarchie de Juillet, pas à Dumas. À tort1 » ; ainsi Jean Tulard rend-il compte, dans une formule lapidaire, du traitement opposé qu’ont connu Balzac et Dumas dans l’histoire littéraire. Il faut dire que tout semble éloigner tant les deux hommes, qui n’avaient aucune sympathie l’un pour l’autre, que les deux écrivains : sur le plan idéologique, les convictions républicaines de Dumas contrastent avec le monarchisme de Balzac ; du point de vue de la conception de l’écriture, l’auteur de La Comédie humaine voit dans l’exercice de la  littérature un sacerdoce confinant au martyre, tandis que Dumas se distingue par la facilité décomplexée de son écriture, favorisée par la pratique de la collaboration. D’un côté la tentation de l’ascèse avec son cortège de privations, de l’autre le bon vivant notoire, auteur du Grand dictionnaire de cuisine ; d’un côté l’observateur minutieux et le physiologiste acéré de la vie contemporaine ; de l’autre l’auteur de cape et d’épée, le chroniqueur historique qui plonge ses lecteurs dans les grandes pages d’un passé national virevoltant ; d’un côté l’écrivain exigeant qui, élevant le roman au rang d’outil d’investigation du corps social, lui a conféré une légitimité épistémologique inédite, de l’autre le représentant d’une littérature avant tout de divertissement et d’évasion.

Les deux hommes, d’ailleurs, ne s’appréciaient guère et n’en faisaient pas mystère. Ils considéraient leurs œuvres respectives avec une admiration distante chez Dumas et une morgue venimeuse, si ce n’est insultante, chez Balzac. Dumas écrit ainsi dans ses Mémoires : « Comme homme je ne le connais pas, et ce que j’en connais ne m’est pas le moins du monde sympathique ; comme talent, sa façon de composer, de créer, de produire est si différente de la mienne que je suis mauvais juge à son endroit » (chap. CCXVII). Balzac n’est pas plus tendre dans sa correspondance avec MmeHanska, lui qui voit dans l’auteur des Trois Mousquetaires « un homme taré, un danseur de corde et pis que cela, un homme sans talent2 » bénéficiant d’un « nom immérité dans la littérature3 ». Continuer la lecture de Double journée d’études : Balzac et Dumas en face-à-face : le colosse et le titan

  1. Jean Tulard, Alexandre Dumas, Paris, Presses universitaires de France, « Figures et plumes», 2008, p. 12 []
  2. Lettre à Mme Hanska de 1836 []
  3. Lettre à Mme Hanska de 1840. []

Parution : Res Futurae, 16, « Fictions de mondes possibles : les formes brèves de la science-fiction »

Res Futurae, 16, 2020, Fictions de mondes possibles : les formes brèves de la science-fiction

sous la direction de Jean Nimis et Yves Iehl

Sommaire

Yves Iehl et Jean Nimis : Terres agglutinées, fragments de mondes possibles : les récits brefs de science-fiction [Texte intégral]

Yves Iehl : Les Novelettes astrales (1912) ou l’utopie subversive de Paul Scheerbart [Texte intégral]

Raphaëlle Costa de Beauregard : Aelita (Iakov Protazanov, 1924) : la science-fiction à l’écran en question [Texte intégral]

Jean Nimis : Lemmings : le récit de science-fiction et le « vice de forme »  [Texte intégral]

Sylvia Chassaing : Robots poètes chez Stanisław Lem : réflexions sur la nécessaire étrangeté de la langue littéraire en contexte soviétique [Texte intégral]

Dominique Kunz Westerhoff : Toi, cyborg ? L’hybridation prothétique dans la nouvelle de science-fiction [Texte intégral]

Michèle Soriano : « Monstreuses » : biotechnologies, figures et fictions féministes dans le récit bref de science-fiction [Texte intégral]

Simon Bréan : L’altérité au prisme de la polytextualité : les artefacts science-fictionnels de Points chauds (Laurent Genefort) [Texte intégral]

En direct de Science Fiction Studies

Connor Pitetti : Les usages de la fin du monde : L’apocalypse et la post-apocalypse en tant que modes narratifs [Texte intégral]

En direct de Foundation

Paul Graham Raven : Rhétorique de la futurité : scénarios, design fiction, prototypes et autres modalités évaporées de la science-fiction [Texte intégral]

Comptes rendus

Irène Langlet : Répertoires visuels, matrices narratives : spéculations astronomiques et science-fiction  [Texte intégral]

Yannick Rumpala : Quelques précisions et remarques à propos du compte rendu « Science-fiction et fin du monde » [Texte intégral]