Parution : Post-cinema

Dominique Chateau & José Moure (dir.) (2020), Post-cinema. Cinema in the Post-art Era, Amsterdam, Amsterdam University Press.

Cet ouvrage explore de nouvelles façons d’envisager, de vivre et de faire des films en période de transition technologique. Il réunit un groupe international d’universitaires et d’artistes de différents pays, qui parlent des langues différentes et proviennent de milieux culturels et disciplinaires différents.

L’ouvrage est également disponible en libre accès

Colloque en ligne : Créativité et émergence iconique : images, histoire, narrations

Le Colloque « Créativité et émergence iconique : images, histoire, narrations » est organisé par le LIRCES UPR 3159 et EUR CREATES, Université Côte d’Azur et CRC, École des Mines Paris-Tech : 
Franck Guarnieri, Marc Marti, Céline Masoni. 

10 et 11 décembre 2020

Inscriptions: le colloque se tenant sous ZOOM, merci d’envoyer votre inscription pour recevoir le lien de connexion en écrivant à Marc.MARTI@univ-cotedazur.fr ou Celine.MASONI-LACROIX@univ-cotedazur.fr 

Il s’agit d’un projet financé par le programme UCA-JEDI ANR-15-IDEX-01.

L’image, des lettres aux arts, des sciences humaines et sociales aux sciences de l’ingénieur, est un objet de recherche nécessairement interdisciplinaire. Du schéma scientifique à l’œuvre d’art iconographique, audiovisuelle, vidéoludique, elle est un des supports privilégiés de la créativité humaine, appréhendée dans son sens le plus large. Sans cesse réinventée et réinterprétée, elle est le témoin de nouveaux modes de pensée et d’action, de leur inscription dans le temps et de leur émergence dans tous les champs de la connaissance. L’image est loin d’avoir un simple rapport analogique avec la pensée ou le réel. En effet, elle possède aussi une capacité à déclencher la narration en étroite relation avec son contexte culturel, dans lequel sont immergés producteur et spectateur, grâce aussi à sa capacité à mobiliser des stéréotypes relevant de l’imaginaire social, ainsi qu’à la façon dont l’image les donne à voir et les représente. Elle peut être aussi, en ce sens, un facilitateur de la cognition sociale.

Télécharger le programme

Parution : The Empire Strikes Back

Rebecca Harrison, The Empire Strikes BackBritish Film Institute, BFI Film Classics, 2020. 

The Empire Strikes Back (1980), the second film in the original Star Wars trilogy, is often cited as the ‘best’ and most popular Star Wars movie. In her compelling study, Rebecca Harrison draws on previously unpublished archival research to reveal a variety of original and often surprising perspectives on the film, from the cast and crew who worked on its production through to the audiences who watched it in cinemas.
Harrison guides readers on a journey that begins with the film’s production in 1979 and ends with a discussion about its contemporary status as an object of reverence and nostalgia. She demonstrates how Empire‘s meaning and significance has continually shifted over the past 40 years not only within the franchise, but also in broader conversations about film authorship, genre, and identity.

Offering new insights and original analysis of Empire via its cultural context, production history, textual analysis, exhibition, reception, and post-1980 re-evaluations of the film, the book provides a timely and relevant reassessment of this enduringly popular film. Continuer la lecture de Parution : The Empire Strikes Back

Parution : Zombies : Des visages, des figures… Dimension sociale et politique des morts-vivants au cinéma

Erwan Bargain, Zombies : Des visages, des figures… Dimension sociale et politique des morts-vivants au cinéma, Éditions Ocrée, 2020. 

La figure du zombie a, entre les mains de certains auteurs et cinéastes inspirés, pris une dimension sociale et politique incontestable. Métaphore de nos craintes et d’une civilisation qui va mal, les morts-vivants sont en effet devenus, à travers de nombreux films, les dépositaires de la critique d’un monde injuste et violent et qui tend à se déshumaniser.

Cet ouvrage entend dresser un panorama subjectif d’œuvres engagées qui n’ont pas peur de dénoncer les dérives de nos sociétés contemporaines.
Il fait donc volontairement l’impasse sur quelques productions télévisuelles telles que The Walking Dead, auxquelles plusieurs essais ont déjà été consacrés.

Lire un extrait

Appel à communications : Représenter la catastrophe au XXIe siècle : pratiques et enjeux contemporains

Représenter la catastrophe au XXIe siècle : pratiques et enjeux contemporains

Colloque international, Université Jean Monnet, Saint-Étienne

ECLLA (Études du Contemporain en Littératures, Langues et Arts)

18 et 19 mai 2021

La catastrophe du 11 septembre 2001 marque, de façon spectaculaire, l’entrée dans le XXIe siècle, inaugurant « l’irruption du possible dans l’impossible » (Jean-Pierre Dupuy, Pour un catastrophisme éclairé). Depuis, l’essor des thèses déclinistes, de la collapsologie ou de l’effondrisme, a engendré une prolifération de discours et d’images qui prédisent la fin de notre civilisation, anticipent les modalités de sa disparition, et imposent de penser la catastrophe avec une urgence renouvelée. En effet, l’heure ne semble plus à la conjecture ou à la prévision car le discours catastrophiste, que son relais soit scientifique, médiatique ou politique, ne cesse d’alerter sur la multiplication des catastrophes, nous invitant par là même à redessiner les contours d’une notion qui, jusque récemment, se caractérisait par sa dimension unique, inédite, et imprévisible. Signe que sa définition a déjà commencé à muter, la catastrophe est moins envisagée comme un dénouement ou une fin que comme une série de phénomènes sériels qui, par leur irruption répétée dans le quotidien, la placent dans une actualité permanente. Paul Virilio notait que notre société, à privilégier « inconsidérément le présent, le temps réel (…) met en œuvre l’immédiateté, l’ubiquité et l’instantanéité, met en scène l’accident, la catastrophe » (Paul Virilio, L’accident originel).

Employée au singulier, la catastrophe recoupe une pluralité de phénomènes imputables ou non à l’humain, qu’il s’agisse de désastres naturels, d’accidents nucléaires, d’attentats, ou encore de pandémies. Elle désigne non pas « un événement unique, mais un système de discontinuités, de franchissements de seuils critiques, de ruptures, de changements structurels radicaux » (Dupuy). En effet, elle relève moins d’un discours de l’après que d’un état d’alerte et de vigilance permanent à l’égard de phénomènes qui sont déjà en cours. Si, par son itération, l’aléa devient certitude, c’est également parce que la frontière entre le naturel et le culturel, instaurée par la Modernité occidentale, se dissipe, plus particulièrement depuis que les sciences de la terre ont pensé sous le terme d’anthropocène, créé par Paul J. Crutzen, ce moment charnière où l’être humain, par son action, est devenu le principal générateur de catastrophes, au risque d’évacuer le rôle de la contingence. À leur tour, les lettres et les arts explorent les problèmes conceptuels, éthiques et pratiques que pose cette « grande accélération » (John R. McNeill, The Great Acceleration), et, ce faisant, incitent à une réarticulation de notre rapport au temps, à l’espace, à l’image et au récit. Continuer la lecture de Appel à communications : Représenter la catastrophe au XXIe siècle : pratiques et enjeux contemporains

Appel à propositions : Colonialisme et race dans les productions culturelles québécoises

Colonialisme et race dans les productions culturelles québécoises

Colloque à l’Université de Toronto, les 30 avril et 1er mai 2020

Organisé par Isabella Huberman et Isabelle Kirouac Massicotte

Les productions culturelles québécoises, quʼil sʼagisse de la littérature, du cinéma, des séries télévisées, du théâtre ou des arts picturaux, sont traversées par le colonialisme et la race, que ce soit implicitement ou explicitement. Cependant, ces questions demeurent peu étudiées dans les études littéraires québécoises; cʼest le constat que fait Corrie Scott à propos de la race dans De Groulx à Laferrière. Un parcours de la race dans la littérature québécoise (2014). Bien que nous nous situions dans la foulée des travaux de Scott, nous souhaitons ouvrir la discussion à dʼautres genres artistiques et au colonialisme qui, à notre sens, même sʼil se distingue du concept de race, en partage la logique : celle de légitimer la domination et lʼexploitation. Les contributions pourront aborder lʼune ou lʼautre notion, mais les études portant sur lʼintersection du colonialisme et de la race sont également les bienvenues. Bien que notre activité nʼexclut pas les perspectives des créateur.trice.s racisé.e.s et autochtones, elle se concentre sur des œuvres réalisées par des personnes allochtones et blanches, parce que nous considérons que le travail de décolonisation et dʼanti-racisme devrait être la responsabilité de ces dernières, et non le fardeau des premier.ère.s. À lʼinstar de Scott, nous nous intéresserons non seulement à la racisation des Autochtones et des immigrants, mais aussi à celle des Québécois.e.s dit.e.s de souche, quʼil sʼagisse de lʼappropriation du discours racial (lʼexemple de Nègres blancs dʼAmérique de Pierre Vallières est emblématique) ou de la figure du white trash, considéré comme moins que blanc. Nous tenterons notamment de répondre à lʼappel que lance Scott dans lʼintroduction à son ouvrage, à savoir si la production récente affiche une persistance des modèles traditionnels de la race (de lʼabsence à la stéréotypie) ou encore si elle présente des changements. Du côté du colonialisme, il sera question de déterminer sʼil est présenté comme une condition du progrès, ou encore sʼil est problématisé. Que ce soit en révisant les classiques ou en sʼattardant à des œuvres de lʼextrême contemporain, il sʼagira dʼétudier le colonialisme et la race sous toutes leurs coutures. Lʼévénement se déroulera en français. À titre informatif, voici certains thèmes qui pourraient être abordés : Continuer la lecture de Appel à propositions : Colonialisme et race dans les productions culturelles québécoises

Appel à propositions : La vie culturelle en 1921

Un groupe international d’enseignants, d’auteurs et de lecteurs annonce la publication en ligne d’une revue trimestrielle pluridisciplinaire intitulée La Vie culturelle en 19**, dont le premier numéro sera consacré à l’année 1921. Les numéros suivants devraient concerner les années 1922, 1923 et 1924.

La vie culturelle, c’est celle des spectateurs et des critiques au théâtre, au musée, au cinéma, (et au cirque) ; celle des auditeurs au concert et aux conférences (au Collège de France, par exemple) mais aussi dans les réunions politiques et à la Chambre. C’est la vie des libraires et de lectrices et des lecteurs, abonnés des journaux et des revues.

C’est tout cela, mais ce qui intéresse la revue au premier chef, ce sont les liens qu’entretiennent ces petits évènements les uns avec les autres : ce que la mode de l’année fait écrire aux uns, l’influence de la politique, mais aussi de la science, voire du fait divers sur l’inspiration des uns et des autres, sur les affiches des spectacles. Ce sont aussi les longues séries, les « tendances » qui s’installent (ou sont déjà installées) dans l’esprit du public en général et dans celui de cet acteur influent : l’opinion publique.

La revue La Vie culturelle en 19** voudrait détailler, au fil des ans mais en revenant quelquefois sur ses pas, ces interactions entre les arts et les idées, à l’occasion des parutions, découvertes, expositions, évènements divers survenus au cours du siècle qui a précédé le nôtre.

Les contributions attendues comporteront un titre, un texte de moins de 3000 mots, accompagné éventuellement d’une ou deux illustrations libres de droits.

Les propositions de contribution, de 200 à 300 mots, accompagnés d’un très bref C.V sont à adresser à vieculturelle19@orange.fr avant le 10 décembre 2020.

Une réponse vous sera donnée le 15 décembre, pour une parution que nous envisageons avant la fin janvier 2021.

Appel à propositions : Cahiers Dumas, n°46 : « Réécritures dumasiennes : un imaginaire de l’innutrition »

Les Cahiers Dumasn°46, « Réécritures dumasiennes : un imaginaire de l’innutrition »

dir. Cédric Hannedouche

PRÉSENTATION

Considéré à juste titre comme le principal fondateur du roman historique en France, Alexandre Dumas fut dès son vivant imité par une constellation d’auteurs. Le roman historique connaît alors dès le Second Empire sur le territoire national puis en Europe un incontestable âge d’or. Du chevalier justicier Henri de Lagardère de Paul Féval aux formidables prouesses du cycle des Pardaillan chez Michel Zévaco, cinquante années suffisent en effet pour voir éclore une abondante descendance d’auteurs dans un genre à succès. Ces derniers ne dissimulent pas, dans les choix retenus (époque, lieux et personnages choisis) l’influence du grand maître. Leurs héros déplacés dans un passé à reconquérir se caractérisent surtout par un héroïsme exacerbé, un culte de passions mélodramatiques mais surtout évoluent indéniablement dans un style à reproduire. Cette reconduction par les épigones des romans historiques « à la Dumas » participe ainsi à la construction d’une nouvelle culture médiatique (M. Letourneux). Continuer la lecture de Appel à propositions : Cahiers Dumas, n°46 : « Réécritures dumasiennes : un imaginaire de l’innutrition »

Parution : Addiction au jeu : réalité médicale ou pathologisation des pratiques ludiques ?

Aymeric Brody et Joël Billieux (dir.), Sciences du jeu, n°13, « Addiction au jeu : réalité médicale ou pathologisation des pratiques ludiques ? »

Aborder l’addiction au jeu sous l’angle de la question du jeu, tel est l’objectif de ce dossier qui rassemble des contributions issues de différentes disciplines (sociologie, psychologie, sciences de l’information et de la communication, littérature comparée), tournées vers différentes pratiques (jeux d’argent, jeux vidéo), elles-mêmes situées dans différents pays (de la France à la Chine en passant par la Finlande et d’autres pays européens), mais dont le point commun est cette attention particulière portée à la dimension addictive des pratiques ludiques. Sans jamais essentialiser ce lien que le jeu entretiendrait avec l’addiction – une notion issue du langage médical qu’il faudra d’ailleurs commencer par discuter –, il s’agit au contraire de remettre en question la nature de ce lien, en analysant tour à tour la façon dont il est conçu selon le contexte scientifique, politique et moral dans lequel la pratique s’inscrit, les enjeux socioéconomiques qui président à l’encadrement de cette pratique, la structuration des espaces sociaux dans lesquels elle prend place et les représentations de l’addiction au jeu telles qu’elles sont produites aussi bien par la littérature romanesque que par la presse quotidienne. Continuer la lecture de Parution : Addiction au jeu : réalité médicale ou pathologisation des pratiques ludiques ?

Appel à communications : Twin Peaks Saison 3

Colloque en ligne : Twin Peaks Saison 3 (The Return)

19-20 Juin 2021

“It is in Our House Now”

Organisé en partenariat avec Lynchland (https://www.facebook.com/Lynchland), l’Université de Cork (Irlande), l’Université Bordeaux Montaigne (France) & l’Université de Liège (Belgique), la Supernatural Studies Association, et le magazine de cinéma La Septième Obsession.

Cette conférence en ligne portera essentiellement sur les 18 épisodes de la troisième saison de la série télévisée de Mark Frost et David Lynch, diffusée par Showtime au mois de mai 2017. Il sera toutefois possible de faire référence aux deux premières saisons de Twin Peaks, au film Twin Peaks: Fire Walk with Me, aux Missing Pieces, ainsi qu’aux divers ouvrages en lien avec cet univers publiés par Mark Frost, Jennifer Lynch et Scott Frost.

Twin Peaks : The Return n’ayant pas encore bénéficié d’un colloque interdisciplinaire international, nous sommes ravis de pouvoir utiliser les possibilités de l’Internet à cet effet et d’engager la discussion avec nos collègues internationaux au sein de divers champs de recherche.  Continuer la lecture de Appel à communications : Twin Peaks Saison 3