Parution : Le magasin du monde. La mondialisation par les objets du XVIIIe siècle à nos jours

Sylvain Venayre, Pierre Singaravélou (dir.), Le magasin du monde. La mondialisation par les objets du XVIIIe siècle à nos joursFayard, « Divers Histoire », 2020. 

Saviez-vous que le hamac, d’origine amérindienne, avait été mis au service de la conquête de l’espace  ? Que le surf fut d’abord une pratique politique et religieuse  ? Que le shampoing adopté par les Britanniques provient du sous-continent indien  ? Que la boîte de conserve a initié le développement spectaculaire de Kuala Lumpur  ? Que la passion du piano a accéléré l’extermination des éléphants des savanes africaines  ? Que de petits coquillages des Maldives permettaient d’acheter des captifs destinés aux plantations outre-Atlantique  ?À l’invitation de Pierre Singaravélou et Sylvain Venayre, près de quatre-vingt-dix historiennes et historiens ont accepté de relever le défi, savant et ludique, d’une histoire du monde par les objets.

De la tong au sari, du gilet jaune à la bouteille en plastique, en passant par le sex-toy et la chicotte, ces objets tour à tour triviaux et extraordinaires éclairent nos pratiques les plus intimes tout en nous invitant à comprendre autrement la mondialisation et ses limites.  Un voyage insolite et passionnant dans le grand magasin du monde.

Lire un extrait

Parution : La vie sociale des choses – Les marchandises dans une perspective culturelle

Arjun Appadurai (dir.), La vie sociale des choses – Les marchandises dans une perspective culturelle, Les Presses du Réel, 2020. 

Avant-propos de Nancy Farriss.
Essais de Arjun Appadurai, C. A. Bayly, Lee V. Cassanelli, William H. Davenport, Patrick Geary, Alfred Gell, Igor Kopytoff, William M. Reddy, Colin Renfrew, Brian Spooner.

Traduction de l’anglais (américain) par Nadège Dulot.

Publié avec la collaboration de Laurence Bertrand Dorléac – Centre d’Histoire de Sciences Po – et le concours de la Fondation de France.

La signification que les individus donnent aux choses repose nécessairement sur les transactions et les motivations humaines, et plus particulièrement sur la façon dont ces choses circulent et dont on en fait usage. Grâce aux essais de spécialistes en anthropologie sociale et d’historiens, ce livre construit un pont entre l’histoire sociale, l’anthropologie culturelle et l’économie et marque une étape majeure dans notre compréhension des fondements culturels de la vie économique et de la sociologie de la culture. Il trouvera un écho chez les anthropologues, les historiens des sociétés, les économistes, les archéologues et les historiens de l’art.
Les contributeurs de cet ouvrage examinent comment les choses sont vendues et échangées au sein de divers environnements culturels, passés et présents. En se concentrant sur des aspects de l’échange culturellement définis et des processus de circulation socialement régulés, les essais de ce livre visent à mettre au jour les façons dont les individus trouvent de la valeur dans les choses et dont ces dernières donnent de la valeur aux relations sociales. En envisageant les choses comme dotées d’une vie sociale, les auteurs nous livrent une nouvelle façon de comprendre comment la valeur est extériorisée et recherchée. Ils évoquent un grand éventail de biens – des tapis orientaux aux reliques sacrés – afin de démontrer que la logique sous-jacente à la vie économique quotidienne n’est pas si éloignée des principes de la circulation des objets exotiques et que la distinction entre les économies contemporaines et les économies plus distantes moins complexes est moins marquée qu’on ne le croit. Comme l’écrit Arjun Appadurai dans son introduction, derrière l’apparente infinité des besoins humains et la multiplicité des formes matérielles se cachent en réalité des mécanismes sociaux et politiques complexes, mais spécifiques, qui régulent les goûts, les échanges et le désir.

Sociologue culturaliste et anthropologue, spécialiste de l’Asie du Sud, reconnu comme théoricien majeur de la modernité et de la mondialisation, Arjun Appadurai (né en 1949 à Bombay) est professeur d’anthropologie à l’université de Pennsylvanie. Il est l’auteur de Worship and Conflict Under Colonial Rule (1981).

Parution : Antiquipop. La référence à l’Antiquité dans la culture populaire contemporaine

Fabien Bièvre-Perrin et Élise Pampanay (dir.), Antiquipop. La référence à l’Antiquité dans la culture populaire contemporaine, MOM Éditions, 2020. 

Actes du colloque, 26-28 mai 2016, université Lumière Lyon 2 et Musée gallo-romain de Lyon-Fourvière.
Publié avec le soutien de la FSDIE Lyon 2 et de l’Association des Amis de la Maison de l’Orient.

Volume HORS SÉRIE des Travaux de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée.

Citée discrètement, utilisée comme toile de fond ou comme motif principal, l’Antiquité irrigue, inspire et influence les productions audiovisuelles contemporaines de tout genre. La culture classique occupe en effet une place majeure dans la construction des sociétés occidentales et fait depuis de nombreuses années l’objet de travaux scientifiques, notamment dans les pays anglo-saxons. Ces études, que certains nomment les « reception studies », commencent depuis peu à intéresser la recherche française. Cependant, celle-ci se concentre avant tout sur l’époque moderne et les débuts de la période contemporaine, délaissant la période la plus actuelle. De plus, les études concernant les manifestations les plus récentes de l’Antiquité dans la culture populaire se consacrent généralement à la littérature, à la bande dessinée et aux péplums, ceux de la vague d’après 2000 ayant cependant été peu traités.

Ce volume rassemble les actes du colloque Antiquipop qui s’est tenu en mai 2016 à Lyon. Il propose de se concentrer sur les références à l’Antiquité dans la culture populaire la plus contemporaine, et sur des supports trop peu considérés : le jeu vidéo, les séries télévisées, l’art, la musique pop… Ces médias, à la fois divers et interconnectés, et pour la plupart issus de la culture de masse, constituent une vaste interface entre nos sociétés et la culture classique : y étudier la présence de l’Antiquité fournit un miroir de notre époque et de notre rapport au passé, que les auteurs réunis ici proposent de saisir. En abordant des figures emblématiques, telles qu’Alexandre ou Cléopâtre, ou des références mythologiques, comme les sirènes ou les Amazones, ces actes offrent un panorama de ces représentations dans la culture populaire contemporaine et suggèrent d’analyser notre relation à l’Antiquité, dans toute sa profondeur et sa complexité.

Continuer la lecture de Parution : Antiquipop. La référence à l’Antiquité dans la culture populaire contemporaine

Appel à propositions : Exciting news! Event, Narration and Impact from Past to Present

Exciting news! Event, Narration and Impact from Past to Present

University College Cork

15-16 March, 2021

The EURONEWS Projects and the Irish Humanities Alliance (IHA), in collaboration with University College Cork, present the conference “Exciting news! Event, Narration and Impact from Past to Present”. Papers will discuss the many ramifications of media-induced anxiety and anxiety-induced mediality, engaging the humanities, including history, film studies, literature, folklore, creative writing and adjacent fields intersected by sociology, politology, psychology, anthropology. News Media here include all means of mass communication impinging on daily experience, from books to music, from the social web to films, on multiple platforms and in multiple languages across municipal, state, regional boundaries.

Argument

The Irish Humanities Alliance (IHA), in collaboration with University College Cork, presents “Exciting news! Event, Narration and Impact from Past to Present,” bringing together a broad range of current research in Ireland and abroad, regarding an issue of crucial importance for the understanding of past cultures and our own. The conference is organised in collaboration with the EURONEWS project, an IRC-funded effort to trace the concept and use of news back to the early modern origins, as Ireland became integrated within a European network of shared experiences. The conference will take place on 15-16 March 2021 (either virtually or socially distanced subject to government Covid-19 advice and regulations at that time).

Papers will discuss the many ramifications of media-induced anxiety and anxiety-induced mediality, engaging the humanities, including history, film studies, literature, folklore, creative writing and adjacent fields intersected by sociology, politology, psychology, anthropology. News Media here include all means of mass communication impinging on daily experience, from books to music, from the social web to films, on multiple platforms and in multiple languages across municipal, state, regional boundaries. Irish humanities have a key role to play in understanding the wider ramifications of traumatised media space that are fresh as today’s news reporting about BREXIT or COVID19 and as serious as the recurring nightmares about catastrophic events which have occurred on these and other shores from time to time. Panels will be oriented around the basic themes of production (form and narration), distribution (reproduction and exchange), translation (cultural and linguistic), vocabularies (narrative representations), iconographies (visual representations), consumption (usage, redistribution), response (appropriation, agency), control (institutions, individuals), pathologies (biological, psychological and social), etc., including such specific analytical categories as disasters, scapegoating, traumatic memory, and the like, as well as methodological insights regarding text analysis and data mining. The two-day conference will close with a round table drawing together and updating the perspectives studied, with suggestions for further research. Publication of proceedings is envisioned in an opensource framework.

Submission guidelines

We invite proposals for:

  • 20 minute papers, from local, International and conceptual perspectives (abstracts 250 words);
  • three person panels (abstracts 500 words).

Proposals should be emailed to Prof. Brendan Dooley b.dooley@ucc.ie

by 5pm on Friday 30 October 2020.

Parution : Comment la littérature pense les objets

Marta Caraion, Comment la littérature pense les objets, Champ Vallon, 2020. 

Théorie littéraire de la culture matérielle

La littérature assure un rôle essentiel dans la constitution d’une pensée critique de la culture matérielle de l’âge industriel. Avant les sciences sociales et la philosophie, les textes littéraires, à partir des années 1830, problématisent les mutations d’une culture matérielle en expansion et l’ébranlement que celle-ci provoque dans l’ordre des catégories existentielles et esthétiques.
Comment la littérature pense les objets présente l’avènement au XIXe siècle d’une véritable culture des objets et la redéfinition majeure des fonctions et des champs d’action de la littérature et des arts qui en découle. En observant les objets sous toutes leurs coutures (sociologique, esthétique, ontologique) le livre pose les bases d’une théorie générale et actuelle des objets, instituée par la fiction.

Lire le sommaire

Marta Caraion est professeure de littérature française à l’Université de Lausanne où elle dirige un projet de recherche sur les rapports entre littérature et culture matérielle du XIXe au XXIe siècle. Elle a dirigé le volume collectif Usages de l’objet. Littérature, histoire, arts et techniques, XIXe-XXe siècles (Champ Vallon, 2014) et publié Pour fixer la trace. Photographie, littérature et voyage au milieu du XIXe siècle (Droz, 2003).

Parution : Derrière les écrans. Les nettoyeurs du Web à l’ombre des réseaux sociaux

Sarah T. Roberts, Derrière les écrans. Les nettoyeurs du Web à l’ombre des réseaux sociaux, La Découverte, 2020. 

Employés par des sous-traitants aux quatre coins du monde, les modératrices et modérateurs de contenu sont les travailleurs de l’ombre chargés de purger les sites Internet, les réseaux sociaux et les applications mobiles des photos, vidéos ou commentaires abjects qui les inondent : propos haineux, cyber-harcèlement, injures racistes ou sexistes, automutilations et tortures, viols et décapitations, pédophilie…
À travers des dizaines d’entretiens menés avec ces collecteurs de déchets numériques dans les zones rurales de l’Iowa, dans la Silicon Valley, au Canada et aux Philippines, cette enquête met au jour l’économie souterraine d’une industrie dont les coulisses tranchent avec le progressisme revendiqué. À rebours de l’optimisme libertaire des pionniers du Web, le filtrage des torrents de violence, de pornographie et de fiel déversés sur nos écrans s’impose aujourd’hui comme une tâche à la fois indispensable et sisyphéenne. Ses enjeux en termes de réglementation de la liberté d’expression et de délimitation des frontières du dicible et du montrable à l’échelle planétaire restent néanmoins largement ignorés.
Alors que les controverses autour des fake news, des discours de haine et du harcèlement en ligne obligent peu à peu les plateformes à rompre l’illusion d’une modération « automatique », Sarah Roberts révèle les conditions de travail des substituts de l’« intelligence artificielle » et les risques psychologiques auxquels sont exposés celles et ceux dont le quotidien connecté consiste à visionner à la chaîne des contenus insoutenables pour que nous n’y soyons pas confrontés.

Sarah T. Roberts est chercheuse et enseignante en sciences de l’information à l’université de Californie à Los Angeles (UCLA). Continuer la lecture de Parution : Derrière les écrans. Les nettoyeurs du Web à l’ombre des réseaux sociaux

Journée d’étude : La scène punk en France (1976-2016) : Punk sur les ondes

La scène punk en France (1976-2016) : Punk sur les ondes

26 novembre 2020  

Maison de La Conversation, 10-12 rue Maurice Grimaud 75018 Paris

Responsables de la journée : Monique Blanquer, Luc Robène et Solveig Serre

Cette trente-troisième journée d’étude, en partenariat avec Radio Nova, Les Inrockuptibles, La Maison de la Conversation et l’INA, s’inscrit dans le cadre du projet de recherche PIND (Punk is not dead. Une histoire de la scène punk en France, 1976-2016), soutenu par le CNRS et l’ANR.

Le punk est-il soluble dans la radio ? La radio en tant que média s’est-elle nourrie du punk au point d’en adopter l’éthique, les pratiques ? Quels liens peut-on identifier pour accréditer l’hypothèse d’une symbiose entre punk et cultures radiophoniques ? 

Par les lois du 9 novembre 1981, puis du 29 juillet 1982, le pouvoir politique ouvre les ondes et permet aux Français de créer des radios dites « libres », à condition de se constituer en association et de ne tirer aucun bénéfice de la publicité. La radio qui n’apparaissait jusqu’alors que comme le reflet d’une culture commerciale ou « mainstream », articulée à un monopole d’État ou, a contrario, comme une forme de transgression jouissive inscrite dans l’interdit et l’impertinence des « radios pirates » (Radio Caroline au large des eaux territoriales, Radio Campus en France), devient immédiatement une pratique largement partagée dans le pays : dès les premiers mois, ce sont des centaines de radios libres qui émergent dans l’hexagone, déployant des trésors de débrouillardise pour offrir de nouvelles voies d’expression face à « l’ordre médiarchique ». Cette énergie créatrice et ce bricolage radiophoniques entrent en résonance avec les développements de la scène punk, l’invention de réseaux de diffusion (groupes et concerts de rock), la création de labels indépendants et de fanzines. Si la plupart des radios libres n’ont qu’une existence éphémère, rapidement noyées dans la dynamique commerciale de la bande passante FM, ou carrément interdites par la puissance publique (Radio Carbonne 14 est interdite d’antenne en août 1983), un certain nombre de structures historiques perpétuent depuis leur origine une forme de résistance contre-culturelle (Radio FMR à Toulouse, La clef des Ondes à Bordeaux, PunK à Poitiers, Radio Béton à Tours, etc.). D’autres stations comme radio Nova créée en 1981 par Jean-François Bizot, alors patron d’Actuel, ont tracé leur route en capitalisant l’énergie contre-culturelle des années « pirates » (Radio verte, Radio Ivre, station Nova-Ivre) pour penser des lendemains radiophoniques innovants en imaginant et déclinant des contenus susceptibles d’intégrer l’imagination, l’inédit, les regards décalés. D’autres enfin, comme la radio pirate de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, liées à des contextes et des conjonctures singulières, appellent une réflexion plus spécifique encore, invitant à mesurer finement l’apport, le rôle et la place, des 102 émissions radiophoniques à tendance punk répertoriées aujourd’hui en France.

C’est à cette créativité, à cette résistance radiophonique et aux archives et témoignages de la contre-culture des ondes que s’intéresse cette journée d’étude, ainsi que, de manière plus large, à la mise en onde du punk.

Les propositions de communications (un titre, dix lignes d’intention) seront envoyées avant le 5 novembre 2020 aux adresses suivantes : solveig.serre@gmail.com ; luc.robene@u-bordeaux.fr.

Journée d’étude : Jeux et détournements

Journée d’études « Jeux et détournements »

Vendredi 20 novembre

Salle des conférences, Maison interuniversitaire des sciences de l’homme – Alsace
Allée du Général Rouvillois, 67083 Strasbourg

inscription

PROGRAMME

  • 9h-9h30 :
    • mot d’accueil
    • Introduction – Laurent Di Filippo, Kim-Marlene Le, Laurence Schmoll

Détournement des jeux et entreprise

  • 9h30-10h Albin Wagener, « Serious game et start-up nation : du pastiche territorial à l’apprentissage ludique »
  • 10h- 10h30 : Julian Alvarez, « Soupe à l’oignon et management : une instrumentalisation vidéoludique à des fins utilitaires »
  • 10h30-11h : Hélène Sellier, « Jouer le sexisme en entreprise : Serious Game, Art Game, Expressive Game ? »

Pause 15 minutes

Séance plénière

  • 11h15 – 12h : Nicolas Besombes, « L’esport, entre modding communautaire et sportivisation marchande ».

Pause déjeuner 2h

Détournement des jeux et enseignement

  • 14h-14h30 : Philippe Lépinard, « Aventures fantastiques pour étudiant•e•s en management »
  • 14h30-15h : Romain Vincent, « Le jeu-document : le détournement comme scolarisation du jeu vidéo »

Détournement des jeux et personnalité

  • 15h-15h30 : Sanne Stijve, « Utilisation du jeu de rôle ludique comme outil d’analyse et de développement personnel »
  • 15h30-16h : Elsa Forner, « Une aventure thérapeutique dont vous êtes le héros. Ethnographie d’une consultation spécialisée en thérapie par réalité virtuelle dans un service de psychiatrie adulte »

Pause 15 minutes

Détournement des jeux et culture

  • 16h15-16h45 : Frédéric Chateigner, « Détournement ou autonomie de la culture ludique ? Jeux & Stratégies, un moment dans la cause du jeu »
  • 16h45-17h15 : Stéphanie Marty, « Mario face aux bricolages des publics : Enjeux de la porosité des jeux vidéo à l’ère de Youtube, Tik Tok et Twitch »
  • 17h15-17h30 : Conclusion

Parution : A Cultural History of the Disneyland Theme Parks

Sabrina Mittermeier, A Cultural History of the Disneyland Theme Parks. Middle Class Kingdoms, Intellect, 2020. 

The first comparative historical study of the six Disneyland theme parks around the world in five distinct cultures: the USA, Tokyo, Paris, Hong Kong and Shanghai. Sets the parks in the historic contexts at their opening, discusses cross- and trans-cultural understandings of the parks and the part that class plays in their success or failure.

When the first Disneyland opened its doors in 1955, it reinvented the American amusement park and transformed the travel, tourism and entertainment industries forever. Now a global vacation empire, the original park in Anaheim, California, has been joined by massive complexes in Florida, Tokyo, Paris, Hong Kong and Shanghai.

Spanning six decades, three continents and five distinct cultures, Sabrina Mittermeier presents an interdisciplinary examination of the parks, situating them in their proper historical context and exploring the distinct cultural, social and economic landscapes that defined each one at the time of its construction. She then spotlights the central role of class in the subsequent success or failure of each venture. Continuer la lecture de Parution : A Cultural History of the Disneyland Theme Parks

Parution: Le Pardaillan n°8 – Buffy (dirigé par Isabelle-Rachel Casta)

« BUFFY, toutes les fables de ta vie! » (Le Pardaillan, N°8)

Isabelle Rachel Casta (responsable scientifique)
Luce Roudier (directrice technique de la revue)
Site de l’éditeur

Présentation

Mauvais film puis série-culte (mais aussi fictions dérivées, jeux vidéo et comics), l’œuvre Buffy the Vampire Slayer est un parangon de transmédialité et de « résistance », au sens interprétatif. Générateur des Buffystudies et du Buffyvers, le monde de la Tueuse se centre sur la notion, discutée et discutable, de désir de mort – un désir d’ailleurs la plupart du temps détesté et refusé, et sur la tragédie de la rédemption. Pourtant, désignée par une forme de conseil des sages, dans l’arbitraire et l’injustice, elle endossera le costume et les capacités d’une « Tueuse de vampires » (comprenons : démons, morts-vivants, esprits malins, corrupteurs, agents du chaos…bref, un panel infiniment plus diversifié que de simples « vampires » – terme choisi pour anaphoriser l’ensemble des créatures nuisibles, venues infecter l’existence normale des simples humains). Chef de meute, messie rayonnant ou accablé, elle s’enfonce dans la wilderness californienne comme les prophètes mormons entraînèrent jadis leurs troupes illuminées et délirantes… prête à laisser naître TOUTES LES FABLES DE SA VIE. Continuer la lecture de Parution: Le Pardaillan n°8 – Buffy (dirigé par Isabelle-Rachel Casta)