Parution : La Littérature des mystères : poétique historique d’un succès médiatique en France, en Grèce et en Grande-Bretagne

Filippos Katsanos, La Littérature des mystères : poétique historique d’un succès médiatique en France, en Grèce et en Grande-Bretagne, coll. « Médiatextes », Presses Universitaires de Limoges, 2020.

Suite au succès commercial des Mystères de Paris (1842-1843) d’Eugène Sue, les marchés littéraires de nombreux pays ont été saturés par un nombre incalculable d’ouvrages qui proposaient d’infinies variations sur le titre du romancier français : Les Mystères de Londres, Les Mystères d’Athènes, Les Mystères de Marseille, Les Mystères de Constantinople etc.

En s’intéressant à la réception du célèbre roman de Sue et à l’essor de cette « littérature des mystères » dont il a été à l’origine en France, en Grèce et en Grande-Bretagne, cette étude s’interroge sur la place qu’il convient d’accorder, dans l’histoire littéraire, à ce phénomène éditorial qui promettait aux lecteurs de leur révéler, de façon aussi compulsive qu’exhaustive, tous les secrets du monde. Continuer la lecture de Parution : La Littérature des mystères : poétique historique d’un succès médiatique en France, en Grèce et en Grande-Bretagne

Certificat inter université et haute école: « Travailler avec la culture vidéoludique »

Liège accueille une formation universitaire dédiée au jeu vidéo

Une formation demandée par le secteur socioculturel

Le jeu vidéo s’est imposé comme un média populaire et influent : il y a de plus en plus de joueurs et de joueuses, et les qualités esthétiques, narratives ou pédagogiques des jeux vidéo sont de plus en plus reconnues par le grand public et la recherche scientifique. C’est pourquoi de nombreux travailleurs – comme les animateurs culturels ou les enseignants – ont besoin de développer une expertise du jeu vidéo. En effet, le jeu vidéo possède ses propres codes, son langage spécialisé, ses références, ses genres et ses conceptions du monde. Pour travailler avec la culture du jeu vidéo, il faut la comprendre, mais aussi pouvoir l’analyser et la partager.

Pour répondre à ce besoin, le Liège Game Lab organise, en partenariat avec la Haute École de la Ville de Liège et le Digital Lab de la Province de Liège, le premier certificat universitaire entièrement dédié à la culture vidéoludique et à son utilisation à des fins professionnelles. Continuer la lecture de Certificat inter université et haute école: « Travailler avec la culture vidéoludique »

Post-doc Vacancy as Part of the EOS-funded project “The Magic Lantern and its Cultural Impact as Visual Mass Medium in Belgium (1830-1940)”

Université Catholique de Louvain (UCLouvain) is looking for one post-doc to work under the supervision of prof. Philippe Marion and prof. Sébastien Fevry on the EOS-funded project “The Magic Lantern and its Cultural Impact as Visual Mass Medium in Belgium (1830-1940)” (B-Magic).

B-Magic is a four-year EOS-funded project which started in March 2018 and is led by prof. Kurt Vanhoutte (University of Antwerp). This project has set out to write the as yet unwritten history of the magic lantern as a mass medium in Belgium. The project’s results are an essential contribution to the study of the country’s cultural history as well as to international media historiography. B-Magic aims to rediscover the various functions of the lantern performance within the Belgian public sphere, in particular, its use in the transmission and negotiation of knowledge, norms and values by different societal groups. Scientists and entertainers, teachers and priests, political movements and organizations: they all used projected visual narratives to inform, entertain, educate and mobilize audiences of sometimes more than a thousand people per occasion. The lantern was the first visual mass medium to contest the printed word as a primary mode of information and instruction. All layers of society, both literate and illiterate, received visual information about nature, religion, science, new technologies and foreign countries through this fascinating “projection medium”. The B-Magic consortium researches the pivotal role of the magic lantern in Belgian society from the country’s independence (1830) up to 1940, when its use declined. To this end, it brings together an interdisciplinary team of researchers from Performance Studies, Cinema and Media Studies, Urban History, History of Science and Knowledge, Communication Studies, Semiotics, and Narratology. B-Magic will produce the first comprehensive study of the role of the magic lantern as a mass medium in a country.

As part of this project, a two-year 75% part-time post-doc position (to start in January 2021), is offered at UCL. This new mandate is a continuation of a first post-doc assignment awarded from 2018 to 2020 and is in relation with the following subprojects: Continuer la lecture de Post-doc Vacancy as Part of the EOS-funded project “The Magic Lantern and its Cultural Impact as Visual Mass Medium in Belgium (1830-1940)”

Hommage à Dominique Kalifa

Le bureau de la LPCM (Association internationale des chercheurs en Littératures Populaires et Culture Médiatique) a appris la disparition brutale de Dominique Kalifa. Il s’est donné la mort à Brugheas, dans l’Allier, le jour de ses 63 ans.

Dominique était un compagnon de route de la LPCM, un inspirateur, un ami. Dès les années 1990, il avait fait du populaire un terrain d’investigations, et s’était impliqué pour rassembler plusieurs générations de chercheurs travaillant sur des objets culturels jusqu’alors peu reconnus institutionnellement, afin de  renouveler en profondeur les approches sur la culture médiatique. Il avait contribué de façon décisive à donner une densité et une charpente historiques au phénomène, entretenant un dialogue fructueux avec les spécialistes d’autres disciplines. Ces dernières années, il avait pris part aux travaux de Media19 et de Numapresse. Sa contribution à La Civilisation du journal fut capitale, et a contribué à la réévaluation du caractère central de la presse dans les sociétés modernes, pour lesquelles il affirmait l’existence d’un véritable « paradigme médiatique ». Ses travaux antérieurs capitaux sur la police, les détectives, les bas-fonds, les faits-divers ou le bagne et, plus largement la manière avec laquelle il a su interroger les imaginaires du crime dans la presse, la littérature et l’espace public ont révolutionné la manière de penser la relation de la culture médiatique avec les imaginaires sociaux. Par-dessus tout, la générosité avec laquelle il savait mettre son intelligence et sa finesse d’analyse au service de la collectivité manqueront à tous ceux qui l’ont côtoyé.

La brillante carrière de Dominique ne l’empêchait pas de revendiquer son premier titre, celui de président de l’association des Amis de Fantômas. Cette fidélité l’avait conduit à consacrer en 2017 une nouvelle monographie au Prince des ténèbres.

Chez Dominique, l’exploration du contemporain dépassait les limites du populaire. Il entretenait le foyer de l’histoire culturelle, continuait l’œuvre de ses maîtres, Alain Corbin et Michèle Perrot, à qui il rendait souvent hommage.

Les témoignages amicaux, nombreux, affluent depuis ce matin de collègues d’aires et de spécialités différentes. Ils disent le vide immense laissé par cet intellectuel brillant, auteurs d’ouvrages qui ont fait date, et par cet homme aux qualités de cœur exceptionnelles. Il laisse une bibliographie exigeante, de nombreux chantiers ouverts, mais aussi de nombreux élèves, qu’il guidait avec intelligence et bienveillance.

Nous pensons à ses enfants à qui nous présentons nos condoléances.

 

 

Au fil de sa carrière, Dominique Kalifa a offert une impressionnante contribution à la recherche, dont voici quelques titres :

L’Encre et le Sang : récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995.
La Culture de masse en France, tome 1  (1860–1930), Paris, La Découverte, 2001.
Crime et culture au XIXe siècle, Paris, Perrin, coll. « Pour l’histoire », 2005.
Avec Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant [dir.], La civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde éditions, 2011.
Les Bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, 2013.
La Véritable Histoire de la « Belle Époque », Paris, Fayard, 2017.
Tu entreras dans le siècle en lisant Fantômas, Paris, Vendémiaire, 2017.
Paris. Une histoire érotique, d’Offenbach aux Sixties, Paris, Payot, 2018.

Parution : Les Novellisations pour la jeunesse

Laurent Déom et Benoît Glaude (dir.)

Les Novellisations pour la jeunesse. Nouvelles perspectives transmédiatiques sur le roman pour la jeunesse

Louvain-la-Neuve : Academia, coll. « Texte-Image », 2020, 330 p., 34 EUR, 330 p., 34 EUR, 9782806105165

 

Cet ouvrage collectif aborde les transpositions littéraires, à destination de la jeunesse, d’œuvres issues d’autres médias que la littérature : romans et albums transmédiatiques, du XIXe au XXIe siècle, qui proviennent de médias aussi divers que le film et le dessin animé, la série et le jeu télévisés, le manga et la bande dessinée, la peinture et la carte géographique.

Table des matières

INTRODUCTION

  • Les novellisations pour la jeunesse, un continent à explorer (Benoît Glaude & Laurent Déom)
  • Nouvelles recherches sur la novellisation (Jan Baetens)

LES BIBLIOTHEQUES « ROSE » ET « VERTE »

  • Entretien avec Sophie Marvaud, novélisatrice chez Hachette jeunesse (2005-2016) (Prisca Grignon)
  • « Pas de baratin… » Les Galapiats (Pierre Gaspard-Huit), de l’écran au roman (Laurent Déom)
  • Novellisation des mangas Dragon Ball, One Piece et Naruto : recréation d’un objet transculturel (Bounthavy Suvilay)
  • L’émission dont vous êtes le héros. Novélisations « interactives » de jeux télévisés (Laurent Bozard)

L’ALBUM ET LA NOVELLISATION VISUELLE

  • La novellisation dans la stratégie transmédiale de Casterman (années 1960 – années 1980) (Florian Moine)
  • Du poème filmique aux livres illustrés de photographies, les films d’Albert Lamorisse (Laurence Le Guen)
  • La novellisation comme « pont des arts » (Ivanne Rialland)

DES AUTONOVELLISATIONS POUR LA JEUNESSE

  • L’Île au trésor de Stevenson, le roman de la carte ? Étude sur l’hypothèse d’une novellisation cartographique (Sabrina Messing)
  • Où sont les anti-anti-adaptations ? Dave Eggers coscénariste et adaptateur de Where the Wild Things Are (Fanny Geuzaine)
  • Stratégies novellisatrices à l’origine du mini-roman (Stéphanie Delneste)

NOVELLISER POUR RENOUVELER: RESTER JEUNE GRACE A LA NOVELLISATION

  • Mettre en mots un esprit pop : les novellisations de Bibi & Tina et de Hanni & Nanni (Élodie Malanda)
  • Une lecture palimpseste des contes : le roman du film Descendants (Bochra Charnay)
  • Les Premiers de Xabi Molia. Une novellisation littéraire du genre superhéroïque pour une jeunesse prolongée (Chris Reyns-Chikuma)
  • Les aventures de Tintin dans la littérature américaine (Frederic Tuten et Alexander Irvine) (Maaheen Ahmed & Benoît Glaude).

 

Parution : « Approches transmédiales du récit dans les fictions contemporaines », Cahiers de narratologie n°37 (Assises LPCM 2018)

Rémi Cayatte & Anaïs Goudmand (dir.), 2020, « Approches transmédiales du récit dans les fictions contemporaines », Cahiers de narratologie n°37.

Ce numéro des Cahiers de Narratologie réunit des articles issus d’une partie des interventions qui ont eu lieu lors des premières Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques, organisées à l’initiative de l’Association internationale des chercheurs en littératures populaires et culture médiatique, du 11 au 13 octobre 2018 à l’Université Paris Nanterre et à l’Université Paris Sorbonne.  Suivant le principe d’une publication multi-support, il sera suivi par des dossiers à paraître dans diverses revues (Belphégor, Le Pardaillan, Sciences du jeu…).

Les articles réunis ici ont pour objectif commun d’aborder les fictions non pas à l’échelle d’un seul média, mais à l’échelle de l’écologie médiatique au sein de laquelle elles s’inscrivent. Tout en adoptant des perspectives différentes (diachroniques, historiques, économiques, conceptuelles), ils s’inscrivent dans une approche transmédiale en abordant différentes comparaisons entre des objets médiatiquement hétérogènes pour en faire ressortir les multiples points de contact sur le plan narratologique. Continuer la lecture de Parution : « Approches transmédiales du récit dans les fictions contemporaines », Cahiers de narratologie n°37 (Assises LPCM 2018)

Benoît Glaude (Université de Gand, Université Catholique de Louvain, Belgique)

Benoît Glaude est chercheur à l’Université de Gand et Chargé de cours invité à l’UCLouvain, en Belgique. Après sa thèse en langues et lettres, consacrée aux dialogues de bande dessinées, il a effectué un mandat postdoctoral du FNRS à l’UCLouvain pendant lequel il a travaillé sur les novellisations. Il réalise actuellement un deuxième postdoctorat à l’Université de Gand, en menant ses recherches – consacrées aux médiations littéraires de la bande dessinée, adaptée en romans, audiolivres, romans pour la jeunesse, etc. – à travers une importante collection de magazines de bande dessinée acquise par l’UGent. Il a publié plusieurs ouvrages sur la bande dessinée francophone, ainsi qu’un volume collectif sur les novellisations pour la jeunesse.

Appel à participation créative : Au-delà des deux solitudes dans le monde canadien des BD : La communication entre la BD canadienne et les comics canadiens

En 1945, Hugh MacLennan, Canadien-Montréalais anglophone, publie son deuxième roman intitulé Two Solitudes. Ce livre remporte un énorme succès et l’expression « 2 solitudes » en français et en anglais a rapidement pris racine dans la culture canadienne pour traduire le manque de communication entre les 2 communautés linguistiques, francophone et anglophone. Ce manque était réel tant dans la vie quotidienne et ordinaire que dans la vie culturelle. Ainsi la littérature en français n’était que rarement lue ou traduite par des anglophones ou influencée par la littérature canadienne anglophone, et réciproquement.
 
L’histoire des comics canadiens et des bandes dessinées québécoises (BDQ) ne fait pas exception. Les deux volets de la production nationale se sont développés de façon parallèle sans vraiment tisser de liens ou de ponts. De plus, même si la production de BD et comics des Premières Nations en langues européennes ou en langues autochtones est plus récente, elle est souvent ignorée par les deux autres traditions.
 
Par cet Appel à participation, nous proposons à des artistes professionnels, artistes amateurs et artistes en herbe (étudiants en arts graphiques, …) de nous envoyer une bande dessinée-strip, d’au minimum 3 cases au maximum d’une page (papier ou numérique), qui met en scène de manière humoristique, dramatique ou tragique, les relations entre les bandes dessinées franco-canadiennes, anglo-canadiennes et/ou autochtones.
 
Les 10 gagnant.e.s du concours recevront un prix (le premier de 1000$, le deuxième, 500$, et les suivants de 250$) et verront leur création exposée dans un lieu public officiel (musée, université, …) dans diverses villes canadiennes pendant un mois en 2021.
 
Soumission des BD créées : 20/12/2020
 
Annonce des gagnants : 20/01/2021
 
Les oeuvres lauréates seront exposées : Alberta 06/2021 (pendant le Congrès des Sciences humaines); Saskatchewan 09/2021; Manitoba 10/2021; Québec 11/2021; Ontario 12/ 2021; Maritimes 01/2022.
 
Pour plus d’informations : 
 
 

Appel à contributions : Enchanted music / Musique enchantée

(English version below)

La Fantasy et la musique ont toujours été étroitement liées à travers l’association de la musique aux pouvoirs créateurs. Ainsi dans l’Ainulindalë de Tolkien, la musique donne naissance au monde, et le mal se manifeste au départ sous la forme d’un thème discordant dans la symphonie que les Ainur composent. Par ailleurs Le Seigneur des Anneaux est entrelacé de chansons et de poèmes, une particularité que l’on retrouve dans les œuvres d’auteurs post-tolkieniens comme Guy Gavriel Kay. Les chansons s’accompagnent souvent de la présence de personnages musiciens qui peuvent rappeler les figures mythologiques d’Orphée, dont la musique charme tous les êtres vivants, ou du barde Taliesin qui aurait été un compagnon de Bran le Béni et aurait fait partie de la cour du roi Arthur. De fait, Taliesin apparaît dans le roman de Fantasy urbaine de Charles de Lint Moonheart. Et les musiciens sont particulièrement représentés, avec les peintres et les écrivains, dans les œuvres de l’auteur canadien, lui-même musicien, qui explore régulièrement les différents visages de la création artistique et de la créativité. De même, dans le roman War for the Oaks d’Emma Bull, la musique constitue un élément à part entière du récit puisque le personnage principal, Eddi, est chanteuse et guitariste de rock tout comme la romancière. D’autres écrivains imaginent des instruments de musique magiques, comme la harpe du Dagda dans La Sève et le Givre de Léa Silhol, ou des personnages féeriques dont les talents de chanteur et de musicien dépassent ce que de simples êtres humains peuvent produire.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Enchanted music / Musique enchantée

Parution : « L’ARABE » COLONISÉ DANS LE THÉÂTRE FRANÇAIS De la conquête de l’Algérie aux grandes expositions coloniales (1830-1931)

Amélie Gregório, 2020, « L’Arabe » colonisé dans le théâtre français. De la conquête de l’Algérie aux grandes expositions coloniales (1830-1931), Presses Universitaires de Lyon, « Théâtre et société » 

Négligé par la critique postcoloniale, le théâtre, dans ses formes variées, et notamment populaires, a pourtant largement accompagné la colonisation française de l’Afrique du Nord et la formation d’un esprit colonial, depuis le débarquement des troupes françaises en Algérie en 1830 jusqu’au grand rendez-vous impérialiste que fut l’Exposition coloniale de 1931. S’appuyant sur des préjugés existants, les renforçant, en forgeant parfois de nouveaux pour les besoins du spectacle, les pièces écrites à l’époque coloniale ont donné de multiples représentations de la figure de « l’Arabe » : bestial, fourbe, idiot ou « exotique », dans tous les cas inférieur au « Blanc », cet « autre » apparaît toujours comme un être dominé.

À partir de l’analyse historique, sociologique et esthétique d’un répertoire méconnu de près de deux cents pièces , mais aussi de leur mise en scène et de leur réception par la critique et des publics divers, Amélie Gregório interroge la transformation des représentations en discours, sans perdre de vue les enjeux proprement artistiques et sans prétendre a priori que toute pièce représentant des « Arabes » est obligatoirement, et de façon univoque, idéologique.

Amélie Gregório est agrégée de lettres modernes. Elle est enseignante dans le secondaire et chercheuse associée à l’Institut d’histoire des représentations et des idées dans les modernités (IHRIM). Ses travaux portent sur la question de l’altérité dans les arts de la scène, en relation avec la colonisation de l’Afrique du Nord.

Acheter l’ouvrage en ligne sur le site de l’éditeur