Appel : le XIXe siècle en série(s)

Appel à communications – Atelier de la SERD, Paris, équipe ELH (UT2J), 20 novembre 2020

Présentation

L’époque contemporaine voit « une part vertigineuse des objets culturels qui nous entourent met[tre] en jeu les mécanismes d’une communication sérielle » caractérisée par la multiplicité et la diversité de de ses supports (Matthieu Letourneux). Le triangle traditionnellement formé par un auteur, son œuvre et son lecteur a laissé place à des mécanismes de réception protéiformes, au gré de la circulation d’une matière fictionnelle qui essaime d’un support et d’un public à l’autre avec une facilité déconcertante. Du roman à la bande-dessinée, en passant par le film, l’animation ou encore les produits dérivés, les univers fictionnels se déclinent à l’envi, faisant fi des frontières génériques, esthétiques ou médiatiques.

Parmi ces nouveaux modes de diffusion du récit, la série télévisée occupe aujourd’hui une place privilégiée, au point d’apparaître comme un « laboratoire incontournable de la fiction » (Claire Cornillon). Déjà forte d’une tradition de plusieurs décennies, initialement en butte à une défiance qui n’est pas sans rappeler les réserves formulées par les contempteurs de la « littérature industrielle » à l’encontre du roman-feuilleton, la série télévisée s’est en effet définitivement imposée comme un espace de création particulièrement fécond. Le succès à la fois commercial et critique de sagas majeures comme Game of thrones est ainsi révélateur de la légitimité progressivement conquise par un médium de masse longtemps relégué du côté d’une « médiaculture » largement entendue comme « sous-culture ».

Continuer la lecture de Appel : le XIXe siècle en série(s)

Appel à Contributions : « Game of Thrones, nouveau modèle pour la fantasy ? » (Epinal)

Colloque des Imaginales, 14-15 mai 2020

à Epinal dans le cadre du Festival des Imaginales

Direction scientifique : Anne Besson (Université d’Artois), Christian Chelebourg (Université de Lorraine), Stéphanie Nicot (directrice artistique des Imaginales), Natacha Vas-Deyres (Université de Bordeaux-Montaigne)

Comité d’organisation : Stéphane Wieser (directeur du Festival des Imaginales d’Epinal), en association avec le Comité d’Histoire régionale – Région Grand Est (Vianney Muller) et les IME (Jacques Oréfice)

PRÉSENTATION :

Un an après la diffusion des derniers épisodes de Game of Thrones (David Benioff et D.B. Weiss, HBO, 2011-2019), ce colloque se veut l’occasion d’un premier bilan collectif sur ce que le succès médiatique et la réussite esthétique de la série télévisée mais aussi du cycle romanesque inachevé de George Martin dont elle est l’adaptation, A Song of Ice and Fire (Le Trône de fer), ont pu apporter à la manière dont la fantasy est perçue – dans quelle mesure le phénomène GoT a-t-il transformé la façon dont la fantasy se crée, se diffuse et se vit ? Continuer la lecture de Appel à Contributions : « Game of Thrones, nouveau modèle pour la fantasy ? » (Epinal)

Loin des yeux… le cinéma

L’ouvrage se présente comme une somme d’études consacrées à la représentation (audio)visuelle des télécommunications dans l’histoire du cinéma, des premiers temps aux séries télévisuelles contemporaines, c’est-à-dire à la manière dont le médium cinématographique exploite (sur le plan narratif et esthétique) et réfléchit (sur) des usages a priori différents d’autres médias (avec lesquels il noue toutefois certaines parentés).

 

Téléphonie (fixe et mobile), radiophonie, télévision, télésurveillance et Internet (skype) sont examinés à travers l’image qu’en donnent les productions filmiques américaines, européennes ou japonaises, dans des genres divers (romance, thriller, horreur, science-fiction, etc.). L’approche diachronique et le vaste corps considéré permet d’inscrire les discours actuels sur le numérique dans une histoire longue, et de réhabiliter l’importance de la dimension sonore dans les études cinématographiques.

Ce volume richement illustré, codirigé par Alain Boillat (Section d’histoire et esthétique du cinéma, Centre des sciences historiques de la culture), comprend des articles de chercheuses et chercheurs qui sont soit affiliés à la Section d’histoire et esthétique du cinéma, soit sont des spécialistes internationaux de ce type de questions.

Alain Boillat, Laurent Guido (dir.), Loin des yeux… le cinéma. De la téléphonie à Internet : imaginaires médiatiques des télécommunications et de la surveillance, Lausanne, L’Âge d’Homme, 2019.

Michele Morselli (Université de Bologne, Italie)

Michele Morselli est diplômé en double licence à l’Université de Bologne et de Haute-Alsace avec un mémoire sur le narrateur non-fiable intitulé La Réécriture du destin dans Prochain épisode d’Hubert Aquin. En 2016, il se diplôme cum laude en Littératures modernes, comparées et post-coloniales à l’Université de Bologne. Son mémoire, Écrire par devoir de mémoire : les littératures francophones africaines face au génocide rwandais, envisage le statut du code herméneutique dans les écritures romanesques du génocide. Après une expérience à l’Université McGill de Montréal, il est professeur de langues étrangères au collège et au lycée. Depuis 2017, il est doctorant du DESE (Doctorat d’études supérieures européennes) à l’Université de Bologne. Ses recherches concernent le tournant pragmatique du roman à énigme, en tant que transfert de compétences trans-génériques dans son archi-texte du XIXe siècle. Entre 2018 et 2019, il a été en séjour de recherche au CELLF (Centre d’étude de langue et littératures françaises) à l’Université Paris Sorbonne. En 2019, il participe aux journées du SINS19 de l’Université de Aarhus et en séjour de recherche au laboratoire Rirra21 de l’Université Paul Valéry Montpellier 3. En 2020, il sera rédacteur du prochain numéro de la revue Rilune, intitulé Le Roman policier : lire et écrire l’enquête en Europe.