Werry, Adeline (Université catholique de Louvain)

Après avoir obtenu un master en Langues et lettres modernes et anciennes ainsi qu’un master de spécialisation en Cultures visuelles, Adeline Werry est à présent doctorante à l’Institut Langage et Communication (ILC) de l’Université Catholique de Louvain (UCLouvain, Belgique). Elle est membre du projet EOS B-magic qui vise à écrire l’histoire non encore écrite de la lanterne magique en tant que média de masse en Belgique entre 1830 et 1940. Dans le cadre de ce projet, elle mène des recherches axées sur les plaques de verre de lanternes magiques dans les domaines de la sémiotique, de la narratologie et de la communication. Elle réalise sa thèse sous la direction de Philippe Marion(UCLouvain), de Dominique Nasta (ULB) et de Sébastien Fevry (UCLouvain).

Nouveau numéro de Fantasy Art and Studies

Vient de paraître le 6ème numéro de Fantasy Art and Studies consacré à la mythologie nordique. Ce numéro rassemble 5 articles qui explorent notamment l’influence nordique sur Tolkien, Robert E. Howard et le jeu de rôle Donjons et Dragons, ainsi que 6 nouvelles ancrées dans les mythes scandinaves, et le nouveau chapitre de la BD de Guillaume Labrude qui confronte son héroïne Jézabel à Odin lui-même.

Le numéro peut être commandé directement auprès de l’imprimeur Books on Demand, ainsi que sur les librairies en ligne où il est actuellement en cours de référencement. Une version ebook sera prochainement disponible.

Pour commander le numéro ou consulter la table des matière, voir ici.

 

Appel à thèse: la ville dans la climate fiction

PARVIS (I-Site FUTURE) — thèse financée : « La ville dans les fictions climatiques »

Appel à candidatures

Le projet « PARVIS – PARoles de VilleS » lance un appel à candidatures pour une thèse financée en littératures et études culturelles contemporaines. Le sujet éclairera la question de la ville dans les fictions climatiques.

Les candidat·e·s proposeront un sujet qui permet à la fois une vue d’ensemble substantielle de la fiction climatique actuelle, dans tous ses sous-genres, et une interprétation ciblée des problématiques urbaines en son sein. Cette thèse doit en effet s’insérer dans le programme de recherche « Paroles de Villes — PARVIS » de l’I-Site FUTURE, à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée (UPEM). Le programme étudiera les représentations de la ville future, pour identifier les facettes des imaginaires futuristes urbains, notamment en matière de changement climatique. L’objectif est de clarifier, non seulement l’imaginaire des villes du futur, mais le sentiment futuriste des habitants des villes reflété dans les médias et dans les discours des décideurs, afin de mesurer leur liaison ou, au contraire, leur décorrélation. Le projet mènera cette confrontation en décloisonnant des types de discours contrastés (science-fiction, littératures générales et populaires, cultures médiatiques, discours sociaux). La recherche doctorale devra dialoguer avec tous les groupes de travail du projet (https://parvis.hypotheses.org/). Une contextualisation multimédiatique sera donc indispensable, même si le coeur de la recherche portera sur les supports littéraires.

La thèse devra mettre en perspective le courant littéraire se développant actuellement autour de la « climate fiction » (« cli-fi », fiction climatique). Il s’agira d’en interroger les caractéristiques interdisciplinaires, à la croisée de la littérature, des sciences humaines et des sciences exactes, pour identifier selon quels procédés et avec quelle pertinence les récits de fiction parviennent à susciter des représentations liées aux changements climatiques, dans un registre utopique, dystopique ou apocalyptique. La détermination précise du sujet pourra être affinée après concertation avec la directrice de thèse. On précise ici seulement quelques grandes orientations dégagées par des travaux pionniers (voir indications bibliographiques).

On pourra s’inscrire, par exemple (mais sans nulle exclusive), dans les perspectives ouvertes par les études rassemblées dans le n°136 de Science Fiction Studies, partenaire du projet, et replacer la littérature, notamment de SF, dans un contexte culturel qui engage toutes les sciences de l’homme, du vivant et de la matière. Des formes différentes (description, allégorie, modèle abstrait, matérialité immanente, apocalypse lente…) impliquent-elles des régimes de compréhension différents ? Que se passe-t-il lorsque la science-fiction se superpose à la crise climatique : les événements frappants du thriller ou le rythme plus lent de la longue durée soigneusement réfléchie (planet opera) ? Comment le climat apparaît-il selon ces différentes formes : en avant-plan ou en arrière-plan, en levier narratif ou en socle du monde fictif ? Quels sont les auteurs et les oeuvres qui formeraient une culture littéraire de la crise climatique ? Peut-on imaginer un lien entre l’estrangement cognitif propre à la science-fiction et la défamiliarisation entraînée par des néologismes tels que l’Anthropocène, les hyperobjets, le nécrocapitalisme ? Les intersections entre littérature, science-fiction et crise climatique en termes historiques, critiques et théoriques invitent à varier les sous-genres (cli-fi, petrofiction, slipstream, afrofuturisme) et les périmètres de contextualisation. Par exemple, à la lumière du régime énergétique : quelles différences y a-t-il entre les figurations de la crise du charbon et les représentations du désastre nucléaire ? Comment notre utilisation de l’énergie affecte-t-elle la portée de l’écriture ?

Les grandes orientations du projet PARVIS, consultables en ligne, permettront aux candidat·e·s de se positionner clairement dans l’équipe.

Indications bibliographiques

Science Fiction Studies, dossier spécial « Climate Crisis », n°136, novembre 2018.

Canavan Gerry,  Robinson Kim Stanley, Green Planets: Ecology and Science Fiction, Wesleyan University Press, 2014.

Chelebourg Christian, Les écofictions. Mythologies de la fin du monde, Les Impressions Nouvelles, 2012

Chelebourg Christian (ed), Ecofictions & Cli-Fi, Presses universitaires de Lorraine, 2019 [actes de colloque]

Mehnert Antonia, Climate Change Fictions : Representations of Global Warming in American Literature, Palgrave MacMillan, 2016.

Trexler Adam, Anthropocene Fictions : The Novel in a Time of Climate Change, University of Virginia Press, 2015.

Streeby Shelley, Imagining the Future in a Time of Climate Change, University of California Press, 2018.

 

Profil attendu

Le poste de doctorant·e est mis au concours avec une prise de fonction au 1er septembre 2019 (date négociable) et pour une durée de financement de 3 ans. Le contenu précis de la thèse pourra s’adapter au profil du candidat, dans le respect des grandes orientations précisées dans ce document.

Dans les cas d’interdisciplinarité, une attention particulière sera apportée à l’accompagnement de la thèse, pour une reconnaissance des travaux dans le(s) section(s) CNU impliquées (co-direction, comités de suivi de thèse, notamment).

Les candidat·e·s doivent avoir obtenu, ou être en voie de valider (au plus tard à la prise de fonction), un diplôme de Master ou équivalent, dans les disciplines suivantes : littérature française, francophone ou comparée ; disciplines du projet PARVIS, ou susceptibles d’être pertinentes dans les thématiques de celui-ci : environnement, écologie, arts-sciences, sociologie, histoire, études culturelles, architecture, géographie, urbanisme, etc.

Les candidat·e·s issu·e·s de disciplines non littéraires veilleront à clarifier dans leur dossier leurs compétences d’analyse et de commentaire (formation et/ou intérêts dans les domaines littéraires). Il·elle·s doivent, en tout état de cause, être intéressé·e·s par l’idée de mener leur recherche dans un environnement de recherche interdisciplinaire, être prêts à élaborer une thèse dans le cadre du programme PARVIS et avoir de solides compétences en langue française (niveau C1 minimum), ainsi qu’en anglais.

Modalités de candidature

Le dossier doit être envoyé en un seul fichier PDF paginé, jusqu’au 8 juillet 2019, à

Irène Langlet : irene.langlet@u-pem.fr

Il comportera, dans cet ordre,

  • un CV,
  • une lettre de motivation,
  • une esquisse du projet de thèse (10 pages maximum),
  • une présentation brève du projet de thèse (1 page recto)
  • deux lettres de recommandation

  • une copie d’une pièce d’identité et des diplômes,
  • le ou les mémoire(s) de Master

Les entretiens de sélection des candidats retenus auront lieu à Marne-la-Vallée ou par visioconférence le 11 juillet 2019.

Renseignements et contact

Irène Langlet : irene.langlet@u-pem.fr

Continuer la lecture de Appel à thèse: la ville dans la climate fiction

Goudmand, Anaïs (Université de Lausanne)

Anaïs Goudmand est première assistante à l’Ecole de Français Langue Etrangère de l’Université de Lausanne. Sa thèse, intitulée Récits en partage. Expériences de la sérialité narrative en culture médiatique, a été dirigée par Raphaël Baroni (Université de Lausanne) et Jean-Marie-Schaeffer (EHESS). Elle porte sur les différentes formes que revêt l’expérience des récits sériels, telles qu’elles sont modelées par les contraintes de production et de diffusion de la culture médiatique.

Continuer la lecture de Goudmand, Anaïs (Université de Lausanne)

POST-DOC DETECt (2019)

English below

L’université de Limoges recrute au 1er novembre 2019 un chercheur / une chercheuse postdoctorale  pour le projet DETECt: « Detecting Transcultural Identity in European Popular Crime Narratives », lauréat de  l’appel «  Understanding Europe – Promoting the european public and cultural space » du Programme H2020 de l’Union européenne.

Ce contrat pourra courir jusqu’au mois de juillet 2021, date de clôture officielle du projet. Continuer la lecture de POST-DOC DETECt (2019)

Appel: Le Roman policier: lire et écrire l’enquête en Europe

English below  / Italiano sotto

Le n. 14 de RILUNE (novembre 2020) sera consacré à : Le Roman policier: lire et écrire l’enquête en Europe, et publié sous la direction de Michele Morselli.

Les propositions, composées d’un résumé de 500 mots maximum, seront accompagnées d’une bibliographie indicative et d’une notice bio-bibliographique de 150 mots maximum, et devront être envoyées avant le 30 septembre 2019, en italien, en français ou en anglais, à l’adresse suivante :  redazionerilune2020@gmail.com . Les expéditeurs sont priés de spécifier leur nom dans le sujet du e-mail et dans le document de la proposition. Les articles seront soumis à une double évaluation anonyme (double-blind peer review) et ne devront pas dépasser 40.000 signes, espaces compris. Les articles pourront être ensuite rédigés dans toute langue européenne (français, italien, anglais, espagnol allemand etc.).

L’ensemble des normes typographiques est disponible sur le site de la revue : 

http://www.rilune.org/images/informations/Normes_typographiques_RILUNE.pdf

Le Roman policier: lire et écrire l’enquête en Europe

Qu’il s’agit d’un ensemble de normes auxquelles adhérer ou bien une formule narrative avec laquelle rompre définitivement, il est impossible de parler de roman policier sans se confronter avec la notion de model. Dans A Study in Scarlet (1887), Conan Doyle synthétise les tales de ratiocination de Poe avec la leçon feuilletonesque de Gaboriau; dans Le Mystère de la chambre jaune (1907), Gaston Leroux refuse la méthode d’investigation de Holmes, ouvrant ainsi la voie aux whodunit à la Christie. Malgré le grand succès, cette formule est à sa fois révolutionnée par les enquêtes noir de Maigret, jusqu’aux plus récents requiem métaphysiques pour le roman policier . Tout suggère une continuelle mort apparente pour le roman policier qui, néanmoins, n’arrête pas de resurgir de ses propres cendres, renouvelé dans ses formes et thèmes. Les exemples sont innombrables, témoignant d’une littérature vivante, en traduction, qui sélectionne et rivalise avec ses modèles, insouciante des boites hermétiques des littératures nationales.

Continuer la lecture de Appel: Le Roman policier: lire et écrire l’enquête en Europe