Parution : Médiations Apocalyptiques

Médiations Apocalyptiques : Imag(in)ing the Apocalypse

Actes du colloque organisé par Jérémy  Cornec,  Hélène  Machinal, Monica Michlin, Elizabeth Mullen, Arnaud Regnauld et  Joanna  Thornborrow, disponibles sous forme d’ebook.

Les contributions de ce volume s’interroge notamment sur la mise en image de l’apocalypse, du désastre, et de futurs dystopiques, en questionnant par exemple les proto-films catastrophe qu’ont pu incarner les actualités filmées lors de certains événements du début du siècle ; l’esthétique de la ruine dans la littérature post-11 septembre ; ou encore les remédiations des invasions zombies.

Appel : TV en ligne

Au-delà de Netflix – Penser la diversité des pratiques et plateformes de télévision en ligne

Appel à propositions de textes pour la revue en ligne Kinephanosh

Dossier sous la direction de Audrey Bélanger & Stéfany Boisvert

La date limite de réception des propositions pour ce numéro est le 28 février 2019

Tout comme d’autres médias, la télévision vit actuellement d’importantes mutations. L’arrivée d’Internet, de même que les possibilités de numérisation et de stockage ont favorisé la circulation transnationale des contenus et, plus important encore, le développement de services de télévision par contournement (TPC) (over-the-top television). Ces nouveaux portails numériques (Lotz 2017) offrent un catalogue de productions audiovisuelles en ligne sans l’intermédiaire d’une entreprise de distribution et de radiodiffusion (EDR). Les services de TPC agissent ainsi à titre de portes d’entrée donnant accès à une large offre de contenu audiovisuel, sans aucune forme de dépendance à l’égard d’un horaire (Lotz 2017; Wayne 2017; Johnson, 2018), ce qui contribue à modifier notre conception du média télévisuel, mais aussi plus largement notre conception des modes de production, de distribution et de réception qui lui sont associés.

Au sein de cette nouvelle industrie de la télévision distribuée par Internet (Lotz 2017), force est d’admettre que la multinationale Netflix s’est taillé une place plus qu’enviable. Bien que les contenus de cette entreprise ne soient pas uniquement de nature télévisuelle, l’influence de Netflix sur la production télévisuelle contemporaine est indéniable et est d’ailleurs documentée par un nombre important de chercheurs. En effet, plusieurs angles d’analyse ont été abordés dont la question des algorithmes et du système de recommandation de Netflix (Gomez-Uribe et Hunt 2015); la position de Netflix dans l’histoire de la télévision (Jenner 2014, 2018); les habitudes de visionnement modifiées par les stratégies de la multinationale états-unienne  (Matrix 2014); ou l’image de marque et le « branding » des nouvelles plateformes de visionnement (Wayne 2018). Certains ouvrages entiers sont dédiés à l’étude de Netflix et relatent son histoire (Keating 2012), s’intéressent aux particularités de production et de diffusion de contenus, aux habitudes de visionnement des utilisateurs (Barker et Wiatrowski 2017), ou encore aux impacts de la compagnie sur la télévision actuelle (McDonald et Smith-Rowsey 2016, Jenner 2018, Johnson 2018).

Continuer la lecture de Appel : TV en ligne

Parution : SF et jeu vidéo

Res Futurae n°12 : JEUX VIDÉO ET SCIENCE-FICTION, sous la direction de Julie Delbouille, Björn-Olav Dozo et Lison Jousten

Image du jeu >observer_  , studio Bloober Team, 2017.

Voir le sommaire complet sur le site de la revue.

Lorsque Spacewar, considéré comme un des premiers jeux vidéo, voit le jour en 1962 dans les salles du Massachussets Institute of Technology, il marque le début d’une longue relation entre ce médium et la science-fiction. La thématique spatiale que ce précurseur exploite traverse encore une grande partie de la production vidéoludique. De l’émergence de cette culture hacker dans les années 1960 à la production actuelle, le jeu vidéo a constamment puisé dans les ressorts propres à la science-fiction. Ce numéro de Res Futurae entend interroger le lien intime qui unit le jeu vidéo à la science-fiction depuis des angles variés et selon une approche interdisciplinaire, en sollicitant des textes proposant une réflexion théorique ou analytique.

Parution : traduction du roman policier

Jean-Marc Gouanvic, Hard-boiled fiction et Série noire. Les métamorphoses du roman policier anglo-américain en français (1945-1960)

Cet essai propose une étude sociologique des productions de la Série noire (NRF/Gallimard) de 1945 à 1960, en s’appuyant sur les archives de la collection. Il présente une analyse du mode d’organisation de la Série noire dans le champ français du roman policier et de la sémiotique des romans hard-boiled anglo-américains.

Lire l’avant-propos sur le site de l’éditeur.

Parution : Belle au bois dormant

La Belle au bois dormant en ses métamorphoses. Textualité, transtextualité, iconotextualité, Pascale Auraix-Jonchière et Frédéric Calas (dir.) , Clermont-Ferrand, PU Blaise Pascal, 2018


Kizzy Matiakis, Aurore dans La Belle au Bois dormant, ballet royal du Danemark, 2010. Source : http://blueballet.blog.lemonde.fr

La séduction et le charme des contes ont partie liée avec leur capacité à se métamorphoser au cours du temps en adoptant tout type de scénographies, de genres et de supports tout en réin- vestissant de nouvelles significations et en variant ou mêlant les destinataires. C’est ce pouvoir métamorphique fort que le présent volume interroge à partir d’un personnage qui incarne mieux que tout autre ces virtualités latentes : la Belle endormie aux rêves insondables. L’approche retenue est motivée par la nature du dialogue qui se noue entre deux productions littéraires elles-mêmes riches de résonances intertextuelles, distantes de deux siècles et ancrées dans deux pays et cultures différents : « La Belle au bois dormant » de Charles Perrault et « Dornröschen » des frères Grimm. Ce rapport problématique sert de point d’ancrage aux diverses réécritures auxquelles ces deux contes, tour à tour isolés ou croisés, donnent lieu dans les domaines du texte et de l’image jusqu’à l’époque contemporaine.

Parution : Dictionnaire Brassens


Jean-Louis Garitte, Brassens, Mais où sont les mots d’antan ?, Atlande coll. « Références/
Chanson et Poésie »

Photographie Jean-Pierre Leteuil / INA.



Présentation de l’éditeur :
« Chez moi tout part des mots, je suis un amoureux des mots » avait coutume de dire Brassens. Quoi de mieux alors qu’un dictionnaire pour redécouvrir l’oeuvre de cet « affamé de poésie » ? Jean-Louis Garitte invite ainsi tous les amoureux de la chanson et de la langue
française à flâner parmi les airs et les textes d’un des plus grands poètes, auteurs compositeurs et interprètes du XXème siècle : expressions et vocabulaire d’antan, références historiques et littéraires, jurons piquants ou expressions argotiques. C’est toute la fantaisie du style de Brassens que le lecteur est amené à redécouvrir à travers les différentes entrées du dictionnaire. Une première partie est consacrée aux mots et expressions, une seconde aux
allusions et références dont fourmillent les textes des chansons, toutes répertoriées dans un index final. Fruit du travail de recherche d’un érudit passionné, le spécialiste belge Jean-Louis Garitte, ce dictionnaire renouvelle la fantaisie poétique de Brassens, qui aimait mêler l’argot, jouer avec une langue qui s’enracine dans un « antan » où les références populaires dialoguent avec les réminiscences littéraires et culturelles les plus classiques.

« Ne jetez pas la pierre à la femme adultère, je suis derrière », « « Des idées qui font trois petits morts et puis s’en vont », « En suivant les chemins qui ne mènent pas à Rome »… Une partie du dictionnaire est consacrée aux « phrases défigées » des chansons de Brassens. Elle
rassemble les transformations les plus savoureuses opérées par le poète sur des expressions ou des locutions consacrées. On y trouve les vers les plus représentatifs du génie de Brassens, capable de rendre hommage à la langue française tout en la réinventant sans cesse.

Appel : Essai médiatique

Appel à communications : L’essai médiatique

Colloque international, Marne-la-Vallée, 25-27 novembre 2019

Organisatrices : Irène Langlet, EA 4120 LISAA, Université Paris Est Marne-la-Vallée UPEM et Chloé Ouaked, EA 1087 EHIC, université de Limoges.

Le programme « Essai médiatique », soutenu par l’EA EHIC (axe 3) de Limoges, a comporté un séminaire à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Limoges, de 2016 à 2018 (voir http://essaimedia.hypotheses.org). Quatre universités s’associent pour organiser le colloque final d’où sera tiré un livre synthétique : UPEM, Université de Limoges, Université de Bologne et Université Catholique de Louvain-la-Neuve (UCL).

Les propositions de communication (20-30 lignes accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique) seront à envoyer pour le 15 février 2019 à I. Langlet irene.langlet@u-pem.fr et C. Ouaked chloe.ouaked@unilim.fr.

Argument: l’essai médiatique

De la forme inventée par Montaigne, l’histoire culturelle a fait naître une espèce littéraire qui se présente souvent comme un anti-genre, libre, critique, personnel, et dont on approche bien l’esprit quand on considère ces trois caractères comme en interaction continue, dans toutes les combinaisons : l’essai sera libre parce que critique, personnel donc libre, critique parce que personnel, libre donc critique… Cette intime interaction caractérise mieux l’essai qu’une définition comme « genre littéraire », qui restera toujours paradoxale avec un « anti-genre » revendiqué. Longtemps réservé au livre, le terme d’essai a migré vers d’autres supports et d’autres systèmes de signes : l’essai photographique, l’essai filmique, l’essai numérique, l’essai dessiné… Par « essai médiatique », nous entendons ainsi, avant tout, toute forme essayiste qui ne peut se comprendre sans tenir compte précisément de son support et du régime sémiotique impliqué, dans le vaste écosystème intermédial qui caractérise la culture contemporaine depuis plus d’un siècle.

Dans un deuxième sens, nous comprenons l’essai « médiatique » comme l’essai à succès, l’essai grand public, l’essai relayé par les mass-médias. En résistant à la tendance qui consiste à exclure du genre essayiste cette « pensée par gros concepts, aussi gros que des dents creuses » (Deleuze), il s’agit d’examiner sans a priori élitiste cette production d’essais de grande consommation, et de mesurer finement leur rapport à l’essai distingué, légitimé. Dans cette perspective, on pourra notamment s’interroger sur l’articulation entre l’essai et le type d’émotion qui lui est associé en examinant par exemple la récurrence de l’affect mélancolique dans la production auteuriste.

Continuer la lecture de Appel : Essai médiatique

Colloque : Séries des 80’s

Colloque « Séries télévisées américaines de network des années 1980 », 21 et 22 février 2019

Organisé par Claire Cornillon (RIRRA 21) et Sarah Hatchuel (RIRRA 21), université Paul-Valéry Montpellier 3 (Auditorium, site Saint-Charles 2, place Albert 1er). 

Jeudi 21 février 2019

10h45 : Ouverture de la journée

11h : Marjolaine Boutet, UPJV : Robert Mitchum vs Hitler : apogée et mort de la mini-série historique épique (The Winds of War, ABC, 1983 ; War and Remembrance, ABC, 1988-1989)

11h45 : Sarah Hatchuel, Montpellier 3 : Négociations narratives, éthiques et idéologiques de la mini-série : le cas de Masada (ABC, 1981)

Continuer la lecture de Colloque : Séries des 80’s

Appel : Géographie et cultures populaires

Géographie des cultures populaires : publics, pratiques, objets

Réponses attendues pour le 29 avril 2019

Image : carte du Tour de France 2018 (détail)

La revue Géographie et Cultures lance un appel à textes sur le thème des cultures populaires, en tant qu’objet d’étude et phénomène de société, et sur les expressions et manifestations de ces cultures. Longtemps négligées, parfois méprisées, elles sont désormais au cœur d’un nombre croissant de travaux en géographie, notamment du fait du développement de la géographie culturelle, même si tous ces travaux n’assument pas explicitement la dimension populaire de leur objet d’étude. Les récentes assises de la recherche sur les cultures populaires et médiatiques témoignent d’ailleurs de l’intérêt porté par les chercheurs à cet objet, selon des approches plurielles (sociologie, littérature, esthétique etc.) qui tendent cependant à laisser de côté la dimension spatiale de ces pratiques. C’est pourquoi ce numéro propose d’aborder les cultures populaires à travers leurs publics, leurs pratiques et leurs objets.

On entend ici le terme de « cultures » au sens large, c’est-à-dire les biens culturels mais aussi les pratiques et les discours qui les sous-tendent. L’appel à textes invite également à considérer le terme de « populaire » dans son double sens, c’est-à-dire à la fois comme une culture très répandue et partagée, mais aussi comme marqueur d’appartenance à certains groupes sociaux. Ainsi posées, les cultures populaires n’ont pas été des plus… « populaires » auprès des géographes et même de la géographie culturelle et sociale, si l’on s’en tient par exemple aux mots-clés « géographie » et « culture(s) populaire(s) » dans les principales bases données et dans les revues nationales de géographie. Dans Géographie et Cultures, par exemple, le n° 16 (hiver 1995) est le premier de la revue à aborder la question des « traditions populaires » en liens avec les écomusées ; le numéro 30 (printemps 2000) est l’un des rares qui fait apparaître l’expression dans le titre d’un numéro spécial Témoignages géographiques et cultures populaires. Dans les articles qu’ils contiennent, comme c’est le cas pour d’autres espaces de publication, le positionnement théorique sur les cultures populaires dans les sociétés contemporaines est ambigu. Il n’est jamais discuté en soi comme phénomène social et les cultures populaires se confondent, sinon se confrontent, à la « culture de masse », à la « culture savante », à la « culture traditionnelle », à la « culture folklorique » ou même encore à la « culture ouvrière ». Et ce quand elles ne sont pas perçues comme le fait d’un envahissement d’une culture américaine hégémonique.

Continuer la lecture de Appel : Géographie et cultures populaires

Appel : crime organisé

Call for Contributions: Fictions of Organised Crime – Themed Issue of New Readings

Deadline for abstracts: 1th March

Crime fiction is one of the most significant popular means of exploring the contradictions that emerge from the modern, bourgeois capitalist nation state (Pepper 2016). Most fiction about ‘organised crime’ is preoccupied with violent, interpersonal crime or the behaviours of mafia-like groups. But there are other, more ubiquitous and insidious harmful practices — political, financial, environmental, etc. — that affect all of us and are not necessarily proscribed by law. The ‘slow violence’ inflicted on populations by the carbon industry, the financial harms of politicians and transnational corporations are not always recognised as ‘crime’ and fit less easily within the standard forms of genre fiction. This themed edition of New Readings, Fictions of Organised Crime, asks how culture can address these kinds of carefully organised harms. How does fiction account for the complexities of state-facilitated environmental crime, financial crime and the activities of organisations dedicated to the subversion of democracy? How can locally and regionally produced cultural representations respond to globally organised activities?

In a contemporary moment in which populist political movements are resisting transnational capital, organised crime challenges the integrity of the nation state – by defying it, subverting it or simply taking advantage of its usual functions. Fictional narratives of organised crime offer a sustained way in which readers and consumers can ‘make sense’ of worlds which are by their very nature, secretive, obscure, and impenetrable to those on the outside. Indeed, in contexts in which journalistic writing on organised crime may be fatally dangerous to the author or contribute to the inevitable ‘unknowability’ of the links between crime and the state (Braham 2016), it has been argued that fiction remains the privileged medium for exposing the logics of serious crime (Astorga 2003).

Continuer la lecture de Appel : crime organisé