Appel : Posthumains en séries

Revue en ligne TV Series « Posthumains en séries »

Réponses attendues avant le 15 mars 2018

S’appuyant sur les travaux de la journée d’études « Posthumain(s) en série(s) organisée par Monica Michlin (Université Paul-Valéry Montpellier 3) et Claire Cornillon (Université de Nîmes) le 24 novembre 2017 à la Maison de la recherche de l’Université Paul-Valéry, le numéro 14 de la revue TV/Series, qui paraîtra en décembre 2018, sera intitulé Posthumain(s) en série(s).

Nous invitons les chercheuses et chercheurs de toutes disciplines qui s’intéressent au posthumain tel qu’il apparaît dans les séries télévisées, de Battlestar Galactica à Caprica, de Person of Interest ou Westworld à Black Mirror, de Dr. Who à Orphan Black, à contribuer à ce numéro. Les définitions larges du « posthumain » seront acceptées, allant du robot (cyborg, androïde), à l’humain « augmenté » ou à la machine qui accède à l’intelligence artificielle, mais incluant aussi l’humain transformé par un parasite, et autres formes de « mutation » posthumaine.

L’on s’intéressera aussi bien aux aspects éthiques qu’esthétiques, dans une réflexion sur la mise en abyme du « posthumain » dans la « machine » sérielle , ou dans des microlectures de moments ou d’épisodes spécifiques montrant l’accès à la sentience et à la Continuer la lecture de Appel : Posthumains en séries

Appel : Nourritures

Pardaillan n°5 « Nourritures »

Appel à propositions d’articles, pour le 15 février 2018

Image : Pieter Aertsen (1508-1575), Etal de boucherie avec la fuite en Egypte

Le cinquième numéro du Pardaillan, revue interdisciplinaire de littératures populaires et cultures médiatiques, sera consacré à un thème transversal, la nourriture. Présente dans tous les mythes, la nourriture fait de toute évidence partie des constantes de l’imaginaire humain [1]. Actes de prédation et de nutrition, banquets et famines, scènes de cuisine et de dévoration, source de vitalité et perversion excessive… la représentation de la nourriture prend bien des facettes, témoignant de notre rapport complexe, parfois comique, parfois angoissé, parfois sensuel jusqu’à l’érotisme, à ce dont ont se nourrit.

De fait, on mange beaucoup, en littérature : la nourriture a donné lieu à quelques « passages cultes », du repas démesuré de Pantagruel chez Rabelais, à la madeleine de Proust génératrice de mémoire spontanée [2]. La littérature dite populaire, quant à elle, est le lieu Continuer la lecture de Appel : Nourritures

Appel : Séries TV 1950-1970’s

Les séries télévisées des networks américains dans les années 1950, 1960 et 1970

Journée d’études, 7 mai 2018

Dans le cadre du projet Network TV

Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA 21

Organisée avec le soutien de GUEST-Normandie

Réponses attendues avant le 12 février 2018

A partir de 1948 avec le lancement aux Etats-Unis de la télévision commerciale, les trois grands Networks (CBS, NBC et ABC) ne cessent de se concurrencer en créant des programmes et des séries des plus innovants. C’est pendant les trois premières décennies de cette ‘guerre’ d’audimat et d’originalité que sont nés tous les modèles et formats importants du récit télévisuel qui ont perduré et évolué vers les programmes d’aujourd’hui, aussi bien pour les comédies que pour les séries dramatiques. Continuer la lecture de Appel : Séries TV 1950-1970’s

Appel : Frankenstein dans les médias

Frankenstein intermédiatiques.
Intermedial Frankensteins

Appel à contributions (scroll down for the English version)

Réponses avant le 31 janvier 2018

200 ans après la publication de la première édition de Frankenstein, or, The Modern Prometheus (1818), la fiction imaginée par Mary Shelley a connu des réécritures, appropriations et transpositions au théâtre, au cinéma, en bandes dessinées. Les deux figures centrales, le savant fou et la créature, ont fait l’objet de variations dans les affiches et dessins satiriques, dans la culture populaire et les clips vidéo. Dans l’imaginaire collectif, le mythe moderne créé par Mary Shelley, loin de se réduire au texte primitif, doit sa popularité au relais assuré par des supports médiatiques très divers. La vivacité du mythe se vérifie dans la fréquence des versions cinématographiques mais aussi dans la production de séries (Penny DreadfulThe Frankenstein ChroniclesAmerican Horror Story) qui raniment les motifs et les personnages d’un récit devenu familier. Il est donc légitime de s’interroger sur la dynamique de répétition et d’innovation qui caractérise ces reprises dans différents espaces médiatiques. Quels sont les motifs récurrents, les invariants en Continuer la lecture de Appel : Frankenstein dans les médias

Parution : « Belphégor : Middlebrow »

Middlebrow

Belphégor 15-2, Décembre 2017

The term ‘middlebrow’ has a strong negative charge. It suggests middle-of-the-road, compromise and insipidity, middle class in an aspirational and snobbish way. The metaphor on which it is based refers back to the discredited nineteenth-century science of phrenology: a high forehead or brow was believed to denote intelligence, a low one its opposite. The hierarchy of brows, however, is not straightforward, for if the ‘high’ and ‘low’ at least have the dignity of the extreme, ‘middlebrow’ is charged with all the opprobrium that attaches to the norm, the median, the merely average. Recently, however, middlebrow culture in Britain and the United States has become the object of scholarly interest and the term has started to be reclaimed as something more than a dismissive epithet. The English word, with all its derogatory connotations, is – as far as we know – unmatched in any other language hence never quite translatable. Yet the phenomenon of the middlebrow itself surely extends beyond Anglophone cultures, and in this volume our aim is to explore the concept’s wider international relevance to cultural history and to the present. We will begin with an outline history of the term itself and its recent critical renaissance in Anglophone scholarship, then introduce the articles collected here through a brief discussion of the questions they collectively address, and the value of this international perspective for the study of the middlebrow.

Diana Holmes Continuer la lecture de Parution : « Belphégor : Middlebrow »

Appel : Nouvelles vulgarisations

« Les nouvelles formes de la vulgarisation et de l’écriture du savoir »

Vendredi 15 juin 2018, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Journée d’étude, dans le cadre de LégiPop, projet structurant MESHS-Lille Nord de France : legipop.hypotheses.org

Le contexte culturel de la postmodernité est marqué par une dé-hiérarchisation des pratiques « savantes » et « populaires » de plus en plus nette, accentuée encore par l’usage des outils numériques. Nous assistons à une explosion des supports de vulgarisation scientifique : blogs, vidéos, bande-dessinées, romans, expositions, conférences, essais, ateliers, théâtre, illustrations, etc. Le développement récent, dans l’université française, de nouveaux modes d’enseignements, sous la forme des MOOC, qui ouvrent les recherches en lettres à un nouveau public, propose ainsi de nouvelles formes de diffusion et, dans le même temps, redéfinit peut-être le domaine même de la recherche scientifique ainsi que celui de l’enseignement académique. Il est dès lors nécessaire, pour la recherche en littérature et sciences humaines, de réfléchir aux moyens de sa propre diffusion, d’examiner les (nouvelles) formes d’écriture entendant transmettre le savoir au grand public. L’invention de ces nouvelles formes et des nouveaux espaces de médiatisation – la « Petite bédéthèque des savoirs » lancée par les Éditions Lombard, les chaînes de youtubeurs pour apprendre l’histoire antique ou la mythologie grecque, etc. – sont-elles des exemples et leviers permettant l’émergence de véritables contre-propositions médiatiques de la part des SHS ? La mise en publicité des savoirs et des résultats de la recherche, leur circulation par des Continuer la lecture de Appel : Nouvelles vulgarisations

Appel : Fantasy victorienne

Revue Fantasy Art and Studies n°4, « Victorian Roots/Racines victoriennes »

Réponses attendues avant le 10 janvier

Dans son ouvrage pionnier dans l’étude de la Fantasy en France (La Fantasy, Paris, Klincksieck, 2007), Anne Besson réfute l’idée selon laquelle la Fantasy serait aussi ancienne que les épopées d’Homère – une idée souvent défendue par les auteurs de Fantasy dans une stratégie de légitimation du genre –, et considère au contraire que le genre n’a commencé à se développer qu’à partir de l’époque victorienne, en Grande-Bretagne. Elle réaffirme cette position dans le MOOC consacré à la Fantasy qu’elle a lancé à l’Université d’Artois, et dont le sous-titre est « De l’Angleterre victorienne au Trône de fer ».

On peut difficilement nier que la Fantasy, comme les autres genres de l’imaginaire, a en effet commencé à émerger pendant l’ère victorienne, une période où le surnaturel fascinait aussi bien les écrivains que les peintres. On peut ainsi voir un lien entre la vogue de la peinture féerique au 19e siècle, étudiée par Nicola Bown Continuer la lecture de Appel : Fantasy victorienne

Julie Demange (doctorante, Paris I Panthéon-Sorbonne)

Doctorante en histoire culturelle à Paris I Panthéon-Sorbonne, au Centre d’histoire sociale du XXe siècle, ma thèse, dirigée par Pascal Ory, porte sur l’émergence de la bédéphilie dans les années 1960-1970 en France.

Je suis parallèlement archiviste (IGE) à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC/Université Paris-Nanterre) où je m’occupe du traitement des archives natives numériques.

En 2017, j’ai eu l’occasion dans le cadre d’une recherche associée à l’Institut Mémoire de l’édition contemporaine (l’IMEC) de participer au classement d’une partie du fonds Francis Lacassin – la partie concernant la bande dessinée.

J’ai auparavant travaillé à la Maison des sciences de l’homme de Dijon sur les archives de la recherche des sciences humaines et sociales ou j’étais chargée de projet au sein du consortium Archives des Mondes Contemporains dans lequel j’ai animé le carnet entre 2014 et 2016 et où j’ai travaillé sur des fonds de chercheurs.

Ma première immersion dans le monde des archives rejoint mes centres d’intérêts, puisque je me suis occupée à La Cité Continuer la lecture de Julie Demange (doctorante, Paris I Panthéon-Sorbonne)