Du rétro au néo, entre nostalgie et réinvention. Objets en mouvement !

 affiche-colloque-gircam

Colloque : Du rétro au néo, entre nostalgie et réinvention. Objets  en mouvement !    

Colloque international organisé par le GIRCAM (UCL) – Gratuit et  ouvert à tous. Inscription souhaitée.

Plus d’informations: https://www.comu.be/comu/services/gircam/

Avec le soutien de l’Institut Langage et Communication de l’UCL et du fonds de recherche de l’UCL-Mons. Continuer la lecture de Du rétro au néo, entre nostalgie et réinvention. Objets en mouvement !

Appel : « Populaire, moi ? »

 

 Le Pardaillan n°3 : Populaire, moi ?

Appel à propositions d’articles, pour le 15 février 2017

Pour son troisième numéro, Le Pardaillan souhaite revenir sur l’épineux adjectif « populaire », et sur les délimitations du champ populaire, pour essayer d’en proposer des éclairages différents. Cet adjectif sert de point d’appui épistémologique, en ce qu’il est constitutif d’une catégorie théorique, alors même qu’il est sémantiquement flottant. Il hérite en effet de tous les jeux polysémiques, rhétoriques et idéologiques du mot « peuple », de la masse indifférenciée aux couches socialement défavorisées, en passant par la communauté souveraine ou encore le populisme… Lourd de toutes ces significations possibles, il s’est constitué comme pôle d’adversativité (le populaire comme polarisation constante du non-populaire), définissant en négatif une « culture légitime ».

Il peut sembler étonnant d’avoir choisi un mot si instable pour désigner une catégorie littéraire et culturelle, d’autant que « le populaire » a la vie dure, malgré les nombreuses expressions de remplacement (paralittérature, culture médiatique…) qui ont pu être proposées. Mais il est possible d’apporter des éclairages à cet usage de l’adjectif « populaire » en se penchant sur des cas-limites, frontaliers. Le fait de prendre la culture populaire comme objet d’étude implique en effet de forger des outils théoriques adaptés, et de réfléchir à ces outils que l’on se crée (comme le fait, par exemple, le dernier numéro de Poétiques comparatistes, « Fictions médiatiques et récit de genre. Pour en finir avec le populaire ? »). Que se passe-t-il lorsque l’on applique ces outils à des objets qui semblent inattendus, car ils n’appartiennent a priori pas au champ du populaire ? Un auteur comme Martial, du fait de son ancienneté et de son genre littéraire, l’épigramme, est aujourd’hui un auteur de spécialistes, relégué au domaine des études littéraires et antiques. Mais que devient ce même Martial lorsqu’on le considère comme populaire au point d’avoir été imité par d’innombrables auteurs jusqu’au XVIIIe siècle, et que devient la notion de « populaire » ainsi employée ? De nombreux auteurs du XIXe siècle, aujourd’hui intégrés au canon littéraire et faisant figure de monstres sacrés, ont publié leurs écrits dans les mêmes circuits de diffusion que la littérature dite populaire, à savoir le feuilleton. Comment articuler ce croisement entre populaire et canon, et comment, peut-être, relire le canon à la lumière de ce mode de diffusion ? Autre forme de croisement possible, la figure de Louis XIV, figure non-populaire au possible, à un certain sens du mot du moins, est aujourd’hui l’un des personnages historiques les plus populaires de la culture médiatique, de la série télévisée à la comédie musicale. Les zones de croisement sont nombreuses, on le voit. Continuer la lecture de Appel : « Populaire, moi ? »

Parution : « En finir avec le populaire ? »

Fictions médiatiques et récits de genre. Pour en finir avec le populaire ? 

sous la direction d’Anne Besson

Lucie Editions, « Poétiques comparatistes », 2016

poetiques-comparatistes

Il s’agit avec ce numéro de mettre en lumière les évolutions rapides des recherches, largement interdisciplinaires, consacrées à la littérature et plus largement à la culture dites « populaires ». Si la transformation du statut – légitimité, valeur – des fictions médiatiques et des récits de genre semble un fait largement acquis dans la sphère socio-culturelle, cet intérêt plus grand entraîne-t-il des travaux renouvelés et donc, peut-on espérer, l’adaptation ou la mise en place des outils critiques adéquats à leur évaluation ? Ce dossier adoptera une perspective résolument méta-critique : chacun des chercheurs sollicités est invité, dans son domaine de spécialité, à faire le point sur ses pratiques et ses méthodes.

Le sommaire contient les contributions de grands spécialistes français et étrangers parmi les plus reconnus du domaine, et donne aussi la parole pour une part significative aux jeunes chercheurs dans un champ dont le dynamisme actuel constitue justement un trait frappant. Continuer la lecture de Parution : « En finir avec le populaire ? »

Parution : « The Newsroom »

The Newsroom de Sorkin. Ou Don Quichotte journaliste
Laure Depretto

Presses Univ. François Rabelais Collection « Sérial »

Comme The West Wing (NBC, 1999-2006) l’avait fait pour la politique, c’est en montrant les mérites et la vertu de celles et ceux qui la font vivre que The Newsroom (HBO, 2012-2014) réenchante une salle de rédaction et, à travers elle, le quatrième pouvoir. Will, Mac, Charlie et les autres se vouent corps et âme à la diffusion d’une information indépendante, refusant les diktats de l’audimat et la recherche du seul profit.
Don Quichotte de l’ère audiovisuelle et numérique, ils défendent un journalisme d’élite qui vise rien moins qu’à réformer la société. La représentation de ces héros à l’ancienne, farouchement attachés Continuer la lecture de Parution : « The Newsroom »