Formes contemporaines de l’imaginaire informatique – Programme

Formes contemporaines de l’imaginaire informatique

 Colloque organisé du 7 au 9 octobre 2015 à l’Université Paul-Valéry Montpellier, dans le cadre des travaux du centre de recherche RIRRA21, par Cédric Chauvin et Éric Villagordo

À l’occasion de ce colloque se tiendra l’assemblée générale 2015 de l’association LPCM

Programme

 

Mercredi 7 octobre

 

 

13h30 Accueil des participants

14h00 Présentation du colloque par Marie-Ève Thérenty, Cédric Chauvin et Éric Villagordo

14h30 Conférence inaugurale d’Isabelle Krzywkowski (Université Stendhal – Grenoble 3), « L’ordinateur n’est pas une machine. À Jean-Pierre Balpe »

 

15h30 Discussion et pause

 

Séance 1. Imaginaire informatique et société

 

16h00 Jean-Paul Fourmentraux (Université Aix-Marseille), « Création numérique et médiactivisme »

16h30 David Peyron (Université Jean Moulin Lyon 3), « L’évolution de la figure du geek dans la fiction populaire »

 

17h00 Discussion

 

 

Jeudi 8 octobre

 

Séance 2. Spatialités cyberpunk

 

9h00 Henri Desbois (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), « Des cités hallucinées à la grille invisible, William Gibson et les métamorphoses du cyberespace »

9h30 Simon Bréan (Université Paris 4 – Sorbonne), « Hanter la machine : reconquêtes de la conscience humaine dans le cyberpunk à la française »

10h00 Isabelle Périer (Université du Maine), « Jouer dans un monde informatisé, ou l’imaginaire informatique dans les jeux de rôle cyberpunk »

 

10h30 Discussion et pause

 

Séance 3. Imaginaire des langages informatiques

 

11h00 Philippe Birgy (Université Toulouse – Jean Jaurès), « Les artifices de la pensée dans Permutation City de Greg Egan »

11h30 Irène Langlet (Université de Limoges), « Code is poetry »

 

12h00 Discussion et pause-déjeuner

 

Séance 4. Images d’hybrides

 

13h30 Bounthavy Corbaux-Suvilay (Université Paul-Valéry Montpellier 3), « L’âme des machines dans The Ghost in the Shell »

14h00 Maxence Duarte (Université de Rouen), « Les super-ordinateurs des comic books américains : de l’homme-machine à l’homme-virtuel »

 

14h30 Discussion et pause

 

 

Séance 5. Imaginaire informatique et représentations du réel contemporain

 

15h00 Florence Thérond (Université Paul-Valéry Montpellier 3), «  L’ordinateur intime »

15h30 Natacha Levet (Université de Limoges), « Polar français et imaginaire informatique »

16h00 Sébastien Candelon (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), « L’évolution de l’informatique dans l’univers terroriste des blockbusters américains »

 

16h30 Discussion et pause

 

17h00 Assemblée générale 2015 de la LPCM

 

19h30 Rencontre avec Claude Ecken et Laurent Genefort, animée par Natacha Vas-Deyres (Université Bordeaux Montaigne) et Olivier Legendre (Librairie Sauramps, Montpellier), suivie d’un banquet (Brasserie Le Dôme, Montpellier).

 

 

 

Vendredi 9 octobre

 

Séance 6. L’éros informatique

 

9h30 Jean-Christophe Valtat (Université Paul-Valéry Montpellier 3), « La M-à-J des femmes : Il grande ritratto (1953), Galatea 2.2 (1995) »

10h Bruno Dupont (Université de Liège), « “KOMM – PROGRAMMIERE MICH / ICH LIEBE DICH !” Sensualité et érotique de l’ordinateur en littérature allemande »

10h30 Anthony Masure (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Pia Pandelakis (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), « Machines désirantes : des sexbots aux OS amoureux »

 

11h00 Discussion et pause

 

Séance 7. Informatique, magie et archaïsme

 

11h30 Anne Besson (Université d’Artois), « « Magie du numérique : l’ordinateur comme boîte à merveilles »

12h00 Arnaud Despax (Université Toulouse – Jean Jaurès), « « Les consoles de l’éternel, à l’ombre des ordinateurs : Les cordelettes de Browser de Tristan Garcia »

 

12h30 Pause-déjeuner

 

Séance 8. Représentations du jeu vidéo

 

14h00 Éric Villagordo (Université Paul-Valéry Montpellier 3), « Les Technopères : la carte informatique, un chemin initiatique »

14h30 Hélène Sellier (Université de Limoges), « Le personnage jeu vidéo dans la littérature contemporaine »

 

15h00 Discussion et pause

 

Séance 9. Réflexivités du jeu vidéo

 

15h30 Thierry Serdane (Université Paul-Valéry Montpellier 3), « The Stanley Parable : questionner une pseudo-liberté »

16h00 Estelle Dalleu (Université de Strasbourg), « hacking > < jeu vidéo »

 

 

16h30 Discussion et clôture du colloque

Dans son ouvrage de 2010, Machines à écrire. Littérature et technologies du XIXe au XXIe siècles, Isabelle Krzywkowski montre comment les objets techniques, d’abord « exclus du champ esthétique », se sont, au cours du XXe siècle, rapprochés du cœur de la création littéraire,
depuis un statut de thème privilégié à l’époque moderniste jusqu’à une complémentarité essentielle dans le cas de la « littérature informatique » ; de façon corollaire, quoique davantage synchronique, de tout récents travaux ont pu mettre au jour des relations dialectiques entre livre et jeu vidéo – d’une légitimation du jeu vidéo par le livre et d’une modernisation du livre par le jeu vidéo, jusqu’à l’avènement de formes tierces, matérielles ou virtuelles, où les deux médias se réinventent réciproquement, et se dépassent (Fanny Barnabé et Björn-Olav Dozo (dir.), Mémoires du livre : livre et jeu vidéo, 2014). C’est dans la continuité de telles entreprises scientifiques que nous proposons de développer une réflexion sur les représentations fictionnelles de l’ordinateur et de l’informatique depuis le début des années 1980 et leurs traitements respectifs ou croisés dans les différents genres et médias susceptibles de les prendre en charge. Une proposition de généalogie de ces représentations permettra de formuler les questions qui seront au cœur du colloque.

Dès l’entre-deux-guerres apparaissent les premiers projets puis réalisations de grands calculateurs électroniques : l’image de l’ordinateur dans la fiction a longtemps été celle d’une machine aussi rare et solitaire qu’inquiétante par l’ampleur mystérieuse de ses capacités totalisantes voire totalitaires – on peut penser à la « Machine » de A. E. Van Vogt dès 1945, dans les romans du Ā, ou à HAL 9000 chez Arthur C. Clarke et Stanley Kubrick en 1968 ; l’ordinateur a alors un nom qui lui est propre, et une autonomie inquiétante. Il semble en revanche qu’à partir du début des années 1980 et l’invention du personal computer, le statut imaginaire de l’ordinateur ait évolué. Dès 1984, dans Le postmodernisme ou la logique culturelle du capitalisme tardif (Beaux-Arts de Paris, 2007, p. 81-83), Fredric Jameson oppose ainsi, d’un côté, une « idolâtrie relativement mimétique des machines du monde futuriste », caractéristique d’un modernisme de l’énergie et de la vitesse, et de l’autre une « machine de reproduction plus que de production », « l’ordinateur, dont la coquille extérieure n’a de pouvoir ni emblématique ni visuel ». À ce premier aspect neutre et familier, celui du “dehors” de l’objet informatique, Jameson associe une seconde valeur opposée, celle de l’opacité du “dedans” : de fait, au début des années 80, l’informatique rejoint notre quotidien, et dans Tron (Steven Lisberger et Bonnie McBird, 1982) et la littérature cyberpunk, l’homme plonge dans l’ordinateur. Or pour Jameson, de telles œuvres visent à « capter les réseaux du processus reproductif » opéré par chaque ordinateur puis par les ordinateurs entre eux : il identifie alors « un sublime technologique ou postmoderne », où la complexité des entrailles de la machine nous renvoie à « nos représentations défectueuses d’un immense réseau communicationnel et informatique », celui du « capitalisme multinational actuel ». Depuis l’écriture de ce texte en 1984, il semble encore que, d’une surface lisse dissimulant des profondeurs insondables, la technologie numérique, sortant de l’ordinateur, se soit comme étendue de façon invisible à tout notre habitat : l’humanité occidentale, comme aspirée par la machine, évoluerait ainsi dans un monde devenu informatique ; corollairement, les sujets trouveraient dans la « toile » un espace où projeter leur intériorité et multiplier leurs expériences.

Trois faisceaux de questions peuvent être dégagés des trois temps évoqués précédemment – temps qui sont plutôt, sans doute, des facettes d’un même objet. L’ordinateur-personnage de jadis a-t-il bel et bien perdu de son autonomie pour se fondre dans le décor, ou reste-t-il singularisé, selon des fonctions narratives, des propriétés visuelles ou descriptives et des caractérisations axiologiques qu’il s’agira le cas échéant de définir ? On songe autant aux figures traditionnellement menaçantes de l’ordinateur central dans le bref récit graphique Le rêveur de Caza en 1981 ou de SHODAN dans System Shock 1 et 2 (Looking Glass Studios, 1994-1999), qu’à la « neuromatrice » davantage ambiguë des Racines du mal de Maurice G. Dantec en 1995 – voire aux logiciels amoureux du film Her de Spike Jonze, en 2014… Ensuite, les œuvres de fiction font-elles écho à la thèse, proposée par Jameson, d’un vertige face à la complexité informatique vue comme figure de « la totalité impossible du système-monde contemporain » ? Alors que la saga graphique Les technopères de Jodorowsky, Janjetov et Beltran (1998-2006) met en scène l’informatique des jeux vidéo comme possible arme d’ascension sociale par le biais d’une nouvelle religion des mondes virtuels, dans La théorie de l’information d’Aurélien Bellanger en 2012 l’exploitation intensive de Wikipedia (comme dans La carte et le territoire de Michel Houellebecq en 2010) sert la description des milieux économiques responsables du développement tentaculaire de l’informatique contemporaine. Comment, enfin, les figures d’un milieu informatique où chacun d’entre nous se trouverait aujourd’hui immergé (chez Greg Egan ou dans Matrix [Wachowski, 1999], volontairement ou non, les humains migrent dans la machine), et réinventerait son identité autant que ses relations à autrui (Véronique Taquin, dans Un roman du réseau en 2011, décrit la multiplication des biographies individuelles sur internet), se trouvent-elles disposées ?

De façon complémentaire et davantage théorique, il s’agira d’envisager la représentation de l’imaginaire informatique selon les fonctions qu’elle occupe spécifiquement, autant que de façon comparative, dans chaque genre ou média. Trois exemples : on pourra problématiser l’hypothèse de départ d’une relation d’altérité où le roman se penserait en creux – Pierre Bordage, en 2002-2003, oppose transmission orale des Griots célestes et vampirisme encyclopédique de l’ordinateur PRIMA ; on pourra au contraire étudier des stratégies d’autoréférentialité par métonymie où le jeu vidéo réfléchirait son propre gameplay – ainsi, exemplairement, des jeux fondés sur le hacking, d’Uplink en 2001 à Watch Dogs en 2014 ; le statut des images de l’ordinateur en bande-dessinée pourra encore être approché de façon tensionnelle depuis le carrefour où elle semble se situer – entre héritage des représentations d’objets techniques dans l’histoire de l’art du XXe siècle, et expression des imaginaires narratifs et culturels les plus populaires, science-fictifs en particulier. Ces pistes ne doivent pas être vues comme restrictives ; d’autres types d’interrogation pourront être envisagés, dans d’autres genres fictionnels, et d’autres médias. L’analyse d’objets transmédiatiques sera enfin la bienvenue : elle permettra la mise en regard de traitements distincts au sein d’un même dispositif.

Contacts: Cédric Chauvin (cedric.chauvin@univ-montp3.fr) et Éric Villagordo (eric.villagordo@univ-montp3.fr).

Parution: George Sand, La Famille de Germandre

La Famille de Germandre

George Sand
Œuvres complètes
sous la direction de Béatrice Didier
1861
La Famille de Germandre
Édition critique par Dominique Laporte
No 142. 2014. 1 vol., 328 p., relié, 15 × 22 cm. ISBN 978-2-7453-2297-5. 80 €

Inspiré d’une pièce de George Sand, L’Homme de campagne (1860), La Famille de Germandre (1861) raconte une succession testamentaire opposant après la Révolution les deux branches d’une famille aristocratique, dont l’une s’est mésalliée avec la paysannerie. Ne pouvant plus invoquer le droit d’aînesse, la branche restée noble se mesure à l’autre dans un contexte où le mérite de l’individu prime sa naissance. Grâce à ses qualités naturelles et à ses connaissances numismatiques, seul celui s’étant mésallié, l’homme de campagne, réussit l’épreuve imposée aux prétendants à l’héritage : l’ouverture d’un coffre dont le sphinx décoratif emblématise le passage de la mort (l’Ancien Régime) à la vie (l’après-Révolution). Il n’empêche que le chassé-croisé sentimental entre les deux branches familiales concilie idéalement la tradition aristocratique avec les promesses d’une régénération républicaine.

Dominique Laporte enseigne à l’Université du Manitoba (Canada). Il a publié des articles sur le roman et le théâtre français du XIXe siècle. Il poursuit des recherches sur la littérature populaire et les relations France-Canada français.

After the Revolution, in a context where individual worth trumps birth, two branches of an aristocratic family (one of which has contracted a misalliance with the peasantry) are vying for an inheritance. The
novel ultimately manages to concile aristocratic tradition and the promise of republican regeneration.

Philoséries : Journée d’étude Dollhouse, 8 juillet, Paris 1

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UFR de Philosophie

EA PhiCo Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne – EXeCO Expérience et Connaissance

Philoséries « Philosopher avec les séries télévisées »

Journée d’étude Dollhouse

8 juillet 2014, ISCC, 20 rue Berbier-du-Mets, Paris 13e

Programme Continuer la lecture de Philoséries : Journée d’étude Dollhouse, 8 juillet, Paris 1

Parution: The French Comics Theory Reader (Ed. Ann Miller – Bart Beaty)

leuven

The French Comics Theory Reader

Edited by Ann Miller and Bart Beaty
Leuven University Press
€ 59,00, ISBN 9789058679888, paperback, 334 p., English
Key French-language theoretical texts on comics translated into English for the first time

The French Comics Theory Reader presents a collection of key theoretical texts on comics, spanning a period from the 1960s to the 2010s, written in French and never before translated into English. The publication brings a distinctive set of authors together uniting theoretical scholars, artists, journalists, and comics critics. Readers will gain access to important debates that have taken place among major French-language comics scholars, including Thierry Groensteen, Benoît Peeters, Jan Baetens, and Pierre Fresnault-Deruelle, over the past fifty years. The collection covers a broad range of approaches to the medium, including historical, formal, sociological, philosophical, and psychoanalytic. A general introduction provides an overall context, and, in addition, each of the four thematic sections is prefaced by a brief summary of each text and an explanation of how they have influenced later work. The translations are faithful to the originals while reading clearly in English, and, where necessary, cultural references are clarified.

Contributors
Jan Baetens, † Gérard Blanchard, Luc Boltanski, Sylvain Bouyer, Philippe Capart, Erwin Dejasse, Pierre Fresnault-Deruelle, † Jean-Claude Glasser, Thierry Groensteen, Manuel Hirtz, † Francis Lacassin, Bruno Lecigne, Pascal Lefèvre, Jean-Christophe Menu, Harry Morgan, Pascal Ory, Benoît Peeters, Jacques Samson, Barthélémy Schwartz, Michel Serres, Thierry Smolderen, Pierre Sterckx, Jean-Pierre Tamine, Serge Tisseron

Roudier Luce (élève à l’ENS Ulm)

 

Luce Roudier

Elève normalienne

Publication :

« Roman populaire et (dés)engagement : la violence politique désactivée chez Michel Zévaco », in Le Rocambole, n°73 « Héros illustres et illustrés populaires », pp. 101 à 111.

 “Michel Zévaco, entre histoire romancée et anarchie historique”, in Ecrire l’Histoire avec des “si”, Florian Besson et Jan Synowiecki dir., Editions de la rue d’Ulm, 2015

2016 : Agrégation de Lettres Modernes (3ème)

Directrice des publications aux Editions La Taupe Médite

2015 : Secrétaire générale et fondatrice du Centre International Michel Zévaco.

Master 2 en Théorie de la Littérature, cohabilité Ulm/EHESS/Paris IV, sous la direction de Judith Lyon-Caen. Mémoire : La Fabrique Zévaco, manufacture de l’écriture

2014 : Master 1 en Théorie de la Littérature, cohabilité Ulm/EHESS/Paris IV, sous la direction de Judith Lyon-Caen.

Mémoire : Michel Zévaco. Ecrire l’Histoire.

2012 : Admission au concours de l’ENS Ulm.

2009-2012 : Hypokhâgne et Khâgne A/L, lycée Louis le Grand, Paris.

Obtention d’une double licence en Lettres Classiques et en Philosophie.

2009 : Baccalauréat littéraire avec Félicitations du Jury, lycée Louis le Grand, Paris.

Présentation du Concours Général de Philosophie.

Appel: La littérature en écho. Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle

presse

La littérature en écho. Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle

Projet de colloque à l’Université Paris 13, premier trimestre 2015.

Organisatrices : Elina Absalyamova et Valérie Stiénon (Université Paris 13 – Pléiade)

 

Époque d’affirmation de la lecture individuelle et de la lecture publique, le XIXe siècle est le témoin de la massification du lectorat, d’une évolution significative de son alphabétisation et de son extension à de nouvelles catégories de personnes : ouvriers, femmes, enfants. Continuer la lecture de Appel: La littérature en écho. Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle

Philoséries « Philosopher avec les séries télévisées » – Épisode n°6 : Lost in philosophy

Lost-small
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UFR de Philosophie
EA PhiCo Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne – EXeCO Expérience et Connaissance
ANR Pouvoir Des Arts
Philoséries « Philosopher avec les séries télévisées »
Épisode n°6 : Lost in philosophy
4-5 juillet 2014, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UFR de philosophie, 75005 Paris
Avec le soutien du Conseil scientifique de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Entrée libre

Le cycle de colloques « Philosopher avec les séries télévisées » se propose d’analyser chaque fois une série télévisée déterminée, sur un mode à la fois monographique et interdisciplinaire. Pour 2014, nous souhaitonsnous pencher sur la série de J. J. Abrams, Damon Lindelof et Carlton Cuse intitulée Lost (2004-2010). Encontinuité avec les précédents épisodes Philoséries, ce colloque doit s’entendre comme d’abord philosophique, tout en étant largement ouvert aux autres champs de recherche du moment qu’ils contribuent à répondre à la question qui sert de fil conducteur à l’ensemble du cycle Philoséries : dans quelle mesure la série télévisée fictionnelle peut nous aider à mieux philosopher sur le monde, à mieux le comprendre, à mieux exister en lui ?

 

Vendredi 4 juillet (salle D620, 1 rue Victor Cousin, esc. L, RDC)

10h00 Accueil

10h10 Introduction (Sylvie ALLOUCHE et Sandra LAUGIER)

10h20 Lost in context (présidence : Delphine LEMONNIER)

Conférence plénière : Sarah HATCHUEL (Université du Havre) et Randy LAIST (Goodwin College)  “Lost : une « romance » shakespearienne ?”

Anne BESSON (Université d’Artois) “Alias et Lost : Abrams ou le mélange des genres”

Ophir LEVY (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) “La Dharma Initiative (ou boucle étouffante du même)”

12h40 Pause

14h10 Lost, l’expérience et l’éthique (présidence : Sylvie ALLOUCHE)

Louis-Paul WILLIS (Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue) “Penser l’altérité avec  Lost : Foucault, Lacan et la médiation du regard”

Vanessa NUROCK (Université Paris 8) “Lost et l’expérience psychologique”

Sandra LAUGIER (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IUF) “Lost comme expérimentation éthique”

16h10 Pause

16h20 Doute et réalité dans Lost (présidence : Vanessa NUROCK)

Guillaume DULONG (Université Bordeaux 3) “4 8 15 16 23 42 – Reboot l’opposition croire/savoir – À propos de Lost saison 2 (2005-2006)”

Delphine LEMONNIER (Université Rennes 2) “Mise en question du récit, mise en question du réel : la déréalisation dansLost, une analyse de « Dave » (saison 2, épisode 18)”

Bertrand NOUAILLES (Université Clermont-Ferrand 2) “Hurley : le destin d’une figure stoïcienne”

Samedi 5 juillet (salle Lalande, 17 rue de la Sorbonne, esc. C, 1er étage)

10h00 Accueil 

10h10 Lost, métaphysique et métafiction (présidence : Sarah HATCHUEL)

Claire CORNILLON (Université Paris 13) “Lost, fiction kaléidoscopique”

Florent FAVARD (Université Bordeaux 3) “You can let go, now : quête de sens et clôture narrative ambiguë dans Lost

Thibaut de SAINT MAURICE (Lycée Gustave Eiffel, Rueil-Malmaison) “Lost : un laboratoire de métaphysique appliquée”

12h10 Pause

13h40 Le temps de Lost (présidence : Thibaut de SAINT-MAURICE)

Vladimir LIFSCHUTZ (Université Lyon 2) “La fin de Lost : jonction du temps et discours intemporel”

Frédéric BISSON (Multitudes) et Pascal COUTÉ (Université de Caen) “Temps actuel et temps virtuel dans Lost

15h Pause

15h10 Spectateurs de Lost (présidence : Sandra LAUGIER)

Hugo CLÉMOT (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) “La fin de Lost, le paradoxe des séries et l’expérience esthétique”

Conférence plénière : Pacôme THIELLEMENT “L’Automne du Monde : Lost et la formation du spectateur-prêtre des derniers temps”

16h50 Conclusion 

Comité scientifique : Sandra Laugier (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, IUF), Sylvie Allouche (Université de Technologie de Troyes), Sarah Hatchuel (Université du Havre), Delphine Lemonnier (Université Rennes 2)

Site principal : http://philofictions.org

Autres sites et pages web : http://philoseriestv.wordpress.comhttps://plus.google.com/116142832909151168565,https://www.facebook.com/philoseries

 

Pour rester informé de la recherche sur les séries :

Liste de diffusion et de discussion : http://fr.groups.yahoo.com/group/philoseries

Calendrier https://www.google.com/calendar/embed?src=recherche.series%40gmail.com

Contact : allouche.sylvie@gmail.com