CFP : A long way to the top: The production and reception of music in a globalized world

A long way to the top: The production and reception of music in a globalized world, Erasmus University Rotterdam, the Netherlands, 6-7 November 2014

Together with the International Association for the Study of Popular Music and Tilburg University we are organizing an international conference on popular music at Erasmus University titled:

A long way to the top: The production and reception of music in a globalized world

Erasmus University Rotterdam, the Netherlands, 6-7 November 2014

Keynotes by John Street and Fabian Holt

 

AIM

Once upon a time, a famous rock ‘n’ roll group sang about what it means to play in a music band. In their lyrics they touch upon the role of the music industry (‘getting sold’), the difficulties of a musical career  (‘under-paid’ and ‘getting grey’) and music consumption (‘if you wanna be a star’), while celebrating music for music’s sake. As such, this song addresses many issues in the production and reception of popular music in the contemporary globalized world. Yet, recent developments in the field of music have changed the ‘way to the top’, such as governmental policy on music, the rise of new media, and the growing number of music festivals. Focusing on a select number of interrelated themes, this conference aims to bring together scholars from various countries each with their own perspective to engage in an international exchange of ideas and current research insights about music production and reception.

 

THEMES

Regarding the production of music, we aim for papers on – but not strictly limited to – these themes:

  • Music industries and scenes: for example, what challenges are music industries facing in the 21st century? How have their business models changed over the last decade? To what extent is music increasingly produced within translocal and virtual scenes outside of traditional music industries?
  • Careers in pop music: for example, to what extent have artist labor markets changed over the last decades? Have music careers become longer and more flexible? What factors determine success?
  • Pop music policy: for example, to what extent and why do government organizations (national and local) fund what types of music? How are pop musicians promoted abroad and for what reasons? What role does music play in urban development and city branding?
  • New media and pop music: for example, how have streaming services changed music industries?   Did social media affect the marketing of pop music? How do (online) consumer critics affect sales?

Regarding the reception of music, we aim for papers on – but not strictly limited to – these themes:

  • Pop music consumption and identity construction: for example, how important is pop music in processes of bounding and bridging social groups and group identities? How do music fans use the Internet in processes of meaning-making and sacralization?
  • Music performance, festivals and rituals: for example, how can music performances achieve intended transformative effects? How are they clustered in a particular period of time at a particular place? How can we explain the growing popularity of music festivals among international audiences?
  • Pop music, political activism and social movements: for example, what role does pop music play in social change? How politically engaged are pop musicians and what topics do they address?
  • Popular music heritage and tourism: for example, how and which pop music is being canonized? How does this relate to generational conflict, feelings of nostalgia and authenticity?

 

INSTRUCTIONS

Please send your abstract of 400 words in English (including a research question, theory and methodology) together with a short biography (100 words), including name, institutional affiliation and position, phone number, postal and e-mail addresses, to:  iaspmconference@eshcc.eur.nl

Abstract deadline: 1 June, 2014. Participants will receive notifications of acceptance by 1 August, 2014.

If you have any questions, don’t hesitate to contact us:

E-mail:  iaspmconference@eshcc.eur.nl

WWW: www.eshcc.eur.nl/iaspmconference

www.facebook.com/alongwaytothetop

 

MUSIC MATTERS MASTER CLASS!  (5 November)

Are you a PhD student? Then definitely consider joining one day earlier to take part in the very first Music Matters Master Class. This master class is hosted in Tilburg as a prelude to the conference in Rotterdam (just 45 min. by train). Also if you can’t make the conference, but would like to discuss your work in an inspiring setting: continue reading! We aim to get together a group of PhD students who conduct research on music and meaning making in the broadest sense. Think of topics such as music in relation to identity formation, rituals, tourism, festivals, and urban and social development: but the scope of the master class is certainly not limited to these topics. We invite proposals that deal with both popular and classical music. We will be asking at least two conference speakers to host the master class.

Please e-mail your proposal to Lieke Wijnia (TiU): l.wijnia@tilburguniversity.edu

 

EVENING SYMPOSIUM ON RACE/ETHNICTY AND MUSIC    (5 November)

In addition, there will be an evening symposium on race/ethnicity and music at Erasmus University Rotterdam which is open to all conference and master class participants. We also welcome abstracts on this topic. This event is linked to the research project Elvis has finally left the building? Boundary work, whiteness and the reception of rock music in comparative perspective (www.elvishasfinallyleft.com). More details will be announced on the conference website and Facebook page as well as in the conference program.

Publication : Le mélodrame filmique revisité / Revisiting Film Melodrama, Dominique Nasta, Muriel Andrin et Anne Gailly (dit/eds)

Nasta, Dominique ; Andrin, Muriel ; Gailly, Anne (dir./eds.), Le mélodrame filmique revisité / Revisiting Film Melodrama, Peter Lang, 2014, coll. : Repenser le cinéma / Rethinking Cinema vol. 5

Nasta, Dominique ; Andrin, Muriel ; Gailly, Anne (dir./eds.),

Le mélodrame filmique revisité / Revisiting Film Melodrama, Peter Lang, 2014, coll. : Repenser le cinéma / Rethinking Cinema vol. 5.

ISBN 978-2-87574-136-3 br.  (Softcover)

ISBN 978-3-0352-6400-5 (eBook)

 

Dans une confrontation inédite des approches francophones et anglo-saxonnes signées par des experts internationalement reconnus aussi bien que par de jeunes chercheurs, Le mélodrame filmique revisité propose d’ouvrir le champ d’études vers de nouvelles perspectives historiques et esthétiques. En effet, le mélodrame souffre, depuis ses débuts cinématographiques, d’une exploitation péjorative qui restreint le « mode mélodramatique » à la manipulation des émotions du public et à une representation excessive sur le plan esthétique. Minimisé, expédié, ce genre mérite pourtant d’être enfin l’objet d’une revalorisation à travers des approaches innovantes et un corpus élargi à la télévision, l’animation et l’internet.

Revisiting Film Melodrama brings forth pioneering French and English speaking approaches from internationally known experts as well as by young researchers, aiming to broaden the research area through new historical and aesthetic perspectives. Indeed, film melodrama has too often been under-estimated, most surveys having essentially focused on the audience’s emotions and on excessive representations, often neglecting the complexities of the «melodramatic mode». More than ever, melodrama as film genre requires a comprehensive, multi-layered re-appraisal which includes references to the genre at work on television, animation and the internet.

 

Contenu/Content:

Thomas Elsaesser: Le mélodrame: entre globalisation de l’empathie et standardisation de l’intime

Jean-Loup Bourget: Mélodrame et théorie des modes

Sabine Lenk / Frank Kessler: Aspects du mélodramatique dans le cinéma des premiers temps

Marc Vernet: Les formes mélodramatiques du temps de la Triangle (1913-1919)

Anke Brouwers: The Original Serial Queen. Capitola Black and the Serial Queen of the 1910s

Anne Gailly: Doux Jésus ! Prolégomènes à une sous-catégorisation générique: Le mélodrame de l’Enfance (Pathé, 1900-1913)

Tom Paulus: The Melodramatic Moment as Allegory in Griffith’s Biograph Films

Laurent Guido: «Captiver» au lieu de «paralyser». Henry Albert Philipps, pourfendeur des excès mélodramatiques au cinéma

Natalia Noussinova: Kean d’Alexandre Volkov: intertextualité et mélodrame

Jean-Marc Leveratto: Queen Elizabeth (1912), le mélodrame et la formation du feature film

Pierre Arbus: Le mélodrame chez Pagnol: une arme idéologique

Katalin Por: Interaction des pôles créatifs dans le mélodrame hollywoodien au départ de pièces hongroises

Christophe Damour: Deux visages du jeu mélodramatique au cinéma: Garbo et Kidman

Stefania Giovenco: L’amorosa menzogna: Novelization and Melodrama in the 1950s Italian Cinema

Elena Dagrada: À revisiter ? Mélodrame, néoréalisme et Rome, ville ouverte de Roberto Rossellini

Christian Viviani: Correspondances élémentaires: universalité du mélodrame

Olga Kourelou: 1960s Greek Meló: A Despised Genre

Mathias Lavin: Amour en perdition. Le moment mélodramatique dans l’œuvre de Manoel de Oliveira

David Asenjo Conde: Mélodrame maternel et exode rural. Analyse, production et réception critique de La Aldea Maldita (1930) et Solas (1999)

Nevena Daković: National Melodrama: Melodrama, Revolution, Nation

Jane Gaines: 4 Months, 3 Weeks, and 2 Days. Where is Marxism in Melodrama Theory?

Pierre Véronneau: La mauvaise réputation et le malaise de l’histoire. Le mélodrame québécois des années 1940-1950

Jean Bruce: Ethnography, Melodrama, Multiculturalism: Atanarjuat – The Fast Runner

Julie Amiot-Guillouet: Quand le cinéma «sombre» dans le mélodrame. Le genre comme critère de dévalorisation dans la critique cinématographique mexicaine et cubaine. Étude de cas

Carrie Tarr: Melodrama, Modernity and National Identity in the Films of Viet Linh

Ira Bhaskar: Trauma, Melodrama and the Production of Historical Affect. Indian Cinema and the Figuration of The Partition and the Contemporary Communal Riot

Philippe Ortoli: Problématique de la compassion. La trilogie de la vengeance de Chan-wook Park comme exploration des vertus cathartiques du mélodrame cinématographique

Antoine Gaudin: Les «mélodrames gangstéristes» américain des années 1990. Formes pathétiques de la romance et de l’affect amoureux masculin

Eric Dumont: Cinématoscopie mélodramatique du réel: le cas de Satoshi Kon

Jean-Pierre Esquenazi: Métamorphoses du mélodrame. L’exemple de la télévision américaine contemporaine

Pierre-Olivier Toulza: Le mode mélodramatique dans les séries télévisées américaines contemporaines. 24h Chrono et Veronica Mars

Pascal Lefèvre: «My God! Your life is like a soap opera!» The Complex and Paradoxical Universe of the Soap: The Bold and the Beautiful – Laurent Jullier: «I did not cry, but I sighed a lot». Users Reviews of Hollywood Melodramas on IMDb.

 

Dominique Nasta is Film Studies Professor at the Université Libre de Bruxelles, where she chaired the Film Department from 1990 to 2010. She is the author of Meaning in Film: Relevant Structures in Soundtrack and Narrative (1991) and the co-author of New Perspectives in Sound Studies (2004). Her latest book isContemporary Romanian Cinema: The History of an Unexpected Miracle (2013).
Muriel Andrin est Présidente de filière et enseigne au sein du Master en études cinématographiques de l’Université Libre de Bruxelles. Elle est l’auteure de Maléfiques. Le Mélodrame filmique américain et ses héroïnes (2005) ainsi que co-éditrice de Femmes et critique(s) (2009) et de Pratiques de l’intime – écrire, filmer et commenter la sexualité au féminin (2012).
Anne Gailly est assistante au sein du Master en études cinématographiques de l’Université Libre de Bruxelles. Sa recherche doctorale définit les caractéristiques du « mélodrame de l’Enfance » dans les productions françaises réalisées entre 1900 et 1920. Son intérêt porte également sur le mélodrame contemporain et sur les cinéastes belges de l’époque du muet.

Publication : Character and Person, John Frow

John Frow, Character and Person, Oxford University Press, 2014.

Fictional character is an ontologically ambivalent category — at once a formal construct and a quasi-person — which lies at the heart of the life of textual fictions of all kinds. Character and Person explores that ambivalence by investigating not only the kinds of thing that character is but how it works to engage readers and the range of typologies through which it has been constructed in very different periods, media, and genres. John Frow seeks to explore the ways in which character is person-like, and through that the question of what it means to be a social person. His focus is thus on the interaction between its two major categories, and its method involves a constant play back and forth between them: from philosophical theories of face to an account of the mask in the New Comedy; from an exploration of medieval beliefs about the body’s existence in the afterlife to a reading of Dante’s Purgatorio; from the history of humoral medicine to the figure of the melancholic in Jacobean drama; and from Proust and Pessoa to cognitive science. What develops from this methodological commitment to fusing the categories of character and person is an extended analysis of the schemata that underpin each of them in their distinct but mutually constitutive spheres of operation.

Table of contents

Preface
1: Figure
2: Interest
3: Person
4: Type
5: Voice
6: Name
7: Face
8: Body

Link : http://ukcatalogue.oup.com/product/9780198704515.do

John Frow, Professor of English, University of Sydney

John Frow is currently Professor of English at the University of Sydney and an Australian Research Council Professorial Fellow; he was previously Professor of English Language and Literature at the University of Melbourne and the Regius Professor of Rhetoric and English Literature at the University of Edinburgh, and has held visiting professorships at the University of Minnesota, the University of Michigan, Wesleyan University, the University of Chicago, New York University, and Goldsmiths College London. He is the author of Marxism and Literary History(1986), Cultural Studies and Cultural Value (1995), Time and Commodity Culture (1997), Accounting for Tastes: Australian Everyday Cultures (with Tony Bennett and Michael Emmison, 1999), Genre (2006), and The Practice of Value (2013). He edited Australian Cultural Studies: A Reader with Meaghan Morris (1993), and with Tony Bennetthe Sage Handbook of Cultural Analysis (2008).

Parution: Vittorio Frigerio, La Littérature de l'anarchisme

Vittorio Frigerio

La littérature de l’anarchisme

Anarchistes de lettres et lettrés face à l’anarchisme

ELLUG, « Archives critiques », 2014

 

L’anarchisme a entretenu des rapports complexes et constants avec le monde des lettres depuis sa toute première apparition sur la scène politique. Au-delà de la période de la fin du siècle, marquée par les attentats à la bombe qui ont inscrit le fantasme de l’anarchiste dynamiteur dans l’imaginaire du grand public, et au-delà des rapports avec le symbolisme et les avant-gardes poétiques, auxquels on a souvent réduit l’influence de l’anarchisme dans la sphère littéraire, ce livre propose de redécouvrir les productions variées des auteurs qui ont mis leur plume au service du drapeau noir, de 1848 jusqu’à la fin des années 1930. À travers nombre de sources inédites et avec une attention particulière à la création et aux débats littéraires véhiculés par les nombreux journaux et périodiques de la presse militante, sont ainsi examinés les rapports des anarchistes avec les grands mouvements littéraires de l’époque (romantisme, réalisme, naturalisme, symbolisme) et la conception anarchiste de la culture et de l’éducation. On explore les œuvres des auteurs appartenant au monde de la culture officielle qui ont mis en scène des anarchistes dans leurs romans – dont Anatole France, Montherlant, Ernest Psichari, Villiers de l’Isle-Adam, Roland Dorgelès et d’autres encore – pour passer ensuite aux littérateurs proches de l’anarchisme ou actifs dans le mouvement. Reviennent alors les noms de plusieurs écrivains ayant joui en leur temps d’une certaine notoriété – Han Ryner, J. H. Rosny aîné, Jules Lermina, Jehan Rictus –, et ceux de quantité d’autres – Brutus Mercereau, Fernand Kolney, Henri Rainaldy, K. X. et de nombreux nouvellistes –demeurés presque totalement inconnus en dehors des cercles libertaires. Se dessine ainsi l’esquisse d’un milieu vivant à la culture riche et diversifiée, sur un arc temporel bien plus long que celui à l’intérieur duquel on a généralement tendance à la limiter.

Appel à communications: "L’âge d’or. Médias, mémoires et nostalgies"

Appel à communications

« L’âge d’or. Médias, mémoires et nostalgies« 

journée d’études qui se tiendra à Paris le vendredi 12 septembre 2014. 


source : gallica.bnf.fr
Journée d’études co-organisée par le French Media Research Group (Newcastle University), le CHCSC (Université Versailles Saint-Quentin en Yvelines) et le GRIPIC (Celsa Paris-Sorbonne)

Les propositions de communication (500 mots environ) accompagnées d’une présentation de l’auteur doivent être adressées à Emmanuelle Fantin (emmanuellefantin@gmail.com) et Thibault Le Hégarat (thibault.lehegarat@gmail.com), avant le 20 mai 2014.

La journée d’études se tiendra à la Maison de la Recherche de l’Université Paris-Sorbonne le vendredi 12 septembre 2014.

Comité d’organisation :
Emmanuelle FANTIN, GRIPIC, Celsa Paris-Sorbonne
Thibault LE HEGARAT, CHCSC, Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

Télécharger le texte de l’appel [PDF – 35 Ko]

Définissant la nostalgie comme le « beau regret du passé », les historiens du culturel[1] rappellent la double portée de la notion : tout en continuant de faire référence à son sens originel, celui de la peine causée par un espace perdu, la nostalgie renvoie désormais davantage au regret « d’un temps qui ne reviendra plus ». Exprimant une forme de remémoration et de regard porté sur le passé, la nostalgie a trouvé dans le champ médiatique un espace d’expression privilégié. Par l’étude de ces discours, il nous est possible de constater la diversité des formes du sentiment nostalgique et de son expression. On pense par exemple au mouvement rétro[2] dont les médias se nourrissent tant dans leurs contenus que dans leurs formes, oscillant entre pastiche, hommage et recyclage. Quels sont les dispositifs médiatiques à l’œuvre pour soulever le sentiment nostalgique, et comment les analyser ? Pour Svetlana Boym[3] et Hartmut Rosa[4], la nostalgie est l’une des composantes inhérente au progrès et à la modernité. La banalisation du sentiment nostalgique dans les médias doit-elle alors être comprise comme un biais incontournable de l’appréhension médiatique du passé? Par ailleurs, la nostalgie s’insère dans le chantier plus large de l’étude des discours mémoriels dans les productions médiatiques.

Les multiples liens entre médias et mémoire ont déjà été explorés dans de nombreuses études. Dans ses travaux, l’historienne Isabelle Veyrat-Masson[5] a successivement analysé l’histoire à la télévision française et les affrontements mémoriels dans les médias. Katharina Niemeyer[6] a quant à elle posé la question de l’écriture de l’histoire dans et par la télévision, interrogeant en particulier les commémorations d’événements. Nourrie des écrits fondateurs de Pierre Nora[7] sur la mémoire, elle envisage le journal télévisé comme un « lieu-de-mémoire-en-mouvement ». Loin d’être de simples vecteurs du passé, les médias seraient de véritables « opérateurs de mémoire »[8], des interprètes contribuant à la constitution des représentations collectives du passé, et en mesure de concourir à la mythologisation du passé.

Dans le sillon de ces études, nous souhaitons prolonger la réflexion sur les interactions entre médias, mémoires et nostalgies autour de la notion spécifique de l’âge d’or. A l’origine, il désigne le mythe du premier âge de l’humanité relaté par Hésiode, âge caractérisé par un imaginaire de paix et de bonheur insubmersibles. L’étonnante plasticité de ce mythe lui a permis, traversant le temps et les traditions, de se muer en lieu commun pour qualifier une période d’apogée révolue, source immuable d’idéalisation et de sentiment nostalgique. L’âge d’or est donc toujours construit a posteriori : il sous-tend en creux une rupture avec le temps présent habitée par l’idée d’un appauvrissement, d’un déclassement par rapport au passé.

L’enjeu de cette journée d’étude sera donc d’interroger les processus médiatiques d’idéalisation du passé : l’âge d’or pourra être compris comme une modalité spécifique de la nostalgie dans et par les médias. Certaines représentations médiatiques du passé tendent en effet à mythifier des périodes historiques ; il s’agit de fait d’une forme de sélection et de construction mémorielle qui repose sur une perception sublimée du passé. Ces discours et mises en scène se déploient à travers des leviers rhétoriques et esthétiques de glorification du passé, contribuant ainsi à la diffusion et la popularisation de ces intangibles âges d’or. Ces mythes d’âges d’or peuvent se rapporter à une période tout entière – les Trente Glorieuses, La Belle Epoque, les années folles, etc. –, à des objets et des pratiques médiatiques plus spécifiques – l’âge d’or de la presse quotidienne ou de la radio familiale –, ou à des courants culturels et à leur production – l’âge d’or du cinéma hollywoodien, du roman populaire ou de la fiction historique à la télévision.

L’âge d’or peut être appréhendé à travers diverses approches conceptuelles. Se pose en premier lieu la question des enjeux sous-tendus par le recours à un passé magnifié. Ce regard spécifique porté sur le passé émane-t-il d’un jugement critique du temps présent et d’une méfiance envers le futur ? Les mass medias seraient-ils un lieu privilégié de l’expression de mythes de l’âge d’or ? Les médias instrumentalisent-ils les âges d’or pour asseoir leurs propres légitimations ? Est-il possible d’identifier des groupes porteurs de ces mémoires idéalisées de temps passés, et quels sont les modalités et les objectifs de leurs constructions mémorielles ? La variété des représentations et des dispositifs nostalgiques invite également à d’interroger sur les mécanismes et les processus dont il est fait usage : quelles sont les rhétoriques discursives et médiatiques à l’œuvre ? Est-il possible de définir les pratiques nostalgiques de l’âge d’or dans et par les médias ?

Cette journée d’étude consacrée à l’âge d’or dans les médias souhaite ouvrir la discussion à toutes les formes médiatiques – de l’information à la fiction – ainsi qu’à tous les supports. Les productions contemporaines seront interrogées, en remontant jusqu’au début du XXe siècle. Les périodes représentées, en revanche, peuvent être plus lointaines; nous espérons recueillir des propositions couvrant au moins les XIXe et XXe siècles – la Belle Epoque constitue un exemple pertinent de remémoration idéalisée a posteriori d’une époque révolue.

> Axes thématiques suggérés :

– Représentations et reconstructions idéalisées du passé dans et par les médias
– Les « formats » de l’âge d’or : anthologies, commémorations, souvenirs médiatiques…
– Les dispositifs et processus nostalgiques dans les médias
– Les enjeux et stratégies médiatiques d’invitation à la nostalgie d’un âge d’or
– L’âge d’or des médias : âge d’or du cinéma, de l’affiche publicitaire, de la télévision, etc.

Comité scientifique

Karine BERTHELOT-GUIET, GRIPIC, Celsa Paris-Sorbonne
Hugh DAUNCEY, FMRG, Newcastle University
Christian DELPORTE, CHCSC, Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
Katharina NIEMEYER, CARISM, IFP-Université Panthéon-Assas
François ROBINET, CHCSC, Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
Julien TASSEL, GRIPIC, Celsa Paris-Sorbonne
Christopher G. TINKER, FMRG, Heriot-Watt University


[1] Christian Delporte, Jean-Yves Mollier et Jean-François Sirinelli (dir.),  Dictionnaire d’histoire culturelle de la France contemporaine, Paris, Quadrige/PUF, 2010, notice « Nostalgie » par Sylvain Venayre.

[2] REYNOLDS, Simon, Rétromania, Marseille, Le Mot et le Reste, 2012.

[3] BOYM, Svetlana, The future of nostalgia, New York, Basic Books, 2001.

[4] ROSA, Hartmut, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La découverte, 2010.

[5] VEYRAT-MASSON, Isabelle, Quand la télévision explore le temps. L’histoire au petit écran. Paris, Fayard, 2000.

[6] NIEMEYER, Katharina, De la chute du mur de Berlin au 11 septembre 2001. Le journal télévisé, les mémoires collectives et l’écriture de l’histoire. Lausanne, Antipodes, 2011.

[7] NORA, Pierre, Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1997.

[8] MERZEAU, Louise et WEBER, Thomas (dir.), Médias et mémoire, Paris, Avinus, 2010.

 

Contact :

Esther van Rossen
T: 01 39 25 56 41
communication.chcsc@uvsq.fr

CHCSC – UNIVERSITÉ DE VERSAILLES SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES
47 boulevard Vauban – 78047 Guyancourt cedex
www.chcsc.uvsq.fr

Vous souhaitez vous désabonner de cette lettre ? Merci d’écrire à communication.chcsc@uvsq.fr

Appel: Au-delà des frontières : Hybridation des formes et des genres dans les littératures de l’imaginaire contemporaines

fantasy sci fi 

COLLOQUE INTERNATIONAL CLARE/TELEM

Au-delà des frontières :

Hybridation des formes et des genres dans les littératures de l’imaginaire contemporaines

(XXe-XXIe siècles)

Appel à communications

Université Bordeaux Montaigne

 

clare.u-bordeaux3.fr

telem.u-bordeaux3.fr

 

15-16-17 octobre 2014

Auditorium de la Bibliothèque Municipale Mériadeck (Bordeaux)

Salle Jean Bordes, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (Pessac)

 

Dans son ouvrage Les Univers des fantastiques[1], Roger Bozzetto écrit, à propos des genres constituant les littératures de l’imaginaire : « Le merveilleux, le fantastique, la science-fiction, la fantasy qui étaient, à une certaine époque, ressentis et pensés comme irrévocablement différents, n’empruntent-ils pas la voie des hybridations pour se dynamiser ? »[2].

C’est à cette question que le colloque entend apporter des éléments de réponse. Les définitions qui ont permis de constituer les genres sont-elles aujourd’hui encore opérantes ? À propos du fantastique, Louis Vax déjà insistait sur le fait qu’il ne pouvait naître qu’à un moment donné, précis, de l’évolution de notre société : pour lui « la littérature fantastique est fille de l’incroyance »[3], coïncidant avec l’évanouissement du folklore merveilleux… Mais en deux siècles, le contexte a changé. Il est possible de faire la même constatation pour la science-fiction, genre inéluctablement conditionné par le domaine des sciences et des techniques en pleine expansion-révolution depuis la naissance du genre. La crise actuelle de la science-fiction est partiellement due à la déclinaison de figures amalgamées et redéployées parvenant à épuisement. Attaquée à la fois sur le front de la littérature générale et sur celui de l’imaginaire avec la fantasy qui, suite aux désillusions face à la science et aux craintes de l’avenir, réactive avec succès d’autres figures, la science-fiction doit trouver de nouvelles voies. D’autre part, la fantasy contemporaine ne cesse de se diversifier en de multiples sous-genres qui se confondent parfois avec le fantastique, l’horrifique, voire le merveilleux, créant ainsi un « surnaturel naturalisé »[4] (Anne Besson). Les contours de la fantasy, foncièrement ambigus pour la critique francophone, sont parfaitement identifiés par leur lectorat grâce à ses affinités avec un Moyen Âge plus ou moins diffus (sur les plans thématique, narratif, imaginaire) – ce qui n’empêche aucunement que « sa production [soit] au cœur d’une poétique de l’hybridation, ou du mixage, qui caractérise la post-modernité culturelle comme reflet de notre époque contemporaine »[5].

Si la délimitation des genres dans le domaine de l’imaginaire a été globalement opérante au XXsiècle, peut-on repérer des œuvres qui transgressent déjà ces frontières dès la fin du XIXe siècle et dans la première partie du XXe siècle ? Dans le contexte actuel de dépassement incessant de ces frontières, quels horizons nouveaux s’ouvrent, en Europe, à la création artistique ?

 

Les interventions pourront explorer plusieurs axes, en répondant notamment aux interrogations suivantes :

– Quels sont, en Europe, les enjeux esthétiques et philosophiques de la perméabilité générique ? En quoi les approches d’auteurs singuliers ont-elles pu faire bouger les frontières catégorielles ? Créer des interactions entre création artistique et politiques éditoriales ?

– Pourquoi cette porosité entre les genres des littératures de l’imaginaire se généralise-t-elle à la fin du XXe siècle? Pourquoi les genres des littératures de l’imaginaire éclatent-ils ? En quoi cette hybridation pourrait-elle être l’expression d’un imaginaire contemporain transfictionnel (par exemple : modernisation de la figure du vampire / métissage entre magie et technologie dans la science-fiction et la fantasy / glissement du fantastique vers l’horreur contemporaine, parfois mêlé de science-fiction) ?

– Il semble évident qu’un des éléments fondamentaux de cette modernisation a été apporté par le cinéma, élargi aujourd’hui à la vidéosphère. Le colloque s’intéressera tout autant aux œuvres littéraires, filmiques et transmédiatiques contemporaines (romans, nouvelles, bandes dessinées, films, jeux de tous types…), destinées à des publics adultes ou à la jeunesse.

 

Les propositions de communication (2000 signes maximum; format word, police time new roman, taille 12) seront à envoyer avant le 1er mai 2014 au comité scientifique :

d.gachet@orange.fr ; natvd@cegetel.net ; flonicoplet@free.fr

 

Les communications seront limitées à 25 minutes par participant.

 

Comité scientifique et organisateur

Delphine Gachet (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. TELEM)

Natacha Vas Deyres (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. CLARE)

Florence Plet (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. CLARE)

Patrick Bergeron (Université du Nouveau-Brunswick)

Roger Bozzetto (Université d’Aix-Marseille)

Gilles Menegaldo (Université de Poitiers)

Alessandro Scarsella (Università Ca’ Foscari – Venise)

 

Écrivains invités (selon leurs disponibilités)

– Pierre Bordage

– Lionel Davoust

– Laurent Queyssi

– Xavier Mauméjean

 

 

Partenaires :

Région Aquitaine

Mairie de Bordeaux

Service culturel Université Bordeaux-Montaigne

Association du CERLI

Association Modernités médiévales

 

Bibliographie critique non exhaustive

– Hélène Baby (dir.), Fiction narrative et hybridation générique dans la littérature française, Paris, L’Harmattan, 2006.

– Francis Berthelot, « Les Transfictions », in Bibliothèque de l’Entre-Mondes, Gallimard, « FolioSF », Paris, 2005.

– Francis Berthelot et Philippe Clermont, Science-fiction et imaginaires contemporains, Collection « Essais », Bragelonne, Paris, 2007.

– Anne Besson, D’Asimov à Tolkien, cycles et séries en littérature de genre, Paris, CNRS Éditions, « Littérature », 2004.

– Anne Besson et Myriam White-Le Goff (dir.), Fantasy : le merveilleux médiéval aujourd’hui, Paris, Bragelonne, « Essais », 2007.

– Roger Bozzetto et Gilles Menegaldo, Les nouvelles formes de la science-fiction, Collection « Essais », Bragelonne, Paris, 2006.

– Roger Bozzetto, Les Univers des fantastiques : dérives et hybridations, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, « Regards sur le fantastique », 2011.

– Roger Bozzetto et Arnaud Huftier, Les Frontières du fantastique, Approches de l’impensable en littérature, Presses Universitaires de Valenciennes, 2004.

– Christian Chelebourg, Le Surnaturel, Poétique et écriture, Armand Colin, Paris, 2006.

– Antoine Chotard, « La transfiction, art populaire de demain », Agence des initiatives numériques, 2010, consultable sur https://www.aecom.org/Vous-informer/Veille/Signaux-numeriques/transfiction

– Max Duperray, Gilles Menegaldo et Dominique Sipière (dir.), Éclats du noir. Généricité et hybridation dans la littérature et le cinéma du monde anglophone, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, « Regards sur le fantastique », 2007.

– Françoise Dupeyron-Lafay, Détours et hybridations dans les œuvres fantastiques et de science-fiction, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, « Regards sur le fantastique », 2005.

– Jean Fabre, Le miroir de la sorcière; essai sur la littérature fantastique, Paris, José Corti, 1992.

– Jacques Goimard, Critique du merveilleux et de la fantasy, Paris, Christian Bourgois, Pocket, « Agora », 2003.

– Jacques Goimard, Univers sans limites : Critique de la Science-fiction, collection « Agora » Paris, Éditions Pocket, 2002.

– Lauric Guillaud et Gilles Menegaldo, Persistances gothiques dans la littérature et les arts de l’image, Collection « Essais », Bragelonne, Paris, 2012.

– Denis Mellier, La littérature fantastique, Paris, Seuil, « Mémo », 2/2000.

– Denis Mellier, L’écriture de l’excès, Paris, Champion, 1999.

– André-François Ruaud, Panorama illustré de la fantasy et du merveilleux, Lyon, Les moutons électriques, 2004.

– André-François Ruaud, Cartographie du merveilleux, Mesnil sur L’Entrée, Éditions Denoël, 2001.

– Richard Saint-Gelais, Fictions transfuges. La transfictionnalité et ses enjeux, Paris, Seuil, « Poétique », 2011.

– Léa Sillhol et Estelle Valls de Gomis, Fantastique, fantasy, science-fiction, mondes imaginaires, étranges réalités, Paris, Autrement, « Mutations », 2005.

– Tzvetan Todorov, Introduction à la littérature fantastique, Paris, Seuil, « Poétique », 1970.

 

Conférence en ligne : « Science-fiction et fantasy : frontières disputées », communication pour le « Mois de la SF à l’ENS », ENS Ulm, lors des deux journées d’études « Littérature de Science-Fiction » coorganisées par Anne Besson et Irène Langlet, les 5 et 12 mai 2006.

Enregistrements audio et vidéo consultables sur :
http://www.diffusion.ens.fr/index.php?res=conf&idconf=1236

 


[1]              Les Univers des fantastiques : dérives et hybridations, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2011.

[2]              Ibid.

[3]              Louis Vax, « Fantastique et croyance », in La Séduction de l’étrange, Paris, PUF, 1965.

[4]              Anne Besson, La Fantasy, Klincksieck, Paris, 2007.

[5]              Ibid.

 

Séminaire Philoséries "Lost in Philosophy" (printemps 2014)

series

Séminaire Philoséries « Lost in Philosophy » (printemps 2014)

Présentation

En complément du colloque annuel « Philosopher avec les séries télévisées » aura lieu à partir du 1er mars 2014 un séminaire Philoséries mensuel, centré sur les travaux d’analyse qui se multiplient sur les séries, en anglais et en français. Le séminaire propose un espace de discussion d’ouvrages ou d’articles sur les séries télévisées présentant un intérêt philosophique, à raison d’un à deux livres par séance ou plusieurs articles. Les textes choisis sont annoncés suffisamment à l’avance de façon à ce que les participants aient le temps de lire les textes et de préparer des points de discussion. Les auteurs seront régulièrement invités afin de discuter directement avec eux de leurs travaux.

Une partie des séances portera sur des textes traitant de la série choisie pour le colloque Philoséries, mais nous discuterons aussi d’ouvrages généralistes ainsi que de monographies s’intéressant à des séries déjà abordées en colloque. Certaines séances seront centrées sur l’analyse d’épisodes clés ou de larges extraits de la série en cours. Pour les séances du printemps 2014, nous nous concentrerons essentiellement sur des ouvrages qui analysent la série Lost qui est l’objet du colloque Philoséries  2014 :  « Lost in Philosophy ».

Organisation: Sandra Laugier (U. Paris 1, PhiCo), Sylvie Allouche (UT de Troyes, PhiCo), Sarah Hatchuel (U. du Havre)

Sites web : http://philofictions.org & http://philoseriestv.wordpress.com
Liste de diffusion : http://fr.groups.yahoo.com/group/philoseries
Contact : allouche.sylvie@gmail.com

Programme

Sauf indication contraire ci-dessous, le séminaire a lieu le samedi de 14h30 à 16h30, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UFR de philosophie, 17 rue de la Sorbonne, escalier C, 1er étage, salle Lalande

Samedi 1er mars
Présentation et objectifs du séminaire : Sylvie Allouche et Sandra Laugier
Atelier « Travailler sur Lost avec Lostpedia« 
Lost Online Studies (vol. 1.1, 1.2, 1.3, 2.1) (2006-2008) http://www.loststudies.com/

Samedi 29 mars avec Pacôme Thiellement (EXCEPTIONNELLEMENT salle 306/F608 entrée rue Gay-Lussac)
Lost and Philosophy: The Island Has Its Reasons (2007) de Sharon Kaye (dir.)
Les mêmes yeux que Lost (2011) de Pacôme Thiellement

Samedi 26 avril avec Randy Laist (EXCEPTIONNELLEMENT 10h-12h)
Ultimate Lost and Philosophy: Think Together, Die Alone (2010) de Sharon Kaye et William Irwin (dir.)
Looking for Lost: Critical Essays on the Enigmatic Series (2011) de Randy Laist (dir.)

Samedi 17 mai avec Thibaut de Saint Maurice
Philosophie en séries, vol. 1 (2009) et vol. 2 (2010) de Thibaut de Saint Maurice
Thibaut de Saint Maurice, « Enseigner la philosophie avec Lost« 

Samedi 7 juin  avec Sarah Hatchuel
Reading Lost: Perspectives on a Hit Television Show (2009) de Roberta Pearson (dir.)
Lost : Fiction vitale (2013) de Sarah Hatchuel

Vendredi 4 et samedi 5 juillet
Colloque Philoséries n°6 : Lost

Actualité du RRN

Introduction to Metadata

Actualité du RRN

Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication des actes de la journée d’étude RRN 2012: Comment repassionner l’enseignement de la littérature? Ces actes viennent d’être publiés dans la revue Etudes de Lettres sous le titre: Les passion en littérature: de la théorie à l’enseignement. Plusieurs textes inédits viennent compléter les conférences, dont un entretien exclusif avec Marielle Macé autour de la publication de son ouvrage Façons de lire, manières d’être (Gallimard 2011).

Nous vous signalons également la tenue d’une exposition à l’Université de Lausanne du 15 au 31 mai (vernissage le 22 mai) sur la bande dessinée franco-belge de science-fiction: Imaginaires du futur. Cette exposition s’inscrit dans le cadre des activités du Groupe d’étude sur la bande dessinée (GrEBD), récemment créé à l’UNIL (www.unil.ch/grebd).

Enfin, nous vous informons que le programme final du colloque Narrative Matters 2014 (Paris, 23-27 juin) vient d’être publié sur le site de la manifestation.

Vous retrouverez toutes ces informations et bien d’autres sur notre site www.narratologie.ch

Parution: Comicalités, mai

cham

Comicalités

mai

En ce mois de mai, Comicalités. Études de culture graphique vous propose deux nouveaux articles (résumés plus bas) explorant la dimension médiatique de travaux graphiques. Analysant un dispositif éditorial se fondant sur l’exploitation d’une tradition narrative, le premier d’entre eux traite du label Vertigo et de son entreprise de « réécriture » (terme que l’auteur et nous-mêmes souhaiterions interroger plus avant). Étudiant des innovations narratives et graphiques au regard d’une culture de l’imprimé et notamment de la naissance de la presse illustrée, le second est consacré à Cham et sera très prochainement suivi par la publication d’un second texte. Artiste encore aujourd’hui méconnu, celui-ci participa notamment à la création de « comicalités »  que notre revue a adoptées comme intitulé : sa parution est donc l’occasion d’une réorganisation et de la création d’une nouvelle « thématique » (« Histoire et bande dessinée : territoires et récits ») qui accueillera d’ici peu de nouveaux textes que vous êtes toujours libre de commenter sur les Carnets de Comicalités

  • « The rewriting ethos of the Vertigo imprint: critical perspectives on memory-making and canon formation in the American comics field » de Chritophe Dony
  • « Rhétorique texte/image, minimalisme et jeux de perspective : l’héritage de Cham » de Philippe Willems

Appel: “Le roman graphique”: des influences de la BD sur le roman

fantomas-cortazar

“Le roman graphiqué”: des influences de la BD sur le roman

            D’une part, il existe des études sur la poésie influencée par la peinture (Reverdy) ou sur le roman influencé par le cinema (voir Morissette); d’autre part, il existe des articles sur les réalisateurs séduits par les « comics » (e.g. Resnais, Snyder dans les 300) et sur les peintres utilisant les comics comme inspiration (e.g. Warhol, Lichtenstein). Cependant, il n’y a presque rien sur le roman influencé par la BD ou les “comics”.

Ces romans informés par la BD le sont-ils par ses thèmes, ses techniques narratives, ses spécificités visuelles ? Cette autre novelisation est-elle une preuve supplémentaire de légitimation de la BD ?

Dans le monde anglo-saxon, il existe déjà quelques articles avant-coureurs sur cette problématique et sur les quelques auteurs anglophones, tous américains, qui ont exploré cette esthétique transmédiatique comme: Tom de Haven (Funny Papers, 1985), Jay Kantor (Krazy Kat, 1987), Frederic Tuten (Tintin in the New World, 1993), Austin Grossman (Soon I will be Invincible, 2007), et sans doute le plus connu, Michael Chabon (Kavalier & Clay, prix Pulitzer 2001). Comment ces romanciers représentent-ils les « comics », les BD et les mangas ? S’ils utilisent souvent des thèmes et personnages (auteurs ou protagonistes de « comics »), usent-ils aussi de techniques spécifiques inspirées par la BD et les comics? Et si oui, lesquelles ?  Y a-t-il d’autres auteurs anglo-saxons influencés par les comics ? Britanniques ? Australiens ? Africains ?

Et qu’en est-il des auteurs d’autres langues/cultures comme l’Italie (e.g. Umberto Eco—La Misteriosa Fiamma de la regina Loana), la France et le Japon pour ne parler que de trois pays qui ont une tradition de la BD, longue et dynamique ? D’autres cultures produisent-elles des romans marqués par les tebeo, beeldverhaal, banda desenhada, komiks ? Les romanciers qui sont aussi bédéistes séparent-ils hermétiquement leurs univers selon qu’ils composent un roman ou une BD ? Jean Teulé dans un ouvrage au titre évocateur Bord cadrage (2009) joue-t-il aussi avec une esthétique BD ? Et quid de Harry Morgan qui est romancier, bédéiste et en plus théoricien de la  BD ? Et Ludovic Debeurme (Ocean Park, 2014), Joann Sfar (L’éternel, 2012), Willy Mouele (Willy the Kid, 2011), et les travaux transmédiatiques d’un Benoit Peeters ? La BD est traditionnelement un domaine masculin. Y a-t-il des romancières américaines, françaises ou d’autres langues inspirées par certaines BD?

Existe-il en français des exemples de novelisation de livres pour la jeunesse comme c’est le cas en anglais des “Fantastic four” dans les années 1960 ou plus récemment Where the Wild Things are par Dave Eggers?

Nous invitons des propositions sur un ou des auteurs de fictions (romans, nouvelles), ou sur des problèmes plus directement théoriques (narratologie spécifique à la BD; adaptation transmédiatique), soit dans dans une langue/culture, soit sur plusieurs dans une perspective comparative, ainsi que des entretiens avec des romanciers qui s’intéressent à la BD.

Dates-limites:

Proposition (400-500 mots) pour le 30 septembre 2014; article complet (4000-5000 mots) pour le 30 janvier 2015; après double lecture en aveugle, les textes acceptés seront publiés dans Image & Narrative; langues: anglais ou français.

Contacter: Hugo Frey (h.frey@chi.ac.uk ) ET Chris Reyns-Chikuma (reynschi@ualberta.ca).