Enquête/questionnaire: Les pratiques empiriques de photo numérique au service de la recherche

Enquête/questionnaire

Les pratiques empiriques de photo numérique au service de la recherche

Chers collègues,

dans le cadre de la MSH Val de Loire, nous lançons une enquête sur les pratiques empiriques de photo numérique au service de la recherche, en Lettres et Sciences Humaines. Accepteriez-vous de relayer notre appel au sein du réseau LPCM?

Bien amicalement,

pour l’équipe IconoReseau, Cécile Boulaire

La photo numérique s’est aujourd’hui tellement banalisée qu’elle a évidemment trouvé sa place dans les démarches de recherches en Lettres et en SHS, serait-ce de manière empirique: tout un chacun a déjà pris des photos d’un livre (faute de photocopieur sous la main), d’un article, d’un site, d’un objet de recherche quel qu’il soit.

Quel matériel est utilisé pour ces prises de vues? Quel traitement ultérieur subissent les images? Comment sont-elles nommées, classées, archivées, partagées? Quels en sont les usages ultérieurs, en termes de valorisation, édition, pédagogie, constitution de corpus? L’objectif du projet Icono Réseau est de recenser les pratiques les plus empiriques, mais aussi les problèmes rencontrés par les chercheurs, et les “astuces” imaginées par eux pour les résoudre ou les contourner. L’équipe Icono Réseau réunit des chercheurs et des ingénieurs; ce questionnaire sera la base de départ à un travail plus ambitieux sur les modalités du dialogue entre pratiques empiriques et exigences techniques, entre recherche sur le terrain et valorisation institutionnelle, entre les chercheurs et les compagnons de la recherche. Les résultats de cette enquête seront la base à partir de laquelle sera organisée une journée d’études sur les usages de la photo dans la recherche en LSHS, organisée par l’équipe IconoRéseau le mercredi 6 novembre 2013 à la MSH Ange-Guépin de Nantes.

Répondre au questionnaire prend moins de 10 minutes; n’hésitez pas à le faire connaître autour de vous, plus les réponses seront nombreuses, meilleur sera le dialogue entre les pratiques.

Accéder au questionnaire: http://sondage.msh-vdl.fr/index.php/779281/lang-fr

L’équipe Icono Réseau

http://iconorezo.hypotheses.org/

icono-reseau@univ-tours.fr

Appel: HACKERS – la fiction du virtuel

Appel à communications

HACKERS : la fiction du virtuel

Journée d’étude organisée par Frédérique Toudoire-Surlapierre et Matthieu Freyheit, Université de Haute Alsace, ILLE (EA 4363)

Mulhouse, 11 avril 2014

De nombreux chercheurs en Humanités Numériques interrogent aujourd’hui les différentes influences des technologies liées au cyberespace sur nos usages du monde et nos rapports aux autres comme à soi. Nos pratiques de lecture ne sont pas épargnées, et le discours commun est le plus souvent alarmiste. Milad Doueihi calme cependant les esprits en scindant deux savoir-lire distincts et non exclusifs : « Lire en ligne n’est pas la même chose que lire un livre : les deux opérations sont radicalement différentes. […] la compétence numérique est une compétence autonome, qu’il ne faut pas nécessairement lier au savoir-lire de la culture imprimée et à ses institutions1». Il reste que la littérature demeure victime, dans les esprits, de cette nouvelle culture numérique, au même titre qu’un monde tout entier livré en pâture à d’étranges wizzards, cow-boys et autres brigands de grands chemins numériques : les hackers.

Yannick Chatelain et Loïck Roche2 voient dans ces figures l’avènement – parfois fantasmé – d’un cinquième pouvoir angoissant : notre monde appartient-il aux hackers ? Influences politiques, économiques, sociales et culturelles, le hacker semble capable de tout dans un monde qu’il pénètre et domine depuis l’ombre éclairante de son écran. Héros de la libération technologique, les hackers ont, sous leurs diverses formes, fait du chemin dans l’imaginaire collectif qui les saisit à son tour dans une pluralité d’objets. Leur portée littéraire reste pourtant à interroger. Ces héros immobiles ont bien leur place dans la production romanesque : de la culture cyberpunk au roman policier en passant par la littérature de jeunesse, la cyberaventure augmente peu à peu sa bibliothèque. Mais si le hacker influence notre monde et son devenir, sa mise en littérature l’influence-t-elle à son tour ? La mise en roman ou en film du hacker constitue-t-elle une tentative de reprise du pouvoir en opposant la fiction au virtuel ?

Cette journée d’étude propose de remettre l’objet fictionnel au centre du débat, et d’interroger les manières dont nous nous saisissons du hacker pour le comprendre, l’interroger, l’admirer, le craindre… Piratage, hacking, hacktivisme, cracking : comment la fiction s’empare-t-elle des visages démultipliés de ce nouvel acteur social ? À titre d’exemple, la mise en avant de héros adolescents pour une histoire adolescente mérite d’être interrogée, notamment au sein d’une littérature de jeunesse présente sur le sujet. De la même manière, les problématiques de genre questionnent les représentations masculin/féminin des usages numériques. Les motifs de la cybercriminalité, du pouvoir technologique et du risque numérique enregistrent quant à elles les terreurs virtuelles que les hackers nous imposent, tandis que ceux de la révolte et de la résistance convoquent l’idée d’une libération par le numérique. Par ailleurs, les problématiques d’identité virtuelle et de devenir-numérique interrogent la position numérique de l’individu mis en situation de développer des compétences nouvelles, et de nouvelles faiblesses. Dans un retour primitif de la proie et du chasseur, le hacker réalise une ouverture des champs de l’aventure, et impose de définir le rôle et l’agencement de la fiction dans la relation du réel au virtuel.

Littérature comparée, littérature de jeunesse, bande dessinée, cinéma, et autres : les organisateurs accueillent les propositions de tous les champs d’étude de la création fictionnelle.

Les propositions, longues d’une vingtaine de lignes environ, accompagnées d’une bibliographie indicative ainsi que d’une courte présentation bio-bibliographique, sont à envoyer au plus tard le 31 octobre 2013 aux deux adresses suivantes :

frédérique.toudoire@free.fr

matthieu.freyheit@gmail.com

Une publication est envisagée aux éditions Orizons.

1. Milad Douehi, La Grande conversion numérique, Paris, Seuil, 2011, p.50-55.

2. Yannick Chatelain, Loïck Roche, Hackers! Le cinquième pouvoir: qui sont les pirates de l’internet?, Paris, Maxima, 2002.

Huz, Aurélie (Université de Lorraine)

 

Aurélie Huz est attachée temporaire d’enseignement et de recherche en Études culturelles à l’université de Lorraine (Nancy), où elle assure des cours sur les fictions médiatiques contemporaines et leurs filiations historiques, sur les productions pour la jeunesse, les fictions de l’imaginaire et les théories de la culture.

Spécialiste de la science-fiction, de l’intermédialité et des univers transmédiatiques, elle a soutenu en 2018 à l’université de Limoges une thèse de littérature française intitulée « L’intermédialité dans la science-fiction française de La Planète sauvage à Kaena (1973-2003) » et dirigée par Mme Irène Langlet (jury : Anne Besson, Matthieu Letourneux, Hélène Machinal, Denis Mellier, Jacques Migozzi).

Elle est membre du comité éditorial de la revue d’études de la science-fiction ReS Futurae.

Champs de recherche

  • histoire et théorie de la science-fiction
  • cultures médiatiques et populaires
  • intermédialité, transmédia, cross-média, sémiotique et narratologie comparées des médias
  • théories de la fiction, univers transmédiatiques, transfictionnalité
  • fictions ludiques, interactivité, immersion

Publications

Articles

Aurélie Huz, « Les novellisations de Bordage : expérimentations transmédiatiques du multimédia dans la science-fiction française », ReS Futurae [en ligne], n° 13 : « Pierre Bordage », 2019, à paraître.

Aurélie Huz, « Arborescences transmédiales d’un arbre-monde de science-fiction. Kaena, la prophétie : du film à la novellisation », Publije [en ligne], n° 1, 2017, URL : http://revues.univ-lemans.fr/index.php/publije/article/view/7

Chapitres d’ouvrage

Aurélie Huz, Irène Langlet, « Une SF de la déglingue : le cycle Nikopol d’Enki Bilal », in Henri Garric (dir.), La Destruction des images en bande dessinée, Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Iconotextes », à paraître.

Aurélie Huz, « Arzach, rhapsodie médiatique », in Elsa Caboche et Désirée Lorenz (dir.), Bande dessinée et intermédialité, Presses universitaires François-Rabelais, coll. « Iconotextes », à paraître.

Aurélie Huz, Nicolas Perez Prada, Hélène Sellier, « Littérature et cultures médiatiques : positionnement, pratiques et dynamiques de la jeune recherche », in Anne Besson (dir.), Fictions médiatiques et récits de genre. Pour en finir avec le populaire ?, SFLGC, coll. « Poétiques comparatistes », 2016, p. 73-86.

Aurélie Huz, Irène Langlet, « Bilal et le Monstre. Une Yougoslavie de science-fiction, une guerre en bande dessinée (et vice-versa) », in Bertrand Westphal (dir.), Le Silence et la parole au lendemain des guerres yougoslaves, Presses universitaires de Limoges, coll. « Espaces Humains », 2015, p. 211-239.

En ligne

https://univ-lorraine.academia.edu/AurélieHuz

Parution: Alain Vaillant et Roselyne de Villeneuve (dir.) Le rire moderne

Le Rire moderne

Sous la direction d’Alain Vaillant et Roselyne de Villeneuve

Paris : Presses universitaires de Paris Ouest, coll. “RITM (Recherches Interdisciplinaires sur les Textes Modernes)”, 2013

EAN9782840161615

470 p.

Prix : 22EUR

Présentation de l’éditeur :

La France d’Ancien Régime était celle de la « gaieté » et de l’« esprit ». Avec la Révolution, commence le temps du rire moderne : d’un rire franc, dévastateur, protéiforme, et faisant flèche de tout bois (de l’ironie, de la parodie, de la satire, mais aussi des brindilles du calembour ou de la blague).

Ce rire naît des convulsions de la Révolution. Il sape l’autorité triste des rois de la Restauration. Il triomphe dans le Paris louis-philippard, pour le plus grand plaisir du Bourgeois qui ne se lasse jamais de sa propre caricature. Il constitue le plaisir ordinaire d’une bohème entrée en dissidence contre toutes les formes de sérieux. Il trouve sa consécration sous la Troisième République, avec le Chat noir et ses avatars fin de siècle.

Phénomène de société, le rire moderne est au cœur des inventions esthétiques du xixe siècle. Il inspire les journalistes, les poètes, les artistes et le monde de la scène. Il envahit les formes mineures de création culturelle aussi bien que les grandes œuvres du canon. En voici le premier panorama raisonné, issu du travail collectif de vingt-huit spécialistes, historiens de la littérature, des arts ou de la culture.

Sommaire

Introduction

Alain Vaillant et Roselyne de Villeneuve

Le rire et la société. Le propre de l’homme moderne

Alain Vaillant

Physiognomonie du rire

Anca Parvulescu

La crise du rire au xixe siècle : autopsie d’un lieu commun

Marie-Ange Fougère

De Bièvre à Brisset : du calembour de salon au calembour cosmique

Bernard Champion

Buchoz-Hilton, le rire fou de « la Poire-Molle »

Fabrice Erre

Le rire parlementaire. Une petite histoire des (Rires) de 1830 à 1851, ou l’apprentissage de la démocratie par le comique

Dominique Dupart

Rire en Chambre : le comique parlementaire au début de la IIIe République

Jean Ruhlmann

Le rire et la littérature. Le rire cénaculaire

Vincent Laisney

Les rapports circulaires du rire et de l’horreur dans le genre frénétique

Émilie Pezard

Rire dans le genre et rire du genre, pratiques sérielles et humour dans le roman d’aventures

Matthieu Letourneux

Le rire de Choses vues

Gabrielle Chamarat

Le rire épistolaire : un rire de contradictions. L’exemple Flaubert

Thierry Poyet

« La tyrannie de l’imprimé » déjouée

Hélène Bauchard

Rodolphe Salis et Émile Zola : rencontres chatnoiresques

Catherine Dousteyssier-Khoze

Le rire fantaisiste

Amandine Cyprès

Le rire et l’imprimé. Modernités du rire de réemploi. Les « Physiologies » ou l’art d’accommoder les restes

Valérie Stiénon

Parodies de journaux ou journaux pour de rire

Marie-Ève Thérenty

Le rire sous (petite) presse : le cas du Corsaire-Satan (1844-1847)

Sandrine Berthelot

Satires en trois mots : le dictionnaire pour rire

Denis Saint-Amand

Penser le rire au xixe siècle à travers les Histoires de la caricature

Michela Lo Feudo

Naïveté et régression ludique : les premiers pas de la bande dessinée au xixe siècle

Camille Filliot

Histoire de l’invalide à la tête de bois (improbable épiphanie du corps glorieux)

Charles Grivel

Le rire et les spectacles. Dérive, déliaison, délire : Odry dans la parade des Saltimbanques, ou le rire en 1838

Olivier Bara

Zola et le rire de Labiche

Silvia Disegni

Le pince-sans-rire a-t-il le mot pour rire ? L’exemple de Vincent Hyspa au cabaret

Carol Gouspy

Du rire à travers les arts : l’ironie dans l’adaptation littéraire d’un « échec » musical

Victoria Llort Llopart

Pantomime et vaudeville : le rire entre le pire et le dire

Jérôme Solal

La pantomime fin de siècle, caprice moderne

Parution: TV/Series n°3 Écho et reprise dans les séries télévisées (I) : Reprise et intermédialité

TV/Series n°3

Écho et reprise dans les séries télévisées (I) : Reprise et intermédialité

Nous avons le plaisir de vous annoncer la sortie du numéro 3 de la revue en ligne TV/Series, disponible à cette adresse :

http://www.univ-lehavre.fr/ulh_services/Numero-3-Issue-3-septembre-2013.html

Écho et reprise dans les séries télévisées (I) : Reprise et intermédialité

Ce numéro de TV/Series constitue le premier d’une série de trois volumes qui s’attacheront à explorer les diverses facettes de l’écho et de la reprise dans les séries télévisées. Répétition, récurrence, remaniement, remédiation sont au cœur des séries et constituent ce qui les distingue d’autres genres audiovisuels ou narratifs – leur sérialité même. Ce premier numéro aborde la question de l’« intermédialité » (au sens large de mise en relation d’au moins deux media différents dans un contexte créatif qui les fait interagir l’un sur l’autre), et plus précisément la question de la reprise « intermédia » ou « intermédiale », c’est-à-dire la façon dont les séries s’approprient des modes d’expression différents du medium télévisuel.

Numéro dirigé par Sylvaine Bataille et Florence Cabaret (septembre 2013)

SOMMAIRE

Préface (Sylvaine Bataille et Florence Cabaret)

Nathalie Vienne-Guerrin et Sarah Hatchuel. « Le Coup du Parapluie. Macbeth et Columbo à Scotland Yard »

Peter Marquis. « Cover, recover et uncover : les motifs de la reprise dans la série Treme »

Ariane Hudelet. « Treme : New Orleans Remix »

Virginie Marcucci « Glee et la reprise jubilatoire »

Monica Michlin. « Recurrence, Remediation and Metatextuality in Queer As Folk »

Hélène Monnet-Cantagrel. « CSI, de la série au jeu : « a more immersive experience »

Sarah Sepulchre. « Les constellations narratives. Que font les téléspectateurs des adaptations multimédiatiques des séries télévisées ? »

Notices biographiques des auteurs

Bien cordialement,

Sylvaine Bataille et Florence Cabaret (Université de Rouen)

Parution en ligne: Marc Angenot, 1889; Un état du discours social.

Parution en ligne
Marc Angenot, 1889; Un état du discours social

Média 19

http://www.medias19.org/index.php?id=11003

Près de vingt-cinq ans après sa parution en volume, l’équipe de Médias 19 est heureuse de proposer la réédition en libre accès du grand livre de Marc Angenot, 1889, un état du discours social. Depuis longtemps introuvable en librairie, cet ouvrage a marqué la recherche en renouvelant profondément les approches sociales de la littérature. Autour de la notion de « discours social », Angenot a forgé une méthode d’analyse des textes d’une grande rigueur, imposant la nécessité de ne pas isoler la littérature et au contraire de la considérer dans ses liens avec l’ensemble de la masse imprimée auquel elle appartient.

Sommaire

Guillaume Pinson Note de l’éditeur

Marc Angenot 1889 : pourquoi et comment j’ai écrit ce livre – et quelques autres

A. Préliminaires heuristiques
Chapitre 1. Le discours social : problématique d’ensemble
Chapitre 2. Corpus et plan de l’ouvrage
Chapitre 3. L’oral, l’écrit, l’imprimé, l’illustré
Chapitre 4. La chose imprimée : statistiques et données matérielles. Statut légal

B. Topologie
Chapitre 5. La division du travail discursif
Chapitre 6. Topologie : rôles et emplois

C. Hégémonie
Chapitre 7. Français littéraire, français national
Chapitre 8. Une gnoséologie romanesque

D. Ethnocentrisme, classocentrisme
Chapitre 9. Narcissismes et mépris de classe
Chapitre 10. Le fétiche patriotisme
Chapitre 11. Germanophobie et récit revanchard
Chapitre 12. « La France aux Français »
Chapitre 13. Gallocentrisme et imagologie des peuples étrangers
Chapitre 14. La civilisation et les races

E. Déterritorialisation
Chapitre 15. Malaise dans l’idée de progrès
Chapitre 16. Le paradigme de la déterritorialisation
Chapitre 17. « La race dégénère »
Chapitre 18. Fin de siècle et décadence
Chapitre 19. Les détraquements des esprits
Chapitre 20. Les à vau‑l’eau culturels

F. Menaces
Chapitre 21. Le péril social
Chapitre 22. La « fin d’un sexe » : détraquées et émancipées

G. Secteurs : la publicistique
Chapitre 23. La publicistique : considérations générales
Chapitre 24. La presse quotidienne
Chapitre 25. Genres et styles du journalisme
Chapitre 26. Typologie de la presse périodique
Chapitre 27. Un secteur en émergence : la publicité

H. Production de l’actualité
Chapitre 28. L’actualité comme produit de presse
Chapitre 29. Meyerling en France
Chapitre 30. Les hommes du jour
Chapitre 31. Opinion publique et débats
Chapitre 32. La Révolution française et son Centenaire

I. Champ politique
Chapitre 33. La propagande boulangiste
Chapitre 34. L’anticléricalisme

J. Champ littéraire
Chapitre 35. L’art comme aristocratie et comme religion : l’idéologie du champ littéraire
Chapitre 36. Banalisation et raréfaction du poétique
Chapitre 37. Le genre romanesque : le picaresque fin‑de‑siècle

K. Champ philosophique
Chapitre 38. Crise du champ philosophique : déclassement et démembrement

L. Champ scientifique
Chapitre 39. L’idéologie de la science : positivisme et évolutionnisme
Chapitre 40. Migrations d’un idéologème : « La Lutte pour la vie »

M. Dissidences et contre-discours
Chapitre 41. Dissidences : pacifisme, internationalisme, antimilitarisme
Chapitre 42. Le contre‑discours catholique

N. Extériorité, marges et ghettos culturels
Chapitre 43. Les en‑dehors du discours social
Chapitre 44. L’imprimé à l’usage du peuple
Chapitre 45. L’émergence des industries culturelles
Chapitre 46. Revues et romans pour les femmes
Chapitre 47. Le secteur pour l’enfance et la jeunesse

O. Pour conclure
Chapitre 48. Retour sur la méthode
Chapitre 49. Fonctions du discours social
Chapitre 50. Genèse de la modernité

Éphémérides. Ce qui se passait en l’An mil huit cent quatre‑vingt‑neuf

Bibliographie des bibliographies pertinentes au corpus primaire

Bibliographie secondaire générale : travaux évoqués ou cités

Conférence: C. Jamain, la pantomime dans tous ses états (12 octobre)

Pierrots blancs, noirs, posthumes et décadents

la pantomime dans tous ses états

Conférence démonstration de Claude Jamain

EA 45 03 (Paris IV Sorbonne) / Société Théophile Gautier

Pierrots blancs, noirs, posthumes et décadents: la pantomime dans tous ses états” par Claude Jamain, professeur d’esthétique à l’Université Lille III…et comédien

En Sorbonne, le samedi 12 octobre, à 15h,

amphithéâtre Michelet (entrée 46 rue Saint-Jacques)

Claude Jamain, fin connaisseur et acteur de pantomime, tâchera de faire revivre les riches heures de la pantomime, dont le Pierrot Posthume  de Théophile Gautier.

Tarif: 8 euros. Etudiants : 5 euros.

Réservations: Martine.lavaud@paris-sorbonne.fr

Voir également le site de la Société Théophile Gautier

www.theophilegautier.fr

Parution: Sciences du jeu n° 1 (Hommage à Jacques Henriot)

Lancement du numéro 1 de la revue Sciences du jeu

n°1 | Automne 2013

30 ans de Sciences du jeu à Villetaneuse. Hommage à Jacques Henriot

Revue internationale et interdisciplinaire, Sciences du jeu a pour mission de développer la recherche en langue française sur le jeu, de lui donner une visibilité, de nourrir le dialogue entre les disciplines autour de cet objet, et de susciter des débats. Elle a pour objectif de publier des articles scientifiques inédits sur le jeu. Elle est ouverte à toutes les approches ou méthodes disciplinaires, portant sur tous les objets ludiques (dont, mais non exclusivement, les jeux vidéo), et a pour ambition de présenter des recherches issues de différents terrains concernant le jeu dans un sens large (objets, structures, situations, expériences, attitudes ludiques).

Actuellement l’université Paris 13 à travers le centre de recherche EXPERICE (axe B) en assume la gestion pratique dans le cadre d’une association avec d’autres universités représentées au comité de rédaction de la revue. D’autres personnes et institutions pourront se joindre à cette équipe de départ. La gestion pourra également tourner en fonction des possibilités offertes par telle ou telle institution.

Sciences du jeu est disponible intégralement en libre accès. Les numéros sont thématiques, et peuvent aussi contenir des articles hors dossier dans une rubrique « Varia », ainsi que des comptes rendus. Si les propositions hors dossier de qualité sont abondantes, des numéros de varia (ou avec des dossiers réduits) peuvent être mis en chantier.