Publication : Making Culture, Changing Society, Tony Bennett

Making Culture, Changing Society

By Tony Bennett

Published 21st March 2013 by Routledge

Making Culture, Changing Society proposes a challenging new account of the relations between culture and society focused on how particular forms of cultural knowledge and expertise work on, order and transform society. Examining these forms of culture’s action on the social as aspects of a historically distinctive ensemble of cultural institutions, it considers the diverse ways in which culture has been produced and mobilised as a resource for governing populations.

These concerns are illustrated in detailed case studies of how anthropological conceptions of the relations between race and culture have shaped – and been shaped by – the relationships between museums, fieldwork and governmental programmes in early twentieth-century France and Australia. These are complemented by a closely argued account of the relations between aesthetics and governance that, in contrast to conventional approaches, interprets the historical emergence of the autonomy of the aesthetic as vastly expanding the range of art’s social uses.

In pursuing these concerns, particular attention is given to the role that the cultural disciplines have played in making up and distributing the freedoms through which modern forms of liberal government operate. An examination of the place that has been accorded habit as a route into the regulation of conduct within liberal social, cultural and political thought brings these questions into sharp focus. The book will be of interest to students and scholars of sociology, cultural studies, media studies, anthropology, museum and heritage studies, history, art history and cultural policy studies.

Contents

Introduction. Part I: Culture: Veridical, Material, and Compositional Perspectives 1. After Culture? 2. Making Culture, Organising Freedom, Changing Society 3. Civic Laboratories: Museums, Cultural Objecthood, and the Governance of the Social Part II: Anthropological Assemblages Inter-text 1 4. Making and Mobilising Worlds: Assembling and Governing the Other 5. Collecting, Instructing, Governing: Fields, Publics, Milieus Part III: Governing through Freedom: Aesthetics and Liberal Governance Inter-text 2 6. The Uses of Uselessness: Aesthetics, Freedom, Government 7. Guided Freedom: Aesthetics, Tutelage and the Interpretation of Art Part IV: Habit and the Architecture of the Person Inter-text 3 8. Habit, Instinct, Survivals: Repetition, History, Biopower 9. Habitus/Habit: Freedom/History. Afterword. References.

Author Biography

Tony Bennett is Research Professor in Social and Cultural Theory in the Institute for Culture and Society at the University of Western Sydney. His work has had a defining influence on contemporary debates in cultural studies and cultural sociology. Making Culture, Changing Society builds on and extends his distinctive perspective on the relations between culture and society developed in his The Birth of the Museum; Culture: A Reformer’s Science; and Pasts Beyond Memory.

Subjects

  1. Sociology & Social Policy
  2. Social Theory
  3. Cultural Theory
  4. Social & Cultural Anthropology
  5. Theory & Political Sociology
  6. History
  7. Media & Film Studies

Exhibition : De fotoroman in alle staten – The Photo Novel Inside Out – Le roman photo dans tous ses états

Exhibition/exposition/tentoonstelling : The Photo Novel Inside Out / Le roman photo dans tous ses états / De fotoroman in alle staten

Tentoonstellingszaal Centrale Bibliotheek, Leuven (Belgium)

8-05-2013 — 31-07-2013

Texte en français ci-dessous. Nederlandse tekst hieronder.

« Photo-novel … You said photo-novel? »

From the sofa of the more or less 50-year-old housewife, to the walls of the Leuven Central Library, the photo novel lays itself bare from May 8 to July 31 2013.

The photo-novel, undisputed star of women magazines in the fifties and sixties, is an often unknown and underestimated phenomenon. In its golden age however, the photo novel has moved a lot of people: euphoria, anxiety, laughter and tears, even addiction for the biggest fans but also mockery, contempt, indignation, or simple avoidance from others. « Off with his head! » haters exclaim. Fallen star today? Defeated icon? You be the judge!

The photo novel celebrated its sixty-fifth birthday last year and has had a long career as diversified as the range of the above mentioned reactions. Just like a chameleon that adapts to any kind of environment, the photo novel has adopted many different forms, from the traditional installment melodramas in magazines, to the artistic experiments from renowned names such as Duane Michals or Sol Lewitt, published in art books, or exhibited in galleries. Sixty-five years of largely neglected but fruitful and surprising exchanges with literature, photography, television, advertising, street theater, and especially with cinema.

Our exhibition « The Photo novel inside out » will offer you a unique opportunity to discover all these aspects of the genre. Almost the entire exhibition is based on material from the private collection of Jan Baetens, a specialist when it comes to the photographic novel. In the context of the Year of France in KU Leuven, special attention will be paid to the status of the photo-novel in the publishing history and the popular culture of this country.

So, come to our exhibition and discover the fun and colorful world of the photo novel.

“Roman-photo… Vous avez dit roman-photo?!”

Du canapé de la ménagère de plus ou moins 50 ans, aux murs de la Bibliothèque centrale de Louvain, Le roman-photo, dans tous ses états, s’expose, du 8 mai au 31 juillet 2013.

Star incontestée de la presse féminine des années 1950-1960, le roman-photo est un phénomène souvent méconnu et sousestimé. A ses heures les plus glorieuses, il aura ému bien des lecteurs : euphorie, angoisse, rires et larmes, voire dépendance des accros du genre, mais aussi moqueries, mépris, indignation, ou simple ignorance des autres. “Qu’on lui coupe la tête!” s’écrieront ses détracteurs les plus passionnés. Star déchue aujourd’hui? Icône vaincue? A vous d’en juger!

Le roman-photo, c’est soixante-cinq ans d’une carrière aussi riche que l’éventail des réactions mentionnées. Véritable tout-terrain de la culture, il a revêtu toutes les formes, des traditionnels mélodrames publiés par épisode dans les magazines, aux expérimentations artistiques de grands noms comme Duane Michals ou Sol Lewitt, déclinées dans les livres d’art, ou exposées dans les galeries. Soixante-cinq ans d’échanges fructueux et surprenants, mais souvent négligés, avec la littérature, la photographie, la télévision, la publicité, le théâtre de rue, et surtout le cinéma, invité de marque de notre exposition.

L’exposition “le roman-photo dans tous ses états” vous offrira l’opportunité unique de découvrir toutes les facettes du genre. La quasi-totalité des pièces exposées, provient de la collection privée du professeur Jan Baetens, éminent spécialiste du sujet. Dans le cadre de l’année de la France à la KUL, une attention particulière sera portée au statut du roman-photo, dans l’histoire éditoriale et la culture populaire de ce pays.

Venez donc faire un tour dans l’univers drôle et coloré du roman-photo !

“De Fotoroman … Zei u net Fotoroman?”

Van op de sofa bij een vijftigjarige huisvrouw naar de muren van de Centrale Bibliotheek in Leuven geeft de Fotoroman zichzelf aan u bloot van 8 mei tot 31 juli 2013.

De Fotoroman, de ster van de vrouwenbladen in de jaren vijftig en zestig, is vandaag de dag onbekend en onbemind. Tijdens zijn inmiddels vervlogen glorietijden lokte de Fotoroman echter vele diverse reacties uit: euforie, angst, geluk, verdriet en zelfs verslaving bij de grootste fans, maar ook spot, verachting en minachting bij anderen. Is de Fotoroman een vallende ster vandaag? Een verslagen icoon? Bezoek onze tentoonstelling en beslis zelf!

De fotografische roman heeft een lange en rijke carriëre achter de rug. Net als een kameleon paste hij zich aan aan verschillende contexten. Het genre nam verschillende vormen aan, van traditionele melodrama’s in vrouwenbladen tot artistieke experimenten in kunstboeken. Vijfenzestig jaar lang stond de Fotoroman ook in interactie met literatuur, fotografie, televisie, straattheater en voornamelijk de cinema.

Onze tentoonstelling “De Fotoroman in alle Staten”biedt u de unieke kans om al deze aspecten van het genre te ontdekken. Onze collectie is overwegend gebaseerd op de privé-verzameling van Jan Baetens, een expert op het gebied van de fotografische roman. Het dient ook opgemerkt te worden dat in de context van het Frankrijkjaar aan de Katholieke Universiteit van Leuven speciale aandacht zal worden besteed aan de status van de Fotoroman in de populaire cultuur van Frankrijk.

Kortom, breng onze tentoonstelling een bezoekje en ontdek de wondere wereld van de Fotoroman

Read More / plus d’informations / meer informatie :

  • https://www.facebook.com/De.fotoroman.in.alle.staten
  • http://bib.kuleuven.be/ub/ub-cultureel/tentoonstelling-de-fotoroman-in-alle-staten

Parution: «Si tu vas à Rio…» La musique populaire brésilienne en France au XXe siècle

Parution

«Si tu vas à Rio…»

La musique populaire brésilienne en France au XXe siècle

Anaïs Fléchet, enseignant-chercheur au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines publie «Si tu vas à Rio…»  La musique populaire brésilienne en France au XXe siècle aux éditions Armand Colin.

Longtemps ignorés des Européens, les rythmes du Brésil ont connu un fort engouement dans la société française et suscité de véritables modes musicales tout au long du XXe siècle. Dès la veille de la Première Guerre mondiale, la maxixe fait son apparition dans les dancings parisiens, bientôt suivie par les Saudades du Brésil de Darius Milhaud et les Choros d’Heitor Villa-Lobos. Samba, baião, bossa nova, chanson engagée et tropicalisme sont ensuite venus enrichir le paysage sonore français et ont donné lieu à des transferts culturels complexes entre les deux rives de l’Atlantique.
Comment ces musiques brésiliennes sont-elles parvenues dans l’Hexagone et que nous apprend leur réception sur la société de l’époque ? Quelles pratiques rythmiques et instrumentales ont été adoptées, adaptées et revendiquées par les musiciens français ? Comment écoutait-on le monde avant les « musiques du monde » ? Autant de questions auxquelles cet ouvrage, à la croisée de l’histoire culturelle et de l’histoire transnationale, se propose de répondre.
En retraçant l’itinéraire de la musique populaire brésilienne en France, en interrogeant les médiations qui ont permis ces circulations musicales et en déconstruisant les imaginaires du Brésil qui y sont associés, c’est aussi le cadre plus général de la mondialisation culturelle qui est ici interrogé.

Anaïs Fléchet est maître de conférences en histoire à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, membre du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines et chargée d’enseignement à Sciences Po Paris.

« Si tu vas à Rio… »  La musique populaire brésilienne en France au XXe siècle • Anaïs Fléchet • Armand Colin • Collection Recherches • 392 pages • ISBN : 9782200277253 • 25 €.

Contact éditeur : Irène Nanni 01 44 39 42 21 inanni@armand-colin.fr

Sommaire

Partie I : La révélation d’un nouveau monde sonore : 1905-1940
1. Premiers échos du Brésil
2. Passeurs culturels et médiations musicales
3. Un art sauvage ?

Partie II : Le rêve exotique : 1945-1959
4. Le Brésil en chansons
5. Quand samba rime avec coca-cola
6. Un exotisme populaire

Partie III : Brésil, nouvelle vague
7. Le chant feutré de la bossa nova
8. Les relais de la culture de masse
9. L’art de bien entendre

Épilogue
Entretiens
Caetano Veloso, Rio de Janeiro, 23 avril 2005
Pierre Barouh, Paris, 11 septembre 2003
Chico Buarque de Hollanda, Rio de Janeiro, 7 mai 2004
Georges Moustaki, Paris, 30 août 2004
Violeta Arraes Gervaiseau, Rio de Janeiro, 24 mai 2005

Parution: Comicalités

Comicalités. Etudes de culture graphique

Comicalités. Etudes de culture graphique vous propose deux nouveaux articles.

Le premier d’entre eux s’intéresse aux représentations sexuées des cómics femeninos publiés sous la période franquiste, tandis que le second explore les dimensions spatiales et temporelles de l’écriture autobiographique de Michel Rabagliati au sein de la série Paul (résumés plus bas).
– « L’image de la femme dans les cómics femeninos des années 1960-1970 en Espagne : conflit identitaire ou schizophrénie de genre » de Tatiana Blanco Cordón ;
– « La série Paul de Michel Rabagliati : récits d’espaces et de temps » de Sylvie Dardaillon et Christophe Meunier.
Première publication de notre nouvelle thématique (« Représenter l’auteur de bandes dessinées »), ce dernier article sera très prochainement rejoint par d’autres travaux ainsi que par les premières livraisons de nos appels à communications (« L’Allemagne : quelle(s) image(s) ? » et « Raconter à l’heure numérique ») qui restent, nous vous le rappelons, toujours ouverts.

Conférence: Pepe, Rogas, Santamaria… Les inspecteurs des fictions policières italiennes

Dans le cadre du Festival International du Film Policier de Liège

Le séminaire de l’imaginaire, la BiLA présente:

« Pepe, Rogas, Santamaria… Les inspecteurs des fictions policières italiennes »

par Luciano Curreri (ULg).

Pepe, Rogas, Santamaria… Trois fonctionnaires de la police italienne qui sortent de trois romans: Il commissario Pepe (Ugo Facco De Lagarda), Il contesto (Le contexte) de Leonardo Sciascia, La donna della domenica (La femme du dimanche) de Fruttero & Lucentini.

Trois romans (respectivement de 1965, 1971, 1972) devenus films grâce à trois metteurs en scène de premier plan: I

– Il commissario Pepe (Le fouineur) d’Ettore Scola (Trevico, Avellino 1931), paru dans les salles en 1969;

– La donna della domenica (La femme du dimanche), de Luigi Comencini (Salò, Brescia 1916- Rome 2007), en 1975;

– Cadaveri eccellenti (Cadavres exquis), de Francesco Rosi (Naples 1922), en 1976.

Face à la standardisation d’une bonne partie de la littérature policière et du cinéma de nos jours, ces trois romans et ces trois films marquent une sorte d’âge d’or du « giallo » italien, où se mêlent avec raffinement la quête classique du meurtrier et la déconstruction du genre, la réalité et l’imaginaire de toute la péninsule, la comédie des moeurs et l’engagement, la lutte contre le pouvoir obscur des démocraties occidentales et la ruse de la culture populaire italienne de cette époque si terrible, mais si féconde, entre la seconde moitié des Sixties et les années de plomb.

Après, avec l’assassinat d’Aldo Moro (1978), l’été des massacres (l’attentat de la gare à Bologna et la tragédie d’Ustica en 1980), la chute du mur de Berlin en ’89, les scandales politiques et l’opération « Mains propres » et la soi-disante deuxième république italienne des années quatre-vingt-dix, les choses vont changer…

Le conférencier:

Le Professeur Luciano Curreri enseigne la langue et la culture italienne au sein du département de langues et littératures romanes de l’Université de Liège.

Jeudi 25 avril, à 12h00, à la Bibliothèque des Chiroux, Place des Carmes, 4000 Liège.

Colloque: Fantômas en Europe. Les origines industrielles, sociales et esthétiques (fin XIXe-années 1930)

Fantômas en Europe

Les origines industrielles, sociales et esthétiques

(fin XIXe-années 1930)

Colloque international organisé par les Université de Limoges, Paris X-Nanterre, Bologne et le Théâtre de l’Union

(Limoges, Théâtre de l’Union, 15, 16 et 17 mai, entrée libre et accès gratuit aux spectacles)

Renseignements : loic.artiaga@unilim.fr

Télécharger le programme en version PDF: Programme fantomas

Programme

Mercredi 15 mai

13h-13h30

Accueil des participants

13h45

Introduction du colloque, Pierre Pradinas (Théâtre de l’Union), Philippe Allée (Faculté des Lettres et des sciences humaines de Limoges)

14h

Dominique Kalifa (Université de Paris I) « Ecrire l’histoire de Fantômas »

15h15-17h30

Session 1. Cent visages pour Fantômas

Jacques Migozzi (Université de Limoges) « De Zigomar à Fantômas ou le passage du côté obscur de la Force »

Monica Dall’Asta (Université de Bologne), « Les femmes de Fantômas : images de l’ambiguité dans le cinéma noir des années 1910 »

François-Marie Pons (Université de Paris XIII), « Navarre-Fantômas. Destins mêlés »

18h00

Séance de signatures et de présentation à la presse

Loïc Artiaga, Matthieu Letourneux, Fantômas ! Histoire culturelle d’un héros sériel, Paris, Les Prairies ordinaires, 2013 et Fantômas, t. 1 et 2, Paris, Bouquins, 2013.

Dominique Kalifa, Les bas-fonds, histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, 2013.

Natacha Levet, Sherlock Holmes. De Baker street au grand écran, Paris, Autrement, 2012.

François-Marie Pons, Fantômas c’était moi. Souvenirs du créateur de Fantômas en 1913, mémoires de René Navarre présentés par François-Marie Pons, Paris, L’Harmattan, 2012.

Olivier Boquet, La Colère de Fantômas, Dargaud, 2013

19h30 Diffusion publique et gratuite de Fantômas (Paul Fejös, 1932)

Jeudi 16 mai

9h30-12h45

Session 2. Souvestre & Allain : journalistes, écrivains, hommes du monde, etc.

Thomas Bauer (Université de Limoges), « Les origines sportives de Fantômas. Le Rour (1909), de Pierre Souvestre et Marcel Allain»

Paul Bleton (Téluq, Montréal), « Naz-en-l’air (1912-1913) »

Matthieu Letourneux (Université de Paris X), « Fantômas. Du feuilleton à la collection »

14h30-17h30

Assemblée générale de la LPCM

18h Table Table ronde, « Adapter les classiques… populaires », animée par Natacha Levet  (Olivier Boquet, Gabor Rassov, Hugues Pagan, Pierre Pradinas)

19h30 Diffusion publique et gratuite de la captation de « Fantômas revient ! » (2006)

Vendredi 17 mai

9h30

Robin Walz (Université de l’Alaska), Panorama de la pègre. Une arrière-pensée de l’avant-garde

10h30-12h30

Session 3. L’Européenne du crime

Federico Pagello (Université de Dublin), « Dr  Nikola »

Sandor Kalai (Université de Debrecen), « Un génie du crime : le docteur Cornélius »

Christos Dermentzopoulos, Lampros Flitouris (Université de Ioannina), « Les aigles des montagnes : Des options du crime dans le roman populaire grec du début du XXème siècle »

14h

Jean-Yves Mollier (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), « Arthème Fayard et la révolution du Livre populaire »

15h-17h

Session 4. Cent lectures  de Fantômas

Loïc Artiaga (Université de Limoges) « Fantômas, la presse et la morale. Comment on reçoit un criminel »

Alain Carou (BNF), « Fantômas-Express, récits de films »

Annabelle Audureau (Université de La Rochelle), « Fantômas,  mythe moderne et et mythe de la modernité dans la peinture, du Cubisme au Surréalisme »

Isabel Violante (Université de Paris I), « Fantômas en relief dans les Soirées de Paris »

17h30

Conclusions, par Jacques Migozzi et les organisateurs du colloque

Publication : Screening the Dark Side of Love: From Euro-Horror to American Cinema, Karen A. Ritzenhoff and Karen Randell

Karen A. Ritzenhoff and Karen Randell, Screening the Dark Side of Love: From Euro-Horror to American Cinema, Palgrave Macmillan.

Book presentation

This edited collection unpicks the ways in which love can be understood globally as a problematic and often violent transgression rather than the narrative of ‘happy endings’ that Classical Hollywood has offered. Its engagement with varying methodologies of history, textual analysis, psychoanalytic models and cultural critique ensures that the edition will be useful for courses taught across the globe on film, television and popular culture. The collection comprises of international scholars who engage with films that have been made from the margins to the mainstream of cinema to explore issues surrounding gender identity and spectatorship.

Content

  • Re-Imagining Censorship as ‘Reel’ Mutilation: Why not a G-rated Version of David Cronenberg’s Crash; J.S.Robinson
  • The Whip and the Body: Sex, Violence, and Performative Spectatorship in Euro-Horror S&M Cinema; A.I.Olney
  • Lars von Trier’s Anti Christ and the Australian ‘lost child’ Complex: Love, Loss and Emotional Indulgence; T.Waddell
  • Black Bucks and Don Juans: Violent Romances of Race and Sex in Jane Campion’s In the CutT.Lundy
  • Mad Love: The Anxiety of Difference in the Films of Lon Chaney Snr.; K.Randell
  • Love and Crime in Agatha Christie Films; M.Aldridge
  • Monstrous Love: Oppression, Intimacy, and Transformation in Mary Reilly (1996); C.Miller
  • Self-mutilation and Dark Love in Darren Aronofsky’s Black Swan (2010) and Michael Haneke’s The Piano Teacher (2000);K.A.Ritzenhoff
  • Female Pleasure and Performance: Masochism in Belle de Jour and Story of OS.Deighan
  • What’s in the Basket?: Sexualized and Sexualizing Violence in Frank Henenlotter’s Basket CaseL.Cunningham
  • Blood and Bravado: Violence, Eroticism, and Spain in Pedro Almodovar’s MatadorM.Morris
  • The Comedic Punch Line: Unpacking Scenes of Domestic Violence-as-humor in Tyler Perry Films; J.Hudson
  • Obsessed and Fatally Attracted: The Gender and Racial Politics of Obsessed; S.Leonard
  • High-Tech Pleasure: Seriality and Pornographic Body; S.Schaschek

Authors

KAREN A. RITZENHOFF is a Professor of Communication at Central Connecticut State University, USA, and a member of the Program for Women, Gender and Sexuality Studies. She teaches courses on women and film, mass media, film history, visual communication, American cinema and television production. She is co-editor of Sex and Sexuality in a Feminist World(2009) as well as co-editor of Leiden, Trauma, Folter: Bildkulturen des Irakkriegs,’ Augenblick: Marburger Hefte zur Medienwissenschaft (2011), a special issue of the Marburg Journal of Media Studies. Her article on Lisbeth Salander as the ‘Final Girl’ in the Swedish Girl Who films is included in Donna King and Carrie Lee Smith’s (eds.). Men Who Hate Women and the Women Who Kick Their Ass: Feminist Perspectives on Stieg Larsson’s Millennium Trilogy (2012).
KAREN RANDELL is Principal Lecturer in Film Studies at Southampton Solent University, UK. Her research interests are in film, gender, trauma and war. She is co-editor of Screen Methods: Comparative Readings in Film Studies (2006), The War Body on Screen (2008) and Reframing 9/11: Film, Popular Culture and the ‘War on Terror’ (2010). Randell is also published in Screen(2003), Art in the Age of Terrorism (2005), The Journal of Cinema Studies (2011) and Generation Zombie (2011). She is currently writing a monograph on Lon Chaney Snr.

More information : http://www.palgrave.com/products/title.aspx?pid=565387

Dis Papa, c'était quoi le patriarcat?, Anne Larue

Dis Papa, c’était quoi le patriarcat?, Anne Larue, mars 2013, Editions iXe. Avant-propos de Geneviève Pruvost: « le tee-shirt de Spiderman ».
«Comment penser autrement? Comment sortir du sillon, c’est-à-dire, au sens propre, « délirer »? Comment penser hors des sentiers balisés par une idéologie plusieurs fois millénaire? Le projet paraît perdu d’avance. Pourtant l’histoire – et la préhistoire – peuvent nous aider à revenir sur certaines idées toutes faites, et nous apprendre pas à pas, une pièce après l’autre, à démonter le grand mécano.

Cet essai envisage le patriarcat comme une «mégacivilisation» confondue avec l’ordre du monde. Par une prodigieuse opération de propagande menée sous l’égide d’institutions taillées pour le servir (la religion, la famille, la propriété), il a longtemps imposé sa conception de la vie, de la mort, de l’art. La littérature a largement contribué à accréditer l’idéologie qui le structure. Après tout, elle est partie prenante de la  «civilisation du Livre»!

Voilà près de quatre mille ans que les « grands textes fondateurs », les épopées et le tout-venant des chefs-d’œuvre célèbrent la figure du héros en remettant sur le métier le vieux scénario à la gloire d’Un Seul – de sa lignée, de sa vaillance et de sa force. Mais le souffle épique se fait court et cela s’entend dans la langue, qui désormais s’insurge contre la fausse neutralité d’un masculin arrogant. La patriarquie a beau contre-attaquer, plus elle résiste, plus son manteau craque aux coutures. Comme le tee-shirt de Spiderman ! jubile Geneviève Pruvost dans son avant-propos.

Cette civilisation de la domination (du chef sur tous, des hommes sur les femmes, des adultes sur les enfants, des humains sur les animaux) se prétendait éternelle, et elle se sait aujourd’hui menacée de disparition. Pour la voir en future Atlantide, il faut, imitant Anne Larue, ôter les lunettes qui donnent au réel l’apparence de la nécessité et observer les choses telles que nous les vivons. L’exercice passe par une relecture décapante des best-sellers patriarcaux du passé (L’épopée de Gilgamesh, l’Iliade, le Code de Hammurabi), assortie d’un examen panoramique des comics américains, de la littérature contre-utopique et de la science-fiction.

Plus d’information : http://www.editions-ixe.fr/content/dis-papa-cétait-quoi-le-patriarcat

Publication : Filles de la mémoire. Les images fixes de Juan Marsé, de Viviane Alary

Viviane Alary, Filles de la mémoire. Les images fixes de Juan Marsé, Tours, PUFR, « Iconotextes », 2013, 200p.

Alors que la critique a fait la part belle à la place qu’occupe le cinéma dans la production narrative de Juan Marsé (figure majeure du roman espagnol contemporain, Prix Cervantès 2008), cet essai démontre avec une minutie « détectivesque » la dynamique de l’écriture qu’instaure la présence d’images fixes – affiches de cinéma, bandes dessinées, photographies, dessins – clichés dérisoires ancrés dans la mémoire et renvoyant au temps de l’enfance et de l’après-guerre civile à Barcelone.

Images rebut qui n’avaient en leur temps aucune valeur culturelle, leur mise en contexte se fait soit sur le modèle d’une main qui les dessine ou les retouche, instituant une sorte de work in progress, soit sur le modèle du regard qui les capte.
Au plaisir que prend l’auteur à jouer mentalement avec l’images décrite à la loupe, manipulée et recyclée, détruite ou restaurée, contemplée ou consommée, répond une lecture qui prend l’image fixe au pied de la lettre imprimée, démontrant ainsi à quel point elle est le lieu d’un investissement imaginaire irriguant le texte littéraire et toute ses strates (structure, construction des personnages, jeu des points de vue et des voix, dimension spéculaire).

Après Hergéologie, de Pierre Fresnault-Desruelles, Filles de la mémoire est le second volume de la collection « Iconotextes », dirigée par Cécile Boulaire et Laurent Gerbier aux Presses Universitaires François-Rabelais (Tours).

Publication : La réutilisation des contes, mythes et légendes en fantasy jeunesse, de Eunice Dos Santos Martins

Eunice Dos Santos Martins, La réutilisation des contes, mythes et légendes en fantasy jeunesse, The Book Edition.

La fantasy est un genre profondément anglo-saxon et il s’agit en France d’un phénomène reconnu assez récemment en tant que tel, notamment en littérature de jeunesse. Elle est parvenue à s’imposer en tant que genre littéraire à part entière à la suite du succès du Seigneur des anneaux et de Harry Potter qui a ouvert les portes à de nouveaux auteurs de fantasy jeunesse.

La fantasy est un genre littéraire qui s’inscrit en héritière de la longue tradition des mythes et des contes où l’on ne cesse de raviver les épisodes bibliques (Le Monde de Narnia) ou les mythes arthuriens, (L’Épée dans la pierre). Il ne faut donc pas s’étonner alors de voir la fantasy reprendre de manière plus ou moins explicite les mêmes personnages et les mêmes schémas narratifs. Conformément à l’analyse de Bettelheim sur le conte merveilleux, les œuvres de fantasy ouvrent l’imaginaire de l’enfant vers d’autres horizons : il part en voyage dans un pays mystérieux, accomplit des prouesses, et revient admiré par tous.
La réutilisation des contes, mythes et légendes en fantasy jeunesse est un fait indiscutable. C’est ce que nous avons essayé de démontrer à partir de 4 œuvres de fantasy jeunesse, La Quête d’Ewilan, Prisonnier des Vikings, La Quête de Deltora, La Guerre des fées, auxquelles nous avons appliqué également le schéma quinaire du conte.

Disponible sur le site de The Book Edition : http://www.thebookedition.com/la-reutilisation-des-contes-en-fantasy-eunice-dos-santos-martins-p-92547.html