Parution: L'Imaginaire de l’Apocalypse au cinéma (Grit)

L’Imaginaire de l’Apocalypse au cinéma
L’Harmattan, 2012
VIENT de paraître, chez l’Harmattan, L’Imaginaire de l’apocalypse au cinéma, collectif dirigé par Arnaud Join-Lambert, Serge Goriely et Sébastien Fevry. Le volume, publié dans la collection « Structures et pouvoirs des imaginaires », rassemble les contributions de chercheurs issus de plusieurs domaines de recherche (spécialistes de l’expression artistique, théologiens) afin d’examiner dans toute leur richesse ces productions cinématographiques qui soulèvent les questions de fins dernières.

Présentation

Apocalypse(s) ! Depuis ses débuts, le cinéma n’a cessé de projeter des images de fin du monde, de cristalliser sur grand écran les craintes suscitées aussi bien par le devenir collectif de l’humanité que par le sens de l’existence individuelle. Qu’il s’agisse d’une destruction planétaire filmée à grand renfort d’effets spéciaux ou d’un effondrement plus silencieux, les films apocalyptiques ne manquent pas de soulever les questions des fins dernières : Quel monde espérer après le chaos ? Qu’en est-il de la révélation ultime ? Au cinéma, ces interrogations prennent les formes les plus diverses, alimentant une création foisonnante où les allusions au texte biblique côtoient les références à des périls réels ou fantasmés. Pour se pencher sur cet imaginaire apocalyptique, sont ici conviés des chercheurs de différentes provenances (spécialistes de l’expression artistique et théologiens), offrant une approche plurielle et critique, à la mesure de la richesse et des enjeux de ce type de cinéma. Tandis que la première partie aborde, en une série de plans d’ensemble, les traits dominants du genre, notamment à travers le prisme du film catastrophe, la seconde partie se resserre sur une suite d’études consacrées à la dimension apocalyptique présente dans l’œuvre de réalisateurs marquants (Tarkovski, Herzog, Kieślowski, etc.) et de créateurs en art vidéo (Viola, Theys).

Cet ouvrage a été coordonné par des membres du Groupe de recherche Cinespi de l’université catholique de Louvain : Arnaud Join-Lambert, professeur à la faculté de théologie, Serge Goriely, docteur en lettres et chargé de cours au Centre d’études théâtrales, et Sébastien Fevry, docteur en sciences de la communication, chargé de cours invité à l’École de communication et professeur à l’Institut des arts de diffusion (IAD).

Appel à communications : Philoséries, "Philosopher avec les séries télévisées", n° 5 : A la Maison Blanche

Philoséries « Philosopher avec les séries télévisées »

Episode n°5 : A la Maison Blanche

Vendredi 5 et samedi 6 juillet 2013, Paris.

Appel à contributions (pdf)

Le cycle de colloques « Philosopher avec les séries télévisées » initié en 2009 avec Buffy, tueuse de vampires se propose d’analyser chaque année une série télévisée déterminée, sur un mode à la fois monographique et interdisciplinaire. Pour 2013, renouant avec les thématiques ouvertes en 2011 avec le colloque consacré à la série 24h chrono, nous proposons de concentrer notre attention sur A la Maison Blanche (The West Wing), série américaine en sept saisons créée par Aaron Sorkin et initialement diffusée de 1999 à 2006. Mettant en scène de façon à la fois uchronique et réaliste sept ans de vie « à la Maison Blanche », et plus précisément dans « l’aile ouest » (« The West Wing ») qui abrite les bureaux de la Présidence américaine, la série suit les deux mandats successifs du président démocrate Josiah Bartlet (Martin Sheen) et de son équipe.
En continuité avec les précédents événements Philoséries, ces journées doivent s’entendre comme d’abord philosophiques, tout en étant largement ouvertes aux contributions d’autres sciences humaines et sociales : histoire, droit, science politique…  Si les dimensions éthiques, politiques et historiques en particulier de l’univers A la Maison Blanche méritent d’être analysées avec toute l’attention requise, les communications pourront s’attacher à d’autres questions, du moment qu’elles permettent de contribuer à répondre à celle qui sert de fil conducteur à l’ensemble du cycle : dans quelle mesure la série télévisée fictionnelle peut nous aider à mieux philosopher sur le monde, à mieux le comprendre, à mieux exister en lui ? Le fait-elle nécessairement, ou sinon, à quelles conditions ?
Le colloque aura lieu les vendredi et samedi 5 et 6 juillet 2013.
Les communications dureront chacune 30 mn et seront suivies de 15 mn de discussion. Merci de bien vouloir envoyer vos propositions (max. une page) à allouche.sylvie@gmail.com avant le 1er février 2013. Une réponse vous sera donnée avant le 1er mars 2013. Nous prions en outre les contributeurs de remettre leur texte définitif en vue de sa publication avant le 1er novembre 2013.

Comité d’organisation :
Sylvie Allouche (IHPST, U. Paris 1 – CEM, U. of Bristol)
Sandra Laugier (PhiCo, U. Paris 1)
Marjolaine Boutet, (CHSSC, U. de Picardie)