Séminaire « Histoire et poétique de la petite presse (1815-1870) »

Séminaire « Histoire et poétique de la petite presse (1815-1870) »

Alain Vaillant, université Paris Ouest et Jean-Didier Wagneur, BNF

2012-2013

Pour la deuxième année, le PhisTeM (équipe « Poétique historique des textes modernes » du
CSLF de l’université Paris-Ouest) consacre l’un de ses séminaires, suivi d’une journée
d’études, à l’étude de la « petite presse » du XIXe siècle.
Rappelons que, dans le cadre de l’ANR franco-québécoise « Médias 19. Pratiques et
poétiques journalistiques du XIXe siècle » qui est pilotée par le RIRRA 21 de l’université
Montpellier 3 (Marie-Ève Thérenty) et par la faculté des Lettres de l’université Laval de
Québec (Guillaume Pinson), le PHisTeM, l’un des trois partenaires français de l’ANR, s’est
fixé pour objectif de mener un travail systématique de repérage, de description et
d’interprétation de la « petite presse » de 1815 à 1881. Il est en effet admis que la « petite
presse » – la presse littéraire et peu ou prou satirique, « petite » par différence avec la
« grande » presse politique, plus contrôlée et moins libre – constitue au XIXe siècle un lieu
d’invention et d’innovation culturelles d’une importance historique capitale et qu’elle a même
été, sans doute, le creuset de notre modernité.
Le séminaire du PHisTeM, ouvert à tous les chercheurs ou étudiants intéressés par la poétique
de l’écriture journalistique, se veut un lieu de questionnement historique, de réflexion
méthodologique et de débat théorique sur le lien « presse et littérature » au XIXe siècle.

11 janvier – Vincent Laisney (université Paris Ouest) : « sociabilité cénaculaire et petite
presse ».

15 février – Fanny Bérat (PhisTeM) : « les origines journalistiques du poème en prose ».

15 mars – Corinne Saminadayar-Perrin (RIRRA 21, Montpellier 3), « Jules Vallès, acteur et
témoin de la petite presse du second Empire ».

19 avril – Fabrice Erre (Centre d’histoire du XIXe siècle, Paris 1), « La caricature dans la
petite presse ».

24 mai : Journée d’études sur le thème « Qu’est-ce que la “petite presse” ? » (interventions
d’Olivier Bara, Jean-Louis Cabanès, Matthieu Letourneux, Marie-Ève Thérenty, Alain
Vaillan, Yoan Vérilhac, Jean-Didier Wagneur).

Les séances du séminaire ont lieu le vendredi de 17h à 19h, à l’université Paris Ouest
(Nanterre la Défense), bâtiment L, salle R 5 (rez-de-chaussée).

Publication : la sériephilie. Sociologie d’un attachement culturel, Hervé Glevarec

La sériephilie. Sociologie d’un attachement culturel, Hervé Glevarec, Ellipses, Paris, 2012.

Depuis une dizaine d’années, les séries télévisées de provenance américaine sont devenues l’objet déclaré de passion de la part de catégories peu enclines jusque-là à valoriser ce genre télévisé, tout autant qu’un format de premier plan dans la programmation de soirée des grandes télévisions en France. Que se passe-t-il donc de si nouveau depuis les années 1990 du côté des séries télévisées ?
À partir d’entretiens avec une trentaine d’amateurs, corpus dont le noyau dur est constitué d’une population de jeunes adultes, cet ouvrage rend compte des raisons d’une passion qui met en avant la valeur des personnages, aux personnalités fouillées, fréquemment traversés par des questions existentielles et pourvus de talents ignorés, mais aussi des univers narratifs troublants par leur rapport aux sentiments, au quotidien et aux faits du monde, ce qui en fait des sortes de fictions de l’ordinaire. Les séries contemporaines sont des séries à hypothèses. Elles offrent un espace de questionnement et de projection à des jeunes adultes notamment, individus en devenir et aux identités plus labiles qu’auparavant.

Information et sommaire : http://www.editions-ellipses.fr/product_info.php?products_id=8742

Publication : The Visual Culture Reader, 3rd Edition

Edited by Nicholas Mirzoeff

Ten years after the last edition, this thoroughly revised and updated third edition of The Visual Culture Reader highlights the transformed and expanded nature of globalized visual cultures. It assembles key new writings, visual essays and specially commissioned articles, emphasizing the intersections of the Web 2.0, digital cultures, globalization, visual arts and media, and the visualizations of war. The volume attests to the  maturity and exciting development of this cutting-edge field.

Fully illustrated throughout, The Reader features an introductory section tracing the development of what editor Nicholas Mirzoeff calls « critical visuality studies. » It  develops into thematic sections, each prefaced by an introduction by the editor, with an emphasis on global coverage. Each thematic section includes suggestions for further reading.

Taken as a whole, these 47 essays provide a vital introduction  to the diversity of contemporary visual culture studies and a key resource for research and teaching in the field.

Find out more and order a complimentary exam copy at http://www.routledge.com/9780415782623

Colloque: La critique littéraire d’Alexandre Dumas (père), 15-16 nov. 2012, Caen.

La critique littéraire d’Alexandre Dumas (père)

Université de Caen, 15-16 novembre 2012

Colloque organisé par l’équipe LASLAR (EA 4256)

sous le patronage de la Société des Amis d’Alexandre Dumas

Jeudi 15 après-midi

14h Ouverture du colloque : introduction (Julie Anselmini, Université de Caen)

Dumas dans l’arène critique

14h30 Anne-Marie Callet-Bianco (Université d’Angers) : « Dumas et la polémique autour de la “littérature facile” »

15h05 Sandrine Carvalhosa (Université Montpellier 3) : « Alexandre Dumas (1836-1838). Leçons de critique »

15h40 Sarah Mombert (ENS-LSH Lyon) : « Alexandre Dumas et Jules Janin, le duel des critiques »

Pause café

Dumas critique d’autrui

16h45 Maxime Prévost (University of Ottawa, Canada) : « Dumas lecteur de Sand »

17h20 Barbara T. Cooper (Universiy of New Hampshire, USA) : « Dumas critique et “théoricien” de l’art théâtral à l’époque romantique »

19h30 Repas au restaurant Archidona

Vendredi 16 matin

La création dumasienne au miroir

9h Stéphane Arthur (Université Paris IV) : « Dumas critique de son propre théâtre dans Mes Mémoires »

9h 35 Julie Anselmini (Université de Caen) : « L’art et les artistes dans Les Mohicans de Paris »

10h 10 Sylvie Thorel (Université Lille 3) : «Aramis écrivain. L’Histoire et les histoires »

Pause café

11h Isabelle Safa (Université de Caen) : « La “ligne rêveuse de la poésie” : la poétique de la représentation de l’Histoire dans les romans d’Alexandre Dumas »

11h 35 Daniel Compère (Université Paris 3) : « L’art du lézard ou le retour de Dumas sur la scène romanesque (1865-1870) »

Déjeuner

Vendredi 16 après-midi

Critique, réemplois, modes d’emploi

14h Patricia Victorin (Université Montpellier 3) : « Dumas en Froissart : le romancier et le chroniqueur »

14h35 Christine Prévost (Université d’Artois) : « Quand Dumas traduit, adapte, ou transpose la littérature européenne, quel critique est-il ? »

Pause

15h 30 Charles Grivel (Université de Mannheim) : « Dumas, auteur critique en second »

16h 05 Claude Schopp (Président de la Société des Amis d’A. Dumas) : « Critique littéraire et critique gastronomique chez Dumas »

17h : clôture du colloque

Publication : Pour une théorie poétique de la narration, S.-Y. Kuroda

Pour une théorie poétique de la narration, S.-Y. Kuroda

Pour une théorie poétique de la narration, essais de S.-Y. Kuroda, traduits de l’anglais par Cassian Braconnier, Tiên Fauconnier et Sylvie Patron, introduction, notes et édition de Sylvie Patron (Paris, Armand Colin, coll. « Recherches », 2012).

Les six essais qui composent cet ouvrage concernent tous, centralement ou de façon plus marginale, le problème de la narration de fiction, envisagé d’un point de vue linguistique. Ces textes interrogent aussi bien les fondements linguistiques de certaines théories de la narration existantes que la place que pourrait avoir une théorie descriptivement plus adéquate de la narration de fiction dans une théorie générale de l’usage du langage. La plupart des essais ont été écrits et publiés dans la décennie 1970. Ils doivent, bien sûr, être lus et replacés dans leur temps, dans la conjoncture intellectuelle qui leur est propre. On peut néanmoins leur reconnaître une importance fondamentale dans le contexte de la réflexion actuelle.

Ces essais résument et synthétisent la nature et la force de l’œuvre de Kuroda comme une sorte de synecdoque. On y retrouve des idées et des principes que Kuroda partage avec les autres membres de sa communauté de travail et de recherche : l’autonomie et le primat de la syntaxe, le recours aux jugements des locuteurs, l’opposition entre la compétence et la performance linguistiques, le mentalisme ; mais aussi un certain nombre de traits qui contribuent puissamment à son originalité : le primat du japonais, l’intérêt constant pour la sémantique, l’inflexion philosophique de la linguistique, donnée notamment par la philosophie du langage européenne.

S.-Y. Kuroda (1934-2009) a été l’un des plus grands linguistes de sa génération. Il a étudié les mathématiques et la linguistique à l’université de Tokyo (Japon), puis au Massachussetts Institute of Technology (Cambridge, Mass., États-Unis), où il a fait sa thèse sous la direction de Noam Chomsky. Il a été professeur à l’université de Californie à San Diego et a également enseigné en tant que professeur invité à l’université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis dès l’année de sa fondation.

Sylvie Patron est maître de conférences en langue et littérature françaises à l’université Paris Diderot-Paris 7. Elle est membre du Centre d’études et de recherches interdisciplinaires de l’UFR de lettres, arts, cinéma (CÉRILAC, Université Paris Diderot) et participe au programme HERMÈS, financé par l’Agence nationale pour la recherche (ANR), qui soutiennent l’un et l’autre la publication de cet ouvrage.

CONTENT

Introduction

  • Les arrière-plans intellectuels des essais de Kuroda
  • Son intérêt pour ce domaine (I) : problèmes de syntaxe japonaise
  • Son intérêt pour ce domaine (II) : problèmes généraux
  • Importance des essais de Kuroda dans le contexte de la réflexion actuelle

Origine des essais

1. Où l’épistémologie, la grammaire et le style se rencontrent : examen d’un exemple japonais

  • Appendice

2. Grammaire et récit

3. Réflexions sur les fondements de la théorie de la narration

  • La théorie communicationnelle de la narration
  • Critiques de la théorie communicationnelle de la narration
  • Vers une autre conception de la narration
  • Une théorie poétique de la narration

4. Quelques réflexions sur les fondements de la théorie de l’usage du langage

5. La théorie des actes de discours reformulée. Pour une théorie de l’usage du langage

6. Étude du « marqueur de topique » wa dans des passages de romans de Tolstoï, Lawrence et Faulkner (en traduction japonaise, évidemment)

http://www.armand-colin.com/livre/398847/pour-une-theorie-poetique-de-la-narration.php

Publication : Archetypes in Literatures and Cultures, Geybullayeva Rahilya (ed.)

Archetypes in Literatures and Cultures. Peter Lang, Frankfurt am Main, Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Wie October 2012. 304 pp.

Geybullayeva, Rahilya (ed.)

in Collaboration with Izabella Horvath and Sevinj Bakhysh

Papers represented by scholars from Azerbaijan, Russia, Kazakhstan, Georgia, Turkey, Chechia, Bulgaria, United Arab Emirates, USA, UK, Sweden, Australia, The Netherlands, has been grouped around chapters National or Transnational, Source or Interpretation, Eastern Archetypes in the West: Rumi, Ashik-Kerib, Qurriat Al-Ayn, Archetype as a Symbol and an Image, Archetypes in Language and Translation, Archetypes in New Transformation or Fan-fiction, Mythology Archetypes and Totems, Archetypal images as a way of constructing identity.

The topics of this book range over various materials inspired by a field of questions related to archetypes. For example, the myth of Troy and the history of Romeo and Juliet as they appear in English and Italian form one branch of research. Another branch is made up of the plot of Leili and Mejnoun as it has been re-narrated in Azerbaijani, Persian, Indian or Uzbek, and now in contemporary Georgian and Russian. Yet again there is the plot of Dr. Faustus in English and German. These beg the question, « how do archetypical plots travel? »

Yet another area of research is how « nationality » figures into the construction and communication of epic plots? How is one to distinguish, for example, the song and verses of Mowlana and their adaptation in music by American authors? What about the similarity of melodies in the classical mugham of Bayaty-Shiraz and in « Toccata D Minor » by Johann Sebastian Bach? How do these things travel? How do these kinds of things of art travel when it comes to nations? How does a translation influence the migration of plots?

Finally, there is the matter of how these things travel and change in relation to different media, especially to modern media technology, to music, to cinema, to fan-fiction, to hyper-text.

These questions were posed for a conference devoted to the question of Archetypes. The forms of archetypes have changed and continue to change from one migrant plot to another. Taking into consideration the things mentioned above, the question arises: « Where are the borders between an original text, influence, and plagiarism? »

CONTENTS

Preface

Acknowledgements

Introduction

Chapter 1. National or Transnational, Source or Interpretation

  • Rahilya Geybullayeva (Azerbaijan) From Archetypal Situation to Archetypised Words or Words as a Unit of Semantic Reinterpretations
  • Kamal Abdullayev (Azerbaijan) Similarities in World Literature: Azerbaijani and Greek Epics (Toward Invariants)
  • Izabella Horvath (China-USA) Eurasian Folksong Texts as Carriers of Poetic Archetypes
  • Aslan Mamedly (Azerbaijan) Scientific Discourse of Post-Totalitarian Regimes: Fears and Hopes

Chapter 2. Eastern Archetypes in the West: Rumi, Ashik-Kerib, Qurriat Al-Ayn

  • Simon Sorgenfrei (Sweden) Renditions of Rumi in Europe and North America
  • Tatiana Megrelishvili (Georgia) Archetype of the Creator: the Semantics of Cultural Universals of the East (Mikhail Lermontov’s « Ashik- Kerib »)
  • Angelina Saule (Australia) Desiring the Oriental « Other » in the Persian Poems of Velimir Klebnikov

Chapter 3. Archetype as a Symbol and an Image

  • Gorkhmaz Guliyev (Azerbaijan) Hamlet and Iskandar: the Breakdown of the Persona Archetype as a Condition for Identity Formation
  • Gonul Bakay (Turkey) Faustus as Archetype
  • Mamed Godjaev (Azerbaijan) Archetype of the Russian Man in Dostoyevsky’s Works
  • Khuraman Mursalieva (Azerbaijan) Gods Don’t Talk, Poets Talk instead of Them (Archetype of Poet)
  • Sevinj Bakysh (United Kingdom) Archetype and Symbol of a Wise Old Man

Chapter 4. Archetypes in Language and Translation

  • Saddik Gohar (United Arab Emirates University) The Role of Translation in the Integration of Western /Christian Archetypes in Contemporary Arabic – Islamic Literature
  • Khalida Isa-zada (Azerbaijan) Symbols and Archetypes as Foundation of Phraseological Units in Languages

Chapter 5. Archetypes in New Transformation or Fan-fiction

  • Hatice Övgü Tüzün (Turkey) Dostoevsky’s Underground Man as a Literary Archetype in Postmodern Literature
  • Elnare Garagyezova (Azerbaijan) The Mill Archetype in Literature
  • Gunay Garayeva (Azerbaijan) Symbolization of Celestial Bodies as an Archetype in the Azerbaijani New Period Poetry

Chapter 6. Mythology Archetypes and Totems

  • Anuar Galiev (Kazakhstan) Archetypes of Turkic Culture
  • Irina Modebadze, Tamar Tsitsishvili (Georgia) Artistic Personification of Opposites: Analyses of « Medea » by Sandro Shanshiashvili
  • Yordan Lyutskanov (Bulgaria) The Holy Grail, Whore of Babylon (or Rome), Mother Earth, and the Purifying World Conflagration in the Works of Nikolay and Lev Gumilyovs

Chapter 7. Archetypical images as away of constructing identity

  • Igor Yankov, Larisa Piskunova (Russia) The Archetype of Construction Sacrifice in the Formation of a City’s Identity: from a « City-Factory » towards a « City of Consumer Goods Exhibition »
  • Elena Paskaleva (Netherlands) The Archetype of the Four in the Architecture of the Four-īwān Building Tradition

List of the Authors

Index

Call for papers : Secret, publicité, recherche en sciences sociales (ESSACHESS)

(english below)

Appel à contributions pour le volume 6, n° 2(12)/ 2013

Secret, publicité, recherche en sciences sociales

Coordination du dossier :

Olivier CHANTRAINE (Geriico, Université Charles de Gaulle de Lille 3, France) et

Patrice de la BROISE (Geriico, Université Charles de Gaulle de Lille 3, France)

La recherche en Sciences Sociales ne peut qu’entretenir un rapport conflictuel et problématique avec le secret, puisqu’elle cherche à « découvrir »: « dévoiler », « déceler », « révéler », « expliciter », « publier » ; ce qui suppose que son objet de recherche soit souvent « couvert », « voilé », « caché ou recélé », « inconnu », « implicite » ou « réservé »… pour des raisons plus ou moins légitimes et appuyées par plus ou moins de force. Raisons d’Etat, parfois mais aussi souvent « bonnes raisons » aux yeux des institutions et de l’opinion, ou encore de l’Université elle-même.

La recherche est sous le régime d’un devoir de publication et d’une éthique de publicité alors qu’elle a souvent affaire avec des faits sociaux et des situations qui sont pour les « acteurs » concernés d’un tout autre registre. En effet le secret est au cœur de la construction des formes sociales (Simmel, 1991 ; Petitat, 1998) où il se décline sous de nombreuses acceptions selon les contextes et les enjeux ; ainsi on peut le retrouver :

  • dans l’implicite et le non dit,
  • dans l’inconscient et le déni,
  • dans le caché plus ou moins légitime,
  • dans les savoirs et savoir-faire thésaurisés par des groupes ou des institutions qui s’en réservent l’usage, la pratique, les fruits et les récompenses et en font leurs armes dans des situations de concurrence ;
  • dans le sale et l’impur, dont on détourne le regard et qu’on évite de nommer  lorsque l’on est contraint de s’y investir et impliquer (Hugues, 1996).

États, professions, castes, partis, sectes, factions, entreprises, institutions, équipes, nations, ethnies, associations de bienfaisance ou de malfaiteurs, cercles, conjurations, bandes, gangs, sociétés secrètes, écoles, réseaux, tendances ne disent ni ne montrent tout. Ce qu’ils taisent et ce qu’ils cachent leur est consubstantiel, voire structurel et ils se préservent de sa divulgation, selon les contextes, par la loi, par l’usage, par la morale, par le mensonge, par la censure ou par la violence. Préserver leurs secrets leur apparaît souvent comme une nécessité vitale.

Pourtant, soucieux parfois de « stratégie », de « critique » ou de « réflexivité », voire « d’efficacité ou de performance » ou mus par le souci de gérer ou restaurer leur image publique ils vont négocier avec des prestataires recrutés « à l’interne » ou « de l’extérieur » des « contrats de recherche ». Il peut aussi apparaître, en leur sein, des critiques, des imprécateurs, des « lanceurs d’alerte », des praticiens de la « recherche-action » ou des formateurs plus ou moins inspirés par des démarches disciplinaires relevant des sciences sociales.

Ou encore des chercheurs de diverses disciplines seront (auto)missionnés par le souci de la connaissance.

Des partenaires, des adversaires, des tutelles, des institutions ou l’Etat missionneront des agences d’évaluation.  Des experts pousseront parfois leurs investigations au-delà des premières évidences et des conclusions ou préconisations pré-formatées.

Des espions voleront les secrets de fabrication et des traîtres ou transfuges en livreront.

De ces diverses circonstances et entreprises le secret ne sortira pas indemne. Son partage, son territoire et ses masques seront autres. Corrélativement, les espaces où il aura été découvert seront eux-mêmes transformés.

Souvent ces processus feront émerger d’autres formes de secret :

  • les secrets largement connus, c’est-à-dire ces choses que « tout le monde » sait mais à quoi tout le monde tient à conserver le statut de secret, ce qui rencontre parfois la notion de tabou. Par exemple, faire de « l’éducation sexuelle » avec les « vrais mots », dénoncer le « plafond de verre » dans les institutions, mettre sur la sellette le machisme dans le management et la gestion des ressources humaines, avouer le cynisme au cœur du « réalisme » scolaire des « bons élèves » à l’école, ou le même cynisme dans la docilité à l’évaluation chez les universitaires « excellents »  n’apprend pas grand-chose à grand monde  mais change la règle du jeu dans le débat public. Ironiquement on appelle parfois ces secrets les « grands secrets » ;
  • les « secrets de polichinelle », ignorés seulement de ceux qui en sont les victimes, les « jobards » (Goffman,1990) ou des « innocents » qui seront humiliés au moment de la révélation-publication  en prenant conscience qu’ils n’étaient pas dans la confidence, qu’ils étaient aveugles ou naïf ;
  • les secrets qui  cachent simplement qu’il n’y a rien à cacher, et autour desquels seuls la dissimulation et le silence imposés ont un sens : instrument de pouvoir et de contrainte sur les assujettis d’une secte ou d’une confrérie (Sissela Bok, 1984) ;
  • les secrets gardés par ceux qui n’en connaissent pas eux-mêmes le contenu ou la signification, ou ne veulent pas les connaître, craignant parfois les conséquences d’une abréaction.

Il peut arriver que la critique du secret consiste moins dans le dévoilement de son contenu supposé que dans la mise en évidence d’aspects peu avouables de sa légitimité.

Ainsi les secrets professionnels – du médecin, du prêtre, du psychanalyste, du savant, de l’inventeur par exemple – sont argumentés par l’intérêt du patient et le souci de l’intérêt public, voire de l’objectivité et l’impartialité dans la pratique professionnelle, mais apparaissent au moins autant comme des moyens du pouvoir et de la domination ou des exemptions de responsabilité.

On ne les publie/révèle pas non plus toujours impunément… Celui qui publie des secrets acquiert souvent par là même un statut d’hérétique. En sciences économiques, ceux qui ont regardé de trop près la « main invisible » des marchés sont appelés « hétérodoxes »… et gérés comme tels par leurs « pairs ».

On ne les révèle-publie non plus tout à fait légitimement : publier/dévoiler un secret supposant toujours une transgression. S’autoriser cette transgression nécessite une analyse stratégique, éthique et épistémologique.

On voudrait dans ce numéro interroger les relations et  articulations entre « « recherche, « secret », « publicité » et « publication ». On voudrait s’attacher notamment aux situations concrètes qui obligent à repenser les repères éthiques, méthodologiques et épistémologiques qui semblent avoir déjà été posés par les grands auteurs. Ainsi la tradition Kantienne (Sissela Bok, 1984) interdit au praticien de la recherche-action d’avancer masqué au sein d’une organisation pour espionner et révéler les procès, au nom du fait que le mensonge initiant une telle démarche invalide définitivement les résultats de la recherche.

Selon la même tradition (Kant, 1798, Macherey, 2011) les secrets de l’Université devraient être les mieux gardés, le secret étant la condition légitime de la liberté universitaire. Cet aspect fait de la recherche réflexive sur l’Université et le monde de la recherche une pratique très particulière, difficile à mettre en œuvre, gérer, valoriser et défendre. La publication de recherches sur les aspects du fonctionnement de l’institution qui sont protégés par ce secret est problématique, alors que s’en sont précisément les aspects essentiels, agissants, qui sont en cause. L’institution se légitime de l’intérêt public pour mettre le voile sur ses fonctionnements vitaux, au nom de l’autonomie par rapport à l’opinion et l’Etat. Ce qui induit que la raison n’est ni semblable à l’intérieur et à l’extérieur des enceintes, ni partagée entre les initiés et les profanes. Ce qui rend aussi difficile une juste articulation des pratiques syndicales ou corporatiste et des pratiques de recherche et publication réflexive.

Dates importantes :

  • 30 décembre 2012 : envoi de la proposition d’article sous forme d’un résumé d’environ 2500 – 3500 signes espaces compris (comportant 5 mots clés et bibliographie sélective récente) ;
  • 15 février 2013 : notification des résultats ;
  • 15 juillet 2013 : soumission intégrale de l’article;
  • 30 septembre 2013 : acceptation définitive de l’article.

Les articles devront comprendre entre 20 000 et 25 000 signes espaces compris. Ils peuvent être soumis en français ou en anglais et doivent être accompagnés d`un résumé en français et en anglais (200-250 mots), de 5 mots clés, des noms, ainsi que des affiliations et adresses e-mail de tous les auteurs. Les articles et questions complémentaires doivent être adressés à :

essachess@gmail.com

Les auteurs dont les articles auront été acceptés en seront avisés par e-mail. La revue sera publiée en décembre 2013.

***

Call for Papers for volume 6, n° 2(12)/ 2013

Secret, Publicity, Social Sciences Research

Coordinators:

Olivier CHANTRAINE (Geriico, University Charles de Gaulle of Lille 3, France) and

Patrice de la BROISE (Geriico, University Charles de Gaulle of Lille 3, France)

Research in Social Sciences cannot escape a confrontational and problematic relationship to secret and secrecy, for the reason that its focus is on “discovering”, “unveiling”, “detecting”, revealing”, “making explicit” and “publicizing”, this supposing that its subject (or object) of research is often “covered”, “veiled”, “hidden or concealed”, “unknown”, “implicit” or “private”… for more or less legitimate reasons sustained by weak or strong forces. Superior interests, sometimes, and, often, merely “good reasons” according to the view of institutions and public opinion, or even University itself.

Science obeys to a duty of publicizing and an ethic of “publicity”, while it often deals with social facts and situations considered by the stake holding actors as being of a very different status. Secret is in fact in the very heart of construction of social forms. (Simmel, 1991, Petitat, 1998) and registers in a great variety of significations according to contexts and stakes. It will be found:

  • in implied contents and what is left unsaid,
  • in the unconscious and the denial,
  • in the more or less legitimately hidden,
  • in knowledge and know-how hoarded by groups or institutions who preserve their privilege of use, practice, produce and benefit and use them as weapons in competition,
  • in dirt and impure, which one does not look at and, even if compelled to handle with, and avoids to designate by name (Hughes 1996).

States, professions, castes, parties, sects, factions, companies, institutions, staffs, nations, ethnic groups, benefit associations, conspiracies and mafias, societies, bands, gangs, secret societies, schools, networks, trends do not tell everything nor make all visible. What they keep unsaid or hidden is part of their proper substance and structure and not to be stricken by divulgation, they take or receive protection, according to circumstances and opportunities, from law, usages and customs, morality, lying, censorship or violence. They often feel their secrets as vital necessity and interest.

Meanwhile they happen to deal with insiders or outsiders, providers of « research », for the sake of efficiency, reflexivity or productivity. Insiders sometimes turn to critics, campaigners, whistle blowers, action-researchers or trainers, more or less inspired by disciplinary methodologies related to social sciences.

It can happen too that academics from various fields self-hire for the sake of advancement of knowledge.

Partners, competitors, authorities, institutions, or the administration will commission evaluation agencies. Experts sometimes lead their inquiries further than primary obviousness and pre-framed conclusions and counseling.

Spies steal industrial secrets; traitors and defectors negotiate them.

In such circumstances and actions, secret will not remain unharmed. Its ownership, its territory and its veils will be transformed, whereas the contexts where it has been discovered will themselves be changed.

Such processes often give birth to new forms of secret:

  • Widely shared secrets, that is to say things “everyone” knows, but also about which “everyone” sticks to preserve their statute of secrecy, sometimes referring to a taboo. For example, conduct “sexual education” using “true words”, denunciate the “glass ceiling” in institutions and companies, prosecute gender discrimination in management and human resources, reveal school materialism among “good pupils”, or suspect cynicism when “excellent” academics comply voluntarily to the desires of agencies, will not inform anyone nor lead to a change in the frame of public debate. Ironically such secrets will be designated as “Big Secrets”.
  • So called “open secrets”, only hidden to greenhorns and victims who will loose face when it will be published that they were not in the confidence, being blind or innocent.
  • Secrets consisting in keeping secret that there is nothing to keep hidden. Such secrets only signify, through dissimulation and forced silence the force and authority exerted by a sect or friary on its affiliated.
  • Secrets preserved by those who do not know themselves, or do not want to know, their content or meaning, for the reason sometimes that they fear the results of an abreaction

To criticize a secret can consist, rather than in revelation of its suspected content, in the publication of unsustainable aspects of its legitimacy. So professional secrets – held by doctors, clericals, psychoanalysts, scientists, inventors for example – are supported by the sake of patient interest, or public safety, or even objectivity and neutrality in professional practice, but appear to be, at least equally tool for power, domination and deny of accountability.

To publish or reveal is not always safe and leads to be enlisted among heretics. Among economists those who burnt their eyes looking at the “invisible hand” to close are qualified heterodox and … handled by peers in consequence. To publish or reveal is also not quite legitimate: it always contains a violation. To allow it to oneself requires a strategic, ethical and epistemic analysis.

The present Call for Papers of Essachess – Journal for Communication Studies aims at investigating relations and ties between “Research”, “Secret”, “Publicity” and “Publication”.

It aims at taking into consideration empiric situation facts who lead to re-think the boundaries and flags instituted by main authors.

The Kant’s tradition (Sissela Bok, 1984) prohibits to practitioners or action-research to go under cover, considering that lying induces invalidation of the results of the searcher. In the same tradition (Kant, 1789, Macherey, 2011) the secrets of University should be the best kept of all, for the reason that secret of institutional deliberations is the legitimate and necessary condition of academic autonomy. This specificity makes it an awkward and uneasy enterprise to conduct a reflexive research in University and in the academic world and to manage, put to work and defend that practice and its results. Publication of results about the functioning of institution is a problem, as the aspects protected by secret are specifically the more effective and substantial. The institution legitimates its restriction strategy referring to public interest, which calls for autonomy from administration and public opinion. This leads to a variation of rationality, not the same inside and outside the closure of institution, and unshared between laymen and initiates. It also results in a difficulty to correlate proper statutes of trade union and corporate concerns on one hand and research practices and publications on the other hand.

Important Deadlines

  • December 30, 2012: submission of the proposition of article in the form of a summary of 400-500 words. The proposal must include a list of recent references;
  • February 15, 2013: acceptance of the proposal;
  • July 15, 2013: full paper submission;
  • September 30, 2013: full paper acceptance.

Papers should be between 6,000-10,000 words in length. Papers can be submitted in English or French. The abstracts should be in English and French, max. 200-250 words followed by 5 keywords. Please provide the full names, affiliations, and e-mail addresses of all authors, indicating the contact author. Papers, and any queries, should be sent to:

essachess@gmail.com

Authors of the accepted papers will be notified by e-mail. The journal will be published in December 2013.

Call for papers: Music and Diplomacy

CALL FOR PAPERS: MUSIC AND DIPLOMACY

Tufts University and Harvard University, March 1-2, 2013

How does music (its concepts, practices, and institutions) shape the exercise of diplomacy, the pursuit of power, and the conduct of international relations? Scholars are increasingly asking these questions from a variety of disciplinary standpoints. While some have highlighted the ritual function of European court entertainments in the development of modern diplomatic practices, others have pondered the construction of (a)political meaning in musical events. From the musical performance of political conflict to the cultural conditions of peacemaking, scholars and practitioners have investigated the purposes and effects of music as “cultural diplomacy,” “public diplomacy,” “soft,” “smart,” and/or “sticky” power. Diplomatic patronage of all kinds of music (from opera to jazz to hip hop), the music-making of diplomats themselves, and the development of celebrity diplomacy have raised further questions about the politicized consumption of music.

This conference aims to provide a forum for interdisciplinary dialogue among scholars from various historical standpoints and diverse disciplines, including (but not limited to): musicology and ethnomusicology, government (international relations, political theory), peace studies, cultural studies, history, sociology, psychology, literature, and communication.

Keynote speakers include Danielle Fosler-Lussier, Associate Professor of Music at The Ohio State University.

We invite abstracts of no more than 300 words, sent as email attachments to musicanddiplomacy@gmail.com. Please include contact information and affiliation (if any) in your abstract, as well as anticipated audio equipment needs.

The deadline for submissions is November 19. Revised versions of papers will be considered for an edited volume planned for publication.

The conference is hosted by the Center for the Humanities at Tufts University and the Mahindra Humanities Center at Harvard University, with support from the Mellon Foundation.

Co-organizers: Rebekah Ahrendt, Mark Ferraguto, Damien Mahiet