Offre d’emploi: Queen’s University, Belfast.

Offre d’emploi

Queen’s University

Belfast

Job Details
Position: Research Fellow (5 Posts)
School/Department: Inst for Collaborative Research in the Humanities
Reference: 12/102284
Closing Date: Monday 12 November 2012
Salary: £30,122 – £39,257per annum (including contribution points)
JOB PURPOSE:
To be an active member of the Institute for Collaborative Research in the Humanities, assisting in the development of research proposals and the planning and delivery of a specific programme of research activity within the Institute.
Applicants should submit a full CV with a letter of application that sets out in detail the proposed research questions that are to be addressed during the three-year period of the Fellowship, including a realistic timetable with clear milestones and measureable outputs.

ESSENTIAL CRITERIA:

1. Completed PhD in a relevant area of research in the Humanities.
2. At least three years relevant research experience, including PhD work, with excellent publication record commensurate with stage of career to allow for a high quality REF return in a Humanities Unit of Assessment.
3. A viable proposal that addresses a clear research question, with a timetable for completion including clear milestones and measurable outputs.
4. Ability to develop high quality collaborative research programmes in the Humanities, relevant to the strategy and goals of the Institute.
5. Evidence of capacity to engage productively in research that engages with RCUK or ERC priority themes.
6. Sufficient breadth and depth of specialist knowledge and training and of research methods and techniques to work within a collaborative Humanities research setting.
7. Ability to communicate complex information clearly.
8. Ability to build contacts and participate in internal and external networks with relevant stakeholders in the Humanities.
9. Demonstrable intellectual ability.
10. Ability to assess and organise resources.
DESIRABLE CRITERIA:
1. Demonstrate a commitment to using comparative or interdisciplinary research methodology.
2. Experience of applying for externally-funded research projects.
3. Evidence of teaching experience at University level.
ADDITIONAL INFORMATION:
The Institute has been set up to demonstrate how research in the Humanities furthers our understanding of human culture and creativity in ways that have clear social, political or economic relevance and impact.

The Fellows appointed to the Institute will already have an excellent research record which will make a strong contribution to Queen’s research profile. They will be able to show why their research is important and relevant to national and international debates regarding the future of research in the Humanities, and to emerging themes of interest to RCUK.

Successful applicants will also be able to demonstrate how their planned research programme will both enrich and be enriched by other disciplines in the Humanities and beyond. They will be expected to set out in detail the proposed research questions they wish to answer during the three-year period of the Fellowship period, including a realistic research timetable with clear milestones and measureable outputs. Fellows will work closely with the Director and other colleagues in the Institute and across relevant Schools to plan and deliver their proposed programmes and to build a series of imaginative and dynamic cross-campus and inter-institutional

collaborative partnerships through the Institute.

Appel: James Graham Ballard (1930-2009), regards critiques (15 décembre 2012)

JAMES GRAHAM BALLARD (1930-2009) REGARDS CRITIQUES

APPEL À CONTRIBUTION

Date limite : 15 décembre 2012

Fer de lance de la New Wave de science-fiction britannique, expérimentateur surréaliste, auteur d’autofictions et de récits apocalyptiques, écrivain de polars postmodernes, romancier, nouvelliste, essayiste, l’oeuvre de James Graham Ballard a suscité de nombreuses études critiques. En réunissant les chercheurs actifs en France ayant travaillé sur l’oeuvre de cet auteur britannique contemporain (1930-2009), la journée d’études anglophone organisée à Amiens le 15 mars 2013 proposera des points de vue parfois différents sur une oeuvre fondamentalement éclectique. Il s’agira moins de construire des oppositions entre ces diverses lectures critiques que de cerner collectivement la spécificité du texte « ballardien ». Dans cette perspective, cette journée souhaite rendre compte de la richesse et de la diversité de l’oeuvre de Ballard, en abordant notamment les axes suivants :

– Ballard et la science-fiction

– Ballard le surréaliste

– Ballard l’autobiographe

– Ballard et le récit d’investigation

– Ballard et le postmodernisme

– Mythopoïétique ballardienne

– Ballard et la fin du monde

Les propositions de communications, en anglais, de 400 mots environ, accompagnées d’un titre et d’une présentation bio-bibliographique, devront être envoyées par courrier électronique au responsable de cette journée d’études le 15 décembre au plus tard :

Stephan KRAITSOWITS, Université du Picardie-Jules Verne :

stephan.kraitsowits@u-picardie.fr

La journée d’étude aura lieu de 10h à 17h dans les locaux de l’Université de Picardie-Jules Verne, au logis du Roi, Maison du Sagittaire, à deux pas de la gare d’Amiens.

Les communications ne devront pas durer plus de 25 minutes.

Les frais de transport seront à la charge des intervenants.

La publication en anglais des communications est envisagée.

Réédition: Louis Forest, On vole des enfants à Paris

Réédition

Louis Forest, On vole des enfants à Paris

Paris, Le Masque, 2012

Préface et postface de Matthieu Letourneux

Le 25 juin 1906, paraissait dans Le Matin le premier article d’un « reportage sensationnel » débutant sur cette annonce effrayante : « on vole des enfants à Paris ! » Pendant trois mois, ce mystère allait donner lieu à un compte-rendu quotidien, et à une enquête extraordinaire menée tambour battant par trois courageux journalistes, Aron Barbarus, Alain Bernard et Clovis Binard, et à une série d’entretiens et d’interventions des célébrités politiques et culturelles de l’époque (Louis Lépine, Georges Clémenceau, Anatole France…). Dans ce qui se révélait rapidement un roman-feuilleton, la plupart des personnages étaient ainsi des figures authentiques et fameuses de l’époque, converties par l’auteur facétieux en acteurs d’un drame de papier dans lequel ils endossaient leur propre rôle. En jouant en virtuose des frontières du roman-feuilleton et de la presse, en peignant la dynamique de l’enquête journalistique, l’auteur nous offrait une étonnante peinture des mécanismes médiatiques de la Belle Époque qui était aussi un roman criminel et un récit d’aventures fantastique.

Jamais réédité depuis 1909, ce roman dans la tradition d’un Gaston Leroux dresse ainsi un étonnant portrait de la culture médiatique de la Belle Époque.

Séminaire Afreloce: Littérature et culture de l’enfance : d’un support à l’autre

afreloce

association française de recherches

sur les livres et objets culturels de l’enfance

Littérature et culture de l’enfance : d’un support à l’autre

Séminaire de recherche organisé en collaboration avec le département LiLa

(littérature et langage) de l’École Normale Supérieure, 2012-2013

Ce séminaire interdisciplinaire rassemble des chercheurs en littérature, des historiens du livre, des sociologues, des spécialistes des sciences de l’éducation et des anthropologues. Il est organisé en partenariat avec l’Afreloce (Association française de recherche sur les livres et les objets culturels de l’enfance : http://magasindesenfants, hypotheses.org), lieu de confrontation et d’enrichissement des approches disciplinaires sur les livres, produits des industries culturelles contemporaines, objets des sociétés traditionnelles, destinés aux enfants. Le séminaire est ouvert à tous, et concernera cette année les transferts d’un support à un autre : entre le livre et les pratiques ludiques (jeux, jouets, activités fictionnalisantes), entre texte et l’image (illustration, arts plastiques, cinéma, musique), entre papier et versions numériques, audio, vidéo. La parole sera donnée aussi bien à de jeunes chercheurs qu’à des chercheurs confirmés, pour faire connaître des recherches récentes (thèses) ou des travaux en cours.

Samedi 20 octobre

Adrienne Boutang (Université Paris 3), Du journal intime au blockbuster, chroniques d’adolescentes ordinaires ?

Samedi 17 novembre

Nadeije Dagen (ENS), Grandir avec des jouets, grandir avec des animaux : la peinture et le genre.

Samedi 8 décembre

Irène Langlet (Université de Limoges), Retour sur la gamme LEGO Bionicle : les compétences analytiques des joueurs dans le dédale transmédiatique (avec la participation de Samuel Poulain).

Samedi 19 janvier

Olivier Caïra (EHESS), Transferts et jeux de rôles.

Samedi 9 février

Anne Besson (Université d’Artois), À la recherche du transmédia : quelques exemples d’exploitation d’univers de l’imaginaire contemporain.

Samedi 16 mars

De Lascaux à l’IPad

Pascale Gossin (Université de Strasbourg), C’est un livre ? Tour d’horizon et regard sur la production de «livres» numériques en littérature de jeunesse.

Anne Larue (Université Paris 13), Les grottes de Lascaux, un album grandeur nature ?

Samedi 13 avril

Annie Renonciat (ENS – MNE), Michel Manson (Paris 13), Culture matérielle de l’enfance : un champ de recherche

Atelier de Strenae

Florence Gaiotti et Eléonore Hamaide, Rythmes et temporalités de l’album.

Samedi 18 mai

Béatrice Michielsen (Association des Amis d’André Hellé), André Hellé, créateur et imagier du jouet.

Barbara Pezzotti, The Importance of Place in Contemporary Italian Crime Fiction: A Bloody Journey

Barbara Pezzotti
The Importance of Place in Contemporary Italian Crime Fiction: A Bloody Journey
The Fairleigh Dickinson University Press – Italian Studies Series

More information: https://rowman.com/ISBN/9781611475524

By taking as its point of departure the privileged relationship between the crime novel and its setting, this book is the most wide-ranging examination of the way in which Italian detective fiction in the last 20 years has become a means to articulate the changes in the social landscape of the country. Nowadays there is a general acknowledgement of the importance of place in Italian crime novels. However, apart from a limited scholarship on single cities, the genre has never been systematically studied in a way that so comprehensively spans Italian national boundaries. The originality of this volume also lies in the fact that the author have not limited her investigation to a series of cities, but rather she has considered the different forms of (social) landscape in which Italian crime novels are set. Through the analysis of the way in which cities, the ‘urban sprawl’, and islands are represented in the serial novels of 11 of the most important contemporary crime writers in Italy of the 1990s, this book articulates the different ways in which individual authors appropriate the structures and tropes of the genre to reflect the social transformations and dysfunctions of contemporary Italy. In so doing, this volume also makes a case for the genre as an instrument of social critique and analysis of a still elusive Italian national identity, thus bringing further evidence in support of the thesis that in Italy detective fiction has come to play the role of the new ‘social novel.’

Parution, Emilio Ghione, Za La Mort.

Parution

Emilio Ghione, Za la Mort

a cura di Denis Lotti

Nerosubianco, coll. le drizze, 2012

Nel 1925 Za la Mort, eroe del cinema muto italiano, diventa protagonista di un romanzo cinematografico dal titolo eponimo. Chi lo scrive è il suo creatore, Emilio Ghione, regista e attore – tra i maggiori divi del nostro cinema – che ha conosciuto, negli anni della Grande Guerra, fama internazionale. Ghione è anche l’interprete di Za la Mort: un connubio totale che segna, nel bene e nel male, la sua carriera. Con il Dopoguerra, il cinema italiano vive una grande crisi. Molti beniamini del pubblico sono costretti ad abbandonare le case di vetro per sempre o a emigrare in Germania. Tra questi ultimi troviamo anche Ghione, che a Berlino gira un film, L’incubo di Za la Vie (1924), alla base di questo romanzo. Ma già l’anno successivo rientra in Italia.
Za la Mort è pubblicato in appendice a «Il Mondo» di Amendola e poi riedito nel 1928 da Nerbini, illustrato dal grande Giove Toppi, nella versione definitiva che qui riproponiamo. Ghione morirà due anni dopo, alle soglie del cinema sonoro. Giacché i film di Za risultano in larga parte dispersi o incompleti, il romanzo (assieme al successivo L’ombra di Za la Mort) è l’unica sua avventura giunta integra ai giorni nostri.
di Emilio Ghione
a cura di Denis Lotti

Denis Lotti (Vicenza, 1975) è dottore di ricerca in Storia del cinema. Si occupa di cinema muto italiano, in particolare di divismo maschile e di cinema coloniale. Fra le sue ultime pubblicazioni: Emilio Ghione l’ultimo apache (Cineteca di Bologna, 2008). Cura un archivio di immagini cinematografiche on line (Archivio Denis Lotti).
Di Ghione prepara anche la riedizione, in un unico volume, del saggio sul cinema italiano (La parabole du cinéma italien, 1930), pubblicato a Parigi, e dell’autobiografia (Memorie e confessioni, 1929).
Collabora attivamente all’Airsc – Associazione Italiana per le Ricerche di Storia del Cinema e alla rivista «Immagine. Note di storia del cinema».

Séminaire "Histoire des imaginaires (XIXe-XXe siècles)" (Paris-Sorbonne)

Histoire des imaginaires (xixe-xxe siècles)
Séminaire M2/doctorat du Professeur Dominique Kalifa
Mardi 17h-19h, Sorbonne, salle Picard

Ouvert aux étudiants du master 2, aux doctorants et à tous les chercheurs intéressés, ce séminaire poursuit la réflexion entamée de longue date sur les liens entre culture, représentations et société. La dimension méthodologique y reste dominante : qu’il s’agisse de la présentation de leurs travaux par des chercheurs confirmés, de jeunes docteurs ou des doctorants, l’accent y est surtout porté sur les pratiques historiennes et les manières de faire. On s’intéressera cette année à l’histoire des imaginaires : sociaux, spatiaux, temporels.

1. Mardi 30 octobre 2012
Dominique Kalifa : « Écrire l’histoire des imaginaires : sociétés et temporalités ».

2. Mardi 13 novembre 2012
Loïc Artiaga (Université de Limoges) : « Fantômas, les archives de l’Insaisissable ».

3. Mardi 27 novembre 2012
Antoine de Baecque (Université Paris-Ouest) : « Paris vu par Hollywood, une fabrique des fantasmes».

4. Mardi 11 décembre 2012
Ludovic Maugué (Université de Genève) : « La maison centrale d’Embrun entre logique économique et impératifs sécuritaires : 1803-1815 ».

5. Mardi 18 décembre 2012
Máire Cross (University of Newcastle) « Traces of Flora Tristan’s experience of London during the 1830s: multidimensional occupancy ».

6. Mardi 15 janvier 2013
Quentin Deluermoz (Université Paris-Nord) et Arnaud Houte (Université Paris-Sorbonne) : « Découper l’histoire de France ».

7. Mardi 29 janvier 2013
Rebecca Powers (The Johns Hopkins University) : « Les nouveaux paradigmes du travail sous la monarchie de Juillet : histoire et littérature ».

8. Mardi 12 février 2013
Emmanuelle Retaillaud-Bajac (Université de Tours): « Années folles ».

9. Mardi 26 février 2013
Marie-Ève Thérenty (Université Montpellier 3) : « Mystères urbains »

10. Mardi 12 mars 2013
Noriko Teramoto (Hitotsubashi University) :  « France et Japon au début de l’ère Meiji : Masana Maeda et la présence japonaise à l’Exposition universelle de 1878 ».

11. Mardi 26 mars 2013
Dominique Kalifa : « Victoriana».

12. Mardi 9 avril 2013
Mathilde Rossigneux-Meheust (Paris 1, Centre d’histoire du xixe siècle) « Vivre, vieillir et mourir à l’hospice au xixe siècle : genèse d’une expérience »

13. Mardi 23 avril 2013
Dominique Kalifa : « Belles Époques »

Université Paris-1 : 17, rue de la Sorbonne, 75005 Paris (Salle Picard, Esc. C, 3e ét. droite)

Colloque international: L'œuvre romanesque Pierre Benoit (3 et 14 décembre 2012)

L’œuvre romanesque Pierre Benoit

Colloque international >> 13 et 14 décembre 2012

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Colloque organisé par Anne Struve-Debeaux (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, CSLF, EA 1586) et l’équipe REAGIR (Recherches sur les Avant-Gardes, leurs Interférences et le Roman au XXème siècle) dirigée par Myriam Boucharenc.

Avec le soutien du CSLF (Centre des sciences de la littérature française, Université Paris Ouest Nanterre la Défense), du centre HAR (Histoire des Arts et Représentations, Université Paris Ouest Nanterre la Défense), et des éditions Albin Michel.

En collaboration avec l’Association des Amis de Pierre Benoit et le CRAM (Centre de Réflexion sur les auteurs méconnus)

Argumentaire

Romancier prolifique et grand voyageur, Pierre Benoit a publié une quarantaine de romans. Parmi les plus connus : Koenigsmark (1918), L’Atlandide (1919), Mademoiselle de La Ferté (1923), La Châtelaine du Liban (1924), Axelle (1928)… A l’occasion du cinquantenaire de la mort de l’écrivain, alors que les éditions Albin Michel s’apprêtent à rééditer un certain nombre de titres, il paraît intéressant de revenir à cette œuvre qui, incontestablement, a marqué la production romanesque de l’entre-deux-guerres, mais aussi les débuts du cinéma, avec plusieurs adaptations, dont celle de L’Atlandide par Jacques Feyder en 1921. Teintée d’un certain érotisme, et mêlant le plus souvent l’aventure, le fantastique et l’exotisme, elle n’est pas étrangère, non plus, au domaine du roman de caractère, par son exploration du cœur de l’homme et de ses passions.

Jeudi 13 décembre 2012

9h30-10h — Accueil des participants.

10h- 10h15 — Allocution d’ouverture par Myriam BOUCHARENC, Professeur de littérature française, responsable de l’équipe REAGIR (Recherches sur les Avant-Gardes, leurs Interférences et le Roman au XXème siècle) du CSLF.

Séance présidée par Yves Baudelle

10h15 — Daniel ARANJO (Univ. du Sud Toulon-Var) : « Pierre Benoit sans œillères, universitaires ou autres »

10h35 — Jean-François CROZ (CPGE) – « Pierre Benoit et le monde savant : entre séduction et dérision. »

10h55– Catherine HELBERT (Univ. Paris IV-Sorbonne) — « La réception critique de Pierre Benoit par Benjamin Crémieux et la NRF »

11h15– Luc RASSON (Univ. d’Anvers) – « Modernité de Pierre Benoit ? »

11h35-12h — Discussion

12h-14 h — Déjeuner

Séance présidée par Gérard de Cortanze

14h — Hossein TENGOUR (Univ. Paris VII): « La prose de Pierre Benoit, entre roman d’aventures et récit poétique ».

14h20 — Yves BAUDELLE  (Univ. Lille III-Charles de Gaulle) : « Romanesque et parodie : L’Atlantide”».

14h40 — Chantal FOUCRIER ( Univ. de Rouen) : « L’Atlantide de Pierre Benoit, ou : l’art d’accommoder les restes »

15h — Thierry OZWALD (Univ. de Limoges) : « Pierre Benoit et Prosper Mérimée »

15h20-15h-45 : Discussion

15h45-16h : Pause

16h — Henri LHERITIER (écrivain) : « Une verticale de Pierre Benoit »

16h20-17 h — Table ronde

Gérard de CORTANZE et Stéphane HÉAUME (écrivains)

Dégustation et dédicaces.

Vendredi 14 décembre 2012

Séance présidée par Chantal Foucrier

10h15 — Maurice THUILIERE (écrivain) : « Du voyage au reportage, puis au roman : l’exemple du Soleil de Minuit »

10h35 — Anne STRUVE-DEBEAUX (Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Réalité et création littéraire dans Notre-Dame de Tortose ».

10h55 — Eleni TATSOPOULOU (Univ. d’Athènes) : «Saint-Jean d’Acre de Pierre Benoit, à la croisée des cultures et des passions »

11h15 — Jean ARROUYE (Aix-Marseille Université) : « Erromango, bilan négatif de la colonisation »

11h35-12h : Discussion

12h-14 h : Déjeuner

Séance présidée par Daniel Aranjo

14h00– Edith PERRY (Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Mademoiselle de la Ferté, une poétique de l’ambiguïté »

14h20– Paul KAWCZAK (Univ. de Franche-Comté ) : «La mort de l’aventurier dans Koenigsmark et L’Atlantide de Pierre Benoit : une mort idéale ?

14h40-15h — Discussion

15h-15h15 : Pause

Séance présidée par Jean Arrouye

15h15– Erik PESENTI-ROSSI (Univ. de Mulhouse) : « Les adaptations cinématographiques de L’Atlantide ».

15h35–Laurence SCHIFANO (Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Le mythique, un enjeu d’adaptation dans L’Atlantide (Die Herrin von Atlantis) de G.W. Pabst, 1932 ».

16h55– Prosper HILLAIRET (Univ. Paris VIII – Vincennes- Saint Denis) : les adaptations cinématographiques de La Châtelaine du Liban (Gastyne (1926), Epstein (1934), Pottier (1956))

16h15 — Laurent VERAY (Univ. Paris III-Sorbonne Nouvelle) : Kœnigsmark de Léonce Perret  (1923)

16h35-17h : Discussion et conclusion.

Peloux Gérald (Université de Cergy-Pontoise)

Photo Peloux

Agrégé de langue et culture japonaises et docteur en littérature moderne japonaise, Gérald Peloux (né en 1973) est maître de conférences en civilisation japonaise à l’Université de Cergy-Pontoise (UCP). Il est membre du laboratoire de recherche AGORA (UCP), de la SFEJ (Société Française des Etudes Japonaises) et du CRCAO (Centre de Recherche sur les Civilisations Orientales).

Ses centres d’intérêt sont la littérature populaire japonaise de la première moitié du XXème siècle, la culture populaire japonaise des années vingt et trente. Il s’intéresse plus particulièrement au roman policier et d’aventure et à la littérature de voyage de cette période, au mouvement ero-guro-nansensu (« érotique-grotesque-nonsense »), à l’image de la modernité urbaine véhiculée par la paralittérature, le graphisme, les revues, les guides touristiques, etc.

Publications et communications : https://u-cergy.academia.edu/GéraldPeloux

Parution: Comicalités/Nouvelles publications septembre 2012

Comicalités/Nouvelles publications septembre 2012

En ce mois de septembre, Comicalités reprend ses activités en publiant deux articles qui, nous l’espérons, mettent en évidence la richesse de la culture graphique en s’interrogeant sur la portée de deux parti-pris éditoriaux. Si le premier entend proposer une lecture de l’histoire de la bande dessinée à travers la reproduction d’un ensemble de cases, le second nous invite à nous interroger par le choix d’un lettrage sur le « geste » qui est au fondement de création de bandes dessinées (résumés plus bas).

– « Sacralisation et légitimation. Les hors-textes de la revue L’Éprouvette : fragments d’une Histoire discriminante » d’Erwin Dejasse.

– « Le trait et la lettre. Apologie subjective du lettrage manuel » de Laurent Gerbier.

Ces articles s’inscrivent dans le cadre de notre rubrique « Éclectiques » ainsi que de notre thématique « La bande dessinée : un art sans mémoire ? » et nous entamerons avant Noël la publication des premiers articles de « Représenter l’auteur de bandes dessinées ». Nous rappelons à nos lecteurs que les Carnets de la bande dessinée sont à leur disposition pour publier leurs réflexions à propos de ces publications ou tout esquisse d’article destiné à Comicalités.

———————————————

Erwin Dejasse, « Sacralisation et légitimation. Les hors-textes de la revue L’Éprouvette : fragments d’une Histoire discriminante »

Entre 2006 et 2007, L’Association a publié les trois numéros de la revue L’Éprouvette. Ceux-ci sont notamment illustrés par trente-quatre hors-texte présentant des fragments de cases fortement agrandies. En les confrontant avec des réalisations comparables (l’exposition Bande dessinée et Figuration narrative, la rubrique « Cases mémorable » dans Les Cahiers de la bande dessinée), cet article s’interroge sur ce qu’implique la reproduction de fragments. Il tente aussi de déterminer le rôle joué par ces images au sein de la revue et les liens qu’elles entretiennent avec le reste du contenu. Enfin, toujours en les mettant en perspective avec les réalisations évoquées plus haut, il analyse dans quelle mesure ces images esquissent les contours d’une certaine histoire de la bande dessinée.

Laurent Gerbier, « Le trait et la lettre. Apologie subjective du lettrage manuel »
Comment se fait-il que le lettrage mécanique utilisé dans certaines bandes dessinées, et tout particulièrement dans les traductions, donne parfois l’impression d’être si mal adapté au dessin ? Pour tenter de répondre à cette question, il faut revenir à l’unité fondamentale du tracé de la lettre et du trait du dessin : en examinant cette unité non seulement dans la pratique des dessinateurs, mais aussi dans les rencontres du trait et de la lettre dans les manuscrits enluminés du Moyen Âge, on essaiera de montrer que le dessin et le lettrage de la bande dessinée sont liés par une contemporanéité qui est celle de la trace. Parce qu’une main les forme, ces traits constituent des vestiges de geste, dans lesquels se joue la temporalité particulière des iconotextes. Le lettrage mécanique, utilisé sans précaution et sans finesse, écrase cette temporalité subtile, qui révèle la solidarité du texte et de l’image dans la bande dessinée.