CFP: Report from the Pop Line: On the Life and Afterlife of Popular (deadline July 15th, 2012)

CECC – The Research Centre for Communication and Culture announces:
3rd Graduate Conference in Culture Studies
December 3-4, 2012
Faculty of Human Sciences – Catholic University of Portugal, Lisbon

Report from the Pop Line: On the Life and Afterlife of Popular

The concept of the popular, or popular culture for that matter, has never ceased to be an ambivalent one. Although it has come to occupy a particular place under the spotlight over the past decades within the broad study of culture, such apparently privileged position has not deprived it of the manifold ambiguities, complexities or misconceptions that have often involved its general understanding.

Since its emergence within the context of the processes of industrialization and the changes they brought about, namely in terms of cultural relations and the development of the capitalist market economy, the concept of popular culture has been, not only utterly rejected by intellectuals and scholars alike, but also denied any possibility of constituting a serious and valid topic for academic debate. Up until the mid twentieth-century, popular culture was often reduced to a poor and simplistic form of entertainment and pleasure, and was even deemed morally and ethically questionable (not to mention aesthetically). However, and particularly after the 1950s, new perspectives would soon alter this perception in very significant ways, especially with the emergence of Cultural Studies and the influence their project had on both sides of the Atlantic. From severe condemnation, popular culture quickly evolved into a period of positive reception and celebration, which resulted from critical work developed inside the academia, but also popular demand outside it.

The concept of the popular was then adopted both as an intrinsic feature, and as topic in its own right of artistic creation developed under the sign of pop. From pop art to pop music, a new understanding of culture has been put forth, building from what is embedded in the ambivalence of the popular and its many possibilities of intersection with new artistic forms of expression.

At the end of the first decade of the twenty-first century, popular culture finds itself at a crossroads: has the concept been drained of its meaning because of its overwhelming popularity? After the euphoria around the popular, what afterlife can be expected from it? Should we still be discussing the popular as opposed to high and folk culture? And where and how do pop art forms intersect with the current notion of the popular?

This conference wishes to address the complexities surrounding the debate around the notions of both pop and the popular and discuss the possibilities of their afterlife.

The event wishes to bring together doctoral students, post-doc researchers and international key scholars from different areas and disciplines, to share research interests and works-in-progress, engage in fresh intellectual discussion and build a community of young scholars.

Papers are welcome on the topics listed below, amongst others:
Popular Culture in Theory
Life and Afterlife of Popular Culture
Popular, Power and Politics
Popular Culture: Globalization, Centres and Peripheries
Material Culture
Popular Arts
Celebrities and Fans: The Dynamics of Popularity
Representation, Mediation and Mediatisation of the Popular
Cultures, Subcultures, Scenes and Tribes
Pop and Popular: Overlap, Dissemblance and Divergence

Confirmed keynote speakers:
John Hutnyk (Goldsmiths College, University of London)
Luísa Leal de Faria (Catholic University of Portugal)

Speakers should be prepared for a 20-minute presentation followed by questions.
Please send a 300-word abstract, as well as a brief biographical note (100 words) to email popline2012@gmail.com by July 15th, 2012. Proposals should list paper title, name, institutional affiliation and contact details.
Successful applicants will be notified by July 31st, 2012.

Please note there is a conference registration fee of 30€ due by October 30th. We regret that travel and accommodation funding for conference participants is not available at this time

Parution: Contextes, n° 11 (mai 2012) "Le littéraire en régime journalistique"

Contextes, n° 11 (mai 2012)

“Le littéraire en régime journalistique”

Le littéraire en régime journalistique

Sous la direction de Paul Aron et Vanessa Gemis

http://contextes.revues.org/5296

Revue COnTEXTES n°11 : “Le littéraire en régime journalistique”, mai 2012.

ISBN électronique : 978-2-8218-1298-7.

  • Pascal Durand

Presse ou médias, littérature ou culture médiatique ? Question de concepts

  • Judith Lyon-Caen et Dinah Ribard

Historiographies. L’activité et l’écriture critiques entre presse et littérature, xviiie et xixe siècles

  • Guillaume Pinson

L’imaginaire médiatique. Réflexions sur les représentations du journalisme au XIXe siècle

  • Marie-Ève Thérenty

Montres molles et journaux fous

Rythmes et imaginaires du temps quotidien au XIXe siècle

  • Amélie Chabrier

De la chronique au feuilleton judiciaire : itinéraires des « causes célèbres »

  • Véronique Silva Pereira

« Les premières armes du symbolisme » : le rôle du « petit journal » dans la querelle symboliste de 1886

  • Paul Aron

Entre journalisme et littérature, l’institution du reportage

  • Patrick Suter

De la presse comme modèle de l’oeuvre à la presse dans l’oeuvre – et à l’oeuvre comme modèle de la presse

  • Karine Grandpierre

ELLE : un outil d’émancipation de la femme entre journalisme et littérature 1945-1960 ?

  • Claire Blandin

Femmes de lettres dans la presse féminine (1964-1974)

  • Séverine Bourdieu

Le reportage en bande dessinée dans la presse actuelle : un autre regard sur le monde

  • Marie-José des Rivières et Denis Saint-Jacques

Révolution, conversion et disparition. La littérature de fiction dans la presse d’information générale.

  • Landry Liébart

La Newspaper story aux États-Unis à la fin du xixe siècle : un genre emblématique des relations ambiguës entre littérature et journalisme

  • Isabelle Meuret

Le Journalisme littéraire à l’aube du xxie siècle : regards croisés entre mondes anglophone et francophone

  • Marie-Ève Thérenty

Presse et littérature au xixe siècle. Dix ans de recherche. Bibliographie

  • Philippe Baudorre

Presse et littérature au XXe siècle : essai de bibliographie

Responsable : Contextes
Url de référence :
http://contextes.revues.org

CFP: Le Trèfle noir. Enquêtes et témoignages sur le polar irlandais/Emerald Noir; On the trail of Irish crime fiction (deadline 15 july 2012)

Le Trèfle noir

Enquêtes et témoignages sur le polar irlandais

Lieu : MRSH
Début : 23 nov. 2012 – 09:00
Fin : 24 nov. 2012 – 18:00
Responsable(s) scientifique(s) : M. Alain LABAU

Résumé

On assiste depuis ces dix dernières années à un renouveau de la littérature criminelle en Irlande. Puisant dans un réel qui dérange, le polar irlandais apparaît comme le vecteur des peurs d’une société désenchantée, secouée par une crise morale, identitaire ou religieuse, et tend désormais à s’affirmer comme l’enfant terrible de la littérature irlandaise. L’objet du colloque est d’allier enquêtes de chercheurs et témoignages de praticiens, auteurs ou traducteurs, afin de dégager les dominantes de la fiction criminelle à l’irlandaise et de déterminer les dépassements possibles par rapport à une simple inscription générique.

Contact
Alain LABAU

Emerald Noir

On the trail of Irish crime fiction

23-24 November 2012

Although crime fiction is often looked down upon as pure diversion if not dismissed as a mass product, it continues to attract an ever-growing readership. Some will inevitably cast suspicion on a so-called form of paraliterature thereby overlooking the fact that a mere encounter between reader and text must be valued as an aesthetic experience worthy of attention. Crime writing contributes to throwing the reader into the thick of a narrative, demanding his full investment, whether as a sleuth or the repository of the dramatic tensions which build up as the plot unravels. It little matters if the genre is in most respects codified, the ongoing interplay between truth and untruth or unleashing of passions verging on lyricism characteristically draw on the fundamentals of literary production.

Irish crime fiction has gained new popularity over the past decade and the praise bestowed on authors whose books are translated or published overseas testifies that Ireland is quite fertile ground for crime writers. The traditional and reassuring whodunit, a mystery novel relying upon the disclosure of a truth unknown to the detective or the reader, now competes with other types of writing including the noir novel whose protagonist, an enigma in itself, serves as a mirror to the reader’s inner conflicts. Ireland as a whole may also be turned into a crime scene featuring powerful tycoons or politicians involved in financial scandals, whose cynicism is only equaled by the violence perpetrated by the misfits and vicitms of the consumer society.

Tapping into a disturbing reality, Irish crime fiction appears as a catalyst for the fears of a disillusioned society rattled by a moral, religious and identity crisis and tends to assert itself as an enfant terrible in the Irish literary landscape.

This conference will aim at combining academic research and testimonies given by authors or their translators and readers, with a view to pinpointing the leading components of Irish crime writing and identifying possible transgressions of traditional generic boundaries. Exploration paths may include:
• Origins and influences (relation to myths, borrowings from tragedy, founding texts, the English-language/Anglo-American canon)
• Genre and subgenres
• Criminalisation of mainstream literature
• Writing techniques: between quest and investigation, exploitation of news items, observation and mirror images, irrruption of the irrational into daily life, repetition and circularity
• Parody, burlesque and self-mockery: pastiche, onomastics, references to “serious” literature, intertextuality
• Depiction and criticism of Irish society (abuse of power, institutionalised violence, community phenomena, immigration, marginality and exclusion, re-appraisal of the past, the “Troubles”, the return of the repressed, utopia and dystopia)
• Portrayal of urban and rural life: near and far, rampant urbanism, itineraries and peregrinations, effects of reality, shades and shadows, lighting
• Staging of the body and the individual: role plays, stereotypes, hero/anti-hero, identity quest, inner conflicts, fears and anguish, satisfaction of desires, violence, rape, mutilation
• Corollary disciplines: police investigation procedures, forensics, criminal and sociological studies, etc.
Attention will also be paid to other noir arts.
Paper proposals in French or English (approximately 200 words) are to be submitted to alain.labau@unicaen.fr by 15 July 2012.
http://www.unicaen.fr/recherche/mrsh/eribia/

Irène Fernandez Défense et illustration de la féérie Du Seigneur des anneaux à Harry Potter : une littérature en quête de sens

Irène Fernandez

Défense et illustration de la féérie

Du Seigneur des anneaux à Harry Potter : une littérature en quête de sens

Paris: Philippe Rey, 2012

  • ISBN-13: 978-2848762074
  • 16€
  • 192 p.

Présentation de l’éditeur

La littérature fantastique, qu’Irène Fernandez préfère appeler « féerique », est aujourd’hui dans une situation doublement paradoxale. Devenue florissante, avec Tolkien, au moment même où les observateurs de la modernité littéraire annonçaient la mort du conte, elle rencontre le mépris ou l’indifférence du public cultivé et de la critique littéraire.
Irène Fernandez montre ici que ces réactions ne sont aucunement justifiées. Elle s’appuie principalement mais non exclusivement sur les quatre oeuvres les plus célèbres dans ce domaine – Le Seigneur des anneaux, Les Chroniques de Narnia, Harry Potter, Twilight –,  et soutient que le genre littéraire dont elles relèvent n’est pas un genre secondaire ou réservé à un jeune public, comme on peut s’en convaincre en allant de L’Odyssée à Faust (y compris son avatar moderne, le Dr Faustus).
Ces sagas sont des oeuvres littéraires à part entière, qu’il faut apprécier ou critiquer comme telles. La littérature féerique, au-delà des qualités narratives qu’elle partage avec le roman, permet de traiter de thèmes majeurs où le roman est moins à l’aise, comme la responsabilité dans le choix du bien ou du mal, ou le sens (s’il y en a un) de la mort. En défamiliarisant le monde, elle invite à poser des questions sur la nature de la réalité. Enfin la « happy end » qui la caractérise traditionnellement, loin d’être réductrice ou naïve, élargit l’horizon des possibles. Une littérature féerique en quête de sens, mais surtout un immense plaisir de lecture !

Ancienne élève de l’École normale supérieure, Irène Fernandez est agrégée de philosophie et docteur en lettres. Elle a publié : Et si on parlait du Seigneur des anneaux (Presses de la Renaissance, 2002), Mythe, raison ardente. Imagination et réalité selon C. S. Lewis (Ad Solem, 2005), Dieu avec esprit (Philippe Rey, 2005), et Au commencement était la raison (Philippe Rey, 2008).

Peyron David (Université Lyon 3)

Titulaire d’un master de sociologie de l’art, docteur en sciences de l’information et de la communication (université Lyon 3, dir. Jean-Pierre Esquenazi).

Membre de l’Observatoire des mondes numériques en sciences humaines (http://www.omnsh.org/auteur.php3?id_auteur=203).

Sujet de thèse : La « culture geek » et son émergence en tant que sous-culture et identité culturelle revendiquée en France depuis le milieu des années 2000. Les geeks y sont abordés comme fans de mondes imaginaires fantastiques (science-fiction, fantasy…) et passionnés de nouvelles technologies et en tant que public premier et fondateur du processus de convergence culturelle théorisée par Henry Jenkins. La montée en visibilité du phénomène geek est ainsi liée dans cette étude à celle de phénomènes médiatiques liés à ce processus (fan-fictions, démocratisation des outils numériques, œuvres transmédiatiques, etc.). Dans ce cadre, le tournant réflexif (vers un sentiment d’appartenance à une identité collective) et la mode médiatique autour de la culture geek ces dernières années trouvent leur racine dans les moments fondateurs de la convergence culturelle (depuis les pulps fictions et la naissance des comic books jusqu’à la sortie de Star Wars, du Seigneur des anneaux, des premiers jeux de rôles et jeux vidéo). Mais cela doit aussi à la radicalisation récente des croisements médiatiques, des pratiques participatives, et de la mondialisation des partages, liée aux technologies numériques.

Publications et communications :

– « Culture geek et logiciels libres, une approche idéologique et communautaire de l’informatique », Colloque logiciels libres, innovations en réseau, université du Québec à Montréal (UQAM), Montréal, 17 et 18 septembre 2007

– « Quand les oeuvres deviennent des mondes: Une réflexion sur la culture de genre contemporaine à partir du concept de convergence culturelle. », Réseaux, N°148-149, 2008, p. 335-368

– « Auteurs fans et culture geek, un nouveau rapport entre producteurs et consommateurs dans la culture de masse contemporaine ? », Congrès de l’Association internationale des sociologues de langue française, Istanbul, 7-11 Juillet 2008

– « Culture geek et participation en ligne : continuités, formes nouvelles, et rapport à l’industrie culturelle. », Colloque Ludovia 2008, Ax-Les-Thermes, 27-29 Août 2008

– « L’ethnographie en ligne de la « culture geek » : une démarche hypertextuelle et multipolaire à l’image de la culture étudiée. », Journée d’étude: l’enquête ethnographique sur internet, ENS, Paris, 5 mai 2009

– « Penser l’industrie culturelle en général et celle du jeu vidéo en particulier avec le concept de convergence culturelle. », Amusement, N°5, 2009

– « Les geeks, communauté de l’imaginaire, communauté imaginée », Colloque socialités postmodernes, CEAQ, Paris V/Sorbonne, Paris, 18 et 19 juin 2009

– « Science-fiction et études scientifiques, comment les amateurs justifient-ils les liens entre pratiques culturelles et études menées ? », dans Yvonne Neyrat (dir.), Les cultures étudiantes, Socio-anthropologie de l’univers étudiant, L’Harmattan, coll. La Librairie des Humanités, Paris, 2010, p. 127-141

– « Une nouvelle configuration culturelle : les geeks », Séminaire médiacultures et régimes de valeurs culturels, sous la direction de Eric Maigret et Hervé Glévarec, Université Paris 3, 18 janvier 2010

« Culture geek et identité masculine », Cahiers du Jeu Vidéo, n°4, Editions Pix’n Love, Paris, 2011, p. 60-73

– « Du fan au grand public, quelle évolution pour l’équilibre fragile de la production transmédia ? », Atelier de l’Adij : enjeux économiques et juridiques du transmédia, Paris, 28 février 2011

– « Culture Geek : du stéréotype au mouvement de mode », colloque Siana 2011 : l’imaginaire des technologies, Evry, 11 mai 2011

– « La culture geek comme forme réflexive du processus de convergence culturelle », Colloque dispositifs transmédiatiques, convergences et constructions des publics, Metz, 23-24 mai 2012

Interviewes/médias :

-« Dossier spécial :  ‘‘culture geek’’ », de Cécile Bontron, Le Monde 2, 17 novembre 2007

-« Va te faire voir chez les geeks », de Anna Topaloff, Marianne N°563, du 2 au 8 fevrier 2008

– « Battle : Yannick Dahan V/S David Peyron. Les geeks ont-ils gagné? », Technikart, Hors série « culture geek », Janvier 2009, p. 10-11

– « Geek, c’est Chic », de Doan Bui, Le Nouvel Observateur, N° 2330, 8 juillet 2009, p. 72-74

– « Pourquoi le geek c’est chic ? », Arrêt Sur Images, émission du 10 juillet 2009, www.arretsurimages.net

-« Génération geek », 7 à voir, France 3, 21 septembre 2009

– « Y a-t-il une culture geek ? », débat avec Didier Guiserix,  RFI, septembre 2010

-« Culture geek, les nouveaux maîtres du monde », 100% mag, M6, novembre 2010

– « La revanche des geeks », Arte, avril 2012

– Collaboration régulière au bi-mensuel Geek le magazine.

CFP:Tabletop Board Games and the Televisual Imagination (deadline: july 25)

TABLETOP BOARD GAMES AND THE TELEVISUAL IMAGINATION

(SCMS – Chicago, March 6 – 10, 2013)

submission deadline: July 25, 2012

Tabletop Board Games and the Televisual Imagination

Call for Papers: SCMS 2013

[panel proposal for next year’s Society for Cinema and Media Studies conference in Chicago (March 6 – 10, 2013)]

Beginning in the early 1950s, when the Milton Bradley Company contributed to the widespread appeal and fervent fan following of the DuMont Television Network’s science-fiction series Captain Video (1949-1955), tabletop board games have played an important, if critically overlooked, role in expanding the paratextual horizons of cult TV programs. Indeed, because play itself is such an engrained part of the board game experience, the many television shows blessed (or, perhaps, “burdened”) with such paratexts can likewise be said to exude a kind of ludic aura, luring audiences into a playfully participatory arena of “textual gaming.” Although much of the recent scholarly work on immersive and extendable fictions in popular culture (such as Frank Rose’s The Art of Immersion, a chapter of which is entitled “Television: The Game”) has focused on video games, online RPGs, and virtual worlds, little attention has been given to older, more “traditional” forms of gameplay, which continue to draw TV audiences to material sites of individual strategizing and small-group interaction where luck and skill each play a part.

This panel seeks to fill a gap in the critical discourse surrounding both board games and television, two mediums with distinct, yet overlapping, histories whose reciprocal influence can be traced back to the 1950s and 1960s. During those decades, programs as diverse as Dragnet (1951-1959), Perry Mason (1957-1966), The Munsters (1964-1966), Lost in Space (1965-1968), and Star Trek (1966-1969) spawned a host of fun and interactive, if sometimes crude and simplistic, board games, setting a precedent for more recent releases built around such contemporary TV series as The Simpsons (1989- ), Futurama (1999- ), CSI: Crime Scene Investigation (2000- ), NCIS (2003- ), Battlestar Galactica (2004-2009), Lost (2004-2010), It’s Always Sunny in Philadelphia (2005- ), The Office (2005- ), The Walking Dead (2010- ), and A Game of Thrones (2011- ). Many of these board games are considerably more complex than their 1950s and 1960s predecessors, matching the narrative intricacies of their respective television series while fostering a deeper understanding of the original shows’ textual universes.

Panel participants are encouraged to select any TV-themed board game and adopt a variety of methodologies or modes of critical engagement so as to highlight its cultural significance.

Potential paper topics include, but are not limited to:

• Theories of play and their applicability to televisual hermeneutics
• Theories of fandom and their applicability to board gaming culture
• Online board game communities (http://boardgamegeek.com, etc.)
• In-game social interaction (player partnerships, negotiation, bluffing, etc.)
• Paratextuality and television’s game-related promotional culture
• Board game collectability and connoisseurship
• Material culture and the physicality/tactility of play (game pieces, dice, cards, bodies, etc.)
• The aesthetics of board games (visual design, layout, colors, etc.)
• Game-play mechanics, televisual “turn-taking,” and narrative organization
• Character-based role-play and board game performativity
• Ethnicity, gender, and identity in TV-themed board games
• Board game/TV franchise crossovers (Seinfeld Monopoly, Family Guy Operation, etc.)
• Gaming subcategories/subdomains:
o TV-themed card games (Buffy the Vampire Slayer: Pergamum Prophecy, Doctor Who: The Twelve Doctors, Vampire Diaries, etc.)
o TV-themed party games (Bullwinkle and Rocky, The Bachelorette, Big Bang Theory, etc.)
o TV-themed trivia games (M*A*S*H, Friends, Sex and the City, The Sopranos, Modern Family, Nick at Night Classic TV, etc.)
• Board game auteurs and production companies:
o Designers of TV-themed board games (Cory Jones, Corey Konieczka, Christian Petersen, etc.)
o Publishers of TV-themed board games (Cardinal, Edge Entertainment, Cryptozoic Entertainment, etc.)

Please send a 250-300-word abstract with at least 3 bibliographic references and a brief biographical note to David Scott Diffrient (scott.diffrient@colostate.edu) by July 25, 2012. Selections for the panel will be made by August 1, 2012.

Conférence: De Christophe à Hergé, la bande dessinée d’un support à l’autre (15 juin)

Conférence

Matinées du patrimoine

De Christophe à Hergé, la bande dessinée d’un support à l’autre

Par Sylvain Lesage

La prochaine conférence des Matinées du patrimoine, cycle de communications organisé par le Centre national de la littérature pour la jeunesse-La Joie par les livres (BnF), aura lieu vendredi 15 juin, de 9h30 à 12h30.

Sylvain Lesage (chercheur associé à la BnF, doctorant au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines de l’Université de Versailles-Saint Quentin en Yvelines, ATER à l’Université François-Rabelais de Tours) interviendra sur le sujet suivant: “De Christophe à Hergé, la bande dessinée d’un support à l’autre”.

L’entrée est libre sur inscription obligatoire auprès de Marion Caliyannis: marion.caliyannis@bnf.fr

Fondation du Crédit Mutuel pour la Lecture. Salle des conférences. 88 rue Cardinet, Paris 17e. Métro Malesherbes (ligne 3).

Parution: Histoire de l'Internet, L'Internet dans l'histoire (Le Temps des médias)

Le temps des medias n°18

“Histoire de l’Internet, L’Internet dans l’histoire”

La SPHM (Société pour l’histoire des médias) publie le dix-huitième numéro de sa revue Le Temps des Médias, dirigée par Christian Delporte, directeur du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines et professeur à l’UVSQ. Son dossier, sous la direction de Jérôme Bourdon et Valérie Schafer, s’intitule : Histoire de l’Internet, l’Internet dans l’histoire.

Intitulé “Histoire de l’internet, l’Internet dans l’histoire”, le dossier du nouveau numéro du Temps des médias s’interroge sur l’histoire de l’infrastructure du réseau et sur celle de ses usages. Jérôme Bourdon et Valérie Schafer, directeurs du numéro, ont incité les auteurs à comparer internet aux réseaux qui l’ont précédé, pour se projeter dans la longue durée de l’histoire des médias et réinterroger la notion même de média. Ce dossier est ouvert aux sciences politiques, à la sociologie et aux sciences de l’information, qui suggèrent de nouvelles sources aux historiens. Il revendique aussi une importante dimension internationale, abordant aussi bien la naissance du réseau aux Etats-Unis que ses récents développements en Chine.

DOSSIER : Histoire de l’Internet, l’Internet dans l’histoire
• Présentation(Jérôme Bourdon et Valérie Schafer)
• Aux origines américaines de l’Internet : projets militaires, intérêts commerciaux,
désirs de communauté (Paul E. Cerruzzi)
• La gouvernance de l’internet. Une internationalisation inachevée
(Françoise Massit-Folléa)
• L’Inria, ses chercheurs et Internet des années 1970 aux années 1990
(Pascal Griset,Valérie Schafer)
• Utilisateurs et communautés d’utilisateurs au premier âge de l’informatique
personnelle et des réseaux grand public (1978-1990) (Benjamin Thierry)
• Les médias sociaux : une histoire de participation (Alexandre Coutant, Thomas Stenger)
• R@S: la naissance d’un acteur majeur de l’«!Internet militant!» français
(Fabien Granjon, Asdrad Torres)
• Protester sur le Web chinois (1994-2011) (Séverine Arsène)
• La mémoire culturelle d’Internet : le folklore de Usenet (Camille Paloque-Berges)
• Les langues sur Internet : de l’hégémonie de l’anglais au règne de la traduction
(Michaël Oustinoff)
• «!A l’image de l’Homme!»: cyborgs, avatars, identités numériques (Fanny Georges)
• Réseaux de communication horizontale, un aperçu à travers le temps
(Jacques Perriault)
• L’historiographie de sites Web : quelques enjeux fondamentaux (Niels Brügger)
• L’histoire de l’Internet au prisme des STS (Janet Abbate)
• Repères chronologiques internationaux et nationaux de la fondation de l’ARPA
au Sommet Mondial de la Société de l’Information
TERRITOIRES D’ÉTUDES
• Ce que les dieux, les religions et les églises font des médias. Pour une science
du divin ? A nouvelle religion, nouvelle revue (Nicole Edelman)
• L’allégorie politique et ses limites. Sur quelques adaptations cinématographiques
et musicales d’Animal Farm(George Orwell, 1945) (Sébastien Denis)
• Un patron de presse méconnu : Henry Poidatz (1854-1905) (Dominique Pinsolle)

George Sand, Oeuvres complètes, 1838. La Dernière Aldini.

George Sand, Oeuvres complètes

sous la direction de Béatrice Didier

1838. La Dernière Aldini.

Édition critique par Alex Lascar

Référence bibliographique : George Sand, Oeuvres complètes sous la direction de Béatrice Didier. 1838. La Dernière Aldini. Édition critique par Alex Lascar, Honoré Champion, collection “Textes de littérature moderne et contemporaine, 122”, 2012. EAN13 : 9782745319296.
240 pages, relié 65 Eur Présentation de l’éditeur

La Dernière Aldini (1838) commence et s’achève à Venise, ville si chère au coeur de George Sand. Dans ce roman « romanesque » où ne manquent ni surprises ni coïncidences, Lélio, en quête de l’amour perdu nous confie ses bonheurs, ses désillusions. Musicien et patriote, il rêve de la jeune Italie, il dit surtout sa foi absolue en l’Art.

Url de référence :
http://www.honorechampion.com

Colloque: La littérature à l'épreuve des arts populaires (13-15 juin 2012)

Du 13 juin 2012 au 15 juin 2012, Université Paris-Est Marne-la-Vallée

PROJET ANR HIDIL UNIVERSITE PARIS SORBONNE

HISTOIRE DES IDEES  DE LITTERATURE

COLLOQUE  « LA LITTERATURE A L’EPREUVE DES ARTS POPULAIRES »

UNIVERSITE PARIS – EST MARNE – LA – VALLEE

13, 14 et 15 juin 2012

MERCREDI 13 JUIN

9h30  Accueil des participants et ouverture du colloque

Présidence : Pascale Alexandre- Bergues (UPEMLV)

10h Paul FOURNEL, Président de l’OULIPO : « A propos de  Guignol »

10h40 Discussion et pause

11h Julien SCHUH (Université de Reims) « Synthétisme, primitivisme et éloge de la naïveté : une tentative de généalogie »

11h30Bérangère CHAPUIS (Paris  Sorbonne) « Genèse et enjeux du kitsch »

12h Discussion et déjeuner

Présidence : Jean- Yves Debreuille  (Université Lyon II)

14h30Martine JEY (Paris Sorbonne) « Ecrire à la Communale : émancipation ou contrainte ? »

15h Vladimir KAPOR (Université de Manchester) « Pour une littérature du terroir d’outre-mer : Marius –Ary Leblond, théoriciens de la littérature coloniale sous la Troisième République »

15h30 Discussion et pause

16h Yvan DANIEL (Université de La Rochelle) « Pierre Loti : populariser le « vertige mondial » »

16h30 Corinne CONTINI – FLICKER (Aix- Marseille) « Les formes dramatiques populaires sur la scène française tonkinoise (1884 -1945) »

Discussion

JEUDI 14 JUIN

Présidence : Catherine Naugrette (Paris Cité- Sorbonne Nouvelle)

9h30 Didier ALEXANDRE (Paris Sorbonne) « La Ville de Claudel et le théâtre anarchiste »

10h Emmanuelle KAES (Université de Tours) « De la poétique à l’écriture dramatique : formes et enjeux de la langue populaire chez Claudel »

10h30 Discussion et pause

11h Caroline SURMANN (Université de Mannheim) « Le cirque et le music- hall dans les ballets –théâtre de Cocteau »

11h30 Delphine VERNOZY (Paris Sorbonne)  « Aragon : du ballet au spectacle populaire»

12h Discussion et déjeuner

Présidence : Martine Jey (Université Paris Sorbonne)

14h Catherine NAUGRETTE (Paris Cité- Sorbonne Nouvelle) « Peer Gynt et le Troll : le théâtre d’Ibsen et les contes populaires norvégiens »

14h30 Pascale ALEXANDRE –BERGUES (UPEMLV) « Copeau et l’idée de théâtre populaire »

15h Catherine DOUZOU (Université de Tours) « Ramuz et les arts populaires »

15h30  Discussion et pause

16h Jean –Pierre ZUBIATE (Toulouse II –Le Mirail) La chanson de cabaret à la source du lyrisme et du fantastique social »

16h30 Ivanne RIALLAND (UPEMLV) L’Entrepreneur d’illuminations : le feu d’artifice chinois du douanier Salmon »

17h Discussion

VENDREDI 15 JUIN

Présidence : Catherine Douzou (Université de Tours)

9h30 Laurence PERRIGAULT (Paris VIII) « Jacques Prévert ou le merveilleux populaire (1926 -1936)

10h Jean –Yves DEBREUILLE (Lyon II) « Le devoir de trivialité dans la poésie d’André Frénaud »

10h30 Discussion et pause

11h Claude –Pierre PEREZ (Université de Provence)  « Du populaire dans Documents »

11h30 Sophie MENARD (Université de Lorraine) « « Il était une fois » l’histoire de deux catherinettes : lecture ethno –critique de Germinie Lacerteux »

12h Discussion

Présidence : Claude- Pierre Perez (Aix-Marseille)

14h30 Vital RAMBAUD (Paris Sorbonne) « Barrès, un romancier populaire ? »

15h Virginie TAHAR (UPEMLV) « L’influence du dessin humoristique sur l’écriture des premiers romans de Mac Orlan »

15h30 Discussion et pause

16h Annabel AUDUREAU (Université de La Rochelle) « La culture populaire, source de renouvellement d’un genre dans Anicet ou le Panorama, roman de Louis Aragon »

16h30 Clément SIGALAS (Paris Sorbonne) « « Ce sera malgré moi si dans ce livre j’allais pécher par littérature » : la littérature confrontée à l’expérience populaire de la seconde guerre mondiale »

17h Discussion et clôture du colloque

Le colloque se tiendra salle 2B50- 56 (bâtiment Copernic, 2ème étage, 5, bd Descartes, Champs- sur- Marne, RER A, station Noisy- Champs).

Organisation : Pascale ALEXANDRE- BERGUES (LISAA)

Contacts : Pascale.alexandre@univ-mlv.fr; nadine.marchand-tollet@paris-sorbonne.fr