Beaulé Sophie (Université Saint Mary’s, Halifax, Canada)

sbeaule_1

Domaines de recherches : SF et fantastique québécois, Nouveau Roman

Sophie Beaulé est professeure agrégée à l’Université Saint Mary’s à Halifax.
Ses recherches portent essentiellement sur la science-fiction québécoise qu’elle étudie selon des approches variées – elle a consacré ainsi un ouvrage à l’oeuvre de Jean-Louis Trudel (éditions David, 2008).
Elle s’intéresse aussi au Nouveau Roman et à la paralittérature, ainsi qu’à la situation du français en milieu minoritaire. Elle a notamment collaboré à l’ouvrage, Appartenances dans la littérature francophone d’Amérique du Nord (Le Nordir, 2005) et à de nombreux ouvrages collectifs de la francophonie pancanadienne.

Beauté fatale. Les nouveaux visages d’une aliénation féminine de Mona Chollet

Beauté Fatale. Les nouveaux visages d’une aliénation féminine

Mona Chollet

Soutiens-gorge rembourrés pour fillettes, obsession de la minceur, banalisation de la chirurgie esthétique, prescription insistante du port de la jupe comme symbole de libération : la « tyrannie du look » affirme aujourd’hui son emprise pour imposer la féminité la plus stéréotypée. Décortiquant presse féminine, discours publicitaires, blogs, séries télévisées, témoignages de mannequins et enquêtes sociologiques, Mona Chollet montre dans ce livre comment les industries du « complexe mode-beauté» travaillent à maintenir, sur un mode insidieux et séduisant, la logique sexiste au coeur de la sphère culturelle.
Sous le prétendu culte de la beauté prospère une haine de soi et de son corps, entretenue par le matraquage de normes inatteignables. Un processus d’autodévalorisation qui alimente une anxiété constante au sujet du physique en même temps qu’il condamne les femmes à ne pas savoir exister autrement que par la séduction, les enfermant dans un état de subordination permanente. En ce sens, la question du corps pourrait bien constituer la clé d’une avancée des droits des femmes sur tous les autres plans, de la lutte contre les violences à celle contre les inégalités au travail.

Introduction
1. Et les vaches seront bien gardées. L’injonction à la féminité
Pour des femmes en jupe et des hommes qui en ont
Le charme retrouvé des territoires féminins
« N’exister que par la beauté»
Backlash et marketing
Fermer des portes pour l’avenir
2. Un héritage embarrassant. Interlude sur l’ambivalence
« Avec quoi elle vient ! »
Sagesse de la parure
L’univers en modèle réduit
Derrière la fascination du it bag
Congédier le monde
3. Le triomphe des otaries. Les prétentions culturelles du complexe mode-beauté
« Il faut faire un effort, Jenn’ ! »
Actrices ou communicantes ?
Le paradigme Gossip Girl
L’aristocratie du showbiz
Les marques en terrain conquis
Patauger dans son aliénation
Les femmes et la culture de masse
Une « fin de l’Histoire » au féminin ?
4. Une femmes disparaît. L’obsession de la minceur, un « désordre culturel »
Exister sans corps
Femmes et nourriture, un rendez-vous toujours manqué
L’anorexique : anormale ou trop normale ?
Un modèle impossible
Hypocrisie et perversité
Couper les ponts
Une question de santé ?
5. La fiancée de Frankenstein. Culte du corps ou haine du corps ?
Nier la douleur
Un couteau sans lame…
Un éclairage impitoyable
L’aura confisquée
« Ce qui me fait chanter »
Le piège de l’homologation
Une merveilleuse « liberté de choix »
6. Commnet peut-on ne pas être blanche ? Derrière l’ode à la « diversité»
S’afficher dans le camp des gagnants
Soigner les corps « dégénérés »
« Illuminer les recoins sombres de la Terre »
« Suprématie blanche » dans la mode
Une créativitéétouffée
La lumière, encore
7. Le soliloque du dominant. La féminité comme subordination
Yohji Yamamoto contre le « style recherche d’emploi »
Les femmes sont-elles des objets ?
Grands hommes et petites pépées
Banalité du Pygmalion lubrique
Un érotisme de ventriloques
L’horreur : une femme qui pense

Mona Chollet, Beauté fatale. Les nouveaux visages d’une aliénation féminine, La Découverte, 2012.

CFP: Espionage Fiction; Paradoxa (1 june 2012)

CALL FOR PAPERS

Espionage Fiction

Paradoxa: Studies in World Literary Genres

Previously unpublished essays are solicited for a special issue of Paradoxa: Studies in World Literary Genres devoted to espionage fiction. The collection of original scholarship will concentrate on the genre’s “mainstream” appeal and aesthetic sophistication. Given that focus, submissions in any of the following areas are welcome:

•  The interplay between nationalism and transnationalism in such “novels of intrigue”

•  Liminality, surveillance, and borders, geographic and otherwise, as recurrent topoi

•  Studies of individual authors/texts that exemplify the genre’s evolution, structures, assumptions, tropes, and perspectives

•  Espionage fiction’s transformation(s) since the Cold War’s end and during the “Age of Terrorism”

•  Cinematic adaptations and their constructions of the literary genre’s heterogeneity

Not generally encouraged are papers on Ian Fleming’s parodic “James Bond” cycle or narrowly conceived “source” analyses that trace connections to “real-life” events. Prospective contributors may contact the guest editor (see name and email address below) if they have questions about a particular topic’s appropriateness.

Double-spaced submissions should be between 6,000 and 10,000 words in length, not including “Works Cited,” and prepared in accordance with MLA style favoring parenthetical documentation and endnotes. Jurying will follow a “double-blind” process. After a preliminary screening essays will be forwarded electronically to consultant referees for peer review. MS Word or .doc files sent as attachments thus should not identify an author’s name or affiliation. Within the email itself please include that information as well as a 300-word abstract and any other relevant background.

Submissions should be directed to Paradoxa’s guest editor, Robert Lance Snyder, at robertsnyder1@bellsouth.net by 1 June 2012. All queries and manuscripts will be acknowledged promptly.

Parution: INTER-LIGNES, Numéro spécial, Le dessin animé ou les métamorphoses du réel

INTER-LIGNES

Numéro spécial

Actes du Colloque “Le dessin animé ou les métamorphoses du réel”

tenu les 7,8 & 9 avril 2011 à l’Institut catholique de Toulouse

sous la direction de Gérad Dastugue et Bernadette Rey Mimoso-Ruiz

Référence bibliographique : Inter-Lignes Numéro spécial, Institut catholique de Toulouse, 2012. EAN13 : 19596995.

SOMMAIRE

Présentation ……………………………………………9

Le réel des métamorphoses

ou l’expérience des dessins animés

Dominique WILLGHOUBY…………………………….15

Réel et dessin animé : une monstrueuse rencontre

Nicolas THYS …………………………………………..31

La Technique du Théâtre optique d’Emile Reynaud

Christelle ODOUX……………………………………….45

Le « cinéma du son stylisé » :

le travail visuel et musical de Ladislas Starewitch

et Daniel Lesur dans Fleur de fougère

Jérôme ROSSI……………………………………………61

Les mondes représentés

de quelques contes merveilleux animés. Motifs et figures

Julia NUSSBAUMER……………………………………77

Kérity, la maison des contes, ou le conte

des métamorphoses.

Eric HENDRYCKS …………………………………… 95

Les intermèdes musicaux dans Les Mondes engloutis

Hervé de LA HAYE …………………………………….107

La 2ème Rhapsodie Hongroise de Liszt et le cartoon

Philippe GONIN…………………………………………127

Scott Bradley, la parodie comme cruauté

Laurent MARTY…………………………………………143

Between Science and Garbage

de Pierre Hébert et Bob Ostertag

ou le cinéma d’animation et la musique électronique

à l’ère du recyclage

David MARRON ………………………………………..157

Métamorphose du réel politique et transfiguration d’une idiosyncrasie cubaine dans Vampiros en la Habana, 1985 de Juan Padrón

Marie-Christine SEGUIN ……………………………… 173

Quino, tiers interprétant et scénariste argentin

des métamorphoses du réel dans

Le monde de Mafalda (1993), dessin animé de Juan Padrón

Duarte MIMOSO-RUIZ…………………………………191

Persepolis, les métamorphoses du réel

Bérénice BONHOMME …………………………………207

« Le feu qui tombe goutte à goutte » ou les métamorphoses de la lumière dans Le Tombeau des lucioles

Julie GALLEGO…………………………………………217

Mémoire et métamorphose : Valse avec Bachir (2008)

Bernadette REY MIMOSO-RUIZ……………………….237

Poétique de la ville dans les dessins animés japonais des années 1980

Frank JAVOUREZ……………………………………….255

Dialectique de l’animé du Robot :

Super robot et Real robot

Atsushi KUMAKI ……………………………………… 271

Satoshi Kon. Les Fantasmes cinématographiques

Pavel CAZENOVE ………………………………….289

L’illusion parricide ou le réel de l’anamorphose

Gérard DASTUGUE………………………………   303

En vente au prix de 15€

adresser le chèque à Inter-Lignes

Institut catholique de Toulouse

31 rue de la Fonderie BP 7012

31068 Toulouse cedex 7

CFP: The Marginalised Mainstream: Literature, Culture & Popularity, 8–9 November 2012 (ABSTRACTS: 1 June)

CFP

The Marginalised Mainstream: Literature, Culture & Popularity

8–9 November 2012

(ABSTRACTS: 1 June)

8-9 November 2012, Senate House, University of London

Keynote speakers include: Professor Phillip Tew (Brunel University) and Professor Christoph Lindner (University of Amsterdam)

‘Texts are always sites of evaluative struggle between the “high” and the “low”, whatever the presumed hierarchical positioning of their overall domain.’ (Léon Hunt)

The Marginalised Mainstream seeks to discuss the growing interest in and importance of mainstream culture and the popular as ways of engaging with cultural products of the late nineteenth to early twenty-first centuries, the long twentieth century, 1880–2010. Specifically, we seek to bring together postgraduate students, early career academics and established researchers working in the fields of Literature, Cultural Studies and elsewhere in the Humanities, to explore the mainstream culture and objects of mass appeal are so frequently marginalised by the academic community, as well as to offer some explanations for why this marginalisation might be.

We invite proposals for papers, reports, work-in-progress, workshops and pre-formed panels from all disciples on themes that could include, but are not limited to, the following:

• The changing conceptualisation of canonicity;
• Genres, subgenres and the process of genre-fication;
• Queer fictions and alien concepts;
• ‘Low-’, ‘middle-’ and ‘high-brow’ texts;
• Critical acclaim vs. mass appeal;
• Cult classics and forgotten classics;
• Award winners, box-office smashes and bestsellers;
• Taking theory where it’s never gone before;
• Historiographies of gender, race and class.

It goes without saying that writers, texts or topics need not be canonical and we actively encourage papers discussing writers, texts and visual media from around the world.

Panels will consist of three 20-minute papers followed by discussion. A lunch will be included on the first day, followed by a closing wine reception at the end of the second, where we hope all delegates and attendees will have a chance to mingle.

Abstracts of no more than 350 words are invited by 1 June 2012 . They must include:

• 350-word abstract, including title;
• your name;
• affiliation;
• contact information;
• a brief biographical paragraph about your academic interests;
• any technical support that might be needed.

Please email submissions, in Word, WordPerfect, or RTF formats, to organisers Brittain Bright (Goldsmiths College, University of London), Sam Goodman (University of Exeter) and Emma Grundy Haigh (Goldsmiths College, University of London) at

marginalisedmainstream@gmail.com

Acceptances will be sent out by no later than 16 July 2012.

Conference website: http://marginalisedmainstream.wordpress.com
Facebook page: https://www.facebook.com/pages/Marginalised-Mainstream-Conference-2012/25…

Please note: we are not in a position to assist with conference travel or subsistence.

Journée en hommage à Jacques Henriot, 4 mai 2012, Université Paris 13.

Journée en hommage à Jacques Henriot
Vendredi 4 mai 2012
Université Paris 13 – Campus de Villetaneuse
Salle T204

A l’occasion du trentième anniversaire des sciences du jeu à l’Université Paris 13, une journée
scientifique est organisée en hommage à son fondateur, le philosophe Jacques Henriot. Il
s’agira à travers lui de retourner aux fondements épistémologiques d’une approche dont les
inspirations multiples – philosophie, sociologie, ethnologie, histoire, etc. – nourrissent l’étude
d’un même objet : les jeux de toutes sortes, de tous lieux et de tous temps. Une discipline qui,
depuis la création en 1981 d’un DESS en sciences du jeu, a formé plusieurs générations
d’étudiants à explorer cette diversité ludique sous l’angle de l’éducation et des loisirs.
Le renouveau de la recherche sur le jeu lié au développement du jeu vidéo, à celui des games
studies dans le monde anglophone donne une nouvelle actualité au travail de Jacques Henriot,
ce dont témoignent des publications récentes. Que peuvent apporter les sciences du jeu telles
qu’elles ont été conçues à Paris 13 il y a 30 ans ?

8h30-9h00 : Café d’accueil
9h00-9h30 : Accueil et ouverture par Elisabeth BELMAS (Université Paris 13, CRESC)
9h30-10h00 : Introduction par Gilles BROUGERE (Université Paris 13, EXPERICE)

Les sciences du Jeu
10h00-10h30 : Patrick SCHMOLL (Université de Strasbourg, LCSE)
Relire Jacques Henriot à l’ère de la société ludique et des jeux vidéo
10h30-10h45 : Pause
10h45-11h15 : Mathieu TRICLOT (Université de Belfort-Montbéliard, RECITS)
Game studies ou étude du play ?
11h15-12h00 : Bernard PERRON (Université de Montréal, GRAFICS) (Sous réserve)
Des games studies sans l’attitude de Jacques Henriot
12h00-12h30 : Débat
12h30-14h : Déjeuner

Le temps des nouveaux joueurs
14h00-14h30 : Sébastien GENVO (Université Paul Verlaine – Metz, CREM)
Penser les phénomènes de transformation du jeu : l’apport de Jacques Henriot
14h30-15h00 : Haydée SILVA (Université Nationale Autonome du Mexique)
La « gamification » de la vie : sous couleur de jouer ?
15h00-15h30 : Débat
15h30-15h45 : Pause
Espace virtuel et métaphore ludique
15h45-16h15 : Etienne Armand AMATO (Université Paris 8, CITU-PARAGRAPHE)
Le jeu : un processus entre métaphore et autoréférentialité
16h15-17h00 : Maude BONENFANT (Université du Québec à Montréal, Homo Ludens)
Le concept de « distance » de Jacques Henriot vu comme un espace virtuel de jeu
17h00-17h30 : Aymeric BRODY (Université Paris 13, EXPERICE)
La métaphore ludique chez les joueurs de poker
17h30-18h00 : Débat
18h00 : Cocktail des 30 ans
La participation au séminaire est gratuite, mais du fait du nombre de places limitées
l’inscription préalable est nécessaire et doit se faire à l’adresse e-mail suivante :
aymericbrody@yahoo.fr

Parution: Raphaèle Fleury Paul Claudel et les spectacles populaires; Le paradoxe du pantin

Raphaèle Fleury
Paul Claudel et les spectacles populaires. Le paradoxe du pantin

Classiques Garnier, “Études de littérature des XXe et XXIe siècles”, 2012.

À travers une enquête sur les contacts de Claudel avec les spectacles populaires et l’analyse des mises en œuvre qu’il imagine, cet ouvrage montre que le dramaturge réinvestit symboliquement ces formes, mais aussi qu’il les utilise pour une plus grande efficacité de son théâtre. L’adresse à la salle et le spectaculaire témoignent de la confiance de l’auteur catholique dans la capacité de la matière à véhiculer le sens. Mais la séduction qu’ils exercent fait courir le risque d’un rapport idolâtre au spectacle, risque que Claudel met en scène et s’attache à contrôler.

CFP Motley 2012 Redefining the Dominant Discourse of Popular Culture (1e avril 2012)

CFP

Motley 2012

Redefining the Dominant Discourse of Popular Culture

“Popular art is the dream of society; it does not examine itself.”

–Margaret Atwood

The Students of English Studies Association (SESA) of California State University, Fresno, in collaboration with Rasquache, and the Chicano Writers and Artists Association (CWAA), announces its call for papers for the 2011-2012 publication of Motley.

We welcome papers related to the theme:

Diversity/Redefining the Dominant Discourse of Popular Culture

In recent years, popular culture has come to be considered a valid and fruitful point of academic inquiry, helping to infuse more established disciplines, including English studies, with fresh life. Scholars have become increasingly aware of the broader implications of popular culture, which encompasses such diverse media as magazines, books, film, television, comic books/graphic novels, and internet content, for discourses mis/unrepresented or marginalized within the mainstream.

The mainstream, whatever ‘norms’ it actively portrays through popular culture, may perhaps be best described as an intricate matrix of discourses that corresponds to specific interests and that possesses varying types and amounts of sociopolitical agency. Some discourses are, for complex reasons, more socially influential or dominant than others and these discourses tend to govern culture as a whole from the vista of a certain ‘gaze’ that has more to do with the experience and values of that particular discourse community, and an attempt to preserve these values, than any effort toward true verisimilitude with the diverse experiences of individuals potentially outside or excluded from this governing group. We consciously and unconsciously function, as students, as scholars, as teachers, and as participants within this discourse, so that our writing and our self-expression is indefinitely engaged from a perspective that promises inclusion for all but often fails to recognize nuances in subjective experience along the lines of ethnic culture, spirituality, gender, sexuality, and language as relates to normalized popular narratives of belonging. So, what changes when such a gaze is shifted, when ownership and authority is (re)claimed by voices that have long been silenced or marginalized?

We invite academic papers and creative works on a variety of topics within this theme, including but not limited to:

*The role of popular media in the construction of cultures, identities, and place
*“Subversive” texts that generate space for previously silenced voices to speak
*Tensions, contradictions and conflicts of identity formation and social membership brought about by popular culture
*Analysis of popular or canon texts that speak to the marginalization or silencing of specific groups within literature.
*Responses/revisions to mis/representations of marginalized peoples in popular media texts (news, visual art/advertising, films/television, books, comics, etc.).
*Challenges we face in (re)defining academia and the literary canon and what methods we employ to subvert them
*Rhetorics used to challenge the dominant, interdependent gazes of pop culture and academia
*Ways in which the perspectives and/or presence of students from marginalized or underrepresented communities challenges and redefines academia.
*Our reflective processes in redirecting the gaze to consider ourselves as students and participants in a broader community of scholars
*Production and reproduction of cultural typing and stereotyping and implications thereof for mainstream culture
*How artistic expression can create a sense of belonging and validation for marginalized voices within the rigid and impenetrable, often markedly visual constructions of culture in art and media
*The complex intersections between our academic communities and popular culture, and how these elements work to (re)shape our pedagogies
*Pedagogies that reflect our perceived responsibilities to others largely underrepresented/misrepresented in pop culture and academia

We also welcome papers and creative works (creative writing, art/photography, video, short film) on relevant topics, not directly addressed above, that significantly engage disciplines other than English Studies and that have consequences for communities located outside of the academy.

Please e-mail submissions to motleyjournalcsuf@gmail.com by April 1st, 2012.

*Graduate and undergraduate students, as well as faculty, are encouraged to submit work to the journal.

Visit us at: http://motleyjournal.wordpress.com/

Colloque international « Culture et contre-culture: genèses, pratiques, conceptualisation »

Colloque international “Culture et contre-culture: genèses, pratiques, conceptualisation”

Du 21 mars 2012 au 23 mars 2012, Université Paris Ouest Nanterre
___

PROGRAMME

MERCREDI 21 MARS

8h00- 8h30 : Accueil des participants

8h30-9h00 : Ouverture

CONFÉRENCES D’INTRODUCTION. D’hier à aujourd’hui : Expériences et analyses de la contre-culture

Présidence: Ingrid GILCHER-HOLTEY, Université de Bielefeld.

9h00 – 09h30 : Laurent DANCHIN, Critique d’art, « La contre-culture à Nanterre : entre Grappin et Benny Lévy »

09h45 – 10h15 : Alice ECHOLS, University of Southern California, « From Hanging Out to Coming Out: The Countercultures of the Long Sixties »

10h30 – 11h00 : David FARBER, Temple University, « Building the Counterculture »

11h15 – 11h30 : Pause café

11h30 – 12h00 : Didier ERIBON, Université de Picardie Jules Verne, « Sociologie et domination »

12h15 – 12h45 : Beth BAILEY, Temple University, « Sex as a Weapon »

13h00 – 14h30 : Déjeuner

PANEL I. La construction du ‘texte’ contre-culturel

Présidence : Ingrid GILCHER-HOLTEY, Université de Bielefeld

1. La formation d’une référence américaine

14h30 – 14h50 : Stephan ISERNHAGEN, Université de Bielefeld, « Susan Sontag et la contre-culture à Greenwich Village »

14h50 – 15h10 : Sophie DANNENMÜLLER, Université Paris 7, « La publication Semina de Wallace Berman : un trait d’union pour les Beats, beatniks et autres ‘barbares sacrés’ de la Côte Ouest »

2. Les usages de la théorie

15h40 – 16h00 : Matthieu REMY, Université de Nancy 2, « Le jeune Marx, une figure tutélaire de la contre-culture ? »

16h00 – 16h20 : Anna TRESPEUCH-BERTHELOT, Université Paris 1, « La réception de l’Internationale Situationniste : une balise dans l’histoire de la contre-culture »

16h50 – 17h10 : Pause café

3. La presse parallèle et la critique sociale

17h10 – 17h30 : Daniel GORDON, Edge Hill University, « Sans Frontière et la fin des ‘années 68’ en France »

17h30 – 17h50 : Manus McGROGAN, Université de Portsmouth, « TOUT!: A l’interface de l’underground et de la révolution »

JEUDI 22 MARS

PANEL II. Institutions politiques et dynamiques contre-culturelles

Présidence: Anne-Marie PAILHES, Université Paris Ouest Nanterre

1. Les institutions religieuses

9h00 – 9h20 : Catherine DEJEUMONT, Université Paris Ouest Nanterre, « Münster (1534-1535) : exemple précoce de contre-culture ou histoire d’une méprise ? »

9h20 – 9h40 : Vincent SOULAGE, EPHE, « L’Eglise parallèle des chrétiens contestataires des années 68 »

2. Les régimes politiques

10h10 – 10h30 : Nathanel AMAR, Sciences Po – CERI, « La communauté punk en chine : entre réinterprétation d’une contre-culture et dissidence »

10h30 – 10h50 : Federico TARRAGONI, Agrégé de sciences sociales et doctorant contractuel en sociologie (IDHE-Paris 10/CSPRP-Paris 7), « La contre-culture populaire à l’épreuve de l’hégémonie populiste : le peuple des barrios vénézuéliens de la contestation callejera aux Comunas socialistes ».

11h20 – 11h40 : Pause café

3. Les « gauchismes »

11h40 – 12h00 : Silke MENDE, Université de Tübingen, « La naissance des Verts à partir de la contre-culture ? La formation des Verts ouest-allemands dans les années 1970 et ses relations avec le monde alternatif »

12h00 – 12h20 : Michaël ROLLAND, Université de Nancy 2, « Les relations complexes entre la contre-culture et les gauches radicales dans la France des années 1968 »

13h00 – 14h30 : Déjeuner

PANEL III.  Pratiques alternatives

Présidence : Caroline ROLLAND-DIAMOND, Université Paris Ouest Nanterre

1.  L’autonomie des groupements intellectuels et ses enjeux

14h30 – 14h50 : Björn LÜCK, Université de Bielefeld, « A la recherche d’une contre-structure :  le quotidien allemand “taz” et l’autogestion »

14h50 – 15h10 : Claus KRÖGER, Université de Bielefeld, “The “Verlag der Autoren” (Publishing House of Authors) as a  counter-institution? »

2. Les formes du « retour à la nature »

15h40 – 16h00 : Eric DOIDY, INRA Dijon, « Reconversions et déplacements de la critique dans la mobilisation pacifiste contemporaine aux Etats-Unis. Ethnographie d’un héritage de la contre-culture des années 1960-1970 »

16h00 – 16h20 : Anahita GRISONI, EHESS, « Sous les pavés, la terre : des mouvements néo-ruraux au marché du bien-être, de la contre-culture à la culture alternative ? »

16h50 – 17h10 : Pause café

3. Les nouveaux enjeux de consommation dans la dynamique capitaliste

17h10 – 17h30 : Benoît LEROUX, Université Paris Est Créteil, « Une contre-culture en agriculture ?  La dynamique agrobiologique face au paradigme productiviste »

17h30 – 17h50 : Jean-Baptiste VELUT, Université Paris Est Marne La Vallée, « ‘Fair trade’, ‘sweatfree’ and ‘carbon neutral’: American consumer action in the age of globalism

VENDREDI 23 MARS

PANEL IV. La transformation des répertoires contestataires

Présidence : Xavier LANDRIN, Université Paris Ouest Nanterre

1.  De nouveaux répertoires contestataires ?

9h00 – 9h20 : William SCHNABEL, Université de Nancy 2,  « Weather Underground : du radicalisme à la révolution »

9h20 – 9h40 : Baptiste COLIN, Université Paris 7, « ‘wat tut du zu tuwat?’  ou l’espace transnational des squatt*eur*euses. Une approche croisée de l’été 1981 à Berlin-Ouest et Paris »

9h40 – 10h00 : Charlotte BOMY, Université Paul Valéry Montpellier 3, « Contre-cultures sur les scènes berlinoises après 1968 : transferts des discours et des pratiques de part et d’autre du Mur »

10h40 – 11h00 : Pause café

2. Usages du genre et identités sexuelles

11h00 – 11h20 : Antoine IDIER, Université Picardie Jules Verne, « ‘Jouons aux élections avec les pédés !’ : Détournement et réappropriation de l’élection par les militants homosexuels français »

11h20 – 11h40 : Sarah KIANI, Université de Berne, « Egalité et restructuration du mouvement des femmes : contre-culture et institutionnalisation (1974-1996) »

12h30 – 14h00 : Déjeuner

PANEL V.  Genèse, labellisation et import-export des contre-cultures musicales

Présidence : Anaïs FLECHET, Université Versailles Saint-Quentin

1. Les labels de la contre-culture musicale

14h00 – 14h20 : Christophe VOILLIOT, Université Paris Ouest Nanterre, « BYG is beautiful ou comment a été labellisée la contre-culture musicale »

14h20 – 14h40 : Romuald JAMET, Université Paris Descartes, « Do It Yourself ! : Du slogan à l’art de vivre. DIY et musique dans les contre-cultures contestataires à Paris et Berlin »

15h10 – 15h30 : Pause café

2. Les trajectoires de la contestation musicale

15h30 – 15h50 : Jean-François HERSENT, Direction générale des Médias et des Industries culturelles – Ministère de la Culture, « Musique rock et contre-culture : dynamique contestataire ou évasion sans conséquence des enragés du larsen »

15h50 – 16h10 : Pierre RABOUD, Université de Lausanne, « Le punk dans les deux Allemagnes, le style comme dynamique contestataire »

16h10 – 16h30 : Harri VEIVO, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, « De la ‘nouvelle poésie’ des férus du jazz à l’underground des rockers subversifs : définitions et auto-définitions des pratiques artistiques expérimentales et contestataires en Finlande dans les années 60 »

17h00 – 17h20 : Pause café

17h20 – 18h00 : CONCLUSIONS DU COLLOQUE : Bernard LACROIX, Université Paris Ouest Nanterre – Institut Universitaire de France

__

COMITÉ SCIENTIFIQUE D’ORGANISATION :

– Ingrid Gilcher-Holtey, Chaire d’Histoire du temps présent, Université de Bielefeld

– Bernard Lacroix, Groupe d’analyse politique, Université Paris Ouest – Institut Universitaire de France

– Xavier Landrin, Groupe d’analyse politique, Université Paris Ouest Nanterre

– Anne-Marie Pailhès, Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone, Université Paris Ouest Nanterre

– Caroline Rolland-Diamond, Centre de recherches anglophones, Université Paris Ouest Nanterre

INSTITUTIONS ORGANISATRICES ET PARTENARIAT :

– Centre d’études et de recherches sur l’espace germanophone (CEREG), Université Paris Ouest Nanterre

– Centre de recherches anglophones (CREA), Université Paris Ouest Nanterre

– Groupe d’analyse politique (GAP), Université Paris Ouest Nanterre

– Chaire d’histoire du temps présent, Université de Bielefeld

– Institut Universitaire de France

– Institut des Amériques (IdA)

– DAAD – Deutscher Akademischer Austausch Dienst

– Centre d’études littéraires Jean Mourot (CELJM), Université Nancy 2

– Interdisciplinarité dans les études anglophones (IDEA), Université Nancy 2

LIEU : Salle des conférences – Bâtiment B

CONTACT : colloquecontreculture@gmail.com

Parution: Luc Boltanski, Enigmes et complots

Luc Boltanski

Enigmes et complots

Une enquête à propos d’enquêtes

Paris, Gallimard, “NRF Essais”, 2012

Présentation de l’éditeur
Au tournant des XIXe et XXe siècles, on observe tour à tour le développement du roman policier, dont le cœur est l’enquête, et du roman d’espionnage, qui a pour sujet le complot ; l’invention, par la psychiatrie, de la paranoïa, dont l’un des symptômes est la tendance à entreprendre des enquêtes prolongées jusqu’au délire ; la création par la sociologie de formes spécifiques de causalité – dites sociales –, pour déterminer les entités, individuelles ou collectives, auxquelles peuvent être attribués les événements qui ponctuent la vie des personnes, celle des groupes, ou encore le cours de l’histoire ; enfin, l’orientation nouvelle de la science politique qui, se saisissant de la problématique de la paranoïa, la déplace du plan psychique au plan social et prend pour objet l’explication des événemenst historiques par les «théories du complot».
Dans chacun de ces cas, la réalité sociale est mise en doute. C’est à l’État-nation, tel qu’il se développe à la fin du XIXe siècle, que l’on doit le projet d’organiser et d’unifier cette réalité pour une population et sur un territoire. Mais ce projet, proprement démiurgiques, se heurte à une pluralité d’obstacles parmi lesquels les développements du capitalisme, qui se joue des frontières nationales, occupe une place centrale.
Ainsi, la figure du complot focalise des soupçons qui concernent l’exercice du pouvoir : où se trouve réellement le pouvoir et qui le détient, en réalité? Les autorités étatiques, qui sont censées en assumer la charge, ou d’autres instances, agissant dans l’ombre – banquiers, anarchistes, sociétés secrètes, classe dominante, etc.? Ainsi s’échafaudent des ontologies politiques qui tablent sur une réalité doublement distribuée : à une réalité officielle, mais de surface et sans doute illusoire, s’oppose une réalité profonde, cachée, menaçante, officieuse, mais bien plus réelle. Roman policier et roman d’espionnage, paranoïa et sociologie – inventions à peu près concomittantes – sont solidaires d’une façon nouvelle de problématiser la réalité et de travailler les contradictions qui l’habitent. Les aventures du conflit entre ces deux réalités – réalité de surface contre réalité réelle – constituent le fil directeur de l’ouvrage.