Parution : Adrienne Boutang et Célia Sauvage, Les Teen movies

Parution chez Vrin coll. « Philosophie et cinéma ».

Héritiers des films d’exploitation des années 1950, jouant sur la fascination que suscite de longue date la figure de l’adolescent, les teen movies, ensemble d’oeuvres hétéroclites où voisinent de franches comédies et des films d’auteur, ont pris leur essor dans les années 1980, se déployant en une multiplicité de sous-genres.
C’est cette diversité générique que cet ouvrage va interroger, pour dégager un univers et des valeurs communes, cimentés par la volonté d’élaborer un territoire autonome, à l’abri des intrusions adultes. Car les teen movies, à l’image de la période transitoire et élastique qu’ils reflètent et reconstruisent, se font l’écho du regard d’une société sur son adolescence, entre légèreté, absence de responsabilités, et potentialités dramatiques.

Adrienne Boutang et Célia Sauvage sont chercheuses à L’Institut
de recherche en cinéma et audiovisuel. Normalienne et agrégée
de lettres, Adrienne Boutang travaille sur le cinéma américain
contemporain. Les recherches de Célia Sauvage portent sur le
cinéma indépendant américain.

Parution: Olivier Caïra, définir la fiction.

Olivier Caïra, Définir la fiction. Du roman au jeu d’échecs

Préface de Jean-Marie Schaeffer

Paris : Editions de l’EHESS, coll. « En temps & lieux », 2011.

264 p.

EAN 9782713222931

Du canular au roman historique, en passant par les jeux de rôle ou les séries TV, Olivier Caïra décortique des exemples singuliers de fiction, appelle à ouvrir cette notion trop souvent réduite au littéraire, et interroge le lien fiction et vérité.

« Pour vous, qu’est ce que la fiction ?  » À l’origine de cette étude, telle était la question posée par Olivier Caïra à quelques personnes de son entourage. Loin de tout poncif, les réponses recueillies furent aussi nombreuses que déconcertantes : sudoku, exercice de mathématiques, jeu d’échecs, jeu de rôle, série télévisée… Très vite, se dessina dans l’esprit du sociologue un territoire complexe des oeuvres et des expériences de fiction, lequel allait bientôt donner lieu à une odyssée à travers les sciences sociales, en quête de l’objet « fiction ». S’engageant résolument contre toute approche monodisciplinaire, qu’elle soit littéraire ou philosophique, l’auteur appelle donc à ouvrir la notion pour y inclure des phénomènes que la plupart des théories classiques ont jusque-là négligé, notamment les jeux de simulation et les énoncés logico-mathématiques. En multipliant les exemples singuliers, les expériences ambiguës et les cas contestés de fictionnalité, c’est l’inscription de la fiction dans le réel qui apparaît plus clairement. Souvent à l’origine de vives controverses, les canulars tels que la fausse indépendance de la Flandre déclarée dans une émission télévisée, l’autofiction dans le roman français contemporain ou l’exploitation du réel dans les films d’Hollywood permettent de mieux cerner ce qui nous attire et nous intrigue dans l’univers de la fiction.Par son approche originale, Olivier Caïra tient compte du point de vue des producteurs de fiction comme de celui des publics et réinterroge le lien entre fiction et vérité.

SOMMAIRE
Préface, de Jean-Marie Schaeffer
Introduction
Chapitre premier – La fiction en débat
Une controverse dense mais lacunaire
« Faire sans… » : en quête d’une définition parcimonieuse
Chapitre 2 – Dualisme de la communication documentaire
Versions et points nodaux
Le recoupement des versions comme antidote au panfictionnalisme
La pensée axiomatique
Dérivation et isomorphisme : formes internes et externes de la preuve
Chapitre 3 – Définition et corollaires
Pour une pragmatique réformée
Définition absolue, applications relatives
Conséquences formelles
Conséquences ontologiques
Chapitre 4 – Hybrides et faux amis
Des fictions ancrées dans la réalité
La fiction dans l’activité académique
Gradients d’irréalité
En deçà et au-delà du narratif
Chapitre 5 – Des cadres à la fictionnalité incertaine
Polémiques radiophoniques et télévisuelles
Jeux en ligne : une fictionnalité de masse
Chapitre 6 – La fiction comme zone de non-droit
« Toute ressemblance… » : le disclaimer hollywoodien
Pays perdu : entre fiction à clé et respect de la vie privée
Conclusion
Annexes – Index (auteurs cités, oeuvres littéraires et des bandes dessinées, films, oeuvres télévisuelles, jeux) – Bibliographie

Parution: Interférences n°7 – Croisées de la fiction. Journalisme et littérature

Interférences n°7

http://www.interferenceslitteraires.be/nr7

Croisées de la fiction.

Journalisme et littérature

dir. M. Boucharenc, D. Martens & L. van Nuijs

Conférence – séries culturelles – Mutations de l’imprimé à l’heure du cinéma (Tours)

1er février 2012

Séminaire “série culturelle” – Université François Rabelais de Tours

Matthieu Letourneux, “Romans-cinéma, ciné-romans, romans filmés, films dessinés… Mutations de l’imprimé à l’heure du cinéma”

17h-20h, salle 7 de l’extension.

Au début du XXe siècle, pour la première fois, la domination de l’imprimé, qui avait été le trait caractéristique du basculement de nos sociétés dans l’ère médiatique, se retrouve disputée par un nouveau média, le cinéma. Outre les bouleversements qu’il apporte dans les conventions et codes de représentation, il modifie les hiérarchies culturelles et accélère la circulation transnationale des œuvres et des imaginaires. Face à ce concurrent au succès rapide, la littérature populaire doit s’adapter. Elle invente de nouvelles formes (à commencer par les ciné-romans, ces ancêtres des novellisations), intègre de nouvelles conventions de représentation (en particulier dans son traitement de l’image), redéfinit ses principes sériels (aussi bien dans sa relation aux genres que dans ses stéréotypes). C’est un véritable dialogue, mixte de rivalité et de fascination, qui se met en place, combinant des logiques de resémantisation des convent! ions importées à partir des modèles dominant dans l’univers de l’imprimé, des hybridations des imaginaires, et de parasitisme.

Pour illustrer ces mutations, nous nous intéresserons aux collections de ciné-romans, cette forme importante de la littérature populaire dans l’entre-deux guerres, mais aussi, de façon secondaire, à d’autres types d’imprimés populaires (romans, illustrations et récits en images), afin de mettre en évidence les logiques d’échanges, de rivalité, de dialogisme, qui se mettent en place des années 1910 aux années 1930 dans les pratiques littéraires, avec l’avènement du cinéma.

Matthieu Letourneux est maître de conférences en littérature française à l’université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense. Ses travaux portent sur les cultures médiatiques, les littératures populaires et de jeunesse auxquelles il a consacré un grand nombre d’articles. Il a édité des oeuvres de Gustave Aimard, Emilio Salgari, Eugène Sue, Stanley Weyman. Il a codirigé avec Pierre Brunel et Frédéric Mancier le Dictionnaire des mythes d’aujourd’hui. Il a également publié Le Roman d’aventures, 1870-1930 et tout récemment, avec Jean-Yves Mollier, une étude consacrée à la maison d’édition Tallandier.

_______________________________________________________

Intru – Axe Iconotextes

L’axe Iconotextes s’intéresse aux objets hybrides dans lesquels l’interaction du texte et de l’image est seule apte à produire le sens, l’émotion, la valeur esthétique et, le cas échéant, la narration.

Théorisé dès la fin des années 1980 par Michael Nerlich [1], à partir de sa réflexion scientifique mais aussi de sa pratique artistique, le terme d’iconotexte désigne selon lui « une unité indissoluble de texte(s) et image(s) dans laquelle ni le texte ni l’image n’ont de fonction illustrative et qui — normalement, mais non nécessairement — a la forme d’un “livre ” [2] ». Alain Montandon, éditant les actes d’un colloque organisé en 1988 à l’Université Blaise Pascal, nuance déjà la définition, en l’élargissant : « La spécificité de l’iconotexte comme tel est de préserver la distance entre le plastique et le verbal pour, dans une confrontation coruscante, faire jaillir des tensions, une dynamique qui opposent et juxtaposent deux systèmes de signes sans les confondre [3]. » Dans un premier temps consacrées aux œuvres les plus légitimes du domaine éditorial, par leur inscription dans un passé devenu référence (William Blake ; Lewis Carroll) ou par l’appartenance de leurs créateurs aux sphères estimées de la production esthétique, poètes et peintres (Breton et Miro, Max Ernst et Man Ray, Bazaine et Tardieu), les études sur les iconotextes se sont étendues au cours des années 1990 à des productions dans lesquelles l’interaction du texte et de l’image pouvait aussi servir une ambition didactique ou commerciale — même si l’intérêt des chercheurs se portait davantage sur la qualité esthétique de certaines de ces productions, élevées au rang d’œuvre en dépit du mépris dans lequel elles avaient été tenues et dans lequel était maintenu l’essentiel du domaine auquel elles appartiennent. Bande dessinées, films d’animation des premiers temps, albums pour enfants sont autant de domaines dans lesquels la fécondité des approches iconotextuelles a permis d’échapper aux analyses étroitement disciplinaires, souvent inaptes à rendre compte de la complexité de ces objets.

La bande dessinée, que ses théoriciens qualifient régulièrement d’art sans mémoire, a longtemps été reléguée au rang de divertissement sans véritable consistance, accaparé par des logiques simplement marchandes et incapable de produire des oeuvres dignes d’attention ou d’étude. Ce préjugé a pu s’appuyer sur le long malentendu qui consistait à ne considérer la bande dessinée que comme une sous-littérature, à la fois populaire et puérile du point de vue de ses destinataires, et bâtarde du point de vue de son hybridation iconotextuelle. Cependant, le foisonnement d’expériences créatrices qui marque l’évolution de la bande dessinée depuis le début des années 1990, et qui s’accompagne d’un immense effort de traduction des grandes oeuvres non-francophones (particulièrement, mais non exclusivement, dans les domaines anglo-saxon et asiatique), a permis l’émergence d’un nouveau discours historique et critique. Qu’il s’agisse de définir dans une approche sémioticienne le « système » de la bande dessinée [4], d’esquisser plus largement les principes généraux des « littératures dessinées » [5], ou de rouvrir le dossier problématique des « naissances » de la bande dessinée [6], les études francophones se multiplient et offrent désormais un riche répertoire de concepts et d’outils pour aborder l’étude de ce medium, depuis ses racines dans la gravure humoristique ou morale du XVIIIe siècle jusqu’à ses derniers développements dans les courants alternatifs ou expérimentaux européens, américains ou asiatiques.

L’album pour enfants est issu d’une double tradition livresque, celle du livre d’artiste, lui-même lointain dérivé de l’album romantique d’une part, et celle de l’outil pédagogique, auxiliaire des apprentissages fondamentaux, notamment langagiers (des Histoires en images sans paroles à raconter par les petits de Fernand Fau et Fernand Nathan dès 1902, aux productions des Albums du Père Castor à partir de 1931) d’autre part. Entre les deux pôles, l’artistique et le pédagogique, le monde éditorial s’est longtemps gardé de trancher, jouant sur les deux tableaux dans le meilleur des cas, alléguant très souvent de la séduction de l’un (la belle image) qui permettrait de mener à l’autre (la transmission de savoirs et de modèles de conduite). Pourtant dès la fin du XIXe siècle des productions éditoriales témoignent de la mise en œuvre, chez les artistes, et moindrement chez les éditeurs, d’une réflexion sur le fonctionnement iconotextuel de l’album pour enfants. Matière et formats, jeux sur la mise en page et prise de conscience de la double-page comme espace signifiant, invention dans l’articulation du texte et de l’image, jeu sur la couleur comme lieu d’élaboration du sens, tout indique dès 1890 que les artistes investissent sans conteste le livre pour enfants avec des préoccupations esthétiques autant que narratives. Déconsidéré par l’immaturité de son destinataire (si l’enfant est souvent un excellent critique des livres qui lui sont destinés, sa critique ne parvient en revanche jamais jusqu’aux sphères d’élaboration d’un discours légitime sur le littéraire), l’album pâtit en outre de son hybridité iconotextuelle. Les spécialistes de l’image ont longtemps jugé impure l’inféodation du programme iconographique à un déroulement narratif ; les sémioticiens se sont révélés incapables d’analyser la dimension sérielle et narrative de la suite d’images ; quant aux littéraires, s’ils ont récemment accepté l’idée que le « livre pour enfants » recelait aussi de véritables trésors littéraires, leur formation et leurs centres d’intérêt les ont porté prioritairement vers le roman pour enfants, délaissant l’album dans lequel ils ne voient qu’un outillage pédagogique destiné à pallier l’absence de maîtrise des codes écrits par les très jeunes enfants — à leurs yeux, la littérature ne naîtrait qu’avec le B-A-BA, présupposé qui ne manque pas de poser question. Comparée aux études récentes sur la bande dessinée, la recherche académique sur l’album pour enfants accuse un sérieux retard, alors que les milieux anglo-saxons, avantagés il est vrai par l’existence d’une production plus précoce et jamais réellement déconsidérée, offrent depuis une quinzaine d’années une série de grilles d’analyse de l’album texte-image [7] — sur lesquelles il conviendrait pourtant de revenir avec un esprit moins pragmatique, et davantage articulé à la recherche d’une poétique.

Les relations entre textes et images au cinéma sont nombreuses, qu’il s’agisse de l’introduction de texte à l’image avec les intertitres de l’époque muette, des nombreuses adaptations littéraires, mais aussi des expériences issues du cinéma expérimental avec le cinéma lettriste. Toutefois, en raison des mutations contemporaines du média, il nous paraît important d’interroger les espaces intermédiaires, ceux où le cinéma peut trouver la matière ou le texte d’une nouvelle écriture. En effet, tout au long de sa courte histoire, le cinéma a cherché à se définir et à se légitimer en important des objets ou des objectifs aux autres champs, en se modelant ou s’inspirant des arts et des pratiques culturelles. Ainsi, on s’intéressera tout particulièrement à ce qui procède des arts graphiques, et en particulier de l’album ou de l’histoire en images et qui transite dans le cinéma d’animation. On observera encore comment par l’entremise des textes critiques et des discours véhiculés, le cinéma a pensé ses relations à la fiction et au théâtre, y puisant des modèles en vue d’une institutionnalisation (organisation de la profession, statut d’auteur, etc.). Ou encore, comment le cinéma a emprunté à la photographie une interrogation sur le réel et ses conséquences sociales, en raison d’une capacité à produire des images documentant le monde. Réflexions intermédiales qui permettent la constitution de nouveaux corpus où coexistent les images fixes et animées, mais aussi les œuvres et les objets issus de la culture populaire, s’appuyant ou faisant émerger ce qu’André Gaudreault [8] a défini à travers l’expression de série culturelle. Décloisonnements méthodologiques indispensables au sens où ils aident à penser le cinéma dans une plus grande complexité afin d’anticiper sur les mutations induites par les diffusions numériques des images animées.

Ces pistes ouvertes à propos de quelques objets iconotextuels ne sont nullement exclusives, et se veulent à l’inverse propositions ouvertes, dont la confrontation avec d’autres démarches, consacrés à d’autres iconotextes, permettra de sonder la pertinence. Les objets envisagés ici peuvent par ailleurs se penser de manière problématique selon chacun des trois autres axes développés par l’équipe INTRU : en termes d’intermodalité bien sûr ; selon la logique des transferts, influences et effets de réception ; et enfin sous l’angle des hiérarchies culturelles, « du banal à l’exceptionnel ». A cet égard, l’axe « Iconotextes » ne se veut pas un domaine à part, fermé sur ses objets et ses démarches, mais s’envisage au contraire comme un atelier permanent de recherche, d’interrogation et de confrontation.

[1] Michael Nerlich, « Qu’est-ce qu’un iconotexte ? Réflexions sur le rapport texte-image photographique dans La Femme se découvre d’Evelyne Sinnassamy » dans Alain Montandon (éd.), Iconotextes, Paris, Ophrys, 1990 (p. 255-302) [2] op. cit. p. 268. [3] Alain Montandon, « Introduction », op. cit. p. 6. [4] Thierry Groensteen, Système de la bande dessinée, Paris, PUF, « Formes sémiotiques », 1999. [5] Harry Morgan, Principes des Littératures dessinées, Angoulême, L’An 2, 2003. [6] Thierry Smolderen, Naissances de la bande dessinée, de Hogarth à McCay, Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, 2009. [7] David Lewis, Reading Contemporary Picturebooks : Picturing Text, Routledge Falmer, 2001 ; Maria Nicolajeva, Carole Scott, How Picture Books Work , Routledge, 2001 ; Perry Nodelman, Words About Pictures : The Narrative Art of Children’s Picture Books, Georgia University Press, 1988 ; Ellen Handler Spitz, Inside picture books, Yale University Press, 1999 ; Victor Watson, Morag Styles, (eds), Talking Pictures : Pictorial Texts and Young Readers, Hodder and Stoughton, 1996 ; Jens Thiele, Das Bilderbuch : Ästhetik, Theorie, Analyse, Didaktik, Rezeption. Isensee, 2000 ; Jens Thiele, Neue Impulse der Bilderbuchforschung : Wissenschaftliche Tagung der Forschungsstelle Kinder- und Jugendliteratur der Carl von Ossietzky Universität Oldenburg 13.-15. September 2006. [8] André Gaudreault, Cinéma et attraction, pour une nouvelle histoire du cinématographe, Paris, CNRS éditions, 2008.

Ressources: Fonds de Yellowbacks à l'Emory University

Fonds de Yellowbacks à l’Emory University

L’Emory University offre en téléchargement libre un fonds de 1200 yellowbacks, ces romans populaires britanniques publiés à partir de 1850, où furent publiés les principaux auteurs de sensation novels.

http://web.library.emory.edu/yellowbacks

A glimpse of 19th century British life is available online, courtesy of Emory University Libraries’ Manuscript, Archives, and Rare Book Library (MARBL).

More than 1,200 novels known as yellowbacks have been digitized using a cutting-edge robotic digital book scanner purchased from Kirtas Technologies by Emory Libraries in 2008. The Kirtas machine enables the Libraries to scan thousands of rare and out-of-copyright books in its research collections.

Yellowbacks were cheap, 19th century British literature sold at railway book stalls, with colorful, sensational covers to attract buyers. While some were well-known books such as “Sense and Sensibility,” many of the yellowbacks were obscure titles by authors unknown nowadays. “They were the equivalent of a popular novel you’d read on a plane today,” says David Faulds, MARBL’s rare book librarian.

The digitization project allows MARBL to make the collection of rare, fragile books accessible to a widespread audience. “There are a good number of yellowbacks where we have the only known copy of the text, so we’re able to make that available to people around the world,” he says. “They’re very rare now because they weren’t that sturdily built – they just disintegrated or were thrown away. It’s an aspect of 19th century life that’s disappeared today.”

The project has taken about six months and is almost finished, says Kyle Fenton, leader of digitization services and digital curation, whose team worked to digitize the collection of yellowbacks. Of the 1,235 books digitized, nearly all of the titles are available online and can be downloaded by readers for free.

MARBL has the second largest collection of yellowbacks at an American university library, behind UCLA. The nickname comes from the yellow glazed paper of the illustrated covers.

The genres and topics include romance, detective fiction, war, biography, medicine, horse racing, hunting and fishing. “Some of these books are so rare that they’ve been lost to history,” Faulds says. “Scholars and casual readers can now discover these works. There may be aspects of them that are of interest not only to literary researchers but also social historians looking at Britain or America in the 19th century or women’s lives in this period – what they were reading, how they are portrayed or what they wrote.”

Appel: L'humour anglais (Humoresques 36)

Humoresques n° 36, Automne 2012

L’humour anglais

Appel à contribution

Tous les dictionnaires l’attestent : l’ « humour » est arrivé en France par le biais de l‘anglais. Et tous les manuels le répètent : s’il est un peuple qui a de l’humour, c’est bien le peuple anglais. L’humour est donc anglais.

Une fois ces évidences posées, il semble toutefois bien difficile de définir « l’humour anglais » — à moins qu’il ne soit d’ailleurs « britannique ». Certains s’y sont bien sûr essayés, évoquant d’abord une particularité anatomique, l’humour britannique ayant trait à la bile noire et à la mélancolie. Lorsque l’humour a cessé de relever de l’humeur, et lorsque l’on a cessé de croire à la théorie des tempéraments, on s’est parfois tourné vers des explications climatiques : l’humour anglais est « sombre » comme les cieux d’Albion. Plus récemment, Salman Rushdie, dans Imaginary Homelands, affirme que l’humour anglais relève de l’imaginaire, de la fiction, du « what if ». Toutes ces idées se résument en une seule : l’humour anglais serait un mécanisme de défense — contre sa nature propre, l’humaine condition, les caprices du temps ou les aléas de l’histoire. D’autres théoriciens ont choisi une approche chronologique et/ou générique, distinguant entre diverses formes d’humour anglais, telles que le « wit », le « nonsense », la satire. Enfin, on peut aussi analyser les procédés de l’humour anglais, en soulignant notamment le jeu avec les « codes », ce savant mélange entre désir de ne pas se faire remarquer et amour de l’excentricité. Pour pouvoir apporter un nouvel éclairage sur « l’humour anglais », nous proposons de partir d’un certain nombre de questions :

Des questions classiques :

– L’humour anglais est-il lié à la langue anglaise ? Pierre Daninos, humoriste français, peut-il imiter l’humour britannique ? L’humour anglais peut-il traverser la Manche ? Est-il traduisible ? Est-il compréhensible pour les non-autochtones?

– Quelle forme de «l’ humour anglais » serait « exportable »? Benny Hill, Mr Bean, Peter Sellers, les Monty Python, tous comiques fondés sur le corps, mais pas le Goon Show, fondé sur la langue ?

– En quoi l’humour anglais est-il différent de l’humour américain, ou irlandais, ou écossais ?

Humour anglais et mondialisation :

– En ces temps de mondialisation, l’humour britannique a-t-il pu préserver sa particularité ? (voir les déclinaisons anglo-saxonnes de séries comiques, comme The Office, serait à ce titre intéressant).

Humour anglais et communautarisme:

– Il semble paradoxal, voire non-politiquement correct, de parler encore d’humour anglais « national ». L’humour anglais existe-t-il encore, ou a-t-il été « assimilé » dans le melting-pot ? Comment est-il assumé, ou refusé, par les diverses « communautés » de Grande Bretagne. ? Bend it like Beckham, réalisé par Gurinder Chadra, est-il le nouvel humour anglais ? Ou Gurinder Chadra un parfait exemple d’ « assimilée » ?

Humour anglais et postcolonie

– Qu’en est-il, de même, de l’humour dans les anciennes colonies britanniques ? L’humour britannique a-t-il laissé des traces visibles en Inde ?

Les propositions d’articles, accompagnées d’un titre, d’un résumé et d’une brève présentation de l’auteur, sont à adresser à : corinne.francois-deneve@uvsq.fr, avant le 30 avril 2012.

Parution/ressources: Marginalia hors-série, Billy The Kid.

Marginalia Hors-série

Billy the Kid

Marginalia est un bulletin bibliographique qui recense les études sur les littératures et le cinéma populaires. Il est réalisé par Norbert Spehner.

Le dernier numéro est consacré aux études portant sur la figure populaire de Billy-the-Kid. On peut le télécharger gratuitement (ainsi que les autres volumes) à l’adresse suivante: http://marginalia-bulletin.blogspot.com/

Ressources: Browne Popular Culture Library, Dime Novels en ligne.

Browne Popular Culture Library

La Browne Popular Culture Library propose en ligne près de 1300 dime novels (publiés pour la plupart entre les années 1890 et la Première Guerre mondiale), téléchargeables au format pdf, offrant ainsi un des fonds en ligne les plus importants consacrés à ce type d’objets.

http://drc.library.bgsu.edu/handle/2374.BGSU/744

In addition to many rare hardcover and paperback books and magazines, the Browne Popular Culture Library houses archival and special collections, including literary manuscripts and movie and television scripts. Non-traditional library resources such as dime novels, storypapers and nickel weeklies, pulp magazines, fanzines and other amateur publications, comic books and graphic novels, and posters, postcards, greeting cards, mail-order catalogs, and travel brochures, comprise some of the Library’s most unusual collections.

Journée d'étude: La Série revisitée par le web

Le séminaire « Pratiques créatives sur Internet »
et le réseau S.E.R.I.E.S.

La série revisitée par le web

Vendredi 20 janvier 2012
9h30 à 17h
Maison des Sciences de la Communication
Rez-de-chaussée
20 Rue Berbier-du-Mets
75013 Paris

9h30 – 10h : Présentation de la journée
Brigitte Chapelain (Paris Nord, LCP), Barbara Villez (Paris 8, JILC, SERIES, LCP)
10h – 10h30
Hervé Glévarec (Directeur de recherche CNRS) : « Quel modèle théorique pour penser la réception des séries télévisées contemporaines ? »

10h30 – 10h50 : Discussion

10h50 – 11h20
Mélanie Bourdaa (Université Bordeaux 3, MICA) : « Bienvenue dans le monde des web séries : nouvelles stratégies de production et sérialité ».

11h20 – 11h40 : Discussion

11h40 – 12h10
Virginie Spies (Université d’Avignon, Laboratoire Culture et communication) :« Analyser les médias audiovisuels à l’heure du numérique : lorsque les fans de séries témoignent de leur réception sur Twitter ».

12h10 – 12h30 : discussion

12h30 – 14h : pause déjeuner

14h – 14h30
Clément Combes (Doctorant, CSI, Mines Paris Tech) : « La sériphilie comme pratique partagée: la consommation de séries à l’heure d’Internet »

14h30 – 14h50 : discussion

15h – 16h15
Table ronde : « évolution de la série télé, des modes de réception sur Internet à la web série tournée et diffusée pour Internet (fabrication, public, diffusion et production) ».
Vincent Solignac, scénariste, réalisateur, président de la guilde des scénaristes.
Guillaume Crémonèse, réalisateur, producteur.
Amandine Prié, Co-auteur du Blog des séries et des hommes sur Libération.fr.
Alexandre Hervaud, journaliste.
Muriel Mille, EHESS.
Manuel Raynaud, journaliste, créateur du site Spin-off. (sous réserve)
Patrick Tallec, scénariste (sous réserve)
16h15 – 17h : discussion

L’Inscription est obligatoire : corinne.navelant@lcp.cnrs.fr
Pour toute information :
Brigitte Chapelain (brichap@club-internet.fr)

Parution: La Civilisation du journal

La civilisation du journal

Histoire culturelle et littéraire de la presse au XXè siècle

Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Eve Thérenty, Alain Vaillant (dir.)

Paris, Nouveau Monde, 2012

Voici, observée pour la première fois du double point de vue historique et littéraire, une histoire à la fois panoramique et détaillée du siècle d’or de la presse écrite française.
De 1800 à 1914, par son mode de production de plus en plus industriel, par sa diffusion de plus en plus massive, par les rythmes nouveaux qu’il impose à la vie sociale et par ses multiples interférences avec la littérature, les sciences et les arts visuels, le journal modifie en profondeur l’ensemble des activités et des représentations, projetant les institutions, les classes, les individus, la raison et l’imagination dans une culture de la « périodicité » et du flux permanent de l’information. Ce passage rapide et global à un tout nouvel espace-temps de l’écriture et de la lecture constitue une mutation anthropologique majeure, l’entrée dans l’ère « médiatique ».
Mesurer les effets du journal sur la marche de la société et sur la configuration des esprits, c’est reconnaître rétrospectivement l’existence et la marque d’une « civilisation du journal », au sens même où Lucien Febvre avait mis en lumière la « civilisation du livre » née de l’invention de l’imprimerie. L’originalité et l’abondance des études que l’on découvrira ici, aussi bien sur la genèse de l’écriture journalistique que sur les évolutions de l’industrie de la presse ou de la culture de masse, font de cet ouvrage une référence unique.
Au moment où le XXIe siècle bascule dans le numérique, les féconds croisements de disciplines et de problématiques que propose La Civilisation du journal refonde et relance la réflexion sur la communication moderne.

Cette entreprise collective sans précédent associe trois équipes de recherche et plus de soixante auteurs venus de la littérature comme de l’histoire politique, culturelle et sociale.

Support Livre broché
Nb de pages 1760 p. (2012)
ISBN-10 2-84736-543-5
ISBN-13 978-2-84736-543-6
GTIN13 (EAN13) 9782847365436