Archives de catégorie : Parutions

Parution : Dumas – Création et Rédemption

Alexandre Dumas, Création et Rédemption, édition de Julie Anselmini, Paris, Gallimard, 2024 [1870].

Présentation

Ultime chef-d’œuvre de Dumas, Création et Rédemption (1869-1870) renferme à la fois une chronique tumultueuse de la Révolution française, une histoire d’amour à rebondissements et un récit merveilleux qui fait la part belle à l’alchimie et au magnétisme. En 1785, dans un petit village du Berry, le docteur Jacques Mérey recueille la jeune Éva. Le tuteur et sa pupille tombent amoureux, mais la révélation de la noble ascendance d’Éva les contraint à se séparer. Élu député de la Convention, Jacques part pour Paris, où il côtoie intimement Danton et assiste au tournant de la Terreur. Derrière la trajectoire romanesque de ces amants maudits, c’est la scission violente entre le peuple et l’aristocratie d’Ancien Régime que Dumas donne à voir.
Magistrale plongée au cœur de la tourmente révolutionnaire, ce grand roman oublié retrouve ici son titre et son architecture d’origine, tels que les a pensés celui qui, selon Michelet, « a plus appris d’histoire au peuple que tous les historiens réunis ».

Parution : La fiction face au viol

Véronique Locher, Zoé Schweitzer et Enrica Zanin (dirs.), La fiction face au viol, Paris, Hermann, 2024.

 

Présentation

Sujet impossible, le viol menace les capacités représentatives de la fiction et interroge ses rapports avec le réel. Il est pourtant omniprésent dans la fiction, depuis les mythes de l’Antiquité jusqu’aux séries télévisées de l’ère #MeToo. Comment interpréter cette confrontation continue ? Comment articuler autonomie esthétique et responsabilité éthique ? Pour comprendre les échanges entre viol et fiction, les trois autrices se tournent vers des œuvres de la première modernité qui parlent des violences sexuelles, à une époque où elles demeurent largement taboues. De Boccace à Richardson, de Shakespeare à Pauline Peyrade, d’Ovide à Sarah Kane, l’ouvrage tisse des liens entre contextes passés et questionnements présents et montre comment la fiction, à travers ses mutations, répond aux nombreux défis lancés par la représentation du viol.

Table des matières et introduction disponibles en ligne

Parution: “Tout ce que vous n’auriez jamais voulu lire ou relire sur le roman-photo” (Luciano Curreri et Michel Delville, traduction de Vittorio Frigerio)

Luciano Curreri et Michel Delville, traduction de Vittorio Frigerio, Tout ce que vous n’auriez jamais voulu lire ou relire sur le roman-photo, Presses universitaires de Limoges, 2024

Résumé de l’ouvrage

Le roman-photo a souvent été décrié, tantôt en raison de sa forme bricolée et la pauvreté de son iconographie et de ses intrigues, tantôt en raison de ses contenus souvent stéréotypés, populaires, mièvres, sentimentaux et sensationnalistes. Né dans les années quarante du succès fulgurant du cineromanzo italien, il constitue cependant l’un des rares genres artistiques nouveaux ayant fait leur apparition après la deuxième guerre mondiale, un genre désormais doté de potentialités esthétiques propres qui lui confèrent un statut autonome en tant que genre (para-)littéraire.

Le présent volume développe une approche exploratoire singulière à ce genre souvent mal compris et mal aimé et qui, pourtant, bénéficie actuellement d’un regain d’attention en France et à l’étranger, suscitant des réexamens, des modifications et des réappropriations de diverses natures. Aux croisements de la bande-dessinée et de l’essai graphique, l’ouvrage mobilise la figure du flâneur et entrecroise différents régimes de savoir rendant compte de l’histoire complexe et tumultueuse d’une forme que d’aucuns considèrent comme insignifiant et définitivement lié à un domaine culturel de bas étage, celui des récits à l’eau de rose et de la presse people, quand il n’est pas associé à l’érotisme, à la littérature de l’horreur ou à la pornographie.

Parution : La construction du corps au cinéma et dans les séries

 

 

Mise au Point, n°18, « La construction du corps au cinéma et dans les séries », sous la direction de Philippe Bourdier, 2023

Ce numéro de la revue en ligne MAP (Mise au Point) est consacré à la place du corps, considéré comme construction culturelle qui, à l’ère de la modernité ou de la post-modernité, associe à la fois les pratiques et discours d’éducation et les représentations qu’en offrent le cinéma et plus largement les médias. À l’heure où Sex Education, diffusée sur Netflix, en est à une production sérielle conduite sur plusieurs années, et où le body horror est devenu grand public, nombreux sont les films, les tutoriels, les séries télévisées, les films éducatifs qui font un usage spécifique, renouvelé de la présence des corps et délivrent une conception des corps digne d’être envisagée, tant par les chercheurs et chercheuses en études filmiques que ceux et celles en éducation.

Parution : L’imaginaire en séries

Otrante, n°53, « L’imaginaire en séries II », sous la direction d’Anne Besson, 2024. 

Depuis plusieurs années, les séries télévisées retiennent l’attention de la recherche universitaire… mais la fantasy fait très pauvre figure dans ces travaux : il n’y est jamais question du merveilleux contemporain, dont les variantes historiques ou urbaines sont pourtant omniprésentes dans la culture contemporaine depuis un quart de siècle. Il est vrai que la rencontre entre fantasy et séries télévisées apparait plus récente ; mais son expansion est telle qu’elle mérite amplement que l’on s’y arrête.
Ce volume vise à proposer un premier panorama collectif du sujet, sur la piste des éventuelles spécificités de la série de fantasy (si on la rapproche des séries de science-fiction notamment, mais aussi des autres expressions médiatiques successivement explorées par le genre), en tant qu’elles témoignent de la reconfiguration des dynamiques entre genres de l’imaginaire, médias et publics intergénérationnels.

Parution : Near Chaos. Quand la littérature nous prépare au pire

Simon Bréan et Guillaume Bridet, Near Chaos. Quand la littérature nous prépare au pire, Paris, Hermann, 2024.

 

Présentation
Face aux crises qui se multiplient dans notre présent troublé, menaçant d’engloutir nos démocraties, nos valeurs, nos modes de vie et jusqu’à nos existences, que peut encore la littérature ? Depuis la fin des années 2000, paraît un nombre croissant de romans en français qui se préoccupent d’un monde sur le point de sombrer dans le chaos. Ces romans, signés entre autres par Jérôme Leroy, Antoinette Rychner, Michel Houellebecq ou encore Wendy Delorme, nous proposons de les regrouper sous le terme de Near Chaos.

Comment comprendre ce déplacement chronologique vers un futur proche d’une écriture romanesque qui reste foncièrement réaliste ? Pour saisir les dimensions poétiques et idéologiques de ces récits, cet ouvrage examine leurs représentations du chaos à venir et leurs procédés narratifs. Les trajectoires de leurs personnages, écartelés entre délitement des institutions, survie individuelle et solutions collectives, offrent un panorama de choix éthiques et politiques saisissants auxquels nous pourrions bientôt être confrontés.

 

PARUTION : QUÊTES, ENQUÊTES ET ROMAN NOIR

Iziar de Miguel, Quêtes, enquêtes et roman noir. De Didier Daeninckx à Kateb Yacine, Paris, L’Harmattan, 2023.

Présentation
Quêtes, enquêtes et roman noir relie les notions de roman policier métaphysique et de roman noir. Rattachant le genre policier à son lignage littéraire, cet essai analyse l’évolution du trope du flâneur en tant que marcheur méditatif, des Nuits de Paris de Rétif de la Bretonne jusqu’à son développement métaphysique par Walter Benjamin. L’approche déconstructive et intertextuelle des romans de Didier Daeninckx, Jean-Claude Izzo et Rachid Santaki renouvelle l’apport de la littérature engagée. Dominique Manotti, Maud Tabachnik, Virginie Despentes et Hannelore Cayre, ainsi que des auteurs nord-africains de renom comme Andrée Chedid, Kateb Yacine, Driss Chraïbi et Abdelkader Djemaï subvertissent le genre pour proposer des enquêtes innovatrices qui révèlent le tournant métaphysique de leurs romans.

PARUTION : LES BELLES ÉPOQUES DE DOMINIQUE KALIFA

Arnaud Dominique Houtte (dir), Les Belles époques de Dominique Kalifa, Paris, Presses Universitaires de la Sorbonne, 2024.

Le brutal décès de Dominique Kalifa, le 12 septembre 2020, a été un choc inattendu pour ses proches, ainsi que pour ses collègues, lecteurs et étudiants. Professeur d’histoire du XIXe siècle à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, auteur d’une œuvre importante et largement discutée en France et à l’étranger, Dominique Kalifa a laissé une empreinte marquante, tant par ses livres et ses enseignements que par son inventivité méthodologique et son charisme personnel.
Conçu comme un hommage scientifique et amical, cet ouvrage rassemble 31 contributions, la plupart présentées lors du colloque organisé en Sorbonne (9-11 décembre 2021) dont ce volume rassemble et enrichit les actes. Sous la plume d’historiennes et d’historiens de plusieurs générations et de plusieurs pays, ce livre propose un portrait de Dominique Kalifa à travers la présentation et l’exploration de son œuvre et de ses sujets de prédilection.


On y discute donc de la notion d’imaginaire social ; on s’interroge sur les limites chronologiques du XIXe siècle ; on réfléchit à ce que les historiens peuvent tirer des images et des sons. On y parle surtout d’enquête et de crime, d’amour et de chrononymes, de mauvais garçons et de jeunes libérées. De Marseille au Mexique en passant par l’Italie et le Japon, on croise La Joconde, La grande illusion et les Peaky Blinders. Et plane sur l’ensemble l’ombre de Fantômas.

Table des matières

Continuer la lecture de PARUTION : LES BELLES ÉPOQUES DE DOMINIQUE KALIFA

Parution : On ne vit pas de la bande dessinée. Trajectoires professionnelles d’auteurs à Angoulême (PUL)

Sylvain Aquatias, On ne vit pas de la bande dessinée. Trajectoires professionnelles d’auteurs à Angoulême,  Liège, Presses Universitaires de Liège, collection ACME, 2024. 

Présentation

Les albums de bandes dessinées ont envahi les rayons des librairies et les médias annoncent tous les ans des ventes records. Mais qu’en est-il de ceux qui réalisent ces albums ? Comment sont-ils devenus auteurs de bande dessinée ? Où se sont-ils formés ? Vivent-ils de leur art ?
Si le titre de l’ouvrage laisse peu d’illusions sur la réponse finale à cette dernière question, c’est en suivant quarante-quatre artistes habitant Angoulême ou ses environs, depuis leurs premiers dessins jusqu’à leur carrière actuelle, que l’on pourra comprendre comment se construisent les carrières professionnelles des auteurs de bande dessinée.
Arpentant les pavés angoumoisins pendant trois ans, le sociologue et son complice ont essayé de décrypter les logiques de création, de publication et de rétribution des auteurs de bande dessinée, contribuant à la fois à une meilleure compréhension de leurs conditions de vie, mais aussi, plus largement à des questions tenant à la socialisation, aux modes de travail, au fonctionnement des réseaux et à la transformation des statuts des artistes de bande dessinée.
 
Sylvain Aquatias, MCF HDR à l’Université de Limoges, GRESCO (UR 15075).

Parution : Le Roman noir. Une histoire française (PUF)

Natacha Levet, Le Roman noir. Une histoire française, Paris, Puf, 2024.
 
Présentation
 
Le roman noir français est généralement considéré comme un héritier du récit hardboiled américain, né dans les années 1920. Pourtant, il est aussi le résultat d’une histoire française, d’influences littéraires diverses et de pratiques éditoriales qui ont « inventé » le roman noir. Après Mai 68, le roman noir français cultive en effet sa singularité et reconvertit le genre en acte critique, idéologiquement investi : parce qu’il se veut une radiographie critique et politique de la société, de ses institutions, voire un instrument d’intervention sociale, il remet résolument en cause le « roman national », donnant voix aux invisibles du temps présent et offrant un tombeau aux victimes muettes du passé.
 
Natacha Levet est enseignante-chercheuse à l’Université de Limoges, au sein du laboratoire EHIC (UR 13334).