Archives de catégorie : Parutions

Parution : YA et fantômes

Ecritures jeunesse n°2, Revue des Lettres modernes, 2019/2, Garnier : « Quand la mort n’est pas une fin. Young adult et fantômes », dirigé par Isabelle-Rachel Casta.

Anne Besson, « “Forever young” ? La mortalité comme issue heureuse dans la fantasy jeunesse contemporaine »

Lucie Groetzinger, « “Bébé veut manger maman”. Dialectique de l’enfant en territoire zombie »

Apolline Lehman, « “Dis, quand on est mort, c’est pour la vie ?” Représentations thanatologiques dans les classiques
d’animation Disney »

Hélène Weiss, « Être ou ne pas être un fantôme. Tom’s Midnight Garden ou de quelques codes en littérature de jeunesse ».

Luce Roudier, « L’immortalité, “grain de sable dans l’univers”. Fantaisie autour du cycle de Ji »

Valérie Tritter, « Vertiges et fantasmes d’immortalité. L’Ève
future, première intelligence artificielle »

Mathieu Pierre, « “La mort est ton cadeau”. Des fantômes et des esprits dans la série télévisée fantastique »

Thierry Jandrok, « Thaumaturges, golems et autres automates”

Guillaume Sioly, « Orphée et les reflets. Chagrin et chimères »

Isabelle Rachel Casta, « Kieren, Victor, Jill, Lily… “sans” les autres. “Dans les Jardins d’Israël il ne faisait jamais nuit” »

Parution : BD et Transmedia

Transmédialité, bande dessinée & adaptation, Évelyne Deprêtre et German A. Duarte (dir.), Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, coll. “Graphèmes”, 2019

Les processus transmédiaux et adaptatifs dans la condition médiatique actuelle constituent le noyaux de cet ouvrage. D’un côté, il s’agit de situer les processus adaptatifs dans un contexte technologique, qui, par sa nature, opère quotidiennement des formes d’adaptation, et cela même de façon involontaire. D’un autre côté, il s’agit de mettre en lumière non seulement le phénomène de la transmédialité mais également la collectivisation de l’acte narratif qu’il induit de plus en plus souvent. Or il semble que ce phénomène soit demeuré en arrière-plan dans le contexte médiatique de cette dernière décennie. Entre ces deux intérêts, comme pivot de cette collaboration, se trouve l’analyse des relations entre le médium bédéique et le vaste univers médiatique. En effet, la bande dessinée représente, de l’avis de l’équipe directrice, un moyen de construire des espaces narratifs très particuliers, et son étude, contextualisée dans l’ère numérique, ouvre des voies indispensables pour mieux comprendre et cerner la manière dont les espaces narratifs numériques seront construits dans un futur proche. Ainsi ce riche travail collectif est-il, à ce titre, l’un des tout premiers à être consacré intégralement à ce sujet. Construit en deux parties, l’une traitant des adaptations littéraires en bandes dessinées, l’autre des adaptations cinématographiques de bandes dessinées, il mêle approches théoriques et analyses d’œuvres spécifiques et ouvre la porte à la fois d’une pratique culturelle en perpétuelle transformation et d’un champ de recherche encore plein d’avenir.

Parution : Patrimoine et TV

Chefs-d’oeuvre et racines – Le patrimoine à la télévision des origines à aujourd’hui, Thibault Le Hégarat, Presses de l’INA, “Médias et Humanités”, 2019.

Depuis la fin du XXe siècle, les Français se sont pris de passion pour le patrimoine : villages typiques, paysages pittoresques, forteresses et églises en restauration, ces sujets réunissent des millions de téléspectateurs devant leur écran.

Dans cet ouvrage, l’auteur entreprend, pour la première fois, une étude historique des programmes de télévision qui donnent à voir – et inventent- le patrimoine depuis les années 1950. Le traitement télévisuel du patrimoine s’est diversifié avec le temps – des programmes touristiques et culturels aux magazines de société et pour enfants. Objet de prestige, il est devenu de plus en plus banalisé, loin des mobilisations et indignations que sa sauvegarde pouvait susciter autrefois, et dont la télévision a été un acteur central.
Cette plongée à travers l’histoire du patrimoine au petit écran, de l’émission Chefs-d’oeuvre en péril au programme Des Racines et des ailes est aussi une promenade à travers la France, représentée à travers le mode de la carte postale et d’une histoire glorifiée. Le patrimoine devient ainsi un objet de réconfort et de fierté.

À propos de l’auteur
Thibault Le Hégarat est docteur en histoire, chercheur associé au Centre d’Histoire Culturelle des Société Contemporaines de l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Il mène des recherches sur l’histoire de la télévision française et sur les représentations du passé dans les contenus médiatiques.

Parution : Hector Malot

Cahiers Robinson n°45, 2019/1 : Hector Malot, l’écrivain instituteur

Hector Malot fut le premier romancier véritablement « naturaliste » avant de se tourner vers une littérature plus facile mais fortement engagée, notamment en faveur de la République et de l’école laïque.
C’est cet engagement qui est étudié ici, dans l’œuvre mais aussi dans la vie familiale.
Des documents inédits témoignent notamment de cette instruction à la maison. Ce numéro présente d’autres inédits,
des textes inattendus du poète oulipien Jean Queval,
qui avait déjà perçu cette dimension d’un écrivain adepte entre autres de la « leçon de choses »

SOMMAIRE

Claude Lelièvre
Le contexte historique de l’école au temps de Malot

Jean-Paul Delahaye
Séduction ou la question laïque au cœur de l’actualité

Continuer la lecture de Parution : Hector Malot

Parution : écrire une série TV

Florent Favard, Écrire une série TV. La promesse d’un dénouement, Tours, PUFR “Serial”, 2019.

Présentation de l’éditeur : Les séries télévisées sont aujourd’hui plus fascinantes que jamais, capables de déployer des intrigues au long cours et des mondes fictionnels denses et sans limites. Ce livre explore les évolutions narratives qui ont façonné les oeuvres contemporaines, et cherche à percer les secrets de l’écriture des séries les plus feuilletonnantes. Comment une série peut-elle tenir sur la durée ? De quelles façons s’organisent les multiples fils de l’intrigue ? Comment les scénaristes parviennent à jongler entre improvisation et planification du récit ? Au-delà des débuts souvent hésitants et des fins difficiles à prévoir, c’est toute l’immensité de ces oeuvres hors-normes qui est analysée ici en détails.

Parution : objets et littérature

Objets insignes, objet infâmes de la littérature,
Marie-Eve Thérenty, Adeline Wrona (dir.),
Edition des archives contemporaines, 2019.

Tee-shirt (c) doctorak.co

Balzac Paris est aujourd’hui le nom d’une marque de vêtements vendus en ligne, qui concurrence la ligne plus ancienne intitulée Zadig & Voltaire; on peut offrir à un écolier une trousse ou un cartable à l’effigie du Petit Prince, ou encore, à quelqu’un qu’on connaît vraiment bien, des accessoires intimes inspirés du best-seller Fifty Shades of Grey.

Les objets dérivés de la littérature peuplent notre vie quotidienne; ils identifient des lieux associés à des auteurs, enchantent des gestes ordinaires en leur donnant l’épaisseur de la fiction, ouvrent des opportunités pour se rêver en personnage de roman.

Comment comprendre cet univers proliférant et hétérogène, qui donne corps à la littérature? Faut-il y voir le triomphe du marché et du matérialisme, dégradant en pratique commerciale cet art immatériel qu’est la création littéraire? Ou bien plutôt une forme d’appropriation oblique, qui témoigne de la survie du livre et de l’auteur, au-delà de leurs univers d’origine?

Telles sont les questions auxquelles répond cet ouvrage, à travers quinze contributions qui interrogent des cas très diversifiés de dérivation littéraire, de la statue au carnet griffé, en passant par les parcs à thèmes. Tantôt insignes, tantôt infâmes, ces objets permettent d’analyser les processus par lesquels la littérature, dans une dynamique de transformation permanente, devient une forme de vie.

Continuer la lecture de Parution : objets et littérature

Parution : Edogawa ranpo

Edogawa Rampo, les méandres du roman policier au Japon
Sous la direction de Gérald Peloux et Cécile Sakai, éditions du Lézard Noir, 2019.

Avec les contributions de Pierre Bayard, Mathieu Capel, Sari Kawana, Natsuo Kirino et Miyako Slocombe

Ce recueil présente pour la première fois en France la vie et l’œuvre d’Edogawa Ranpo (1894-1965), pionnier du roman policier au Japon. Les amateurs des nombreux récits traduits – La Proie et l’ombreLa ChenilleLe Démon de l’île solitaire – trouveront ici des réponses à leur curiosité : une biographie détaillée, des études sur sa réception, l’analyse de ses liens avec le monde de l’image, du cinéma et du manga, un hommage de l’écrivaine Kirino Natsuo, et cinq essais inédits des années 1930. Autant de clés pour comprendre cette œuvre originale, étrange et envoûtante, qui s’est déployée au Japon dans le lointain sillage d’Edgar Allan Poe.

Lire le sommaire et la préface : Ranpo_extrait

 

Parution : Ados et jeux vidéo

Jeu vidéo et adolescence, Vincent Berry et Leticia Andlauer (dir.), PU de Laval “Adologiques”, 2019

image : capture du jeu vidéo Life is strange, Square Enix, 2015

Présentation de l’éditeur : En quelques décennies, le jeu vidéo est devenu l’une des pratiques culturelles les plus prisées des adolescents. Sources de problèmes et d’inquiétudes pour les uns, simple loisir pour les autres, les pratiques vidéoludiques sont souvent l’objet de critiques et la cible de nombreux stéréotypes, malgré leur grande popularité. À partir d’enquêtes de terrain, cet ouvrage propose de déconstruire les présupposés sur le jeu vidéo afin de mieux comprendre sa relation avec ces adeptes singuliers que sont les adolescents et, depuis plusieurs années déjà, les adolescentes. De leur rôle dans la construction identitaire de jeunes joueurs aux représentations de l’adolescence dans les scénarios qu’ils proposent, les jeux vidéo révèlent alors leur complexité à la lumière des regards sociologiques et anthropologiques. 

Parution : Robert Macaire

ROBERT MACAIRE : LA CONSTRUCTION D’UN MYTHE. Du personnage théâtral au type social. 1823-1848, Marion LEMAIRE, Honoré Champion, 2018

Image : “Robert Macaire professeur de français”, Honoré Daumier/Charles Philipon, 1841.

Présentation de l’éditeur : Robert Macaire apparaît en 1823 dans le mélodrame L’Auberge des Adrets sur la scène du Théâtre de l’Ambigu-Comique. Cette pièce marque l’histoire du mélodrame grâce à l’interprétation qu’en fait Frédérick Lemaître. Il crée un costume extravagant et improvise sur scène, transformant alors ce personnage secondaire en héros. Cette étude met en lumière les modifications apportées dans l’oeuvre initiale grâce au jeu du comédien et recontextualise l’histoire des premières représentations. Le personnage apparaît de nouveau en 1834 dans Robert Macaire. Il devient un témoin emblématique des travers de la société de l’époque et héraut des contestations sociales et politiques de la monarchie de Juillet. Le succès est tel que le personnage réapparaît dans de nombreuses suites et avatars, donnant naissance au « macairisme ». Il s’attire ainsi les foudres de la censure.

Continuer la lecture de Parution : Robert Macaire

Parution : theorie du gamer

Théorie du gamer, McKenzie Wark,
trad. Noé Le Blanc Amsterdam/Les Prairies ordinaires, 2019


couverture © Sylvain Lamy

Présentation de l’éditeur : Le jeu vidéo entretient avec le monde « réel » un dialogue continu ; ils s’échangent des principes, des données, des représentations. Ils se partagent également un habitant : le joueur. Outre leur grand nombre, les joueurs sont multiples. Animés de motivations variées, ils adoptent vis-à-vis de leurs pratiques des postures parfois radicalement différentes (« simple » consommation, approche critique, analyse réflexive…). McKenzie Wark, auteur du désormais célèbre Manifeste hacker, adopte celle du « joueur théoricien », arpentant avec nous les mondes créés par les jeux-vidéo qu’il nous présente et qu’il relie à nos expériences contemporaines.

Continuer la lecture de Parution : theorie du gamer