Archives de catégorie : Parutions

Parution : Clowns ! (Pascal Jacob)

Pascal Jacob, Clowns !Paris, Seuil, coll. « Beaux Livres », 2021

Photographies de Christophe Raynaud de Lage

Drôle, fantasque, ubuesque ou terrifiant, le clown nourrit notre imaginaire depuis l’enfance. Façonné par William Shakespeare, Molière, Alfred Jarry, Federico Fellini ou Stephen King, le clown ne connaît pas les frontières pour s’exprimer. Tomber pour faire rire est un mécanisme joyeux qui remonte probablement à l’aube de l’humanité. Bouffons, fous et farceurs sont les grands ancêtres du clown qui puise dans ses origines à la fois sacrées et profanes pour émouvoir ou divertir.

Abondamment illustré, cet ouvrage retrace la généalogie d’un personnage hors du commun, né sur les planches du théâtre élisabéthain, mais qui a très vite conquis le monde du cirque pour s’y épanouir dès le XVIIIe siècle. De nombreux documents inédits, issus des fabuleuses collections de la Bibliothèque nationale de France, racontent une histoire singulière en contrepoint des photographies de Christophe Raynaud de Lage pour un regard exceptionnel sur l’univers clownesque où la mémoire est toujours imprégnée d’une vision contemporaine.

Aujourd’hui, de la scène à la piste, de la rue à l’hôpital, féminin, social ou politique, le clown est partout !

Parution : Culture de masse et société de classes (Philippe Coulangeon)

Philippe Coulangeon, Culture de masse et société de classes. Le goût de l’altérité, PUF, 2021

Nous vivons dans des sociétés dans lesquelles la diffusion de l’éducation et les transformations de l’économie des biens culturels semblent produire une certaine uniformisation des goûts et des styles de vie. Un peu partout dans le monde, alors que les classes supérieures diplômées conservent un accès privilégié aux répertoires culturels les plus légitimes, elles sont aussi partie prenante à l’univers de la culture de masse et des médias.

Cette transformation n’est pourtant pas à proprement parler synonyme de démocratisation culturelle. L’éclectisme des préférences et des pratiques tend à devenir l’expression contemporaine du privilège culturel de catégories immergées dans une grande variété de répertoires savants et populaires, lettrés et audio-visuels, locaux et cosmopolites. L’ouverture à la diversité apparaît comme la norme émergente du privilège et de la légitimité culturelle, morale et politique, qui s’inscrivent dans une reconfiguration plus vaste des rapports sociaux mettant en jeu l’accès inégal aux ressources de la confrontation à l’altérité. C’est ce que montre cet ouvrage, qui s’appuie sur les recherches les plus récentes et les résultats d’enquêtes approfondies.

Philippe Coulangeon est directeur de recherche au CNRS, membre de l’Observatoire sociologique du changement à Sciences Po, spécialiste de sociologie de la culture. Ses recherches portent notamment sur la démocratisation de la culture et de l’éducation.

 

Parution : Le Silmarillion (J.R.R. Tolkien, éd. Ch. Tolkien, (nouvelle éd., nouvelle trad.)

J.R.R. Tolkien, éd. Ch. Tolkien, Le Silmarillion (nouvelle éd., nouvelle trad.), Paris, Christian Bourgois éditeur, 2021

De l’œuvre de J.R.R. Tolkien, l’on connait surtout Le Hobbit (1937) et Le Seigneur des anneaux (1954-1955), des succès de librairie sans précédent qui ont contribué à redéfinir le genre même de la fantasy. Mais c’est ignorer que ces deux romans s’intègrent dans un univers bien plus large dont Tolkien a composé l’histoire, les langues, les légendes et les coutumes.

La nouvelle édition française du Silmarillion est le texte total auquel J.R.R. Tolkien a travaillé toute sa vie, et qui réunit la genèse et l’histoire des Premiers Âges de la Terre du Milieu, le décor de ses chefs-d’oeuvre. Il contient, outre le récit de la création du monde, l’épopée des Elfes et de leur lutte contre Morgoth, le premier Seigneur des Ténèbres, pour la possession des Silmarils, des joyaux aux très grands pouvoirs ; mais aussi l’histoire de l’île de Numenor et sa chute, une évocation des anneaux de pouvoir qui éclaire l’histoire du Seigneur des Anneaux – et bien d’autres récits et légendes…
Paru quatre ans après la mort de son auteur et édité par son fils, Christopher Tolkien, Le Silmarillion constitue le cœur de l’œuvre de J.R.R. Tolkien. Cette nouvelle traduction par Daniel Lauzon rend justice au potentiel épique et romanesque de ce grand livre et permettra à de nouveaux lecteurs de découvrir Le Silmarillion dans toute sa force, et dans une magnifique édition française illustrée d’une cinquantaine d’illustrations de Ted Nasmith.

Avant même que J.R.R. Tolkien ait l’idée d’écrire Le Hobbit et d’en faire une suite, il avait en tête une « mythologie » qui l’occupa toute sa vie durant. Dès 1917, il écrivit de nombreux contes et poèmes formant Le Silmarillion, sans parvenir à leur donner une forme définitive avant que le succès du Hobbit oblige Tolkien à mettre de côté ces textes pendant une quinzaine d’années pour écrire son œuvre la plus connue : Le Seigneur des Anneaux (1954-1955).  Malgré des années d’effort, les légendes des Jours Anciens sont demeurés inachevées à sa mort, en 1973. C’est à son fils et confident Christopher Tolkien qu’il confia la garde de ces milliers de pages manuscrites ; son fils proposa d’abord ce Silmarillion avant de publier des éditions « savantes » des textes qui servirent de base à ce volume (Contes et légendes inachevés, douze volumes de l’Histoire de la Terre du Milieu), ou des versions développées de certains chapitres : Les Enfants de Húrin, Beren et Lúthien, La Chute de Gondolin.

Cette nouvelle traduction, quarante-trois ans après la première (1978), entend corriger les erreurs de la précédente et rendre fidèlement le texte de J.R.R. Tolkien, grâce à l’amélioration de nos connaissances et à l’expérience de Daniel Lauzon, à qui l’on doit les nouvelles traductions du Hobbit (2012) et du Seigneur des Anneaux (2014-2016).

Couverture rigide cousue, une jaquette illustrée, avec dorure sur la couverture et signet en tissu. Pages intérieures en couleurs, avec 49 illustrations de Ted Nasmith dont 4 inédites, et de superbes cartes géographiques.

Parution : Tintin aujourd’hui. Images et imaginaires (M. Porret, F. Preyat, O. Roche, J.-L. Tilleuil dir.)

Michel Porret, Fabrice Preyat, Oliver Roche, Jean-Louis Tilleuil (dir.), Tintin aujourd’hui. Images et imaginaires, Georg Éditeur, coll. « L’Équinoxe », 28 juin 2021

Résumé

Mettre en lumière l’importance exceptionnelle de l’œuvre d’Hergé dans l’histoire artistique et culturelle du XXe siècle, et mesurer, à l’aune d’approches inédites, le caractère mythique et universel des Aventures de Tintin et leurs prolongements dans l’imaginaire contemporain : tel est l’objectif de cet ouvrage, issu du colloque international « Tintin au XXIe siècle », ayant réuni scientifiques et tintinophiles en Belgique, 110 ans après la naissance Georges Rémi.

Les 27 contributions qui composent ce volume envisagent la traversée du siècle du voyageur-reporter sous l’angle des territoires et des temporalités. Elles démontrent que l’œuvre fondatrice d’Hergé a irrigué toutes les disciplines et épousé pléthore de formats, de médias. La fortune critique qui s’est greffée sur Les Aventures de Tintin émerge en effet à de nombreux domaines. Tintin aujourd’hui illustre ou déconstruit leurs métamorphoses et interroge la pérennité d’une œuvre qui permet toujours aujourd’hui de penser et de dire le monde.

Continuer la lecture de Parution : Tintin aujourd’hui. Images et imaginaires (M. Porret, F. Preyat, O. Roche, J.-L. Tilleuil dir.)

Parution : Sex Revolts. Rock’n’roll, genre & rébellion (Simon Reynaud, Joy Press)

Simon Reynaud, Joy Press, Sex revolts. Rock’n’roll, genre & rébellion, La Découverte, 2021.

Iggy Pop a déclaré un jour, à propos des femmes : « Aussi intimes qu’on puisse devenir, je les laisserai toujours tomber. C’est de là que vient ma musique. » Cette férocité masculine, cette répulsion vis-à-vis du féminin, c’est le rock’n’roll à son paroxysme. Que l’on songe aux hymnes machistes des Rolling Stones, au punk et sa glorification de l’abject, ou au culte que Can et Brian Eno vouent à la Terre Mère, la rébellion rock masculine s’est souvent ancrée dans un imaginaire où les femmes étaient sinon absentes, du moins allégoriques ou reléguées à l’arrière-plan.
Sex revolts est le premier ouvrage à faire l’analyse des multiples « misogynies rebelles ». Depuis les premiers rockeurs jusqu’au gangsta rap, en passant par le jazz, le psychédélique, le glam et le postpunk, il dresse un impressionnant panorama de la culture et des artistes rock dans leurs relations au « féminin ». Parallèlement aux généalogies d’une contre-culture qui, depuis les années 1960, s’est attachée à déconstruire certaines formes de masculinité tout en demeurant profondément misogyne, Sex revolts retrace aussi l’histoire de la rébellion des femmes dans le rock ; celle de musiciennes qui, telles Patti Smith, Siouxsie Sioux ou Courtney Love, ont dû composer avec cet héritage majoritairement masculin pour créer leur propre répertoire et libérer leur propre énergie.

Simon Reynolds est un critique musical anglais parmi les plus influents de sa génération. Plusieurs de ses livres ont été traduits en français, notamment Rétromania (Le Mot et le Reste, 2012) et Le Choc du glam (Éditions Audimat, 2020).

Journaliste et éditrice étatsunienne, Joy Press est notamment l’autrice de Stealing the Show : How Women Are Revolutionizing Television (Faber & Faber, 2018).

Parution : Jeu de construction pour une théorie des médias – suivi de Usages d’une théorie marxiste des médias (Hans Magnus Enzensberger)

Hans Magnus Enzensberger, Jeu de construction pour une théorie des médias – suivi de Usages d’une théorie marxiste des médias , Paris, Les Presses du Réel, 2021

Essai de référence qui n’a cessé d’inspirer les études médiatiques, le « Jeu de construction pour une théorie des médias » (1970) de l’écrivain et intellectuel Hans Magnus Enzensberger plaide, dans le sillage de Brecht et de Benjamin, pour un contre-usage des médias de masse. Inédit en français, cet essai est accompagné dans ce volume de la réponse que lui apporta Baudrillard, d’un texte postérieur d’Enzensberger sur « L’évangile digital », ainsi que d’un dossier qui en explore les résonances théoriques toujours fécondes dans les champs intellectuels français, allemand, italien, britannique et américain.

L’ensemble de ces textes, où se mêlent approches philosophiques, médiatiques et littéraires révèle l’absolue actualité d’un essai qui, dès 1970, dépassa le partage trop simple – et pourtant toujours vivace à l’ère numérique – entre médias-pessimistes et médias-optimistes, pour lui préférer un singulier jeu de construction théorique qui fait de la manipulation des médias, le socle même d’une véritable pensée critique.

Hans Magnus Enzensberger (né en 1929 à Kaufbeuren, en Bavière) est un poète, essayiste, romancier (également connu sous le pseudonyme de Andreas Thalmayr), dramaturge, journaliste et éditeur allemand, figure de la scène intellecuelle de gauche et représentant incontournable de la littérature allemande de l’après-guerre.

Continuer la lecture de Parution : Jeu de construction pour une théorie des médias – suivi de Usages d’une théorie marxiste des médias (Hans Magnus Enzensberger)

Parution : Le roman préhistorique. Essai de définition d’un genre, essai d’histoire d’un mythe (Marc Guillaumie)

Marc Guillaumie, Le roman préhistorique. Essai de définition d’un genre, essai d’histoire d’un mythe, Fedora Éditions, coll. « Détourages », 2021. 

Par la littérature et les médias, la Préhistoire nourrit notre imaginaire collectif depuis presque deux siècles. Ces “âges farouches” de jadis (ou aujourd’hui cet “âge d’abondance”) hantés par des animaux gigantesques nous semblent maintenant aussi étranges que familiers. Déclinée en films, romans, jeux vidéos, bandes dessinées, cette Préhistoire fantasmée brouille habilement les frontières entre savoirs et imaginaire pour susciter une rêverie du primitif.

De La Guerre du feu à Rahan, de Lamarck aux scénarios pseudo-darwiniens, sexistes ou racistes, des dinosaures à Godzilla et de l’homme-singe à King Kong, Marc Guillaumie analyse ces images et ces récits, leurs forces (et leurs faiblesses), leurs héritages, les conflits qui les traversent, les tensions qui les animent. Dans un panorama richement illustré, il retrace une histoire du genre. Toujours recommencé, cet immense récit a tous les caractères du mythe.

Parution : Théories de l’adaptation (ACTA FABULA)

« Théories de l’adaptation », Acta Fabula, Dossier critique n°62.

Coordonné par Laure Cordonier (Université de Lausanne), ce soixante-deuxième dossier critique d’Acta fabula vient se faire l’écho de l’actuelle effervescence des études sur l’adaptation cinématographique. Les ouvrages récents sur la question, et ceux qui en rendent compte ici, désertent la voie classique, qui visait à comparer le film à sa source livresque pour évaluer la fidélité de l’adaptation, au profit d’angles d’approche plus divers et plus larges. Le moment est sans doute venu d’adapter les théories de l’adaptation.

Parution : Scoops en stock (Benoît MITAINE, Isabelle Touton, Judite Rodrigues)

Benoît Mitaine, Judith Rodrigues, Isabelle Touton, Scoops en stock. Journalisme dessiné BD-reportage et dessin de presse, Georg, coll. « L’Équinoxe », 2021.

Le journalisme dessiné a longtemps été borgne. Réduit à sa forme reine qu’est le dessin de presse, cet art du KO en deux traits et trois mots, taillé pour répondre à chaud à l’actualité, avait en contrepartie délaissé le terrain et le temps long de l’enquête journalistique. La BD-reportage, en comblant ce vide, a permis au journalisme dessiné de reconquérir le champ du réel dans toute sa complexité. Cette double articulation spatiale et temporelle du journalisme graphique constitue le cœur de cet ouvrage collectif. Revenant d’un côté sur quelques-unes des figures les plus emblématiques du dessin de presse, de Charlie Hebdo à Cabu en passant par Boligán, cet ouvrage cherche aussi à mieux cerner les nouvelles frontières ouvertes par la BD-reportage. À travers l’examen des causes et des conséquences de l’émergence de ce nouveau genre, considéré parfois comme un nouveau médium, ce ne sont pas que les outils, les pratiques ou les supports qui sont analysés mais, finalement, l’ensemble de l’écosystème médiatique et de la sphère bédéique.

Appel à contributions : Les formes hybrides du polar francophone (Revue Interculturel Francophonies)

Les formes hybrides du polar francophone

Revue Interculturel Francophonies

Échéance des propositions : 30 octobre 2021

Ce numéro de la revue Interculturel Francophonies vise à étudier les différentes formes d’hybridité qui caractérisent le polar francophone d’Afrique, de la Caraïbe et du Maghreb. Relevant des littératures dites « populaires », le polar francophone interroge à la fois les limites du genre auquel il appartient et rend poreuses les frontières entre la littérature dite « lettrée » et la littérature populaire. Du fait même de sa dimension postcoloniale, il traduit l’évolution de la notion de genre et le statut actuel du polar dans le champ littéraire contemporain. Son hybridité s’inscrit dans une « sensibilité désormais mondialisée » (De Meyer et Mbondobari, 2013 : 9) et prend différentes formes qui peuvent être analysées et définies en termes poétiques. Elle perturbe non seulement la dominante policière par l’introduction d’éléments provenant d’autres genres comme le fantastique, le roman historique, la science-fiction ou le roman d’espionnage, mais elle brouille aussi les codes et les conventions qui ont traditionnellement régi le genre policier. Des romans comme Le Sourire macabre (2011) et Cœur insomniaque (2012) de Sophie Adonon ou Les Cloches de la Brésilienne (2006) et Saison de porcs (2008) de Gary Victor illustrent bien cette tendance du polar francophone à travers les enquêtes du commissaire Aza et de l’inspecteur Azémar. Si la structure, l’action et les personnages permettent d’identifier ces romans comme des polars, l’introduction d’intrigues, de récits et de compositions liés au vaudou, à la divination et aux pratiques surnaturelles brouillent les frontières génériques du polar et rapprochent ces œuvres du genre fantastique. 

Dans d’autres romans, l’écriture, dont la dimension subversive est manifeste, se veut réflexive, en ce sens qu’elle vise à traduire les préoccupations artistiques de l’enquêteur. Le procédé de doublure instancielle mettant en scène un écrivain fictif qui écrit les histoires et aventures de l’enquêteur est abondamment utilisé dans Inspecteur Ali (1991) de Driss Chraîbi pour requalifier « les pouvoirs de la littérature à représenter le monde et à poser des questions essentielles à l’écriture romanesque elle-même en tant que discours spécifique » (Attikpoé et Semujanga, 2018 : 5). Julie, amoureuse d’art et peintre impressionniste qui enquête sur un meurtre au « premier degré » dans 90 jours avec Vandel (2017) d’Awa Tamboura déplace quant à elle l’enquête policière vers la réflexion sur la peinture. Ses nombreuses discussions avec son patron Vandel consistent à faire du sujet pictural la dynamique même de la production romanesque.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les formes hybrides du polar francophone (Revue Interculturel Francophonies)