Archives de catégorie : Parutions

Parution : Écrire l’histoire, n° 22, “Chanson, histoire, mémoire”

Écrire l’histoire, n° 22, “Chanson, histoire, mémoire”, dir. Jean Vigne, Paris, CNRS éditions, 2022.

« Les albums dignes d’intérêt avaient beau sortir par brassées, celui-là occultait tous les autres, comme s’il parvenait à concentrer sur ses quatre faces, au-delà de ses radicales qualités, le son de l’époque. On peut rationaliser tant qu’on veut, souligner la cohérence du projet, la qualité des morceaux, l’excellence de la production, l’atout majeur de London Calling, d’autant plus évident avec le recul, c’est que, comme tous les disques phares qui balisent l’océan du rock, il résume à lui seul un moment capital de l’histoire. » Antoine de Caunes, Dictionnaire amoureux du rock, 2e éd. Plon, 2020, article « Clash, The », p. 88.

Peut-on écrire l’histoire sans prêter l’oreille aux chansons ? Et les chanteurs, les chanteuses dont nous aimons fredonner les succès, ne sont-ils pas eux-mêmes les premiers chroniqueurs de notre histoire en train de se faire ? Alors que monte en puissance, dans le champ universitaire, la reconnaissance de la chanson comme vecteur poétique efficace d’un discours social et politique, et par conséquent comme objet historique majeur, notre dossier explore ces liens de la chanson avec l’histoire, sur la base d’exemples très variés, qui vont des couplets des légionnaires romains au rap français le plus contemporain, en passant par les refrains satiriques de la Fronde ou du règne de Louis XV, la romance du XIXe siècle, le musical hollywoodien, la canción protesta espagnole, cubaine ou vénézuélienne, le rock polonais de l’ère communiste, etc. Ces études de cas, focalisant le plus souvent l’attention sur un petit nombre de chansons soigneusement choisies, en mettant en valeur les traces d’une expérience individuelle et collective de la chanson, illustrent les enjeux politiques et mémoriels du genre, les façons très diverses dont il devient lieu de mémoire, dont il participe de l’écriture de l’histoire et suscite la curiosité légitime des historiographes, de Suétone à Robert Darnton, sans oublier Jules Michelet. Ce travail d’équipe, né dans la cadre du projet Idex L’Air du temps à l’Université de Paris (ANR-18-IDEX-0001), réunit les études convergentes de chercheuses et chercheurs venus de disciplines diverses (littérature, musicologie, histoire, sociologie) et soucieux de les faire dialoguer. Qu’ils en soient ici remerciés !

Continuer la lecture de Parution : Écrire l’histoire, n° 22, “Chanson, histoire, mémoire”

Parution : Textimages, “Portraits de pays dans les collections jeunes publics”

Textimages, “Portraits de pays dans les collections jeunes publics”, dir. Christine Rivalan Guégo, Catherine Sablonnière et Laurence Le Guen, automne 2022. 

Dossier issu de deux journées d’étude organisées  à l’université Rennes 2 en mars 2020 et 2021 par le groupe de recherche Greces-Cellam

A partir d’un panorama d’ouvrages tirés d’espaces géographiques et de temporalité différents, les articles de ce dossier questionnent le portrait de pays pour la jeunesse sous l’angle de son histoire, de sa matérialité, de ses évolutions et variations, de sa représentation, de sa circulation et de sa réception. Il tente d’esquisser une généalogie du genre et de dégager les marqueurs génériques de cette production destinée à la jeunesse.

Accéder au sommaire et au contenu du numéro

Parution : Histoire de la censure en France (Laurent Martin)

Laurent Martin, Histoire de la censure en France, Paris, PUF, coll. “Que sais-je?”, 2022

La République démocratique, en France, garantit la liberté d’expression. Est-ce à dire que la censure n’y a plus cours ? N’existerait-elle pas sous de nouvelles formes ? Et si oui, quelle influence a-t-elle sur la société ?

Les censeurs ont toujours été attentifs aux moyens de diffusion des idées. Du XVIe au XVIIIe siècle, le contrôle de la parole affecta particulièrement l’édition. Il s’est porté ensuite, au XIXe, sur la presse et le théâtre. Puis ce fut au tour des médias audiovisuels d’être dans le viseur. Aujourd’hui, les autorités se préoccupent surtout des publications sur Internet…

Laurent Martin décrit l’histoire et le fonctionnement des appareils de contrôle culturel en France, leurs logiques et leurs acteurs, analysant les effets et contre-effets de ce contrôle sur la vie culturelle. Continuer la lecture de Parution : Histoire de la censure en France (Laurent Martin)

Parution : Gestes et bandes dessinées (dir. F. Chauvaud, D. Mellier)

Frédéric Chauvaud, Denis Mellier (dir.), Gestes et bandes dessinées, Rennes, PUR, coll. “Essais”, 2022.

Selon Thierry Smolderen, scénariste distingué par plusieurs prix, « la bande dessinée joue à fond de la cinéspective ». En effet, « une planche de BD suscite une sorte de fondu enchaîné ». De la sorte, on comprend mieux comment certains gestes d’action, courir, sauter, trembler, danser, tomber, glissent de cases en cases sans altérer la lecture en créant un phénomène de continuité. Certes, dans une bande dessinée « classique », divisée en plusieurs cases bien séparées par une « gouttière », chaque vignette pourrait être une « image plate » captant l’attention sur elle seule, et arrêtant la lecture. Mais généralement, il n’en est rien, et la magie du 9e art peut s’exercer.

Les gestes peuvent être isolés, mais ils peuvent aussi être pensés globalement. Ils forment alors un langage appelé par commodité une gestuelle. Pour cette gestuelle, un geste peut remplacer un énoncé, souligner un mot, contredire aussi le propos formulé par un personnage ou contenu dans une bulle. Les gestes peuvent exprimer la surprise, la colère, l’impuissance, la tendresse, la joie… De la sorte, tout un répertoire de gestes et d’expressions se déploie, certains inscrits dans un contexte historique ou sociétal.

Le présent ouvrage est pluridisciplinaire, insistant sur le fait qu’il n’existe pas une méthodologie unique mais des lectures variées « naïves ou savantes », pour s’attacher aux expressions gestuelles, aux gestes porteurs d’émotions et de sensations, aux gestes agressifs ou lents et délicats.

Continuer la lecture de Parution : Gestes et bandes dessinées (dir. F. Chauvaud, D. Mellier)

Parution : “Euronoir” (Belphégor, n° 20-1)

Belphégor, n° 20-1, “Euronoir”, sous la direction de Jacques Migozzi, 2022

Sommaire

Parution : Faits divers & vies déviantes – XIXe-XXIe siècle (R. Pinker)

Roy Pinker, Faits divers & vies déviantes – XIXe-XXIe siècle, Paris, Éditions du CNRS, 2022.

Un « chourinage » dans la Seine en 1890, l’empoisonnement d’une archiduchesse d’Autriche par ses bas noirs en 1894, l’inquiétude autour d’une maison hantée à Yzeures-sur-Creuse en 1897, la mystérieuse disparition d’un étudiant en 1906, l’explosion de l’outil piégé d’un marbrier en 1914, un meurtre de chien en 2015 : voilà quelques-unes des affaires sélectionnées ici par Roy Pinker dans la presse du XIXe au XXIe siècle. Ces faits divers, incidents, accidents, canulars, délits, voire crimes, mettent en scène une incongruité du quotidien, un déraillement de la logique, une petite vie obscure ou infâme soudainement rendue visible par un journal.

Ces petits faits curieux, loin d’être insignifiants, apparaissent alors comme les symptômes des inquiétudes ou des enthousiasmes d’une société ; ils forment les éléments significatifs d’un vaste imaginaire social et médiatique, qui passionnait l’historien du crime, Dominique Kalifa, auquel ce livre est dédié, abordant tous ses sujets de prédilection : le fait divers, le sensationnalisme, les marginaux, la Belle Époque, le bagne, les bas-fonds, l’érotisme.

Pour Faits divers et vies déviantes (2022), Roy Pinker dissimule une trentaine d’universitaires, de journalistes et d’écrivains, amis de Dominique Kalifa auquel le livre rend hommage. L’ouvrage a été piloté par Marie-Ève Thérenty.

Préface d’Alain Corbin.

Roy Pinker était un pseudonyme collectif utilisé par les journalistes de Détective dans les années trente pour faire croire que leur hebdomadaire avait aux États-Unis un dynamique correspondant particulier et pour pratiquer en fait un journalisme inventif, créatif et parfois romancé. Ce pseudonyme a été repris par une équipe d’historiens de la presse (voir le projet Numapresse) qui signent ainsi des livres inventifs avec une écriture plus grand public que les ouvrages académiques.  

Parution : Dessiner des petits mickeys. Une histoire sociale de la bande dessinée en France et en Belgique (1945-1968) ( Jessica Kohn)

Jessica Kohn, Dessiner des petits mickeys. Une histoire sociale de la bande dessinée en France et en Belgique (1945-1968), Paris, Éditions de la Sorbonne, coll. “Histoire contemporaine”, 2022.

Pour passer d’une histoire de la bande dessinée « héroïque », marquée seulement par une poignée de grands auteurs masculins et par quelques-uns de leurs chefs-d’œuvre, à une véritable histoire sociale des métiers du dessin, Jessica Kohn examine dans cet ouvrage la construction du groupe professionnel des dessinateurs de bande dessinée après la Seconde Guerre mondiale. Elle propose ainsi de renverser la perspective classiquement adoptée par les historiens bédéphiles depuis les années 1960.
Analyser le métier dans toute sa diversité permet de l’envisager en termes d’origine sociale et de genre, de débouchés professionnels et de types de pratique du dessin. En effet, dans les années 1950-1960, la transformation de l’offre éditoriale, caractérisée notamment par l’apparition de nouveaux titres de presse, entraîne l’adaptation des pratiques professionnelles et, en particulier, une spécialisation progressive des dessinateurs vers la bande dessinée.
Chemin faisant, égrainant des noms d’auteurs et de maisons d’édition rarement cités, parfois même oubliés, comme Jean Chakir, Nadine Forster ou Julio Ribera, de Cœurs vaillants à Coq hardi en passant par Le Journal de Mickey, cette étude donne à voir l’étendue du milieu professionnel de la bande dessinée en France et en Belgique et la diversité inattendue des productions graphiques dans les illustrés pour enfants.

Continuer la lecture de Parution : Dessiner des petits mickeys. Une histoire sociale de la bande dessinée en France et en Belgique (1945-1968) ( Jessica Kohn)

Parution : Démons du crime. Les pouvoirs du truand dans l’entre-deux-guerres (V. Platini)

Vincent Platini, Démons du crime. Les pouvoirs du truand dans l’entre-deux-guerres, Paris, Classiques Garnier, coll. “Perspectives comparatistes”, 2022.

Durant l’entre-deux-guerres apparaissent dans la littérature des figures de truands ambiguës. Cet ouvrage examine les discours à l’œuvre dans la construction de personnages qui transgressent une norme de vie. Le public se réapproprie ces figures et en fait les vecteurs de nouvelles pratiques culturelles.

Mots-clés: Michel Foucault, XXe siècle, littérature populaire, roman policier, film noir, film de gangsters, crime, criminel, violence, discipline

Continuer la lecture de Parution : Démons du crime. Les pouvoirs du truand dans l’entre-deux-guerres (V. Platini)

Parution : Études françaises, vol. 58, n°1, “Sur les traces du récit sentimental québécois (1920-1965)” (dir. Marie-Pier Luneau et Jean-Philippe Warren)

Parution : Études françaises, vol. 58, n°1, “Sur les traces du récit sentimental québécois (1920-1965)”, dir. Marie-Pier Luneau et Jean-Philippe Warren, 2022. 

Il est admis que le genre sentimental correspond à une forme figée, rigide et pauvre. Pourtant, pour peu que l’on examine attentivement les textes qui s’inscrivent dans ce registre, on ne peut qu’être frappé par leur étonnante plasticité. Ce numéro d’Études françaises est consacré au récit sentimental au Québec des années 1920 aux années 1960. Durant ces décennies parfois décrites comme une période de crise et de « Grande noirceur », le récit sentimental québécois n’a eu de cesse d’offrir des visions renouvelées des rencontres amoureuses et du mariage, tout autant que de l’éducation des filles, du confort matériel et de la sexualité. Il constitue une formidable caisse de résonance pour certains des rêves de la société québécoise de cette époque.

Sommaire

Marie-Pier Luneau, Jean-Philippe Warren, Présentation. Sur les traces du récit sentimental québécois (1920-1965), p. 5–13.

Caroline Loranger, Parcours amoureux et économiques dans le roman sentimental publié par les éditions Édouard Garand, p. 15–31.

Marie-Pier Luneau, Jean-Philippe Warren, D’amour et d’or pur. Les impératifs matérialistes du bonheur amoureux dans le roman sentimental québécois de l’après-guerre, p. 33–53.

Karol’Ann Boivin, Jeune fille moderne, jeune fille instruite. L’instruction des héroïnes sentimentales chez Police Journal (1944-1965), p. 55–75.

Adrien Rannaud, Désirs d’amour, magazine et culture moyenne chez Gabrielle Roy. Autour de trois nouvelles sentimentales publiées dans La Revue moderne en 1940, p. 77–94.

Harold Bérubé, Quelle place y a-t-il pour l’amour dans l’univers du Domino Noir (1944-1949) ?, p. 95–116.

Ariane Gibeau, Nuit de noces traumatique et crise de la conjugalité chez Claire Martin, Charlotte Savary et Reine Malouin. Vers une politisation des violences sexuelles en littérature québécoise, p. 117–134.

Rachel Nadon, Pierre Gélinas critique littéraire au Jour (1943-1946), p. 137–158.

Jihen Souki, Rhétorique préfacielle de Gérard Genette ou l’art du palimpseste, p. 159–173.

Table des illustrations, p. 185.

Parution : Transcr(é)ation, n° 1: “L’Adaptation cinématographique. Approches théoriques”

Transcr(é)ation, n° 1, “L’Adaptation cinématographique. Approches théoriques”, 2022. 

Il appert que, de nos jours, un grand nombre des films produits sont des « adaptations » cinématographiques. Pourtant, la recherche concernant le dialogue texte-film est si peu avancée que l’adaptation n’est toujours pas, à ce jour, considérée comme une discipline à part entière et est reléguée aux marges des départements de cinéma. Quant aux chercheurs et chercheuses qui tentent d’en étudier les spécificités et les apports, et de théoriser sur ce qui pourrait s’avérer une discipline riche, ils ou elles auront toutes les peines du monde à se revendiquer de l’un etde l’autre des deux pôles (hypo vs hyper)— des études littéraires etcinématographiques.

Ce dossier se compose de plusieurs articles proposant des analyses originales du corpus et des dialogues texte/film. S’ajoute à ce panel, deux entretiens avec des personnes qui auront réfléchi, dans leur pratique ou de manière théorique, à la question de l’adaptation cinématographique.

Sommaire

Jeri English & Pascal Riendeau, “De la scène à l’écran. Les transformations des relations de pouvoir dans deux adaptations de François Ozon

Esther Hallé, “Adaptation et modernité dans le cinéma italien d’après-guerre. La Terre tremble (Visconti, 1948),La Fille de Parme (Pietrangeli, 1963)

Jessy Neau, “L’adaptation face à la sérialité. Réseaux, constellations, intertextualité

Marie Pascal, “La transcréation du fragment décolonial. Expérimenter dans Kuessipan de Naomi Fontaine (2011) et Myriam Verreault (2019)

Polina Rybina, “Condensation Recondensed. Memory Regimes in Film Adaptations

Maroua Médini, “Entretien avec le cinéaste égyptien Khairy Beshara sur Le Collier et le bracelet

Marie Pascal, “A Conversation with Linda Hutcheon on Film Adaptation