Archives de catégorie : Parutions

Parution : Séries de l’ORTF

Blephégor de Claude Barma, 1965

B. Papin, M. Tsikounas, S. Chalvon-Demersay (dir.), Fictions sérielles au temps de la RTF et de l’ORTF (1949-1974), L’Harmattan-Ina, collection « Les médias en actes », 2018.

Actes du colloque international « Feuilletons et séries diffusés sur les écrans de la RTF et de l’ORTF (1949-1974) », Paris 6 et 7 juin 2017, organisé par l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Centre d’histoire du XIXe siècle-équipe ISOR), l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle (CIM-CEISME), l’EHESS/CNRS et l’INA.

La télévision française a connu une époque où le générique de Janique Aimée ou du Chevalier de Maison Rouge fédérait autour de la petite lucarne un public fervent et passionné… Les Français, tous âges confondus, frémissaient devant Belphégor, tremblaient pour Thierry la Fronde ou Josh Randall, … Mais si les feuilletons et séries mettant en scène tous ces héros demeurés dans la mémoire collective sont devenus des « classiques », on a un peu oublié qu’à côté des incontournables Cinq dernières minutes, il y eut aussi Les Petites enquêtes du père Fichau et que « l’affaire Faber » enflamma les esprits, à une époque où le 8e art s’inventait et où l’audace formelle, visuelle et sonore, était fréquemment de mise.

Les auteurs des textes rassemblés dans le présent ouvrage s’intéressent de près à cette préhistoire des séries, diffusées par une télévision de service public, d’abord à canal unique et longtemps en noir et blanc, qui proposa les premières productions américaines mais fit également la part belle aux réalisations anglaises, canadiennes… et françaises. Il était temps d’essayer de mesurer la place que cette fiction plurielle occupait dans la programmation d’un « office » dont l’ambition première était de faire de la télévision un outil de promotion culturelle et de s’intéresser à l’accueil que lui réserva le « grand public » .

Sommaire

Continuer la lecture de Parution : Séries de l’ORTF

Parution : « Disney »

Disney ou l’avenir en couleur, de Christian Chelebourg, Les Impressions nouvelles, 2018

Quoi de neuf chez Disney ? Quel avenir nous prépare le géant de Burbank ? Balayant les clichés sur l’usine à rêves, Christian Chelebourg nous invite à plonger dans l’ensemble des spectacles récents produits par les multiples filiales de la Walt Disney Company pour comprendre les valeurs et les causes qu’elle défend dans un monde en pleine mutation. À travers plus de 500 titres de dessins animés, de films, de séries télévisées, d’attractions, de comédies musicales, de comics ou de jeux vidéo, il nous fait découvrir comment les productions Disney encouragent les jeunes et les moins jeunes à retrouver la foi dans le progrès. Loin du conservatisme qu’on leur reproche si souvent, les studios soutiennent les courants les plus en pointe de l’opinion publique sur les questions du féminisme, de l’inclusivité, du multiculturalisme. Ils profilent une société respectueuse de toutes les identités, afin que chacun puisse avoir l’opportunité de s’épanouir en réalisant ses vœux. Face aux dangers qui menacent la démocratie, ils en appellent à un sursaut citoyen digne des superhéros pour rétablir le pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple, prôné par les Pères Fondateurs de l’Amérique.

Le Disneyverse – l’univers que forge la marque Disney – n’occulte pas la réalité de notre époque. Il n’ignore ni les inégalités, ni le terrorisme, ni la crise écologique, il compose avec la mondialisation, mais il se refuse au ressassement des drames pour poser les bases d’un nouvel optimisme. La place qu’il occupe dans l’économie du divertissement exige qu’on y soit attentif si l’on veut comprendre les enjeux du contemporain.

Parution : « Sérialité et transmédialité »

Sérialité et transmédialité : Infinis des fictions contemporaines, de Claire Cornillon, Éditions Honoré Champion (Bibliothèque de littérature générale et comparée n°155), 2018

Sérialité et transmédialité sont deux facettes fondamentales des fictions contemporaines qui tendent à dépasser les frontières des formes, des genres et des supports. Il s’agit ici de tenter de repenser certaines catégories de théorie littéraire à l’aune de ces phénomènes pour en analyser les paradoxes, mais aussi pour mettre en lumière la place de la fiction dans le monde contemporain. Multiplication des récits, passerelles entre différents médiums, participation des publics ouvrent à des possibilités que les œuvres n’ont pas encore fini d’explorer. Cependant, ces objets mais aussi les discours portés sur eux et la doxa qui s’élabore dans l’imaginaire collectif révèlent également certaines dynamiques idéologiques plus ou moins explicites. Les problématiques esthétiques rencontrent dès lors des enjeux philosophiques et politiques tels que le rapport à la vérité, la définition du réel ou la question de la liberté.

Claire Cornillon est Maîtresse de Conférences en Littérature Comparée à l’Université de Nîmes. Ses travaux récents portent essentiellement sur la narration et la fiction, en particulier dans les séries télévisées. Elle a co-dirigé le projet Narrations sérielles et Transmédialité à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3 et fait partie du groupe de recherche GUEST (Groupe Universitaire d’Etudes sur les Séries Télévisées). Elle a co-dirigé les ouvragesFin(s) du monde (Pendragon, 2013) et Ce que le récit ne dit pas (Presses Universitaires François Rabelais, 2015).

La Table des matières est disponible sur la fiche de cet ouvrage, à l’adresse : www.honorechampion.com

Parution : Pardaillan n°5

Présente dans tous les mythes, la nourriture fait partie des constantes de l’imaginaire humain. Actes de prédation et de nutrition, banquets et famines, scènes de cuisine et de dévoration, source de vitalité et perversion excessive… la représentation de la nourriture prend bien des facettes, témoignant de notre rapport complexe, parfois comique, parfois angoissé, parfois sensuel jusqu’à l’érotisme, à ce dont on se nourrit. C’est à ce thème qu’est consacré le dossier du Pardaillan n°5.

Sommaire

Editorial : Et Ditto m’apparut…

Les Cahiers Zévaco
– Luce Roudier – L’Autre Zévaco. Petite enquête autour de Déchéance.

Dossier : Nourriture
– Laurent Bozard – Crimes gourmands pour lecteurs gourmets. Le polar de la table selon Balen et Barrot

Continuer la lecture de Parution : Pardaillan n°5

Parution : Femmes du roman policier

Caroline Granier, A armes égales. Les femmes armées dans les romans policiers contemporains, éditions Ressouvenances, 2018.

Les enquêtrices dans les polars… Les figures de fliquesses, de privées, de journalistes d’investigation, d’inspectrices sont de plus en plus nombreuses (françaises, européennes ou américaines). Cérébrales, fonceuses, intuitives ou rationnelles, épanouies ou névrosées. Célibataires ou en couple, avec ou sans enfants. Qu’ont-elles en commun ? Un désir d’aventures et une soif de liberté sans limites. Attention : elles sont souvent armées… combatives en tout cas. Car leur place dans un monde encore dominé par les hommes n’est pas acquise. Alors elles agissent et prennent leurs affaires en main : et si elles nous montraient la voie ?

Continuer la lecture de Parution : Femmes du roman policier

Parution : « La Bohème »

Anthony Glinoer,  La bohème. Une figure de l’imaginaire social, 
Les Presses de l’Université de Montréal, collection « Socius », 2018.

Image :  Octave Tassaert,  Intérieur d’atelier (1845)

Depuis qu’au milieu du XIXe siècle Henri Murger a appelé « bohèmes » une bande d’artistes vivant d’amour et de pain sec à Paris, le bohème et la vie de bohème n’ont plus quitté l’imaginaire social. Ils ont existé dans les faits et dans les textes littéraires non seulement à Paris mais à Madrid, à Varsovie, à Oslo et à New York, tandis que la chanson de Charles Aznavour et l’opéra de Puccini sont entrés dans le patrimoine culturel mondial. Ce livre fait émerger d’une vaste masse de discours des lieux emblématiques, des pratiques collectives, des vies exemplaires, des figures antagonistes, des variations sur le thème de la bohème. Le lecteur rencontre Albert Glatigny, Nina de Villard, la Brasserie des Martyrs, les orgies fictionnelles ou encore la bohème montréalaise. Au fil des chapitres, la bohème se dévoile comme un objet inséparablement imaginaire et social, façonné et incarné par de nombreux hommes de lettres et d’art. Anthony Glinoer poursuit ici son exploration des phénomènes collectifs au xix e siècle. Il procède en sociologue des faits et des imaginaires littéraires pour dresser le portrait d’une des figures clés de nos représentations de la vie d’écrivain et de la vie d’artiste, depuis Murger jusqu’aux bobos.   

Anthony Glinoer est titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l’histoire de l’édition et la sociologie du littéraire et professeur à l’Université de Sherbrooke. Il a notamment publié L’âge des cénacles. Confraternités littéraires et artistiques au XIXe siècle avec Vincent Laisney (2013).

Parution : Le Zouk

Gérald Désert, Le Zouk, Génèse et représentations sociales d’une musique populaire, Anibwe, 2018.

Image, album « Francky Goes To Pointe​-​à​-​Pitre », A Tant Rêver Du Roi Records

Qu’est-ce que le zouk ? Si tout un chacun a pu entendre cette musique populaire, même de façon très passive, dans des circonstances d’écoutes diverses, à ce jour, son histoire n’a pas encore fait l’objet d’une réflexion spécifique et systématique ; alors s’interroger sur ce qu’est le zouk ne relève pas d’une lubie personnelle, sans fondement autre que le pathos, mais bien d’un questionnement d’intérêt général
sur la culture musicale dans l’espace local, national et international.

Le zouk, la pensée du zouk, sa représentation dans la réflexion universitaire n’est qu’à ses débuts et c’est ce qui fait tout l’intérêt de ce livre.

Gérald Désert est enseignant de langues, littératures et civilisations hispaniques au CRILLASH-Université des Antilles. Il fut chargé d’enseignement au Centre Universitaire de Mayotte (2015-2016).

Ses recherches portent notamment sur la littérature mexicaine et sur les relations entre musique populaire et littérature (Rubén Blades, le Zouk, etc.).

Parution : « Bande dessinée et littérature »

Vittorio Frigerio, Bande dessinée et littérature  : intersections, fascinations, divergences, Quodlibet « Eléments », 2018

Cet essai se penche sur les rapports entre bande dessinée et littérature en privilégiant les discours tenus par la critique, ou par certains praticiens relevant des milieux de la nouvelle « bande dessinée d’auteur », pour revenir sur la question longtemps débattue, et toujours pas résolue, de savoir ce qui distingue et ce qui rapproche ces deux modes d’expression. On y analyse les aspects techniques identifiés comme propres au « roman graphique » moderne (utilisation du noir et blanc, longueur dépassant le nombre de pages standard imposé par les éditeurs commerciaux, division en chapitres), pour en vérifier la pertinence à la lumière d’une comparaison avec d’autres traditions nationales que la franco-belge (en particulier la tradition italienne) et sur un laps de temps dépassant la période où l’on situe généralement leur adoption : les années soixante-dix. Une attention particulière est réservée au cas de Hugo Pratt, dont La Ballade de la mer salée et considérée comme étant le premier « roman graphique », ainsi qu’à la question des contraintes formelles et éditoriales, à la notion problématique de « bande dessinée adulte » et aux rapports de la bande dessinée avec les avant-gardes artistiques et littéraires. Au bout de ce parcours, on note, dans les débats opposant les tenants d’une bande dessinée résolument littéraire et les praticiens d’une BD populaire d’inspiration feuilletonesque, un décalque remarquable des arguments ayant opposé jadis les réalistes aux romantiques. La question du positionnement symbolique du médium au sein du monde de la culture semble alors prendre le dessus sur toute autre considération.

Continuer la lecture de Parution : « Bande dessinée et littérature »

Parution: Fictions à la chaîne. Littératures sérielles et culture médiatique.

De Fantômas à James Bond, du récit policier à la science-fiction, d’Harlequin à la Série noire, la culture populaire moderne obéit à une dynamique sérielle : la production et la réception de l’œuvre sont ressaisies dans un ensemble plus vaste de textes qui en détermine la signification. Profondément liées à la culture médiatique et aux logiques de consommation culturelle, ces formes et ces pratiques fictionnelles sont au cœur de notre modernité, dont elles constituent l’une des expressions principales.

Continuer la lecture de Parution: Fictions à la chaîne. Littératures sérielles et culture médiatique.