Archives de catégorie : Parutions

Parution : LA PARISIENNE DU SECOND EMPIRE AUX ANNÉES FOLLES

La Parisienne du Second Empire aux Années folles
Sous la direction d’Anne-Simone et Pierre-Jean Dufief
 
 

Incarnée par quelques figures emblématiques, la Parisienne devient un véritable mythe dans la seconde moitié du XIXesiècle. Icône d’un commerce de la mode et du luxe en pleine expansion, figure paradoxale de la modernité, elle occupe la première place sur les scènes des théâtres, dans la grande presse et dans les journaux de mode qui émergent à cette époque. Peintres, romanciers et artistes s’emparent de ce personnage labile qui se joue des définitions. Créature en perpétuel mouvement, elle donne un tempo nouveau aux représentations de la femme posant la question de l’éternel féminin à l’heure de la naissance du féminisme.

Ce volume croise les approches de spécialistes de la littérature, de l’histoire de l’art et de l’histoire de la mode, et éclaire le passage du type au mythe, soulignant toutes les ambiguïtés d’une figure fantasmatique, émancipatrice et aliénatrice, qui conserve toute son actualité.

Anne-Simone Dufief est professeur émérite à l’université d’Angers et présidente de la société des Amis d’Alphonse Daudet. Elle travaille sur le roman et le théâtre du second XIXe siècle. Elle a publié Daudet romancier (Champion, 1997) et elle est co-auteur du Dictionnaire Alphonse Daudet (Champion, 2019).

Pierre-Jean Dufief est professeur émérite à l’université de Paris- Nanterre et président de la société des Amis des Frères Goncourt. Il travaille sur les romans du XIXe siècle ainsi que sur les correspondances d’écrivains. Il a édité le tome I de la Correspondance générale des Goncourt (Champion, 2004) et a co-dirigé avec Colette Becker le Dictionnaire des Naturalismes (Champion, 2017).

Table des matières

Roy Pinker, Fake news et viralité avant internet

Roy Pinker, Fake news et viralité avant internet, CNRS édition, 2020.
Vidéo d’un chat qui saute en voyant un concombre, blague sur l’actualité, dénonciation d’une injustice: nous avons tous conscience de vivre dans une culture de la viralité, où le succès se mesure à la vitesse de la propagation. Et nous pensons tous que c’est une marque de notre modernité, que ce sont les réseaux sociaux qui ont transformé les modalités de diffusion des idées. Les auteurs, tous spécialistes de l’histoire de la presse, nous prouvent ici qu’il n’en est rien: au XIXesiècle, le «copier-coller» régnait déjà dans la presse; une histoire bien troussée, même fausse, pouvait être reproduite à des centaines d’occasions à travers les continents, comme une bonne histoire sur Facebook; le bon mot d’un écrivain réapparaissait un peu partout, comme un tweet populaire; légendes urbaines, fake news, rumeurs, circulaient de journaux en journaux; des réclames publicitaires mystérieuses s’étalaient sur les murs, pour faire le buzz comme on dit aujourd’hui.
Avec un plaisir contagieux et en 15 courts chapitres partant d’un phénomène contemporain pour en faire l’archéologie, ce livre démonte les mécanismes de la viralité médiatique, pour montrer que ce sont des phénomènes profondément ancrés dans la culture de la presse, dès sa naissance.

Continuer la lecture de Roy Pinker, Fake news et viralité avant internet

Parution : Fantasy Art and Studies, Fantasy Art and Studies 8 : Tribute to Terry Pratchett/Fantasy humoristique

 
Ce numéro est dédié à Terry Pratchett, maître de la Fantasy humoristique, qui nous a quitté en 2015. Les auteurs et les chercheurs de ce numéro, introduit par un poème de Freyja Stokes, récipiendaire de la bourse Sir Terry Pratchett Memorial, reconnaissent l’influence et l’originalité de la fiction de Pratchett à travers 8 récits par de nouvelles voix de la Fantasy française et 4 articles analysant les œuvres de Pratchett et leurs adaptations. En prime, retrouvez un entretien avec Patrick Couton, le talentueux traducteur français des Annales du Disque-monde, l’œuvre phare de Pratchett, et le nouveau chapitre de la BD de Guillaume Labrude.
 
Ce numéro est illustré par Camille Courtois (couverture), Guillaume Labrude, Antoine Pelloux et Véronique Thill.

Parution : Subjectivités numériques et posthumain

Sylvie Bauer, Claire Larsonneur, Hélène Machinal et Arnaud Regnauld (dir.)

Subjectivités numériques et posthumain

Presses Universitaires Rennes, collection « Interférences », 2020.

Comment penser l’humain quand toutes sortes d’objets connectés, du téléphone à la montre, se donnent comme des prothèses, voire des doubles de nous-mêmes (augmented self) ? De quelle autonomie dispose un sujet quand toutes nos traces numériques – tant celles que nous avons laissées volontairement que celles qui ont été collectées à notre insu – sont inventoriées et archivées quasi automatiquement (quantified self) ? L’approche proposée dans ce livre est fondamentalement interdisciplinaire car les questionnements relatifs aux devenirs de l’humain et à la définition de son identité que déclenche le posthumain sont universels.

Avec le soutien du laboratoire Anglophonie : communautés, écritures (ACE, EA 1796) de l’université Rennes 2 et de l’université de Bretagne occidentale.

Introduction

Table des matières

Les auteurs

URL de référence : http://pur-editions.fr/detail.php?idOuv=4982

Parution : Cahiers Robinson n°47, ROALD DAHL, LA FABRIQUE D’UN IMAGINAIRE

Noëlle Benhamou et Philippe Blondeau (éd.)

Le succès des livres de Roald Dahl tient en grande partie à l’efficacité d’un imaginaire à la fois singulier et riche de résonances universelles, qui mêle habilement les registres, oscillant toujours entre l’humour et la cruauté, entre le réel et le surnaturel, entre la morale et la dérision. C’est le travail de cet imaginaire, si reconnaissable et si séduisant par ses ambiguïtés même, que l’on se propose ici d’interroger. Il s’agit d’en explorer les origines, l’élaboration et le fonctionnement, selon des perspectives historiques, génériques, thématiques et transmédiatiques. En s’appuyant à la fois sur les œuvres pour adultes et sur les œuvres pour la jeunesse on s’intéresse notamment aux diverses formes d’intertextualité, aux stratégies développées en fonction des publics et des médias, à la question des genres et des registres, aux données biographiques et à leurs échos dans l’œuvre.

Source : Artois Presses Universités

Quelles perspectives pour la bande dessinée numérique ?

Annonce de publication du dernier numéro d’Alternative francophone intitulé « Quelles perspectives pour la bande dessinée numérique ? » (vol. 2, no 7 (2020)), dirigé par Côme Martin (chercheur indépendant) et Jean Sébastien (Collège de Maisonneuve).

Sommaire:

Jean Sébastien et Côme Martin : « Introduction : Lectures de la bande dessinée numérique. Succession de cases et fantôme de la case mémorable »

Philippe Paolucci : « La bande dessinée numérique : le triomphe du linéaire sur le tabulaire »

Nicolas Labarre et Julien Baudry : « De l’imprimé au numérique et retour. Lecture et perception d’une bande dessinée d’un support à l’autre »

Haniyeh Barahouie : « Entre bande dessinée et jeu vidéo : Le Secret de la Licorne d’Hergé »

Margarita Molina Fernandez : « 2 : expérimenter l’hypermédia dans la bande dessinée numérique »

Le numéro est disponible ici

L’illustration employée plus haut et pour le numéro est tirée de 2, bande dessinée numérique de Margarita Molina Fernández .

 

Parution : Littérature, image, périodicité (XVIIe-XIXe siècles)

Actes du colloque de Lausanne, les 15-16 novembre 2018.

En accès libre sur Fabula

Les études actuelles sur la presse littéraire du XIXe siècle, comme celles qui portent notamment sur les différents mercures des XVIIe et XVIIIe siècles, soulignent un lien privilégié entre la littérature et la poétique journalistique. Or, si l’on peut se réjouir du dynamisme critique qui caractérise aujourd’hui les études sur la presse littéraire, force est de constater que leurs résultats demeurent cloisonnés du point de vue diachronique.

La vocation première de ce recueil est par conséquent d’établir un dialogue entre les spécialistes des périodes pré-moderne et moderne autour des rapports entre presse et littérature envisagés dans un spectre chronologique peu exploré. L’image matérielle (gravure, photographie) et textuelle (description, ekphrasis) constitue en ce sens un levier optimal pour engager ce dialogue. Le postulat principal serait ainsi que l’image dans la presse littéraire entretient des rapports spécifiques avec la temporalité (transposition visuelle d’un fait d’actualité, d’un moment narratif singulier, etc.) dont l’expression s’exacerbe dans le cas d’une publication périodique, tributaire des contraintes éditoriales qu’implique une parution régulière.

Il s’agit en effet d’envisager à nouveaux frais les rapports entre des formes littéraires soumises à des formes de périodicité variées (presse périodique, livraisons, recueils, etc.) et différentes manifestations, figuratives et textuelles, du visuel ; et d’interroger notamment la nature et les usages des modèles littéraires qui informent les poétiques et les rhétoriques de la presse littéraire illustrée, les conditions matérielles qui modalisent la mise en image d’un fait d’actualité, le rythme particulier induit dans la lecture du périodique par la présence de l’image, la question de l’impact émotionnel des images dans leur articulation à la diffusion et à la conservation de l’information.

Textes réunis par Marta Caraion et Barbara Semelci et mis en ligne avec le soutien de l’Université de Lausanne.

Continuer la lecture de Parution : Littérature, image, périodicité (XVIIe-XIXe siècles)

Parution : Le goof au cinéma

Olivier Caïra & Réjane Hamus-Vallée (2020), Le goof au cinéma. De la gaffe au faux raccord, la quête de l’anomalie filmique, Paris, L’Harmattan, « De Visu ».

 

Préface : François Jost

Le goof au cinéma, c’est le reflet d’un caméraman, une arme qui passe d’une main à l’autre, une cigarette qui change soudain de taille ou un gobelet de café contemporain sur une table médiévale. C’est une anomalie négligeable, mais formidablement révélatrice de nos attentes techniques et esthétiques sur la fiction. Si les chasseurs de goofs existent dès la naissance du cinématographe, le triple avènement de la culture geek, d’internet et de la vidéo domestique a donné à cette forme de cinéphilie une dimension planétaire. Que dévoile cet engouement pour le détail, a priori insignifiant, tant du point de vue des spectateurs que des professionnels du film ? Qu’attend-on d’une fiction où tout est faux, et où pourtant le moindre anachronisme déchaîne les passions des amateurs et des spécialistes ? En quoi le goof et les tensions qu’il cristallise, mettent en relief les enjeux du pacte fictionnel et de ses mutations, à l’ère du numérique ?

Parution : Women Who Kill. Gender and Sexuality in Film and Series of the Post-Feminist Era

Women Who Kill explores several lines of inquiry: the female murderer as a figure that destabilizes order; the tension between criminal and victim; the relationship between crime and expression (or the lack thereof); and the paradox whereby a crime can be both an act of destruction and a creative assertion of agency. In doing so, the contributors assess the influence of feminist, queer and gender studies on mainstream television and cinema, notably in the genres (film noir, horror, melodrama) that have received the most critical attention from this perspective. They also analyse the politics of representation by considering these works of fiction in their contexts and addressing some of the ambiguities raised by postfeminism.


The book is structured in three parts: Neo-femmes Fatales; Action Babes and Monstrous Women. Films and series examined include White Men Are Cracking Up (1994); Hit & Miss (2012); Gone Girl (2014); Terminator (1984); The Walking Dead (2010­); Mad Max: Fury Road (2015); Contagion (2011) and Ex Machina(2015) among others.

Continuer la lecture de Parution : Women Who Kill. Gender and Sexuality in Film and Series of the Post-Feminist Era

BELPHEGOR – Regards croisés sur la culture médiatique européenne

Regards croisés sur la culture médiatique européenne

Sous la direction de Sándor Kálai et Jacques Migozzi
 

Continuer la lecture de BELPHEGOR – Regards croisés sur la culture médiatique européenne