Archives de catégorie : Parutions

Parution : Kaamelott et l’histoire

Kaamelott, un livre d’histoire, Justine Breton et Florian Besson (dir.), éditions Vendémiaire, 2018

 

Le Graal pourrait-il être un bocal à anchois ? Comment Perceval connaît-il la Poétique d’Aristote ? Merlin tient-il du démon ou de la pucelle ? Les règles du sloubi seraient-elles inspirées de celles du trut ? Les dragons étaient-ils des anguilles ? Recrutait-on les chevaliers à la taverne ? Pourquoi le casque du Viking est-il cornu ? S’est-on rendu compte à Kaamelott que l’empire romain avait pris fin ?

La série télévisée Kaamelott qui met en scène le roi Arthur et les chevaliers de la Table Ronde a marqué le public par son humour décapant, ses personnages loufoques et ses répliques devenues cultes. Mais faut-il prendre au sérieux la façon dont elle réécrit aussi bien la légende arthurienne qu’une période historique charnière, entre Antiquité tardive et Moyen Âge ? C’est le pari qu’a fait une équipe de jeunes chercheurs : montrer que, au-delà des anachronismes qui font toute la saveur de la série, Kaamelott produit un discours riche d’enseignement. Tant il est vrai que chaque génération réactualise ses mythes, les parodiant ou les réinventant Continuer la lecture de Parution : Kaamelott et l’histoire

Parution : Cahiers Robinson n°43

Cahiers Robinson n°43

« Soigner, guérir, occire… en littérature de jeunesse » , Isabelle-Rachel Casta (dir.), Arras, 2018.

SOMMAIRE

Isabelle-Rachel Casta  : Médecins, Guérisseurs, Thaumaturges : Soigner, guérir ou occire… en littérature de jeuness

Thierry Jandrok : Fictions médicales et adolescence du désir

Guillaume Sioly  : Guérir l’humanité ou guérir de l’humanité :la médecine engendre-t-elle des monstres ?

Christiane Connan-Pintado  : À la recherche des « princesses de science » en littérature de jeunesse, Docteures, savantes et/ou sorcières

Gérald Préher & Tanya Tromble  : Se sentir plus libre? Les pouvoirs de la médecine dans Un endroit où se cacher de Joyce Carol Oates Continuer la lecture de Parution : Cahiers Robinson n°43

Parution : Personnages de TV

Télévision n°9, 2018, « Troubles personnages », CNRS Editions

 

« Depuis quelque temps déjà, le héros sériel a perdu de sa superbe : il est devenu  »multiple », problématique, parfois breaking bad, protagoniste de récits aux valeurs de plus en plus mal définies. Mais voici qu’il se dédouble, se multiplie, se cache dans des identités d’emprunt et prolifère, dans un mouvement de cross over généralisé, au point parfois de rompre le contrat de conformité entre lui et l’acteur qui l’incarne et qui, d’ordinaire, lui collait à la peau

Les contours du personnage se troublent en même temps que le trouble envahit le spectateur. Comment définir aujourd’hui les métamorphoses de ces êtres de fiction ? Et quels en sont les retentissements sur notre attachement aux séries ?

Professeur émérite à la Sorbonne nouvelle-Paris III, sémiologue, fondateur du Centre d’Études sur les Images et les Sons médiatiques, François Jost est l’auteur de nombreux livres sur l’image et les médias, dont Les Nouveaux Méchants. Quand les séries américaines font bouger les lignes du Bien et du Mal (2015). »

 

Parution : Tim Burton

Tim Burton, a Cinema of Transformations

Gilles Menegaldo (dir.) 

PULM (collection « Profils américains »)

 

Table des matières

Introduction (Gilles Menegaldo)

1) Origins and Cultural Heritage

Bérénice Bonhomme: “Draw me a monster”: the dynamics of drawing in Tim Burton’s creative process

Florence Chéron: Tim Burton’s Early Films: Cinematographic Work Roots Continuer la lecture de Parution : Tim Burton

Parution : lecteurs et périodiques

Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle

Elina Absalyamova, Valérie Stiénon (dir.)

Presses universitaires de Limoges, 2018

 

Ce volume propose une réflexion collective sur un aspect de la communication médiatique jusqu’ici peu considéré : la présence des voix des lecteurs, authentiques ou inventées, dans les pages des périodiques au XIXe siècle.

L’époque constitue un moment majeur de réorganisation des lectorats, avec l’émergence de l’ère médiatique, l’apparition de nouveaux publics et la structuration d’un espace social initialement surveillé par les autorités. Entre la visibilité d’interlocuteurs-vedettes donnée à certaines personnalités comme Eugène Sue, Alexandre Dumas ou Timothée Trimm et l’invention de genres d’écriture inspirés de la causerie, de la chronique, de la correspondance et du courrier du cœur, les paroles des lecteurs accompagnent significativement les transformations de la presse jusqu’à la Grande Guerre.

Les contributions réunies ici explorent ce sujet sous des angles complémentaires, tantôt de manière transversale dans les discours et les thématiques, tantôt grâce à des études de cas choisies pour leur représentativité. L’ensemble met au jour des pratiques professionnelles ou individuelles, trace des repères chronologiques et convoque des méthodes d’analyse utiles pour rendre compte d’un siècle où l’interactivité médiatique, si elle n’est pas encore conceptualisée, initie néanmoins une vision de l’espace public qui prépare activement la culture transmédiatique contemporaine.

Sommaire

– Introduction. Pour une étude des voix du lecteur en régime médiatique (Elina Absalyamova & Valérie Stiénon) Continuer la lecture de Parution : lecteurs et périodiques

Parution : Dumas et ses mythes

Maxime Prévost, Alexandre Dumas, mythographe et mythologue, l’aventure extérieure

Honoré Champion « Romantisme et modernité », 2018

Le Vicomte de Bragelonne de Alexandre Dumas, estampe pour le roman feuilleton 1861 © Gallica-BNF

Comme Victor Hugo et Charles Dickens, Alexandre Dumas est un écrivain dont une partie de l’oeuvre s’est implantée durablement dans l’imaginaire collectif, se révélant porteuse de mythologies modernes. Cet ouvrage se questionne sur la survie de ses deux fictions fondatrices : en quoi le cycle des Mousquetaires et Le Comte de Monte-Cristo sont-ils révélateurs d’inquiétudes et d’aspirations collectives, hier comme aujourd’hui ?

À quelles conditions et selon quelles modalités des fictions peuvent-elles s’affranchir de leur créateur et de leur contexte pour accéder à une forme d’intemporalité ? La première partie de cet ouvrage, « Alexandre Dumas mythographe », s’intéresse aux années pendant lesquelles Dumas s’impose comme le roi du roman-feuilleton français et parvient à créer des mythologies modernes. La seconde, « Alexandre Dumas mythologue », à un auteur qui, progressivement, constate que son heure de gloire est passée et que certains de ses personnages sont destinés à lui survivre. Continuer la lecture de Parution : Dumas et ses mythes

Parution : villes et crimes

Nicolas Gauthier, Lire la ville, dire le crime. Mise en scène de la criminalité dans les mystères urbains de 1840 à 1860, Limoges, PULIM « Médiatextes », 2018.

Des brutes sauvages et sanguinaires rôdant au coeur de la cité, des policiers qui volent, des médecins qui assassinent, des surhommes punissant en dehors des lois : les mystères urbains offrent au lecteur une imposante galerie de criminels dans une société où les honnêtes gens semblent confinés au rôle de victime. Leur principale contribution au mythe de la ville moderne consiste ainsi à cristalliser une criminalité urbaine anxiogène et à affirmer déchiffrer un espace social chaotique et incompréhensible pour le non-initié.
Entre 1840 et 1860, E. Sue, A. Dumas, P. Féval, L.-F. Raban, C. Robert et E.-F. Vidocq offrent chacun leurs mystères urbains. De ce riche corpus, Continuer la lecture de Parution : villes et crimes

Parution : Reporters en fiction

Mélodie Simard-Houde, Le Reporter et ses fictions. Poétique historique d’un imaginaire, PULIM « Médiatextes », 2018

D’un bout à l’autre de la Troisième République, la presse française connaît une profonde mutation qui correspond à l’avènement d’un nouvel acteur journalistique, le reporter, et d’un nouveau genre, le reportage. Peu à peu, le reporter, petit ou grand, l’interviewer, puis l’« envoyé spécial » se fraient un chemin au sein des rédactions, bouleversent la hiérarchie traditionnelle auparavant dominée par le chroniqueur, s’imposent à la « une » des quotidiens. Un nouveau protocole d’écriture et de nouvelles pratiques journalistiques s’inventent, plaçant en leur coeur l’enquête et la mise en scène du journaliste, ému et exposé dans son corps.
À ces mutations répondent des scénarios, des récits, des fictions de grande diffusion qui font du reporter un héros de premier plan au sein de la culture médiatique. Des personnages de Jules Verne aux enquêtes de Joseph Kessel, en passant par les photographies, les interviews et les souvenirs de reporters, cet ouvrage retrace l’histoire et les poétiques d’un imaginaire de l’enquête journalistique, interroge les lieux de son émergence et les conditions de son triomphe dans l’entre-deux-guerres.
Entre sensationnalisme et engagement, quête d’exotisme et dénonciation des maux sociaux, rigueur et invention, comment le reporter en vient-il à incarner, pendant près de soixante-dix années, une forme d’idéal démocratique ? Explorer ce questionnement met en lumière la manière dont la société, la culture médiatique et les acteurs journalistiques ont pensé, à ses origines, le rôle du journalisme d’information.

Parution : « Belphégor : Middlebrow »

Middlebrow

Belphégor 15-2, Décembre 2017

The term ‘middlebrow’ has a strong negative charge. It suggests middle-of-the-road, compromise and insipidity, middle class in an aspirational and snobbish way. The metaphor on which it is based refers back to the discredited nineteenth-century science of phrenology: a high forehead or brow was believed to denote intelligence, a low one its opposite. The hierarchy of brows, however, is not straightforward, for if the ‘high’ and ‘low’ at least have the dignity of the extreme, ‘middlebrow’ is charged with all the opprobrium that attaches to the norm, the median, the merely average. Recently, however, middlebrow culture in Britain and the United States has become the object of scholarly interest and the term has started to be reclaimed as something more than a dismissive epithet. The English word, with all its derogatory connotations, is – as far as we know – unmatched in any other language hence never quite translatable. Yet the phenomenon of the middlebrow itself surely extends beyond Anglophone cultures, and in this volume our aim is to explore the concept’s wider international relevance to cultural history and to the present. We will begin with an outline history of the term itself and its recent critical renaissance in Anglophone scholarship, then introduce the articles collected here through a brief discussion of the questions they collectively address, and the value of this international perspective for the study of the middlebrow.

Diana Holmes Continuer la lecture de Parution : « Belphégor : Middlebrow »