Archives de catégorie : Parutions

Parution : Albert Robida, de la satire à l’anticipation

Claire Barel-Moisan et Matthieu Letourneux (dir.), Albert Robida, de la satire à l’anticipation, Les Impressions Nouvelles, 2022.

Illustrateur et satiriste de génie à l’influence considérable, Albert Robida (1848-1926) est resté fameux pour ses fresques d’anticipation, comme Le Vingtième siècle ou La Vie électrique, ou pour ses grands dessins de presse. On voit parfois en lui un précurseur de la science-fiction, un prophète visionnaire des sociétés du XXe siècle, ou même l’inventeur avant l’heure de la télévision, du téléphone et du voyage en avion… Contre ces raccourcis quelque peu anachroniques, cet ouvrage a pour ambition de replacer les grandes anticipations de Robida dans leur contexte, celui de la presse satirique et de ses cibles, mais aussi celui des logiques du rire au XIXe siècle : les transports, les médias, les femmes, la technophilie, les spectacles… c’est toute la culture de l’époque qui est passée au crible de sa verve satirique à travers une technique d’exagération qui le conduit à imaginer inlassablement ce que pourraient donner dans l’avenir les mutations qui transforment en profondeur le XIXe siècle finissant.

 

Parution : Itinéraires. LTC, 2020-3, “Le rap, une poésie de performances”

Itinéraires. LTC, 2020-3, “Le rap, une poésie de performances

Sous la direction de Magali Nachtergael

“Considérer le rap dans le sillage croisé de la performance poétique et de la tradition orale simplifie immédiatement le lien entre études littéraires et cette forme littéraire contemporaine populaire. Cependant le rap, véritable art total, embrasse des problématiques liées à ses diverses modalités de performance – orale, rythmée, visuelle, sociale – mais aussi à l’histoire de la poésie en tant que création expérimentale et socioculturelle. Les contributions émanent de chercheurs et chercheuses internationaux (Belgique, Cameroun, États-Unis, Grande-Bretagne, France, Haïti, Québec, Sénégal) et le volume aborde des productions rappées francophones et anglophones selon une perspective à la fois globalisée et située. Partant du point de vue des études littéraires, il considère les dimensions rythmique, visuelle et sociopolitique de cette performance poétique plurimédiale.”

Continuer la lecture de Parution : Itinéraires. LTC, 2020-3, “Le rap, une poésie de performances”

Parution : Utopie : entre non-lieu et contrée idéale (QUêtes littéraires n°11)

Quêtes littéraires, n°11 : « Utopie : entre non-lieu et contrée idéale » 

Table des matières

Avant-propos

François Rosset
D’Amaurote à Dumocala : variations sur les rois en utopie  
https://doi.org/10.31743/ql.13306

Matthieu Founeau
L’Abbaye de Thélème : une enclave soustraite au réel ou le paroxysme d’une société élitiste
https://doi.org/10.31743/ql.13307

Pauline Philipps
La trop fragile utopie de L’Astrée : une variation du pot de terre contre le pot de fer
https://doi.org/10.31743/ql.13308

Stanisław Świtlik
Azor d’Aunillon : l’équivoque du langage dans un récit utopique de 1750
https://doi.org/10.31743/ql.13309 

Continuer la lecture de Parution : Utopie : entre non-lieu et contrée idéale (QUêtes littéraires n°11)

Parution : Belphégor, 2021-2, “La civilisation du magazine”

2021-2 La civilisation du magazineBelphégor, 2021-2, “La civilisation du magazine

I. La civilisation du magazine

Adrien Rannaud and Jean-Philippe Warren : Introduction. Magazines et culture médiatique nord-atlantique au xxesiècle 

Marie-Pier Leduc : Compositeurs mis en page : Vedettes et génies dans Musica et Le Mercure musical 

Emmanuelle Paccaud : La presse magazine comme espace médiatique transatlantique. Pratiques éditoriales et représentations des rédacteurs en chef de Vogue et Vanity Fair (1914-1942)

Laura Truxa : Du journal illustré au magazine moderne : l’hebdomadaire VU (1928-1940), un effort de moyennisation de l’avant-garde ? 

Adrien Rannaud : Présence (anti)américaine, nationalisme et culture moyenne dans les magazines de l’entre-deux-guerres au Québec 

Cécile Vanderpelen-Diagre : Magasins d’amour. Les romans et chroniques de France Adine, journaliste de Femmes d’aujourd’hui 

Marie-Pier Luneau and Jean-Philippe Warren : Le brouillage des genres. L’imaginaire réaliste et fictionnel du magazine Histoires vraies (1943-1957) 

Axel Hohnsbein : Entre exégèse et fantasmagorie : Midi-Minuit fantastique et la naissance d’une cinéphilie alternative (1962-1970) 

Béatrice Guillier : De l’école à la maison à la cour de récréation. Métamorphoses et disparition des illustrés pour petites filles (1946-1974) 

Carmen Ruschiensky : Translation as Counter-Memory: Mainmise and the Making of a Counter-Culture in Quebec 

II. Varia

Adrien Frenay and Lucia Quaquarelli : « Nettoyage par le bide ». La Série Noire à l’épreuve des archives 

Vincent Masse :Proto-zombies et néo-danses macabres : Motifs dévoyés, des XVe-XVIe siècles au cinéma d’Abel Gance (1919, 1938, 1956) 

Marc Vervel : Mystère et crime dans le récit policier émergent : l’exemple de « The Avenger » de Thomas De Quincey 

III. Comptes-rendus

Théodore Dehgan : Weinstock, Jeffrey Andrew. The Monster Theory Reader. Capturer l’image changeante d’une altérité en perpétuelle reconfiguration 

Vittorio Frigerio : Buard, Jean-Luc. Culture médiatique et presse numérisée. Médiasphère des feuilletons-nouvelles de Marie Aycard (1794-1859)

Vittorio Frigerio : Curreri, Luciano, Michel Delville, Giuseppe Palumbo. Tutto quello che non avreste mai voluto leggere – o rileggere – sul fotoromanzo. Una passeggiata. 

Benoît Peuch : Jean Marigny. Les enfants de l’imaginaire 

Ignacio Fernández Sarasola : Collin McKinney and David F. Richter. Spanish Graphic Narratives. Recent Developments in Sequential Art 

Parution : L’empire de la presse. Une étude de la presse coloniale française entre 1830 et 1880 (Laure Demougin)

Laure Demougin, L’empire de la presse. Une étude de la presse coloniale française entre 1830 et 1880, Presses universitaires de Strasbourg, coll. “Configurations littéraires”, 2021.

Que pouvaient lire les coloniaux entre 1830 et 1880 en dehors des livres — rares et souvent chers — qui leur parvenaient ? Leurs journaux, leur « presse coloniale » qui n’est pas celle de la métropole : le périodique officiel, publié sur les presses du gouvernement, mais aussi quelques titres privés, tous nourris d’échanges avec la métropole autant que de publications originales. La comparaison de périodiques importants parus dans les territoires coloniaux français sur la cinquantaine d’années qui va de la conquête d’Alger aux lois sur la presse de la IIIe République permet de mieux comprendre la colonisation sous l’aspect de ce phénomène textuel matérialisé dans la presse, et qui a créé, par la temporalité du journal colonial, une identité coloniale complexe. Une approche littéraire complète des textes médiatiques coloniaux offre une entrée dans cette littérature en situation, jusqu’ici souvent négligée.

Continuer la lecture de Parution : L’empire de la presse. Une étude de la presse coloniale française entre 1830 et 1880 (Laure Demougin)

Parution : A Fan Studies Primer. Method, Research, Ethics (dir. Paul Booth, Rebecca Williams)

Paul Booth et Rebecca Williams (dir.), A Fan Studies Primer. Method, Ethics, Research, University of Iowa Press, 2021.

“This groundbreaking collection marks the further maturing of fandom studies as an academic field through its consideration of a diverse range of fan practices, methodologies, and theoretical issues, with a strong emphasis on ethical concerns. I know I will be sharing many of these contributions with my students for years to come.”—Henry Jenkins, author, Textual Poachers: Television Fans and Participatory Culture

A Fan Studies Primer is a necessary contribution to the field. The book makes a vital case for the importance of methods and methodology in fan studies—while, importantly, recognizing the complexity and risks of doing so. It is an essential resource for scholars, researchers, and students.”—Adrienne Evans, Coventry University

The discipline of fan studies is famously undisciplined. But that doesn’t mean it isn’t structured. This is the first comprehensive primer for classroom use that shows students how to do fan studies in practical terms. With contributions from a range of established and emerging scholars, coeditors Paul Booth and Rebecca Williams pull together case studies that demonstrate the wide array of methodologies available to fan studies scholars, such as auto/ethnography, immersion, interviews, online data mining, historiography, and textual analysis. This collection also probes the ethical questions that are unique to fan studies work, such as the use of online fan content for research, interview methods, consent, and privacy.

Contributors: 

Maria Alberto, Cait Coker, Renee Ann Drouin, Anne Gilbert, Danielle Hart, Matt Hills, Lies Lanckman, Julia Largent, Katherine Larsen, Lori Morimoto, EJ Nielsen, Mandy Olejnik, Rukmini Pande, Milena Popova, Kadian L. Pow, Suzanne Scott, Josh Stenger, Alex Thomas, Elise Vist, Lesley Willard, Benjamin Woo

Parution : Le Rap, littérature du monde social. Du featuring au mythe de la banlieue (Julia Cela)

Julia Cela, Le Rap, littérature du monde social. Du featuring au mythe de la banlieue, Lausanne, Université de Lausanne, coll. “Archipel Essais”, 2021.

Postface de Jérôme Meizoz

Quel est l’enjeu d’étudier le rap comme une forme littéraire ? Dans une pratique où les corps sont parlants, comment envisager la relation entre l’auteur, l’énonciateur et l’interprète ? Que fait le rap aux hiérarchies culturelles instituées ?

Le rap francophone contemporain active un regard sociologique, attentif à la fois au fonctionnement du monde social et aux phénomènes de domination dans le champ culturel. Au cœur de ces dynamiques se trouve le featuring, qui désigne la collaboration entre différents artistes. Ce phénomène constitue à la fois la condition d’émergence du rap dans les années 1990 et le motif textuel qui structure sa poétique.

Par cet étroit rapport avec les théories des espaces sociaux, le rap institue ses propres dynamiques de légitimation. Dans les textes s’élabore une valeur symbolique spécifique visant à renverser le discours hégémonique, qu’il soit culturel, racial, politique ou économique. Le rap, relégué à ses débuts aux marges du littéraire, s’institue en littérature.

Sommaire, postface et extrait accessibles sur Fabula 

Sommaire

Postface : Une création verbale au collectif, par Jérôme Meizoz

Lire un extrait

Parution : Le Théâtre de science-fiction : premiers éléments de cartographie (ReS Futurae n° 18)

ReS Futurae, n° 18, “Le Théâtre de science-fiction : premiers éléments de cartographie”, dir. de Romain Bionda, en ligne, 2021.

Depuis une dizaine d’années au moins, on trouve avec une régularité certaine des éléments science-fictionnels au théâtre. Celui-ci a par ailleurs donné à la science-fiction quelques-unes de ses œuvres les plus célèbres, à l’instar de R.U.R. (1921) de Karel Čapek. Il est toutefois rare de faire une place à la science-fiction dans les études théâtrales, tout comme il est rare de faire une place au théâtre dans les études science-fictionnelles. Ce numéro entend interroger cette incuriosité réciproque et engager l’étude de la SF au théâtre. Mais plutôt que d’identifier un corpus de «théâtre de science-fiction» à faire exister comme tel, il s’agit d’en questionner les modes d’existence. L’ambition n’est pas de planter un drapeau pour délimiter un territoire, mais d’assembler des éléments de cartographie permettant de se déplacer avec plus d’aisance dans un paysage nébuleux : celui des multiples formes et fonctions de la SF au théâtre, telle qu’elle s’y présente, mais aussi telle qu’on la perçoit et telle qu’on l’énonce.

INTRODUCTION

Romain Bionda
Cartographier la science-fiction au théâtre [doi.org/10.4000/resf.10505]

POINTS ET ZONES DE PROJECTION

Danielle Chaperon
« Ascénir » le space opera : de Joël Maillard à Bruno Latour [doi.org/10.4000/resf.9649]

Yann-Guewen Basset
D’une eschatologie heurtée par la science-fiction : les genèses clivées du blitz theatre group et du Groupe la Galerie [doi.org/10.4000/resf.9495]

Aurélien Maignant et Roberta Alberico
Du théâtre de science-fiction politique au macro-événement culturel : étude de cas sur Vous êtes ici (en compagnie des créatrices) [doi.org/10.4000/resf.9554]

Anne Pellus
Présence du futur en danse contemporaine (devenirs hybrides et rêves cybernétiques) [doi.org/10.4000/resf.9699]

Continuer la lecture de Parution : Le Théâtre de science-fiction : premiers éléments de cartographie (ReS Futurae n° 18)

Parution : La ville en planches. Bande dessinée et mondes urbains (dir. Pascal Robert)

Pascal Robert (dir.), La ville en planches. Bande dessinée et mondes urbains, Hermann, 2021. 

La ville est actuellement une question vive. La bande dessinée s’en est emparée depuis longtemps. Pour autant, l’analyse de ses représentations bédéiques reste encore largement à investir et ce livre collectif ne sera qu’une pierre à un édifice qu’il faudra encore largement enrichir. La ville est un «  objet  » complexe, ou plutôt un complexe d’objets qui ne relèvent pas forcément de l’évidence  : la bande dessinée, justement, en offre, si on accepte de la regarder avec attention, des objets inattendus comme l’incommunication ou un rayon lumineux, par exemple. Ce qui signifie aussi que ce livre porte moins sur la représentation de la ville en bande dessinée qu’il ne s’interroge sur leur relation. Parce que la bande dessinée peut, à sa manière, documenter la ville ou intervenir dans le processus même de sa production. Parce que, lorsqu’elle met en scène la ville, elle ne manque pas de questionner, sur un mode théorique, le statut de la ville dans un récit de bande dessinée  : est-ce un simple décor, ou bien tout autre chose  ? À quoi sert-elle dans la dynamique narrative  ? Quel rôle joue-t-elle  ? Parce que ville et bande dessinée peuvent partager la question de la marge ou de la fenêtre et nouer un dialogue à ce sujet. Il se dégage, dès lors, deux grandes logiques dans ces approches  : l’une qui explore plutôt l’urbain comme un jeu de cadres et l’autre qui explore plutôt les interstices, le presque rien et le décalage.

Parution : De la scène à la pellicule (dir. Rémy Campos, Alain Carou, Aurélien Poidevin)

Rémy Campos, Alain Carou, Aurélien Poidevin (dir.), De la scène à la pellicule. Théâtre, musique et cinéma autour de 1900, L’œil d’or, 2021. 

Au début XXe siècle, le cinéma naissant entretient des rapports étroits avec le spectacle vivant. Les procédés du théâtre, de l’opéra, de la féerie, du ballet ou du café-concert sont alors employés dans les théâtres de prise de vue, ancêtres des plateaux de tournage. Les artistes et techniciens qui construisent les décors, fabriquent les costumes ou réalisent les trucages cinématographiques œuvrent aussi dans les salles de spectacle à Paris et en province. Les metteurs en scène de cinéma ont souvent été régisseurs de théâtres. Devant la caméra, les acteurs reprennent les mêmes gestes expressifs que sous les feux de la rampe. Des histoires identiques sont racontées sur les scènes ou à l’écran. À chaque instant, le cinéma des premiers temps puise dans des traditions scéniques anciennes des ressources nouvelles. 

De la scène à la pellicule documente et interroge la théâtralité du cinéma en France, notamment à partir de productions du Film d’Art, réalisées entre 1908 et 1912. L’ouvrage contient une centaine d’illustrations, de nombreuses sources inédites et deux DVD. Pour trois des 20 films restaurés, l’accompagnement musical originel a été réinterprété, enregistré et synchronisé, permettant pour la première fois de retrouver les conditions de projection d’origine. La musique de L’Assassinat du duc de Guise (Camille Saint-Saëns) est jouée par l’orchestre de la Haute école de musique de Genève dirigé par Laurent Gay, celles de L’Empreinte ou La Main rouge (Fernand Le Borne) et du Retour d’Ulysse (Georges Hüe) sont interprétées au piano par Anne Le Bozec. 

Avec les contributions d’Iris Berbain, Rémy Campos, Alain Carou, Quentin Gailhac, Agnès Hospitalier, Priska Morrissey, Aurélien Poidevin, Valentine Robert, Frédérick Sully, Stéphane Tralongo et des entretiens avec Béatrice de Pastre, Anne Le Bozec, Laurent Gay et Didier Henry. 

2 DVD (pour une durée totale de 4 h 22 m) : L’Assassinat du duc de Guise – L’Empreinte ou La Main rouge – Le Retour d’Ulysse – La Main – Un duel sous Richelieu – L’Enfant prodigue – Mireille – La Tour de Nesle – La Grande Bretèche – Une conquête – Moines et guerriers. Épisode du siège de Saragosse (1808) – Le Luthier de Crémone – Macbeth – Carmen – Lucien Fugère dans Don Juan – Jeanne Hatto dans Iphigénie en Tauride – Émile Cossira dans Roméo et Juliette – La Rançon du bonheur – Manon Lescaut – Œdipe roi.