Archives de catégorie : Parutions

Parution : Aquariorama. Histoire d’un dispositif (Guillaume Le Gall)

Guillaume Le Gall, Aquariorama. Histoire d’un dispositif, Sesto San Giovanni (Italie), Mimèsis, 2022.

Apparu dans les années 1840, l’aquarium offre un accès visuel à un milieu et à des formes en mouvement jusqu’alors inaccessibles. Cette révolution du regard marque une rupture dans l’histoire de la représentation. Mais cet objet technique va rapidement sortir de son cadre expérimental et fournir dans le contexte des expositions universelles des mises en scène spectaculaires et des images luminocinétiques originales.

De ce point de vue, l’aquarium est un objet hybride qui s’enracine dans la culture visuelle et littéraire du XIX e siècle, et au-delà, au point de constituer une forme paradigmatique des dispositifs de vision à travers.

Ce livre propose une archéologie de l’aquarium comme média en replaçant cet objet dans une nouvelle généalogie des dispositifs optiques, depuis le diorama daguerrien jusqu’aux tableaux lumineux de Jeff Wall en passant par le cinéma, la vitrine, la morgue, le théâtre de Loïe Fuller ou l’architecture de la serre.

Parution : Saison. La revue des séries 2022 – 1, n° 3, varia

Saison. La revue des séries, 2022 – 1, n° 3 : Varia, Paris, Classiques Garnier, coll. “Saison. La revue des séries”, 2022

sous la direction d’Emmanuel Taïeb 

Saison est la première revue papier entièrement consacrée aux séries. Son comité de rédaction composé de journalistes, d’essayistes, d’universitaires et de professionnels du secteur audiovisuel (scénaristes, monteurs, réalisateurs), ainsi que de plumes spécialisées, tous grands amateurs de séries, s’en emparent comme matériau filmique et narratif, mais aussi comme phénomène de société inédit. Chaque numéro propose des articles dédiés à des séries très différentes, et des articles plus transversaux, utiles aux sériephiles consacrés ou dilettantes, aux lecteurs avides d’informations et d’analyses, comme aux fans incollables.

Continuer la lecture de Parution : Saison. La revue des séries 2022 – 1, n° 3, varia

Parution : Écrivains et artistes en revue. Circulations des idées et des images dans la presse périodique entre France et Italie (1880-1940) (dir. Alessandra Marangoni, Julien Schuh)

Alessandra Marangoni, Julien Schuh (dir.), Écrivains et artistes en revue. Circulations des idées et des images dans la presse périodique entre France et Italie (1880-1940), Turin, Rosenberg & Sellier, coll. “Biblioteca di studi francesi”, 2022.

Au tournant des XIXe et XXe siècles, les «petites revues» de littérature et d’art ont été de véritables laboratoires d’expérimentation esthétique, mais aussi des lieux de discussion, de débats, d’échanges à une echelle internationale. C’est aussi au sein de ces périodiques, qui circulaient à travers toutes les grandes villes européennes, que se sont tissées et consolidées les relations culturelles entre la France et l’Italie. Leurs collaborateurs, tels Remy de Gourmont, Ricciotto Canudo, Guillaume Apollinaire ou Giovanni Papini, ont oeuvré de concert à l’émergence de réseaux artistiques et littéraires.

Les revues, objets collectifs, hétéroclites, mêlant les genres (poésie, roman, chroniques, critique, beaux-arts) et les médias (texte, illustration, photographie, experimentations typographiques voire musique) sont par nature des lieux de comparaison, de dialogue, de réappropriation, de jonction entre des champs et des espaces culturels différents.

L’étude de ces périodiques permet de dévoiler les mécanismes des échanges culturels internationaux dans l’Europe de la Belle Époque.

Ce volume collectif, issu de deux Journées d’étude à Padoue et à Paris, offre des pistes pour repenser l’histoire des circulations culturelles entre l’Italie et la France au prisme des revues. Continuer la lecture de Parution : Écrivains et artistes en revue. Circulations des idées et des images dans la presse périodique entre France et Italie (1880-1940) (dir. Alessandra Marangoni, Julien Schuh)

Appel à contributions : Screens. Rhetorics of (dis)connection (Université de Milan)

Conference : Screens. Rhetorics of (dis)connection

30th November-2nd December 2022, University of Milan

Deadline for submission of abstracts: 30th June 2022

Given their increased presence in everyday life, screens have sparked new interest and lead to new considerations inside the academia (see M. Carbone, Schermi/Screens 2014). Because of this, media archaeologist Erkki Huhtamo suggested the creation of a new area of study called screenology, focused on screens as “information surfaces” (2006). The history of screens, as Huhtamo himself argues, has always lingered between reality and imagination, the physical and the intangible, the concrete and the theoretical. Therefore, these objects may, after careful examination, be considered intermedial bridges that favour the exchange between cultures, words, voices, faces and images (see ibid.).

Screens as objects have a complex nature as the semantic evolution of the word suggests and, as a matter of fact, the term presents itself as polysemic in a variety of languages. In Italian, for example, the Treccani dictionary lists several meanings: the first, mainly literary, is that of “shield”, to be understood literally and figuratively; a one is that of “device” which prevents something from expanding through space (for example, radiations); and the third is “surface”, on which pictures and words are shown.

Francesco Casetti, a semiologist, has centred his most recent studies around screens and reassures us about the overlap of meanings, arguing that “the idea of a shielding and covering surface adds to that of another surface which allows to sense what is behind it. The latter then embraces representations of new worlds, and can finally contain figures reflecting our personality” (Casetti 2014, our translation). At this point Casetti wonders whether or not all of this may still be called communication (see ibid.). This is, of course, a provocation and it gives birth to our desire to investigate the mechanisms behind these complex (concrete and abstract) objects in various interactional contexts, also linguistic, translatological, didactic, literary, and cultural. Screens create and implicate the presence of a space between all the parties involved, a space that can be enlarged or restricted through the use of different types of rhetoric. While on the one hand, they create protection, impediments, and blockage, on the other, screens also allow the creation of new relations and, at times unprecedented, connections. Continuer la lecture de Appel à contributions : Screens. Rhetorics of (dis)connection (Université de Milan)

Parution : Sociétés & Représentations, n°53, “Histoire & bande dessinée”

Sociétés & Représentations, n°53, “Histoire & bande dessinée”, édité par Sylvain Lesage, Paris, Editions de la Sorbonne, 2022.

La bande dessinée occupe aujourd’hui en France un vaste et florissant secteur des industries culturelles. Segment dynamique du marché du livre, elle affiche une production extrêmement riche et touche des lectorats variés. Entrée de longue date à l’université, enseignée à l’école, la bande dessinée est depuis longtemps sortie des enfers culturels, et aujourd’hui son statut de neuvième art fait figure d’évidence et de lieu commun.

Dans ce statut singulier qu’occupe le neuvième art dans l’espace francophone, l’histoire joue un rôle central, tant la bande dessinée s’est imposée à la fois comme un objet, comme une source et comme une écriture pour les historien·nes. Avec son langage singulier fait de la mise en espace-temps d’images et de textes, elle suppose une approche inédite qui renouvelle les questionnements historiques.

C’est tout l’enjeu de ce numéro que de proposer, outre un état de la recherche en histoire de la bande dessinée, une manière historienne de répondre à ces questions, en cartographiant les domaines de la recherche la plus récente, afin d’opérer un bilan du foisonnement historiographique et d’esquisser des pistes de renouvellement.

Continuer la lecture de Parution : Sociétés & Représentations, n°53, “Histoire & bande dessinée”

Parution: Fantasy Art and Studies, n° 12 (les Têtes Imaginaires, Ed.)

Fantasy Art and Studies, n° 12, “Fantasy Fiction and Fairy Tales / Fantasy et contes de fées”, édité par Les Têtes Imaginaires

Présentation

English below

La Fantasy emprunte régulièrement au personnel du conte et à sa structure, et la théorisation du genre est largement fondée sur l’essai sur le conte de fées de J. R. R. Tolkien. Aussi les auteurs et les chercheurs du 12e numéro de Fantasy Art and Studies explorent les liens profonds qui unissent Fantasy et contes de fées, des prémices du genre dans les contes de Madame d’Aulnoy au XVIIIe siècle jusqu’aux réécritures modernes de Naomi Novik, Gail Carson Levine et les transpositions télévisées des contes de Grimm, en passant par les écrits de George MacDonald au XIXe siècle, et les variations sur l’art du conteur et la transmission des récits. Ce numéro comprend également un nouveau chapitre de la BD de Guillaume Labrude, et est illustré par GaëlleC., Guillaume Labrude, Antoine Pelloux, Princesse Mandragore Art et Véronique Thill. Continuer la lecture de Parution: Fantasy Art and Studies, n° 12 (les Têtes Imaginaires, Ed.)

Réédition: Le Nouvel Adam (Noëlle Roger, Éditions la Baconnière)

Noëlle Roger, Le Nouvel Adam, Préambule de Michel Porret, Éditions la Baconnière, 2022

La redécouverte du roman visionnaire, héritier de Frankenstein, de l’auteure genevoise Noëlle Roger

Contact: Aurélie Schneider, aurelie@editions-baconniere.ch

 

Présentation

Après trente ans de carrière à l’École de Médecine, le brillant docteur Fléchère est toujours en butte à un problème en apparence insoluble : alors que les découvertes scientifiques progressent à une allure effrénée, l’être humain reste désespérément limité par ses capacités biologiques et intellectuelles.

Aussi se met-il à rêver à l’homme du futur, celuidu prochain stade évolutif. Dans un éclair de génie – ou de folie – Fléchère entrevoit la possibilité de provoquer lui-même, par une intervention humaine, cette mutation, afin de précipiter la création d’un nouvel Adam. Au risque de se voir dépasser par cet être supérieur qui voit trop loin, et se révèle rapidement inarrêtable…

Cent ans après Mary Shelley, à l’aube du XXesiècle, Noëlle Roger livrait un roman prométhéen qui résonne avec les problématiques actuelles liées au culte de la science et à l’idéal risqué du transhumanisme.

À propos de l’auteure

Hélène Dufour (1874-1953) fut une journaliste et romancière genevoise, plus connue sous son nom de plume Noëlle Roger. Elle publie une oeuvre abondante et polymorphe tout au long de sa fructueuse carrière, et reçoit différents prix de l’Académie française dont celui de la langue française en 1948.

Michel Porret se tient disponible pour répondre aux questions et aux interviews à propos de l’auteure et du roman.

Parution : Komodo 21, n°18, “Le désir de belle radio aujourd’hui, le documentaire”

Komodo 21, n°18, « Le désir de belle radio aujourd’hui / le documentaire », 2022.

Textes et enregistrements réunis et présentés par Christophe Deleu, Pierre-Marie Héron et Irène Omélianenko

Numéro issu du colloque des 15 et 16 novembre 2021, organisé à Montpellier par Éliane Beaufils (Paris 8), Christophe Deleu (université de Strasbourg, Centre universitaire d’enseignement du journalisme/Sage, et auteur radio), Pierre-Marie Héron (Montpellier 3) et Florence Vinas-Thérond (Montpellier 3), avec le concours d’Irène Omélianenko, documentariste et ex-conseillère de programme pour le documentaire et la création sonore à France Culture, en partenariat avec l’Institut national de l’audiovisuel (INA) et Addor.

Dans un bref et incisif préambule, Irène Omélianenko, qui a connu les conditions à la fois très libres et très protégées de fabrique des documentaires à France Culture dans les vingt dernières années du XXe siècle, s’interroge sur la « forme de bêtise » qui, à côté de nouveaux champs d’expérimentation ouverts par le webdoc ou le son multicanal, accompagne la pression financière et industrielle pesant sur le genre et ses artisans depuis le début des années 2010. À titre d’exemple de comment cela se passait « avant », Marion Chénetier-Alev s’intéresse aux grandes créations camerounaises de José Pivin des années 1970 (Un arbre acajou, Opéra du Cameroun et Le Transcamerounais) et à la manière dont, marginalisant la voix narratrice et le schéma de l’enquête, travaillant sur le pouvoir d’énigme ou d’exotisme des sons, immergeant délibérément l’auditeur dans l’écoute d’événements qui durent (un train qui roule, un arbre qu’on abat…), elles font « valser les codes » du genre pour mieux faire chanter le monde et l’homme. Initiée à l’art d’écrire avec des sons par les émissions de l’Atelier de création radiophonique de France Culture, cultivant aussi depuis les années 1980, pour connaître d’autres façons de faire, des collaborations avec plusieurs radios en Europe, Kaye Mortley s’interroge de son côté sur ce que veulent dire « désir », « beauté », « radio », « documentaire » et ce que le geste de création vient ajouter à une documentation du monde qui la plupart du temps, chez elle, part de presque rien (un détail, une intuition, un « sensation vraie ») pour faire entrer l’auditeur dans un espace-temps à la fois semblable et autre.

Continuer la lecture de Parution : Komodo 21, n°18, “Le désir de belle radio aujourd’hui, le documentaire”

Appel à contributions : Humour graphique en transition(s) (MSH Poitiers)

Journée d’études : Humour graphique en transition(s)

21 octobre 2022, Université de Poitiers

Cette journée d’études fait suite à plusieurs manifestations scientifiques organisées par l’université de Poitiers, à l’occasion desquelles les thèmes de la circulation des modèles artistiques et culturels ou de l’humour en contexte de conflit ou post-conflit, ont été abordés dans une perspective transdisciplinaire. Elle reprendra les thèmes précédents et se propose d’élargir la perspective d’étude.

Il s’agira de traiter du rôle de l’humour dans les périodes de transition démocratique, généralement marquées par la conquête de nouveaux espaces de liberté, tout comme par le maintien d’une censure ou d’une autocensure, ou la volonté de s’ouvrir sur l’extérieur dans le but de s’inspirer et de s’emparer de modèles artistiques étrangers. On pense, par exemple, à l’influence de Charlie Hebdo ou de Punch dans les revues espagnoles Hermano Lobo, Por Favor ou El Papus de la fin du franquisme.

Seront privilégiés les axes suivants :

– la place spécifique de la caricature dans la phase de décomposition des systèmes dictatoriaux, dont les fissures ménagent (parfois) les espaces de liberté et génèrent (souvent) un renouvellement des formes graphiques de l’humour dans un rapport mouvant entre l’interdit, le toléré et le tolérable ;
– les transferts culturels, les échanges, les regards croisés, ainsi que la circulation d’images satiriques, d’une rive à l’autre de l’Atlantique ou d’un pays à l’autre de l’Europe occidentale, à propos de ces régimes dictatoriaux dont l’idéologie était la normalisation idéologique et esthétique de la culture.
– Aires géographiques : Amérique latine + Europe occidentale.

La journée d’étude sera organisée en mode hybride et donnera lieu à une publication postérieure.

Les propositions de communications (en français ou espagnol) sont à adresser avant le 1er juillet 2022 à ludivine.thouverez@univ-poitiers.fr et à joaquin.henri.billard@univ-poitiers.fr.

Parution : Des Compagnons de la Croix-rousse aux Six compagnons. Une série policière pour la jeunesse (1961-1978) (Anne-Marie Mercier-Faivre et François Quet)

Anne-Marie Mercier-Faivre et François Quet, Des Compagnons de la Croix-rousse aux Six compagnons. Une série policière pour la jeunesse (1961-1978), Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, coll. “Études sur le Livre de Jeunesse”, 2022.

La série Les Six Compagnons, inscrite dans le genre du roman policier pour la jeunesse popularisé par les traductions des éditions Hachette (Le Club des Cinq, Alice, etc.) a proposé aux jeunes lecteurs des années 1960 une alternative à ces romans peu ancrés dans le réel. Cet ouvrage analyse le projet de l’auteur, la genèse et les caractéristiques de ce qui a constitué l’une des plus intéressantes séries policières françaises pour les enfants. Située dans son époque, populaire et réaliste, cette série propose un équilibre entre éducation et distraction, stéréotypie et innovation.

Anne-Marie Mercier-Faivre a co-écrit avec Dominique Perrin Métamorphoses en culture d’enfance et d’adolescence. Questions de genre en 2020.