Archives de catégorie : LPCM – chercheurs

Raphaël LUIS (ENS Lyon)

Raphaël Luis est maître de conférences en littérature générale et comparée à l’ENS de Lyon. Il a notamment publié un ouvrage consacré à l’influence de Robert Louis Stevenson sur la littérature latino-américaine (La carte et la fable. Stevenson, modèle d’une nouvelle fiction latino-américaine (Bioy Casares, Borges, Cortázar), Lyon, ENS Éditions, 2018), co-dirigé un ouvrage sur la relation entre football et littérature (Mythologies sportives d’aujourd’hui. Le football et ses langages, avec Jean-Marc Baud et Vincent Bierce, Paris, Hermann, 2021) et un numéro de Recherches & Travaux sur les littératures de genre (Littératures de genre et stratégies littéraires, 2023) avec Hélène Martinelli. Il a également rédigé la préface de L’Île au trésor de R. L. Stevenson pour la collection « Litera » de Gallmeister (2023).

Domaines de recherche

  • Littératures de genre
  • Littérature latino-américaine
  • Théories de la world literature
  • Sport et littérature

Quelques articles liés aux cultures populaires et médiatiques

2024 « Le réalisme magique, un genre mou ? », in Le réalisme magique et ses définitions : mode majeur ou mode mineur ?, s. dir. Pauline Franchini et Vanessa Besand, Paris, Presses Universitaires de la Sorbonne.

2023 « Sports et pop culture : un nouvel espace médiatique pour la fantasy », in Fantasy & médias, s. dir. Anne Besson, Natacha Vas-Deyres et Florent Favard, Chambéry, Éditions ActuSF, 2023, p. 177-198.

2023 « Stratégies identitaires, stratégies d’effacement : le dilemme constitutif des littératures de genre », Recherches & Travaux, n°103. DOI : https://doi.org/10.4000/recherchestravaux.6676

2022 « Vers une théorie alternative des genres romanesques : Stevenson et la “simplicité significative” du roman », in Les genres du roman au xixe siècle s. dir. Émilie Pézard et Valérie Stiénon, Paris, Classiques Garnier, p. 149-162.

2020 « Sandman, récit métamorphe : l’espace du chapitre chez Neil Gaiman », Itinéraires [En ligne]. URL : http://journals.openedition.org/itineraires/7848

2018 « Leçons inversées : Robert Louis Stevenson et la morale ambiguë du roman d’aventures » in La leçon en fiction. XIXe – XXIe siècles, s. dir. Magalie Myoupo et Marion Brun, Paris, Eurédit, p. 77-93.

2017 « “A sound in the wind” : les Fables de R. L. Stevenson, une expérimentation fantastique », Otrante, n°41, « Écosse et Irlande fantastiques », s. dir. Catherine Conan et Camille Manfredi, Paris, Editions Kimé, p. 33-45.

2015 « Ballades de la mer salée : fictions du Pacifique chez Robert Louis Stevenson et Hugo Pratt », Loxias n°48, « Stevenson et la culture polynésienne », s. dir. Odile Gannier et Sylvie Ortega, URL : http://revel.unice.fr/loxias/index.html?id=7949.

2014 « Stevenson face à la tragédie de 1745 : conflit historique et surnaturel dans Le Maître de Ballantrae », Interférences littéraires, n°14, « Le réalisme magique comme stratégie narrative dans la réappropriation des traumatismes historiques », s. dir. Eugène Arva et Hubert Roland, p. 129-143.

L’ensemble de ses publications est consultable sur HAL.

Florian Alix (Sorbonne Université)

Florian Alix est maître de conférences à la Faculté des Lettres de Sorbonne-Université, rattaché au CIEF / CELLF – UMR 8599. Spécialiste en études francophones, il travaille sur les relations entre littérature et savoir au Maghreb, en Afrique subsaharienne et aux Antilles. Il oriente aujourd’hui ses travaux en études de genre. Il s’intéresse également au rap francophone.

Sélection de publications 

  • L’Essai postcolonial. Poétique de l’entreglose, Paris, Karthala, coll. « Lettres du Sud », 2022.
  • Avec Evelyne Lloze et Romuald Fonkoua (dir.), Poésies des francophonies : état des lieux (1960-2020), Paris, Hermann, coll. « Vertige de la langue », 2022.
  • « “Stendhal me connaît pas”. Reconnaissances littéraires et pratiques transmédiales dans le rap français », XXI/XX Reconnaissances littéraires, n°1, 2020, p. 187-207. Ressource en ligne : https://classiques-garnier.com/xxi-xx-2020-1-reconnaissances-litteraires-reconnaissances-stendhal-me-connait-pas.html
  • Avec Lise Gauvin et Romuald Fonkoua (dir.), Penser le roman francophone contemporain, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2020. Open access : https://pum.umontreal.ca/catalogue/penser_le_roman_francophone_contemporain.
  • « Le terroriste et la culture : roman d’espionnage et intertextualité savante chez Wajdi Mouawad, Abdourahman A. Waberi et Dominique Eddé », in Elara Bertho, Catherine Brun et Xavier Garnier (dir.), Figurer le terroriste. La littérature au défi, Paris, Karthala, 2021, p. 231-242.
  • « Césaire au micro d’Edouard Maunick. Topographie d’une œuvre, diffraction d’une parole », dans « L’entretien d’écrivain à la radio », textes réunis par Pierre-Marie Héron et David Martens, Komodo 21, 8/2018, Open access http://komodo21.fr/cesaire-micro-dedouard-maunick-topographie-dune-oeuvre-diffraction-dune-parole/.
  • « Le polar satirique postcolonial », in Bernard de Meyer, Pierre Halen et Sylvère Mbondobari (dir.), Le Polar africain, Metz, Centre de recherche « Écritures » – coll. « Littératures des mondes contemporains – série Afriques », n°8, 2013, pp. 81-104.
  • Avec le collectif Write Back (dir.), Postcolonial Studies : modes d’emploi, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2013.

CV en ligne (HAL)

 

Annabelle Marion (Université de Limoges)

Membre de l’EHIC (Université de Limoges) et membre associée du CERILAC (Université Paris Cité), Annabelle Marion est chercheuse postdoctorale du projet ANR POLARisation (2023-2027), centré sur le récit policier publié en France entre 1945 et 1989. Elle a consacré sa thèse de doctorat à l’étude de la reconstruction de la figure auctoriale de Jean Giono après la Seconde Guerre mondiale.

Ses recherches portent principalement sur la fabrique des représentations littéraires, saisies à différents niveaux qui articulent diversement les logiques individuelles et collectives. D’une part, ses travaux initiés pendant son doctorat se situent dans la lignée des études qui explorent les figurations auctoriales (Amossy, Diaz, Meizoz). D’autre part, ses recherches au sein de l’ANR POLARisation l’ont conduite à se pencher sur les représentations d’un genre, le récit policier. Ses derniers travaux interrogent ainsi la fabrique de la littérature policière à travers l’étude de la revue Mystère-Magazine.

Domaines de recherche 

  • Construction des identités et des représentations littéraires
  • Auctorialité, imaginaires et postures de l’auteur au XXe siècle
  • Fabrique du genre policier
  • Processus de médiatisation, de réception, de légitimation
  • Littérature narrative du XXe siècle, récit policier

Publications

  • Ouvrage

Renaissance de Giono. La reconstruction de l’auteur après la Seconde Guerre mondiale, Paris, Classiques Garnier, « Études de littérature des XXe et XXIe siècles », 2024. Continuer la lecture de Annabelle Marion (Université de Limoges)

Julien Régibeau (Université de Liège)

Julien Régibeau est Maître de conférences et Assistant du Département des sciences historiques de l’Université de Liège.

Lauréat d’une bourse de recherche Jean Jacobs du Collegio dei Fiaminghi, auprès de L’Università degli Studi de Bologne en 2011-2012, il obtient une bourse Sciences-humaines de l’ULiège entre 2012 et 2013 puis un mandat d’aspirant FRS-FNRS entre 2013 et 2017. Docteur en histoire, histoire de l’art et archéologie depuis 2019, il est membre de Transitions – Unité de recherches sur le Moyen Âge & la première modernité de l’Université de Liège. Il fait en outre partie du comité du groupe de contact FNRS ModerNum (réseau des modernistes francophones de Belgique), dont il est un membre actif depuis sa création en 2015. Lauréat d’une bourse d’Excellence WBI.WORLD (2021-2023) et d’une bourse de la Fondation Lambert Darchis (2022-2023), il a mené une recherche postdoctorale à Rome tout en assumant une charge d’enseignement à l’Université de Liège.

Son activité scientifique s’inscrit tout d’abord dans les champs de l’histoire politique et religieuse de l’Europe, au cours de la première modernité. A travers une approche culturelle de la diplomatie et de la paix ainsi qu¿une attention particulière portée à l’institution pontificale, il s’intéresse aux pratiques, aux discours, aux crises et aux accommodements qui régissent les rapports multilatéraux entre les pouvoirs occidentaux. Après avoir consacré ses recherches aux relations tant politiques qu’ecclésiastiques entre les Pays-Bas méridionaux, la péninsule ibérique et la curie romaine, dans la seconde moitié du XVIe siècle, il a étudié la reconfiguration de la culture diplomatique de la papauté lors du congrès de Westphalie (milieu XVIIe siècle). En 2019, il a soutenu une thèse intitulée « Faire face à l’incertitude du monde. Pratiques diplomatiques et identité politique du Saint-Siège à l’épreuve des paix de Westphalie (1639-1651) ». Les recherches qu’il a réalisé à Rome, auprès du Dipartimento di Storia Antropologia Religioni Arte Spettacolo de La Sapienza, portent sur les échanges interconfessionnels entre la machine diplomatique pontificale et les pouvoirs protestants.

Parallèlement, il s’intéresse dans ses enseignements et ses recherches au rôle social de l’historien, à l’épistémologie de l’histoire, à l’histoire publique et à la médiation des savoirs. Il a notamment travaillé sur les débats qui ont suivi la publication de l’History Manifesto ainsi que sur la parole des historiens sommés de prendre position face aux déboulonnages de statues d’esclavagistes et de colonialistes. Ces réflexions sont poursuivies sur le terrain de la Digital history, à la croisée de l’étude des représentations populaires du passé et des Games studies. Il mène actuellement des recherches consacrées aux discours sur l’époque moderne véhiculés par le Live game streaming.

Domaines de recherche

  • Histoire des temps modernes
  • Histoire politique
  • Histoire des religions
  • Histoire culturelle
  • Histoire sociale
  • Historiographie
  • Politique internationale
  • Représentations diplomatiques et consulaires
  • Communication politique
  • Communication et médiation
  • Religions chrétiennes

Fiche annuaire sur le site de l’Université de Liège

Publications et communications

Philippe Roussin (EHESS)

Directeur de recherche émérite au CNRS est membre du Centre de recherche sur les arts et le langage (UMR CNRS/EHESS)

Philippe Roussin enseigne avec Sabina Loriga, Directrice d’études EHESS, le séminaire Temps historique et chronotope littéraire dans le cadre de la mention Histoire du master en sciences sociales de l’EHESS et est l’un des organisateurs du séminaire collectif Narratologies contemporaines de la spécialité «Théorie littéraire » du master Lettres de l’E.N.S. Il a été en poste à la Maison française d’Oxford ( 2012-2016) et Visiting Professor in French Studies, Wadham College ( 2012-2016). Entre 2017 et 2022, il a coordonné le GDRI (CNRS) Literature and Democraty : Theoretical , Historical and Comparative Approaches (XXIth-XXst centuries), qui a réuni une soixantaine de chercheurs d’une dizaine d’équipes en Espagne, aux Etats-Unis, en France, au Japon, au Royaume-Uni, à Taiwan et en Tunisie et qui a donné lieu à une série de publications en français, espagnol et anglais référencées infra. Il est membre du comité de rédaction de la revue Communications. Projet de recherche actuel : la littérature entre patrimoine et contemporain.

PUBLICATIONS

Ouvrages

  • 2005, Misère de la littérature, terreur de l’histoire. Céline et la littérature contemporaine, Paris, Gallimard, collection NRF-ESSAIS, 754 pages

Direction ou co-direction d’ouvrages et de numéros de revue

  • 2024 (printemps, à paraître) : « Liberté pour les sciences sociales », Communications, n° 114, Paris, éditions du Seuil, dirigé par Nicole Lapierre, Evelyne Ribert et Philippe Roussin.
  • 2022 Literature, Democracy and Transitional Justice.Comparative World Perspectives ❖ Edited by Mohamed-Salah Omri and Philippe Roussin, Transcript 19, Legenda, Oxford, 268 pages.
  • 2020 « Post-censures » Communications, n° 106, Paris, éditions du Seuil, dirigé par Catherine Brun et Philippe Roussin, 221 pages.
  • 2019, Escribir la democracia. Literatura y transiciones democráticas (siglos XX- XXI), sous la direction de Anne-Laure Bonvalot, Agnès Delage, Anne-Laure Rebreyend, et Philippe Roussin, Madrid Presses de la Casa de Velázquez, 308 pages.
  • 2018 «Le formalisme russe. Cent ans après», Communications, n° 103, Paris, éditions du Seuil, dirigé par Catherine Depretto, John Pier et Philippe Roussin , 285 pages.
  • 2017, Emerging Vectors of Narratology, Ed by Hansen Per Krogh/ Pier John/ Roussin Philippe/ Schmid, Wolf Series Narratologia 57, de Gruyter, Berlin, 628 pages
  • 2016, « Démocratie et Littérature. Expériences quotidiennes, espaces publics, régimes politiques », Communications, n° 99, Paris, éditions du Seuil, dirigé par Philippe Roussin et Sebastian Veg, 218 pages.
  • 2016, Céline à l’épreuve. Réceptions, critiques, influences (1961-2011), sous la direction de Philippe Roussin, Alain Schaffner et Régis Tettamanzi, Paris, Honoré Champion, 347 pages
  • 2013, Philosophy. Sign. Narrative, Hsueh-i Chen, Jieh- Hua Chen, Cristal Huang, Kyoto Lee, John Pier & Philippe Roussin, Bookmans Books Ltd, Taipei, Taïwan, 210 pages
  • 2013, The Third ENN Conference, Emerging Vectors of Narratology: Toward Consolidation or Diversification ?, John Pier et Philippe Roussin, Paris, March 29 and 30 2013, 114 pages
  • 2012, Ecritures de l’histoire, Ecritures de la fiction, sous la direction de John Pier et Philippe Roussin, on line publication, http://narratologie.ehess.fr/
  • 2012, Marc Pataut, Humaine, J.-F. Chevrier, V. Naoum-Grappe, Ph Roussin et Pia Viewing, CRP/ Le Point du jour, 2012, 160 pages
  • 2011, Réévaluer l’art moderne et les avant-gardes, sous la direction de Esteban Buch, Denys Riout et Philippe Roussin, Paris,éditions de l’EHESS, 244 pages
  • 2009, La Bibliothèque de la Pléiade. Travail éditorial et valeur littéraire, J. Gleize et Ph Roussin (dirs), Paris, Editions des archives contemporaines, 197 pages
  • 2006, « Des faits et des gestes. Le Parti pris du document 2 », Communications, n° 79, Paris, Éditions du Seuil, juin, sous la direction de J.-F. Chevrier et Ph. Roussin, 368 pages
  • 2001, Partages de la littérature, partages de la fiction, études réunies par J. Bessière et Ph. Roussin, Genève/Paris, HonoréChampion, 220 pages
  • 2001, «Le Parti pris du document. Littérature, photographie, cinéma, architecture au XXe siècle », Communications, n° 71, Paris, éditions du Seuil, septembre, numéro dirigé par J.- F. Chevrier et Ph. Roussin, 462 pages
  • 1998, « La Contagion », Communications, n° 66, Paris, éditions du Seuil, sous la direction de J. Cheyronnaud, Philippe Roussin et G. Vigarello, 192 pages
  • 1998, Critique et affaires de blasphème à l’époque des Lumières, textes réunis par Ph. Roussin, Paris/Genève, Honoré Champion, 270 pages
  • 1994, Céline, USA, South Atlantic Quaterly, Durham, Duke University Press, A. Kaplan and Ph. Roussin special issue editors, 93:2, 345 pages
  • 1993 Cinquante ans d’exercice de la médecine en France, Carrières et pratiques des médecins français 1930-1980, C. Herzlich, M. Bungener, G. Paicheler, Ph. Roussin et M.- C. Zuber, Paris, éditions INSERM/ Doin, 274 pages 

Continuer la lecture de Philippe Roussin (EHESS)

Michel Poupin (ESPE)

Statut : PRAG Sciences sociales à l’ESPE – à la retraite

Chercheur associé au groupe de recherches sur les Littératures Populaires et les Cultures Médiatiques, UR 13334 EHIC de l’Université de Limoges. (Espaces humains et interactions culturelles (EHIC), axe 3)

Thématique de recherche : Théâtre amateur

Terrain de recherche : Ouest de la France plus particulièrement

Projets :

Mathilde Gourrat (Université de Lorraine)

Doctorante à l’Université de Lorraine (CREM)
 
Formation 
 

Depuis 2021 Préparation d’une thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication à l’Université de Lorraine

  • Préparation d’une thèse au CREM (Université de Lorraine) au sein de l’équipe Pixel et sous la direction de Sébastien Genvo (Université de Lorraine) et d’Anne Besson (Université d’Artois)

2020-2021 Quatrième année à l’École Normale Supérieure (en vue de la validation du DENS)

  • Préparation d’un projet de thèse, orienté narratologie et ludologie
  • Responsable du narrative design dans un projet de création collective de jeu- vidéo
  • Participation à l’atelier de traduction d’Agnès Derail du texte de Frederik Douglass The Heroic Slave
  • Participation à l’atelier d’écriture scénaristique d’Elise Girard puis d’Alissa Wentz
  • Création d’une médiation culturelle au MNAAG dans le cadre du séminaire « L’art à l’oeuvre »

2019-2020 Troisième année à l’École Normale Supérieure (pour la préparation à l’agrégation de lettres modernes)

  • Admise à l’agrégation externe de lettres modernes, rang 57

2018-2019 Deuxième année à l’École Normale Supérieure (en vue de la validation du DENS)

  • Participation et validation d’un atelier d’écriture scénaristique avec Alissa Wenz
  • Participation et validation d’un cours de creative writing avec Peter Behrman de Sinéty

2018-2019 M2 de Littératures Comparées à l’Université Paris-Sorbonne, sous la direction de M. Simon Bréan

Claire Barel-Moisan (CNRS, ENS Lyon)

Claire Barel-Moisan est chercheuse au CNRS (dans l’UMR IHRIM, à l’École Normale Supérieure de Lyon). Elle a enseigné la littérature française dans les universités Lyon 2, Sorbonne Nouvelle, à l’ENS-Lyon et actuellement à Hamilton College (Paris). Spécialiste de la poétique romanesque balzacienne, elle a publié des travaux sur la littérature romanesque française du XIXe siècle (en particulier sur Balzac, Sand et Flaubert).

Ses recherches portent notamment sur les relations entre sciences et littérature dans le roman français des XIXeet XXe siècles ainsi que dans la presse et les ouvrages de vulgarisation. Elle a dirigé le programme ANR Anticipation, sur le roman d’anticipation scientifique entre 1860 et 1940. Ce programme analyse un corpus de 2000 romans d’anticipation, en combinant différentes approches critiques : histoire littéraire, histoire des sciences, poétique, sociologie de la littérature et humanités numériques. Elle a été commissaire de deux expositions : Electromania, présentée à Lyon en 2016, et L’Astronomie entre rêve et calcul, de Galilée à l’exploration spatiale, organisée en association avec l’Observatoire de Lyon en 2018.

Publications récentes

  • Le XIXe siècle face au futur. Penser, représenter, rêver l’avenir au XIXe siècle, Claire Barel-Moisan, Aude Déruelle et José-Luis Diaz (dir.), 2018. http://serd.hypotheses.org/le-xixe-siecle-au-futur
  • Le roman des possibles. L’anticipation dans l’espace médiatique francophone (1860-1940), Claire Barel-Moisan et Jean-François Chassay (dir.), Presses Universitaires de Montréal, 2019.
  • Albert Robida. De la satire à l’anticipation, Claire Barel-Moisan et Matthieu Letourneux (dir.), Les Impressions nouvelles, 2022.
  • Les Temps de l’anticipation, Claire Barel-Moisan et Matthieu Letourneux (dir.), revue Belphégor, 2023. https://journals.openedition.org/belphegor/5085 

Hélène Veilhan (Université Clermont Auvergne)

Conservatrice des bibliothèques. Université Clermont Auvergne. Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand

Hélène Veilhan est responsable du centre de documentation de la Maison des Sciences de l’Homme de Clermont-Ferrand depuis 2017.  Elle coordonne les projets autour de la Collection Bastaire.  (projet CollEx-Persée Itinéraires de la Collection Bastaire et Les Carnets Jean Bastaire).

La Collection Bastaire est riche d’environ 8000 ouvrages et autant de journaux et revues illustrées publiés en France entre 1850 et 1940, en plein âge d’or du roman populaire. Elle est accompagnée d’un ensemble d’archives qui regroupent notamment les archives d’enfance de Jean Bastaire ainsi que ses archives de collectionneur et ses archives personnelles d’écrivain et de publiciste.

Lucas Friche (Université de Lorraine, Université de Liège)

Lucas Friche est doctorant en sciences de l’information et de la communication au sein de l’Université de Lorraine, au laboratoire du CREM, dans l’équipe PIXEL, et de l’Expressive Game Lab, et en cotutelle avec l’Université de Liège, au sein du laboratoire LGL (Liège Game Lab).
Sa recherche porte sur la question du territoire et de la territorialisation dans les jeux vidéo, par le biais d’une analyse de contenu diachronique comparée d’une licence de jeu japonaise : Monster Hunter. Ses travaux portent ainsi sur l’étude des espaces intradiégétiques des jeux, et sur la manière dont ces derniers offrent une appropriation spatiale à ses joueur·euses. Il s’intéresse ainsi notamment à l’analyse des interfaces de carte au sein des jeux vidéo, perspective par laquelle il avait entamé son travail de recherche en 2020 en réalisant un mémoire de recherche sur l’analyse des interfaces de carte de la licence The Elder Scrolls.
En couplant une approche communicationnelle interdisciplinaire mêlant information et communication, géographie, cartographie et lettres, ses travaux illustrent les différentes manières dont les joueur·euses peuvent s’approprier et territorialiser les espaces au sein des jeux – et ce que le discours de la territorialisation et l’appropriation spatiale exprime au sein de l’industrie globalisée du jeu vidéo.

En dehors de cela, il est également un des organisateurs du séminaire international Input Poke Saveconsacré à l’analyse des plateformes du jeu, et membre actif du PangPangClub, collectif de créateuricexs d’artefacts ludiques.

CV en ligne