Archives de catégorie : LPCM – chercheurs

Arielle Nganso (Université de Limoges)

Arielle NGANSO est actuellement Attachée temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) à l’université de Limoges. Elle y prépare également une thèse portant sur les circulations musicales entre la France, l’Afrique centrale et les États-Unis sous la direction de Loic Artiaga et de Till Kuhnle. Elle est membre du laboratoire EHIC (Espaces humains et interactions culturelles) de l’Université de Limoges et fait partie du réseau de chercheurs du projet Transatlantic Cultures qui vise à la réalisation d’un Dictionnaire d’histoire culturelle transatlantique : une encyclopédie numérique éditée en ligne et en quatre langues (anglais, français, portugais, espagnol), destinée à analyser les dynamiques circulatoires dans l’espace atlantique et à comprendre le rôle de ce dernier dans le processus de mondialisation contemporain. Ses principaux champs de recherches portent sur les transferts culturels, l’histoire culturelle de l’Afrique centrale contemporaine, les postcolonial studies, la Francophonie, le patrimoine immatériel africain, la production et la diffusion des musiques urbaines africaines en France, l’identité. Continuer la lecture de Arielle Nganso (Université de Limoges)

Émilie Guyard (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Emilie GUYARD a poursuivi ses études à l’Université de Bourgogne dans laquelle elle a obtenu une Agrégation externe d’Espagnol en 1999 puis un doctorat d’Etudes Hispaniques en 2002. Elle est actuellement Maître de Conférences à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Après avoir travaillé sur le genre fantastique et plus particulièrement sur l’œuvre l’écrivain galicien Gonzalo Torrente Ballester auquel elle a consacré plusieurs publications (dont Le fantastique dans l’œuvre romanesque de Gonzalo Torrente Ballester (1972-1987), Vigo, Editorial Academia del hispanismo, 2007, ou Formas de lo fantástico en la literatura de Gonzalo Torrente Ballester, La Tabla Redonda, n°12, 2014), elle oriente désormais ses recherches vers le genre policier. Après avoir publié plusieurs articles et coordonné plusieurs ouvrages autour du genre policier espagnol        (L’imaginaire social dans le roman noir espagnol et portugais du XXIe siècle, Binges, Éditions Orbis Tertius (Collection Universitas), 2017, ou encore Roman Noir: espaces urbains et grands espaces, Líneas), elle a obtenu le grade de l’Habilitation à Diriger des Recherches en décembre 2018 grâce à un étude inédite intitulée Carlos Salem : le polar déjanté ou la quête du sens.

CV en ligne

Isabelle Marc (Université Complutense de Madrid, Espagne)

Isabelle Marc est maîtresse de conférences en Études françaises, habilitée à diriger des recherches, à l’Université Complutense de Madrid, où elle enseigne la culture française contemporaine et la traduction littéraire.

Elle travaille sur les musiques populaires et la littérature middlebrow en France et en Europe, notamment sur les questions liées à la construction des identités (nationales, de genre…) et aux rapports entre l’esthétique populaire et élevée. Elle s’intéresse aussi aux phénomènes transcuturels et à la diplomatie culturelle et musicale.

Elle dirige la revue Thélème. Revista Complutense de Estudios Franceses. Elle est membre de l’IASPM et co-dirige l’European Popular Musics Research Group à l’Université de Leeds.  

CV complet :

https://www.ucm.es/admin/?pg=133541#

https://ucm.academia.edu/IsabelleMarc

ORCID number: https://orcid.org/0000-0002-2393-5891 Continuer la lecture de Isabelle Marc (Université Complutense de Madrid, Espagne)

Delphine Chedaleux (Université de Lausanne, Suisse)

Je m’appelle Delphine Chedaleux, je suis post-doctorante à l’Université de Lausanne (Section d’histoire et esthétique du cinéma) et mon travail consiste à analyser le rôle des cultures populaires et médiatiques (fictions sentimentales, cinéma mainstream, presse féminine, réseaux socionumériques) dans les processus de construction et de négociation des rapports et des identités de genre (mais aussi de classe, d’âge et de sexualité). Mon travail est résolument interdisciplinaire et mobilise un large corpus de sources et de données principalement interrogées sous l’angle des épistémologies féministes et des Cultural Studies.

J’ai soutenu en 2011 une thèse consacrée à la représentation du genre et de la jeunesse dans la culture cinématographique de la France occupée. J’ai publié en 2016 une version remaniée de ce travail aux Presses Universitaires de Bordeaux.

Mes recherches actuelles portent principalement sur :

Carnet : L’objectif de ce carnet est de présenter ces différentes recherches mais aussi de partager mes questionnements théoriques et méthodologiques, mes impressions de lecture, etc. Réagissez et commentez à votre guise!

Page institutionnelle

Page Academia

Florent Favard (Université de Lorraine)

Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication à l’IECA de Nancy, Florent Favard se spécialise dans la théorie et la pratique du cinéma, de l’audiovisuel et du transmédia, et plus spécifiquement sur la complexité narrative des séries télévisées contemporaines. Il travaille sur les genres de l’imaginaire dans une perspective narratologique contextualiste et transmédiale, et a notamment publié Écrire une série TV aux PUFR (2019) et Le récit dans les séries de science-fiction chez Armand Colin (2018).

Domaines de recherche

  • Complexité narrative des séries télévisées
  • Mondes fictionnels en régime sériel
  • Genres de l’imaginaire dans l’audiovisuel
  • Narratologie transmédiale

Site personnel : http://florentfavard.com/

Clémentine Hougue (Le Mans Université)


Docteure en Littératures Comparées (10e section)
  • Membre associée du 3L.AM (Langues, Littératures, Linguistique des universités d’Angers et du Mans, EA 4335, Le Mans Université)
  • Docteure associée du CERC (Centre d’Études et de Recherches Comparatistes, EA 172, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3)
Domaines de recherche

Histoire littéraire, études culturelles, science-fiction post-apocalyptique (littérature, cinéma, séries télévisées), littératures expérimentales (collage, montage) Continuer la lecture de Clémentine Hougue (Le Mans Université)

Marie Gaboriaud (Université de Gênes, Italie)

Marie Gaboriaud est agrégée de Lettres Modernes et docteure en littérature des Universités de Paris-Sorbonne, Bonn et Florence (co-diplomation). Elle et actuellement lectrice d’échange à l’Université de Gênes (recherche postdoctorale et enseignement), où elle est également chargée de coopération universitaire pour l’Institut français en Italie.

Sa thèse, menée sous la direction de Didier Alexandre, Michela Landi et Paul Geyer, a été publiée en 2017 sous le titre Une vie de gloire et de souffrance. Le mythe de Beethoven sous la Troisième République. Elle interroge la construction d’un mythe culturel dans l’imaginaire collectif, à travers un corpus musicographique constitué de romans, pièces de théâtre, presse musicale, biographies, littérature de vulgarisation, littérature jeunesse, etc. 

Elle travaille aujourd’hui sur la presse et les biographies musicales, les collections éditoriales de vulgarisation artistique, et plus largement sur la construction des canons culturels dans des corpus “délégitimés”.

Elle coordonne depuis 2018 la rubrique musicale du Magasin du XIXe siècle, dirigé par José-Luis Diaz, ainsi que le site d’informations en études franco-italiennes EFMR, et le carnet Hypothèses lié à ce projet.  Continuer la lecture de Marie Gaboriaud (Université de Gênes, Italie)

VANESSA PORTUT

DIRECTRICE DE BIBLIOTHEQUE, VILLE DE JOINVILLE-LE-PONT (94)

Responsable de ressources documentaires (archives, bibliothèque, documentation) confirmée

Bibliothécaire et lectrice dans ma prime jeunesse de Guy des Cars ou Harlequin, j’ai été confrontée très tôt aux questions de Bonne littérature vs Mauvaise littérature (au collège !), ce qui m’a conduit à rédiger, en 2001, sous la direction de M. Michel Rolland, un TER portant sur « Évolution du roman sentimental contemporain : diversité et spécificité des collections chez Harlequin » (mention TB) à l’Université de Cergy-Pontoise.
Depuis je continue à m’intéresser à la littérature sentimentale et à son « évolution/transformation ». J’ai rédigé en 2017 un article pour le e-dossier numérique dédié à la Romance et animé tout récemment un stage sur la New Romance pour des bibliothécaires (BDP Pyrénées-Atlantiques). Continuer la lecture de VANESSA PORTUT

Lucie Amir (Université de Limoges)

Ancienne élève de l’ENS de Lyon, Lucie Amir est doctorante contractuelle à l’Université de Limoges (ED Humanités, Laboratoire EHIC – EA1087). Elle prépare, sous la direction de Jacques Migozzi et de Natacha Levet, une thèse en littérature française sur les politiques du polar français de l’extrême-contemporain (2000-2018). Elle est, au titre de ses recherches et de son rattachement à l’Université de Limoges, membre du programme européen H2020 DETECt (2018 – 2021), qui rassemble douze universités européennes dans un projet de recherche portant sur les fictions criminelles européennes de 1989 à aujourd’hui.

CV en ligne

Recherche doctorale : Politiques des genres noirs contemporains : le sous-champ du polar français face à l’engagement (2000-2018).

Cette recherche veut explorer les rapports qu’entretient le polar français de l’extrême-contemporain avec la question de l’engagement littéraire, et veut faire l’état d’un sous-champ littéraire fortement polarisé par la question politique. Les genres noirs sont peu considérés dans les études théoriques et critiques sur l’engagement littéraire et sur le « retour au réel » (Viart 2008) contemporain de la littérature. Pourtant, l’espace générique et socio-économique que recouvre le terme « polar », et qui rassemble tous les héritiers des fictions criminelles françaises (roman noir, thriller, etc.) est aujourd’hui encore fortement tributaire du patronage de la littérature politisée des écrivains du néo-polar et de la « génération Poulpe », qui comptaient une majorité d’ex-militants issus de la gauche post-soixante-huitarde (Collovald et Neveu, 2001). Cette association entre roman noir et engagement politique est restée un leitmotiv des discours contemporains sur le genre. Décrit dans la presse comme une « littérature de décryptage », ou comme une « littérature de rebelles », le polar est spontanément appréhendé comme un genre contestataire, a minima ancré dans le réel et engagé dans la dénonciation des dysfonctionnements sociaux. Néanmoins, à la faveur d’un renouvellement éditorial amorcé au milieu des années 2000, on observe depuis lors une tension dans les pratiques qui incarnent le genre, entre une assignation persistante à porter des enjeux politiques et un retrait patent d’une partie des acteurs de la production contemporaine. Il s’agit de saisir ces inflexions, d’interroger la manière dont les écrivains français de polar envisagent aujourd’hui leur rôle, et celui de leur littérature, dans le monde social, de comprendre comment l’espace français du polar se reconfigure autour de cette question, celle de la définition d’un genre (de sa politique). L’étude s’attache en priorité aux politiques littéraires telles qu’elles s’expriment dans les discours des écrivains. Elle s’appuie sur l’analyse d’entretiens critiques et d’entretiens de recherche d’une part, d’un corpus romanesque significatif d’autre part, incluant les écrivains et les romans les plus reconnus par l’espace du polar depuis le début du siècle (parmi lesquels Fred Vargas, Caryl Férey, Franck Thilliez, Michel Bussi, Hervé Le Corre, Dominique Manotti, Pierre Lemaître, Nicolas Mathieu ou DOA).

Fantasy, Retour aux sources : ouverture du site internet, conférence d’Anne Besson

FANTASY, RETOUR AUX SOURCES – « ANTHOLOGIE » D’UN GENRE LITTÉRAIRE : ORIGINE, INFLUENCE ET RÉCEPTION DE LA FANTASY

16 jan. 2020, 18h30-20h
BnF François-Mitterrand
Petit auditorium

En donnant la parole à la fois aux experts et aux créateurs, ce cycle de conférences permet de retracer l’histoire et les sources littéraires de la fantasy, ainsi que ses métamorphoses multiples dans le domaine du jeu vidéo ou du cinéma.

À l’occasion de l’ouverture du site web Fantasy, retour aux sources, cette conférence présente le genre depuis ses origines au XIXe siècle et ses sources dans les mythes et le folklore jusqu’aux évolutions de sa réception contemporaine.

Par Anne Besson, professeure en littérature comparée, UFR Lettres et Arts, université d’Artois

Continuer la lecture de Fantasy, Retour aux sources : ouverture du site internet, conférence d’Anne Besson