Archives de catégorie : LPCM – chercheurs

SaraH GHELAM (Université Paris-Nanterre)

Formation universitaire

2019 – 2021 Master Sciences Humaines et Sociales Métiers de l’Edition – Parcours Edition.
2016 – 2019 Licence Lettres Edition Média Audiovisuel – Erasmus à Charles University, Prague.

Travaux de recherche

2020 Mémoire : La représentation de personnages enfantins non blancs dans les albums publiés entre 2010 et 2020 en France.
2019 Mémoire : L’énonciation éditoriale des maisons d’édition jeunesse à portée féministe.

Articles publiés dans des revues

Véronique Francis, Sarah Ghelam. «Les représentations de l’enfant noir dans la littérature jeunesse : quelles évolutions ?». Revue NVL n°229, 2021.
(à paraître) «Les albums qui questionnent le genre». Revue NVL n°230, 2021.

Fonctions institutionnelles et associatives

2019 – 2021 Membre du collectif de chercheuse Les Jaseuses.

  • Publication d’articles sur le carnet du collectif,
  • Mise en place d’une formation égalite filles-garçons,
  • Participation à l’organisation du colloque « Constellations créatrices : héritages et réseaux féminins / queer ».

2017 – 2020 Membre du bureau de l’association féministe de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université.

  • Gestion, communication interne et externe
  • Organisation du mois féministe (conférences, journées d’étude, ateliers, etc.) en collaboration avec les différentes associations de Sorbonne Université,
  • Mise en place de distributeurs de protections menstruelles sur les centres Sorbonne Université.

Carnet de recherche

Maël Rannou (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

Après des études de philosophie et d’édition, Maël Rannou a obtenu une licence professionnelle en métiers bibliothèque à l’IUT Paris Descartes, puis un Master 1 en lettres modernes spécialisé en littérature jeunesse et un master 2 d’Histoire, tous deux à l’Université du Maine.

Ses mémoires ont porté sur la classification des bandes dessinées en bibliothèques municipales, la transmission de l’idéologie communiste dans les bandes dessinées de Pif Gadget et la naissance du fanzinat de bande dessinée en France.

Bibliothécaire en exercice, il a réalisé son début de carrière dans les bibliothèques de Laval, dont il a pris la direction en 2021.

Depuis septembre 2020, il est doctorant en Sciences de l’information et de la communication au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines/Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Sa thèse porte sur la bande dessinée québécoise et ses circulations dans et avec l’espace francophone européen. Elle est codirigée par Françoise Hache-Bissette (Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines/Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) et Sylvain Lemay (École Multidisciplinaire de l’image/Université du Québec en Outaouais). Parallèlement, il enseigne ponctuellement dans des formations en métiers du livre (UCO Laval, IUT de Paris, CNFPT-Médiadix, EESI, etc.). 

Continuer la lecture de Maël Rannou (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)

Marc Vervel (Université de Paris)

Marc Vervel est PRAG à l’Université de Paris. 

Domaines de recherche
Littérature XIXe-XXIe, avec une prédilection pour le tournant XIXe-XXe ; récit médiatique, récit policier, récit fantastique, le mystère en littérature, la distinction genres hauts-genres bas, tension narrative, immersion narrative. Littérature française et comparée (littératures française et francophone, anglo-saxonne, hispanique et hispanophone, germanique), rapports texte-image, texte-cinéma, littérature et internet.

CV et publications

Gaëlle Kovaliv (Université de Lausanne)

Diplômée en en français moderne et en sciences du langage à l’Université de Lausanne, Gaëlle Kovaliv étudie les conditions de production et de réception des œuvres de bande dessinées nativement numériques francophones. Sa thèse, entre sociologie et lettres, se concentre ainsi sur six axes de recherche : l’identité de ce nouveau médium, les conséquences de la disparition du filtre éditorial – notamment dans une perspective de genrée –, la place du lectorat, l’économie et le financement, le rôle des éditeurs papier et une comparaison internationale des formes de création et de diffusion. Cette recherche est principalement basée sur des entretiens menés auprès de créateurs et créatrices et par des témoignages provenant du monde professionnel de l’édition.

Dans le cadre du projet, Gaëlle Kovaliv a déjà co-rédigé plusieurs articles. Un glossaire bilingue des unités significatives de la bande dessinée avec Olivier Stucky, une étude de la forme des tables des matières des bandes dessinées numériques avec Anaïs Goumand et un article sur le genre, les media studies et la bande dessinée avec Léonore Porchet. Elle a également participé, avec Raphaël Baroni et Olivier Stucky, à la rédaction d’un article de synthèse sur les obstacles qui s’opposent à l’émergence de supports de publication numériques dans le contexte de la bande dessinée européenne et francophone. Elle a aussi réalisé plusieurs bases de données visant à recenser les bandes dessinées nativement numériques francophones ainsi que les créateurs et créatrices actifs et actives dans de domaine.

Par ailleurs, Gaëlle Kovaliv est actuellement membre du comité éditorial de la revue Comicalités, du Réseau des Narratologues Francophones (RéNaF) et du Pôle de Narratologie Transmédiale (NaTrans). Elle est également coresponsable bénévole des conférences et animations du festival de bandes dessinées BDFIL et membre du comité d’édition de la revue Archipel.

Publications

Olivier Stucky (Université de Lausanne)

Doctorant Fonds National Suisse

École de Français Langue Étrangère, Université de Lausanne

Projet FNS : Reconfigurer la bande dessinée à l’ère du numérique
(2019 – 2023)

Mots clés : 
Histoire de la bande dessinée
Narratologie
Théorie de la bande dessinée

Coordonnées

Recherches

Publications

Marion Brachet (EHESS)

marion.brachet@ehess.fr

Marion Brachet (Dax, 1996) est doctorante en musicologie à l’EHESS – École des Hautes Études en Sciences Sociales (Paris, France) et à l’Université Laval (Québec, Canada). Elle a travaillé de 2019 à 2021 comme chargée d’enseignement à l’EHESS dans le master Arts, Littératures, Langages. Après avoir soutenu en 2018 un mémoire de master sur les récits dans le rock progressif, elle travaille maintenant à une thèse de doctorat portant sur les récits des musiques rock et folk des années 1960 à 1980. Elle cherche à comprendre ce que racontent respectivement les chansons rock et folk, comment les récits y sont mis en musique, mais aussi comment ils sont perçus par les auditeurs et dans quelle mesure ils participent à la définition des traditions rock et folk.

Doctorante en cotutelle : EHESS, ED 286, mention « Musique, histoire, société »

Université Laval (Québec, Canada), département de Musicologie

Directeurs de thèse : Esteban Buch (EHESS) et Serge Lacasse (ULaval)

Sujet de thèse : La narrativité dans les musiques populaires : enjeux génériques et politiques des musiques rock et folk des années 1960 aux années 1980

Centres de recherche : CRAL (EHESS) / OICRM-ULaval

Mémoire de master : « Les récits dans le rock progressif. Approches croisées en narratologie et musicologie », sous la direction de Marc Chemillier. Master Arts et Langages, EHESS, soutenu en 2018. https://www.academia.edu/39159191/Les_r%C3%A9cits_dans_le_rock_progressif_Approches_crois%C3%A9es_en_narratologie_et_musicologie

Continuer la lecture de Marion Brachet (EHESS)

colloque : la ville dans les fictions climatiques

La ville dans les fictions climatiques

5-6 mai 2021

En ligne.  Inscriptions : sami@ecoloinfo.com

Organisé par Irène Langlet et Nadège Pérelle, LISAA, Université Gustave Eiffel.

Ce colloque prend place dans le programme PARVIS de l’I-Site FUTURE consacré aux imaginaires urbains futuristes. Il propose de les observer au sein d’un corpus spécifique, les fictions climatiques, en les articulant aux concepts d’Anthropocène et d’Urbanocène.

Les axes de recherche du colloque sont développés dans le CFP « La ville dans les fictions climatiques ».

 

Programme en format PDF.
Continuer la lecture de colloque : la ville dans les fictions climatiques

Aurore Courte (Université Catholique de Louvain, Belgique)

Aurore Courte 

Doctorante – analyse des médias 

Parcours académique 

  • Licence en philosophie (distinction) – UCL – (2002). Mémoire : Aristote et le destin. Entre conscience tragique et tension vers l’action : un plaidoyer humaniste. 
  • Agrégation d’enseignement secondaire supérieur – UCL – (2002) 
  • Masters en information et communications Option : Analyse des Médias (grande distinction) – UCL – (2006). Mémoire : South Park et la morale 

Thèse en cours auprès de M. Lits et S. Sépulchre à l’UCLouvain. 

  • Analyse de séries télévisées sur le rapport entre individu et société. 
  • Lien entre investigation philosophique et analyse de fictions. 
  • Représentation contemporaine de l’individualité. 

Publications 

  • « South Park et la morale », in Recherches en communication, n°25, 2006 
  • « La crise en dérision », in Médiatiques, n°48, 2012 

Contact :  aurore.courte@uclouvain.be 

Morgane Ott (KBR, Université de Liège)

Historienne de l’art de formation, Morgane Ott travaille à la Bibliothèque royale de Belgique (KBR) au sein du service DIGIT, dans le cadre d’un projet de recherche et de numérisation intitulé ARTPRESSE et financé par la Politique scientifique fédérale de Belgique (BELSPO). Elle prépare une thèse de doctorat sur la réception et la représentation de l’art belge dans les magazines de l’entre-deux-guerres. 

Partenaires : 

Le Service DIGIT, KBR

Le Service d’histoire de l’art de l’époque contemporaine, ULiège 

Le Département de théorie littéraire et d’études culturelles, KULeuven 

Le programme de financement BRAIN-be, BELPSO