Archives de catégorie : LPCM – activités membres

Appel : archives et collections médiatiques

Raiders of the Lost Archives.Penser la culture médiatique à l’aune des archives et des collections

Colloque organisé dans le cadre du congrès de l’Association francophone pour le savoir, du 27 au 31 mai 2019, à l’Université du Québec en Outaouais.

Réponses attendues pour le 5 janvier 2019.

La question des archives est au centre des préoccupations de nombreux chercheurs à l’heure actuelle et c’est à travers les archives que, de plus en plus souvent, l’histoire des pratiques culturelles est relue à nouveaux frais. Suivant cette tendance, de récents travaux interrogent, consolident et exploitent la relation qui existe entre le patrimoine conservé dans les archives ou les collections et la culture médiatique (ainsi désignée pour élargir le spectre de la culture « populaire » à l’ensemble de la population consommatrice de culture).

En outre, si elle fait rarement l’objet de dépôts majeurs dans les grandes institutions, la culture médiatique se trouve au cœur d’un nombre croissant de collections et de fonds d’archives spécialisés dans le monde francophone (la Bédéthèque de l’Université du Québec en Outaouais, la Bibliothèque des littératures policières à Paris, le Labopop de l’Université du Québec à Montréal, entre autres). Plusieurs collections privées, s’exposant parfois sur l’Internet, pallient aussi les lacunes des institutions officielles. Tommy Gaudet, à travers l’organisme qu’il a fondé, Douteux.org, s’affaire par exemple à l’archivage, à la collection et à la diffusion de produits culturels et médiatiques québécois « différents, curieux, nostalgiques et oubliés » (http://douteux.org). Quant à lui, Jean Layette entretient un blogue répertoriant l’ensemble des numéros de la série de romans en fascicules des Aventures étranges de l’Agent IXE-13, l’as des espions canadiens. L’examen de pareils cas promet donc de combler un vide dans les connaissances sur les lieux de conservation de la culture médiatique ainsi que sur les collections et les fonds qui lui sont dédiés.

Ce colloque réunira chercheurs et archivistes pour réfléchir à la relation en histoire culturelle entre les archives, les collections de médias et la culture médiatique. Résolument interdisciplinaire, il fera se rencontrer archivistes et chercheurs habitués du travail en archives, et envisagera la culture médiatique dans la diversité et la continuité de ses formes : cinéma, radio, chanson, BD, théâtre, roman, jeu vidéo, etc.

Trois axes de réflexion sont proposés :

Continuer la lecture de Appel : archives et collections médiatiques

Parution : Diana Holmes, Middlebrow Matters

Diana Holmes, Middlebrow Matters

Women’s reading and the literary canon in France since the Belle Époque, Liverpool University Press, 2018

This is the first book to study the middlebrow novel in France. Middlebrow is a derogatory word that connotes blandness, mediocrity and a failed aspiration to ‘high’ culture. However, when appropriated as a positive term to denote that wide swathe of literature between the challenging experimentalism of the high and the formulaic tendency of the popular, it enables a rethinking of the literary canon from the point of view of what most readers actually read, a criterion curiously absent from dominant definitions of literary value. Since women have long formed a majority of the reading public, this perspective immediately feminises what has always been a very male canon. Opening with a theorisation of the concept of middlebrow that mounts a defence of some literary qualities disdained by modernism, the book then focuses on a series of case studies of periods (the Belle Époque, inter-war, early twenty-first century), authors (including Colette, Irène Nemirovsky, Françoise Sagan, Anna Gavalda) and the middlebrow nature of literary prizes. It concludes with a double reading of a single text, from the perspective of an academic critic, and from that of a middlebrow reader.

Diana Holmes is Professor of French at the University of Leeds.

Journée Ursula Le Guin


JOURNÉE D’ÉTUDES : « FÉMINISME ET SCIENCE-FICTION. AUTOUR DE URSULA K. LE GUIN », 23 janvier 2019


Villetaneuse, Université Paris 13, 99 avenue Jean-Baptiste Clément – salle C311 (UFR LLSHS)

image : The Left Hand of Darkness, édition de 1969, Walker & Co.

PROGRAMME

10h Accueil

Première partie. Des fictions au féminisme contrasté

  • 10h15 Fiction romanesque et histoire du féminisme : à propos de La main gauche de la nuit  – Justine  Muller, Université catholique de Louvain
  • 10h45 « Je ne suis pas la voix féminine à laquelle vous vous attendiez peut-être » : spécificités et limites d’une réécriture féministe de l’épopée dans Lavinia – Anne Sinha, Laboratoire Pléiade / U. Paris 13
  • 11h15 Sorcières versus magiciens dans le cycle Terremer d’Ursula K. Le Guin. Pour une réflexion sur les inégalités femmes / hommes – Hélène Barthelmebs-Raguin, Université du Luxembourg
Continuer la lecture de Journée Ursula Le Guin

Appel : Pardaillan « Western »

Revue Le Pardaillan n°7 « Go West ». Appel à propositions d’articles, pour le 15 février 2019

Pour la première fois, le dossier du septième numéro du Pardaillan s’intéressera à un genre particulier, le western. Il ne s’agira pas tant d’explorer les limites de ce genre, ni de dresser l’inventaire de ses caractéristiques propres, mais plutôt d’interroger la façon dont le genre a colonisé des médias successifs et s’est inscrit dans les imaginaires collectifs en s’appropriant les modes de fonctionnements des cultures médiatiques. Le western est souvent présenté (à l’instar du cape et d’épée avec lequel il présente nombre de ressemblances) comme un genre dont le déclin est achevé, et qui échoue à séduire le public du XXIe siècle ; mais il n’est que de constater l’engouement suscité par la sortie récente de Red Dead Redemption 2 pour s’assurer que le genre est particulièrement vivace hors de ses médias d’origine.

Continuer la lecture de Appel : Pardaillan « Western »

Parution : Pardaillan n°5

Présente dans tous les mythes, la nourriture fait partie des constantes de l’imaginaire humain. Actes de prédation et de nutrition, banquets et famines, scènes de cuisine et de dévoration, source de vitalité et perversion excessive… la représentation de la nourriture prend bien des facettes, témoignant de notre rapport complexe, parfois comique, parfois angoissé, parfois sensuel jusqu’à l’érotisme, à ce dont on se nourrit. C’est à ce thème qu’est consacré le dossier du Pardaillan n°5.

Sommaire

Editorial : Et Ditto m’apparut…

Les Cahiers Zévaco
– Luce Roudier – L’Autre Zévaco. Petite enquête autour de Déchéance.

Dossier : Nourriture
– Laurent Bozard – Crimes gourmands pour lecteurs gourmets. Le polar de la table selon Balen et Barrot

Continuer la lecture de Parution : Pardaillan n°5

Parution : Femmes du roman policier

Caroline Granier, A armes égales. Les femmes armées dans les romans policiers contemporains, éditions Ressouvenances, 2018.

Les enquêtrices dans les polars… Les figures de fliquesses, de privées, de journalistes d’investigation, d’inspectrices sont de plus en plus nombreuses (françaises, européennes ou américaines). Cérébrales, fonceuses, intuitives ou rationnelles, épanouies ou névrosées. Célibataires ou en couple, avec ou sans enfants. Qu’ont-elles en commun ? Un désir d’aventures et une soif de liberté sans limites. Attention : elles sont souvent armées… combatives en tout cas. Car leur place dans un monde encore dominé par les hommes n’est pas acquise. Alors elles agissent et prennent leurs affaires en main : et si elles nous montraient la voie ?

Continuer la lecture de Parution : Femmes du roman policier

Parution : « Bande dessinée et littérature »

Vittorio Frigerio, Bande dessinée et littérature  : intersections, fascinations, divergences, Quodlibet « Eléments », 2018

Cet essai se penche sur les rapports entre bande dessinée et littérature en privilégiant les discours tenus par la critique, ou par certains praticiens relevant des milieux de la nouvelle « bande dessinée d’auteur », pour revenir sur la question longtemps débattue, et toujours pas résolue, de savoir ce qui distingue et ce qui rapproche ces deux modes d’expression. On y analyse les aspects techniques identifiés comme propres au « roman graphique » moderne (utilisation du noir et blanc, longueur dépassant le nombre de pages standard imposé par les éditeurs commerciaux, division en chapitres), pour en vérifier la pertinence à la lumière d’une comparaison avec d’autres traditions nationales que la franco-belge (en particulier la tradition italienne) et sur un laps de temps dépassant la période où l’on situe généralement leur adoption : les années soixante-dix. Une attention particulière est réservée au cas de Hugo Pratt, dont La Ballade de la mer salée et considérée comme étant le premier « roman graphique », ainsi qu’à la question des contraintes formelles et éditoriales, à la notion problématique de « bande dessinée adulte » et aux rapports de la bande dessinée avec les avant-gardes artistiques et littéraires. Au bout de ce parcours, on note, dans les débats opposant les tenants d’une bande dessinée résolument littéraire et les praticiens d’une BD populaire d’inspiration feuilletonesque, un décalque remarquable des arguments ayant opposé jadis les réalistes aux romantiques. La question du positionnement symbolique du médium au sein du monde de la culture semble alors prendre le dessus sur toute autre considération.

Continuer la lecture de Parution : « Bande dessinée et littérature »

Séminaire « Roman-Feuilleton »


Lundi 8 octobre, de 14h00 à 17h00, à l’Université Paris Nanterre (Bâtiment M, salle M205).

La prochaine séance de séminaire du projet ANR Numapresse, consacrée au roman-feuilleton, accueillera Nicolas Gauthier, auteur d’un ouvrage récent intitulé Lire la ville, dire le crime – Mise en scène de la criminalité dans les mystères urbains de 1840 à 1860 , (PULIM, 2018,  http://www.pulim.unilim.fr/index.php).

Il présentera « Le Rez-de-chaussée », base de données en ligne de romans-feuilletons publiés entre 1836 et 1881 dans six des plus importants journaux français du XIXe siècle. Pierre-Carl Langlais, chercheur en post-doc pour l’ANR Numapresse spécialisé dans l’utilisation des nouvelles méthodes de text mining, démontrera qu’au-delà de la constitution automatisée de grands corpus, les outils de détection et d’extraction interrogent les délimitations et les frontières des formes journalistiques.

Continuer la lecture de Séminaire « Roman-Feuilleton »

Parution: Fictions à la chaîne. Littératures sérielles et culture médiatique.

De Fantômas à James Bond, du récit policier à la science-fiction, d’Harlequin à la Série noire, la culture populaire moderne obéit à une dynamique sérielle : la production et la réception de l’œuvre sont ressaisies dans un ensemble plus vaste de textes qui en détermine la signification. Profondément liées à la culture médiatique et aux logiques de consommation culturelle, ces formes et ces pratiques fictionnelles sont au cœur de notre modernité, dont elles constituent l’une des expressions principales.

Continuer la lecture de Parution: Fictions à la chaîne. Littératures sérielles et culture médiatique.