Archives de catégorie : Idées & débats

Table ronde : Cinéma bis

Table ronde  : « Que faire du cinéma « bis » et d’exploitation ? Lieux et objets de culte en contexte numérique » 

Organisée dans le cadre de la 3e semaine des Arts & Médias de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 le jeudi 15 mars 2018 de 14h à 16h, Centre Censier, Amphi D02

Présentation

Depuis son essor dans les années 1960, le cinéma « bis » et d’exploitation se caractérise d’abord par une économie créative particulière : faible budget, caractère commercial et populaire assumés, représentations transgressives de la violence et de la sexualité. Loin de se réduire à un mode de production et à des contenus esthétiques, cet univers hétéroclite et foisonnant renvoie également à des pratiques cinéphiles intimement liées aux lieux (salles de quartier, boutiques et vidéoclubs) et aux objets (fanzines, cassettes vidéo) qui ont participé à l’édification de sa mémoire culturelle.

Dans un contexte de dématérialisation engagée par la démocratisation du numérique et de l’Internet, où l’on peut observer à la fois un repli du marché vidéo et de la presse spécialisée, les dernières décennies ont vu la disparition successive de certains vecteurs « traditionnels » de ce secteur de l’industrie cinématographique et de cette cinéphilie. On constate cependant depuis les années 2000, et de manière plus nette encore depuis les années 2010, une résurgence remarquable de ce continent cinématographique, marquée tout d’abord par la revitalisation de pratiques anciennes (comme dans le cas du fanzine, qui a trouvé un nouveau souffle à l’ère numérique) et leur appropriation par de nouveaux publics. Parallèlement à ce phénomène, les modes de transmission et de patrimonialisation du cinéma d’exploitation Continuer la lecture de Table ronde : Cinéma bis

Le roman populaire français à Tokyo

Compte-rendu :

Workshop sur le roman populaire français au Japon

Takashi Yasukawa

Intéressés par la fiction populaire française du XIXe au XXIe siècles, nous lui avons consacré un Workshop à l’Université Gakushūin de Tokyo le 29 mai 2016. Organisé dans le cadre des activités intellectuelles animées par la « Société japonaise de langue et littérature françaises » qui « regroupe des chercheurs et des amateurs de la littérature ou de la langue françaises », notre Workshop s’est donné comme tâche ambitieuse d’éveiller l’intérêt pour ce que Sainte-Beuve baptisa en 1839 la « littérature industrielle », dans un contexte universitaire japonais où on a tendance à privilégier depuis longtemps les œuvres canonisées dans l’Histoire littéraire.

Après l’introduction d’Akiko Miyagawa, professeur de l’Université Hiroshima, qui justifie l’importance des études sur cette littérature délaissée, Takashi Yasukawa, chargé de cours à l’Université Meiji Gakuin, a procédé dans son exposé liminaire de manière concise à un état des lieux des recherches francophones sur le roman populaire à partir de 1992, illustré par la publication simultanée de deux œuvres de référence : La Paralittérature d’Alain-Michel Boyer et l’Introduction à la paralittérature de Daniel Couégnas. Pour rendre immédiatement visibles les traits formels de la « paralittérature », Continuer la lecture de Le roman populaire français à Tokyo

Enquête : Lecteurs de Zévaco

Le Centre International Michel Zévaco (Luce Roudier) organise(nt) un questionnaire sur les lecteurs de Zévaco et leur expérience de lecture. Ce questionnaire peut aussi être rempli par des non-lecteurs de Zévaco, une partie des questions étant prévue pour eux. 

https://docs.google.com/forms/d/1VJJ89RuVux64pXScPqYwvcLJ01zwoqRq9Hpw3l5AUos/viewform?c=0&w=1

 

Conférences en Etudes culturelles, Louvain

Cycle de conférences en Etudes culturelles

Université de Louvain-la-Neuve

 

16/03/16

Joëlle Desterbecq (chargée de cours invitée à l’Université catholique de Louvain) : “Diffusion et évolution de l’énonciation « people » en politique : l’ethos politique en mouvement”

Lieu : UCL-LLN, Auditorium, e.221, Bâtiment Dupriez*

20/04/16

Emilie Da Lage (maître de conférences à l’Université de Lille) : “Musique et post colonialisme : les politiques de l’authenticité musicale”

Lieu : UCL-Mons, Salle 12, Ateliers des FUCaM**

04/05/16 – 18 à 20h

Projection du moyen métrage “Le dossier de Mari S.” Continuer la lecture de Conférences en Etudes culturelles, Louvain

Séminaire CNRS/EHESS : “Narrativité et intermédialité”

Le séminaire “Recherches contemporaines en narratologie” (CRAL, CNRS/EHESS) portera cette année sur “Narrativité et intermédialité” :

L’expansion et la diversité des études en narratologie – de ses objets, de ses paradigmes, de ses méthodologies – a conduit la recherche à poser non la question « Qu’est-ce qu’un récit ? » mais les questions, entre autres, « Quand y’a-t-il récit ? », « Un récit peut-il être plus ou moins narratif ? », « Quelles formes les éléments narratifs peuvent-ils prendre dans le récit non verbal ? » On s’interroge aujourd’hui sur l’influence des différents media sur les processus narratifs, donc sur les possibilités et les contraintes du langage par rapport à l’image (fixe ou cinématographique), à la musique (dénuée de tout contenu sémantique mais évocatrice d’une tension narrative) ou encore aux media numériques (fictions interactives, récits hypertextuels, etc.). Continuer la lecture de Séminaire CNRS/EHESS : “Narrativité et intermédialité”

Enquête/questionnaire: Les pratiques empiriques de photo numérique au service de la recherche

Enquête/questionnaire

Les pratiques empiriques de photo numérique au service de la recherche

Chers collègues,

dans le cadre de la MSH Val de Loire, nous lançons une enquête sur les pratiques empiriques de photo numérique au service de la recherche, en Lettres et Sciences Humaines. Accepteriez-vous de relayer notre appel au sein du réseau LPCM?

Bien amicalement,

pour l’équipe IconoReseau, Cécile Boulaire

La photo numérique s’est aujourd’hui tellement banalisée qu’elle a évidemment trouvé sa place dans les démarches de recherches en Lettres et en SHS, serait-ce de manière empirique: tout un chacun a déjà pris des photos d’un livre (faute de photocopieur sous la main), d’un article, d’un site, d’un objet de recherche quel qu’il soit.

Quel matériel est utilisé pour ces prises de vues? Quel traitement ultérieur subissent les images? Comment sont-elles nommées, classées, archivées, partagées? Quels en sont les usages ultérieurs, en termes de valorisation, édition, pédagogie, constitution de corpus? L’objectif du projet Icono Réseau est de recenser les pratiques les plus empiriques, mais aussi les problèmes rencontrés par les chercheurs, et les “astuces” imaginées par eux pour les résoudre ou les contourner. L’équipe Icono Réseau réunit des chercheurs et des ingénieurs; ce questionnaire sera la base de départ à un travail plus ambitieux sur les modalités du dialogue entre pratiques empiriques et exigences techniques, entre recherche sur le terrain et valorisation institutionnelle, entre les chercheurs et les compagnons de la recherche. Les résultats de cette enquête seront la base à partir de laquelle sera organisée une journée d’études sur les usages de la photo dans la recherche en LSHS, organisée par l’équipe IconoRéseau le mercredi 6 novembre 2013 à la MSH Ange-Guépin de Nantes.

Répondre au questionnaire prend moins de 10 minutes; n’hésitez pas à le faire connaître autour de vous, plus les réponses seront nombreuses, meilleur sera le dialogue entre les pratiques.

Accéder au questionnaire: http://sondage.msh-vdl.fr/index.php/779281/lang-fr

L’équipe Icono Réseau

http://iconorezo.hypotheses.org/

icono-reseau@univ-tours.fr

Fictions transfuges. La transfictionnalité et ses enjeux. Entretien avec Richard Saint-Gelais.

Sur le site Vox Poetica:

Fictions transfuges. La transfictionnalité et ses enjeux

Entretien avec Richard Saint-Gelais. Propos recueillis par Frank Wagner

Entretien publié le 20 avril 2012

Dans Fictions transfuges (Paris, Ed. du Seuil, novembre 2011, « Poétique ».), vous travaillez sur un objet, « la transfictionnalité et ses enjeux » qui, pour n’avoir « rien de marginal » (p. 532), n’en paraît pas moins original. Pourriez-vous, dans les grandes lignes, évoquer « l’archéologie » de vos travaux sur la notion de transfictionnalité, et plus précisément la genèse même du projet qui a abouti à l’écriture de cet ouvrage ?

« Archéologie » en effet car, à m’interroger sur les débuts de ce projet qui m’aura occupé quelques années, je retrouve, justement, des débuts, superposés comme des strates dont les implications ne sont parfois apparues que longtemps après. Comme bien des bambins (et plusieurs adultes sans doute), j’ai été marqué par ce qui m’apparaît maintenant comme des phénomènes de « traversée » des frontières encadrant la fiction : une visite au salon de l’auto de la ville voisine où l’on exposait la voiture de Batman ; des jeux d’enfant basés sur des objets dans lesquels je vois, rétrospectivement, des artefacts transfictionnels, comme les modèles réduits des vaisseaux des Sentinelles de l’air. Ces matérialisations de ce qui ne se trouvait jusque-là que sur l’écran d’un téléviseur exerçaient une fascination que j’éprouve encore ; conceptualiser la chose, comme je m’y emploie aujourd’hui, a moins visé à dissiper cette fascination, à y substituer un discours théorique, qu’à la prolonger à travers ce dernier.

Lire la suite.

Lire un extrait de l’ouvrage dans l’Atelier de théorie littéraire de Fabula.

Campaigning for a Conan Doyle Museum and Centre for British and Irish Crime Writing

Mission Statement

To save Undershaw for the Nation by relaunching it as the Conan Doyle Museum and Centre for British and Irish Crime Writing, thus affirming its cultural value and Conan Doyle’s place in the literary heritage of Great Britain and Ireland, and beyond.

Dear Colleagues,

We now have only a little time left before the High Court hearing (23rd May) to rally support for saving Undershaw as a Conan Doyle Museum / Centre for British & Irish Crime Writing, establishing and furthering the cultural and social value of the house.

UNDERSHAW & CONAN DOYLE

Undershaw was built to Conan Doyle’s own designs in 1897, one of the very few writers’ houses with this input. During the ten years that he lived there he wrote many of his most popular stories including fourteen Sherlock Holmes adventures, and ten Brigadier Gerard tales. This has recently been documented by Alistair Duncan in his An Entirely New Country – Arthur Conan Doyle, Undershaw and the Resurrection of Sherlock Holmes (MX Publishing 2011). When Conan Doyle sold Undershaw in 1927 it became an hotel. This closed its doors in 2004 and the property was sold to a development company, Fosseway Ltd.

Now Undershaw may be turned into maisonettes, its gardens built over. Planning permission for this was granted by Waverley Borough Council, a decision which should be overturned at judicial review at the High Court in London on 23rd May 2012. But what better or more appropriate place could there be for a Conan Doyle Museum and Centre for British and Irish Crime Writing, thus affirming its cultural value and Conan Doyle’s place in the literary heritage of Great Britain and Ireland, and beyond, open and accessible to the public all year round (including school visits), with a library, conference facilities, crime writing courses and a writer in residence?

THE UNDERSHAW ALLIANCE

Many heritage houses have been lost, but many more have been saved: why should Undershaw not be one of them? To campaign for its conservation as a Conan Doyle Museum and Centre for British and Irish Crime Writing, two supporters’ groups have been set up, Academics for Undershaw and Crime Writers for Undershaw , the first as a body of authoritative opinion affirming the cultural value of Undershaw, the second honouring Conan Doyle’s place as an ancestor of to-day’s detective fiction. These two groups form the UNDERSHAW ALLIANCE, more than 500 strong, and working to enlist opinion formers and professionals.

The Undershaw Alliance believes that Undershaw can and must be saved for the nation, for the enjoyment of the nation: indeed, in the context of cultural tourism, of all the nations. Our task now is to appeal to a broader public and enlist greater international public support for this.

More information at  www.undershawalliance.com.

Best wishes,

David Charles Rose

La « culture populaire » : une référence absente de l’élection présidentielle

Etant donné que la question du « populisme » a été au cœur des polémiques publiques au cours des derniers mois, on aurait pu penser que la « culture populaire » serait un objet de débat pendant la campagne des élections présidentielles. Mais force est de constater qu’il n’en a rien été, pas même à gauche. Les propositions sur la culture de François Hollande n’y font pas allusion…

Lire la suite sur le blog noiriel.over-blog.com