Archives de catégorie : LPCM

Parution : « Belphégor : Legipop »

https://journals.openedition.org/belphegor/1450

Anne Besson, Anne Isabelle François, Sarah Lécossais, Matthieu Letourneux et Anne-Gaëlle Weber

Dossier « Mutations des légitimités dans les productions culturelles contemporaines »

  • Anne-Gaëlle Weber

Formes de l’érudition littéraire au XIXe siècle

  • Juliette Mascart et Rémy Arcemisbéhère

Le dilettante et l’érudit : du discours académique à la critique romantique du savoir (Stendhal, Nerval)

  • Cédric Hannedouche

De La Gazette des Études Lupiniennes à L’Aiguille Preuve : 50 ans de bulletins d’érudition populaire

  • Simon Bréan et Irène Langlet

Le chercheur face au fandom de SF : retour sur le fil M

Continuer la lecture de Parution : « Belphégor : Legipop »

colloque : Transmédia et réel

Colloque international

Le transmédia à l’épreuve du réel

20-21 mai 2019

Louvain-la-Neuve (Belgique)

Université catholique de Louvain et Université de Namur

Groupe Interdisciplinaire de Recherche sur les Cultures et les Arts en Mouvement (Gircam) // Observatoire de Recherche sur les Médias et le journalisme (ORM) // Centre de Recherche Information, Droit et Société (CRIDS)

Jour 1 – 20 mai 2019

9h30 : Accueil

9h45 : Introduction du colloque

10h-11h : Conférence d’ouverture de Renira Rampazzo Gambarato (Jönköping University, Suède), Transmedia Journalism

Présidence de séance : Marie Vanoost

11h-12h : Panel TRANSMÉDIA & PHOTOGRAPHIE

Présidence de séance : Olivier Standaert

Sébastien Fevry (Université de Louvain), Revisiter l’énonciation documentaire en mode transmédia. Le cas de Rester vivants (2017) de Pauline Beugnies

Continuer la lecture de colloque : Transmédia et réel

Parution : « Belphégor : Charles Grivel »

Revue en ligne Belphégor  n°16/1 « Hommage à Charles Grivel », 2018

Ce numéro d’hommage à Charles Grivel, qui nous a quittés voici trois ans, rassemble un certain nombre de textes importants de ce pionnier des études sur la culture médiatique et populaire. Sa voix alterne avec celle de partenaires qui l’ont connu et qu’il a inspirés (Denis Mellier, Jan Baetens, Marie-Eve Therenty, Sarah Monbert…), pour saluer « son audace de franc-tireur, d’accélérateur de questionnements et de défricheur de chemins de traverse » (Jacques Migozzi et Matthieu Letourneux).

https://journals.openedition.org/belphegor/1056

 

Séminaire LPCM : Imaginaire enfantin

Séance du séminaire du Phistem-LPCM « Cultures de l’imagination »  

Vendredi 6 avril, de 14h à 17h, en salle des conseils (bâtiment L, 4e étage, salle L436)  :

Sébastien François (université Paris 13), « Les fabricants de l’imaginaire enfantin : regards croisés sur la production des objets et des médias de l’enfance ».

Image (c) Catherine Rondeau

 

Séminaire : Cultures de l’imagination

« Les cultures de l’imagination »

Séminaire 2017-2018 PHisTeM (CSLF, EA 1586)–LPCM

Coordination : Anne Besson, Matthieu Letourneux et Alain Vaillant.

Les séances ont lieu à l’université Paris Nanterre (RER Nanterre-Université) le vendredi, de 14 à 17h, en salle des Conseils de l’UFR PHILLIA ).

Présentation : 

Ce séminaire prend la suite de celui que nous avons animé au PHisTeM les deux années précédentes, sur la thématique « fiction, croyance, médias » et qui nous a permis de confronter les théories de la fiction et d’élaborer nos propres outils heuristiques, à la croisée de la poétique historique, de l’anthropologie culturelle et des cultural studies. Les cultures de l’imaginaire désignent aujourd’hui un ensemble de pratiques qui, avec ou sans artefacts techniques, mettent en jeu les compétences ludiques et fictionnelles : jeux de rôles ou de société, jeux vidéo, jeux de simulation. Mais l’imagination englobe, bien plus largement, toutes les pratiques culturelles ou intellectuelles où la faculté imaginative de l’esprit est mise en œuvre : les jeux bien sûr, mais aussi les religions, les arts et la littérature, la pensée spéculative, et toute activité pratique ou technique où l’esprit, même canalisé par des consignes ou des contraintes précises, doit encore s’ingénier à les adapter en fonction de conditions d’application toujours singulières et inattendues.

La visée du séminaire est donc de rendre à l’imagination l’immense territoire qu’on lui a progressivement contesté, parce que l’imagination, longtemps annexée au vocabulaire et à la problématique de la psychologie ancienne des facultés de l’entendement, paraissait une notion obsolète. Elle a donc été concurrencée et en grande partie remplacée par le concept de fiction, qui semblait permettre une description plus concrète et plus précise des mécanismes formels, des productions culturelles et des effets de réception. Mais, au moment même où les sciences cognitives ont profondément renouvelé l’approche des réalités psychiques, la fiction nous paraît à la fois plus restrictive et ambiguë dans ses usages. De fait, elle tend à confondre l’imaginaire avec la narrativité ou le jeu, qui impliquent tous deux une structure ou des règles précises : elle interdit donc de prendre en compte tout ce que l’imagination garde de fondamentalement informe, dans sa participation à l’intuition, aux mécanismes de l’invention intellectuelle ou esthétique, à l’activité onirique ou libidinale de l’esprit.

Concrètement, notre objet d’analyse ne sera pas l’imagination au général (car il va de soi que toute activité humaine implique une participation de l’imagination, qui permet à l’individu de s’adapter et de réagir à un environnement par nature imprévisible), mais seulement les pratiques, individuelles ou collectives, où les plaisirs de l’imagination sont recherchés pour eux-mêmes (notamment dans les sphères ludique, littéraire, artistique ou médiatique). Ce sont elles que désigne ici, de façon restrictive, l’intitulé « les cultures de l’imagination ».

Programme

13 octobre 2017 – Anne Besson (université d’Artois), Matthieu Letourneux (université Paris Nanterre) et Alain Vaillant (université Paris Nanterre), « Imagination/Fiction : introduction générale ».

8 décembre 2017 – Pierre Lagrange (École d’art d’Avignon), « Extraterrestres, science et fiction ».

19 janvier 2018 – Jérôme David (université de Lausanne), « Les Secondes Lumières françaises : une culture démocratique de l’imagination ».

23 mars 2018 – Patrick Suter (université de Berne), « Les combats de l’imagination. Avant-gardes er autres –ismes ».

6 avril 2018 – Sébastien François (université Paris 8), « Les fabricants de l’imaginaire enfantin : regards croisés sur la production des objets et des médias de l’enfance ».

Parution : « Belphégor », JO 1936

Nouveau numéro de Belphégor, juin 2017

1936: les Jeux olympiques dans la presse internationale. Presse, mondialisation et imaginaires médiatiques

Paul Aron, Micheline Cambron, Gianni Haver, Marie-Eve Thérenty et François Vallotton

La présente livraison de la revue Belphégor publie les résultats d’une vaste étude internationale sur l’impact des Jeux olympiques de Berlin de 1936 dans la presse belge, française, québécoise et suisse.

L’événement, en lui-même, est bien connu et a fait l’objet de nombreuses publications. Les Jeux de 1936 ont été, de toute l’histoire de l’Olympisme, ceux qui ont suscité le plus d’études. Pour la première fois en effet, l’histoire du sport affrontait l’épreuve de la politique à l’échelle mondiale et à grande ampleur. Les historiens ont parfaitement décrit l’importance que le régime nazi a accordée aux Jeux, la manière dont ils ont orchestré leur mise en scène spectaculaire. Ceux-ci marquaient à la fois le grand retour de l’Allemagne dans l’organisation du sport international, et une occasion unique de montrer au monde les réalisations du Reich. Par ailleurs, les débats occasionnés par les orientations racistes et militaires du régime ont suscité nombre de réactions. La manière dont le Comité international olympique (CIO) a géré ces questions est également bien connue.

Pourquoi donc y revenir, et sous l’angle particulier de l’étude de la presse écrite ? Depuis une vingtaine d’années, la presse a pris une place de plus en plus importante dans la recherche. La numérisation des journaux, et notamment celle, rétroactive, de quotidiens anciens, a donné une nouvelle vie aux collections. Mais au-delà de cette opportunité, le constat qui fonde cet intérêt nouveau des chercheurs est avant tout lié à une nouvelle manière de penser la presse. Au lieu de considérer le journal comme une simple source historique, il convient de reconnaître que s’y jouent une série de phénomènes qui font du média non seulement le vecteur d’une information, mais aussi l’organisateur de celle-ci, selon des codes spécifiques progressivement mis au point pendant la période d’expansion de la presse écrite. Celle-ci s’est imposée comme la référence première de l’information au cours du xixsiècle, dépassant dans ce rôle la correspondance privée, la conversation ou les récits imprimés des siècles précédents. Pendant la même période, la presse a inventé à la fois un langage, des catégories d’expression (des rubriques), et mis en place tout un personnel aux fonctions différenciées (du pigiste au journaliste professionnel, du reporter à l’interviewer). La civilisation du journaldécrit cela en détails1. Au début du xxe siècle, ce système s’est étendu à d’autres médias, comme la radio et le cinéma, sans toutefois en changer les données essentielles.

Continuer la lecture de Parution : « Belphégor », JO 1936

Assises CPM 2018 : programme

Assises de la recherche en cultures populaires et médiatiques 2018

« Approches  critiques des fictions médiatiques : enjeux, outils, méthodes »

Research on Popular Cultures and Media Cultures Convention 2018: “Critical approaches to media fictions: stakes, tools and methods”

 

Dates : 11-13 octobre 2018

Lieu : Nanterre et Paris

Programme

Jeudi 11 octobre 2018 / Université Paris Nanterre, bâtiment B

8h30-10h Séance plénière (Salle des conférences)

Angela McROBBIE, University of London
Feminism, Neoliberalism and the Popular Culture of « Maternity »: the Jogging Mom

10h-10h30 pause café

10h30-12h30 ateliers

atelier 1 / réceptions 1 (Salle René Rémond)
Panel. Goûts et publics. Répondant : Alain Vaillant
BURTEAUX Justine.  Les publics populaires dans les musées : la fiction d’un public cible multiple ?
COMBES Clément & GLEVAREC Hervé. Enquête sur les pratiques sérielles des Français. Goûts, dispositifs et modalités de consommation des séries télévisées.
DUEK Carolina & PHILIPPETTE ThibaultChildren, platforms and collections: a methodological approach to contemporary practices.

atelier 2 / circulations 1 (Salle Paul Ricoeur)
Panel. Circulation des imaginaires. Répondante : Lucia Quaquarelli
GONON Laetitia« – Centrale de la police, quelle est votre urgence ? » : le style américain du best-seller francophone contemporain.
GUGLIELMI Marina. There is a Psychologist in the Kitchen. How the Media are spreading out the Psychoanalytic culture.
KALAI Sándor. Le polar post-communiste en français.
PRÉVOST Maxime. Survie et transmission du monde perdu (Verne, Doyle, Cooper) : du roman aux mythologies modernes.

12h30-14h  Déjeuner (bâtiment B)

14h-16h ateliers

atelier 1 / circulations 2 (Salle René Rémond)
Panel. Enjeux génériques. Répondant : Stéphane Bénassi
FEVRY Sébastien. Histoire ou écofiction ? Mutations et enjeux génériques du film historique.
GAUTHIER Nicolas. Réseau(x) du roman policier français entre 1875 et 1885 : Fortuné du Boisgobey comme porte d’entrée.
JACQUELIN Alice. Genèse et circulation d’un sous-genre populaire en régime médiatique : le cas du « country noir ».
KESZEG Anna & YARGEKOV Nina. La chick lit entre production littéraire et imaginaire social.

atelier 2 / récits 1 (Salle Paul Ricoeur)
Panels. Formes du récit et normes de genre. Répondantes : Sarah Lécossais & Monica Dall’Asta
CHEDALEUX DelphineLa réception de Cinquante Nuances de Grey au prisme des feminist cultural studies.
DEHGAN Lauren. Le RP Yaoi en chats privés, expression d’une sexualité transgenre, entre cultures médiatiques et logique de l’intime.
GEERS Alexie. Les cultures médiatiques sont-elles toujours populaires ? L’écriture de féminités de classe dans la presse féminine.

16h-16h30       pause café

16h30-18h30  ateliers

atelier 1 / réceptions 2 (Salle René Rémond)
Panel. Fan Studies / Gender Studies. Répondante : Sarah Sépulchre

BOURDAA Mélanie et ALESSANDRIN Arnaud. Engagement et activisme fans : des questions identitaires ?
CORNILLON Claire FRANCOIS Sébastien. Productions de fans et normativité.
PEYRON DavidAuthenticité et attitude genrée dans les subcultures de fans.

atelier 2 / récits 2 (Salle Paul Ricoeur)
Panel. Formes du récit et normes de genre. Répondantes : Sarah Lécossais & Monica Dall’Asta
BOISVERT Stéfany. Les cultural studies et l’étude critique des représentations télévisuelles de genre au Québec.
GAY DéborahLa production de la différence : idéologie et actes de résistances dans la représentation de personnages arabes dans la websérie LGBT de France Télévisions, Les Engagés
GUILLIER Béatrice. La fiction médiatique au service de la transmission des normes de genre. Les tutoriels Do It Yourself du YouTube français.

 

Vendredi 12 octobre 2018 / Université Paris Nanterre, bâtiment B

8h30-10h séance plénière (Salle des conférences)

Matt HILLS (University of Huddersfield)

10h-10h30       pause café

10h30-12h30  ateliers

atelier 1 / réceptions 3 (Salle René Rémond)
Panel. Fictions et passions. Répondant : Raphaël Baroni
BESSIERES VivienLe purgatoire des émotions – catharsis et fiction populaire.
BIGEY Magali. La sérialité romanesque sentimentale et ses pratiques de lecture.
GOUDMAND Anaïs. L’immersion sérielle en régime médiatique.
PERINEAU-LORENZO SylvieQuel(s) modèle(s) pour les productions audiovisuelles amateurs de fans ?

atelier 2 / récits 3 (Salle Paul Ricoeur)
Panel. Formats / formatages. Répondante : Irène Langlet
AUBRUN Frédéric & LIFSCHUTZ Vladmir. Le traitement médiagénique de Batman : des franchises au transmedia storytelling.
BENVENUTI Giuliana & SCROLAVEZZA Paola. Light novel. New narrative genres and transculturation processes in the global age.
MOUGENOT Chloé. Des Shadoks à Snapchat : les fictions audiovisuelles brèves, entre innovation et normalisation.
RINGOT Martin.  De quoi parle-t-on lorsqu’on parle de narration vidéoludique ?

atelier 3 / productions 1 (Salle des conférences)
Panel. Stratégie de d’adressage. Répondant : Jacques Migozzi
BONNERY StéphaneELOY FlorenceMILLE MurielComment s’adresser à plus jeune que soi ? Les dilemmes professionnels des producteurs d’une œuvre romanesque en direction des adolescents.
FERRANDERY Marion. Quand les séries adolescentes crèvent l’écran : les années 90, l’exception qui confirme la règle ?
MONNET-CANTAGREL Hélène« Sous les signes, les stratégies » : une approche communicationnelle de la fiction sérielle télévisuelle.
PEQUIGNOT Julien. Socio-sémiotique de la culture populaire audiovisuelle – le cas des web-séries amateurs.

12h30-14h       Déjeuner (bâtiment B)

14h-16h       ateliers   

atelier 1 / réceptions 4 (Salle René Rémond)
Panel. Fictions médiatiques, études de genre et enseignement. Répondante : Heta Rundgren
Marco DELL’OMODARMEAnne-Isabelle FRANCOISSarah LECOSSAIS

atelier 2 / récits 4 (Salle Paul Ricoeur)
Panel. Modèles du récit médiatique. Répondante : Marie-Ève Thérenty
CHABRIER Amélie & VERILHAC YoanPacte de lecture fictionnel en régime médiatique : de quelques cas problématiques dans la presse des années trente et du questionnement des lectures littéraires de la presse
GABORIAUD Marie. « Grandes existences » et « petite littérature » : la littérature populaire d’admiration dans le premier XXe siècle.
LORIOU Céline. La Tribune de l’Histoire : la mise en récit de l’histoire dans une émission de radio populaire.

16h-16h30       pause café

16h30-18h30  ateliers

atelier 1 / circulations 3 (Salle René Rémond)
Panel. Appropriations ludiques de la littérature : mondes, passages et transformations. Répondante : Vinciane Zabban
Rémi CAYATTELaurent DI FILIPPOAudrey TUAILLON DEMESY

atelier 2 / récits 5 (Salle Paul Ricoeur)
Panel. Sérialités transmédiatiques. Répondant : Olivier Caïra
BARONI Raphaël. Pour une narratologie transmédiale.
BENASSI Stéphane. Quel appareil critique pour les fictions plurielles de la télévision ?
LETOURNEUX Matthieu. Fictions sérielles en régime postfordiste (1960-2000).
SEPULCHRE SarahDélinéarité et fluidité. La nécessité de repenser le personnage dans une ère transmédiatique.

 

Samedi 13 octobre 2018 / Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, bâtiment D

9h30-12h   ateliers

atelier 1 / circulations 4 (Salle D03)
Panel : Valeurs critiques. Répondante : Anne Besson 
ESQUENAZI Jean-Pierre. Culture médiatiques industrielle ou Arts médiatiques et industriels ?
JEANNEROD DominiqueLes intercesseurs du roman policier : postures d’écrivains et de critiques en dialogue international.
LANGLET Irène MIGOZZI Jacques. Comment étudier les livres que tout le monde a lus?
MEON Jean-Matthieu. Des catégories d’histoires, une histoire des catégories. Le « graphic novel » et ses usages (États-Unis, années 1970 / France, années 1980).

atelier 2 / cultures 1 (Salle D12)
Panel. Éclatement et partage du récit. Répondant : Vincent Berry
BARNABE FannyLe let’s play comme fiction tierce : mécanismes narratifs d’un genre de détournement vidéoludique.
BREAN Simon. Le chœur révélateur : stratégies indicielles en régime d’enchâssement polyphonique dans les fictions médiatiques de science-fiction.
ROQUES Noémie.  « Il ressemble à un lézard ton dragon… » : négociations entre joueurs de jeu de rôle dématérialisé autour des images utilisées sur les logiciels de table virtuelle.
WIT SébastienLa poïétisation du hasard : de l’expérimentation littéraire au dispositif numérique.

atelier 3 / récits 6 (Salle D13)
Panel. La Brèche : étudier la bande dessinée. Répondant : Benoît Berthou
DEMANGE Julie, SUVILAY BounthavyBONADE Sophie
 & RAGEUL Anthony

12h-13h30       déjeuner (salle D14)

13h30-15h30  ateliers

atelier 1 / circulations 5 (Salle D03)
Panel. Littéraire et populaire.  Répondante : Anne-Gaëlle Weber
ABSALYAMOVA ElinaCanon/comics : potentiel des œuvres littéraires dans l’univers de la bande dessinée.
MARCOIN Francis. Littérature de jeunesse, littérature populaire, histoire d’un malentendu ?
STIÉNON ValérieLa littérature industrielle est-elle une littérature populaire ? Réflexions sur un corpus (1830-1850).

atelier 2 / productions 2 (Salle D12)
Panel. L’écriture collaborative transmédia : récits, usages et identités. Répondant : Olivier Servais
Esther HAINEAUXGéraldine WUYCKENS & Johnny LOURTIOUX

atelier 3 / cultures 2 (Salle D13)
Panel. Glissements et altérations médiatiques. Répondante : Anne-Isabelle François.
ABREU Márcia. La fiction sans texte : les produits dérivés des romans et la célébrité des escrivains au XIXe siècle.
CHAMBAT-HOUILLON Marie-France & SPIES VirginieDu petit écran aux réseaux sociaux, les personnages de fiction à l’épreuve du réel.
GENCHEVA SvetlanaL’univers narratif de la bande dessinée bulgare dans l’ère numérique.
TILLEUIL Jean-Louis. Poétique d’un objet culturel de mieux en mieux identifié, la bande dessinée.

15h30-16h       Remarques finales (Salle D03)

 

Comité organisateur

Stéphane Benassi (Univ. Lille, Geriico)

Vincent Berry (Paris 13, EXPERICE – labex ICCA), également représenté par Sébastien François et Vinciane Zabban

Anne Besson (Université d’Artois, « Textes et Cultures »)

Sébastien Févry (UC Louvain, – GIRCAM)

Anne-Isabelle François (Paris 3, CERC)

Anaïs Goudmand (Lausanne/EHESS / assistante de R. Baroni EFLE / RRN)

Irène Langlet (Université de Limoges, EHIC)

Sarah Lecossais (Paris 13, LABSIC – labex ICCA)

Matthieu Letourneux (Paris Nanterre, CSLF)

Jacques Migozzi (Université de Limoges, EHIC)

Federico Pagello (Queen’s University, Belfast)

Isabelle Périer (Université du Mans, 3-LAM)

Lucia Quaquarelli (Paris Nanterre, CPRM)

Luce Roudier (ENS Ulm)

Sarah Sepulchre (UCLouvain, GIRCAM)

 

Comité scientifique

Raphaël Baroni

Stéphane Benassi

Vincent Berry

Anne Besson

Mélanie Bourdaa

Olivier Caïra

Isabelle-Rachel Casta

Monica Dall’Asta

Jean-Pierre Esquenazi

Sébastien Fevry

Anne-Isabelle François

François Jost

Irène Langlet

Sarah Lécossais

Jacques Migozzi

Keith Moser

Lucia Quaquarelli

Angels Santa

Sarah Sepulchre

Olivier Servais

Marie-Eve Therenty

 

 

Call for proposals

Research on popular cultures and media cultures emerged in the 1960s with a few seminal works, and developed considerably in the last 25 years, particularly in the last 10 years through the contributions of a new generation of researchers who fully own up to their immersion in contemporary transmedia and serial culture. Topical or synthetical research has thus explored such diverse fields as literature, cinema, television, transmedia productions, gaming and video games, comics, children’s and young adult literature, action figures, images etc.

Since the 1990s, there has thus been a significant output of enlightening and clearly synergetic research, which now warrants a collective reconsideration on the basis of new cooperation looking for interdisciplinary relationships.

Indeed, although many conferences have been organized in the field of media culture, and although researchers often read and are aware of each other’s research, we rarely get the opportunity to meet in a large group to compare our topics and perspectives or our areas of theory.

The goal of this convention on popular cultures and media cultures is to fill this gap through meetings and unprecedented scientific debates between the disciplines, methodologies, tools, groups and networks…

Such an ambitious enterprise naturally runs the risk of losing its focus, which is why we will concern ourselves with media fictions, writ in the largest sense. However, all research angles on media fictions are welcome in theory, so that as many researchers as possible are able to participate in this unifying event.

On the occasion of its first meeting, held in November 2016, the organizing committee established a list of possible themes, specifying that it was comprehensive and that it deliberately used broad terms.

 

These possible themes include:

  1. Reception (praxis, usages, audiences)
  2. Production (conception, creation, platforms, socioeconomics)
  3. Narrative (media, seriality, fiction/non-fiction, genres, poetics, narrativity)
  4. Distribution/Circulation (appropriation, reappropriation, adaptation, translation, intertextuality)
  5. Cultures (media culture, material culture, industrial culture, popular culture; consumption, objects)
  6. Representations and imaginaries (myths, politics, ideologies, gender/race/class)
  7. Transmissions (heritages, cultural politics, education, pedagogy)

 

Organization of the sessions

The convention aims to facilitate dialogue between disciplines, theories, objects etc. The sessions’ primary goal will therefore be to encourage interdisciplinarity and to do away with the usual dividing lines between fields, corpuses or institutions. Papers proposals must therefore clearly state which method, corpus and theoretical positioning the researcher uses so that the scientific committee can organize panels which fulfill the interdisciplinary expectation and requirement.

Sessions will be comprised of three 15-to-20-minute papers. Ample time will be provided during each session for in-depth interdisciplinary discussion, moderated by a respondent named in advance by the committee for their expertise. All speakers must therefore send their papers in advance to that colleague.

Pre-constituted panel proposals are allowed on the condition that the contributions are clearly interdisciplinary and allow for the aforementioned discussions.

A selection of papers will be published.

The paper abstracts must mention which themes they discuss. They must be no longer than 300 words or 2000 characters and conform to the defining guidelines mentioned above. They should be sent with a short biography of the author(s) by October 15, 2017, at the latest at the following email address: assises@cpm2018.fr

 

Séminaire LPCM : Tintin et les Martiens

Séance du 9 juin 2017

André Gunthert

Tintin et les Martiens. Du réalisme dans la fiction

En comparant deux processus où des œuvres de fiction présentent un gain de vraisemblance, dans les premiers albums de Tintin et dans les films de conquête extra-terrestre, on propose de mettre en évidence la dimension du réalisme comme un opérateur de distinction, dont les effets sont perceptibles y compris au sein de l’univers fictionnel.

Voir le programme du séminaire

André Gunthert est maître de conférences en histoire visuelle à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS). Auteur de nombreuses études en histoire de la photographie, du daguerréotype à l’image numérique, il est l’un des principaux spécialistes français de la culture visuelle. Ses recherches actuelles sont consacrées aux systèmes narratifs des industries culturelles.

Fondateur de la revue Etudes photographiques en 1996, il a notamment dirigé avec Michel Poivert L’Art de la photographie (Citadelles-Mazenod, 2007). Son dernier ouvrage, L’Image partagée. La photographie numérique (Textuel, 2015) propose une première histoire du basculement vers l’image numérique. Il publie régulièrement ses travaux récents sur le blog L’image sociale. Continuer la lecture de Séminaire LPCM : Tintin et les Martiens

Séminaire LPCM : « L’art magique »

Frédéric Tabet « L’art magique, constructions et écritures d’un regard paradoxal »

Séminaire LPCM/Phistem, vendredi 10 février 2017, 14h, Université Paris-Ouest, Nanterre, bâtiment L, salle L436 (salle des conseils)

 

L’art magique se distingue des autres formes de représentation par son caractère paradoxal. Le spectateur assiste à des effets impossibles réalisés de manière hautement réaliste, indubitablement réels — car sensibles, visibles, audibles et parfois palpables, au point qu’on ne peut pas ne pas croire en ces phénomènes. Or, simultanément, le spectateur se sait pertinemment témoin d’apparences trompeuses, d’élaborations scientifiques rationnelles et par là face à de totales fictions. Cette injonction paradoxale crée le sentiment magique, distinct de l’émerveillement ou de la désillusion. Il nait au moment où l’effet fait irruption, au moment où s’inversent les poids du cru et du perçu dans les esprits.

Notre communication explorera les dispositifs de la prestidigitation, de l’illusionnisme et du post-modernisme. Nous montrerons par le biais de leurs écritures magiques comment les artistes-magiciens en détournant les moments de croyance construisent par l’illusion un regard lucide et critique.

 

Frédéric Tabet est Maître de Conférences à l’Université Toulouse 2 Jean Jaurès, membre du Laboratoire Lara-Seppia (EA 4154). Sa thèse et ses publications portent sur les modalités d’échanges et les emprunts entre l’art magique et les médias. Il est l’auteur d’articles sur l’histoire ainsi que l’esthétique du cinéma, ses intérêts actuels explorent la généalogie des effets et leurs mutations à l’aune de nouvelles technologies.

« Méliès et les artistes magiciens – Éléments de lecture d’une écriture virtuose », in Méliès carrefour des attractions – Suivi de Correspondance de Georges Méliès (1904-1937), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014, pp. 87-95.

« Entre art magique et cinématographe : un cas de circulation technique, le Théâtre Noir », 1865 Revue d’histoire du cinéma, Paris, AFRHC, n°69, avril 2013, pp. 27-43.

« La Transparence du Fregoligraphe en questions », in Performing New Média, 1890-1915, New Barnet, J. Libey, 2014, pp. 57-66.

« Trucage et réception, une étude de cas, les variétés magiques », in Trucages et Télévision, Revue CIRCAV, n°25, mai 2016, Paris, L’Harmattan, pp. 21-32.