Archives de catégorie : Colloques et séminaires

International Conference: Stylistic Approaches to Pop Culture (University of Vechta, 2-3 September 2021)

International Conference: Stylistic Approaches to Pop Culture

2-3 September 2021

University of Vechta, Germany

Format: Online Conference

Organizers: Christoph Schubert (Vechta) and Valentin Werner (Bamberg)

Presentation

Pop culture appears in diverse textual manifestations, including television series and films, song lyrics, video games, or graphic novels and comics. Although there is no universally accepted definition of pop culture, prototypical texts belong to globalized mainstream media, fulfill the commercial function of mass entertainment, and are dominated by American English. However, despite their international reception and sociocultural impact, and despite the fact that pop culture seems to have overcome its traditional “low culture” status, relevant texts are still clearly underresearched in linguistics. Style is here considered as a motivated choice of specific linguistic items that fulfill communicative functions in accordance with contextual parameters such as author, genre, or discursive context. Correspondingly, this conference intends to investigate stylistic features that contribute to the mass appeal of pop cultural texts, arguably representing the most central type of performed language today. It will also take into account that contemporary pop culture manifestations are genuinely multimodal (combining text and music, text and image, etc.), so that further layers of meaning interact with the verbal discourse.

Confirmed keynote speakers

Christiana Gregoriou (University of Leeds)
Dan McIntyre (University of Huddersfield)

Program

Available here.

Appel à contributions : Âgisme : construction et déconstruction des représentations liées à l’âge dans la littérature, les arts et les médias (revue Traits d’union)

« Âgisme : construction et déconstruction des représentations liées à l’âge dans la littérature, les arts et les médias »

Journée d’études : Maison de la Recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle (4 Rue des Irlandais, Paris) – en format hybride, 22-23 octobre 2021

Publication : Revue Traits d’Union

Échéance des propositions : 3 septembre 2021

Le 12e numéro de la Revue Traits d’Union se propose d’étudier la notion d’âgisme et ses représentations dans la littérature, les arts et les médias. Ce concept permet essentiellement d’identifier et de dénoncer les stéréotypes et les discriminations qui affectent la vieillesse, classe d’âge qui tend à être invisibilisée et stigmatisée dans les représentations et les pratiques. Il est possible cependant de l’étendre à l’ensemble des discriminations fondées sur l’âge, notamment celles qui touchent la jeunesse. Il s’agira ainsi de voir comment la littérature, les arts et les médias participent au renforcement, à la dénonciation ou à la déconstruction des stéréotypes âgistes.

La Revue Traits d’Union publie prioritairement de jeunes chercheur·euse·s, doctorant·e·s et jeunes docteur·e·s, en lettres, arts, médias, sciences humaines et sociales.

Apparu pour la première fois en 1969 sous la plume de Robert Butler, le terme « âgisme » désigne « une profonde gêne chez les jeunes et les personnes d’âge moyen – une répugnance personnelle et un dégoût envers le vieillissement, la maladie et l’infirmité ;

ainsi que la peur de l’impuissance, de l’inutilité et de la mort1 ». Il prend peu à peu sa place dans le langage courant, faisant émerger l’idée qu’à l’instar d’autres formes de discriminations comme le racisme ou le sexisme2, il existe une ségrégation en fonction de l’âge. D’ailleurs, la pandémie de Covid-19 qui a frappé le monde à partir de 20193 ou encore le débat récurrent sur les retraites4 en France, tout comme celui sur les Ehpad5, ne font que réactualiser les stéréotypes que l’on accole aux personnes âgées. Il n’est qu’à lire La Vieillesse de Simone de Beauvoir6, tout récemment réédité, ou encore Histoire de la vieillesse de Jean-Pierre Bois7 pour s’en rendre compte.

Vieillesses et stéréotypes

Il s’agirait pourtant de clarifier tout d’abord ce que désigne la vieillesse, notion aussi vague que fluctuante. En effet, on ne vieillit pas de manière uniforme suivant sa classe sociale, son activité professionnelle, son parcours de vie, son environnement, etc. De plus, la représentation de la vieillesse varie selon l’époque et la culture. Chaque vieillesse est singulière et pourtant la représentation de la vieillesse donne lieu à un ensemble de stéréotypes qui sont souvent négatifs. Certes, celles-ci présentent aussi la figure bienveillante du grand-parent adoré (Victor Hugo, L’art d’être grand-père, Madame de Grand Air dans la série de bandes-dessinées Bécassine) ou celle du vieux sage (Socrate peint par Jacques-Louis David ou Salvator Rosa, le père Fouras dans l’émission Fort Boyard) dont l’expérience profite à tou·te·s mais cette image est minoritaire, du moins en Occident8. Ici encore, la nuance est de mise et chaque aire géographique et culturelle semble présenter son lot de spécificités.

Qu’en est-il alors des stéréotypes liés à la vieillesse ? Existe-t-il des invariants ? Quel lien y a-t-il entre ces représentations caricaturales et la société qui les produit ? Quelle place l’aire géographique et l’ère temporelle prennent-elles dans leurs constructions ? En termes artistiques et médiatiques, les formes, mouvements et supports jouent-ils un rôle dans la manière dont l’âgisme transparaît ? Les arts et les médias sont-ils des vecteurs efficaces pour déconstruire ces représentations ? Quels chemins, singuliers ou communs, ces déconstructions prennent-elle ? Les circonvolutions langagières pour désigner cet âge de la vie – 3e âge, 4e âge, seniors – ne sont-elles pas déjà une trace de cet âgisme ? Si « gros » ne devrait pas être un gros mot9, n’en serait-il pas de même pour « vieux » ? Ces quelques questionnements ne peuvent qu’être frappés du sceau de l’incomplétude, d’autant que l’aspect intersectionnel a une place prépondérante dans la construction mais aussi dans la déconstruction de ces stéréotypes âgistes.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Âgisme : construction et déconstruction des représentations liées à l’âge dans la littérature, les arts et les médias (revue Traits d’union)

Séminaire : “Philologie numérique” (Epitech, 12 juillet 2021, en ligne)

Séminaire du laboratoire MNSHS d’Epitech: “Philologie numérique

12 juillet 2021 de 14h à 17h 

En ligne (pour recevoir le lien, contactez recherche@epitech.eu)

Organisé par Marie Puren

Présentation

Lundi 12 juillet de 14h à 17h, le séminaire du laboratoire Méthodes Numériques pour les Sciences de l’Humain et de la Société (MNSHS) d’Epitech accueillera Florian Cafiero (GEMASS – CNRS/Paris Sorbonne), Jean-Baptiste Camps (Ecole nationale des chartes) et Simon Gabay (Université de Genève) . La séance portera sur “la philologie numérique”.

  • Florian Cafiero et Jean-Baptiste Camps interviendront d’abord sur “La marge de l’erreur : pour une étude expérimentale à grande échelle de la copie des textes” :

“Depuis l’Antiquité jusqu’à l’invention de l’imprimerie, pour confier un texte à l’écrit et lui permettre de voyager en d’autres lieux ou de parvenir à de nouvelles générations, il était nécessaire de le retranscrire à la main. Scribes ou moines copistes recopiaient parfois des oeuvres qui les passionnaient, parfois des œuvres qu’ils ne comprenaient guère. Si compétents qu’ils aient été, ces copistes n’en ont pas moins commis un certain nombre d’erreurs, générant elles-mêmes à la copie suivante des erreurs parfois encore plus grandes. Et, soit que certains passages se perdent ou ne fassent plus sens après quelques erreurs mal placées, soit qu’ils semblent démodés ou ennuyeux, les copistes tentent parfois d’inventer. Pour ces raisons, nous conservons donc de nombreuses versions d’un même texte, parfois fort différentes… Mais à quoi pouvait ressembler la version originale de livres de la Bible ? des légendes du Graal ? Pour retrouver les textes originaux, il nous faut mieux comprendre les erreurs qui les ont altérées. Nous lançons donc une expérience à grande échelle pour simuler ces erreurs dans la transmission et leurs résultats. Elle devrait s’étendre sur 3 pays (France, Italie, Etats-Unis) et faire l’objet d’une présentation à l’été 2022. Certaines expériences auront lieu en présence. Mais dans le contexte du COVID-19, et pour faciliter la tenue de l’expérience à plus grande échelle, nous souhaitons développer une application. Celle-ci contiendrait une interface ergonomique de copie de texte, et permettrait la numérisation puis la reconnaissance d’écriture manuscrite.”

  • Puis Simon Gabay nous parlera de la “Pratique manuscrite dans un monde d’imprimés: le cas du Grand siècle”.

“Les hommes écrivent, copient et publient des textes depuis des siècles. Lors du passage du livre manuscrit (le codex) au livre imprimé, le cœur de ce triptyque, le système de copie, a muté en profondeur: avec la mécanisation de la reproduction, le copiste s’est fait imprimeur, le scriptorium est devenu un atelier d’imprimerie… Mais l’avènement d’une culture de l’imprimé n’implique cependant pas la disparition d’une pratique scribale dont la persistance et les traces sont trop souvent sous-estimées (Sharpe2016), y compris jusqu’à des époques très récentes (Johnston1999). À l’époque moderne, si la culture du livre imprimé se développe rapidement, le manuscrit ne disparaît pas pour autant (Beugnot2020). On trouve de la documentation administrative, comme des lettres codées (cf.image1),des brouillons d’auteur, comme les sermons de Bossuet (cf.image2), des correspondances, comme les célèbres lettres de Sévigné (cf.image3), des documents inédits, comme des traductions de Racine (cf.image4), des mémoires, comme ceux de Perrault (cf.image5), des textes polémiques, comme des mazarinades(cf.image6), des imprimés annotés, comme les épreuves de Bossuet (cf.image7)ou enfin des documents de travail, comme des copies d’imprimeur (cf.image8).L’importance de ces manuscrits, trop longtemps ignorés, commence a être redécouverte par les chercheurs, que ce soit via des études génétiques (i.e. quis’intéressent au processus d’écriture, cf. Régent-Susini2009) ou plus largement philologiques (i.e. qui se penchent sur la matérialité du document, cf. Gabay2020), mais ce champ reste encore trop peu exploré. Afin de pallier ce problème, nous nous proposons de constituer un répertoire numérique de manuscrits classiques, témoignant de la persistance d’une culture scribale parallèlement à la consolidation de l’économie du livre imprimé dans la France d’Ancien Régime (Martin1969). Ce travail n’étant nouveau que par le fond (le manuscrit français classique) mais pas par sa forme (un catalogue numérique de manuscrit, cf. Burnard 2008), il se doit de s’aligner sur des standards et bonnes pratiques préalablement établis par les chercheurs (e.g. le XML-TEI, cf. Burnard 2014) pour des raisons évidentes d’interopérabilité des données. Ce catalogage se voulant une première phase avant l’augmentation d’un corpus de français moderne déjà existant (Gabay, Bartz, and Deguin2020), la modélisation des données devra contenir compte de cette évolution future.”

Journées d’étude : La critique culturelle sur le web : espaces, discours, valeurs (Université de Caen-Université de Rouen)

Journée d’études : La critique culturelle sur le web : espaces, discours, valeurs

Université de Caen (Laslar), Université de Rouen (CÉRÉdI)

24-25 juin 2021

https://webconf.unicaen.fr/b/dsi-r9t-xrz-kln

PROGRAMME

24 juin (Université de Caen) – Salle des actes de la MRSH

Matin

9h 30 Introduction (J. Anselmini, V. Vignaux)

10 h Conférence inaugurale

Lifranum (L. Perticoz, L. Feugère, J.-P Fewou-N’Gouloure), « Migration de la critique littéraire en régime numérique : des blogs à Youtube »

Session 1 (modérateur : V. Rivron) – Nouveaux périmètres critiques

11 h Samantha Caretti, « Critique d’amateurs, critique d’éclairés ? Pratiques critiques des sociétés d’amis d’écrivains sur le web »

11 h 25 Elisabeth Viain, « La critique de théâtre contemporain sur le web – Entre professionnels et amateurs, entre recensions bienveillantes et polémiques désordonnées : un espace fourre-tout ou fécond et libérateur ? »

Continuer la lecture de Journées d’étude : La critique culturelle sur le web : espaces, discours, valeurs (Université de Caen-Université de Rouen)

Journées d’études : Fiction et nouveaux discours historiques (Université de Paris)

Journées d’études : Fictions et nouveaux discours historiques 

28-29 juin 2021

Université de Paris, Bâtiment Sophie Germain, 1 Place Aurélie Nemours, 75013 Paris, salle 1021

Il sera également possible de suivre les journées d’études à distance. Pour ce faire, merci de compléter les informations dans le formulaire d’inscription en ligne : https://form.123formbuilder.com/5928801/form.

Vous recevrez le lien d’invitation Zoom par courriel. Vous pouvez vous inscrire jusqu’au 26 juin 2021, 18h.

Organisatrices

Laurence CROS (maître de conférences en études canadiennes, Université de Paris, LARCA-UMR 8225)
Marie-Jeanne ROSSIGNOL (professeure d’histoire américaine, Université de Paris, LARCA-UMR 8225)

Organisation

Université de Paris ; Laboratoire de Recherche sur les Cultures Anglophones (LARCA UMR 8225) ; CNRS

Continuer la lecture de Journées d’études : Fiction et nouveaux discours historiques (Université de Paris)

Appel à communications : Dantastique ! Images et imaginaires dantesques dans la culture populaire, entre « rêve médiéval » et société de consommation (Université de Florence)

Appel à communications : Dantastique ! Images et imaginaires dantesques dans la culture populaire, entre « rêve médiéval » et société de consommation

20-21 janvier 2022

Université de Florence 

Échéance des propositions : 30 août 2021

Nous sommes heureux d’annoncer que le projet ANR DHAF (Dante hier et aujourd’hui en France), le World Languages and Cultures Department de la Elon University, l’Université Grenoble Alpes, l’Université de Florence, l’Institut Français de Florence, et l’Accademia Europea di Firenze organisent un colloque international sur la thématique de l’imaginaire dantesque dans la culture populaire. Le colloque se tiendra auprès de l’Accademia Europea di Firenze, de l’Institut Français et de l’Università di Firenze les 20 et 21 janvier 2022.

Les communications pourront être présentées en anglais, français ou italien. Outre les communications   sélectionnées par le comité scientifique sur la base des réponses au présent appel, nous avons le plaisir d’annoncer que le colloque prévoit la participation des conférenciers invités suivants :

  • Elizabeth Coggeshall (Florida State University) et Arielle Saiber (Bowdoin College)
  • Francesca Roversi Monaco (Università di Bologna)
  • Stefano Lazzarin (Université Jean Monnet, Saint-Étienne)

Continuer la lecture de Appel à communications : Dantastique ! Images et imaginaires dantesques dans la culture populaire, entre « rêve médiéval » et société de consommation (Université de Florence)

Colloque : Cultures populaires et savantes. Frontières de la légitimité (université d’Artois)

Colloque doctoral international Cultures populaires et cultures savantes : frontières de la légitimité

9-10 septembre 2021

Université d’Artois (Arras), Maison de la Recherche, salle des colloques

Coorganisé par Anne Besson (Université d’Artois), Alain Boillat (UNIL) et Matthieu Letourneux (Université Paris-Nanterre)

Dans le cadre du programme doctoral « Dispositifs de vision : cinéma, photographie et autres médias »

Programme :

Jeudi 9 septembre 2021

Ouverture 9h

Mot d’accueil 9h30

Matinée
Séance 1 « Partages de l’autorité au XXe siècle »
(présidence, Alain Boillat)

9h45-10h30 : Séance ouverte par Alain Boillat, « Étude du cinéromanphoto de l’adaptation par AutantLara du Rouge et le noir de Stendhal (1954) : le rôle de légitimation de la référence au patrimoine littéraire français dans des médias populaires »

Pause

10h45-11h15 Sophie Bros (Nanterre) « Du cinéma à l’écrit : le genre de la novellisation ou la légitimité des pratiques culturelles en question »

11h15-11h45 Victoria Pleuchot (Artois) « La littérature prolétarienne : vers une légitimité de l’expérience ? »

11h45-12h15 : discussion

12h30-14h : déjeuner

Après-midi
Séance 2 « Commerce, culture et contre-culture »
(présidence, Matthieu Letourneux)

14h-14h45 Séance ouverte par Matthieu Letourneux, « Énonciation éditoriale et redéfinition de la valeur : l’exemple de Métal hurlant »

Pause

15h-15h30 Raphaël Oesterlé (UNIL) « Entre commerce et patrimonialisation : la pratique de rééditions des éditions Dupuis »

15h30-16h Camille Huygen (UNIL) « Étude des discours de réception, entre industrie cinématographique et mondes de l’art : le cas Giger »

16h-16h15, discussion

Pause

Séance 3 : « Art contemporain et cultures populaires »

16h30 Isabelle Bonnet (Paris 1 Sorbonne), « La photographie de « scène de crime » : la traduction de ses imaginaires dans le champ artistique »

17h Jade Cervetti (Artois), « Artivisme queer : la légitimation du travestissement performatif en France, transformations intra-communautaires et influence exercée par la culture savante »

17h30-18h : discussion

Vendredi 10 septembre

Matinée 2
Séance 4 « Images et imaginaires des genres littéraires et médiatiques »
(présidence Anne Besson)

9h45-10h30 Séance ouverte par Anne Besson, « La pertinence politique, une stratégie de légitimation à double tranchant pour les genres de l’imaginaire »

Pause

10h45 Aliénor Vauthey (UNIL-Artois), « Au coeur du taillis mercantile : les « beaux arbres » de la fantasy française »

11h15 Theodore Deghan (Nanterre), « Une légitimation impossible ? Ce que révèle la production académique dédiée au yaoi sur son sujet »

11h45 Elsa De Smet (PSL), « Portrait d’un trou noir : entre culture populaire et culture scientifique, une image qui fait événement »

12h15-12h45 : discussion

Appel à communications : Reconnecter un monde dévasté ? Représentation des enjeux environnementaux dans les jeux vidéo (Université de Rouen-Normandie)

Appel à communications – dans le cadre du cycle de travaux “Le numérique à son miroir”

« Reconnecter un monde dévasté1 » ? Représentation des enjeux environnementaux dans les jeux vidéo

8 avril 2022

Université de Rouen NormandieCampus de Mont-Saint-Aignan

Échéance des propositions : 15 décembre 2021

Comité d’organisation : Sandra Provini, Mélanie Lucciano, Tony Gheeraert

Comité scientifique :  Sandra Provini (URN), Mélanie Lucciano (URN), Tony Gheeraert (URN), Gaëlle Théval (URN), Anne-Laure Tissut (URN), Sandra Gondouin (URN), Marcello Vitali-Rosati, Georges Da Costa (Laboratoire IRIT UMR 5505, Université Paul Sabatier, Toulouse 3)

Il est des métaphores trompeuses : dans les années 1990-2000, les notions de “dématérialisation”, puis de “cloud computing”, avaient entraîné la fallacieuse croyance que l’informatique était légère comme un nuage. Mieux : beaucoup de spécialistes envisageaient à l’époque la dématérialisation comme une piste sérieuse pour préserver l’environnement, qui constituait alors un enjeu émergent. Ainsi, en 1997, Steven Hunt estimait que “les stratégies de dématérialisation tendent à réduire l’impact environnemental par unité d’activité économique”2. Trois ans plus tard, Julia Haake, dans sa thèse de doctorat, espérait que le “concept de dématérialisation” pourrait servir une meilleure “gestion environnementale”3. La chercheuse donnait pour exemple la miniaturisation des téléphones portables, “de plus en plus petits et donc moins consommateurs de matière”, ou le CD-ROM, “permettant de remplacer des tonnes de kilogrammes de papier”4.

Continuer la lecture de Appel à communications : Reconnecter un monde dévasté ? Représentation des enjeux environnementaux dans les jeux vidéo (Université de Rouen-Normandie)

  1. “Reconnecting a devastated world”, bande-annonce de lancement de Death Stranding, Kojima Productions et Sony Interactive Entertainment, 2019-2020. []
  2. Steven Hunt, “Des réformes fiscales pour protéger l’environnement au Mexique”, Le Crdi Explore, publication du Centre de recherches pour le développement international (Ottawa, Canada), janvier-décembre 1997. []
  3. Julia Haake, Les stratégies des entreprises pour une utilisation des matières plus respectueuse de l’environnement : une application du concept de dématérialisation à la gestion environnementale, thèse soutenue en 2000 à l’université de Saint-Quentin-En-Yvelines : https://www.theses.fr/2000VERSA010 []
  4. Julia Haake, “Dématérialisation – Mesure par bilans matières et MIPS”, Techniques de l’ingénieur, juillet 2000. []

Appel à communications : Les années 1920 au Québec : reconfiguration de l’espace culturel et nouvelles modélisations littéraires, artistiques et médiatiques (Université de Montréal)

Les années 1920 au Québec  : reconfiguration de l’espace culturel et nouvelles modélisations littéraires, artistiques et médiatiques

Université de Montréal 

Les 10 et 11 mars 2022

Échéance des propositions : 5 juillet 2021

English version follows.

Organisé par Stéphanie Bernier (CRILCQ-Université de Montréal), Vanessa Blais-Tremblay (CRILCQ-Université du Québec à Montréal, IREF), Caroline Loranger(CRILCQ-Université du Québec à Montréal) et Adrien Rannaud (Université de Toronto), dans le cadre des 60e journées d’étude de l’Association québécoise pour l’étude de l’imprimé (AQÉI).

Il est devenu courant de voir s’établir, dans le discours public, un parallèle entre l’époque contemporaine, marquée par l’actuelle pandémie de COVID-19, et la décennie 1920, au sortir de l’épidémie de grippe espagnole de 1918-1919. Si une telle comparaison appelle assurément son lot de nuances (Chabot, 2021), force est cependant de constater que l’espoir des lendemains qui chantent marque aussi le retour d’un imaginaire des « années folles » dans le discours public, chrononyme désignant une période caractérisée par un relatif essor économique, une effervescence sur le plan de la création artistique et culturelle, mais également durant laquelle germent déjà les inquiétudes qui éclateront au grand jour, au lendemain de la crise économique de 1929.

Continuer la lecture de Appel à communications : Les années 1920 au Québec : reconfiguration de l’espace culturel et nouvelles modélisations littéraires, artistiques et médiatiques (Université de Montréal)

COLLOque: Read, (Re)Write and Share: Old AND New Practices of Signification

Read, (Re)Write & Share: Old & New Practices of Signification

16-17 juin 2021

Plateforme Zoom 

Organisé par Federica Ambroso, Mattia Arioli, Simone Carati, Gabriella Elina Imposti, Elena Lamberti, Luca Marzolla, Michele Morselli, Susanna Scavello, Andrea Suverato (LiLeC, University of Bologna) 

In the era of social media, our societies experience a proliferation of new practices of reading, (re)writing and sharing, which gradually reshape the literary, artistic, and cultural landscape.

Which challenges these processes of resemanticization do take up? Which differences and analogies can be found, by looking at the various historical and cultural contexts involved?

This conference’s purpose is to stimulate a wide-ranging debate on these topics, spanning from medieval to contemporary age and embracing a multiplicity of disciplinary domains.

The graduate conference will be held online: you can access it here (no registration required).

The conference will be held in Italian, English, French and Spanish. 

Continuer la lecture de COLLOque: Read, (Re)Write and Share: Old AND New Practices of Signification