Archives de catégorie : Colloques et séminaires

Appel à contributions : La fantasy au prisme des médias (Épinal)

Colloque des Imaginiales : La fantasy au prisme des médias. BD, jeux, cinéma, télévision, musique… : métamorphoses d’un genre et de ses usages

Jeudi 19 et vendredi 20 mai 2022

à Epinal dans le cadre du Festival des Imaginales

Échéance des propositions : 30 janvier 2022

Direction scientifique : Anne Besson (Université d’Artois), Stéphanie Nicot (directrice artistique des Imaginales), Natacha Vas-Deyres (Université de Bordeaux-Montaigne) et Florent Favard (Université de Lorraine)

Comité d’organisation : Stéphane Wieser (directeur du Festival des Imaginales d’Epinal), en association avec le Comité d’Histoire régionale – Région Grand Est 

 La fantasy se présente dès ses origines comme un genre multimédiatique, favorisant des formes de création et de réception qui empruntent aussi bien les voies de l’écrit que de l’image, du son ou de l’objet – William Morris, un des créateurs de la fantasy romanesque à la fin de sa fructueuse carrière, n’était-il pas, aussi et indissociablement, designer, créateur d’arts graphiques et décoratifs, peintre, éditeur, traducteur, poète… ? Tout au long de l’histoire du genre, les romanciers ont été aussi illustrateurs, comme J.R.R. Tolkien, Mervyn Peake ou plus récemment Melchior Ascaride par exemple, musiciens, comme Michael Moorcock ou Morgan of Glencoe, puis scénaristes pour le cinéma ou la télévision, de George Martin à Estelle Faye, ou encore et très souvent rôlistes, de Raymond Feist à Jean-Philippe Jaworski. Quand ce n’était pas l’auteur qui exerçait sur plusieurs médiums, ce sont certaines œuvres dont l’appréhension s’est faite en fonction de leurs avatars visuels, audiovisuels ou vidéo-ludiques – le Conan de Robert E. Howard prend ainsi forme dans les images de Frank Frazetta, avant que sa perception ne soit largement transformée, voire déformée, par le film de John Milius en 1982. Les textes d’Andrzej Sapkowski consacrés au Sorceleur, parus en Pologne au début des années 90, n’ont accédé à une très large reconnaissance qu’à l’occasion de leur adaptation en jeu vidéo à partir de 2007, avant que l’ensemble ne donne lieu à une série télévisée diffusée sur Netflix en 2019.

La dynamique de « world builiding », fondamentale à la fantasy, fournit une piste « interne » pour comprendre un tel déploiement multi ou trans-médiatique – tout un monde à explorer, cela nécessite d’y donner accès par tous les sens, de le faire voir et entendre, d’en développer la culture matérielle et d’en documenter l’existence dans des manuels de règles, afin d’y permettre l’immersion la plus complète. Les « univers partagés », créations collectives comme Thieves’ World de Robert L. Asprin, ou étendues, comme autour du Darkover de Marion Zimmer Bradley, font partie des expériences les plus caractéristiques de ce qui fait la spécificité de la fantasy, dans le mélange des supports médiatiques comme dans les passages entre création et réception qu’elle permet. En cela le genre entretient le plaisir de pratiques courantes de l’imaginaire enfantin, et ce n’est pas un hasard si une part des univers parmi les plus développés sont (au départ !) destinés au jeune public, de Yu-gi-oh à Harry Potter.

Continuer la lecture de Appel à contributions : La fantasy au prisme des médias (Épinal)

Journée d’études – “Le Colosse et le Titan : Balzac et Dumas en face-à-face” (Université Jean Jaurès)

Journée d’études : “Le Colosse et le Titan : Balzac et Dumas en face-à-face”

19 novembre 2021, 9h15-17h

Université Jean Jaurès, MDR, salle D30

Organisé par Julie Anselmini (université de Caen, LASLAR), Lauren Bentolila-Fanon (lycée Alain Fournier, PLH-ELH), et Marine Le Bail (université Toulouse-Jean Jaurès, PLH-ELH)

Il sera possible de suivre la journée en ligne. Pour obtenir le lien de connexion, merci de s’inscrire préalablement auprès de l’une des trois organisatrices : julie.anselmini@unicaen.fr, Lauren.Fanon@ac-toulouse.fr, ou marine.le-bail@univ-tlse2.fr Continuer la lecture de Journée d’études – “Le Colosse et le Titan : Balzac et Dumas en face-à-face” (Université Jean Jaurès)

Journée d’étude « Jeux, religions et questions de société » (Université de Strasbourg)

Journée d’étude: « Jeux, religions et questions de société »

2 décembre 2021

Université de Strasbourg, Salle des conférence, Maison interuniversitaire des sciences de l’Homme – Alsace (MISHA) (5 allée du Général Rouvillois, 67083 Strasbourg)

Présentation

Le jeu est une activité sociale et le jeu vidéo moderne en particulier se place dans des univers ludiques complexes et détaillés. Les travaux historiques d’Huizinga et de Caillois décrivent le jeu comme l’une des activités humaines et sociales procurant une forte dimension de plaisir, d’excitation ou de fièvre. Si Huizinga voyait le jeu comme étant à l’origine de toute activité sociale, dont le culte, Caillois propose une opposition symétrique entre le domaine du jeu et celui du sacré. Dans certaines représentations communes, jeux et religions ne peuvent en effet pas être confondus. Cette opposition est moins due à une franche hostilité à l’égard de la religion qu’au fait que, pour beaucoup, la foi religieuse et le plaisir ludique ont très peu de points communs. Pourtant, des travaux récents proposent d’interroger à nouveaux frais les multiples dimensions des rapports entre jeux et faits religieux (Di Filippo, 2021).

Dans le domaine des jeux vidéo, de nombreux exemples mettent en scène des divinités, des cultes voire proposent aux joueurs de prendre la place d’un dieu, comme dans les jeux appartenant au genre des « god games », dans lesquels un joueur incarne un dieu qui crée et gère un monde. La doctrine de la création est également présente de tout temps dans de nombreux jeux (« créer » son personnage dans les jeux de rôle par exemple). Certains jeux font explicitement allusion à des religions existantes, dont ils présentent une interprétation, voire une lecture critique. Dans d’autres cas, des univers religieux sont recréés, voire créés de toute pièce. Les mondes ludiques des jeux de rôle et d’aventure développent des cadres, des histoires où se retrouvent des panthéons de divinités et des cultes qui leur sont dédiés. La foi et par conséquent les comportements attendus des personnages-joueurs et non joueurs sont pris en compte, jusque dans le gameplay.

Ces nombreuses représentations de faits religieux amènent à examiner différentes questions sociales que peuvent soulever les jeux : Les formes que prennent les religions et leurs modes d’organisation et la domination de certains types de structures religieuses dans l’imaginaire contemporain ; les cosmologies fictionnelles ludiques et la mise en place d’un ordre social ;  les modes de soumission aux autorités religieuses ; les condamnations de représentations ludiques diabolisées par des groupes souvent radicaux et, en retour, les représentations autorisées ;  les questions de genre dans les représentations religieuses ludiques ; La mise en scène de l’altérité lorsque les stéréotypes étrangers s’appuient sur des différences religieuses ; l’édification de jeux et rituels et la construction de liens sociaux. Ces multiples entrées amènent à se demander comment les questions sociales religieuses peuvent nourrir la conception et le design des jeux, ou, à l’inverse, comment elles se servent de ces objets pour aborder ces problématiques.

Aussi, cette journée d’étude « Jeux, religions et questions de société » est consacrée aux interactions entre ces éléments, dans toutes les formes de jeux (vidéo, plateau, etc.), et du point de vue de la production/création du jeu, du joueur, ou des mondes ludiques représentés.

Journée organisée avec le soutien de :

  • Maison interuniversitaire des sciences de l’homme – Alsace (MISHA USR 3227)
  • Bureau d’économie théorique et appliquée (BETA UMR 7522)
  • Le groupe d’étude sciences des religions et théologie (GIS SCIRTHES de l’Université de Strasbourg)
  • Le groupe Cultures et Mondes Ludiques de l’Université de Strasbourg: jeu.unistra.fr
  • L’Université de Strasbourg

Continuer la lecture de Journée d’étude « Jeux, religions et questions de société » (Université de Strasbourg)

Appel à contributions : Berceuses, histoire(s) et conscience (Grenoble)

Colloque pluridisciplinaire : Berceuses, Histoire(s) et conscience

Jeudi 3 et Vendredi 4 Février 2022

Université Grenoble Alpes

Échéance des propositions : 5 janvier 2022

Dans le cadre de : BERCER (BERceuses : Circulations Et Répertoires), « Initiatives de Recherche à Grenoble Alpes » (IRGA) ANR-15-IDEX-02

Responsable : Élise Petit, Université Grenoble-Alpes, LUHCIE

[L’Appel à communications en langue anglaise peut être consulté sur le site de l’événement]

Si d’innombrables recueils de berceuses de tous pays existent, avec autant d’enregistrements, les ouvrages concernant l’analyse de corpus ou les usages de la berceuse sont, aujourd’hui encore, très rares[1]. Du côté de l’ethnomusicologie, les travaux de Constantin Brӑiloiu[2] sur la musique roumaine ont été suivis par nombre d’études sur des répertoires nationaux ou régionaux visant à identifier des caractéristiques musicales communes, mais sans s’attarder spécifiquement sur les berceuses. 

L’objectif de ce colloque est de questionner un répertoire de « l’enfance des peuples » sur ce qu’il révèle de leur·s histoire·s, de leurs circulations mais aussi des traumatismes qu’ils ont vécus, dans une perspective transhistorique et transdisciplinaire. Que nous apprennent les berceuses sur l’histoire parfois partielle ou fragmentaire des circulations et des migrations ? Quelle est l’importance de ces répertoires dans la transmission orale de l’histoire des peuples ? Existe-t-il une fonction « cathartique » des berceuses traitant d’épisodes traumatiques ? Quels sont les effets des berceuses, de leurs paroles et de la voix de leur interprète sur le cerveau de l’enfant dans les processus d’apaisement visant l’endormissement ? 

Au-delà de ces deux journées de rencontres, le projet vise à susciter un partage scientifique dans une dynamique pluridisciplinaire qui rassemble musicologues, artistes, historien·ne·s, ethnologues et ethnomusicologues, sociologues, linguistes, neuroscientifiques, psychologues et thérapeutes sur le plan national et international en vue de réflexions et publications ultérieures plus larges.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Berceuses, histoire(s) et conscience (Grenoble)

Journée d’études : Hommage à l’historien Dominique Kalifa. L’histoire en jeu. Vies déviantes et faits divers (Université Paul-Valéry, Montpellier)

Journée d’études : Hommage à l’historien Dominique Kalifa. L’histoire en jeu. Vies déviantes et faits divers

20 novembre 2021, 9h30-17h

Université Paul-Valéry, Amphithéâtre de Pierrevives, 907 Rue du Professeur Blayac 34000 Montpellier

TRAM Ligne 3 : arrêt “Hôtel du département” ou Ligne 1 : arrêt “Halles de La Paillade”

Cette journée, pensée dans le sillon des recherches menées par l’historien Dominique Kalifa, disparu à l’automne 2020, souhaite différer des colloques d’hommage pour mettre en avant son goût pour le jeu. Chaque participant va choisir dans le journal de son choix un article (fait divers énigmatique, canard, canular, petite annonce…) mettant en scène une incongruité du quotidien, un déraillement de la logique, une petite vie déviante soudainement placée sous les feux des projecteurs. Dans un premier temps, une lecture théâtralisée de l’article aura lieu. Dans un second temps, chaque participant, dans l’esprit des travaux de Dominique Kalifa, expliquera en quoi ce petit fait est un symptôme éclairant les peurs, les désirs, les aspirations de la société qui l’a produit ou un régulateur des affects et des sensibilités. L’objectif est d’identifier certaines thématiques chères à Dominique Kalifa : le fait divers, le crime, le sensationnalisme, la presse, les marginaux, le bagne, les bas-fonds, l’érotisme…

Télécharger le programme

Organisé dans le cadre de l’exposition “La science à la poursuite du crime Alphonse Bertillon, pionnier des experts policiers”.

Renseignements : 04 67 67 37 68 / psecondy@herault.fr

 

Appel à communications : The globalization of series: the example of Israeli series in the world (Hebrew University of Jerusalem)

International Conference: The globalization of series: the example of Israeli series in the world. Towards a cross-cultural and comparative approach to series adaptations and franchises 

Hebrew University of Jerusalem

31 October -2 November 2022

Proposals for papers  should be sent by 10 January 2022

Conference organizers : Alexandre Gefen (CNRS-Université Sorbonne Nouvelle-ENS), Yona Hanhart-Marmor (The Hebrew University of Jerusalem), Sandra Laugier (Université Panthéon Sorbonne).

TV Series have conquered the world. From Game of Thrones or Lupin to Homeland or to The Handmaid’s Tale or Squid game, many of them now constitute a common cultural heritage that allows us to reflect together and across continents on ethical and political issues. This cultural globalization takes place through some “global” series but also through countless adaptations or franchises. The example of Israeli series is particularly striking: Homeland (Hatufim), In Analysis(BeTipul), Euphoria (Euphoria), Hostages (Bnei Aruba), Your Honor (Kvodo), The Good Cop (Hashoter Hatov), Allegiance (The Gordin Cell), The Ex List (The Mythological Ex), Traffic Light (Ramzor).

This conference hypothesizes that these adaptations or variations constitute an extraordinary tool for a comparative approach to cultural, if not anthropological, particularities. Behind similar scenarios and parallel general questions, the regional or national incarnations of the series allow us to understand historical contexts, but also different sensibilities whose nuances are ethically or politically fundamental. More generally, the comparison of local offerings from platforms like Netflix or local productions is a remarkable revelation of differences or convergences that go beyond the mere situational tastes of viewers.

During this conference, we will focus specifically on a comparison between Israeli series and their adaptations, mainly French, considering this comparatist approach as a tool to grasp the specificity of the politic, national and individual identity which expresses itself through the series adaptations. 

It is thus to a comparative approach of TV series that this conference, the very first of its kind, invites researchers. 

Proposals for papers (300 words) should be sent to jerusalemseries2022@gmail.com by 10 January 2022. They should be accompanied by a short bio-bibliographical note. A response will be given mid-February.

Papers should not exceed 25 minutes.

Appel à communications : À la croisée des chemins : l’intermédialité comme point de rencontre (Université de Sherbrooke)

Colloque : “À la croisée des chemins : l’intermédialité comme point de rencontre“, 19e colloque étudiant en littérature canadienne de l’Université de Sherbrooke

18 mars 2022

Université de Sherbrooke

Le 19e colloque étudiant en littérature canadienne de l’Université de Sherbrooke, qui aura lieu en ligne le 18 mars 2022, aura pour thème À la croisée des chemins : l’intermédialité comme point de rencontre.

Il souhaite mettre l’accent sur la transmédialité dans ses relations avec la littérature et la traduction. Des présentations d’une durée de 20 minutes examinant des œuvres contemporaines canadiennes en français, en anglais ou en langues autochtones sous l’angle de l’intermédialité seront les bienvenues. Seront également considérées les contributions prenant la forme d’une production audiovisuelle ou d’une performance.

Nous vous invitons à faire parvenir votre proposition de communication de 250 mots et une courte notice biographique (150 mots) à l’adresse courriel TTT2021usherbrooke@gmail.com au plus tard le 30 novembre 2021. 

Appel à communications

Séminaire : Matrimoine de la bande dessinée (MSH Paris Nord)

Séminaire 2021-2022 : Matrimoine de la bande dessinée

MSH Paris Nord

Ce séminaire vise à mettre en lumière le rôle des femmes dans l’histoire de la bande dessinée. Il s’agit d’une enquête collective qui s’intéresse aux créatrices de BD, grandes oubliées de l’histoire du neuvième art. Nous saisissons ce projet d’historicisation dans son épaisseur sociale, intellectuelle et politique. Les séances, d’une durée de 3 heures, auront lieu une fois par mois (octobre-avril), à la MSH Paris Nord. Chaque séance est répartie en deux temps. Le premier temps donnera place à des conférences portant sur le matrimoine de la BD, sur l’histoire du médium et sur ses enjeux sociopolitiques. Le second moment, animé par le comité d’organisation, permettra la collecte des récits de vie des créatrices convoquées, au travers de la production d’archives orales.

Les séances du séminaire sont ouvertes aux chercheureuses, doctorant.e.s et étudiant.e.s à partir du master 1 ainsi qu’aux professionnel.le.s de la bande dessinée.

Responsable : Marys Renné HERTIMAN

Organisation : Les Bréchoises*

Soutien scientifique : Bénédicte GRAILLES et Christine BARD

*Les Bréchoises sont : Marys Hertiman (chercheuse-doctorante, EXPERICE, Paris 8), Sophie Bonadè (chercheuse associée au laboratoire SLAM, Paris Saclay), Laura Caraballo (chercheuse associée HAR, Paris X ; post-doctorante, Université Clermont-Auvergne), Marie-Paul Noël (créatrice de BD), Johanna Schipper (autrice, enseignante et chercheuse-doctorante, Université Bordeaux Montaigne), Maëlys Tirehote-Corbin (chercheuse-doctorante, Université de Lausanne). Avec le soutien de Françoise Laot (socio-historienne et enseignante, EXPERICE, Paris 8).

Continuer la lecture de Séminaire : Matrimoine de la bande dessinée (MSH Paris Nord)

Journée d’étude : “(Re)créer et interagir avec le passé – Ce que l’expérience vidéoludique peut apporter à la recherche scientifique” (Université de Lille)

Journée d’étude : “(Re)créer et interagir avec le passé – Ce que l’expérience vidéoludique peut apporter à la recherche scientifique”

25 novembre 2021

Plaine Images – Imaginarium – 99A (Bd Constantin Descat, 59200 Tourcoing)

Organisé par la Fédération de recherche SCV

Inscription obligatoire

Présentation

Les technologies de l’image et de l’informatique ont ouvert, au sein des sciences historiques, de nouvelles manières d’écrire et de partager les connaissances du passé. En effet, l’expérimentation et la reconstitution numériques offrent désormais aux chercheurs des outils complémentaires pour mieux comprendre et se représenter les sociétés anciennes et leur cadre matériel. Preuve d’un attrait et d’un succès grandissant, de nombreux programmes de restitutions numériques fleurissent (Plan de Rome (Univ. Caen), VESPACE (Univ. Nantes / Univ. d’Etat de Louisiane), Camp du Drap d’or numérique (Univ. Lille)), qui visent à offrir une expérience visuelle, exploratoire et immersive d’environnements passés.

Si ces images peuvent être instructives et séduisantes, ramenant dans notre présent des vestiges parfois disparus, elles n’offrent qu’une expérience infime et figée du passé, tel un instantané photographique vidé de toute présence humaine. Or, l’interactivité et les techniques de l’animation, au cœur de l’objet vidéoludique, sont des pistes technologiques qui pourraient permettre de dépasser l’horizon de la « simple » représentation visuelle, dans la perspective d’une expérience du passé plus complète qui offrirait la possibilité d’interagir avec celui-ci.

C’est de ce constat que l’idée de cette journée a émergé, celle de réunir tant des chercheurs et universitaires (Game Studies, historiens, etc.) que des professionnels de l’industrie vidéoludique afin de discuter, ensemble, de ce que le jeu vidéo peut apporter à la reconstitution historique scientifique ; mais aussi de comment la recherche s’empare déjà des outils de ce dernier en les adaptant à ses exigences propres.

Échange, dialogue, débat et partage d’expérience seront les maîtres-mots de cette journée qui vise à ériger des ponts entre ces deux domaines que sont la recherche et l’industrie vidéoludique ; ainsi qu’à élargir les possibilités méthodologiques, techniques et épistémologiques offertes par les outils numériques aux sciences humaines en général, et historiques en particulier.

Programme

Accueil à partir de 9h – Café de bienvenue

9 h 30 – 10 h

Introduction : présentation de la FR SCV, de l’axe 1 et des enjeux de la journée.

Isabelle PARESYS
Jérémy CUNDEKOVIC

10 h – 10 h 45

Personnages-guides et métaphores tutorielles dans les jeux vidéo : quelles stratégies pour mettre en récit l’explication des règles ?

Fanny BARNABÉ

10 h 45 – 11 h 30

Historiographie et jeu vidéo : restitution architecturale et simulation sociale dans le projet VESPACE.
(Virtual Early-modern Spectacles and Publics, Active and Collaborative Environment)

Jeffrey LEICHMAN

11 h 30 – 12 h

Discussions et débats croisés autour des deux interventions de la matinée.

Fanny BARNABÉ
Jeffrey LEICHMAN

Déjeuner de 12 h à 13 h 30

13 h 30 – 15 h 45

Table ronde : La restitution du passé dans les jeux vidéo – méthodes, enjeux, apports et limites pour la recherche.
Thomas GUINDEUIL
Thierry NOËL
Hugo SAHUQUET
 
15 h 45 – 16h 15
 

Fin des interventions : moment de convivialité et de discussion libre autour d’un café.

Continuer la lecture de Journée d’étude : “(Re)créer et interagir avec le passé – Ce que l’expérience vidéoludique peut apporter à la recherche scientifique” (Université de Lille)

Appel à contributions : Raconter l’Histoire. Récits et Histoire dans les cultures de l’imaginaire (Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne)

Colloque : Raconter l’Histoire. Récits et Histoire dans les cultures de l’imaginaire

9-10-11 février 2022 

Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne, Rennes

Échéance des propositions : 3 décembre 2021

L’histoire a commencé à s’interroger sur son propre langage dès qu’elle s’est pensée comme science : se détachant de tout ce qui en elle faisait fiction, écartant le style et la plume de ses préoccupations principales, elle s’est ainsi structurée en tant que discours factuel sur le réel, tout en posant un regard critique sur sa propre écriture dans un retour sur elle-même somme toute très littéraire. En parallèle, loin de se cantonner à l’abstraction et à la rêverie, la fiction a pu développer de nouveaux champs d’exploration, libérés de toute contrainte de vérité mais en même temps capables, également, de raconter le réel.

Ainsi est battu en brèche l’un des vieux préjugés qui pèsent encore sur les cultures de l’imaginaire, quand bien même celui-ci s’use avec l’âge : elles constitueraient autant d’anti-histoires, voire de contre-histoires, selon l’idée qu’on se faisait de leurs mondes fictionnels clos, lointains, étrangers à tout. Elles opèrent au contraire ce pas de côté qui permet d’étudier les modalités au travers desquelles se raconte le réel. Ainsi se dessinent également les qualités qui font des cultures de l’imaginaire autant d’expériences inédites, même dans le champ médiatique. Autres planètes, autres mœurs : la supposée fracture entre le réel et l’imaginaire a permis à ces littératures d’explorer tout autant la « vérité scientifique » que son parfait opposé. Dans l’imaginaire, on se figure des branches inconnues du vivant, on inverse les lois de la physique et on travaille la science au corps ; mais on questionne aussi les revers de l’histoire, on invente des romans transnationaux, on ressuscite les morts et on manipule les motifs les plus traditionnels jusqu’à ce qu’ils s’extirpent de leur milieu de naissance pour produire des discours nouveaux. Ce sont ces ressources propres aux cultures de l’imaginaire que ce colloque se propose d’explorer, afin de considérer tout ce que la fiction elle-même dit de l’histoire, et tout ce qu’elle fait de l’histoire.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Raconter l’Histoire. Récits et Histoire dans les cultures de l’imaginaire (Maison des Sciences de l’Homme en Bretagne)