Archives de catégorie : Colloques et séminaires

Séminaire Numapresse : « Couper/coller. Les journaux voleurs au XIXe siècle »

Séminaire Numapresse « Couper/coller. Les journaux voleurs au XIXe siècle »

 

17 mai 2021 de 14h30 à 17h

En ligne :  meet.google.com/sqr-macb-fmy

La séance est en accès libre, sans inscription.

Présentation

Les pratiques de copier-coller et de rééditorialisation, si massives dans la presse d’aujourd’hui, existent probablement dès les origines du journalisme. Au XIXe siècle, les journaux dits reproducteurs ou voleurs systématisent la rédaction aux ciseaux et développent toute une économie du recopiage qui prospère dans les zones grises de la loi.

Un groupe de travail de Numapresse, dirigé par Stéphanie Dord-Crouslé et Sarah Mombert, se penche sur ces périodiques prédateurs, leurs pratiques professionnelles, leur modèle industriel et les aspects juridiques de leur activité. Les outils numériques sont d’une grande utilité pour mettre au jour et analyser ces cas particuliers de viralité du texte journalistique. La séance du séminaire Numapresse du 17 mai, qui se tiendra à distance, sera consacrée à la présentation de ce chantier en cours.

Programme

14 h 30. Stéphanie Dord-Crouslé et Sarah Mombert. Les journaux voleurs, présentation générale.

15 h. Amélie Chabrier, sur l’actualité et sa lecture dans les journaux voleurs

15 h 20. Pierre-Carl Langlais et Nejma Omari, sur les genres d’articles dans les journaux voleurs

15 h 40. Blandine Lefèvre, sur la réénonciation dans les journaux voleurs

16 h. Nicolas Bianchi, sur le discours auto-promotionnel du vol dans les journaux voleurs

 

Webinaire Parodies audiovisuelles : « Silence, on détourne ! » (Jost)

François Jost, « Silence, on détourne ! »

14 mai 2021, 14h-15h30

Séance du webinaire Parodies audiovisuelles, organisé par le programme de recherche « Films et séries : Politiques des formes audiovisuelles » de l’unité de recherche RIRRA 21 (EA 4209), au sein de l’Université Paul Valéry Montpellier 3. Organisateurs : Sarah Hatchuel et David Roche.

Lien de connexion sur la page dédiée.

Présentation

Cette intervention part de la définition que Genette donne de la parodie : celle-ci est caractérisée par un critère fonctionnel (le ludique, par opposition au sérieux), un critère relationnel (la transformation vs l’imitation) et par son efficace dans des formes courtes.
Tous ces traits formels doivent être remis en cause pour penser les parodies audiovisuelles, notamment en raison de la métaphore du texte, qui, pour utile qu’elle fût, se révèle aujourd’hui insuffisante. À partir d’exemples filmiques ou télévisuels, on montre qu’il n’est guère de parodie sans imitation et qu’un aspect fondamental doit être pris en compte : le fait que l’activité parodique s’exerce in praesentia ou in absentia. Tout paramètre de l’image ou du son pouvant être parodié, le territoire de la parodie est immense. J’en recense ici différentes formes, plus ou moins identifiables ou compréhensibles selon les savoirs mis en jeu. Ce dernier critère permet de tracer une frontière entre parodies et mèmes.
Sémiologue et Professeur émérite en Sciences de l’information et de la communication de l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, François Jost est l’auteur de nombreux livres sur la télévision et la sémiologie des médias. En savoir plus.

Journée d’étude : Faire réseau autour des archives du web, usages et opportunités (journée de lancement du projet ResPaDon)

Journée d’étude « Faire réseau autour des archives du web, usages et opportunités : journée de lancement du projet ResPaDon »

Lundi 17 mai 2021 de 9h à 17h30

En ligne, sur inscription

Organisé dans le cadre du projet ResPaDon (Réseau de Partenaires pour l’analyse et l’exploration de données numériques).

Celui-ci vise à développer et à diversifier les usages par les chercheurs des archives du web collectées et conservées par la Bibliothèque nationale de France : développement des pratiques de recherche, de nouvelles approches autour des archives du web, de nouvelles formes d’exploitation. Associant chercheurs et professionnels de l’information scientifique et technique, le projet se construit autour d’un réseau de partenaires et se compose d’une étude sur les usages et de plusieurs expérimentations et de temps d’échanges.

Présentation

Dans un format entièrement virtuel, la journée de lancement a pour objectif d’engager la construction d’une communauté d’acteurs autour du projet et de ses différentes phases. Elle permettra de dresser l’état des lieux de la constitution des archives du web et de leurs usages et d’explorer de nouvelles potentialités de recherche autour des archives du web. Elle sera également l’occasion pour tous les acteurs de découvrir le projet ResPaDon et de s’inscrire dans le réseau en cours de création.

Vous êtes chercheur ou chercheuse : vos pratiques de recherche vous ont déjà rendu familiers des archives du web ? Vous souhaitez découvrir ces corpus et voir comment les utiliser dans le cadre de vos recherches ? Cette journée vous permettra de participer à des premiers échanges sur les usages des archives du web, qui se poursuivront ensuite dans le cours du projet.

Vous êtes professionnels de l’information scientifique : cette journée vous permettra de découvrir le projet ResPaDon et la place que peuvent y tenir les professionnels de l’information et des bibliothèques, et de vous inscrire dans la démarche en cours.

Programme

9h15 : Ouverture de la journée par Julien Roche, directeur du Service Commun de Documentation de l’Université de Lille

9h25 : Session 1. Les archives du web : perspectives croisées pour un état des lieux. Interventions d’Olga Holownia (International Internet Préservation Consortium) et Benoît Tuleu (Bibliothèque nationale de France)

10h30 : Pause

11h : Session 2. Les usages des archives du web dans la recherche : quelques exemples. Animation par Laurence Favier (ULR GERiiCO, Université de Lille)Cette session sera composée de présentation de travaux de chercheurs de différentes disciplines ayant mobilisé les archives du web dans leurs travaux. Elle sera suivie d’un échange sur les possibilités ouvertes par les archives du web et les limites actuelles à leur utilisation.Interventions :Christian Bonah(Université de Strasbourg) – Créer des archives web avec la BnF et l’INA dans le cadre d’un projet de recherche : l’exemple de Bodycapital Fabienne Greffet (Université de Lorraine) – De la démocratie en numérique. L’analyse des activités affiliées aux candidats à l’élection présidentielle française de 2002 à 2017 à partir des archives du webEmmanuel Cartier(Université Sorbonne Paris Nord) – Détecter et suivre les évolutions lexicales dans les archives du web : le projet NéonauteSophie Gebeil (Aix-Marseille Université) – Les archives du Web comme source pour une histoire des pratiques mémorielles depuis les années 2000.

12h30 : Pause déjeuner

13h45 : Présentation du projet ResPaDon par Emmanuelle Bermès (Bibliothèque nationale de France) et Marie-Madeleine Géroudet(Université de Lille), coordinatrices du projet

14h : Session 3. Une approche transversale sur les usages des archives du web. Niels Brugger (Université d’Aarhus) – « Studying web archives across borders: the case of the WARCnet network”.

 

14h45 : Session 4. Trois rendez-vous thématiques en parallèle

  • Littératures numériques et expression de soi durant le confinement. Le confinement, parce qu’il a pu laisser du temps et parce qu’il a été vécu chez soi de manière connecté, a constitué une expérience inédite de créativité instantanée sur le web mais aussi d’injonction à la créativité. Animateur : Alexandre Faye (BnF). Intervenants : Valérie Beaudouin (Télécom ParisTech), Christian Cote (Université Lyon 3) et Christine Genin (Bibliothèque nationale de France) témoigneront de leurs regards portés sur ce moment particulier et de leurs propres expériences de collecte, d’archivage et de constitution de corpus.
  • Quelle place pour le web dans les études sur le jeu vidéo ? Le jeu vidéo est désormais un sujet d’étude à part entière, qui intéresse de plus en plus de chercheur(e)s. En plus des titres déposés à la Bibliothèque nationale de France au titre du dépôt légal, le web constitue une source indispensable pour l’analyse de ces documents multimédias. Plusieurs universitaires spécialistes de ces sujets évoqueront leurs pratiques et leur utilisation d’internet dans leurs travaux autour du jeu vidéo.Animateur : David Benoist (BnF). Intervenants : Fanny Barnabé (Université de Liège), Simon Dor & Hugo Montembault (Université de Montréal), Julian Alvarez (INSPE Lille).
  • Conduire des recherches à partir du web vivant ou comment faire face à la volatilité des contenus sur le web. Le passage d’un web basé sur le document à un web reposant sur le flux ne fait qu’accroître la problématique de la volatilité des contenus sur le web. Ce rendez-vous thématique propose des exemples de méthodes et d’outils mobilisés dans le cadre de recherches portant sur des corpus web et nécessitant des stratégies d’archivage face à la nature évanescente du web contemporain.Animatrices : Audrey Baneyx (medialab, SciencesPo) et Eléonora Moiraghi (DRIS, SciencesPo). Interventions : Tommaso Venturini (CIS, CNRS) – D’un Web des documents à un Web de flux : l’oralité secondaire des médias numériques ; Benjamin Ooghe-Tabanou (médialab, Sciences Po) – Méthodes, outils et limites pour collecter et analyser le web et les réseaux sociaux ; Guillaume Levrier (CEVIPOF, Sciences Po) – Des communautés militantes en ligne qui disparaissent : cartographier le web mourant ; Gersende Blanchard (ULR GERiiCO) – Retour d’expériences de recherches menées sur le web vivant: quels défis et quels enseignements.

16h : Pause

16h30 : Table ronde : comment faire réseau autour des archives du web ? Intervenants : Emmanuelle Bermès (Bibliothèque nationale de France), Dominique Cardon (medialab, Sciences Po), Stéphanie Groudiev (Campus Condorcet), Valérie Schafer (Université du Luxembourg)

Animation et mot de conclusion : Gildas Illien (MNHN)

Informations pratiques

Ouverture des inscriptions : début avril 2021  (nombre de places limité)

Inscriptions > ici

En savoir plus sur le projet ResPaDon > ici

Contact : respadon@univ-lille.fr

S’informer sur le projet en s’abonnant à la liste de diffusion du projet : https://groupes.renater.fr/sympa/info/respadon 

Journée d’études : Imaginaires du temps post-apocalyptique et (ré)organisation des rapports sociaux

Imaginaires du temps post-apocalyptique et (ré)organisation des rapports sociaux 

8 avril 2022

Université de Franche-Comté, Besançon, France 

Échéance des propositions : 30 juin 2021

Organisé par Clémentine Hougue (3L.AM, Le Mans Université), Sébastien Haissat et Audrey Tuaillon Demésy (STAPS, Université de Franche-Comté).

Cette journée d’étude s’inscrit dans le programme de recherche Aiôn (Socio-anthropologie de l’imaginaire du temps. Le cas des loisirs alternatifs), financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR19-CE27-0008). Le colloque aura lieu à Besançon le 8 avril 2022.

Dans son sens originel de révélation, l’apocalypse est un kaïros, un instant décisif : suspendant le chronos (le temps linéaire, chronologique), il marque une opportunité, une occasion à saisir – avec prudence (phronesis), recommande Aristote dans L’Éthique à Nicomaque. Dans son acception religieuse, le temps d’après représente le retour à une forme parfaite du monde : ainsi de l’Apocalypse de Jean où la fin des temps conduit à l’avènement de la Jérusalem céleste.

Qu’en est-il dans la science-fiction (ou plus globalement dans les fictions spéculatives) ? Depuis les premiers textes du genre, les auteurs se sont emparés du motif de la fin du monde pour imaginer de nouvelles sociétés : dès le début du XIXe siècle, dans Le Dernier Homme (1805) de Jean-Baptiste Cousin de Grainville ou The Last Man de Mary Shelley (1826), la fiction post-apocalyptique permet de mettre en perspective les problématiques des sociétés contemporaines. Les récits de fin du monde ont en effet pour fonction d’« historiciser le présent », de donner à penser « une praxis, c’est-à-dire une pratique politique du temps » (Engélibert, 2019 : 89). Les fictions des mondes d’après interrogent aussi les façons dont les individus coopèrent entre eux, se distinguent, s’éloignent ou se rapprochent ; bref, la manière dont ils (re)font société.

Dès lors, comment les spécificités de l’imaginaire du temps post-apocalyptique influent-elles sur les rapports sociaux ? À l’inverse, comment ces rapports sociaux nous informent-ils sur la nature de ce temps de l’après ? S’agit-il d’un temps social nouveau, inédit, qui redistribue les hiérarchies sociales ? Ou, au contraire, d’un temps social « à rebours », qui réinstaure, ou rejoue, les organisations sociales du passé?

Cette journée d’étude vise à utiliser les imaginaires post-apocalyptiques comme laboratoires d’expérimentation du social, autrement dit à comprendre quelles formes de rapports sociaux peuvent être mis en jeu dans un nouvel ordre fictionnel. Mais elle consiste tout autant à saisir comment l’imaginaire du temps de l’Après renseigne sur notre présent et le passé (que celui-ci soit réel ou fictionnel). Plus largement, une réflexion sur les imaginaires du temps est attendue et la dialectique avant/après sera au cœur des interrogations de la journée. Les fictions post-apocalyptiques étudiées pourront aussi bien évoquer des mondes « en construction » (telles les fictions zombies) que des univers « nouveaux » et stabilisés prenant place plusieurs années ou décennies après un phénomène apocalyptique. Il s’agit en tous les cas d’« une formalisation projective, en ce qu’elle donne forme, ici et maintenant, à une idée de quelque chose qui n’est pas encore. » (Di Filippo et Schmoll, 2016 : 127).

D’un point de vue anthropologique, l’Apocalypse comme fin d’un monde se présente comme « l’élaboration culturelle d’un discours sur l’annihilation d’une certaine communauté morale entendue comme une totalité faisant sens »(Carey, 2019 : 13). Dès lors, questionner l’imaginaire apocalyptique invite à saisir la façon dont se construisent les discours sur le temps de l’après mais permet aussi de comprendre comment s’exprime la finitude d’un groupe ou d’un « objet social » (ibid. : 16). La dimension téléologique du temps post-apocalyptique pourra être interrogée : en tant que temporalité tendue vers une fin, quelles sont les articulations de ce temps avec, par exemple, le temps messianique ? Un film comme Matrix (The Wachowskis, 1999) présente une dystopie technologique où les humains, dominés par des machines, attendent la venue d’un sauveur : l’univers dystopique entraîne ainsi la construction d’un imaginaire utopique. La fin du monde ayant déjà eu lieu, reste l’attente du messie, dans une temporalité suspendue : c’est ici « le temps qui se contracte et commence à finir […] le temps qui reste entre le temps et sa fin » (Agamben, 2000 : 110-111). On pourra ainsi se demander en quoi le temps qui succède à l’apocalypse est, ou n’est pas, déterminé par la notion de fin, vers son attente et vers l’aspiration à un renouveau. Dans cette continuité, les liens entre dystopies et temps post-apocalyptique pourront être interrogés. Outils permettant de mettre en lumière certains dysfonctionnements de nos sociétés contemporaines, les fictions dystopiques évoquent également les dérives des sociétés de surveillance et de contrôle. Se pose alors la question des nouvelles relations sociales entre les humains qui s’installent ou disparaissent. C’est ce qu’illustrent notamment les œuvres d’Alain Damasio (La Zone du Dehors, 2007 ; Les Furtifs, 2019). Critiques acerbes des dérives du capitalisme, les histoires prenant place dans un temps post-apocalyptique témoignent aussi du réaménagement des rapports sociaux entre immobilisme, reproduction d’un ordre existant et mouvement comme moyen d’émancipation.

On pourra ainsi aborder les rapports de classe dans le contexte post-apocalyptique : un roman comme Fury de Henry Kuttner (1949), qui se situe dans un futur où l’humanité a dû s’exiler sur Vénus, présente par exemple une société de castes, dominée par des Immortels, qui vont se voir contester leur suprématie par un groupe dissident. Plus récemment, Peste (Rant en VO), de Chuck Palahniuk (2007), raconte par bribes la propagation d’un virus, dans une société divisée entre les respectables Diurnes, qui vivent le jour, et les Nocturnes, marginaux qui occupent leur nuit à des rodéos en voiture. Land of the Dead de George A. Romero montre également une société nivelée entre les ultra-riches vivant dans l’opulence et les plus pauvres, parqués dans des bidonvilles et cernés par les zombies. Dans ces exemples, on observe que le temps post-apocalyptique renforce les inégalités de classe, leur imperméabilité les unes aux autres : le futur est ainsi envisagé par ces auteurs comme non seulement profondément inégalitaire, mais aussi totalitaire, révélant une inquiétude politique profonde sur le devenir des démocraties occidentales.

Quid de la question ethnique dans le monde d’après ? Comment la situation minoritaire d’un groupe est-elle traitée après l’apocalypse ? Par exemple, dans la série télévisée Fear the Walking Dead, en pleine invasion zombie, un groupe de natifs amérindiens s’oppose à des survivants blancs et revendique la propriété de leur terre, tentant de défaire l’Histoire qui les en a privés. Cet exemple permet également d’interroger la notion même de « fin du monde », éminemment culturelle : comme le soulignent Déborah Danowski et Eduardo Viveiros de Castro (2014 ; cité dans Kyrou, 2020), pour les natifs américains, « la fin du monde a déjà eu lieu, en 1492 ». La fiction permettrait alors de revenir sur une fin du monde authentiquement vécue, voire de la réparer.

L’étude des personnages féminins dans cette temporalité de l’après doit également faire l’objet d’un examen.  La question des inégalités de genre étant particulièrement présente dans le débat public, l’analyse de son inscription dans le temps post-apocalyptique conduit aussi bien à penser la place des femmes dans la société actuelle que la nature de ce temps : c’est par exemple le cas dans La Servante écarlate de Margaret Atwood (1985), qui donne à lire l’instauration d’une théocratie après qu’une série de catastrophes écologiques a rendu la plupart des femmes stériles. Les dernières femmes en mesure de procréer sont alors forcées de devenir mères porteuses pour les grandes familles de la classe dominante. À la suite de la césure apocalyptique, c’est donc moins une nouvelle ère qu’un retour des hiérarchies archaïques qui se dessine. Après l’opportunité du kaïros, il s’agirait là d’un temps enroulé sur lui-même, « un éternel retour constituant le thème de bien des romans de science-fiction […] une histoire cyclique qui se relance à la fin et dont le temps peut se parcourir en n’importe quel sens finalement » (Martin, 2017 : 56)

Dans le prolongement de cette réflexion, on est conduit à s’interroger sur la place du religieux après l’apocalypse – d’autant plus que les religions ont produit les textes fondateurs de ce motif. Une série comme The Leftovers met en effet en évidence l’importance politique de la croyance pour faire face au temps post-cataclysmique : suite à la disparition aussi soudaine qu’inexpliquée de 2 % de la population mondiale, un groupe sectaire nommé les « Coupables Survivants » se donne pour mission de rappeler aux « restants » (leftovers) le non-sens de ce monde d’après. Face à cette apocalypse silencieuse, ces religieux fanatiques entendent faire durer la catastrophe, rester suspendus dans le temps de la fin, dans une eschatologie permanente. Il s’agit là d’une autre modalité du temps que la fiction permet d’appréhender, le temps eschatologique étant, pour Agamben, une contemplation de la fin : « Le discours apocalyptique se situe au dernier jour, au jour de la colère : il voit la fin advenir et il décrit ce qu’il voit » (Agamben, 2000 : 110). 

On se demandera, plus globalement, quels types de continuités ou de discontinuités se dessinent entre avant et après : sans exclure aucun medium ni aucune aire linguistique ou culturelle, l’étude des rapports sociaux dans le monde post-apocalyptique poursuit l’objectif d’une cartographie de cette temporalité singulière, uniquement accessible par le travail de l’imaginaire.

Cette journée d’étude se veut pluridisciplinaire. Les communications attendues pourront ainsi relever du domaine des sciences humaines et sociales (anthropologie, sociologie, histoire, sciences de l’information et de la communication, etc.) aussi bien que des disciplines littéraires.

Les propositions de communication (2 000 signes et 5 mots clés) accompagnées d’une courte biographie, présenteront le cadre théorique et méthodologique de la proposition envisagée, ainsi que les principaux résultats de l’analyse.

Les textes sont à faire parvenir avant le 30 juin 2021 aux trois adresses mails suivantes :

clementinehougue@gmail.com

sebastien.haissat@univ-fcomte.fr

audrey.tuaillon-demesy@aion-project.org

Bibliographie indicative

  • Agamben, Giorgio (2000). Le temps qui reste. Un commentaire de l’Épître aux Romains. Trad. Judith Revel. Paris : Rivages Poche
  • Carey, Matthew (2019). « L’apocalypse au pluriel », Terrain, n° 71, pp. 6-25.
  • Danowski, Déborah et Viveiros de Castro, Eduardo (2014), « L’arrêt du monde », in Hache, Émilie (dir.), De l’univers clos au monde infini, Bellevaux : Éditions du Dehors, p. 221-339.
  • Di Filippo, Laurent et Schmoll, Patrick (2016), « La ville après l’apocalypse Entre formalisation projective et réalisation locale », Revue des sciences sociales de la France de l’Est, décembre 2016, p. 126-133.
  • Engélibert, Jean Paul (2019). Fabuler la fin du monde. Paris : La Découverte.
  • Kyrou, Ariel (2020). Dans les imaginaires du futur. Chambéry : Éditions ActuSF.
  • Martin, Jean-Clet (2017). Logique de la science-fiction. Bruxelles : Les Impressions Nouvelles.

 

Calendrier prévisionnel

Date limite de réception des résumés : 30 juin 2021 

Expertises et retours aux communicants : 30 septembre 2021

Journée d’étude : 8 avril 2022 

 

Comité scientifique

Alain Agnessan (PhD, Enseignant-chercheur en littérature générale et comparée, Département de Lettres Modernes Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody, Côte d’Ivoire)

Patrick Bergeron (Professeur titulaire, Département d’études françaises University of New Brunswick)

Laetitia Biscarrat (Maîtresse de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, EUR CREATES, LIRCES EA 3159, Université Côte d’Azur)

Manouk Borzakian (Docteur en géographie, Aiôn)

Laurent Di Filippo (Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, CREM EA 3476, Université de Lorraine)

Jean-Paul Engélibert (Professeur des Universités en Littérature Comparée, TELEM EA 4195, Univ Bordeaux-Montaigne)

Anne-Laure Fortin-Tournès (Professeure des Universités en Langues et littératures anglaises et anglo-saxonnes, 3L.AM EA 4335, Le Mans Université)

Ninon Grangé (Maîtresse de Conférences HDR en Philosophie, LLCP, EA 4008 – IHRIM, UMR 5317, Université Paris 8)

Sarah Lécossais (Maîtresse de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, LabSIC EA 1803, Université Paris 13)

 

Comité d’organisation

Valérie Cruzin (doctorante en STAPS, Université de Franche-Comté)

Sébastien Haissat (MCF en STAPS, Université de Franche-Comté)

Clémentine Hougue (Docteure en Littérature Comparée, Le Mans Université)

Orlane Messey (doctorante en STAPS, Université de Franche-Comté)

Audrey Tuaillon Demésy (MCF en STAPS, Université de Franche-Comté)

Séminaire : INPUT, POKE & SAVE (Yannick Rochat et Pierre-Yves Hurel)

Séminaire international INPUT, POKE & SAVEÉtude de plateformes et histoire des jeux vidéo

Tous les premiers jeudis du mois à 15h (Paris, Liège, Lausanne), 9h (Montréal)

En ligne (Discord)

Organisation : Yannick Rochat (GameLab UNIL-EPFL) et Pierre-Yves Hurel (Liège Game Lab)

Présentation

Dans leur ouvrage de 2007 consacré à l’Atari VCS, Racing the Beam, Nick Montfort et Ian Bogost décrivent cette console de jeu selon plusieurs angles (économique, électronique, logiciel, culturel, pratique, etc.) et passent en revue une série de jeux vidéo propres au support pour mettre en évidence ces différentes approches. Ils invitent à s’intéresser à une plateforme, soit l’association d’un hardware et de son écosystème de logiciels, d’utilisateurs, d’utilisatrices, et de pratiques culturelles associées (détournements, presse spécialisée, etc.). Ce type de recherche invite à comprendre l’existence et le sens de ces objets faisant interface entre des publics, des logiciels et des pratiques, en les inscrivant dans des contextes larges ou longs, que ce soit géographiquement, temporellement, ou humainement. Entre ses débuts et aujourd’hui, ce domaine d’étude s’est montré particulièrement dynamique (Montfort 2018), pertinent au-delà du seul domaine vidéoludique (Mailland et Driscoll 2017), et capable de donner à penser conjointement des outils et les usages – parfois inattendus – qui en sont faits (Custodio 2020). Évidemment, de nombreux travaux publiés hors de la collection « Platform Studies » des MIT Press doivent être considérés également (Stamm 2009, Tobin 2015, Nicoll 2019). Continuer la lecture de Séminaire : INPUT, POKE & SAVE (Yannick Rochat et Pierre-Yves Hurel)

colloque : la ville dans les fictions climatiques

La ville dans les fictions climatiques

5-6 mai 2021

En ligne.  Inscriptions : sami@ecoloinfo.com

Organisé par Irène Langlet et Nadège Pérelle, LISAA, Université Gustave Eiffel.

Ce colloque prend place dans le programme PARVIS de l’I-Site FUTURE consacré aux imaginaires urbains futuristes. Il propose de les observer au sein d’un corpus spécifique, les fictions climatiques, en les articulant aux concepts d’Anthropocène et d’Urbanocène.

Les axes de recherche du colloque sont développés dans le CFP « La ville dans les fictions climatiques ».

 

Programme en format PDF.
Continuer la lecture de colloque : la ville dans les fictions climatiques

Colloque : Humanistica 2021

Colloque Humanistica 2021

10-12 mai

En ligne

Organisé par : Maison des sciences de l’homme en Bretagne, Université Rennes 2, SCD Rennes 2, URFIST Bretagne Pays de la Loire, Champs libres / musée de Bretagne et INRIA.

Partenaires: Huma-Num et RnMSH.

Présentation

Humanistica, l’association francophone des humanités numériques créée en 2014, a organisé en 2020 son premier colloque, dont on peut consulter en ligne les archives. La seconde édition de cette manifestation se déroule en ligne depuis Rennes à l’invitation de la MSHB du 10 au 12 mai 2021. Continuer la lecture de Colloque : Humanistica 2021

Journées d’études : Populism and national identities

Populism and National Identities

11-13 novembre 2021

Sfax, Tunisie

Échéance des propositions : le 1er  juillet 2021

Organisé par Sadok Damak and Fathi Bourmeche, The English Department and the Laboratory on Approaches to Discourse at the Faculty of Arts and Humanities, Université de Sfax, Tunisie,

The symposium is the second interdisciplinary event that aims to bring together scholars from all over the world to share their experiences and research on different areas related to media and cultural studies, with particular attention to populism and national identities. It is an opportunity for researchers at different stages and levels of their academic careers to exchange views and thoughts about recent trends and perspectives from various disciplines on such a controversial topic.

Continuer la lecture de Journées d’études : Populism and national identities

Séminaire : Stars, Myths and Politics (L. Cortade, New York Univ., Paris)

Intensive seminar : “Stars, Myths and Politics”

June 8-18 2021

NYU Paris – 57 boulevard Saint-Germain, Paris 5e

Instructor: Prof. Ludovic Cortade (New York University)

This intensive seminar (4 to 5 hours per day) is open to graduate students and scholars with an interest in French cinema and theory. Discussions are conducted in English. 

Presentation

 Myths are incarnated by actors on the screen. Movie stars like Charlie Chaplin, Brigitte Bardot, Jean Gabin, Greta Gardo, Marlon Brando or Catherine Deneuve form idealized images. To study the stars and the myths of cinema is, therefore, to analyze the way in which films generate and reflect a “collective instinct” (André Malraux) validated by the public.

Cinematic myths are the product of a sociological context: as André Bazin put it, every film is a “social documentary” revealing our beliefs, our aspirations, and our dreams throughout history. In this seminar, participants will discuss myths in cinema as the main entry point to politics and history. Students will analyze film form, narratives, aesthetics and critical texts through the lens of models of nation, class, ethnicity and gender in French society.

In light of landmark films and key theoretical texts, students and auditors will analyze how the first generation of French directors and film critics (Canudo, Delluc, Malraux, Bazin, Morin) laid the foundations of the mythical function of cinema.

Participants will also discuss how the birth of a new generation of French actors, directors and theorists in the second half of the 20th century debunked the collective beliefs and the ideology underlying stardom. Barthes’s “mythologies,” Brecht’s “distancing,” Godard’s iconoclasm and the Marxist stance of the Cahiers du cinéma film critics all called into question the “mythical” representations of nation, class, gender and ethnicity in French cinema.

The moviegoers and the citizens of France then ushered in an “age of suspicion,” which was twofold: the desacralization of the film industry brought on by the advent of television and the dissemination of stardom through social media went hand in hand with the crisis of collective beliefs and confidence that characterized politics in France at the end of the 20th century. The dusk of stardom paved the way for nostalgic intertextuality, pastiche and irony.

Theorists, directors and films discussed in the seminar include (by alphabetical order): Louis Aragon, Antonin Artaud, Roland Barthes, André Bazin, Walter Benjamin, Bertolt Brecht, Riciotto Canudo, Louis Delluc, Jean Epstein, Hegel, André Malraux, Marcel Mauss, Edgar Morin, Paul Valéry.

About the instructor

Ludovic Cortade is Associate Professor in the Department of French Literature, Thought and Culture and an Associate faculty in the Department of Cinema Studies (Tisch School of the Arts) at New York University. Cortade is the author of Cinéma de l’immobilité : style, politique, réception and Antonin Artaud – la Virtualité incarnée. His research fields include : History, Aesthetics, Theory of French Cinema ; French Literature and Film ; Politics of Film ; Cinematic Representations of Space. His articles and book chapters focus on Godard, Truffaut, Renoir, Malle, Leiris, Epstein and Bazin.

Contact

lc104@nyu.edu

Continuer la lecture de Séminaire : Stars, Myths and Politics (L. Cortade, New York Univ., Paris)

Colloque : La médiation autour du livre de jeunesse en Europe au XXIe siècle (3e Biennale de littérature de jeunesse, BnF)

Colloque international : La médiation autour du livre de jeunesse en Europe au XXIème siècle

Troisième Biennale de la littérature de jeunesse (Master de littérature de jeunesse de l’INSPE de l’Académie de Versailles -laboratoire EMA / BnF / CNLJ)

16 et 17 juin 2021

BnF et site universitaire de Gennevilliers

Organisé par Marion Caliyannis

Présentation

En 2021, la Bibliothèque nationale de France/Centre national de la littérature pour la jeunesse s’associe avec le Master Littérature de jeunesse de l’université CY Cergy Paris pour la Troisième Biennale de la littérature pour la jeunesse. Cette rencontre permettra aux chercheurs et aux acteurs professionnels (bibliothécaires, éditeurs, libraires, enseignants, associations…) d’articuler leur réflexion autour des pratiques de médiation qui rendent accessibles aux jeunes lecteurs les objets culturels, sous forme papier ou numérique.

Entrée gratuite sur inscription Continuer la lecture de Colloque : La médiation autour du livre de jeunesse en Europe au XXIe siècle (3e Biennale de littérature de jeunesse, BnF)