Archives de catégorie : Colloques et séminaires

Journée d’études: Paul-Jacques Bonzon, à l’ombre des séries, des œuvres singulières

Vendredi 15 juin 2018, Université d’Artois
Salle des colloques de la Maison de la Recherche

Organisé par : Christine Prévost et Aurélie Gille Comte-Sponville
Équipe d’accueil n°4028 : « Textes & Cultures »

Paul-Jacques Bonzon : à l’ombre des séries, des œuvres singulières

La partie la plus connue de l’œuvre de l’instituteur-écrivain Paul-Jacques Bonzon a été remise en lumière grâce au colloque « Les Compagnons de la Croix-Rousse : qu’est-ce qu’une série culte ? », organisé en juin 2016 par Anne-Marie Mercier et François Quet à l’université de Lyon et à l’ESPE. L’objectif était alors de contribuer à mieux cerner les caractéristiques d’écriture d’une série pour jeune public amateur d’énigmes policières, à mieux comprendre la réception d’un long succès, dans le contexte des Trente Glorieuses, et jusqu’aux rééditions aujourd’hui. La conclusion de ce colloque, dont les actes sont en cours de publication, avait mis l’accent sur un revers du succès des six compagnons : l’oubli avec le temps des œuvres de Bonzon écrites sans intention de les inscrire dans une série. La journée d’études sera consacrée à ces œuvres, dont Yves Marion a dressé une liste à l’occasion de son travail publié en 2008 sur la vie, l’œuvre, et la carrière de l’auteur : De la Manche à la Drôme : Itinéraire de l’écrivain Paul-Jacques Bonzon, instituteur et romancier pour la jeunesse (Eurocibles).

Continuer la lecture de Journée d’études: Paul-Jacques Bonzon, à l’ombre des séries, des œuvres singulières

Des lieux pour penser, musées, bibliothèques, théâtres : colloque

colloque

DES LIEUX
POUR
PENSER
Musées, Bibliothèques, Théâtres
Colloque international
20-22 juin 2018 | Paris
Musée de l’Homme – Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

PROGRAMME
MERCREDI 20 JUIN
M USÉE DE L ’HOMME
9h00 – – 9h30 Accueil.
9h30 Inauguration, par André Delpuech , Directeur du Musée de l’Homme, François Mairesse ,
Président d’ICOFOM, université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Flore Garcin- – Marrou , université
Toulouse Jean Jaurès et Aurélie Mouton- – Rezzouk , université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.
10h00 – – 10h45 Christian Jacob , EHESS/CNRS : Les topographies de la pensée. Discussion : Aurélie
Mouton-Rezzouk, université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.
1 1 0h45 – – 11h30 Chris Dercon, ancien directeur de la Tate Modern, Londres, et de la Volksbühne,
Berlin : Is there a future for the museum? Which future? Discussion : Cécile Camart , université
Sorbonne Nouvelle – Paris 3.
11h30 – – 12h15 Patrizia Laudati, université de Valenciennes : Penser les lieux. La conception
architecturale des espaces comme déclencheur de reconnaissance et réflexivité. Discussion :
Daniel Schmitt, université de Valenciennes.
12h15 – 14h00 Pause déjeuner.
14h00 – – 14h45 Marie José Malis, directrice de La Commune, CDN d’Aubervilliers, et Florian Gaité,
critique : « Réapprendre le goût de la parole assumée, orientée, vive ». Discussion : Flore Garcin-
Marrou, université Toulouse Jean Jaurès.
14h45 – – 15h45 Laurence Engel, directrice de la Bibliothèque nationale de France et Sandrine
Treiner, directrice de France Culture : Des voix et des voies, France Culture et la BnF comme lieux
pour penser. Discussion : Bruno Nassim Aboudrar , université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.
15h45 – 16h15 Pause-café.
16h15 – – 17h30 Yves Citton et Martial Poirson , université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis :
Performances de reenactment et laboratoires de curiosités.
17h30 – – 19h30 Le musée de l’Homme, un lieu pour penser? Table ronde animée par Yves
Bergeron (université du Québec à Montréal) avec Frédérique Chlous (Muséum national d’histoire
naturelle), André Delpuech (Musée de l’Homme), Benoît de l’Estoile (ENS/CNRS), André
Langaney (université de Genève), Christine Laurière (EHESS).

Contact : cyclelieuxdepensee@gmail.com .
Traduction simultanée français / anglais le mercredi 20 juin,
Le Musée de l’Homme
17 place du Trocadéro, Paris 16 e

Journée : « Nouvelles vulgarisations »

Journée d’études
Les nouvelles formes de la vulgarisation et de l’écriture des savoirs

Vendredi 15 juin 2018
Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, salle 127
Organisation : Anne Isabelle François, Sarah Lécossais

Projet structurant LégiPop (MESHS-Lille Nord de France) : legipop.hypotheses.org

Programme :

Matin
9h Accueil

9h15 Introduction de la journée par Anne Isabelle François et Sarah Lécossais

9h30-11h Séance 1 : Les savoirs en BD
Maxime Hureau (Université de Limoges. EHIC – EA1087) : « La bande dessinée comme forme académique. Réflexions sur Le déploiement de Nick Sousanis »

Sylvain Venayre (Université de Grenoble-Alpes. Laboratoire Universitaire Histoire Cultures Italie Europe – EA 7421) : « Écrire l’histoire en bande dessinée : au-delà de la vulgarisation »

11h15-12h45 Séance 2 : Des goûts et des savoirs à partager
Marie-Lucie Bougon (Université d’Artois. Textes et cultures – EA 4028) : « Les apprenants du MOOC fantasy de l’université d’Artois : réception et retransmission des savoirs »

Anne-Sophie Béliard (Université de Grenoble-Alpes. Laboratoire Pacte – UMR 5194) : « La parole profane dans l’écriture critique : les modalités de production de savoirs sur les séries télévisées » Continuer la lecture de Journée : « Nouvelles vulgarisations »

Journée : Fiction, imagination, croyance

 

Journée d’étude : « Fiction, imagination, croyance »

14 mai 2018

Université Paris Nanterre, CSLF, Phistem

Salle des conseils, bâtiment Paul Ricœur (L), 4ème étage

 

9h30 – Accueil

9h45 – Alain Vaillant Présentation.

 

Première séance : La fiction littéraire en question(s), entre roman et poésie.

Modérateur : Alain Vaillant

10h – Judith Lyon-Caen (EHESS)

Perturbation (de l’) imaginaire : La fiction et ses lectures au milieu du XIXe siècle. Continuer la lecture de Journée : Fiction, imagination, croyance

Colloque : « Fantasy et Histoire(s) »

Colloque des Imaginales : « Fantasy et Histoire(s) »

Epinal, Parc du Cours, dans le Magic Mirror « Salon perdu »

22-23 mai 2018

 

Direction scientifique : Anne Besson (Université d’Artois), Christian Chelebourg (Université de Lorraine), Stéphanie Nicot (directrice artistique des Imaginales), Natacha Vas-Deyres (Université de Bordeaux-Montaigne)

Comité d’organisation : Stéphane Wieser (directeur du Festival des Imaginales d’Epinal), en association avec le Comité d’Histoire régionale – Région Grand Est (Vianney Muller) et les IME (Jacques Oréfice)

Programme

Mardi 22 mai

9h : Accueil

9h15 : mot de bienvenue

Séance 1 : Pensées de l’histoire en fantasy

9h30 Viviane Bergue, « Primhistoire, temporalité cyclique et chronologie linéaire : le temps de la Fantasy »

10h Maureen Attali, « La fantasy comme nouveau mythe : la question du statut et de l’exploitation de la littérature en histoire à partir de l’exemple du roman Lavinia d’Ursula K. Le Guin »

10h30 : pause

Séance 2 : Des univers inscrits dans le temps Continuer la lecture de Colloque : « Fantasy et Histoire(s) »

Journée : le 68 des enfants

Journée : Le 68 des enfants : albums en révolution, quel héritage ?

Jeudi 17 mai, Médiathèque Françoise Sagan, 75010 Paris

Voir le programme

Illustration de Nicole Claveloux pour Alala : les télémorphoses de Guy Monreal (1970)

A l’occasion des 50 ans de mai 1968, cette journée d’étude prolonge le colloque « 68 and Boundaries of the Chilhood » (Tours, octobre 2017) et accompagne l’exposition « Le 68 des enfants : l’album jeunesse fait sa révolution » à la médiathèque Françoise Sagan. Universitaires, créateurs et professionnels du livre reviendront sur les années 1965-1975. Ils montreront la façon dont la culture enfantine, et tout particulièrement l’album pour enfants, ont connu un changement radical et durable grâce à l’apport d’éditeurs et d’illustrateurs d’avant-garde. Ils s’interrogeront sur l’héritage de cette période dans les albums d’aujourd’hui.

Journée d’étude organisée par le Fonds patrimonial Heure joyeuse / médiathèque Françoise Sagan et le Centre national de la littérature pour la jeunesse/ BnF, avec la collaboration de Sophie Heywood, coordinatrice du projet de recherche international ‘The children’s’68’.

Journée d’étude: Quand le noir se met au vert : polar, ruralité, écologie

Journée d’étude 2 mai 2018
« Quand le noir se met au vert : polar, ruralité, écologie »
Université de Poitiers / MSHS Salle Mélusine / 10h-17h30h

FORELL B1 et FORELL B3 (« Poétiques de la représentation » & « Esthétiques comparées »)

École doctorale LPAH (« Lettres, pensées, arts, histoire »)

Argument et programme

Depuis son apparition au début des années 1930 aux États-Unis à l’heure de la Prohibition et des crime waves, le genre « noir » n’a cessé de se métamorphoser et de se confronter aux nouvelles problématiques sociales et politiques qu’il rencontrait. D’un genre à l’origine très urbain, il semble aujourd’hui que le polar se déplace vers de nouveaux territoires marginalisés et de nouveaux espaces en danger : l’environnement rural. Tout se passe comme si les espaces naturels venaient sur le devant de la scène policière, notamment à travers le genre du country noir ou du rural noir qui se consolide aux États-Unis et arrive peu à peu dans les régions françaises. Ce ne sont plus Los Angeles ou San Francisco qu’explorent les auteurs américains de polars contemporains, Daniel Woodrell, Tony Hillerman, Larry Brown, Craig Johnson ou encore James Crumley, mais bien des territoires reculés, du Nouveau Mexique au fin fond du Missouri, ainsi que les grands espaces sauvages, dans la tradition du nature writing.

Grâce à la maison d’édition Gallmeister, notamment, ces textes sont traduits et lisibles en France, mais certains auteurs français déplacent, eux aussi, les codes du polar et s’enfoncent dans des régions et campagnes isolées : qu’il s’agisse des Vosges de Nicolas Matthieu (Aux animaux la guerre), la Nièvre de Benoît Minville (Rural Noir) ou la Creuse d’Antonin Varenne (Battues), le noir se glisse chez les oubliés de la mondialisation. Il s’agira, lors de cette journée d’étude internationale, d’interroger le contexte socio-politique conditionnant l’émergence de ce nouveau genre qu’est le polar rural ainsi que les conséquences – en termes d’imaginaire et d’esthétique – qu’implique le déplacement de l’action policière dans des espaces non-urbains.

10h-10h30 : Accueil

10h30-10h45 : Ouverture

Le country noir, genèses d’un genre

10h45-11h15 Continuer la lecture de Journée d’étude: Quand le noir se met au vert : polar, ruralité, écologie

Séminaire LPCM : Imaginaire enfantin

Séance du séminaire du Phistem-LPCM « Cultures de l’imagination »  

Vendredi 6 avril, de 14h à 17h, en salle des conseils (bâtiment L, 4e étage, salle L436)  :

Sébastien François (université Paris 13), « Les fabricants de l’imaginaire enfantin : regards croisés sur la production des objets et des médias de l’enfance ».

Image (c) Catherine Rondeau

 

Colloque « Mauvais genre », Amiens

Colloque interdisciplinaire : « Mauvais genre ».  L’énergie noire du système littéraire

15-17 mars, Logis du Roy, Amiens 

La mauvaise littérature est condamnée à l’oubli. Limitée aux seules œuvres reconnues, notre connaissance de l’espace littéraire est de fait réduite à une part infime de l’ensemble des œuvres. Le « bon goût » opère inlassablement sa sélection parmi elles, malgré sa versatilité à travers l’histoire et en dépit de l’instabilité du canon des grands textes tout comme des institutions chargées de les transmettre. Sont ainsi implacablement rejetés dans l’obscurité des textes de nature diverse : ouvrages ratés, textes mercenaires ou illégitimes, écritures du dimanche, plagiats ou autres impostures, mais aussi ce qui s’est trouvé recueilli sous la notion problématique de paralittérature. Mais le « mauvais », ainsi refoulé par le « bon goût », ne pourrait-il pas être semblable à cette énergie noire, invisible mais fondamentale et prédominante dans l’univers ?

L’espace littéraire fait coexister, à travers des systèmes de relations et d’appréciations qui sont au fondement de ce colloque, la grande littérature, avec son alignement de monuments consacrés, et une masse informe d’œuvres oubliées ou méprisées. Pourtant, la première semble bien avoir besoin de la seconde pour exister, s’en détacher comme sur une espèce de fond hétéroclite et anonyme. Au-delà du rôle de faire-valoir qu’on ne saurait lui dénier, quelles sont les fonctions de cette mauvaise littérature dans l’économie du système littéraire ? Quant à notre jugement, qui se forme largement sur le patrimoine accessible et élaboré avant nous, n’est-t-il pas en grande partie déterminé par le jugement de nos devanciers ?

 

Jeudi 15 mars (Logis du Roy)

9h30 – Accueil des participants. Ouverture du colloque par Anne DUPRAT (Pr, directrice du CERCLL, doyenne de l’UFR de Lettres, UPJV)

10h00 – La valeur du mauvais  (Mod. C. GRALL)

Nathalie HEINICH (Pr, EHESS) La hiérarchie des genres à la lumière de la sociologie des valeurs Continuer la lecture de Colloque « Mauvais genre », Amiens