Archives de catégorie : Colloques et séminaires

Journée d’étude: Quand le noir se met au vert : polar, ruralité, écologie

Journée d’étude 2 mai 2018
« Quand le noir se met au vert : polar, ruralité, écologie »
Université de Poitiers / MSHS Salle Mélusine / 10h-17h30h

FORELL B1 et FORELL B3 (« Poétiques de la représentation » & « Esthétiques comparées »)

École doctorale LPAH (« Lettres, pensées, arts, histoire »)

Argument et programme

Depuis son apparition au début des années 1930 aux États-Unis à l’heure de la Prohibition et des crime waves, le genre « noir » n’a cessé de se métamorphoser et de se confronter aux nouvelles problématiques sociales et politiques qu’il rencontrait. D’un genre à l’origine très urbain, il semble aujourd’hui que le polar se déplace vers de nouveaux territoires marginalisés et de nouveaux espaces en danger : l’environnement rural. Tout se passe comme si les espaces naturels venaient sur le devant de la scène policière, notamment à travers le genre du country noir ou du rural noir qui se consolide aux États-Unis et arrive peu à peu dans les régions françaises. Ce ne sont plus Los Angeles ou San Francisco qu’explorent les auteurs américains de polars contemporains, Daniel Woodrell, Tony Hillerman, Larry Brown, Craig Johnson ou encore James Crumley, mais bien des territoires reculés, du Nouveau Mexique au fin fond du Missouri, ainsi que les grands espaces sauvages, dans la tradition du nature writing.

Grâce à la maison d’édition Gallmeister, notamment, ces textes sont traduits et lisibles en France, mais certains auteurs français déplacent, eux aussi, les codes du polar et s’enfoncent dans des régions et campagnes isolées : qu’il s’agisse des Vosges de Nicolas Matthieu (Aux animaux la guerre), la Nièvre de Benoît Minville (Rural Noir) ou la Creuse d’Antonin Varenne (Battues), le noir se glisse chez les oubliés de la mondialisation. Il s’agira, lors de cette journée d’étude internationale, d’interroger le contexte socio-politique conditionnant l’émergence de ce nouveau genre qu’est le polar rural ainsi que les conséquences – en termes d’imaginaire et d’esthétique – qu’implique le déplacement de l’action policière dans des espaces non-urbains.

10h-10h30 : Accueil

10h30-10h45 : Ouverture

Le country noir, genèses d’un genre

10h45-11h15

BENOIT TADIÉ (Rennes) : Les paradoxes du polar rural, de Faulkner à Whittington

11h15-12h

DENIS MELLIER (Poitiers) et ALICE JACQUELIN (Poitiers) : Entretien avec Oliver Gallmeister

12h15-14h : Pause déjeuner

Récit policier et marges rurales en France

14h-14h30

MADELEINE MIALOCQ (Poitiers) : La notion de marges rurales : état des lieux

14h30-15h

NATACHA LEVET (Limoges) : Le polar français et les marges rurales: modalités, enjeux et évolutions

15h15-15h30 : Pause café

Le polar et l’écologie

15h30-16h

SÉBASTIAN THILTGES (U. de Lorraine) : Polar régional et écopolar : quatre exemples luxembourgeois

16h-16h30

ANNE-LAURE BONVALOT (Nîmes) : Élucider l’écocide : le pétropolar africain à l’heure de l’extractivisme

16h30-17h

ANNE-RACHEL HERMETET (Angers) : Polar rural et écologie : effet de mode ou écopoétique?

17h15-17h30 : Clôture

*

Les communications s’articuleront autour de trois axes problématiques :

Axe n°1 : Contexte socio-politique des marges rurales et émergence d’un polar rural

Les lieux que s’attachent à décrire ces polars ruraux sont, le plus souvent, appréhendés avec une connaissance fine du territoire et des dynamiques économiques, politiques, sociales, culturelles qui traversent celui-ci. Entre érudition, enquête documentaire et engagement politique, les auteurs se font transcripteurs des évolutions contemporaines que connaissent les marges rurales des pays occidentaux en contexte de crise environnementale, évolutions dont ils sont le plus souvent les témoins directs. Il s’agira de faire un état des lieux de ce contexte socio-politique et des représentations sociales des campagnes sur les changements environnementaux dont les polars verts se font l’écho.

Axe n°2 : Polar et expérience écologique

Dans ces nouveaux polars ruraux, la nature n’est pas uniquement le lieu du crime, mais bien souvent aussi la première victime. Loin d’être circonscrit à un cadavre isolé, le meurtre central touche alors tout un ensemble de communautés locales, aussi bien humaines que végétales et animales. Cette menace généralisée pose avec une acuité nouvelle la question de l’expérience partagée et du monde commun – sur le plan social, politique mais aussi écologique. Face au trauma, comment l’écriture policière réorganise-t-elle les configurations traditionnelles et les discours, croyances, imaginaires qui tissent les communautés ?

Axe n°3 : Vitesse du monde moderne et temporalité du polar vert

Lorsque le polar se déplace dans les espaces naturels en contexte écologique, la temporalité du crime se voit largement modifiée. Que se passe-t-il quand le crime n’est pas le meurtre d’un mafieux mais l’explosion d’une plateforme pétrolière ou la contamination d’un territoire ? On passe, dans ce cas-là, d’un meurtre brutal à une extinction au long terme. Le roman noir retrouve toute son ampleur par rapport à la double temporalité – relativement rapprochée – du roman d’énigme. Le crime peut s’inscrire sur des générations et dans des histoires tragiques au long cours, qui impliquent le plus souvent la sauvegarde, le contrôle ou la propriété d’un territoire. Délaissant la ville, le policier vert investit ainsi un tempo narratif plus lent, à contre-courant de la frénésie du monde moderne.

Séminaire LPCM : Imaginaire enfantin

Séance du séminaire du Phistem-LPCM « Cultures de l’imagination »  

Vendredi 6 avril, de 14h à 17h, en salle des conseils (bâtiment L, 4e étage, salle L436)  :

Sébastien François (université Paris 13), « Les fabricants de l’imaginaire enfantin : regards croisés sur la production des objets et des médias de l’enfance ».

Image (c) Catherine Rondeau

 

Colloque « Mauvais genre », Amiens

Colloque interdisciplinaire : « Mauvais genre ».  L’énergie noire du système littéraire

15-17 mars, Logis du Roy, Amiens 

La mauvaise littérature est condamnée à l’oubli. Limitée aux seules œuvres reconnues, notre connaissance de l’espace littéraire est de fait réduite à une part infime de l’ensemble des œuvres. Le « bon goût » opère inlassablement sa sélection parmi elles, malgré sa versatilité à travers l’histoire et en dépit de l’instabilité du canon des grands textes tout comme des institutions chargées de les transmettre. Sont ainsi implacablement rejetés dans l’obscurité des textes de nature diverse : ouvrages ratés, textes mercenaires ou illégitimes, écritures du dimanche, plagiats ou autres impostures, mais aussi ce qui s’est trouvé recueilli sous la notion problématique de paralittérature. Mais le « mauvais », ainsi refoulé par le « bon goût », ne pourrait-il pas être semblable à cette énergie noire, invisible mais fondamentale et prédominante dans l’univers ?

L’espace littéraire fait coexister, à travers des systèmes de relations et d’appréciations qui sont au fondement de ce colloque, la grande littérature, avec son alignement de monuments consacrés, et une masse informe d’œuvres oubliées ou méprisées. Pourtant, la première semble bien avoir besoin de la seconde pour exister, s’en détacher comme sur une espèce de fond hétéroclite et anonyme. Au-delà du rôle de faire-valoir qu’on ne saurait lui dénier, quelles sont les fonctions de cette mauvaise littérature dans l’économie du système littéraire ? Quant à notre jugement, qui se forme largement sur le patrimoine accessible et élaboré avant nous, n’est-t-il pas en grande partie déterminé par le jugement de nos devanciers ?

 

Jeudi 15 mars (Logis du Roy)

9h30 – Accueil des participants. Ouverture du colloque par Anne DUPRAT (Pr, directrice du CERCLL, doyenne de l’UFR de Lettres, UPJV)

10h00 – La valeur du mauvais  (Mod. C. GRALL)

Nathalie HEINICH (Pr, EHESS) La hiérarchie des genres à la lumière de la sociologie des valeurs Continuer la lecture de Colloque « Mauvais genre », Amiens

Journée « (Dé)construire la légitimité »

Journée d’études « (Dé)construire la légitimité »

Vendredi 16 mars 2018, MESHS Lille-Nord de France, Salle  2

 


Projet structurant LégiPop : 
legipop.hypotheses.org

Organisation : Anne Besson, Matthieu Letourneux et Laura Muller-Thoma

***

PROGRAMME

Matin

9h : accueil

9h15 : Introduction de la journée par Matthieu Letourneux

9h30-10h30 : Séance 1, Légitimités en crise

Hervé Glévarec (CNRS/Dauphine) : « Légitimité, reconnaissance et désirabilité des biens artistiques : fondements contemporains des rapports à la culture artistique »

Eric Maigret (Paris III-Sorbonne nouvelle) : « Les enjeux de la postlégitimité culturelle : l’exemple de la culture BD »

11h-12h : Séance 2, Publics et marchés

Diana Holmes (Leeds) : « Une littérature illégitime : le “middlebrow” » Continuer la lecture de Journée « (Dé)construire la légitimité »

Séminaire : Cinéma de genre

Séminaire « Cinémas de genre. Formes, usages, étiquetages »

Longtemps délaissés par la littérature académique, la notion de genre et les nombreux enjeux qu’elle recouvre suscitent depuis une quinzaine d’années un nombre croissant de réflexions qui ont contribué à un renouvellement des études cinématographiques ainsi qu’à l’émergence de nouveaux champs de recherche, liés notamment à l’étude de la réception, des publics, de la cinéphilie et des usages sociaux liés au cinéma.

Ce séminaire entend participer à ce renouveau et contribuer à Continuer la lecture de Séminaire : Cinéma de genre

Colloque : patrimoine du jeu vidéo

COLLOQUE : CONSERVATION DU PATRIMOINE VIDÉOLUDIQUE. QUELS ENJEUX ? QUELS ACTEURS ?

Mercredi 13 décembre 2017 – 14h00-20h00
Bibliothèque nationale de France

Site François-Mitterrand, Petit auditorium. Quai François-Mauriac – Paris 13e
Inscription gratuite mais obligatoire via Eventbrite

Fragilité des supports, obsolescence des matériels de lecture, disparition des archives des éditeurs et concepteurs, dématérialisation des contenus… La conservation du patrimoine vidéoludique soulève des problématiques nombreuses et complexes sur le long comme sur le court terme. Ces questions sont au cœur des activités et des missions de la Bibliothèque nationale de France (BnF) et du Conservatoire National du Jeu Vidéo (CNJV). La BnF et le CNJV s’associent dans le cadre d’un colloque pour faire un point d’étape autour de ces enjeux, partager les réflexions et les avancées Continuer la lecture de Colloque : patrimoine du jeu vidéo

Colloque : utopie sociale au XIX siècle

« L’utopie sociale dans la littérature française du XIX siècle », Università di Salerno, 5-6 décembre 2017

Responsables scientifiques

BRIGITTE DIAZ et AGNESE SILVESTRI

Colloque organisé avec le soutien de / Convegno organizzato con il contributo di Ateneo di Salerno – Dipartimento di Studi Umanistici – Centro Linguistico di Ateneo – Institut français Italia

Comité scientifique

BRIGITTE DIAZ (Université de Caen-Normandie) – SUSI PIETRI (Università di Macerata) – AGNESE SILVESTRI (Università di Salerno) – DAMIEN ZANONE (Université catholique de Louvain)

Organisation

AGNESE SILVESTRI, asilvestri@unisa.it VINCENZO DE SANTIS,  vdesantis@unisa.it

BIBLIOTECA DI STUDI LETTERARI E LINGUISTICI – BÂTIMENT D3, 3è ÉTAGE

  • 5 DÉCEMBRE

14h30 – Ouverture du Colloque Continuer la lecture de Colloque : utopie sociale au XIX siècle

Colloque : « Cinéma d’animation »

Colloque : « Ecrire sur le cinéma d’animation »

1er et 2  décembre 2017, à l’INHA (Institut National d’Histoire de l’Art, Paris).

http://nefanimation.fr/etudes-recherches/colloque-universitaire/ 

Image : Lou et l’île aux sirènes  de Masaaki Yuasa

Deuxième colloque d’études francophones, initié par le comité scientifique de la NEF Animation, organisé par Jean-Baptiste Massuet, Marie Pruvost-Delaspre, Nicolas Thys et Pascal Vimenet.

Il est conçu en partenariat avec l’Université Paris Ouest Nanterre-La Défense, l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, l’Université Toulouse Jean Jaurès, l’Ecole National Supérieure des Arts Décoratifs, l’Université de Picardie Jules Verne, l’Université de Rennes 2, l’Ecole des Métiers du Cinéma d’Animation et l’AFCA.

Lire l’argument

Si le cinéma d’animation constitue un territoire
cinématographique aussi bien institutionnel
qu’esthétique, il n’en reste pas moins, également,
une invention discursive.
Principalement institutionnalisé dans les années
1950-1960 par le biais de la création de l’ASIFA
(Association Internationale du Film d’Animation), Continuer la lecture de Colloque : « Cinéma d’animation »

Colloque : Ville et roman populaire

Romanesque et ville dans le roman populaire du XIXe au XXIe s. : documents, indices, stratégies

Du 12 octobre 2017 au 13 octobre 2017

Université Picardie Jules Verne, Amiens, Logis du Roy

Ce colloque international et pluridisciplinaire s’inscrit dans le cadre d’un programme Balaton (de coopération franco-hongroise, sur financement européen) porté, d’une part, par le Centre d’Etudes des Relations et des Contacts Linguistiques et Littéraires (axe Roman & Romanesque) de l’Université de Picardie Jules Verne et, d’autre part, par le Département des Sciences de la Communication et des Médias et le Département des Études Françaises de l’Université de Debrecen, en Hongrie. Il en constitue le second volet, après un séminaire de recherche organisé à Debrecen en 2016 pour préciser les questions propres au romanesque de la ville dans le roman populaire européen du XIXe au XXIe siècle. L’ensemble des travaux sera publié à l’automne 2018 dans la revue Romanesques (chez les Classiques Garnier).

Comment les romanciers plongent-ils leurs lecteurs dans une ville volontiers labyrinthique ? Comment l’écriture de cette ville mystérieuse et mouvante, lieu d’aventures souvent incroyables, Continuer la lecture de Colloque : Ville et roman populaire