Archives de catégorie : Billets

Post-doc Vacancy as Part of the EOS-funded project “The Magic Lantern and its Cultural Impact as Visual Mass Medium in Belgium (1830-1940)”

Université Catholique de Louvain (UCLouvain) is looking for one post-doc to work under the supervision of prof. Philippe Marion and prof. Sébastien Fevry on the EOS-funded project “The Magic Lantern and its Cultural Impact as Visual Mass Medium in Belgium (1830-1940)” (B-Magic).

B-Magic is a four-year EOS-funded project which started in March 2018 and is led by prof. Kurt Vanhoutte (University of Antwerp). This project has set out to write the as yet unwritten history of the magic lantern as a mass medium in Belgium. The project’s results are an essential contribution to the study of the country’s cultural history as well as to international media historiography. B-Magic aims to rediscover the various functions of the lantern performance within the Belgian public sphere, in particular, its use in the transmission and negotiation of knowledge, norms and values by different societal groups. Scientists and entertainers, teachers and priests, political movements and organizations: they all used projected visual narratives to inform, entertain, educate and mobilize audiences of sometimes more than a thousand people per occasion. The lantern was the first visual mass medium to contest the printed word as a primary mode of information and instruction. All layers of society, both literate and illiterate, received visual information about nature, religion, science, new technologies and foreign countries through this fascinating “projection medium”. The B-Magic consortium researches the pivotal role of the magic lantern in Belgian society from the country’s independence (1830) up to 1940, when its use declined. To this end, it brings together an interdisciplinary team of researchers from Performance Studies, Cinema and Media Studies, Urban History, History of Science and Knowledge, Communication Studies, Semiotics, and Narratology. B-Magic will produce the first comprehensive study of the role of the magic lantern as a mass medium in a country.

As part of this project, a two-year 75% part-time post-doc position (to start in January 2021), is offered at UCL. This new mandate is a continuation of a first post-doc assignment awarded from 2018 to 2020 and is in relation with the following subprojects: Continuer la lecture de Post-doc Vacancy as Part of the EOS-funded project “The Magic Lantern and its Cultural Impact as Visual Mass Medium in Belgium (1830-1940)”

Hommage à Dominique Kalifa

Le bureau de la LPCM (Association internationale des chercheurs en Littératures Populaires et Culture Médiatique) a appris la disparition brutale de Dominique Kalifa. Il s’est donné la mort à Brugheas, dans l’Allier, le jour de ses 63 ans.

Dominique était un compagnon de route de la LPCM, un inspirateur, un ami. Dès les années 1990, il avait fait du populaire un terrain d’investigations, et s’était impliqué pour rassembler plusieurs générations de chercheurs travaillant sur des objets culturels jusqu’alors peu reconnus institutionnellement, afin de  renouveler en profondeur les approches sur la culture médiatique. Il avait contribué de façon décisive à donner une densité et une charpente historiques au phénomène, entretenant un dialogue fructueux avec les spécialistes d’autres disciplines. Ces dernières années, il avait pris part aux travaux de Media19 et de Numapresse. Sa contribution à La Civilisation du journal fut capitale, et a contribué à la réévaluation du caractère central de la presse dans les sociétés modernes, pour lesquelles il affirmait l’existence d’un véritable « paradigme médiatique ». Ses travaux antérieurs capitaux sur la police, les détectives, les bas-fonds, les faits-divers ou le bagne et, plus largement la manière avec laquelle il a su interroger les imaginaires du crime dans la presse, la littérature et l’espace public ont révolutionné la manière de penser la relation de la culture médiatique avec les imaginaires sociaux. Par-dessus tout, la générosité avec laquelle il savait mettre son intelligence et sa finesse d’analyse au service de la collectivité manqueront à tous ceux qui l’ont côtoyé.

La brillante carrière de Dominique ne l’empêchait pas de revendiquer son premier titre, celui de président de l’association des Amis de Fantômas. Cette fidélité l’avait conduit à consacrer en 2017 une nouvelle monographie au Prince des ténèbres.

Chez Dominique, l’exploration du contemporain dépassait les limites du populaire. Il entretenait le foyer de l’histoire culturelle, continuait l’œuvre de ses maîtres, Alain Corbin et Michèle Perrot, à qui il rendait souvent hommage.

Les témoignages amicaux, nombreux, affluent depuis ce matin de collègues d’aires et de spécialités différentes. Ils disent le vide immense laissé par cet intellectuel brillant, auteurs d’ouvrages qui ont fait date, et par cet homme aux qualités de cœur exceptionnelles. Il laisse une bibliographie exigeante, de nombreux chantiers ouverts, mais aussi de nombreux élèves, qu’il guidait avec intelligence et bienveillance.

Nous pensons à ses enfants à qui nous présentons nos condoléances.

 

 

Au fil de sa carrière, Dominique Kalifa a offert une impressionnante contribution à la recherche, dont voici quelques titres :

L’Encre et le Sang : récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995.
La Culture de masse en France, tome 1  (1860–1930), Paris, La Découverte, 2001.
Crime et culture au XIXe siècle, Paris, Perrin, coll. « Pour l’histoire », 2005.
Avec Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant [dir.], La civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde éditions, 2011.
Les Bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, 2013.
La Véritable Histoire de la « Belle Époque », Paris, Fayard, 2017.
Tu entreras dans le siècle en lisant Fantômas, Paris, Vendémiaire, 2017.
Paris. Une histoire érotique, d’Offenbach aux Sixties, Paris, Payot, 2018.

Appel à contributions – Les Cahiers Dumas (n°46), Réécritures dumasiennes : un imaginaire de l’innutrition

Considéré à juste titre comme le principal fondateur du roman historique en France, Alexandre Dumas fut dès son vivant imité par une constellation d’auteurs. Le roman historique connaît alors dès le Second Empire sur le territoire national puis en Europe un incontestable âge d’or. Du chevalier justicier Henri de Lagardère de Paul Féval aux formidables prouesses du cycle des Pardaillan chez Michel Zévaco, cinquante années suffisent en effet pour voir éclore une abondante descendance d’auteurs dans un genre à succès. Ces derniers ne dissimulent pas, dans les choix retenus (époque, lieux et personnages choisis) l’influence du grand maître. Leurs héros déplacés dans un passé à reconquérir se caractérisent surtout par un héroïsme exacerbé, un culte de passions mélodramatiques mais surtout évoluent indéniablement dans un style à reproduire. Cette reconduction par les épigones des romans historiques « à la Dumas » participe ainsi à la construction d’une nouvelle culture médiatique (M. Letourneux).

Continuer la lecture de Appel à contributions – Les Cahiers Dumas (n°46), Réécritures dumasiennes : un imaginaire de l’innutrition

Roy Pinker, Fake news et viralité avant internet

Roy Pinker, Fake news et viralité avant internet, CNRS édition, 2020.
Vidéo d’un chat qui saute en voyant un concombre, blague sur l’actualité, dénonciation d’une injustice: nous avons tous conscience de vivre dans une culture de la viralité, où le succès se mesure à la vitesse de la propagation. Et nous pensons tous que c’est une marque de notre modernité, que ce sont les réseaux sociaux qui ont transformé les modalités de diffusion des idées. Les auteurs, tous spécialistes de l’histoire de la presse, nous prouvent ici qu’il n’en est rien: au XIXesiècle, le «copier-coller» régnait déjà dans la presse; une histoire bien troussée, même fausse, pouvait être reproduite à des centaines d’occasions à travers les continents, comme une bonne histoire sur Facebook; le bon mot d’un écrivain réapparaissait un peu partout, comme un tweet populaire; légendes urbaines, fake news, rumeurs, circulaient de journaux en journaux; des réclames publicitaires mystérieuses s’étalaient sur les murs, pour faire le buzz comme on dit aujourd’hui.
Avec un plaisir contagieux et en 15 courts chapitres partant d’un phénomène contemporain pour en faire l’archéologie, ce livre démonte les mécanismes de la viralité médiatique, pour montrer que ce sont des phénomènes profondément ancrés dans la culture de la presse, dès sa naissance.

Continuer la lecture de Roy Pinker, Fake news et viralité avant internet

Parution : Fantasy Art and Studies, Fantasy Art and Studies 8 : Tribute to Terry Pratchett/Fantasy humoristique

 
Ce numéro est dédié à Terry Pratchett, maître de la Fantasy humoristique, qui nous a quitté en 2015. Les auteurs et les chercheurs de ce numéro, introduit par un poème de Freyja Stokes, récipiendaire de la bourse Sir Terry Pratchett Memorial, reconnaissent l’influence et l’originalité de la fiction de Pratchett à travers 8 récits par de nouvelles voix de la Fantasy française et 4 articles analysant les œuvres de Pratchett et leurs adaptations. En prime, retrouvez un entretien avec Patrick Couton, le talentueux traducteur français des Annales du Disque-monde, l’œuvre phare de Pratchett, et le nouveau chapitre de la BD de Guillaume Labrude.
 
Ce numéro est illustré par Camille Courtois (couverture), Guillaume Labrude, Antoine Pelloux et Véronique Thill.

Quelles perspectives pour la bande dessinée numérique ?

Annonce de publication du dernier numéro d’Alternative francophone intitulé « Quelles perspectives pour la bande dessinée numérique ? » (vol. 2, no 7 (2020)), dirigé par Côme Martin (chercheur indépendant) et Jean Sébastien (Collège de Maisonneuve).

Sommaire:

Jean Sébastien et Côme Martin : « Introduction : Lectures de la bande dessinée numérique. Succession de cases et fantôme de la case mémorable »

Philippe Paolucci : « La bande dessinée numérique : le triomphe du linéaire sur le tabulaire »

Nicolas Labarre et Julien Baudry : « De l’imprimé au numérique et retour. Lecture et perception d’une bande dessinée d’un support à l’autre »

Haniyeh Barahouie : « Entre bande dessinée et jeu vidéo : Le Secret de la Licorne d’Hergé »

Margarita Molina Fernandez : « 2 : expérimenter l’hypermédia dans la bande dessinée numérique »

Le numéro est disponible ici

L’illustration employée plus haut et pour le numéro est tirée de 2, bande dessinée numérique de Margarita Molina Fernández .

 

Parution : Les Émotions imaginaires. Une esthétique des séries télé

Stéphane Benassi, Les Émotions imaginaires. Une esthétique des séries télé, Garnier, 2020. 

En pensant l’esthétique des fictions plurielles de la télévision, cet ouvrage dépasse les approches particulières qui dominent leur étude depuis une dizaine d’années pour les appréhender de façon globale en se concentrant sur la relation sensible qui lie ses productions à leurs publics.

Parution : Comics of the New Europe. Reflections and Intersections

Edited by Martha Kuhlman and José Alaniz, Leuven University Press, 2020

A new generation of European cartoonists

Bringing together the work of an array of North American and European scholars, this collection highlights a previously unexamined area within global comics studies. It analyses comics from countries formerly behind the Iron Curtain like East Germany, Poland, Czechoslovakia, Hungary, Romania, Yugoslavia, and Ukraine, given their shared history of WWII and Communism. In addition to situating these graphic narratives in their national and subnational contexts, Comics of the New Europe pays particular attention to transnational connections along the common themes of nostalgia, memoir, and life under Communism. The essays offer insights into a new generation of European cartoonists that looks forward, inspired and informed by traditions from Franco-Belgian and American comics, and back, as they use the medium of comics to reexamine and reevaluate not only their national pasts and respective comics traditions but also their own post-1989 identities and experiences. Continuer la lecture de Parution : Comics of the New Europe. Reflections and Intersections

Parution : La fémis présente n°1 : la réalité virtuelle, une question d’immersion !

RÉSUMÉ

En décembre 2019, La Fémis s’est associée avec les éditions Rouge Profond pour créer la revue : La Fémisprésente. La ligne éditoriale de la revue consiste, à partir d’une riche combinaison d’articles et d’entretiens, à proposer une réflexion sur la recherche-création afin de promouvoir un dialogue entre théorie et pratique, entre le « penser » et le « faire » dans le champ du cinéma et des écritures audio-visuelles.

Le premier numéro est consacré à la réalité virtuelle. Il propose une incursion dans l’histoire des techniques et des dispositifs. Il analyse également les spécificités de l’écriture, de la mise en scène et de la production de ces œuvres, et la manière dont elles font évoluer en profondeur les métiers de l’image et du son. Ce numéro dessine ainsi pour chacun, spectateur, chercheur ou praticien, de nouvelles perspectives créatives.

Source : https://www.rougeprofond.com/produit/la-femis-presente-n1-la-realite-virtuelle-une-question-dimmersion/ Continuer la lecture de Parution : La fémis présente n°1 : la réalité virtuelle, une question d’immersion !

Parution : Producing Mass Entertainment. The Serial Life of the Yellow Kid

Christina Meyer, Producing Mass Entertainment. The Serial Life of the Yellow Kid, The Ohio State University Press, 2019

Emerging mass culture in nineteenth-century America was in no small way influenced by the Yellow Kid, one of the first popular, serial comic figures circulating Sunday supplements. Though comics existed before, it was through the growing popularity of full-color illustrations printed in such city papers as Inter Ocean (Chicago) and the World (New York) and the implementation of regular, weekly publications of the extra sections that comics became a mass-produced, mass-distributed staple of American consumerism. It was against this backdrop that one of the first popular, serial comic figures was born: the Yellow Kid.

Producing Mass Entertainment: The Serial Life of the Yellow Kid offers a new take on the emergence of the Yellow Kid comic figure, looking closely at the mass appeal and proliferation of the Yellow Kid across different media. Christina Meyer identifies the aesthetic principles of newspaper comics and examines the social agents—advertising agencies, toy manufacturers, actors, retailers, and more—responsible for the Yellow Kid’s successful career. In unraveling the history of comic characters in capitalist consumer culture, Meyer offers new insights into the creation and dissemination of cultural products, reflecting on modern artistic and merchandising phenomena.

Site de l’éditeur