Archives de catégorie : Billets

Parution : Dessins d’enfance dans la bande dessinée

Comicalités. Études de culture graphique, Dessins d’enfance dans la bande dessinée, sous la direction de Maaheen Ahmed et Benoît Crucifix, 2023

Ce dossier thématique s’interroge sur les différentes manières d’imaginer, de solliciter et d’organiser le dessin enfantin dans l’histoire de la bande dessinée. La diversité et la multiplicité des interactions entre bande dessinée (comme objet culturel produit pour les enfants) et dessin d’enfant (à la fois l’objet de discours adultes et les production enfantines) offre un vaste terrain d’enquête, allant des conceptions du style graphique en bande dessinée jusqu’aux recyclages de la bande dessinée dans les dessins d’enfants.

Ce dossier thématique a été réalisé dans le cadre du projet COMICS, financé par le Conseil Européen de la Recherche dans cadre-programme de Horizon 2020 de l’Union européenne pour la recherche et l’innovation.

 

Appel à communications : Autour du Grabuge : évocation des films mystérieux, sulfureux, désavoués, oubliés, perdus (Orléans & en ligne)

Autour du Grabuge : évocation des films mystérieux, sulfureux, désavoués, oubliés, perdus

11 juin 2024

Orléans

Date d’échéance : 31 mars 2024

Journée d’étude organisée par Laurène L’HERMITE (CRHIA), Cécile CHANTRAINE-BRAILLON, (CRHIA) et Michel FERRY (Documentariste et Directeur du cinéma Les Carmes à Orléans).

Texte de l’appel :

En 1968, le cinéaste français Edouard Luntz (1931-2009) réalise Le Grabuge, film franco-brésilien, produit par la 20th Century Fox et scénarisé par le sociologue rochelais Jean Duvignaud (1921-2007). Le film, l’auteur et le scénariste ont un point commun : ils sont oubliés, voire reniés, en dépit du fait qu’ils ont laissé des traces dans la culture et le patrimoine français et même international. Il nous semble que remettre sur le devant de la scène ces œuvres et figures marginales et oubliées est légitime et éclairant dans un environnement culturel souvent enclin à la reproduction et au discours aseptisé. L’objectif de cette journée d’étude est non seulement de révéler un fragment du patrimoine cinématographique, mais aussi d’évoquer et d’encourager l’étude des origines mythologiques, des répercussions sociologiques, culturelles, géographiques,… des films mystérieux, sulfureux, désavoués, oubliés, perdus. Continuer la lecture de Appel à communications : Autour du Grabuge : évocation des films mystérieux, sulfureux, désavoués, oubliés, perdus (Orléans & en ligne)

Parution : On ne vit pas de la bande dessinée. Trajectoires professionnelles d’auteurs à Angoulême (PUL)

Sylvain Aquatias, On ne vit pas de la bande dessinée. Trajectoires professionnelles d’auteurs à Angoulême,  Liège, Presses Universitaires de Liège, collection ACME, 2024. 

Présentation

Les albums de bandes dessinées ont envahi les rayons des librairies et les médias annoncent tous les ans des ventes records. Mais qu’en est-il de ceux qui réalisent ces albums ? Comment sont-ils devenus auteurs de bande dessinée ? Où se sont-ils formés ? Vivent-ils de leur art ?
Si le titre de l’ouvrage laisse peu d’illusions sur la réponse finale à cette dernière question, c’est en suivant quarante-quatre artistes habitant Angoulême ou ses environs, depuis leurs premiers dessins jusqu’à leur carrière actuelle, que l’on pourra comprendre comment se construisent les carrières professionnelles des auteurs de bande dessinée.
Arpentant les pavés angoumoisins pendant trois ans, le sociologue et son complice ont essayé de décrypter les logiques de création, de publication et de rétribution des auteurs de bande dessinée, contribuant à la fois à une meilleure compréhension de leurs conditions de vie, mais aussi, plus largement à des questions tenant à la socialisation, aux modes de travail, au fonctionnement des réseaux et à la transformation des statuts des artistes de bande dessinée.
 
Sylvain Aquatias, MCF HDR à l’Université de Limoges, GRESCO (UR 15075).

Parution : Le Roman noir. Une histoire française (PUF)

Natacha Levet, Le Roman noir. Une histoire française, Paris, Puf, 2024.
 
Présentation
 
Le roman noir français est généralement considéré comme un héritier du récit hardboiled américain, né dans les années 1920. Pourtant, il est aussi le résultat d’une histoire française, d’influences littéraires diverses et de pratiques éditoriales qui ont « inventé » le roman noir. Après Mai 68, le roman noir français cultive en effet sa singularité et reconvertit le genre en acte critique, idéologiquement investi : parce qu’il se veut une radiographie critique et politique de la société, de ses institutions, voire un instrument d’intervention sociale, il remet résolument en cause le « roman national », donnant voix aux invisibles du temps présent et offrant un tombeau aux victimes muettes du passé.
 
Natacha Levet est enseignante-chercheuse à l’Université de Limoges, au sein du laboratoire EHIC (UR 13334). 
 
 

PARUTION : Collection “J’aimerais t’y voir”

Lancement d’une nouvelle collection d’essais critiques sur la littérature jeunesse : “J’aimerais t’y voir”, aux éditions On ne compte pas pour du beurre

En librairie à partir du 22 février 2024

100 pages, 14 x 18 cm, 10€

Présentation

La collection “J’aimerais t’y voir”, propose un espace de pensée sur les recherches et pratiques en cours autour des représentations en littérature jeunesse, plus précisément à l’intérieur de la production d’albums jeunesse en France. Des listes bibliographiques commentées complètent chaque ouvrage. 

Trois ouvrages viennent inaugurer cette nouvelle collection : 

Sarah Ghelam et Spencer Robinson, Où sont les personnages LGBTQI+ en littérature jeunesse ?

Priscille Croce, Où sont les albums jeunesse anti-sexistes ?

Sarah Ghelam, Où sont les personnages d’enfants non-blancs en littérature jeunesse ?

Consulter le communiqué de presse

Appel à contributions : La vedette et ses plumes : presse, littérature et célébrité (revue Sur le journalisme)

La vedette et ses plumes : presse, littérature et célébrité

Revue Sur le journalisme

Belgique

Date d’échéance : 15 mai 2024

Texte de l’appel :

Revue internationale en libre accès avec comité de lecture, publiée en version numérique et imprimée

https://revue.surlejournalisme.com/

Éditeurs et éditrice du numéro spécial :

Adrien Rannaud, Université de Toronto, Canada

Mélodie Simard-Houde, Université du Québec à Trois-Rivières, Canada

Yuri Cerqueira dos Anjos, Victoria University of Wellington, Nouvelle-Zélande

Selon Antoine Lilti (2014), la culture de la célébrité moderne apparaîtrait en Europe dès la seconde moitié du XVIIIe siècle sous le coup d’une première révolution médiatique. Dans cette perspective, l’histoire de la célébrité serait indissociable de celle de la presse, plus encore à partir du XIXe siècle, qui constitue le cadre de réalisation de ce qu’on nomme, dans l’espace francophone européen, la « civilisation du journal » (Kalifa et al., 2011). On sait que les quotidiens, revues et autres périodiques alimentent dès la décennie 1830 un régime de l’actualité reposant, du côté des journalistes, sur l’observation du monde contemporain, la collecte de « choses vues », et, du côté des personnes médiatisées, sur la visibilité des individus (Heinich, 2012). Dans ce système, les figures publiques issues du monde de la littérature occupent une place clé tant à titre de collaborateurs de la presse (Thérenty, 2007), et donc de figures médiatrices, que de célébrités dont on commente et expose la vie. Continuer la lecture de Appel à contributions : La vedette et ses plumes : presse, littérature et célébrité (revue Sur le journalisme)

Appel à communications : Adolescences romanesques. La génération des Six Compagnons, 1960-1980 (Caen)

Adolescences romanesques. La génération des Six Compagnons (1960-1980)

20-21 novembre 2024

Université de Caen Normandie INSPE

Date d’échéance : 20 juin 2024

Colloque organisé par Christiane Connan-Pintado, Stéphanie Lemarchand et Anne Schneider.

Texte de l’appel : 

[I]l n’est pas possible d’écrire pour la jeunesse, si, en même temps, on ne s’efforce pas d’écrire sur la jeunesse. Georges G.-Toudouze

À mi-chemin de la guerre et du nouveau millénaire, dans le contexte politique, social et économique favorable des « Trente Glorieuses », l’édition pour la jeunesse connaît en France un essor remarquable (Piquard, 2004). Tel est l’empan temporel que nous proposons de cerner afin d’observer les romans publiés en France pour et sur l’adolescence au cours des années 1960-1980. L’expansion de cette littérature a été amorcée au cours de la décennie précédente : l’importation de séries américaines et britanniques à succès et le développement des différentes collections de G. P. (pour Général Publicité, maison d’édition pour la jeunesse essentielle des années 1940-1980) et de Hachette ont modifié sensiblement le paysage éditorial, les éditeurs invitant leurs auteurs à proposer des fictions de leur cru. Continuer la lecture de Appel à communications : Adolescences romanesques. La génération des Six Compagnons, 1960-1980 (Caen)

Appel à communications : Poésie & Instagram : poétique et politique d’un espace de création numérique (Paris)

Poésie & Instagram : poétique et politique d’un espace de création numérique

3 mai 2024

Paris

Date d’échéance : 4 mars 2024

Journée d’étude et de création organisée par Camille Bloomfield (Université Paris-Cité, CERILAC), Caroline Giraud (instapoétesse), Liza Hammar (Université du Québec à Montréal), et Marc Jahjah (Université de Nantes).

Texte de l’appel :

La poésie bénéficie actuellement, comme l’ont remarqué plusieurs critiques et journalistes, d’un spectaculaire retour en grâce auprès des jeunes générations. Ce regain d’intérêt semble s’expliquer en partie par une recrudescence des pratiques créatives sur le web, plus particulièrement sur les réseaux sociaux, qui offrent nombre d’outils facilitant notamment un aspect visuel soigné et des productions multimédia complexes (texte, image et son souvent en dialogue), tout en ayant l’avantage d’être moins intimidantes que le papier. La littérature numérique, longtemps réservée à des créateurs et des créatrices ayant un niveau élevé de maîtrise des technologies, est ainsi, depuis une quinzaine d’années, accessible à toute personne dotée d’un smartphone, ce que Leonardo Flores a identifié comme étant la marque de la troisième génération de la « littérature numérique ». Continuer la lecture de Appel à communications : Poésie & Instagram : poétique et politique d’un espace de création numérique (Paris)

Appel à contributions : L’Élaborée, n°2 : “Ma(r)ge(s)”

L’Élaborée, n°2 : “Ma(r)ge(s)”

Rennes

Date d’échéance : 13 mars 2024

Texte de l’appel :

Ce deuxième numéro de la revue L’ELaborée mêlera recherche et création. Nous souhaitons pour ce second numéro proposer un format hybride, qui comportera quatre créations originales, et huit articles. Pour les créations, nous souhaitons avoir une nouvelle de fiction, de la poésie, une création visuelle, et une illustration. Les contributeurices sont à définir, nous les contacterons directement, sans appel à communication de ce côté. Étant chercheur·euse·s en histoire et en littérature, nous ne nous sentons en effet pas légitimes à répondre à un appel à communications de ce côté.

En ce qui concerne l’aspect recherche, nous ouvrons un appel à communications qui visera à sélectionner huit articles. Ces derniers seront publiés sous deux formats : un format « traditionnel » sur notre carnet Hypothèses ; et un format court (environ trois pages) qui sera publié dans une version papier. Continuer la lecture de Appel à contributions : L’Élaborée, n°2 : “Ma(r)ge(s)”

PARUTION : Littérature et politique. Nouvelles perspectives théoriques

Acta Fabula, Dossier Critique n°74, « Littérature et politique. Nouvelles perspectives théoriques », sous la direction d’Esther Demoulin et Léo Mesguich, 2024

Ce dossier a initialement été conçu en milieu d’année 2023. Nous souhaitions revenir sur un certain nombre de publications importantes autour des liens fructueux entre littérature et politique, en particulier dans le champ littéraire contemporain. L’actualité éditoriale récente, celle de la rentrée d’hiver 2024, a confirmé cette tendance avec la parution de plusieurs ouvrages remarqués — Littérature et Révolution de Joseph Andras et Kaoutar Harchi ; Contre la littérature politique, ouvrage collectif paru chez La Fabrique ; Défaire voir. Littérature et Politique de Sandra Lucbert —, et a nécessité d’agrandir la liste d’ouvrages recensés. Mêlant perspectives diachroniques et synchroniques, prises de position d’auteur∙rices et réflexions de contemporanéistes, les recensions réunies dans ce dossier permettent un riche tour d’horizon.

Plusieurs recensions proposent en effet de repenser cette réflexion sur le politique en littérature au moyen d’une nouvelle historiographie. Sylvie Servoise, dans son récent « Que sais-je ? » commenté par Aurore Turbiau, privilégie ainsi, à la différence de Benoît Denis, une vision transhistorique large en faisant de Christine de Pizan une des figures fondatrices de l’engagement en littérature. Son essai permet de la sorte de remettre en cause la consécration du XXe siècle : ce qui a fait la spécificité du siècle de Sartre, c’est son appréhension théorique de l’engagement et du contre-engagement. Il est en cela frappant de constater à quel point les ouvrages récents témoignent d’une forme de hantise pour la théorie. D’une part, les écrivain·es refusent bien souvent la forme de l’essai au profit de formes fictionnalisées (comme celle du conte, privilégiée par Lucbert et Volodine) ; d’autre part, les universitaires reviennent sur la nécessité d’une interaction fructueuse entre écrivains et commentateurs — Mathilde Roussigné suggère de réfléchir à une étude avec les textes plutôt qu’à une étude des textes, révélant un refus du surplomb largement partagé par les auteur·ices du dossier. Ce que souligne enfin l’essai de Sylvie Servoise, c’est à quel point la notion d’engagement n’a jamais eu bonne presse. Associé à un militantisme de mauvais aloi, la littérature engagée et les postures d’auteur qui lui sont associées sont communément décriées sans jamais être clairement définies. Denis Saint-Amand propose ainsi un addendum nécessaire à notre Dictionnaire des idées reçues contemporaines : « Littérature engagée — On ne sait pas ce que c’est. Tonner contre. »

En cela, la littérature politique suggérée par les publications récentes semble souvent (mais pas toujours) négative. Le tonneau de Sartre fièrement planté devant l’usine Billancourt se voit remplacé par la tribune vide du conte de Volodine : l’écrivain·e n’est attendu·e par personne, ce qui explique peut-être en partie l’absence de réflexions concrètes sur l’engagement effectif des écrivain·es — Harchi et Andras exceptés. Foin du bloc : mis à part certains concepts issus des sciences sociales, aucun métalangage ne fait l’unanimité et aucune démarche collective claire ne semble émerger. Ni les critiques ni les auteur·ices ne cherchent à faire école, et les ouvrages collectifs recensés ne sont jamais écrits à plusieurs mains. Et pourtant… L’intérêt majeur du dossier consiste peut-être à offrir une série d’éclairages sur les divisions internes au champ contemporain : tout oppose les positions expérimentales de Nathalie Quintane ou de Sandra Lucbert et l’art calqué sur le réel qu’Edouard Louis appelle de ses vœux dans son dialogue avec Ken Loach. Car c’est bien la littérature dite des transfuges de classe, « la littérature-de-ceux-qui-parviennent-à-tout-prix » selon le mot de Sandra Lucbert, qui semble l’ennemi contre lequel il faut désormais tonner. En attendant, Houellebecq se porte comme un charme.

Continuer la lecture de PARUTION : Littérature et politique. Nouvelles perspectives théoriques