Archives de catégorie : Billets

Les mystères de Paris adaptés en gravures animées

Les Mystères de Paris, une série de Véronique Puybaret et Matthieu Dubois, 2020

Paris, 1840. Rodolphe de Gerolstein, prince sans peur mais pas sans reproches, enquête sur la disparition de Germain, le fils de sa gouvernante, aux prises avec la pègre des bas-fonds et les bourgeois des beaux quartiers. Il va découvrir un lourd secret qui le touche intimement… Profitons des nouvelles technologies pour réhabiliter les formidables « Mystères de Paris » d’Eugène Sue, dans leur format feuilletonnant d’origine (1842) mais dans une narration dépoussiérée et décalée grâce à l’animation numérique des gravures dessinées à l’époque pour l’oeuvre. Nos 40 épisodes de fiction (d’environ 3 minutes) sont diffusés gratuitement sur Youtube et seront rejoints peu à peu par 40 petits bonus documentaires, tant l’oeuvre d’Eugène Sue est ancrée dans son époque passionnante. Ce programme pédagogique et distrayant est donc à disposition de tous !

Continuer la lecture de Les mystères de Paris adaptés en gravures animées

La communication politique à l’aide de jeux vidéo d’horreur

À l’occasion de l’anniversaire du volet germanophone d’Hypothèses, nous proposons ici un billet d’Eugen Pfister, traduit de l’allemand par Célia Burgdoff et disponible en version originale ici.

__________________________________________________________________________

De la communication politique dans les jeux vidéo

Par Eugen Pfister (Arbeitskreis Geschichtswissenschaft und Digitale
Spiele

Londres 1918 : La ville est ravagée par la grippe espagnole qui fait des milliers de victimes, en particulier parmi les plus démunis. Des quartiers entiers sont dépeuplés, des syndicalistes communistes et des gangs s’affrontent violemment dans la rue. Tandis que la grande bourgeoisie du West End songe à ériger un mur de protection autour du quartier, à l’autre bout de la ville et de la hiérarchie sociale, les immigrants roumains luttent pour leur survie. De plus, les londoniennes font le travail des centaines de milliers d’hommes, qui ont quitté la ville pour mourir dans une guerre inutile. Elles n’ont cependant pas les mêmes droits ou perspectives d’ascension que ces hommes. (Dontnod : F 2018 / PS4)

 

Changement de décor : 1960, dans les profondeurs de l’Océan Atlantique…

…nous traversons les ruines écrasantes, (rétro-)futuristes de la mégalopole « Rapture » et sommes témoins de la dissolution catastrophique d’un projet de société utopique, comme seulement Ayn Randt aurait pu l’imaginer. « No Gods or Kings. Only Man » : la devise, affichée sur l’étendard à l’entrée de la ville, témoigne de la volonté de ne pas mettre d’entraves politiques ou culturelles à la créativité des habitant.es. Cet idéal est noyé dans l’égoïsme et le « chacun pour soi ». BioShock (2K Boston : US 2007 / XBOX360 u.a.).

Continuer la lecture de La communication politique à l’aide de jeux vidéo d’horreur

Soutien de la LPCM et de Belphégor à l’Appel solennel pour la protection des libertés académiques et du droit d’étudier

La LPCM et Belphégor ont rejoint la liste des sociétés savantes, syndicats, collectifs et revues signataires de l’Appel solennel pour la protection des libertés académiques et du droit d’étudier, publié sur le site Academia. 

Ce texte a été écrit en réaction aux propos tenus le 22 octobre 2020 par le ministre de l’Éducation nationale, selon lequel les universités se rendraient coupable de « complicité intellectuelle du terrorisme ». Ces attaques atteignent tout particulièrement les recherches de nombreux·ses membres de notre Association. À l’instar des autres signataires, nous constatons une dégradation générale de l’état des libertés académiques dans le contexte du vote de la loi de programmation de la recherche, et nous nous inquiétons des atteintes aux libertés académiques susceptibles d’être inscrites dans le projet de loi sur les séparatismes, dont l’examen en Conseil des ministres est prévu le 9 décembre 2020.

Le Bureau de la LPCM, Association internationale des chercheurs en « Littératures populaires et culture médiatique » 

Parution : The X-files. Histoires sans fin

Frédéric Gai, The X-files. Histoires sans fin, Presses Universitaires François-Rabelais, « Sérial », 2020.

Apparu pour la première fois sur la Fox en 1993, The X-Files va profondément changer l’univers télévisuel. Rénovant le récit fantastique et policier, le programme imaginé par Chris Carter ouvre une nouvelle ère
en questionnant le mode d’existence du format sériel et en faisant interagir toutes les fins qu’elle ne cesse d’annoncer : de soi, d’une ère, du monde.
Mais pour beaucoup, The X-Files c’est surtout Fox Mulder et Dana Scully, duo d’agents du FBI iconique, couple toujours en devenir et raison d’être d’un équilibre dialectique. Car entre l’illuminé traquant les extraterrestres et la cartésienne convaincue des progrès de la science, entre l’athée et la catholique, entre le postmoderne dépressif et la moderne aux accents positivistes, entre l’homme et la femme, les nombreuses tensions s’imposent comme autant de manières d’éprouver la valeur psychologique de la confiance et celle, héroïque, de la quête.
The X-Files, c’est enfin un phénomène de société qui dépasse les limites d’un produit audiovisuel. Interrogeant les pratiques culturelles de son époque, la série mêle habilement théories du complot, éternel recommencement de l’Histoire et peur de l’apocalypse. Surtout, elle joue avec les pouvoirs de la fiction, pour en montrer le puissant écho qui sourd jusqu’à nous.
Car proclamer que la vérité est ailleurs, c’est avant tout vouloir croire que le monde a, pour toujours et en tout temps, une infinité d’histoires à nous conter.

Frédéric Gai est enseignant-chercheur en littérature française du XXe siècle et en sciences de l’information et de la communication. Il étudie notamment les discours et pratiques artistiques à l’aune des cultures et supports médiatiques qui les diffusent.

Soutien de la LPCM à Camille Zimmermann

Le 7 septembre 2020, Camille Zimmermann, ancienne doctorante en études culturelles à l’Université de Lorraine, publie sur Medium[1] un témoignage dans lequel elle explique qu’elle a été contrainte d’interrompre sa thèse pour échapper à l’emprise de son directeur de recherche. Elle explique aussi pourquoi elle rend public ce témoignage : une autre doctorante, qui lui avait confié être victime d’agissements comparables de la part du même enseignant, a mis fin à ses jours au début du mois d’août 2020. Le texte, qui utilise des pseudos pour les tierces personnes, se termine par une accusation sans détour :

« J’accuse M. Ts’liche, 6 ans après le début de toute cette histoire, de harcèlement moral, de violences psychologiques et d’abus de son pouvoir et de sa position hiérarchique, et ce notamment et dans les cas les plus graves pour mettre sous emprise des jeunes femmes vulnérables. »

Nous sommes chercheur·euse·s en littératures de l’imaginaire, en littératures populaires et en culture médiatique, et la part de scandale du drame que rapporte Camille Zimmermann nous éclabousse tout particulièrement, parce que nous participons à la même communauté disciplinaire et parce que nous souhaitons que cesse la loi du silence qui y règne et qui dissuade les victimes de passer à l’action par le biais de dénonciations officielles. Il faut que cela change. C’est à ce titre que nous voulons exprimer notre soutien à Camille Zimmermann et, à travers elle, à toutes celles et ceux qui trouveraient dans sa démarche un encouragement à révéler les inconduites dont elles seraient victimes.

En effet, l’affaire en cours nous paraît représentative des dérives, hélas nombreuses[2], permises par un système d’encadrement qui privilégie les échanges en vase clos sans se doter de dispositifs véritablement efficaces pour protéger les étudiant·e·s et les doctorant·e·s des enseignant·e·s qui abuseraient de leur position dominante. Malgré la mise en place de cellules de prévention contre le harcèlement et les discriminations, les universités, dans leur grande majorité, demeurent insuffisamment armées pour lutter contre la perversité des rapports de pouvoir et de genre qui s’exercent en leur sein. Nous constatons que trop souvent, des universitaires mis en cause par de graves chefs d’accusation sont protégés par leur rang, que trop souvent, leurs collègues ou leur direction tardent à agir, voire s’y refusent, lorsqu’ils ou elles ont été alerté·e·s de leurs agissements, que trop souvent, les victimes de harcèlement et/ou de violences voient leur témoignage minimisé ou sont renvoyées au silence, dans un contexte où les possibilités d’une carrière académique sont considérablement amoindries en cas de conflit avec le directeur de recherche. 

Les signataires de ce texte ne veulent pas s’y résigner. Par-delà l’expression de notre soutien explicite et collectif à Camille Zimmermann, afin d’épauler la démarche d’alerte qu’elle a initiée, nous voulons exhorter les responsables de l’Université de Lorraine à informer le public sur les suites concrètes données à ces accusations. À ce jour en effet, l’Université de Lorraine n’a publié aucun communiqué officiel et le Président n’a adressé un courriel aux personnels ALL-SHS que le 11 septembre 2020[3], suivi d’un courriel à l’ensemble de la communauté universitaire lorraine envoyé plus tardivement encore, le 30 septembre 2020[4], afin de l’informer de la tenue d’une enquête interne. Nous déplorons les stratégies rhétoriques bien identifiées auxquelles le Président a recours dans le courriel destiné aux personnels ALL-SHS : il y dénonce notamment la publication des témoignages sur les réseaux sociaux, retournant indirectement l’accusation de harcèlement contre la plaignante. Nous déplorons en outre qu’il ait fallu la mort d’une jeune femme pour que cette enquête ait lieu : Camille Zimmermann indique qu’aucune procédure n’avait été entamée lorsqu’elle avait signalé les abus auxquels elle faisait face auprès du dispositif d’alerte de l’Université de Lorraine. Cette manière de déplacer le débat sur un procès des réseaux sociaux et cette surdité de l’institution sont symptomatiques de la culture de la dénégation qui reste de mise dans l’enseignement supérieur. 

Nous, chercheur·euse·s en littératures de l’imaginaire, en littératures populaires et en culture médiatique ; nous, jeunes chercheur·euse·s vigilant·e·s, mais aussi directeur·rice·s de recherche, constitué·e·s ou non en collectifs, exigeons que les victimes de harcèlement et/ou de violences dans le cadre universitaire soient systématiquement entendues et soutenues dans leurs démarches par des interlocuteur·rice·s fiables, sans que soit remis en cause leur droit à témoigner. Nous exigeons également que les directions des universités mettent en place ou renforcent les structures visant à ce que toutes les formes d’abus, de harcèlement, de violence et d’oppression puissent être signalées, soumises à un examen des faits dès que les premiers soupçons émergent, et qu’elles puissent mener à des procédures disciplinaires.

La LPCM, Association internationale des chercheurs en « Littératures populaires et culture médiatique » 


[1] Camille Zimmermann, « De la toute puissance des prédateurs haut placés, Medium, 7 septembre 2020. URL : https://medium.com/@Camille_Thizbel/de-la-toute-puissance-des-prédateurs-haut-placés-d875001c28a6

[2] Certaines d’entre elles sont répertoriées sur le site Academia : https://academia.hypotheses.org/?s=harc%C3%A8lement&submit=Recherche

[3] Ce courriel a été rendu public sur Academia : https://academia.hypotheses.org/25555

[4] Voir le fil Twitter du carnet Academia : https://twitter.com/Academia_carnet/status/1311246267515895808

Post-doc Vacancy as Part of the EOS-funded project “The Magic Lantern and its Cultural Impact as Visual Mass Medium in Belgium (1830-1940)”

Université Catholique de Louvain (UCLouvain) is looking for one post-doc to work under the supervision of prof. Philippe Marion and prof. Sébastien Fevry on the EOS-funded project “The Magic Lantern and its Cultural Impact as Visual Mass Medium in Belgium (1830-1940)” (B-Magic).

B-Magic is a four-year EOS-funded project which started in March 2018 and is led by prof. Kurt Vanhoutte (University of Antwerp). This project has set out to write the as yet unwritten history of the magic lantern as a mass medium in Belgium. The project’s results are an essential contribution to the study of the country’s cultural history as well as to international media historiography. B-Magic aims to rediscover the various functions of the lantern performance within the Belgian public sphere, in particular, its use in the transmission and negotiation of knowledge, norms and values by different societal groups. Scientists and entertainers, teachers and priests, political movements and organizations: they all used projected visual narratives to inform, entertain, educate and mobilize audiences of sometimes more than a thousand people per occasion. The lantern was the first visual mass medium to contest the printed word as a primary mode of information and instruction. All layers of society, both literate and illiterate, received visual information about nature, religion, science, new technologies and foreign countries through this fascinating “projection medium”. The B-Magic consortium researches the pivotal role of the magic lantern in Belgian society from the country’s independence (1830) up to 1940, when its use declined. To this end, it brings together an interdisciplinary team of researchers from Performance Studies, Cinema and Media Studies, Urban History, History of Science and Knowledge, Communication Studies, Semiotics, and Narratology. B-Magic will produce the first comprehensive study of the role of the magic lantern as a mass medium in a country.

As part of this project, a two-year 75% part-time post-doc position (to start in January 2021), is offered at UCL. This new mandate is a continuation of a first post-doc assignment awarded from 2018 to 2020 and is in relation with the following subprojects: Continuer la lecture de Post-doc Vacancy as Part of the EOS-funded project “The Magic Lantern and its Cultural Impact as Visual Mass Medium in Belgium (1830-1940)”

Hommage à Dominique Kalifa

Le bureau de la LPCM (Association internationale des chercheurs en Littératures Populaires et Culture Médiatique) a appris la disparition brutale de Dominique Kalifa. Il s’est donné la mort à Brugheas, dans l’Allier, le jour de ses 63 ans.

Dominique était un compagnon de route de la LPCM, un inspirateur, un ami. Dès les années 1990, il avait fait du populaire un terrain d’investigations, et s’était impliqué pour rassembler plusieurs générations de chercheurs travaillant sur des objets culturels jusqu’alors peu reconnus institutionnellement, afin de  renouveler en profondeur les approches sur la culture médiatique. Il avait contribué de façon décisive à donner une densité et une charpente historiques au phénomène, entretenant un dialogue fructueux avec les spécialistes d’autres disciplines. Ces dernières années, il avait pris part aux travaux de Media19 et de Numapresse. Sa contribution à La Civilisation du journal fut capitale, et a contribué à la réévaluation du caractère central de la presse dans les sociétés modernes, pour lesquelles il affirmait l’existence d’un véritable « paradigme médiatique ». Ses travaux antérieurs capitaux sur la police, les détectives, les bas-fonds, les faits-divers ou le bagne et, plus largement la manière avec laquelle il a su interroger les imaginaires du crime dans la presse, la littérature et l’espace public ont révolutionné la manière de penser la relation de la culture médiatique avec les imaginaires sociaux. Par-dessus tout, la générosité avec laquelle il savait mettre son intelligence et sa finesse d’analyse au service de la collectivité manqueront à tous ceux qui l’ont côtoyé.

La brillante carrière de Dominique ne l’empêchait pas de revendiquer son premier titre, celui de président de l’association des Amis de Fantômas. Cette fidélité l’avait conduit à consacrer en 2017 une nouvelle monographie au Prince des ténèbres.

Chez Dominique, l’exploration du contemporain dépassait les limites du populaire. Il entretenait le foyer de l’histoire culturelle, continuait l’œuvre de ses maîtres, Alain Corbin et Michèle Perrot, à qui il rendait souvent hommage.

Les témoignages amicaux, nombreux, affluent depuis ce matin de collègues d’aires et de spécialités différentes. Ils disent le vide immense laissé par cet intellectuel brillant, auteurs d’ouvrages qui ont fait date, et par cet homme aux qualités de cœur exceptionnelles. Il laisse une bibliographie exigeante, de nombreux chantiers ouverts, mais aussi de nombreux élèves, qu’il guidait avec intelligence et bienveillance.

Nous pensons à ses enfants à qui nous présentons nos condoléances.

 

 

Au fil de sa carrière, Dominique Kalifa a offert une impressionnante contribution à la recherche, dont voici quelques titres :

L’Encre et le Sang : récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995.
La Culture de masse en France, tome 1  (1860–1930), Paris, La Découverte, 2001.
Crime et culture au XIXe siècle, Paris, Perrin, coll. « Pour l’histoire », 2005.
Avec Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant [dir.], La civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde éditions, 2011.
Les Bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, 2013.
La Véritable Histoire de la « Belle Époque », Paris, Fayard, 2017.
Tu entreras dans le siècle en lisant Fantômas, Paris, Vendémiaire, 2017.
Paris. Une histoire érotique, d’Offenbach aux Sixties, Paris, Payot, 2018.

Appel à contributions – Les Cahiers Dumas (n°46), Réécritures dumasiennes : un imaginaire de l’innutrition

Considéré à juste titre comme le principal fondateur du roman historique en France, Alexandre Dumas fut dès son vivant imité par une constellation d’auteurs. Le roman historique connaît alors dès le Second Empire sur le territoire national puis en Europe un incontestable âge d’or. Du chevalier justicier Henri de Lagardère de Paul Féval aux formidables prouesses du cycle des Pardaillan chez Michel Zévaco, cinquante années suffisent en effet pour voir éclore une abondante descendance d’auteurs dans un genre à succès. Ces derniers ne dissimulent pas, dans les choix retenus (époque, lieux et personnages choisis) l’influence du grand maître. Leurs héros déplacés dans un passé à reconquérir se caractérisent surtout par un héroïsme exacerbé, un culte de passions mélodramatiques mais surtout évoluent indéniablement dans un style à reproduire. Cette reconduction par les épigones des romans historiques « à la Dumas » participe ainsi à la construction d’une nouvelle culture médiatique (M. Letourneux).

Continuer la lecture de Appel à contributions – Les Cahiers Dumas (n°46), Réécritures dumasiennes : un imaginaire de l’innutrition

Roy Pinker, Fake news et viralité avant internet

Roy Pinker, Fake news et viralité avant internet, CNRS édition, 2020.
Vidéo d’un chat qui saute en voyant un concombre, blague sur l’actualité, dénonciation d’une injustice: nous avons tous conscience de vivre dans une culture de la viralité, où le succès se mesure à la vitesse de la propagation. Et nous pensons tous que c’est une marque de notre modernité, que ce sont les réseaux sociaux qui ont transformé les modalités de diffusion des idées. Les auteurs, tous spécialistes de l’histoire de la presse, nous prouvent ici qu’il n’en est rien: au XIXesiècle, le «copier-coller» régnait déjà dans la presse; une histoire bien troussée, même fausse, pouvait être reproduite à des centaines d’occasions à travers les continents, comme une bonne histoire sur Facebook; le bon mot d’un écrivain réapparaissait un peu partout, comme un tweet populaire; légendes urbaines, fake news, rumeurs, circulaient de journaux en journaux; des réclames publicitaires mystérieuses s’étalaient sur les murs, pour faire le buzz comme on dit aujourd’hui.
Avec un plaisir contagieux et en 15 courts chapitres partant d’un phénomène contemporain pour en faire l’archéologie, ce livre démonte les mécanismes de la viralité médiatique, pour montrer que ce sont des phénomènes profondément ancrés dans la culture de la presse, dès sa naissance.

Continuer la lecture de Roy Pinker, Fake news et viralité avant internet

Parution : Fantasy Art and Studies, Fantasy Art and Studies 8 : Tribute to Terry Pratchett/Fantasy humoristique

 
Ce numéro est dédié à Terry Pratchett, maître de la Fantasy humoristique, qui nous a quitté en 2015. Les auteurs et les chercheurs de ce numéro, introduit par un poème de Freyja Stokes, récipiendaire de la bourse Sir Terry Pratchett Memorial, reconnaissent l’influence et l’originalité de la fiction de Pratchett à travers 8 récits par de nouvelles voix de la Fantasy française et 4 articles analysant les œuvres de Pratchett et leurs adaptations. En prime, retrouvez un entretien avec Patrick Couton, le talentueux traducteur français des Annales du Disque-monde, l’œuvre phare de Pratchett, et le nouveau chapitre de la BD de Guillaume Labrude.
 
Ce numéro est illustré par Camille Courtois (couverture), Guillaume Labrude, Antoine Pelloux et Véronique Thill.