Archives de catégorie : Billets

Appel : Théâtre et jeunesse

Appel à contribution pour un numéro de la revue Strenæ

Expériences théâtrales et idéologies. Les conditions d’émergence du théâtre pour la jeunesse en Europe (Sibylle Lesourd, dir.)

Pour le 14/12/18

Au cours du XXe siècle, le théâtre pour la jeunesse s’est constitué au fil d’expériences pionnières qui ont préexisté, en France, à l’édification d’un répertoire à l’orée des années 2000. À présent que ce répertoire dramatique a pris une place vivante au sein de la littérature de jeunesse, nous proposons de faire retour sur ces expériences pionnières, dans une démarche à la fois historique et esthétique. On s’efforcera notamment de comprendre en quoi les idéologies du XXe siècle ont pu influencer, voire susciter le développement d’un théâtre pour la jeunesse en Europe.

Il s’agira donc de préciser les conditions d’émergence du théâtre pour la jeunesse en Europe depuis l’entre-deux-guerres jusqu’aux années 1950, cette période ayant favorisé l’éclosion de pratiques théâtrales avec et pour les jeunes. En France, on oppose généralement les expériences novatrices menées par Léon Chancerel et Miguel Demuynck à celles, jugées plus commerciales, du Théâtre du Petit Monde. Ces exemples méritent d’être reconsidérés, nuancés. D’autres cas européens demandent à être explorés en détail afin de mieux percevoir ce qui s’est inventé à une époque où les sociétés se préoccupaient tout à coup des loisirs enfantins et où certains états totalitaires utilisaient le théâtre pour les jeunes à des fins idéologiques. Les expérimentations menées en URSS et dans les démocraties populaires suite à l’avènement du régime soviétique méritent une attention particulière : elles ont fasciné autant par leur ampleur (due à la cohérence du projet politique) que par leur exemplarité artistique.

Plusieurs perspectives de réflexion se dessinent :

– On interrogera les fondements idéologiques de ce premier théâtre par et pour la jeunesse : ce qui relève, dans sa conception, d’un idéal Continuer la lecture de Appel : Théâtre et jeunesse

Appel : Pierre Bordage

Appel à contributions pour le dossier du n°13 de ReS Futurae : Pierre Bordage

Dossier dirigé par Claire Cornillon (Université de Nîmes) et Natacha Vas-Deyres (Université Bordeaux-Montaigne)

Échéances

Les propositions d’articles d’environ 250 mots, accompagnées d’une brève bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 15 avril 2018 conjointement à Claire Cornillon(clairecornillon@gmail.com) et Natacha Vas-Deyres (natvd@cegetel.net). La date de remise des articles est fixée au 30 octobre 2018.

Les auteurs sont invités à consulter les consignes aux auteurs.

Argument

Pierre Bordage vient de recevoir le prix extraordinaire 2017 décerné par le festival des Utopiales. Auteur de dizaines de romans et de nouvelles, dont WangLa trilogie des ProphétiesLes Derniers Hommes ou encore Les Fables de L’Humpur, il s’est imposé comme un écrivain majeur de la science-fiction contemporaine française. Alors qu’il découvre la science-fiction tardivement, dans un cours de littérature comparée consacré à la science-fiction de l’âge d’or à l’Université de Nantes, son premier roman Les Guerriers du Silence, édité en 1994, marque les esprits et connaît immédiatement le succès en librairie. Revisitant le space opera avec un foisonnement de l’imagination, une écriture évocatrice et des thèmes qui marqueront sa spécificité, notamment la spiritualité, la question de la violence et du mal, il conquiert rapidement un public qui lui reste particulièrement fidèle. En 2010, il comptait déjà 900 000 exemplaires vendus de ses œuvres à travers le monde, selon le site et l’éditeur ActuSF. Écrivain très productif, il oscille entre le space opera, l’anticipation, la dystopie ou la fantasy.

Après les premières lectures de Chauvin et Cornillon (2014) et les entretiens de 2010 et 2017, il conviendrait d’approfondir l’étude de l’œuvre dans son ensemble : par exemple les cycles de L’Enjomineur (2004-2006), de La Fraternité du Panca (2007-2012) ou ses derniers romans commeEchos dans le temps (2016) ou Arkhane (2017). Si la question de l’humanisme, de la spiritualité, ou encore de l’utopie ont déjà été abordés (Vas-Deyres, 2013), qu’en est-il de la question du mal et de la violence par exemple dans son œuvre ? Comment se construit la narration dans ses œuvres ? Quel est son travail stylistique ? Comment aborder ses œuvres sous l’angle générique ? Nous pourrions également nous interroger sur les rapports de Pierre Bordage avec l’institution éditoriale, sur son travail avec ses différents éditeurs. Autant de questions qui gagneraient à être explorées davantage, en mêlant les approches critiques.

Pierre Bordage a souvent été qualifié de « conteur », mais il serait ainsi intéressant d’approfondir le travail stylistique de ses textes et leur construction narrative. Il se dit « scriptural » plutôt que « structural », selon la terminologie de Francis Berthelot dans son essai Rêve de roman (2003).Pour lui, « L’écriture est une expérience, qui nous emmène là où l’on n’avait pas prévu d’aller » (Cornillon, 2011), ce qui semble expliciter les enjeux esthétiques de son invention littéraire. Comment travaille-t-il par exemple l’alternance des points de vue et quelle vision du monde cette construction narrative porte-t-elle ?L’humain, dans ses paradoxes et ses contradictions, entre sublime et monstruosité, ne sont-ils pas finalement au centre de ses histoires ?

D’autre part, si l’adjectif humaniste lui est fréquemment accolé, de quel humanisme parle-t-on ? Quelles sont les interrogations philosophiques et anthropologiques portées par son œuvre ? Les mythes issus des civilisations occidentales et orientales ont une importance capitale dans la création de ses récits : l’épopée est un modèle tant dans l’élaboration de ses personnages, porteurs d’une aventure collective autant science-fictionnelle qu’héroïque (notamment dans ses romans de fantasy) que dans la construction romanesque qui s’imprègne par là d’une volonté d’écrire des gestes éclairantes pour la post-humanité. Comment cette source imprègne-t-elle son œuvre ? Serait-elle une voie de compréhension possible de l’ambiguïté/hybridité générique des textes de Pierre Bordage ?

La quête initiatique, la question du mal, la spiritualité – des thèmes qui lui tiennent à cœur – construisent une ambivalence entre la recherche de la sagesse et la violence féroce régnant dans des univers semblant souvent, au départ, désespérés. On pourrait qualifier cette position spécifique de « religiosité postmoderne » (Denis Jeffrey, Jouissance du sacré, 1998), comme une tentative utopique pour humaniser une société que la science et la rationalité instrumentale ont tendance à rendre de plus en plus problématique. Quel est ainsi la place du corps dans son œuvre ? Et celle de l’esprit ? De quelle spiritualité parle-t-il ? Y a-t-il aussi une place dans ce cadre pour le politique ?Ce sont là quelques-uns des aspects que nous souhaiterions voir aborder dans ce dossier.

Le numéro est ouvert à des articles sur une œuvre singulière mais également à des synthèses abordant de manière traversale un ou plusieurs aspects de l’œuvre de Pierre Bordage. Nous souhaiterions en particulier que soient explorés les points suivants, sans pour autant y limiter cet appel :

Les sources mythologiques et la dimension épique de son œuvre.

La question du genre (diversité des ancrages génériques : science-fiction, fantasy, etc).

La diversité des formats des textes : romans, nouvelles.

Les expérimentations transmédiatiques et cinématographiques : jeux vidéo, scénarios,bande-dessinée.

Le rapport aux éditeurs (L’Atalante, Le Diable Vauvert, Organic…).

L’écriture : la question du style, de la description, de la narration et des points de vue, la structure des récits.

La dimension spirituelle et philosophique.

Le rapport à la violence, la question du mal.

La dimension sociale et politique.

La réception de l’œuvre de Pierre Bordage (publique et critique).

Bibliographie critique indicative :

Atallah Marc, « Nouvelle vie TM de Pierre Bordage : l’exploitation du génome humain peut-elle tuer l’humanité ? in Fictions politiques, Michel Prat et Alain Sebbah (dir.), Presses universitaires de Bordeaux, Eidôlon n°73, 2006.

Chauvin Cédric, « Dedans, dehors : devenirs de l’homme chez Pierre Bordage », in Les Dieux cachés de la science-fiction française et francophone, Natacha Vas-Deyres, Patrick Bergeron, Patrick Guay, Florence Plet-Nicolas et Danièle André (dir.), Presses Universitaires de Bordeaux, Eidôlon n° 91, 2014.

Cornillon Claire, « Spiritualité et science-fiction dans L’Evangile du Serpent de Pierre Bordage », in Les Dieux cachés de la science-fiction française et francophone, Natacha Vas-Deyres, Patrick Bergeron, Patrick Guay, Florence Plet-Nicolas et Danièle André (dir.), Presses Universitaires de Bordeaux, Eidôlon n° 91, 2014.

Périer Isabelle, Mythe et épopée en science-fiction : technoscience, sacré et idéologie dans les cycles d’Herbert, Simmons, Banks, Hamilton, Bordage et Ayerdhal, thèse en littérature comparée sous la direction de Michel Viegnes, Université de Grenoble, 2010.

Vas-Deyres Natacha, « Deux arbres au bord du fleuve de l’Histoire: l’alternative utopique et science-fictionnelle de Pierre Bordage et Maurice G. Dantec », in L’Utopie entre eutopie et dystopie, en hommage à Claude-Gilbert Dubois, Peter Kuon, Gérard Peylet (dir.), Presses universitaires de Bordeaux, Eidôlon n°110, 2013.

Vas-Deyres Natacha, Ces Français qui ont écrit demain, Paris, Honoré Champion, 2013, chapitre « L’aspiration religieuse de l’imaginaire social en cette fin de XXème siècle : le mysticisme pragmatique de Pierre Bordage », p.366-380.

Entretiens :

Cornillon Claire, « Les romanciers sont-ils dépassés par leurs personnages ? Entretien avec Pierre Bordage », entretien réalisé pour le site culturel L’Intermède en juillet 2011 [URL http://www.lintermede.com/dossier-sf-portrait-pierre-bordage-ecrivain.php]

Comballot Richard, « Pierre Bordage », in Voix du futur – Entretien avec huit auteurs de science-fiction (Stefan Wul, Michel Jeury, J.-P. Andrevon, Serge Brussolo, Jacques Barbéri, Ayerdhal, Pierre Bordage, Maurice G. Dantec), Paris, collection « La bibliothèque voltaïque », Les Moutons électriques, 2010.

Vas-Deyres Natacha et Cornillon Claire, « Pierre Bordage, le passeur d’histoires », entretien réalisé avec le service audiovisuel de l’Université Bordeaux Montaigne et diffusé sur France-Culture, mai 2017, [URL https://www.franceculture.fr/conferences/universite-bordeaux-montaigne/pierre-bordage-le-maitre-de-la-science-fiction-made-france]

Marie-Lucie Bougon (U. Artois)

Marie Lucie Bougon est doctorante contractuelle à l’université d’Artois et prépare une thèse de Littérature comparée intitulée La réception de la fantasy en France de 1972 à nos jours : de l’importation à l’appropriation sous la direction d’Anne Besson. Elle est également membre de l’équipe du projet LégiPop auquel elle a participé en tant que vacataire.

Publication :

« L’imaginaire apocalyptique et son réinvestissement dans Battlestar Galactica de Ronald D. Moore : du piège des prophéties à la quête de liberté », Philosopher avec Battlestar Galactica, dirigé par Monica Michlin, TV/Series n°11, juin 2017.

 

La Bibliothèque populaire d’Arès

. étiquette livresLe carnet de recherches Histoire des bibliothèques et de la lecture populaires rassemble des articles sur les bibliothèques et la lecture populaire. Il a été créé à la suite du colloque, intitulé « Les bibliothèques populaires du XIXe siècle à aujourd’hui », qui a permis de faire le point sur les recherches en cours, et à donner lieu à une publication (Des bibliothèques populaires à la lecture publique, Presses de l’Enssib, 2014). Ce carnet continue à recenser les sources connues et à rassembler des recherches sur les bibliothèques populaires. Le dernier article publié s’intéresse à la Bibliothèque populaire d’un village du bassin d’Arcachon qui  est tout à fait représentative  car son histoire rassemble les éléments classiques à la base de ces établissements, soit une famille de philanthropes, les Javal Wallerstein, une collection d’ouvrages marquée par l’éducation populaire, et une organisation administrative.

 

Parution: Les Cahiers Frédéric Dard no.1

Les Cahiers Frédéric Dard se présentent comme une revue universitaire dédiée exclusivement à l’oeuvre du père de San-Antonio. Publiée à raison d’un volume par an, elle propose une lecture de tous les aspects de l’oeuvre immense et protéiforme d’un écrivain, véritable touche à tout qui a connu le succès dans tous les domaines qu’il a abordés, du théâtre au roman policier, du journalisme au cinéma. Les Cahiers se soucient de la postérité de Frédéric Dard, de sa place dans l’histoire culturelle, médiatique et littéraire et de sa transmission, car il s’agit bien aussi de celle de tous ses lecteurs.

Continuer la lecture de Parution: Les Cahiers Frédéric Dard no.1

Colloque : JdR et engagement

Deuxième conférence sur le jeu de rôle sur table : « Jeu de rôle : engagements et résistances »

16-18 juin 2017, Université de Paris XIII

 

 

 

Comité scientifique : Danièle André, Vincent Berry, Olivier Caïra, Pierre Cuvelier, Sébastien Célerin, Coralie David, Willy Favre, Julien Heylbroeck, Jérôme Larré, John Grümph, Isabelle Périer, Alban Quadrat, Olivier Servais, Frédéric Sintes, Vinciane Zabban.

Comité d’organisation : Danièle André, Vincent Berry, Alban Quadrat.

Programme

Vendredi 16 juin, La Chaufferie, Université Paris 13

09h30-10h00 : Accueil et ouverture

10h-10h30: Sanne Stijve « Adapter le jeu de rôle à l’enfant »

10h30-11h00: Christophe Chelabi « Formes et enjeux pédagogiques dans le jeu de rôle : (se) former, transmettre et apprendre pour co-construire le « savoir jouer » » Continuer la lecture de Colloque : JdR et engagement

Table ronde « Situation du cinéma de genre en France »

Organisée le jeudi 16 mars 2017, de 12h à 14h dans le cadre de la 2édition de la Semaine des Arts et des Médias, Université Sorbonne Nouvelle –Paris 3, Amphi D02, entrée libre

« Mauvais objet » cinématographique par excellence, aussi peu considéré que peu visible et peu étudié, le cinéma dit « de genre » existe pourtant en France, où il fédère tant bien que mal une horde de passionnés (auteurs-réalisateurs, scénaristes, producteurs, distributeurs, programmateurs, fans, spectateurs, étudiants) en dépit d’un manque de reconnaissance critique, d’une économie dangereusement précaire et de nombreux obstacles institutionnels.

Continuer la lecture de Table ronde « Situation du cinéma de genre en France »

Parution: « Harry Potter, adaptations et interprétations »

Parution du numéro 73 :2 de la revue trimestrielle Mélanges de Science Religieuse :

Harry Potter : adaptations et interprétations.

SOMMAIRE
Présentation – Anne-Frédérique Mochel-Caballero (Université de Picardie Jules Verne, Amiens)

Harry Potter et la poétique de l’adaptation – David Goldie (Université d’Aix-Marseille)

Fanfictions et les limites du texte original dans Harry Potter :
hommage ou trangression – Marion Jolin (King’s College, University of Western Ontario)

Les figures christiques dans la série Harry Potter – Anne-Frédérique Mochel-Caballero (Université de Picardie Jules Verne, Amiens)

Reliques, horcruxes ou don de soi : vaincre la mort dans la série Harry Potter – Suzanne Bray (Université Catholique de Lille)

Recensions et comptes rendus

Colloque Danielle Darrieux – CFP

univ-bordeaux-montaigne              logo_244Appel à communications
Colloque Danielle Darrieux
La traversée d’un siècle
Université Bordeaux Montaigne, 4 et 5 mai 2017

Danielle Darrieux est née le 1er mai 1917 à Bordeaux. Sa carrière est d’une longévité exceptionnelle (1931-2010) et se déploie dans plusieurs champs artistiques : cinéma, chanson, théâtre, télévision, music-hall. Pourtant, aucun ouvrage de référence ne lui a encore été consacré. Le centenaire de sa naissance est l’occasion de réparer cet oubli.

Au cinéma, depuis le début des années 1930, elle a incarné successivement :
– les désirs d’émancipation des jeunes filles pendant les années 30,
– des femmes autonomes pendant l’Occupation
– des femmes intelligentes après-guerre suscitant la peur
– la muse d’un cinéma moderne alternatif
– une figure valorisante du vieillissement

A travers ces successives métamorphoses, elle n’a cessé d’être une figure moderne du féminin, y compris dans son image médiatique. Dans le contexte d’un cinéma populaire abonné à des stéréotypes féminins dévalorisants, elle a pu trouver le succès en construisant une persona contradictoire, entre tradition et modernité. En effet, dans les années 1930, elle incarne des daddy’s girls dont l’émancipation est contrôlée par le patriarcat. Dans les années 1940, sa carrière est hypothéquée par les pressions qu’elle subit sous l’Occupation, puis déstabilisée par les règlements de compte de la Libération. Dans les années 1950, elle retrouve le succès à travers des rôles misogynes de femmes qui utilisent leur intelligence pour dominer et/ou détruire les hommes. Il faudra attendre l’émergence d’une nouvelle génération de cinéastes (Demy, Delouche, Vecchiali, Téchiné, Jacquot, Sautet, Treilhou) pour que Danielle Darrieux puisse faire émerger une figure de vieille dame indigne.

Parallèlement au cinéma, Danielle Darrieux débute sa carrière au théâtre en 1937 pour répondre aux sollicitations de son mari Henri Decoin. Après des débuts hasardeux le théâtre devient un autre pilier de sa carrière au tournant des années 1950, au moment où les rôles qu’on lui propose au cinéma sont moins intéressants. Elle sera une actrice de tous les registres, de Musset à Bernstein, de Noël Coward à Guitry, d’Anouilh à Sagan, de Marcel Achard à Pierre Barrillet, en passant par Feydeau jusqu’à Éric-Emmanuel Schmitt qui lui permettra d’obtenir un Molière en 2003.

C’est à la suite du succès de La Robe mauve de Valentine, téléfilm adapté en 1969 d’une pièce de Sagan que Darrieux fait de la télévision un nouveau terrain de jeu. Elle y rencontrera de nombreux succès notamment avec la série Miss (1979), puis avec la saga Jalna (1994) qui lui vaudra un Sept d’or.

Darrieux, c’est aussi une chanteuse qui s’impose à l’époque des « petits formats » en chantant jazzie avant l’heure en pleine période des chanteuses réalistes. Musicienne avertie issue d’une famille de mélomanes, elle marquera de son empreinte vocale de soprano léger bon nombre de ses films, du Bal (1931) à Nouvelle chance (2006). Elle se produira lors de tours de chant à la Tête de l’art et l’Alhambra, jusqu’à Brodway même, et sera sollicitée par des compositeurs contemporains comme Philippe Chatel qui inventera pour elle le personnage de l’horloge dans sa reprise du conte musical Émilie Jolie (1997) ou par Patrick Bruel en 2002 pour son album Entre deux consacré aux chansons françaises des années 1930-50.

Voici quelques pistes non exclusives. Toutes les approches disciplinaires sont les bienvenues.

  • Histoire culturelle : Darrieux véhicule de l’identité française
  • études iconiques : le look Darrieux…
  • Star studies :

–     la persona de Darrieux et son évolution

  • Darrieux une star malgré elle : gestion de carrière et vie publique
  • Les genres cinématographiques

Darrieux et les genres populaires du cinéma français : comédie, mélodrame, film à costumes, policier…

  • Histoire du cinéma français
  • Darrieux, la Tradition de la Qualité et la Nouvelle Vague
  • La place de Darrieux dans l’/les histoire(s) du cinéma français.
  • Gender studies : Darrieux, une construction contradictoire de l’identité féminine
  • Études économiques : Darrieux, une actrice « bankable » ?
  • Études de réception
  • Réception critique, spectatorielle, médiatique et box-office
  • Études théâtrales : Darrieux et le théâtre de boulevard
  • Études musicales : Darrieux chanteuse, des années 1930 à nos jours
  • Études télévisuelles :
  • Darrieux héroïne récurrente de feuilletons et de séries : Miss, Marie-Marie, L’Age vermeil, Bonjour maître, Jalna,
  • Études actorales
  • la modernité de son jeu cinématographique au sein du cinéma français classique
  • Études comparatives : Darrieux et les autres
  • ses collaborations répétées avec des réalisateurs et des acteurs… (Henri Decoin, Max Ophüls, Claude Autant-Lara, Julien Duvivier, Jacques Demy ; Albert Préjean, Jean Gabin, Catherine Deneuve, Gérard Philipe)
  • Darrieux, les remakes cinéma ou cinéma-TV (Mayerling 1936-1948-1968, Katia 1938-1959, Ruy Blas 1947-2002, Jean de la lune 1931-1949, Le Rouge et le Noir 1954-1961-1998, : Marie-Octobre 1959-2008, 24 heures dans la vie d’une femme 1968-2002, etc.), et les reprises au théâtre (Sérénade à trois, Faisons un rêve, Domino, Les Amants terribles, Coco, Potiche, Harold et Maude, Oscar et la Dame rose).
  • Destins croisés des trois « glorieuses » : Danielle Darrieux, Michèle Morgan et Micheline Presle

Les propositions de contribution, d’un maximum de 3000 signes (500 mots) accompagnées d’une brève bio-bibliographie, devront être envoyées, en français ou en anglais, avant le 1er octobre 2016 à :

gwenlegras@wanadoo.fr
sellier.g@wanadoo.fr

Gwénaëlle Le Gras, Université Bordeaux Montaigne
Geneviève Sellier, Université Bordeaux Montaigne

Call for papers
Conference Danielle Darrieux
A Star Crossing the 20th Century
Université Bordeaux Montaigne, the 4th and 5th May 2017

Daniel Darrieux was born May 1, 1917 in Bordeaux. Her career is exceptionally long (1931-2010) and covers several artistic fields: cinema, song, theatre, television, and music hall. However, no reference book has yet been devoted to her. The centenary of her birth is an opportunity to correct this oversight.

As a movie actress since the early 1930s, she successively embodied:
– young women’s aspiration of emancipation during the 1930s,
– self-determining women during the Occupation
– apprehension of intelligent women in the post-war period
– muse of an alternative modern cinema in the 1970s and 1980s
– a positive and unruly aging figure in the 1990s and 2000s

Through these successive metamorphoses, she remained an important figure of modernity, including in her image in the medias. In the context of a popular cinema used to female stereotypes, she found success by building a contradictory persona, between tradition and modernity. In the 1930s, she personifies “the daddy’s girls” whose emancipation is controlled by patriarchy. In the 1940s, her career was compromised by the German pressures during the Occupation, and destabilized by the settling of score after the Liberation. In the 1950s, she found success through misogynistic roles of women using their intelligence to dominate and/or destroy men. We will have to wait until the emergence of a new generation of filmmakers after the New Wave (Demy, Delouche, Vecchiali, Téchiné, Jacquot, Sautet, Treilhou) allowed Darrieux to bring out the figure of an unworthy old lady.

Darrieux began her career in theatre in 1937 to meet the demands of her husband Henri Decoin. After a risky debut, theatre became another pillar of her career in the early 1950s, when the roles offered to her in the films were less interesting. She experimented all registers and genres, from Musset to Bernstein, from Noël Coward to Guitry, from Anouilh to Sagan, from Achard to Barrillet, from Feydeau to Eric-Emmanuel Schmitt, thanks to whom she received a Molière Award in 2003.

After the success of the TV movie La Robe mauve de Valentine, adapted in 1969 from a play by Sagan, Darrieux became a successful TV star, thanks to TV shows including the serie Miss (1979), the saga Jalna (1994), for which she won a Golden Seven Award.

Darrieux is also a singer who was able to sing jazzy during the time of successful realist singers such as Piaf. From a family of music amateurs, she marked her voiceprint of a light soprano on many films, from Le Bal (1931) all the way to Nouvelle Chance (2006). She made several singing tours at La Tête de l’Art and at l’Alhambra, even on Broadway, and many contemporary composers wrote songs for her, such as Philippe Chatel who invent for her the character of “the Clock” in his musical tale Emilie Jolie (1997) or like Patrick Bruel who included her in his 2002 album Entre deux devoted to 1930s French songs.

Here are some non-exclusive suggestions. All approaches to this subject are welcome.

1- Cultural History: Darrieux, vehicle of French identity

2- Iconic studies: the Darrieux look …

3- Star studies:

  • the Darrieux persona and its evolution
  • Darrieux, a star despite her: career management and public life

4- Genre studies

  • Darrieux and popular genres of French cinema: comedy, melodrama, costume drama, crime film…

5- French film history:

  • Darrieux, the Tradition of Quality and the New Wave
  • the place of Darrieux in French film history
  1. Gender studies: Darrieux, a contradictory construction of female identity

7- Economic studies: Darrieux, a « bankable » actress?

8- Reception Studies

  • Critical reception, spectatorship, media and box office

9- Theatre studies: Darrieux and the boulevard

10- Musical studies: Darrieux singer from the 1930s until today

11- Television studies:

  • Darrieux, recurrent heroine of shows and serials: Miss, Marie-Marie, L’Age vermeil, Bonjour maître, Jalna

11 Performance studies

  • Her modern way of acting in the classic French cinema

12 Comparative studies: Darrieux and other

  • Her repeated collaborations with directors and actors ((Henri Decoin, Max Ophüls, Claude Autant-Lara, Julien Duvivier, Jacques Demy; Albert Préjean, Jean Gabin, Catherine Deneuve, Gérard Philipe)
  • Her movie and TV remakes ((Mayerling 1936-1948-1968, Katia 1938-1959, Ruy Blas 1947-2002, Jean de la lune 1931-1949, Le Rouge et le Noir 1954-1961-1998, : Marie-Octobre 1959-2008, 24 heures dans la vie d’une femme 1968-2002, etc.), et les reprises au théâtre (Sérénade à trois, Faisons un rêve, Domino, Les Amants terribles, Coco, Potiche, Harold et Maude, Oscar et la Dame rose)
  • Crossing destinies of the three female stars: Darrieux, Morgan and Presle

The proposals (500 words maximum), with a brief bio-bibliography, will be sent in English or in French, before October 1st 2016 to:

gwenlegras@wanadoo.fr
sellier.g@wanadoo.fr

Gwénaëlle Le Gras, Université Bordeaux Montaigne
Geneviève Sellier, Université Bordeaux Montaigne