Archives de catégorie : Appels

CFP – Replaying Japan 2020: The 8th International Japan Game Studies Conference

Conference theme: “Ludolympics 2020”

Date: August 10-12, 2020

Location: University of Liège (7 Place du 20-Août, 4000 Liège, Belgium)

Organizers: Liège Game Lab

See the Replaying Japan Website

 

Call for Papers

Since 2012, the Replaying Japan conference has hosted researchers from various fields conducting research on Japanese game culture. The eighth conference is being organized by the Liège Game Lab (a research group specialized in the study of video games as a cultural objects in French-speaking Belgium) in collaboration with the Ritsumeikan Center for Game Studies, the University of Alberta, the University of Delaware, Bath Spa University, Seijoh University and DiGRA Japan. Continuer la lecture de CFP – Replaying Japan 2020: The 8th International Japan Game Studies Conference

Victorian Encounters and Environments

12th Annual VPFA Conference
‘Victorian Encounters and Environments’
15-17th July 2020
University of Greenwich, London

 

The Victorian Popular Fiction Association is dedicated to fostering interest in understudied popular writers, literary genres and other cultural forms, and to facilitating the production of publishable research and academic collaborations amongst scholars of the popular.

We invite a broad, imaginative and interdisciplinary interpretation on the topic of ‘Victorian Encounters and Environments’ and its relation to any aspect of Victorian popular literature and culture which addresses literal or metaphorical representations of the theme. Inter- and multidisciplinary approaches are welcome, as are papers which address poetry, drama, global literature, non-fiction, visual arts, historical and social contexts. Papers addressing works from the “long Victorian period” (i.e. before 1837 and after 1901) are also welcome.

Continuer la lecture de Victorian Encounters and Environments

CFP: CELEBRITY STUDIES JOURNAL SPECIAL ISSUE ON KEANU REEVES. DEADLINE: DEC 01, 2019.

CALL FOR PAPERS

KEANU REEVES

Source : https://cstonline.net/cfp-celebrity-studies-journal-special-issue-on-keanu-reeves-deadline-dec-01-2019/

Special Edition of Celebrity Studies Journal, edited by Renee Middlemost and Sarah Thomas

Since his emergence as a teen actor in the 1980s, Keanu Reeves has been an enduring, yet elusive celebrity who continues to fascinate and frustrate in equal measure. Despite his unwavering popularity, in recent years his lower public profile has seen Reeves assume the status of cult or folk icon; yet slowly the world appears to have fallen for Reeves all over again.  USA Today declared June 2019 ‘The Summer of Keanu Reeves’ with the release of John Wick 3, Toy Story 4, the announcement of his role in X Box game Cyberpunk 2077, memorable cameo in Always Be My Maybe, memes, magazine features, the first ‘KeanuCon’ film festival, and high profile fashion brand ambassador spreads (Saint Laurent). With the latest instalment of Bill and Ted (Bill and Ted Face the Music) due for release in 2020, this special issue of Celebrity Studieswill be a timely exploration of the resurgent Reeves in the transmedia age. Continuer la lecture de CFP: CELEBRITY STUDIES JOURNAL SPECIAL ISSUE ON KEANU REEVES. DEADLINE: DEC 01, 2019.

Nineteenth-Century Transmedia Practices

Type: Call for Papers
Date: January 30, 2020 to February 1, 2020
Subject Fields: Popular Culture Studies, Journalism and Media Studies, Literature, Cultural History / Studies, Art, Art History & Visual Studies
 

CFP, International Symposium: “Nineteenth-Century Transmedia Practices”

30th January – 1st February 2020

University of Vienna, Austria

Organizers: Univ.-Prof. Dr. Monika Pietrzak-Franger (University of Vienna, Austria) and Prof. Dr. Christina Meyer (FU Berlin, Germany)

The notion that media content can proliferate and that consumption practices converge has given rise to a host of fascinating research projects in and outside of academia in the past years. Next to pedagogy, literary and cultural studies, such disciplines as economics, film and media studies along with legal studies have begun to trace, analyze and interpret various patterns and practices of transmediality. Simultaneously, numerous (globally operating) transmedia consulting companies began to invest in transmediality as a central marketing strategy (M.-L. Ryan 2017). In general, scholarship on transmediality has tended to focus on contemporary participatory media practices and media convergences in a networked culture (e.g. Jenkins, Ford, and Green 2013) along with addressing various principles of storytelling (cf. H. Jenkins 2008; M. Freeman 2017, 2018; M.-L. Ryan & J.-N. Thon 2014; etc.). In the meantime, some efforts have been made to trace historical developments and cultural specificities in transmedia practices (esp. Freeman 2014, 2016), very few of these, however, went beyond the beginnings of the 20th century.

This conference aims to instead focus on the historicity of transmedia practices, with particular focus on the long nineteenth century (roughly from 1780 to 1920), a century that famously saw the birth of the mass media and brought the “frenzy of the visible” (J.-L. Comolli 1980). We understand practices not just as activities or performative acts of an individual, or a human being, but of ‘transpersonal” institutions (such as clubs, libraries, academies, advertising companies, syndicates, etc.). We thus read practices as forms and ways of actions, agency and performance that are discursive and systemic (networked) rather than as isolated acts. Moreover, the conference is interested in how specific content(s) in multiple media that stay recognizably the same dispersed across cultures in a time before digital convergence. Tracing the processes, economics and technologies involved in transmedia practices and the aesthetics of expansion and transgression in the long nineteenth century will allow for an enhanced understanding of specific configurations in the past and reconfigurations in our present moment. We are interested in contributions, both case studies that may act as models for specific developments as well as more theory-driven investigations, that address questions like:

Continuer la lecture de Nineteenth-Century Transmedia Practices

The evolutions of board games: materials, practices, and design

The 23th colloquium of the International Society for Board Game Studies will be held In Paris from 12 to 15 May 2020 in collaboration with the EXPERICE (University Paris 13) research center, Game in Lab and the LabEx ICCA. The Board Game Studies Colloquium is a platform aimed at bringing together game scholars from all fields, as well as independent researchers, curators, game inventors, collectors and enthusiasts from all around the world. The theme for this edition is “the Evolutions of Board Games”.

Conference Theme

The theme for this edition is “the Evolutions of Board Games”. This refers to the transformations of board games in terms of materials, gameplay or mechanics as well as the evolutions of the players, of the social spaces of play, of the mathematical or computer processing of games, or the ways board games are designed, crafted, sold or acquired. This perspective is thus open to different approaches (historical, sociological, design, educational, etc.) and it may concern periods, practices and objects, both ancient and contemporary.

This theme thus covers at least 4 topics:

– Evolution of practices, evolution of players, evolution of strategies

– Technical transformations, material transformations

– Models and game systems

– Manufacturing, industry, distribution, retail.

Continuer la lecture de The evolutions of board games: materials, practices, and design

Dalhousie French Studies. Infox, Fake News et«Nouvelles faulses » : perspectives historiques (XVe – XXe siècles)

Déjà en 1537 La Prognostication des prognostications de Bonaventure des Périers dénonçait l’engouement pour les « nouveautez nouvelles » dont souffrait un monde désormais « affamé de Nouvelles », cherchant à dévorer constamment les nouvelles, n’importe quelles nouvelles, toujours plus de nouvelles, avec une insatiabilité qui attire, qui se repait tout particulièrement des « nouvelles faulses » :

Et tant tu es les Nouvelles leschant,
Que tu prens tout, le bon, et le meschant :
Car bien souvent les faulses et meschantes
Sont celles là pour lesquelles plus chantes.

« Tu vas », accuse des Périers, s’adressant à un monde transformé par ce nouveau média qu’était alors l’imprimerie (et plus particulièrement les brochures et publications occasionnelles), « tu cours ça et là, par ces rues, en mengeant [les nouvelles], et [en les] rongeant toutes crues ».

Tantost de toy sont bonnes [nouvelles] approuvées,
Tu les reprens, tu les prises et notes,
À belles dents […] les grignotes,
En te saoulant de tes Nouvelles faulses,
Comme ung souillard cuysinier de ses saulses.1

Notre XXIe siècle, persuadé par ses propres pulsions médiatiques que tout est inouï, extraordinaire, nouveau, n’aurait-il pas avantage à ralentir le pas, ou même à revenir en arrière, pour faire l’archéologie de ces « nouveautez nouvelles », ou peut-être de ces fausses nouveautés, que sont les Fakes News ? Il y aurait fort à faire. L’historien Robert Darnton l’affirmait récemment : « on retrouve tout au long de l’Histoire l’équivalent des textes et tweets venimeux que l’on observe aujourd’hui » ; il donnait alors lui-même les exemples des pasquinades au XVIe siècle, des canards parisiens du XVIIe, de la presse à scandale londonienne et des gazettes françaises manuscrites et clandestines au XVIIIe2 . On peut ajouter à cela la véritable jungle de l’imprimé qui fleurit au XIXe, suite aux progrès techniques de l’imprimerie, avec l’explosion de la grande presse, le développement des journaux d’opinion aux orientations idéologiques marquées, et la naissance des premiers grands groupes d’édition. Et pour terminer, le XXe, riche en informations alternatives, à l’enseigne du « bourrage de crânes » dénoncé lors du premier conflit mondial, de la propagande élevée en science qui marque la deuxième guerre, et des contestations soixante-huitardes s’élevant contre les mensonges médiatiques au service du pouvoir.
Avant d’établir des comparaisons, de dresser des parallèles, de s’intéresser aux évolutions, aux permanences, aux discontinuités de ces traditions de nouvelles faulses, il convient d’étudier d’abord le passé lui-même, en lui-même, et c’est pour ce faire que la revue Dalhousie French Studies propose un numéro thématique consacré à « Infox, Fake News et “Nouvelles faulses” ». Les dates butoirs annoncées par notre titre, « XVe – XXe siècles », soulignent la profondeur historique recherchée, voire les effets de continuités, et correspondent à l’ère de l’imprimé, depuis Gutenberg et ses premières brochures (moins connues que ses bibles), jusqu’aux journaux du premier XXe siècle (ceux que déclasseront par la suite la radio, la télévision, puis l’Internet, mais qui alors règnent en maîtres), en passant par les pamphlets, les Gazettes, les mazarinades, etc. Ces dates sont flexibles, du moins en amont : les propositions consacrées à l’époque médiévale seront également considérées.

Continuer la lecture de Dalhousie French Studies. Infox, Fake News et«Nouvelles faulses » : perspectives historiques (XVe – XXe siècles)

Médias 19 – Numapresse : Presses anciennes et contemporaines, à l’heure du numérique (Paris, 8 au 11 juin 2020)

FR

Après un premier congrès en juin 2015, Médias 19 et Numapresse organisent une deuxième grande manifestation qui se tiendra à Paris, du 8 au 11 juin 2020, et veut faire état de la recherche actuelle sur la presse, à l’heure de la numérisation des corpus.

Le projet scientifique franco-québécois Médias 19, articulé autour de la plateforme numérique www.medias19.org, a été le cadre de développement d’une réflexion, depuis 2011, sur les pratiques journalistiques au XIXe siècle, sur la valorisation et l’analyse des corpus, ainsi que sur l’étude du développement de la culture médiatique dans l’espace francophone. Depuis 2017, le projet scientifique international Numapresse, financé par l’Agence Nationale pour la Recherche française (www.numapresse.org), ambitionne de proposer une nouvelle histoire culturelle et littéraire de la presse française, du XIXe siècle à nos jours, en mobilisant les grands corpus de presse numérisés et les nouveaux outils de text et data mining.

Continuer la lecture de Médias 19 – Numapresse : Presses anciennes et contemporaines, à l’heure du numérique (Paris, 8 au 11 juin 2020)

Colloque “NINA COMPANEEZ, UNE FEMME ET DES HEROÏNES”

28-30 mai 2020, Paris

Colloque co-organisé par l’ENS Louis Lumière, l’INA et la composante ISOR du Centre d’histoire du XIXe siècle de l’Université Paris 1

Les propositions de contributions (maximum 5 000 signes), devront être adressées avant le 30 octobre 2019 à : isor@univ-paris1.fr

Les auteurs des propositions seront informés de la réponse du comité scientifique le 30 novembre 2019.

Site de l’appel

Présentation

Si Nina Companeez est bien connue pour ses téléfilms et feuilletons historiques, son travail n’a été, jusqu’ici, que peu étudié. Figure singulière et emblématique d’une télévision à la fois populaire et exigeante, la cinéaste a toujours écrit et réalisé seule, qu’il s’agisse de scénarios originaux (Les Dames de la côteUn pique-nique chez Osiris, Voici venir l’orage) ou d’adaptations (L’Allée du roiÀ la recherche du temps perdu). Peu de femmes auront eu autant de liberté qu’elle dans le paysage audiovisuel français des années 1970-2010, et bien peu auront proposé des personnages de femmes aussi nuancés, émancipés ou en voie d’émancipation, inspirés d’héroïnes de la littérature russe, américaine ou française mais également des femmes de sa famille. Continuer la lecture de Colloque “NINA COMPANEEZ, UNE FEMME ET DES HEROÏNES”

Appel à contributions pour la revue ¿Interrogations? : Penser les représentations de l’”idéal féminin” dans les médias contemporains

Revue ¿Interrogations? n° 31

Numéro coordonné par Sebastien Haissat

Clôture: 30 novembre 2019

Lien de l’appel

 

PRÉSENTATION :

Selon leurs cultures, les sociétés humaines construisent des normes qui prescrivent ce que doit être un homme ou ce que doit être une femme (Mead, 1963). D’une part, la famille, principalement les parents proches, mais aussi l’entourage social de la personne, participent à la transmission d’attitudes, de comportements et d’attentes sociales qui définissent des modèles de la féminité et de la masculinité auxquels il faudrait se conformer. Une étude de Curt Hoffman et Nancy Hurst montre que les parents ont des attentes différentes selon le sexe de l’enfant : ils souhaitent davantage que leur fils soit volontaire, travailleur, intelligent et ambitieux et que leur fille soit plutôt aimable, gentille, attirante et devienne une bonne mère (Hoffman & Hurst, 1990). D’autre part, les médias contemporains, particulièrement présents dans nos sociétés de consommation, véhiculent également des stéréotypes (Biscarrat, 2013) qui exercent une influence normative culturelle. Ainsi, la télévision, le cinéma et la presse par exemple, constituent des instances de socialisation non négligeables qui agissent dans la construction des identités de genre (Julliard, Quéméner, 2014), notamment à travers les discours qu’ils véhiculent (Courbières, 2013). Continuer la lecture de Appel à contributions pour la revue ¿Interrogations? : Penser les représentations de l’”idéal féminin” dans les médias contemporains

Appel à contributions : Le théâtre de science-fiction

Appel à contributions pour le dossier n°17 de ReS Futurae

Dossier dirigé par Romain Bionda romain.bionda@unil.ch

Le théâtre a donné à la science-fiction quelques-unes de ses œuvres les plus célèbres, à l’instar de R.U.R. de Karel Čapek, où le terme « robot » apparaîtrait pour la première fois. Il est toutefois rare qu’on fasse une place au théâtre dans les études science-fictionnelles, tout comme il est rare, du côté des études théâtrales, qu’on fasse une place à la science-fiction. Or cette incuriosité réciproque semble exister en concomitance avec une suite de présupposés ne datant pas d’hier et rendant généralement incongrue ou du moins surprenante l’association, dans nos esprits, de la SF avec le théâtre tels que nous pouvons les concevoir — résistance qui ne se présente pas lorsque nous pensons à d’autres arts comme le cinéma et la littérature, où la SF jouit d’une existence explicite et reconnue. Il s’agira ici de mettre en perspective ces présupposés, pour établir dans quelle mesure, à divers moments et en divers endroits, un dialogue a pu se nouer entre cet « art du présent » que serait le théâtre et une science-fiction qui n’est pas simplement un « genre du futur ». S’offrent en effet à l’exploration un important corpus de pièces pouvant à plusieurs égards ressortir à la SF, ainsi qu’un faisceau de discours informant les contours de ce « théâtre de science-fiction ». À quoi celui-ci peut-il ressembler, et quelles œuvres constitueraient son corpus tout au long de son histoire ? Continuer la lecture de Appel à contributions : Le théâtre de science-fiction