Archives de catégorie : Appels

Call for papers : edited collection “Participatory Culture Wars: Controversy, Conflict and Complicity in Fandom”

CFP: Edited collection “Participatory Culture Wars: Controversy, Conflict and Complicity in Fandom”

Deadline: 31 July, 2021

Edited by Dr Simone Driessen, Bethan Jones, Dr Benjamin Litherland

Presentation

It has become increasingly clear that fandoms and participatory culture are sites of controversy, conflict and even complicity, complicating earlier assessments that sought to celebrate creativity, collegiality, and community. As we continue to make sense of the consequences of web 2.0, the study of fans – the affective bonds, identities, and productive cultures of a highly mediated and networked society – is vital in understanding our current moment, whether expressed in debates about “cancel culture” or ongoing “culture wars”. Fans have had to rethink and reassess their relationships to fan objects, consider their role in reproducing global systems of inequality, and reflect on the meaning of participation in an era that is marked by both moral ambivalence and political earnestness.

Implicitly and explicitly, fannish practices are involved in a variety of key social, political, and cultural issues across the globe. They can be seen in politics, ranging from QAnon’s role in the storming of the US Capitol building, conspiracy theories relating to the covid pandemic, and the continued expansion of the global reactionary and populist right, from Britain to India to Brazil. They can be seen in new cultural terrains produced by networked movements like #MeToo, Black Lives Matter, #OscarsSoWhite, and the accompanying activism and responses as fans come to terms with the crimes, misdemeanors, and disagreements of former faves, like Xiao Zhan, Joss Whedon, or JK Rowling. They are expressed in the strategies and tactics of inter- and intra-fandom conflicts, whether Meghan Markle and the Royal Family or some Chinese fan responses to BTS talking about the Korean war. And, pressingly, fan tourism, collector culture, and the energy use of digital culture all contribute to the ongoing climate crisis.

Scholars of participatory culture can play a key role in assessing many and more of these issues, but they will also have significant and ongoing impact on the way we conceptualize fans, fandoms, and participatory culture. This work builds on developing themes in the field. Ongoing scholarship about racism, sexism, and homophobia in prominent fan spaces is vital (Massanari, 2017; Pande, 2020; Scott, 2019), and Jonathan Gray’s conception of anti-fandom (2003; 2005; 2007) is an important moment in indicating the darker underbelly of fan cultures. Yet scholarship on QAnon and Trump fandom (Reinhardt, forthcoming; Miller, 2020), cancel and commenting culture (Clark, 2020; Ng, 2020; Barnes, 2018), reactionary fandom (Stanfill, 2020), ethical consumption (Wood, Litherland & Reed, 2020; Tyler, 2021) and serial killer fandom (Nacos, 2015; Rico, 2015) pose important questions which cannot be answered simply by reference to anti- or toxic fandom.

This collection brings together some of these authors and perspectives while developing and extending these debates. We are keen to broaden the scope of the issue so that studies of fans of film and television are included alongside studies of music, literary, theatre, sports and politics. And we are especially eager to include case studies beyond the anglophone and global north. We are also interested in the practices of organizations in fan-adjacent areas such as marketing, production, branding and influencer culture. We welcome traditional essays and research papers and non-traditional formats, such as roundtables, interviews, and think-pieces, from people inside and outside of the academy. Topics might include but are not limited to:

  • Conspiracy theories and/as fandom.
  • ‘Culture wars’, intra- and inter-fan conflicts, and other broader disagreements or discontent about the meaning and values of popular cultural texts.
  • The consequences of anti-fandom and toxic fandom.
  • Expressions and practices of ethical consumption, whether via “cancel culture”, commodity activism or similar.
  • The moral economies of fandom, and their consequences for the media and cultural industries.
  • The ethical implications of participation, whether through fan activism, dark fandom or other.
  • The environmental impact of fandom, from NFTs to fan tourism.

Please send an abstract of 300 words, along with a short author biography of 150 words to participatoryculturewars@gmail.com by 31 July 2021. Please also address any queries to this email address.

 

 

Appel à contributions : Banlieue-poétique dans le rap et la littérature (Cergy Paris)

Journée d’étude Banlieue-poétique dans le rap et la littérature

18 mars 2022

Université CY Cergy Paris

Échéance des propositions : 1er octobre 2021

Organisée par Sylvie Brodziak, Marion Coste

L’espace urbain qu’est la banlieue est, au XXIème siècle, un des hauts lieux de la création artistique. Thème récurrent dans le rap et la littérature, il rompt avec la langue, questionne la forme et modifie les représentations. Il s’agira donc dans  cette journée d’étude d’explorer  la poétique que fait naitre la banlieue en littérature et dans le rap , tout en respectant la singularité des modes d’expression artistique.

En effet, la proximité thématique ne doit pas faire oublier que le rap, étant un genre musical, voire musical et visuel si l’on considère que le clip fait partie intégrante du morceau, s’exprime à travers des médias sonores, visuels et textuels, là où le roman ne s’exprime que par le texte, très partiellement par l’image si l’on prend en compte la couverture. Il s’agira dans cette journée d’étude de voir comment cette différence médiatique influe sur l’expression des banlieues. On étudiera aussi, autour de ce thème de la banlieue, les rencontres du livre et du rap, l’un pouvant citer l’autre dans l’optique de s’en démarquer ou au contraire de s’y associer. On pourra aussi interroger la façon dont la littérature et le rap s’approprient certaines caractéristiques de l’oralité des grands ensembles urbains, avec des ambitions variées : donner voix à celles et ceux qu’on n’écoute pas, contredire des discours stéréotypés sur les cités, alerter sur les conditions de vie et les dérives potentielles qui pourraient en découler, choquer son public ou renouveler les formes du roman, et la liste reste ouverte. Enfin, on pourra s’intéresser aux mises en scène de soi, dans le rap ou la littérature, de l’artiste comme banlieusard.

Ces quelques problématiques pourront être étudiées à travers l’analyse de romans accordant une place importante aux banlieues (Rachid Djaïdani, Faïza Guène, Kaoutar Harchi, Léonora Miano, Charles Robinson, Bakary Sakho, Sami Tchak entre autres) et des morceaux de rap –  de IAM à Niska, la liste serait trop longue à établir – appréhendés à la fois comme texte, musique et clip vidéo. Un intérêt tout particulier pourrait être apporté aux romans écrits par des rappeurs, comme René  ou Les Derniers de la rue Ponty de Disiz. Nous privilégierons les approches intermédiales, qui rapprocheront les pratiques musicales et littéraires autour de la description des banlieues, ainsi que les corpus d’étude associant textes littéraires et morceaux de rap.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Banlieue-poétique dans le rap et la littérature (Cergy Paris)

Appel à contributions : Théorie(s) de la science-fiction (ReS Futurae, n° 20)

« Théories de la science-fiction »

Revue d’études sur la science-fiction ReS Futurae

Dossier dirigé par Irène Langlet (université Gustave Eiffel)

Contact : irene.langlet@u-pem.fr

Échéances

Les propositions de contribution (env. 250 mots), accompagnées d’une brève bio-bibliographie, doivent parvenir à la responsable le 10 septembre 2021 au plus tard. Une première version des articles devra être rendue le 1er mars 2022, pour une parution au deuxième semestre 2022.

Les auteurs sont invités à consulter les consignes aux auteurs.

Appel à contributions

La revue ReS Futurae fêtera bientôt ses dix années d’existence. En 2012, son premier numéro fut lancé autour d’un dossier intitulé « Ce que signifie étudier la science-fiction aujourd’hui ». Le vingtième numéro (2e semestre 2022) donnera l’occasion de faire le point sur différentes notions critiques et théoriques telles qu’elles ont été abordées, évoquées ou discutées, en tout cas toujours utilisées pendant ces dix ans. Le panorama des études sur la SF était nécessaire lors du lancement d’une revue qui voulait s’y consacrer ; en 2022, il ne s’agira plus tant de réitérer cette cartographie académique des études sur la SF que de prendre de front, en tant que tel, le corpus théorique et critique dont nous voulons promouvoir l’installation durable dans ce paysage académique. Pour cet anniversaire, nous invitons les chercheurs et chercheuses prenant la science-fiction pour objet d’étude à discuter quelques questions fondamentales, en suivant les grandes avenues suivantes :

A. Comment penser la science-fiction ?

Disposons-nous actuellement d’un cadre conceptuel stable et reconnu pour analyser la science-fiction ? Quelles en sont les notions principales et comment s’articulent-elles entre elles – aisément, avec plus de difficulté, ou au contraire dans une forme d’ignorance réciproque ? Dans quelle mesure fondent-elles encore des recherches actives, ou bien sont-elles activement discutées ? Y a-t-il encore un besoin, et un bénéfice, à s’interroger sur une définition de la science-fiction, sur la fonction qu’y prend la science, ou encore sur des questions de généricité ? Par qui, avec quelles méthodes et quels enjeux d’interprétation et de construction de l’objet ? L’écart semble grand entre le « paradigme absent » proposé par Angenot il y a plus de quarante ans, dans le cadre d’une analyse de sémantique structurale, et le « sublime technologique » scruté par Csicsery-Ronay dans le cadre d’une histoire culturelle ; entre le spectacle merveilleux de la science nourri par la mystique scientiste de Jules Verne et le « sense of wonder » alimentant la première industrie culturelle de Gernsback ; entre les « prototopies » d’un Rumpala, inspirées des « lignes de fuite » deleuziennes, et le « design fiction », inspiré des modèles rhétoriques appliqués au storytelling d’entreprise – pour ne prendre que quelques exemples. Toutes ces notions se côtoient, souvent dans la confusion, parfois dans le débat structuré : il s’agirait d’en prendre la mesure, de dégager celles qui font consensus, et de prendre ainsi date dans l’objectivation, souvent difficile mais toujours nécessaire, d’une pratique symbolique dominante de notre temps.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Théorie(s) de la science-fiction (ReS Futurae, n° 20)

Appel à contributions : Créer et incarner des créatures fantastiques (Festival Atrebatia, Arras)

Colloque Créer et incarner des créatures fantastiques

18 et 19 février 2022

Dans le cadre du Festival Atrebatia (Arras)

Échéance des propositions : 30 septembre 2021

Organisé par Anne Besson et Audrey Tuaillon Demésy

 

Argumentaire

La littérature contemporaine n’est pas avare de créations de mondes imaginaires. Popularisés grâce à J. R. R. Tolkien et le Seigneur des Anneaux, les mondes « secondaires » sont devenus des espaces et des temps que le lecteur explore à l’envi et dans lesquels il peut s’immerger. Que l’ancrage soit plutôt celui de la fantasy (Game of Thrones, Orcs, etc.) ou celui de la science-fiction (Altered Carbon, Dune, Black-out, etc.), l’univers fictionnel forme un lieu à parcourir, en suivant les aventures des protagonistes. Mais les « genres de l’imaginaire » (Besson, 2015) dépassent le cadre littéraire et se déclinent aussi selon d’autres formes de loisirs, notamment les jeux de rôle (Shadowrun, Donjons & Dragons, etc.), les jeux vidéo (The Last of Us, The Witcher) ou ceux de plateau (Net Runner, La Guerre de l’Anneau, etc.).

Au-delà, cette exploration ludique s’exporte en dehors du cadre purement fictionnel : la création et l’incarnation de personnages fantastiques devient un autre moyen de voyager au sein d’univers alternatifs. Ainsi, le monde imaginaire peut être « mis en vie » et devient sensible par le biais de pratiques corporelles puisque certaines activités ludiques consistent à fabriquer et expérimenter l’altérité fantastique.

Diverses formes de loisirs peuvent entrer dans cette catégorie. Le bodypainting, par exemple, est une forme d’art visant à métamorphoser le corps – grâce à une peinture corporelle – et à évoquer, entre autres, des créatures imaginaires (fées, naïades, etc.). Dans cette même logique, le cosplay est une manière de « jouer costumé » des personnages de fiction, issus aussi bien de romans, de comics ou de mangas que de jeux vidéo. Dans cette continuité, le jeu de rôle Grandeur nature (GN) est un autre moyen de créer des personnages imaginaires : scénarisées, ces rencontres de GN sont aussi des moments permettant de se métamorphoser en elfe, en troll ou en vampire. D’autres loisirs peuvent cibler plus spécifiquement certains peuples de fiction. Ainsi en est-il de la pratique du mermaiding qui consiste à fabriquer sa queue de sirène et à l’utiliser en immersion aquatique ou des zombies walks qui sont, quant à elles, des occasions de se déguiser en mort-vivant et d’adopter leur démarche si caractéristique. Enfin, les orcs forment aussi une catégorie à incarner à part entière (Blanc, 2018).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Créer et incarner des créatures fantastiques (Festival Atrebatia, Arras)

Journée d’études : Imaginaires du temps post-apocalyptique et (ré)organisation des rapports sociaux

Imaginaires du temps post-apocalyptique et (ré)organisation des rapports sociaux 

8 avril 2022

Université de Franche-Comté, Besançon, France 

Échéance des propositions : 30 juin 2021

Organisé par Clémentine Hougue (3L.AM, Le Mans Université), Sébastien Haissat et Audrey Tuaillon Demésy (STAPS, Université de Franche-Comté).

Cette journée d’étude s’inscrit dans le programme de recherche Aiôn (Socio-anthropologie de l’imaginaire du temps. Le cas des loisirs alternatifs), financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR19-CE27-0008). Le colloque aura lieu à Besançon le 8 avril 2022.

Dans son sens originel de révélation, l’apocalypse est un kaïros, un instant décisif : suspendant le chronos (le temps linéaire, chronologique), il marque une opportunité, une occasion à saisir – avec prudence (phronesis), recommande Aristote dans L’Éthique à Nicomaque. Dans son acception religieuse, le temps d’après représente le retour à une forme parfaite du monde : ainsi de l’Apocalypse de Jean où la fin des temps conduit à l’avènement de la Jérusalem céleste.

Qu’en est-il dans la science-fiction (ou plus globalement dans les fictions spéculatives) ? Depuis les premiers textes du genre, les auteurs se sont emparés du motif de la fin du monde pour imaginer de nouvelles sociétés : dès le début du XIXe siècle, dans Le Dernier Homme (1805) de Jean-Baptiste Cousin de Grainville ou The Last Man de Mary Shelley (1826), la fiction post-apocalyptique permet de mettre en perspective les problématiques des sociétés contemporaines. Les récits de fin du monde ont en effet pour fonction d’« historiciser le présent », de donner à penser « une praxis, c’est-à-dire une pratique politique du temps » (Engélibert, 2019 : 89). Les fictions des mondes d’après interrogent aussi les façons dont les individus coopèrent entre eux, se distinguent, s’éloignent ou se rapprochent ; bref, la manière dont ils (re)font société.

Dès lors, comment les spécificités de l’imaginaire du temps post-apocalyptique influent-elles sur les rapports sociaux ? À l’inverse, comment ces rapports sociaux nous informent-ils sur la nature de ce temps de l’après ? S’agit-il d’un temps social nouveau, inédit, qui redistribue les hiérarchies sociales ? Ou, au contraire, d’un temps social « à rebours », qui réinstaure, ou rejoue, les organisations sociales du passé?

Cette journée d’étude vise à utiliser les imaginaires post-apocalyptiques comme laboratoires d’expérimentation du social, autrement dit à comprendre quelles formes de rapports sociaux peuvent être mis en jeu dans un nouvel ordre fictionnel. Mais elle consiste tout autant à saisir comment l’imaginaire du temps de l’Après renseigne sur notre présent et le passé (que celui-ci soit réel ou fictionnel). Plus largement, une réflexion sur les imaginaires du temps est attendue et la dialectique avant/après sera au cœur des interrogations de la journée. Les fictions post-apocalyptiques étudiées pourront aussi bien évoquer des mondes « en construction » (telles les fictions zombies) que des univers « nouveaux » et stabilisés prenant place plusieurs années ou décennies après un phénomène apocalyptique. Il s’agit en tous les cas d’« une formalisation projective, en ce qu’elle donne forme, ici et maintenant, à une idée de quelque chose qui n’est pas encore. » (Di Filippo et Schmoll, 2016 : 127).

D’un point de vue anthropologique, l’Apocalypse comme fin d’un monde se présente comme « l’élaboration culturelle d’un discours sur l’annihilation d’une certaine communauté morale entendue comme une totalité faisant sens »(Carey, 2019 : 13). Dès lors, questionner l’imaginaire apocalyptique invite à saisir la façon dont se construisent les discours sur le temps de l’après mais permet aussi de comprendre comment s’exprime la finitude d’un groupe ou d’un « objet social » (ibid. : 16). La dimension téléologique du temps post-apocalyptique pourra être interrogée : en tant que temporalité tendue vers une fin, quelles sont les articulations de ce temps avec, par exemple, le temps messianique ? Un film comme Matrix (The Wachowskis, 1999) présente une dystopie technologique où les humains, dominés par des machines, attendent la venue d’un sauveur : l’univers dystopique entraîne ainsi la construction d’un imaginaire utopique. La fin du monde ayant déjà eu lieu, reste l’attente du messie, dans une temporalité suspendue : c’est ici « le temps qui se contracte et commence à finir […] le temps qui reste entre le temps et sa fin » (Agamben, 2000 : 110-111). On pourra ainsi se demander en quoi le temps qui succède à l’apocalypse est, ou n’est pas, déterminé par la notion de fin, vers son attente et vers l’aspiration à un renouveau. Dans cette continuité, les liens entre dystopies et temps post-apocalyptique pourront être interrogés. Outils permettant de mettre en lumière certains dysfonctionnements de nos sociétés contemporaines, les fictions dystopiques évoquent également les dérives des sociétés de surveillance et de contrôle. Se pose alors la question des nouvelles relations sociales entre les humains qui s’installent ou disparaissent. C’est ce qu’illustrent notamment les œuvres d’Alain Damasio (La Zone du Dehors, 2007 ; Les Furtifs, 2019). Critiques acerbes des dérives du capitalisme, les histoires prenant place dans un temps post-apocalyptique témoignent aussi du réaménagement des rapports sociaux entre immobilisme, reproduction d’un ordre existant et mouvement comme moyen d’émancipation.

On pourra ainsi aborder les rapports de classe dans le contexte post-apocalyptique : un roman comme Fury de Henry Kuttner (1949), qui se situe dans un futur où l’humanité a dû s’exiler sur Vénus, présente par exemple une société de castes, dominée par des Immortels, qui vont se voir contester leur suprématie par un groupe dissident. Plus récemment, Peste (Rant en VO), de Chuck Palahniuk (2007), raconte par bribes la propagation d’un virus, dans une société divisée entre les respectables Diurnes, qui vivent le jour, et les Nocturnes, marginaux qui occupent leur nuit à des rodéos en voiture. Land of the Dead de George A. Romero montre également une société nivelée entre les ultra-riches vivant dans l’opulence et les plus pauvres, parqués dans des bidonvilles et cernés par les zombies. Dans ces exemples, on observe que le temps post-apocalyptique renforce les inégalités de classe, leur imperméabilité les unes aux autres : le futur est ainsi envisagé par ces auteurs comme non seulement profondément inégalitaire, mais aussi totalitaire, révélant une inquiétude politique profonde sur le devenir des démocraties occidentales.

Quid de la question ethnique dans le monde d’après ? Comment la situation minoritaire d’un groupe est-elle traitée après l’apocalypse ? Par exemple, dans la série télévisée Fear the Walking Dead, en pleine invasion zombie, un groupe de natifs amérindiens s’oppose à des survivants blancs et revendique la propriété de leur terre, tentant de défaire l’Histoire qui les en a privés. Cet exemple permet également d’interroger la notion même de « fin du monde », éminemment culturelle : comme le soulignent Déborah Danowski et Eduardo Viveiros de Castro (2014 ; cité dans Kyrou, 2020), pour les natifs américains, « la fin du monde a déjà eu lieu, en 1492 ». La fiction permettrait alors de revenir sur une fin du monde authentiquement vécue, voire de la réparer.

L’étude des personnages féminins dans cette temporalité de l’après doit également faire l’objet d’un examen.  La question des inégalités de genre étant particulièrement présente dans le débat public, l’analyse de son inscription dans le temps post-apocalyptique conduit aussi bien à penser la place des femmes dans la société actuelle que la nature de ce temps : c’est par exemple le cas dans La Servante écarlate de Margaret Atwood (1985), qui donne à lire l’instauration d’une théocratie après qu’une série de catastrophes écologiques a rendu la plupart des femmes stériles. Les dernières femmes en mesure de procréer sont alors forcées de devenir mères porteuses pour les grandes familles de la classe dominante. À la suite de la césure apocalyptique, c’est donc moins une nouvelle ère qu’un retour des hiérarchies archaïques qui se dessine. Après l’opportunité du kaïros, il s’agirait là d’un temps enroulé sur lui-même, « un éternel retour constituant le thème de bien des romans de science-fiction […] une histoire cyclique qui se relance à la fin et dont le temps peut se parcourir en n’importe quel sens finalement » (Martin, 2017 : 56)

Dans le prolongement de cette réflexion, on est conduit à s’interroger sur la place du religieux après l’apocalypse – d’autant plus que les religions ont produit les textes fondateurs de ce motif. Une série comme The Leftovers met en effet en évidence l’importance politique de la croyance pour faire face au temps post-cataclysmique : suite à la disparition aussi soudaine qu’inexpliquée de 2 % de la population mondiale, un groupe sectaire nommé les « Coupables Survivants » se donne pour mission de rappeler aux « restants » (leftovers) le non-sens de ce monde d’après. Face à cette apocalypse silencieuse, ces religieux fanatiques entendent faire durer la catastrophe, rester suspendus dans le temps de la fin, dans une eschatologie permanente. Il s’agit là d’une autre modalité du temps que la fiction permet d’appréhender, le temps eschatologique étant, pour Agamben, une contemplation de la fin : « Le discours apocalyptique se situe au dernier jour, au jour de la colère : il voit la fin advenir et il décrit ce qu’il voit » (Agamben, 2000 : 110). 

On se demandera, plus globalement, quels types de continuités ou de discontinuités se dessinent entre avant et après : sans exclure aucun medium ni aucune aire linguistique ou culturelle, l’étude des rapports sociaux dans le monde post-apocalyptique poursuit l’objectif d’une cartographie de cette temporalité singulière, uniquement accessible par le travail de l’imaginaire.

Cette journée d’étude se veut pluridisciplinaire. Les communications attendues pourront ainsi relever du domaine des sciences humaines et sociales (anthropologie, sociologie, histoire, sciences de l’information et de la communication, etc.) aussi bien que des disciplines littéraires.

Les propositions de communication (2 000 signes et 5 mots clés) accompagnées d’une courte biographie, présenteront le cadre théorique et méthodologique de la proposition envisagée, ainsi que les principaux résultats de l’analyse.

Les textes sont à faire parvenir avant le 30 juin 2021 aux trois adresses mails suivantes :

clementinehougue@gmail.com

sebastien.haissat@univ-fcomte.fr

audrey.tuaillon-demesy@aion-project.org

Bibliographie indicative

  • Agamben, Giorgio (2000). Le temps qui reste. Un commentaire de l’Épître aux Romains. Trad. Judith Revel. Paris : Rivages Poche
  • Carey, Matthew (2019). « L’apocalypse au pluriel », Terrain, n° 71, pp. 6-25.
  • Danowski, Déborah et Viveiros de Castro, Eduardo (2014), « L’arrêt du monde », in Hache, Émilie (dir.), De l’univers clos au monde infini, Bellevaux : Éditions du Dehors, p. 221-339.
  • Di Filippo, Laurent et Schmoll, Patrick (2016), « La ville après l’apocalypse Entre formalisation projective et réalisation locale », Revue des sciences sociales de la France de l’Est, décembre 2016, p. 126-133.
  • Engélibert, Jean Paul (2019). Fabuler la fin du monde. Paris : La Découverte.
  • Kyrou, Ariel (2020). Dans les imaginaires du futur. Chambéry : Éditions ActuSF.
  • Martin, Jean-Clet (2017). Logique de la science-fiction. Bruxelles : Les Impressions Nouvelles.

 

Calendrier prévisionnel

Date limite de réception des résumés : 30 juin 2021 

Expertises et retours aux communicants : 30 septembre 2021

Journée d’étude : 8 avril 2022 

 

Comité scientifique

Alain Agnessan (PhD, Enseignant-chercheur en littérature générale et comparée, Département de Lettres Modernes Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody, Côte d’Ivoire)

Patrick Bergeron (Professeur titulaire, Département d’études françaises University of New Brunswick)

Laetitia Biscarrat (Maîtresse de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, EUR CREATES, LIRCES EA 3159, Université Côte d’Azur)

Manouk Borzakian (Docteur en géographie, Aiôn)

Laurent Di Filippo (Maître de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, CREM EA 3476, Université de Lorraine)

Jean-Paul Engélibert (Professeur des Universités en Littérature Comparée, TELEM EA 4195, Univ Bordeaux-Montaigne)

Anne-Laure Fortin-Tournès (Professeure des Universités en Langues et littératures anglaises et anglo-saxonnes, 3L.AM EA 4335, Le Mans Université)

Ninon Grangé (Maîtresse de Conférences HDR en Philosophie, LLCP, EA 4008 – IHRIM, UMR 5317, Université Paris 8)

Sarah Lécossais (Maîtresse de Conférences en Sciences de l’Information et de la Communication, LabSIC EA 1803, Université Paris 13)

 

Comité d’organisation

Valérie Cruzin (doctorante en STAPS, Université de Franche-Comté)

Sébastien Haissat (MCF en STAPS, Université de Franche-Comté)

Clémentine Hougue (Docteure en Littérature Comparée, Le Mans Université)

Orlane Messey (doctorante en STAPS, Université de Franche-Comté)

Audrey Tuaillon Demésy (MCF en STAPS, Université de Franche-Comté)

Appel à contributions : Les livres ont-ils un genre ? XVIe-XXe s. (revue Histoire et civilisation du livre)

« Les livres ont-ils un genre ? (XVIe-XXe siècles) »

Revue Histoire et civilisation du livre

Échéance des propositions : 15 juillet 2021

Date prévue de parution : 2023 

Coordonné par Emmanuelle Chapron (Aix Marseille Université / EPHE), Sabine Juratic (CNRS/ IHMC)

Comité scientifique

Marie-Cécile Bouju (Univ. Paris 8 Vincennes-Saint-Denis), Jean-Charles Geslot (Univ. Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), Rémi Jimenes (Univ. Tours), Annette Keilhauer (Friedrich-Alexander Univ. Erlangen-Nürenberg), Edwige Keller-Rahbé (Univ. Lumière – Lyon 2), Sylvain Lesage (Univ. Lille).

Argumentaire 

Depuis la fin des années 1990, une bibliographie croissante s’est intéressée aux relations entretenues par les femmes avec les livres et, plus largement, avec le monde de l’imprimé en Occident. Les travaux ont mis en évidence la participation des femmes à la production et au commerce des livres, des ateliers d’Ancien Régime (Jimenes 2017) au développement des éditions féministes dans les années 1970 (Pavard 2005, Mazzone 2007), jusqu’à la place occupée par les « petites » maisons d’édition fondées par des femmes dans un champ éditorial, celui de la fin des années 1990, globalement guetté par une « révolution conservatrice » (Bourdieu 1999). Au cœur de nombreuses recherches, les lectrices ont été saisies à la fois comme construction normative (la lectrice idéale) et comme réalité sociale (von Tippelskirch 2011, Matamoros 2017). Les travaux ont éclairé les contraintes matérielles, sociales et culturelles qui s’exerçaient sur la lecture féminine, autant que la capacité des lectrices à s’en accommoder, à les contourner ou à les renverser à leur profit (Brouard-Arends 2003). Enfin, la place des femmes dans le champ littéraire, leur accès longtemps mesuré et contraint à la publication, le façonnement de figures d’autrices ont été questionnés dans la longue durée (Reid 2020).

Récemment, plusieurs travaux ont proposé une perspective plus englobante, embrassant l’ensemble du circuit du livre, dans la France (Broomhall 2002), l’Angleterre (Smith 2012) ou l’Italie (Richardson 2020) des xvie et xviie siècles : les femmes y sont saisies à leur table de travail, à écrire, traduire, préfacer, copier, préparer les textes pour la presse, dans l’atelier, la rue et les corporations de métier, dans leurs interactions avec les auteurs, les imprimeurs et les patrons, dans leur confrontation, plume à la main, avec le texte lu, offert, prêté ou échangé.

Il n’est plus contestable qu’observer les femmes à l’œuvre ou même, comme le suggère Brian Richardson, de regarder « how activities related to books looked through the eyes of the women », permet d’ouvrir des perspectives latérales, de produire un autre regard sur des réalités consolidées par l’historiographie, d’interroger différemment les manières de lire, les formes de l’auctorialité, le genre des inky fingers, les paratextes (Keller-Rahbé et Clément 2017), en bref d’examiner autrement l’ordre des livres.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les livres ont-ils un genre ? XVIe-XXe s. (revue Histoire et civilisation du livre)

Appel à contributions : « Depuis que le monde est monde » : stéréotypie et clichés littéraires

« Depuis que le monde est monde » : stéréotypie et clichés littéraires

Revue Postures

Échéance des propositions : 1er juillet 2021

Utiliser le formulaire Protocole de rédaction // Soumission d’un texte

Appel

Le stéréotype est foncièrement bivalent : d’une part, c’est un phénomène pratique et indispensable à l’organisation des pensées alors que, d’autre part, c’est un raccourci intellectuel qui est inévitablement source d’erreurs et de préjugés. Certes, il permet à l’individu de schématiser la société dans laquelle il évolue : « Comment en effet examiner chaque être, chaque objet dans sa spécificité propre et en détail, sans le ramener à un type ou à une généralité? » (1997, 26) s’interrogent Ruth Amossy et Anne Herschberg-Pierrot. Toutefois, opérant comme un filtre ou encore comme une distorsion, le stéréotype « éclipse [le] vrai au profit du vraisemblable » (Castillo Durante 1994, 13) : construit par les discours ambiants, il est nécessairement une simplification grossière et sans nuances.

Continuer la lecture de Appel à contributions : « Depuis que le monde est monde » : stéréotypie et clichés littéraires

Appel à participation : Complexity Jam

Complexity Jam – Addressing complexity with games and interactive digital narratives

21st-28th May, 2021

Online

Game Jam organized in the context of the INDCOR COST action – Interactive Narrative Design for Complexity Representations

Topic: Post-Pandemic Education

Presentation

Bring your ideas and create a game that supports fun and engaging post-pandemic learning for students!

Join us if you are a game developer, artist, graphic designer, musician, narrative designer, writer or just simply interested in making video games or other interactive digital narratives. Continuer la lecture de Appel à participation : Complexity Jam

Appel à contributions : Les esthétiques du désordre. Pour une autre généalogie de l’utopie.

Ouvrage collectif :  Les Esthétiques du désordre. Pour une nouvelle généalogie de l’utopie

Échéances des propositions : 4 juillet 2021

Dirigé par Aurore Turbiau, Samy Lagrande, Judith Cohen

Appel

L’ouvrage Les Esthétiques du désordre. Pour une nouvelle généalogie de l’utopie vise à proposer une relecture du genre de l’utopie sous l’angle du désordre, de l’anarchie, de la déconstruction et de la destruction.

L’utopie est ordinairement définie comme un genre fictionnel et politique apparu à la suite de l’œuvre éponyme de Thomas More en 1516, Utopia. Ce modèle classique de l’utopie, celui de la fiction méditative, semble, aujourd’hui encore, nourrir les imaginaires – bien que d’autres modèles eussent pu, dans l’histoire, le remplacer.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les esthétiques du désordre. Pour une autre généalogie de l’utopie.

Appel à contributions : Publier la littérature (revue Itinéraires)

« Publier la littérature »

Revue Itinéraires. Textes, littératures, cultures

Échéance de soumission des articles (version 1) : 15 septembre 2021

Numéro dirigé par François Demont, Romain Bionda et Mathilde Zbaeren

Ce que plusieurs chercheurs et chercheuses ont appelé « la littérature hors du livre » (Rosenthal et Ruffel 2010 et 2018) occasionne aujourd’hui des changements profonds à l’idée même de « littérature », dans la mesure où l’on considère que celle-ci peut très bien être produite, publiée et reçue dans des contextes qui lui confèrent des parentés troublantes avec les arts de la performance. Outre qu’elle demande de nouvelles collaborations entre certaines disciplines (en particulier les études littéraires et théâtrales), la situation contemporaine permet peut-être de voir que ces liens existaient déjà par le passé, et invite par là à réévaluer la dimension performative de la littérature des siècles précédents. C’est ce double regard sur le présent et le passé, même très ancien, que ce dossier entend engager, dans une ouverture sur toutes les littératures.

Les formes d’« écritures » contemporaines débordent largement le périmètre de ce qu’on appelle la « littérature ». Celle-ci excède parfois les limites posées en son temps par Nelson Goodman ([1968] 2011) : art à une phase (celle de son écriture), de régime allographique (qu’on ne peut pas contrefaire), dont l’« exécution » (l’écriture) précède toujours l’« implémentation » (sa publication et sa lecture). Autrement dit, la manière dont les textes « entre[nt] dans la culture » (Goodman [1984] 2009) gagne à être réinterrogée. De fait, l’« œuvre » de l’écrivain·e peut être « manifestée » – diversement – par des « objets » (Genette [1994] 2010) autres que le livre. La question de la publication gagne ainsi à être abordée dans son acception la plus large possible, comme la rencontre potentielle ou actualisée d’une œuvre (ou d’une partie de l’œuvre) avec un public. Celle-ci n’est pas nécessairement livresque, mais peut aussi intervenir via l’enregistrement, l’exposition ou la performance, par exemple.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Publier la littérature (revue Itinéraires)