Archives de catégorie : Actualités

Journée d’études: Paul-Jacques Bonzon, à l’ombre des séries, des œuvres singulières

Vendredi 15 juin 2018, Université d’Artois
Salle des colloques de la Maison de la Recherche

Organisé par : Christine Prévost et Aurélie Gille Comte-Sponville
Équipe d’accueil n°4028 : « Textes & Cultures »

Paul-Jacques Bonzon : à l’ombre des séries, des œuvres singulières

La partie la plus connue de l’œuvre de l’instituteur-écrivain Paul-Jacques Bonzon a été remise en lumière grâce au colloque « Les Compagnons de la Croix-Rousse : qu’est-ce qu’une série culte ? », organisé en juin 2016 par Anne-Marie Mercier et François Quet à l’université de Lyon et à l’ESPE. L’objectif était alors de contribuer à mieux cerner les caractéristiques d’écriture d’une série pour jeune public amateur d’énigmes policières, à mieux comprendre la réception d’un long succès, dans le contexte des Trente Glorieuses, et jusqu’aux rééditions aujourd’hui. La conclusion de ce colloque, dont les actes sont en cours de publication, avait mis l’accent sur un revers du succès des six compagnons : l’oubli avec le temps des œuvres de Bonzon écrites sans intention de les inscrire dans une série. La journée d’études sera consacrée à ces œuvres, dont Yves Marion a dressé une liste à l’occasion de son travail publié en 2008 sur la vie, l’œuvre, et la carrière de l’auteur : De la Manche à la Drôme : Itinéraire de l’écrivain Paul-Jacques Bonzon, instituteur et romancier pour la jeunesse (Eurocibles).

Continuer la lecture de Journée d’études: Paul-Jacques Bonzon, à l’ombre des séries, des œuvres singulières

Publication: Fiction et culture médiatique à la Belle Époque, D. Couégnas

Daniel Couégnas, Fiction et culture médiatique à la Belle Époque dans le magazine Je sais tout (1905-1914)

Enquête et essai, ce livre se focalise sur l’étude des fictions (nouvelles et romans) publiées dans le magazine Je sais tout avant la Première Guerre mondiale, parmi lesquelles les premières aventures d’Arsène Lupin, La Guerre du feu de Rosny, Le Fauteuil hanté de Leroux, Moi et l’Autre, de Jules Claretie…

Créé en 1905 par Pierre Lafitte, Je sais tout affiche un projet « encyclopédique » qui s’estompera à partir de 1914. Il participe de la culture médiatique, s’efforçant d’atteindre, par les procédés du « syncrétisme homogénéisé » (Edgar Morin) le plus large éventail socio-culturel de lecteurs. Miroir brillant de la « Belle » Epoque, il en naturalise les choix idéologiques dominants, les partis pris, les préjugés, les conformismes. Son enthousiasme moderniste pour le dynamisme techno-scientifique des débuts du XXe siècle ne parvient pas à masquer totalement les interrogations, les doutes, les hantises de la bonne conscience occidentale.

Continuer la lecture de Publication: Fiction et culture médiatique à la Belle Époque, D. Couégnas

Journée d’étude: Quand le noir se met au vert : polar, ruralité, écologie

Journée d’étude 2 mai 2018
« Quand le noir se met au vert : polar, ruralité, écologie »
Université de Poitiers / MSHS Salle Mélusine / 10h-17h30h

FORELL B1 et FORELL B3 (« Poétiques de la représentation » & « Esthétiques comparées »)

École doctorale LPAH (« Lettres, pensées, arts, histoire »)

Argument et programme

Depuis son apparition au début des années 1930 aux États-Unis à l’heure de la Prohibition et des crime waves, le genre « noir » n’a cessé de se métamorphoser et de se confronter aux nouvelles problématiques sociales et politiques qu’il rencontrait. D’un genre à l’origine très urbain, il semble aujourd’hui que le polar se déplace vers de nouveaux territoires marginalisés et de nouveaux espaces en danger : l’environnement rural. Tout se passe comme si les espaces naturels venaient sur le devant de la scène policière, notamment à travers le genre du country noir ou du rural noir qui se consolide aux États-Unis et arrive peu à peu dans les régions françaises. Ce ne sont plus Los Angeles ou San Francisco qu’explorent les auteurs américains de polars contemporains, Daniel Woodrell, Tony Hillerman, Larry Brown, Craig Johnson ou encore James Crumley, mais bien des territoires reculés, du Nouveau Mexique au fin fond du Missouri, ainsi que les grands espaces sauvages, dans la tradition du nature writing.

Grâce à la maison d’édition Gallmeister, notamment, ces textes sont traduits et lisibles en France, mais certains auteurs français déplacent, eux aussi, les codes du polar et s’enfoncent dans des régions et campagnes isolées : qu’il s’agisse des Vosges de Nicolas Matthieu (Aux animaux la guerre), la Nièvre de Benoît Minville (Rural Noir) ou la Creuse d’Antonin Varenne (Battues), le noir se glisse chez les oubliés de la mondialisation. Il s’agira, lors de cette journée d’étude internationale, d’interroger le contexte socio-politique conditionnant l’émergence de ce nouveau genre qu’est le polar rural ainsi que les conséquences – en termes d’imaginaire et d’esthétique – qu’implique le déplacement de l’action policière dans des espaces non-urbains.

10h-10h30 : Accueil

10h30-10h45 : Ouverture

Le country noir, genèses d’un genre

10h45-11h15 Continuer la lecture de Journée d’étude: Quand le noir se met au vert : polar, ruralité, écologie

Table ronde : Cinéma bis

Table ronde  : « Que faire du cinéma « bis » et d’exploitation ? Lieux et objets de culte en contexte numérique » 

Organisée dans le cadre de la 3e semaine des Arts & Médias de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 le jeudi 15 mars 2018 de 14h à 16h, Centre Censier, Amphi D02

Présentation

Depuis son essor dans les années 1960, le cinéma « bis » et d’exploitation se caractérise d’abord par une économie créative particulière : faible budget, caractère commercial et populaire assumés, représentations transgressives de la violence et de la sexualité. Loin de se réduire à un mode de production et à des contenus esthétiques, cet univers hétéroclite et foisonnant renvoie également à des pratiques cinéphiles intimement liées aux lieux (salles de quartier, boutiques et vidéoclubs) et aux objets (fanzines, cassettes vidéo) qui ont participé à l’édification de sa mémoire culturelle.

Dans un contexte de dématérialisation engagée par la démocratisation du numérique et de l’Internet, où l’on peut observer à la fois un repli du marché vidéo et de la presse spécialisée, les dernières décennies ont vu la disparition successive de certains vecteurs « traditionnels » de ce secteur de l’industrie cinématographique et de cette cinéphilie. On constate cependant depuis les années 2000, et de manière plus nette encore depuis les années 2010, une résurgence remarquable de ce continent cinématographique, marquée tout d’abord par la revitalisation de pratiques anciennes (comme dans le cas du fanzine, qui a trouvé un nouveau souffle à l’ère numérique) et leur appropriation par de nouveaux publics. Parallèlement à ce phénomène, les modes de transmission et de patrimonialisation du cinéma d’exploitation Continuer la lecture de Table ronde : Cinéma bis

Exposition : « Les deux orphelines »

Exposition

Des Deux Orphelines aux Deux Orphelines Vampires.Variations autour d’un mélodrame

Du 18 septembre au 20 octobre 2017

Bibliothèque des lettres et sciences humaines de l’Université de Montréal, Pavillon Samuel-Bronfman, 3000 rue Jean Brillant.

Contact : berengere.vachonfrance@umontreal.ca

Les Deux orphelines est un mélodrame en cinq actes et huit tableaux de deux auteurs dramatiques français, Adolphe d’Ennery et Eugène Cormon, créé le 29 janvier 1874 au Théâtre de la Porte-Saint-Martin à Paris.

La pièce met en scène Louise et Henriette, deux jeunes orphelines qui, à la veille de la Révolution Française, viennent à Paris pour Continuer la lecture de Exposition : « Les deux orphelines »

“Spruzzi di China”

Cinque incontri operativi con 6 maestri  del fumetto italiano,

dal 4 marzo al 31 marzo 2017.

sabato 4 marzo 2017, Mauro Marchesi (illustratore-disegnatore), Une vie de Philip K. Dick: come la vita del più grande narratore di fantascienza del Novecento può essere narrata con la tavoletta grafica per disegnare;

 sabato 11 marzo 2017, Gabriele Ba (sceneggiatore BeccoGiallo), Don Milani. Bestie uomini e Dio: sceneggiare una biografia; Francesco Testi (sceneggiatore Sergio Bonelli Editore),Tex color: Amici per la morte: prove di sceneggiatura per il più amato eroe di carta;

 sabato 18 marzo 2017, Paolo Bacilieri (autore-fumettaro), Bonelli & No: percorsi grafici e narrativi a confronto;

 sabato 25 marzo2017, Roberto Bonadimani (autore-fumettaro), Incubo Hynn Phaer : inventare, disegnare costruire pianeti

 venerdì 31 marzo,  ore 18, Antonio Serra (sceneggiatore e redattore Bonelli), Da Nathan Never a Greystorm: come creare un personaggio seriale.

Gli incontri si svolgeranno  nel territorio negrarese, presso la Cantina LAVARINI di  Arbizzano di Negrar

Continuer la lecture de “Spruzzi di China”

Parution : Sérialité narrative

narratologieLe dernier numéro de la revue Cahiers de narratologie est paru, il porte sur la sérialité narrative. Enjeux esthétiques et économiques.

Les Cahiers de narratologie consacrent ce numéro à l’étude des rapports entre l’esthétique et l’économie, les articles ici réunis éclairent le sujet à partir d’angles de lecture différents, mais gravitent tous autour d’un même thème fédérateur : la notion de sérialité.

DETECTIVE FABRIQUE DE CRIMES ?

detective

DETECTIVE FABRIQUE DE CRIMES  ?

Le grand hebdomadaire des faits divers

Exposition à la BIBLIOTHÈQUE DES LITTÉRATURES POLICIÈRES (BILIPO) – PARIS 5ème du 20 JANVIER au 1ER AVRIL 2017

En 1928, Détective, lancé par Gallimard, grâce à l’aide des frères Kessel, pré- tend être le premier hebdomadaire de faits divers, à la fois journal et magazine : chaque jeudi, la petite fabrique de crimes alimente les kiosques de ses numé- ros sanglants pour des lecteurs venus chercher leur dose d’énigme et d’horreur. Ses photographies impressionnent, ses reportages passionnent, ses signatures prestigieuses (Carco, Mac Orlan, Kessel) attirent. Détective devient l’atelier où se forge une certaine vision de la France criminelle des années trente et où certaines affaires emblématiques (les soeurs Papin, la parricide Violette Nozière, Stavisky) sont exposées au public. Véritable succès de vente pour les éditions Gallimard mais aussi cible numéro 1 des critiques qui condamnent son immoralité et son manque de fiabilité, le journal ne laisse pas indifférent. Mais que connaît-on vraiment de son histoire? Comment expliquer une telle réussite ? C’est cette recette savamment composée – d’enquêtes rigoureuses et de «bidonnage» de l’information, de combats journalistiques et de recettes sensationnalistes –, que la Bilipo se propose de vous faire redécouvrir à travers cette exposition.

 

Séminaire LPCM : Françoise Lavocat

25 novembre 2016 : Séminaire PHisTeM/LPCM

14h-17h, Paris Ouest, bâtiment L, salle des actes, 4e étage.

Françoise Lavocat (Paris III-Sorbonne nouvelle)

« Fiction et hantise des simulacres, du livre au rituel »

Parler de « hantise du simulacre » suppose de revenir au livre fondateur de Jean-Marie Schaeffer (Pourquoi la fiction, 1999). C’est ce que nous ferons dans un premier temps, en proposant de décomposer cette « hantise » en plusieurs usages, jugés traditionnellement périlleux et nocifs, de la fiction. Nous proposerons ensuite une hiérarchie des différents médias au regard de l’immersion fictionnelle, en posant la question fondamentale du lien éventuel entre degrés d’immersion et croyance, ou plus précisément, plasticité doxastique (mobilité des croyances). Finalement, en guise de test de ces propositions, nous analyserons l’impact des dispositifs impliquant une première personne (opérateur privilégié de leurre) dans différents médias.