Tous les articles par Aurélie Huz

Parution : Poétique du Chat Noir (Crépiat, Saint-Amand, Schuh, dir.)

Caroline Crépiat, Denis Saint-Amand et Julien Schuh (dir.), Poétique du Chat Noir, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2021

Suivez les pas du « Chat Noir » (à la fois cabaret, collectif, revue) dans l’ambiance montmartroise de la fin du XIXe siècle et (re)découvrez-le dans une étude centrée sur sa production écrite.

*

Malgré le regain d’intérêt, ces quinze dernières années, pour l’étude de la presse du XIXe siècle, un titre phare de la fin de siècle, Le Chat Noir, n’a jamais fait l’objet d’une étude approfondie en tant que journal. C’est en effet surtout à l’histoire de l’art ou de la culture montmartroise que nous devons la majorité des recherches sur ce périodique, qui est souvent réduit à une fonction d’archive. Ses textes, ses illustrations, relevant essentiellement de la blague, n’auraient guère d’intérêt, à l’exception des productions de quelques collaborateurs notoires – Paul Verlaine, Alphonse Allais, Léon Bloy, Caran d’Ache, Jules Jouy, Charles Cros, Willy, George Auriol, Adolphe Willette – qu’on a souvent détachées de leur contexte de publication original pour les mettre en recueil. Comment expliquer alors la longévité de cette feuille – quinze ans, 690 numéros – si son contenu était d’une telle indigence ? Ce livre se propose de poursuivre l’exploration du Chat Noir – entendu ici comme l’ensemble des pratiques qui s’organisent sous cet emblème : une revue, un cabaret et un collectif – en envisageant comme centrale la question de la production écrite. En somme, de prendre au « SÉRIEUX QUAND MÊME » les écrits d’un collectif qui, de façon systématique, tourne en dérision tout discours sérieux et les codes qui en découlent, et peut à ce titre aujourd’hui souffrir de sa réputation blagueuse.

Appel à contributions : Créer et incarner des créatures fantastiques (Festival Atrebatia, Arras)

Colloque Créer et incarner des créatures fantastiques

18 et 19 février 2022

Dans le cadre du Festival Atrebatia (Arras)

Échéance des propositions : 30 septembre 2021

Organisé par Anne Besson et Audrey Tuaillon Demésy

 

Argumentaire

La littérature contemporaine n’est pas avare de créations de mondes imaginaires. Popularisés grâce à J. R. R. Tolkien et le Seigneur des Anneaux, les mondes « secondaires » sont devenus des espaces et des temps que le lecteur explore à l’envi et dans lesquels il peut s’immerger. Que l’ancrage soit plutôt celui de la fantasy (Game of Thrones, Orcs, etc.) ou celui de la science-fiction (Altered Carbon, Dune, Black-out, etc.), l’univers fictionnel forme un lieu à parcourir, en suivant les aventures des protagonistes. Mais les « genres de l’imaginaire » (Besson, 2015) dépassent le cadre littéraire et se déclinent aussi selon d’autres formes de loisirs, notamment les jeux de rôle (Shadowrun, Donjons & Dragons, etc.), les jeux vidéo (The Last of Us, The Witcher) ou ceux de plateau (Net Runner, La Guerre de l’Anneau, etc.).

Au-delà, cette exploration ludique s’exporte en dehors du cadre purement fictionnel : la création et l’incarnation de personnages fantastiques devient un autre moyen de voyager au sein d’univers alternatifs. Ainsi, le monde imaginaire peut être « mis en vie » et devient sensible par le biais de pratiques corporelles puisque certaines activités ludiques consistent à fabriquer et expérimenter l’altérité fantastique.

Diverses formes de loisirs peuvent entrer dans cette catégorie. Le bodypainting, par exemple, est une forme d’art visant à métamorphoser le corps – grâce à une peinture corporelle – et à évoquer, entre autres, des créatures imaginaires (fées, naïades, etc.). Dans cette même logique, le cosplay est une manière de « jouer costumé » des personnages de fiction, issus aussi bien de romans, de comics ou de mangas que de jeux vidéo. Dans cette continuité, le jeu de rôle Grandeur nature (GN) est un autre moyen de créer des personnages imaginaires : scénarisées, ces rencontres de GN sont aussi des moments permettant de se métamorphoser en elfe, en troll ou en vampire. D’autres loisirs peuvent cibler plus spécifiquement certains peuples de fiction. Ainsi en est-il de la pratique du mermaiding qui consiste à fabriquer sa queue de sirène et à l’utiliser en immersion aquatique ou des zombies walks qui sont, quant à elles, des occasions de se déguiser en mort-vivant et d’adopter leur démarche si caractéristique. Enfin, les orcs forment aussi une catégorie à incarner à part entière (Blanc, 2018).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Créer et incarner des créatures fantastiques (Festival Atrebatia, Arras)

Parution : Penser avec Stuart Hall (Bouyahia, Freitas-Ekué, Ramdani dir.)

Malek Bouyahia, Franck Freitas-Ekué et Karima Ramdani (dir.), Penser avec Stuart Hall, précédé de deux textes inédits de Stuart Hall, La Dispute, 2021

Cet ouvrage collectif présente et examine l’œuvre de Stuart Hall, pionnier des cultural studies, mais aussi théoricien postcolonial de première importance. Les chapitres font alterner des éclairages du contexte théorique, institutionnel et politique du développement de sa pensée, des explications de ses conceptions de la race, de l’hégémonie et des usages contemporains de sa théorie. Cette dernière est mobilisée pour penser notamment le renouveau de la gauche ou encore l’expérience politique des groupes minoritaires.

Le livre est précédé de la traduction de deux textes majeurs de Stuart Hall par Séverine Sofio, au sujet des identités diasporiques et des rapports entre discours et pouvoir dans la période postcoloniale.

Consulter la table des matières.

Avec des contributions de Lotte Arndt, Malek Bouyahia, Maxime Cervulle, James Cohen, Taous Dahmani, Franck Freitas-Ekué, Marc Lenormand, Kolja Lindner, Éric Maigret, Nelly Quemener  et Karima Ramdani.

Parution : Paris en ses jardins (J. Synowiecki)

Jan Synowiecki, Paris en ses jardins. Nature et culture urbaine au XVIIIe siècle, Champ Vallon, coll. “L’environnement a une histoire”, 2021

Royaux ou princiers, les jardins de Paris au XVIIIe siècle devaient offrir à la population urbaine des îlots salvateurs face aux exhalaisons et aux miasmes de la ville. Loin d’être figés dans un écrin de verdure et de représenter des enclaves champêtres au cœur de la ville, ces espaces étaient fermement insérés dans le tissu urbain. Ce livre propose ainsi une véritable microphysique de la nature parisienne, des dégâts causés par les taupes à l’élagage des arbres. L’histoire matérielle et vivante des jardins parisiens du XVIIIe siècle permet ainsi de restituer avec le plus de fidélité possible un monde composé de micropartages faisant la part belle aux conflits entre juridictions, aux régulations policières ainsi qu’aux tensions entre les différents usages sociaux de l’espace du jardin.

Lire la table des matières.

Ancien étudiant de l’ENS Ulm, agrégé et docteur en histoire de l’EHESS, Jan Synowiecki est Attaché temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) à l’Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis.

Parution : Racisme et jeu vidéo (M. Derfoufi)

Mehdi Derfoufi, Racisme et jeu vidéo, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. “Interventions”, 2021

Résumé

En 2007, le monde du jeu vidéo est secoué par une violente polémique au sujet du jeu vidéo Resident Evil 5. Ce dernier est accusé de faire commerce du racisme, en invitant à se glisser dans la peau d’un américain blanc body-buildé, missionné dans une région africaine anonyme, et tuant des dizaines d’hommes et de femmes noires présentées comme de dangereux zombies infectés du virus T. Depuis, la communauté des joueurs et joueuses de jeux vidéo interpelle régulièrement les créateurs et créatrices des jeux sur les questions du racisme et du sexisme.

Dans son ouvrage, Mehdi Derfoufi analyse les rapports de force qui structurent l’industrie du jeu vidéo, dévoilant comment le racisme se niche parfois insidieusement au cœur de scénarios de jeux vidéo à succès. Il nous invite à nous questionner. Quels sont les pays qui pèsent sur les milliards d’euros du marché mondial du jeu vidéo ? Qui sont les game designers et auteurs des jeux ? Comment les représentations racistes sont-elles véhiculées à travers les personnages et les imaginaires vidéoludiques ?

L’auteur nous dévoile avec brio les logiques racialisantes à l’œuvre au sein d’un marché économique très concurrentiel où des stéréotypes exotisants servent régulièrement à faire vendre un jeu. Il nous montre aussi comment la division internationale du travail et la hiérarchie économico-politique Nord/Sud pèse sur le marché du jeu vidéo et ralentit l’émergence de nouvelles représentations. Pourtant, de nombreux espoirs, notamment dans les pays du Sud participent au renouvellement de la culture geek : face aux violences racistes, la riposte s’organise.

Continuer la lecture de Parution : Racisme et jeu vidéo (M. Derfoufi)

Appel à contributions : Les livres ont-ils un genre ? XVIe-XXe s. (revue Histoire et civilisation du livre)

Les livres ont-ils un genre ? (XVIe-XXe siècles)

Revue Histoire et civilisation du livre

Échéance des propositions : 15 juillet 2021

Date prévue de parution : 2023 

Coordonné par Emmanuelle Chapron (Aix Marseille Université / EPHE), Sabine Juratic (CNRS/ IHMC)

Comité scientifique

Marie-Cécile Bouju (Univ. Paris 8 Vincennes-Saint-Denis), Jean-Charles Geslot (Univ. Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), Rémi Jimenes (Univ. Tours), Annette Keilhauer (Friedrich-Alexander Univ. Erlangen-Nürenberg), Edwige Keller-Rahbé (Univ. Lumière – Lyon 2), Sylvain Lesage (Univ. Lille).

Argumentaire 

Depuis la fin des années 1990, une bibliographie croissante s’est intéressée aux relations entretenues par les femmes avec les livres et, plus largement, avec le monde de l’imprimé en Occident. Les travaux ont mis en évidence la participation des femmes à la production et au commerce des livres, des ateliers d’Ancien Régime (Jimenes 2017) au développement des éditions féministes dans les années 1970 (Pavard 2005, Mazzone 2007), jusqu’à la place occupée par les « petites » maisons d’édition fondées par des femmes dans un champ éditorial, celui de la fin des années 1990, globalement guetté par une « révolution conservatrice » (Bourdieu 1999). Au cœur de nombreuses recherches, les lectrices ont été saisies à la fois comme construction normative (la lectrice idéale) et comme réalité sociale (von Tippelskirch 2011, Matamoros 2017). Les travaux ont éclairé les contraintes matérielles, sociales et culturelles qui s’exerçaient sur la lecture féminine, autant que la capacité des lectrices à s’en accommoder, à les contourner ou à les renverser à leur profit (Brouard-Arends 2003). Enfin, la place des femmes dans le champ littéraire, leur accès longtemps mesuré et contraint à la publication, le façonnement de figures d’autrices ont été questionnés dans la longue durée (Reid 2020).

Récemment, plusieurs travaux ont proposé une perspective plus englobante, embrassant l’ensemble du circuit du livre, dans la France (Broomhall 2002), l’Angleterre (Smith 2012) ou l’Italie (Richardson 2020) des xvie et xviie siècles : les femmes y sont saisies à leur table de travail, à écrire, traduire, préfacer, copier, préparer les textes pour la presse, dans l’atelier, la rue et les corporations de métier, dans leurs interactions avec les auteurs, les imprimeurs et les patrons, dans leur confrontation, plume à la main, avec le texte lu, offert, prêté ou échangé.

Il n’est plus contestable qu’observer les femmes à l’œuvre ou même, comme le suggère Brian Richardson, de regarder « how activities related to books looked through the eyes of the women », permet d’ouvrir des perspectives latérales, de produire un autre regard sur des réalités consolidées par l’historiographie, d’interroger différemment les manières de lire, les formes de l’auctorialité, le genre des inky fingers, les paratextes (Keller-Rahbé et Clément 2017), en bref d’examiner autrement l’ordre des livres.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les livres ont-ils un genre ? XVIe-XXe s. (revue Histoire et civilisation du livre)

Parution : L’intelligence artificielle des textes (D. Mayaffre, L. Vanni, dir.)

Damon Mayaffre et Laurent Vanni (dir.), L’intelligence artificielle des textes. Des algorithmes à l’interprétation, Honoré Champion, collection “Lettres numériques”, 2021

Les arts et les sciences du texte peuvent-ils tirer parti de la puissance nouvelle des machines ? Que peuvent nous apprendre les algorithmes de deep learning sur une œuvre, un auteur, un genre, une époque ? L’Intelligence artificielle peut-elle offrir à l’analyste des parcours de lecture inédits et faire émerger de nouveaux observables textuels comme autant de passages pertinents à interpréter ? En retour enfin, l’expertise linguistique du texte permet-elle d’éclairer la boite noire et le fonctionnement des réseaux de neurones artificiels ? C’est à ces questions ambitieuses que les auteurs de cet ouvrage, linguistiques, informaticiens, historiens, statisticiens essayent de répondre.

Consulter la table des matières.

Parution : Dystopias and Utopias on Earth and Beyond (D. A. Vakoch, ed.)

Douglas A. Vakoch (ed.), Dystopias and Utopias on Earth and Beyond. Feminist Ecocriticism of Science Fiction, Routledge, 2021

Presentation

Caught as we are in a grave climate crisis that seems more irreversible with every passing year, our literary portrayals of the future often feature the dystopian collapse of the world as we know it. Science fiction explores how we got here, while pointing toward a more hopeful path forward. From an ecofeminist perspective, a core cause of our current ecological catastrophe is the patriarchal domination of nature, playing out in parallel with the oppression of women. As an alternative to dystopian futures that seem increasingly inevitable, ecofeminist science fiction helps us conjure utopias that promote environmental sustainability based on more egalitarian human relationships.

Dystopias and Utopias on Earth and Beyond: Feminist Ecocriticism of Science Fiction explores the fictional worlds of such canonical novelists as Margaret Atwood, Octavia Butler, Ursula K. Le Guin, Doris Lessing, and Joan Slonczewski, as well as those of lesser-known science fiction writers, as they collectively probe humanity’s greatest existential threats. Contributors from five continents provide compelling analyses of far future dystopias on Earth that are all too easy to imagine becoming reality if humankind’s current trajectory continues, as well as provocative insights into science fiction utopias set on idyllic planets orbiting distant stars, which offer liberatory alternatives that might someday be actualized in the real world. By examining the links between the destruction of the environment and the domination of women, Dystopias and Utopias on Earth and Beyond provides the tools to counteract those intertwined oppressions, helping create a foundation for a truly habitable world.

Continuer la lecture de Parution : Dystopias and Utopias on Earth and Beyond (D. A. Vakoch, ed.)

Parution : Le charme du microphone (T. Bocquet)

Thelma Bocquet, Le Charme du microphone. Métamorphoses de la chanson dans la France des années 1930, UGA Éditions, 2021

Présentation

Le microphone est un exhausteur de son. Il permet à l’artiste, non pas de chanter plus fort, mais de baisser la voix. Il rend audible un chuchotement dans une grande salle de spectacle. Cet art de l’amplification sonore, encore balbutiant en France dans les années 1930, transforme radicalement le paysage musical et les codes de la performance vocale.

Quelques chanteuses et chanteurs d’avant-garde essaient d’apprivoiser le potentiel de l’instrument, tout comme les crooners américains une décennie plus tôt.Ils ajustent pour cela leur manière de chanter, tentent de répondre aux exigences de la technique par de subtiles adaptations. Souffle, gestuelle, diction, déplacements et expressions du visage se réinventent.
À la croisée de lectures socio-techniques, artistiques et historiques, ce livre propose d’explorer la façon dont le microphone et le corps de l’interprète se rencontrent, ouvrant ainsi la voie à la diversification musicale de la seconde moitié du XXe siècle.

Auteure

Diplômée de l’École des hautes études en sciences sociales, titulaire d’une licence en ingénierie et aujourd’hui professeure de chant, Thelma Bocquet offre un regard unique à l’intersection des arts, des sciences et des lettres.

Parution : Ecofeminist Science Fiction (D. A. Vakoch ed.)

Douglas A. Vakoch (ed.), Ecofeminist Science Fiction. International Perspectives on Gender, Ecology, and Literature, Routledge, 2021

Presentation

Ecofeminist Science Fiction: International Perspectives on Gender, Ecology, and Literature provides guidance in navigating some of the most pressing dangers we face today. Science fiction helps us face problems that threaten the very existence of humankind by giving us the emotional distance to see our current situation from afar, separated in our imaginations through time, space, or circumstance. Extrapolating from contemporary science, science fiction allows a critique of modern society, imagining more life-affirming alternatives.

In this collection, ecocritics from five continents scrutinize science fiction for insights into the fundamental changes we need to make to survive and thrive as a species. Contributors examine ecofeminist themes in films, such as AvatarStar Wars, and The Stepford Wives, as well as television series including Doctor Who and Westworld. Other scholars explore an internationally diverse group of both canonical and lesser-known science fiction writers including Oreet Ashery, Iraj Fazel Bakhsheshi, Liu Cixin, Louise Erdrich, Hanns Heinz Ewers, Larissa Lai, Ursula K. Le Guin, Chen Qiufan, Mary Doria Russell, Larissa Sansour, Karen Traviss, and Jeanette Winterson.

Ecofeminist Science Fiction explores the origins of human-caused environmental change in the twin oppressions of women and of nature, driven by patriarchal power and ideologies. Female embodiment is examined through diverse natural and artificial forms, and queer ecologies challenge heteronormativity. The links between war and environmental destruction are analyzed, and the capitalist motivations and means for exploiting nature are critiqued through postcolonial perspectives.

Continuer la lecture de Parution : Ecofeminist Science Fiction (D. A. Vakoch ed.)