Tous les articles par Aurélie Huz

Colloque : Temporalités alternatives. Uchronies, mondes parallèles, rétrofuturisme (Montréal, 17-19 mai 2023)

Colloque Temporalités alternatives. Uchronies, mondes parallèles, rétrofuturisme

17-19 mai 2023

Montréal

Organisé par Elaine Després, Jean-François Chassay, Gina Cortopassi, Antonio Dominguez Leiva, Hélène Machinal, Louis-Paul Willis

Programme

Toutes les séances seront diffusées sur zoom (https://uqam.zoom.us/my/centrefigura). Les heures indiquées sont celles de Montréal.

Mercredi 17 mai 2023

Salle Pierre-Bourgault – J-1450 (405, rue Sainte-Catherine Est)

9h20 – Mots de bienvenue

9h30-10h30

Présidence : Hélène Machinal

  • Conférence d’honneur d’Irène LANGLET, Du « mal de l’avenir » aux « futurs de la nostalgie ». Les émotions des temporalités alternatives

10h30-10h45 – Pause

 

Uchronies de l’intime

10h45-12h15

Présidence : Jean-François Chassay

  • Cassie BÉRARD, Contrefaire la mort. Les fictions extrêmes de David Vann
  • Stanislas DERRIEN, « Having no home other than the chronoclastic ether ». Temporalité instable et nostalgie réparatrice dans la fiction de Jasper Fforde
  • Louis-Paul WILLIS, Nostalgie des origines. Désir et atemporalité dans la série Dark

12h15-13h45 – Repas du midi sur place (offert aux participant.es)

 

Uchronie et histoire contrefactuelle

13h45-15h15

Présidence : Gina Cortopassi

  • Ivan BUREL, The Years of Rice and Salt de Kim Stanley Robinson. Défendre le progressisme occidental sans l’Occident?
  • Simon DANSEREAU-LABERGE, L’uchronie comme écriture ruiniforme. L’Après de la catastrophe dans The Yiddish Policemen’s Union et L’Avenir
  • Mélanie JOSEPH-VILAIN, Fonction(s) de l’uchronie dans Noughts and Crosses de Malorie Blackman

15h15-15h30 – Pause

15h30-16h30

Présidence : Louis-Paul Willis

  • Sophie MARCOTTE, « Mon pays, ce n’est pas un pays… ». Le Québec souverain dans Vies parallèles et La Maison-Bleue
  • Shannon WELLS-LASSAGNE, Making it Real/Reel. Newsreel in The Man in the High Castle and The Plot Against America
 

Jeudi 18 mai 2023

Salle PK-1140 (201, av. du Président-Kennedy)

Temporalités multiples et mondes parallèles

Présidence : Vincent Lavoie

9h30-11h

  • Marceau FORÊT, Utopie, uchronie, science-fiction. Des temporalités discordantes? Diachronie d’une opposition générique et de sa métabolisation dans les sciences humaines et sociales
  • Gaëlle DEBEAUX, Vers une cartographie du temps. Multiplication des récits et pensée du temps dans Cloud Atlas
  • Denis MELLIER, L’histoire du chat qui bifurque. Récit, figures, simultanéité (retour à Borges)

11h-11h15 – Pause

11h15-12h15

  • Hélène MACHINAL, Et si…. une autre espèce. Fictions de mondes possibles et spéciations divergentes
  • Sylvain DAVID, Hypothèses et méta-uchronie. L’épisode « If-Then-Else » de Person of Interest

12h15-13h45 – Repas du midi sur place (offert aux participant.es)

 

Boucles et paradoxes temporels

Présidence : Gabriel Tremblay-Gaudette

13h45-15h15

  • Antonio DOMINGUEZ LEIVA, Généalogies des boucles temporelles
  • André-Philippe LAPOINTE, Ambiguïté, dualité et simultanéité d’une perspective schrödingerienne
  • Arnaud REGNAULD, Grégory Chatonsky. La boucle et le flux

15h15-15h30 – Pause

15h30-16h30

  • Gaïd GIRARD, Les temps spectaculaires de Christopher Nolan
  • Bertrand GERVAIS, Une promenade en mer. Uchronies privées et lignes brisées en culture de l’écran
 

Vendredi 19 mai 2023

Salle PK-1140 (201, av. du Président-Kennedy)

Rétrofuturisme et résurgence du passé

Présidence : Laurence Perron

9h30-11h

  • Victor-Arthur PIÉGAY, No « no future! » Le paléofuturisme conservateur de Dr Stone
  • Anne BESSON, Le Moyen Âge comme fiction. Réflexions sur les passés imaginaires de la fantasy
  • Jessy NEAU, Recompositions géopolitiques et esthétiques de l’ère victorienne avec la gaslamp fantasy

11h-11h15 – Pause

11h15-12h15

  • Laure LÉVÊQUE, Quand les aiguilles tournent à l’envers. L’Horloge des siècles d’Albert Robida ou le progrès dans la régression
  • Fleur HOPKINS-LOFÉRON, Vanitas Vanitatum. Les spectateurs du temps qui passe dans les récits merveilleux-scientifiques

12h15-14h – Repas du midi libre au Central (30, Ste-Catherine Ouest)

 

Nostalgie du futur et travail de mémoire

Présidence : Sylvano Santini

14h-15h

  • Marie SOMMER, Ruines du futur
  • Elaine DESPRÉS, Du passé aux futurs. Temporalités, sérialité et déphasage dans Devs d’Alex Garland

15h-15h15 – Pause

15h15-16h45

  • Lisa HARISTOY, « Junkies stoned on history ». Échapper au présent dans The Tiger Flu de Larissa Lai
  • Sylvie BAUER, « What do you do with all these tenses, these continuous misplacements in time? » Collisions temporelles entre passé décomposé et futur désincarné dan Skin Elegies de Lance Olsen
  • Jean-François CHASSAY, Galileo au pays des merveilles (mathématiques)
 

Soirée à la Cinémathèque québécoise

(335, boul. de Maisonneuve Est)

18h30 – Projection du film Cours, Lola, cours de Tom Tykwer

20h – Cocktail dînatoire de clôture au Café-Bar

Appel à candidatures : chercheur·e postdoctoral·e (projet “POLARisation”, université de Limoges)

L’Université de Limoges recrute un.e chercheur.e Postdoctoral.e – Contractuel.le

Présentation de l’Université de Limoges

Créée en 1968, l’Université de Limoges est une université de proximité à taille humaine qui forme plus de 16.000 étudiants et emploie plus de 1 800 agents permanents.

Au cœur de l’Europe, c’est un important pôle d’enseignement supérieur pluridisciplinaire, dans un environnement des plus propices à l’épanouissement scientifique. Ouverte, elle est un lieu foisonnant d’interactions, avec une population étudiante multiple, des structures d’accueil efficaces, des équipes proches, des formations fondées sur des recherches de très haut niveau et pour des débouchés bien identifiés. Son excellence scientifique, avec des laboratoires de pointe et des partenariats de grande envergure, contribue à inventer le monde de demain.

Au sein de l’Institut  de Recherche Sciences de l’Homme et de la Société, qui regroupe 6 Unités de recherche, l’UR 1334 Espaces Humains et Interactions Culturelles, constituée en 2000, est animée par un peu plus de quarante enseignants-chercheurs qui lui sont rattachés à titre principal , ainsi que par une dizaine de chercheurs associés et par environ soixante doctorants.

EHIC travaille à l’essor de programmes interdisciplinaires intégrant des antiquisants, des francisants, des comparatistes, aussi bien que des germanistes, des anglicistes et des hispanistes (littéraires et civilisationnistes). L’équipe est habituée à travailler avec des spécialistes issus de disciplines évoluant hors de la sphère littéraire, comme, par exemple, les géographes ou les juristes.

La politique d’EHIC repose en bonne partie sur la prise de conscience que la recherche littéraire est apte à franchir les limites du domaine qui lui est traditionnellement assigné et qu’elle est appelée à se développer à l’intérieur de collectifs nationaux ou internationaux.

L’axe 3 d’EHIC « Espaces médiatiques(Genres et imaginaires) » se consacre au long cours à l’étude des récits multimédiatiques caractéristiques de la modernité (XIXe-XXIe siècles).

Continuer la lecture de Appel à candidatures : chercheur·e postdoctoral·e (projet “POLARisation”, université de Limoges)

Appel à contributions : “Écouter les genres de l’imaginaire : convergences sonores, musicales et théoriques dans les séries télévisées” (université de Perpignan via Domitia)

[English below]

Colloque international : Écouter les genres de l’imaginaire : convergences sonores, musicales et théoriques dans les séries télévisées

16, 17, 18 novembre 2023

Université de Perpignan via Domitia

Échéance des propositions : 31 mai 2023

Organisé par Florent Favard (université de Lorraine, CREM), Aurélie Huz (université Paris-Nanterre, CSLF) et Jérémy Michot (université de Perpignan Via Domitia, CRESEM)

Appel à communications

« You said memories become stories when we forget them. Maybe some of them become songs. »

(Clara Oswald, « Hell Bent », Dr Who, s09e12)

Musique et son, séries TV, genres de l’imaginaire : trois axes plus ou moins dynamiques mais indéniablement actuels de la recherche sur les cultures médiatiques, qui les a fréquemment croisés en duo plutôt qu’en trio. 

Ainsi, depuis la fin des années 2000, de nombreux ouvrages, articles et colloques ont été consacrés à l’étude des musiques de séries télévisées, qu’elles soient originales ou préexistantes, instrumentales ou chantées, diégétiques ou non diégétiques, comme en attestent les monographies de Jon Burlingame (1996), Ron Rodman (2010) et Janet K. Halfyard (2014) ou les collectifs de James Deaville (2011) et K. J. Donnelly et Philip Hayward (2013). Pleinement inscrites dans le domaine musicologique, ces recherches peinent néanmoins à trouver une place dans le champ universitaire francophone – le colloque pionnier Musiques de séries télévisées, tenu à Nantes en 2013, n’ayant pas été suivi d’un mouvement d’ampleur – tandis que, par contraste, les television et series studies connaissent un essor important dans la recherche en français. Les perspectives théoriques, fondées sur une narratologie renouvelée, des questions esthétiques ou de réception (Benassi, 2000 et 2020, Sépulchre 2017, Goudmand 2018, Favard 2019) côtoient les travaux sur les séries à succès (Star Trek, Game of Thrones), notamment dans les fan studies (Bourdaa 2015), et certaines réflexions plus spécifiquement consacrées aux séries des genres dits de l’imaginaire, fantasy et science-fiction en premier lieu, dont l’importance médiatique actuelle est indéniable (Favard 2018, Machinal 2020, Breton 2023).

De nombreux travaux ont aussi traité de la productivité sonore de ces genres de l’imaginaire. Toutefois, si les fictions audiovisuelles en constituent le terrain d’étude privilégié (davantage que la chanson ou la radio), les séries y sont largement minoritaires et le cinéma s’y taille la part du lion. En témoigne le riche corpus anglophone sur la musique et le sound design du cinéma de science-fiction (Hayward 2004, Whittington 2007, Bartkowiak 2010, Reddell 2018) : les perspectives génériques s’y articulent à l’histoire des techniques et des pratiques médiatiques – au profit toutefois du deuxième point (comprendre le son et la musique au cinéma) et souvent aux dépens du premier (comprendre le son et la musique dans la science-fiction au cinéma), tant s’est imposée l’idée (problématique) que la science-fiction constituerait « naturellement », par son type de monde, le terrain d’étude par excellence des innovations sonores au cinéma.

C’est pour combler ces lacunes et creuser des perspectives nouvelles que ce colloque choisit donc de partir plutôt d’un problème à trois corps : musique et son, série télévisée et genres de l’imaginaire y composent un trio de coordonnées dont il s’agit d’interroger les rapports mutuels à égalité, en prenant au sérieux les problématiques, les théories et les méthodes que chacun de ces objets a cristallisées autour de lui.

On cherchera ainsi à atteindre trois objectifs scientifiques complémentaires.

Premièrement, l’analyse musicologique et sonore nourrira une réflexion sur la poétique télésériale de l’imaginaire. Les dimensions matérielles, technologiques, sémiotiques, narratologiques, fictionnelles, culturelles et historiques composent en effet à la fois la réalité mouvante et « molle » de ces genres (Letourneux 2017 et 2022) et les procédés récurrents de leurs effets de sens. Comment les contraintes de production, les techniques de diffusion, les modes de consommation et la logique des formats des séries TV interagissent-ils avec la poétique sonore des œuvres rattachées à l’imaginaire ? Comment ces paramètres informent-ils l’écoute et la production de significations (fictionnelles, narratives, émotionnelles, idéologiques, etc.) associées au sonore ? Largement étudiés pour le texte littéraire (Saint-Gelais 1999, Langlet 2006, Besson 2015) et en moindre part pour l’image (Huz 2018), la construction de référents nouveaux (novums), le processus d’estrangement (Suvin 2016) ou d’étrangéification (Spiegel 2022) – entre émerveillement et distance critique – et la mise en place d’une xéno-encyclopédie imaginaire (Saint-Gelais 1999) dont les règles sont soit en rupture avec le réel, soit extrapolées rationnellement à partir de lui soit même incertaines, doivent encore être systématiquement explorés pour ce qui est de leurs leviers sonores et musicaux, qui trouvent dans les séries TV un espace de création très fertile. Il s’agira de réévaluer la poétique des genres à l’aune de la pluralité médiatique de leurs objets et de la diversité perceptive et sémiotique impliquée (Huz 2022).

Continuer la lecture de Appel à contributions : “Écouter les genres de l’imaginaire : convergences sonores, musicales et théoriques dans les séries télévisées” (université de Perpignan via Domitia)

Séance couplée : séminaire LPCM / séminaire PHisTeM, cycle “Cultural Studies” (CSLF, Paris Nanterre) – Vendredi 10 février 2023, 16h-18h30

Séance couplée : séminaire LPCM / séminaire PHisTeM, cycle “Cultural Studies”

Date : Vendredi 10 février, 16h-19h30

Lieu : Université Paris Nanterre – Bâtiment Max Weber, salle de séminaire 1

La séance sera également diffusée en ligne. Pour obtenir le lien de la réunion Teams et suivre à distance cet événement, merci de bien vouloir écrire à l’équipe organisatrice via l’adresse mail de contact : atelierlpcm@protonmail.com

Présentation

Le séminaire général du PHisTeM vise à offrir un panorama des recherches nouvelles en théorie littéraire, en histoire littéraire et en cultural studies ; cette année, il est également centré sur les programmes et les projets initiés en son sein, individuellement ou collectivement.

Cycle « Cultural Studies » organisé par Matthieu Letourneux et Aurélie Huz

 Le séminaire de recherche mensuel de la LPCM vise à favoriser les rencontres et les échanges entre les chercheur·se·s qui se spécialisent dans l’analyse des cultures populaires et médiatiques, quel que soit leur ancrage disciplinaire (littérature, sciences de l’information et de la communication, sociologie, histoire, économie, musicologie, humanités numériques…) et leur objet d’étude (littérature, bande dessinée, littérature jeunesse, cinéma, séries télévisées, productions transmédiatiques, musique, jeux vidéo, jeux, figurines, images…). 

Les séances ont lieu en co-modal.

Organisatrices : Fanny Barnabé (Epitech), Anaïs Goudmand (Sorbonne Université), Aurélie Huz (Université Paris Nanterre), Alice Jacquelin (Université Paris Nanterre)

Programme

  • Chloé Huvet (Université d’Évry) : « Refonder Alien : immersion dans l’univers audiovisuel de Prometheus et Alien : Covenant (R. Scott, 2012, 2017) »

Plus de trente ans après Alien, le 8e passager (1979), Ridley Scott opère une refondation du mythe du xénomorphe dont il est l’initiateur par le prisme de deux préquels lointains, Prometheus (2012) et Alien : Covenant (2017). En mobilisant différents outils de la cinémusicologie, de l’analyse filmique et du champ théorique, je proposerai au cours de mon intervention d’étudier de quelles manières la musique et le son de Prometheus et Covenant, partagés entre fascination et terreur, contribuent à donner corps aux nouvelles orientations scottiennes et s’inscrivent dans une optique de refondation de l’univers d’Alien. On verra tout d’abord comment le retour aux sources de la mythologie d’Alien dans Prometheus et Covenant se déploie à la musique et au sound design autour des origines de l’Homme et de la genèse du monstre. J’établirai ensuite comment l’univers sonore des deux préquels donne forme et remodèle l’univers biomécanique oppressant de la saga par des matériaux sonores aux frontières mouvantes, au sein d’une approche haptique et sensorielle généralisée.

  • Jérémy Michot (Université de Perpignan) : « Novum sonore, une étude de cas : Les dimensions musicales et parallèles de The OA (Partie 01) »

The OA, une série créée par Brit Marling et Zal Batmanglij (Netflix, 2016-2019), met en scène Prairie, une jeune femme portée disparue qui réapparait après sept ans d’absence. Cette dernière confie son histoire à quatre lycéen·nes et une enseignante, dans la pénombre d’une maison abandonnée : drame familial, séquestration, expérience de mort imminente, voyage entre les dimensions, multivers, rencontre avec des créatures cosmiques ou lovecraftiennes… sont au cœur des souvenirs ainsi que des récits que Prairie offre à ses auditeurs dans la partie I. Cet article explore la façon dont le son et la musique participent au caractère ainsi qu’à la narration trouble, tant au niveau formel que générique, de The OA. D’une part, en analysant les textures musicales minimalistes, leur renvoie à d’autres séries, ainsi qu’au cinéma de science-fiction, de l’autre, en montrant que la musique et autres effets sonores diégétiques apparaissent au cœur de l’intrigue, comme autant de territoires incarnés par le son.

Nous encourageons les participant·e·s à adhérer à la LPCM :

https://lpcm.hypotheses.org/adherer-a-lassociation

Parution : Le travail de l’obscure clarté dans Le Fantôme de l’Opéra de Gaston Leroux (Isabelle Rachel Casta)

Isabelle Rachel Casta, Le travail de l'”obscure clarté” dans Le Fantôme de l’opéra de Gaston Leroux, Classiques Garnier, Lettres modernes Minard, coll. “Archives des Lettres modernes“, 2023, rééd.

Le romancier Gaston Leroux a imaginé, dans son Fantôme de l’Opéra de 1910, un dispositif inédit où se font face art lyrique et art d’écrire, monstruosité légendaire et beauté archétypale. Ainsi le présent essai documente-t-il l’érotique mêlée des décors et des corps, au travail dans cette ode à la disgrâce.

Nombre de pages: 79

Parution: 25/01/2023

Réimpression de l’édition de: 1997

Collection:Archives des lettres modernes, n° 268

Consulter le sommaire ici.

Parution : À l’Est de l’étoile polar (Paul Bleton dir.)

Paul Bleton (dir.), À l’Est de l’étoile polar, Classiques Garnier, coll. “La Revue des Lettres modernes – Séries policières”, n° 3, 2023/1.

Fondée par Michel Minard en 1954, « La Revue des Lettres modernes » est une collection de séries monographiques et thématiques consacrées aux écrivains modernes et contemporains.

La LPCM vous invite à découvrir le sommaire.

Appel à contributions : Polars fantômes et autres spectres : séries et surnaturel (Revue des lettres modernes, Classiques Garnier)

Polars fantômes et autres spectres : séries et surnaturel

Volume collectif à paraître dans la collection “Séries policières”, La Revue des lettres modernes, Classiques Garnier.

Échéance des propositions : début juillet 2023

Dirigé par Isabelle Rachel Casta (Laboratoire Textes et Culture, EA 4028, Artois)

Appel :

“Je vois des gens qui sont morts… ils vont et ils viennent comme n’importe qui… ils ne se voient pas entre eux… ils ne voient que ce qu’ils ont envie de voir… ils ne savent pas qu’ils sont morts” (Cole dans The sixth sense)

Si tant est, dans l’esthétique postmoderne, qu’un genre puisse conserver ses spécificités, il paraît difficile de concilier les codes du polar avec ceux du surnaturel ; la résolution rationnelle des énigmes – même les plus apparemment insurmontables – demeure la règle la plus intangible du roman policier, et à part quelques cas d’école de type « Scooby Doo » ou « SOS Fantômes », la structure du récit (ou du film) de détection ne fait que rarement place au doute fantastique – si ce n’est sous forme de boutades, d’images, ou de superstitions populaires vite ridiculisées : dans le cultissime Mystère de la chambre jaune (Leroux), seuls les vieux domestiques crédules et les paysans du coin croient à une présence diabolique, mais ces remarques sont plus typifiantes que sérieuses ; d’ailleurs, pas un seul instant le policier Larsan ou le journaliste Rouletabille n’accordent le moindre crédit à ces allégations naïves : « Alors ? Alors… je commençais à croire au diable » (17) ; « C’est un mystère du diable ! » (57) ; « Je m’suis signée, quand j’ai entendu ça, comme si j’entendais l’diable ! » (93).

On retrouve le même procédé dans la plupart des romans de Leroux, par exemple dans Le Fantôme de l’Opéra : « La légende du fantôme avait bientôt pris des proportions colossales dans le corps de ballet. […]Tout était de la faute du fantôme, du fantôme de l’Opéra ! » (14), ou dans La Poupée sanglante : « C’est épouvantable !… C’est moi qui l’ai livrée au démon ! … Que Jésus ait pitié de nous ! » (t. 1 : 205), qui appartient effectivement à la science-fiction post-vernienne, mais pas par le biais que l’on croit.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Polars fantômes et autres spectres : séries et surnaturel (Revue des lettres modernes, Classiques Garnier)

Colloque : Musicaliser la langue. Le flow et la voix dans le rap (université Paris Cité)

Colloque international Musicaliser la langue : le flow et la voix dans le rap

18-19 novembre 2022

Université Paris Cité (Grands Moulins)

Organisé par Marion Coste (Héritages, CY Université), Hector Jenni (Thalim, Université Sorbonne Nouvelle) et Cyril Vettorato (CERILAC, Université Paris Cité)

Programme

Vendredi 18 novembre / Friday 18 November

10h : accueil des intervenant.e.s et du public.
10h30 : présentation du colloque

11h : FLOWS ET VOIX DU RAP FRANÇAIS

Juliette Hubert (Université Polytechnique Hauts-de-France), « Le flow “gang” selon Niska : comment faire de la trap qui fait “danser les gars” ».

Francesca Aiuti (Université Degli Studi Roma Tre), « “Vol 99 pour Neptune” : le flow afro-futuriste de Youssoupha ».

Hector Jenni (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle), « Le flow qui surine : violence de la performance rappée chez Booba ».

Garance Bressaud (EHESS), « Réceptions et usages de l’Auto-Tune dans le rap français amateur aujourd’hui ».

Continuer la lecture de Colloque : Musicaliser la langue. Le flow et la voix dans le rap (université Paris Cité)

Appel à contributions : Roman policier et démocratie (univ. Paris Nanterre)

[English below]

Colloque international Roman policier et démocratie 

22-23 juin 2023 

Université Paris Nanterre

Échéances des propositions : 15 janvier 2023

Organisé par le Centre de Recherches Anglophones (Université Paris Nanterre) et Queen’s University Belfast, en partenariat avec le Centre de recherches pluridisciplinaires multilingues (Université Paris Nanterre). 

 Appel à contributions

Ce colloque pluridisciplinaire explorera la relation complexe et multiforme entre le roman policier et la démocratie, de la fin du XIXe siècle à nos jours. 

La recherche a récemment mis en évidence la relation entre le roman policier et les institutions démocratiques, et montré qu’il est productif de mettre l’histoire du genre en rapport avec le développement et la consolidation des États libéraux occidentaux. Ce colloque vise à s’appuyer sur ces approches et à les étendre dans deux directions.  

Premièrement, il se focalisera sur la relation du roman policier non seulement avec les institutions étatiques mais aussi, plus généralement, avec la puissance transformatrice de l’esprit démocratique – un esprit qui a été et est encore, selon notre hypothèse de travail, l’une des forces motrices de la croissance et du succès du roman policier, dans ses diverses manifestations. Le colloque visera donc à mettre au jour des rapports entre l’histoire sociologique et culturelle du roman policier et la réalisation ou l’échec des aspirations démocratiques dans différents contextes nationaux et internationaux, à différentes périodes. Il tentera, d’un côté, de montrer comment le genre a pu représenter une force modernisatrice et démocratique au sein du champ littéraire dans son ensemble, notamment parce que son esthétique privilégie souvent des attitudes et des pratiques linguistiques vernaculaires, subvertissant ainsi les hiérarchies traditionnelles et ouvrant la voie à une vision plus égalitaire de la littérature. D’un autre côté, il pourra également mettre en évidence la façon dont le roman policier a parfois incarné des tendances réactionnaires, autoritaires ou prônant le vigilantism. Ces positions contradictoires au sein du genre – parfois au sein d’une même œuvre – reflètent à la fois sa diversité idéologique et les ambiguïtés du concept de démocratie, dont le sens peut varier considérablement suivant les lieux et les époques. Mais elles témoignent aussi, dans l’ensemble, du rôle du roman policier en tant que lieu littéraire où les impulsions et les valeurs démocratiques peuvent être mises à l’épreuve. 

Continuer la lecture de Appel à contributions : Roman policier et démocratie (univ. Paris Nanterre)

Appel à contributions : “La bande dessinée à voix haute / Comics Aloud” (Comicalités)

“La bande dessinée à voix haute / Comics Aloud”

Comicalités

Échéance des propositions : 12 janvier 2023

Dirigé par Benoît Glaude (UGent) & Ian Hague (London College of Communication, UAL)

Texte de l’appel

Comicalités et les directeurs de ce dossier sont à la recherche de contributions sur la bande dessinée à travers ses objets sonores. Ce dossier thématique étudiera comment les bandes dessinées peuvent être adaptées, remédiatisées et/ou transformées en œuvres acoustiques. Nous invitons les chercheuses et chercheurs de toutes disciplines à explorer la foisonnante histoire sonore du neuvième art, à travers ses adaptations acoustiques, et à étudier comment les sons ouvrent des possibilités et imposent des contraintes à ce média que l’on considère généralement comme visuel. Nous tenons ainsi compte de pratiques de réception, dont témoignent par exemple les auteurs Jacques Martin et Dennis O’Neil, qui soulignent l’importance des sons dans leur vocation artistique :

“Un jour, comme je me rendais à mon cours de piano, passant devant la fenêtre ouverte du patronage de Châtenay-Malabry, j’entendis des exclamations qui m’intriguèrent. J’entrai alors pour voir ce qui se passait. On projetait là une série de diapositives extraites des aventures de Tintin, les différentes voix étaient interprétées par un commentateur qui mimait l’action. […] Sous le coup de cette découverte sensationnelle, je rentrai chez moi pour annoncer à mes parents que je voulais devenir dessinateur de bandes dessinées.” (Jacques Martin (1921-2010) cité par Thierry Groensteen, Avec Alix, Tournai, Casterman, 1984, p. 17)

Continuer la lecture de Appel à contributions : “La bande dessinée à voix haute / Comics Aloud” (Comicalités)