Tous les articles par Aurélie Huz

Colloque : Cultures populaires et savantes. Frontières de la légitimité (université d’Artois)

Colloque doctoral international Cultures populaires et cultures savantes : frontières de la légitimité

9-10 septembre 2021

Université d’Artois (Arras), Maison de la Recherche, salle des colloques

Coorganisé par Anne Besson (Université d’Artois), Alain Boillat (UNIL) et Matthieu Letourneux (Université Paris-Nanterre)

Dans le cadre du programme doctoral « Dispositifs de vision : cinéma, photographie et autres médias »

Programme :

Jeudi 9 septembre 2021

Ouverture 9h

Mot d’accueil 9h30

Matinée
Séance 1 « Partages de l’autorité au XXe siècle »
(présidence, Alain Boillat)

9h45-10h30 : Séance ouverte par Alain Boillat, « Étude du cinéromanphoto de l’adaptation par AutantLara du Rouge et le noir de Stendhal (1954) : le rôle de légitimation de la référence au patrimoine littéraire français dans des médias populaires »

Pause

10h45-11h15 Sophie Bros (Nanterre) « Du cinéma à l’écrit : le genre de la novellisation ou la légitimité des pratiques culturelles en question »

11h15-11h45 Victoria Pleuchot (Artois) « La littérature prolétarienne : vers une légitimité de l’expérience ? »

11h45-12h15 : discussion

12h30-14h : déjeuner

Après-midi
Séance 2 « Commerce, culture et contre-culture »
(présidence, Matthieu Letourneux)

14h-14h45 Séance ouverte par Matthieu Letourneux, « Énonciation éditoriale et redéfinition de la valeur : l’exemple de Métal hurlant »

Pause

15h-15h30 Raphaël Oesterlé (UNIL) « Entre commerce et patrimonialisation : la pratique de rééditions des éditions Dupuis »

15h30-16h Camille Huygen (UNIL) « Étude des discours de réception, entre industrie cinématographique et mondes de l’art : le cas Giger »

16h-16h15, discussion

Pause

Séance 3 : « Art contemporain et cultures populaires »

16h30 Isabelle Bonnet (Paris 1 Sorbonne), « La photographie de « scène de crime » : la traduction de ses imaginaires dans le champ artistique »

17h Jade Cervetti (Artois), « Artivisme queer : la légitimation du travestissement performatif en France, transformations intra-communautaires et influence exercée par la culture savante »

17h30-18h : discussion

Vendredi 10 septembre

Matinée 2
Séance 4 « Images et imaginaires des genres littéraires et médiatiques »
(présidence Anne Besson)

9h45-10h30 Séance ouverte par Anne Besson, « La pertinence politique, une stratégie de légitimation à double tranchant pour les genres de l’imaginaire »

Pause

10h45 Aliénor Vauthey (UNIL-Artois), « Au coeur du taillis mercantile : les « beaux arbres » de la fantasy française »

11h15 Theodore Deghan (Nanterre), « Une légitimation impossible ? Ce que révèle la production académique dédiée au yaoi sur son sujet »

11h45 Elsa De Smet (PSL), « Portrait d’un trou noir : entre culture populaire et culture scientifique, une image qui fait événement »

12h15-12h45 : discussion

Webinaire Parodies audiovisuelles : « Silence, on détourne ! » (Jost)

François Jost, « Silence, on détourne ! »

14 mai 2021, 14h-15h30

Séance du webinaire Parodies audiovisuelles, organisé par le programme de recherche « Films et séries : Politiques des formes audiovisuelles » de l’unité de recherche RIRRA 21 (EA 4209), au sein de l’Université Paul Valéry Montpellier 3. Organisateurs : Sarah Hatchuel et David Roche.

Lien de connexion sur la page dédiée.

Présentation

Cette intervention part de la définition que Genette donne de la parodie : celle-ci est caractérisée par un critère fonctionnel (le ludique, par opposition au sérieux), un critère relationnel (la transformation vs l’imitation) et par son efficace dans des formes courtes.
Tous ces traits formels doivent être remis en cause pour penser les parodies audiovisuelles, notamment en raison de la métaphore du texte, qui, pour utile qu’elle fût, se révèle aujourd’hui insuffisante. À partir d’exemples filmiques ou télévisuels, on montre qu’il n’est guère de parodie sans imitation et qu’un aspect fondamental doit être pris en compte : le fait que l’activité parodique s’exerce in praesentia ou in absentia. Tout paramètre de l’image ou du son pouvant être parodié, le territoire de la parodie est immense. J’en recense ici différentes formes, plus ou moins identifiables ou compréhensibles selon les savoirs mis en jeu. Ce dernier critère permet de tracer une frontière entre parodies et mèmes.
Sémiologue et Professeur émérite en Sciences de l’information et de la communication de l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, François Jost est l’auteur de nombreux livres sur la télévision et la sémiologie des médias. En savoir plus.

Parution : Récits de l’apocalypse (Andrevon)

Jean-Pierre Andrevon, Récits de l’apocalypse. Catastrophes, cataclysmes et fins du monde, dans la littérature et au cinéma, Vendémiaire, 2021

Qu’y a-t-il de commun entre Mary Shelley, Edgar Allan Poe, J.G. Ballard et Mikhaïl Boulgakov? Ou entre Georges Méliès, Friedrich Wilhelm Murnau, Stanley Kubrick et Michael Haneke ? Ils ont prévu, représenté, décrit dans ses moindres détails, avec une verve éblouissante, la fin du monde. Jusqu’à en faire un spectacle inoubliable : une œuvre destinée à passer à la postérité, et à façonner nos imaginaires. À l’heure du Covid-19 et d’Ébola, des explosions chimiques, des bouleversements écologiques, du souvenir lancinant de Fukushima et de Tchernobyl, quelle hantise pourrait nous être plus familière ?

Pour la première fois, une encyclopédie répertorie, avec une érudition pointilleuse et une jubilation assumée, toutes les pluies de météorites, les séismes, les éruptions volcaniques, les tsunamis et les pandémies qui ont irrigué le champ du cinéma, comme ceux de la littérature ou de la bande dessinée, depuis le XIXe siècle. De Hector Servadac à Vongozero en passant par Akira ou Le Mur invisible, du Pic de Dante à Mad Max sans oublier La Route ou Le Jour d’après, c’est une farandole vertigineuse qui se déroule devant nous, à la fois horrifique et fascinante.

La fin du monde est bien un genre à part entière, auquel cette somme rend enfin justice.

Parution : Dérégler l’art moderne (Tillier)

Bertrand Tillier, Dérégler l’art moderne. De la caricature au caricatural, au XIXe siècle, Hazan, 2021

Depuis la Renaissance, les peintres ont pratiqué la caricature, d’abord comme un jeu d’atelier, puis comme une intervention politique et sociale à destination de l’opinion publique, à la faveur des Lumières et de la Révolution française. Tout au long d’un xixe  siècle attaché aux normes, aux genres et aux hiérarchies, qui a été le siècle de la reproductibilité technique des images et de la densification de leur circulation, le champ artistique s’est trouvé confronté à l’inflation des images satiriques. Grimaçante et expressive, la caricature a connu une expansion inédite, qui a d’abord été perçue comme une menace pour la peinture, d’autant que Hogarth, Goya, David, Delacroix ou Daumier s’y adonnaient.

Progressivement, cet objet partisan et utilitaire, doté d’une faible légitimité artistique et culturelle, considéré comme ingrat et régressif, quand il ne passait pour vulgaire, a pourtant été disjoint de ses intentions initiales  – le comique, la polémique et la critique –, pour devenir un langage formel. De la sorte, les procédés usuels de l’image satirique  – la déformation, l’exagération, l’altération ou la condensation  – se sont institués en moyens plastiques, selon un double processus de translation et de déterritorialisation qui caractérise aussi la modernité de Courbet, Cézanne ou Ensor.

Cet essai analyse comment, dans l’historiographie, la critique d’art et la pratique même des artistes, la caricature et son arsenal de dérèglements sont devenus, jusqu’au xxe  siècle, le lieu d’invention du caricatural, comme en témoignent les œuvres de Rouault, Klee, Grosz, Picasso, Erró, Basquiat ou Combas.

Parution : Architectures fictives (Eidôlon)

Eidôlon, n° 129 : « Architectures fictives« , sous la direction de Renaud Robert et Gaëlle Herbert de la Portbarré-Viard, Presses Universitaires de Bordeaux, 2021

Un intérêt renouvelé pour l’histoire des représentations de l’architecture a été éveillé par la floraison, depuis quelques années, de nouveaux supports d’image, dotés de moyens techniques nouveaux, grâce auxquels l’imaginaire architectural a pris une ampleur inédite : les jeux vidéo, les productions cinématographiques, la bande dessinée ou le roman graphique ont donné au décor une place prépondérante et l’architecture, mémorielle ou futuriste, y occupe une place de premier plan. Dès l’Antiquité, les architectures fictives jouent un rôle majeur dans le décor public ou privé ; aux époques médiévale et moderne elles investissent la littérature, mais aussi les arts visuels, notamment dans leur application aux décors feints du théâtre, des fêtes royales, des palais, voire même dans la peinture où les édifices imaginaires envahissent les arrière-plans.

Le présent volume a pour objet les rapports entre l’architecture et les autres arts à travers la question des architectures « rêvées », qu’il s’agisse de transposer l’architecture par le langage ou l’art pictural, ou d’imaginer des formes nouvelles entretenant avec les constructions existantes des rapports complexes, fondés sur l’emprunt, l’hybridation ou la réinvention.

Les contributions réunies couvrent un large éventail de manifestations artistiques (scénographie, installations, design, dessin, gravure) et de formes littéraires (poésie, roman, textes théoriques). Après une première publication consacrée à l’Antiquité, le volume est centré sur les époques moderne et contemporaine.

Continuer la lecture de Parution : Architectures fictives (Eidôlon)

Appel à contributions : Banlieue-poétique dans le rap et la littérature (Cergy Paris)

Journée d’étude Banlieue-poétique dans le rap et la littérature

18 mars 2022

Université CY Cergy Paris

Échéance des propositions : 1er octobre 2021

Organisée par Sylvie Brodziak, Marion Coste

L’espace urbain qu’est la banlieue est, au XXIème siècle, un des hauts lieux de la création artistique. Thème récurrent dans le rap et la littérature, il rompt avec la langue, questionne la forme et modifie les représentations. Il s’agira donc dans  cette journée d’étude d’explorer  la poétique que fait naitre la banlieue en littérature et dans le rap , tout en respectant la singularité des modes d’expression artistique.

En effet, la proximité thématique ne doit pas faire oublier que le rap, étant un genre musical, voire musical et visuel si l’on considère que le clip fait partie intégrante du morceau, s’exprime à travers des médias sonores, visuels et textuels, là où le roman ne s’exprime que par le texte, très partiellement par l’image si l’on prend en compte la couverture. Il s’agira dans cette journée d’étude de voir comment cette différence médiatique influe sur l’expression des banlieues. On étudiera aussi, autour de ce thème de la banlieue, les rencontres du livre et du rap, l’un pouvant citer l’autre dans l’optique de s’en démarquer ou au contraire de s’y associer. On pourra aussi interroger la façon dont la littérature et le rap s’approprient certaines caractéristiques de l’oralité des grands ensembles urbains, avec des ambitions variées : donner voix à celles et ceux qu’on n’écoute pas, contredire des discours stéréotypés sur les cités, alerter sur les conditions de vie et les dérives potentielles qui pourraient en découler, choquer son public ou renouveler les formes du roman, et la liste reste ouverte. Enfin, on pourra s’intéresser aux mises en scène de soi, dans le rap ou la littérature, de l’artiste comme banlieusard.

Ces quelques problématiques pourront être étudiées à travers l’analyse de romans accordant une place importante aux banlieues (Rachid Djaïdani, Faïza Guène, Kaoutar Harchi, Léonora Miano, Charles Robinson, Bakary Sakho, Sami Tchak entre autres) et des morceaux de rap –  de IAM à Niska, la liste serait trop longue à établir – appréhendés à la fois comme texte, musique et clip vidéo. Un intérêt tout particulier pourrait être apporté aux romans écrits par des rappeurs, comme René  ou Les Derniers de la rue Ponty de Disiz. Nous privilégierons les approches intermédiales, qui rapprocheront les pratiques musicales et littéraires autour de la description des banlieues, ainsi que les corpus d’étude associant textes littéraires et morceaux de rap.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Banlieue-poétique dans le rap et la littérature (Cergy Paris)

Appel à contributions : Théorie(s) de la science-fiction (ReS Futurae, n° 20)

« Théories de la science-fiction »

Revue d’études sur la science-fiction ReS Futurae

Dossier dirigé par Irène Langlet (université Gustave Eiffel)

Contact : irene.langlet@u-pem.fr

Échéances

Les propositions de contribution (env. 250 mots), accompagnées d’une brève bio-bibliographie, doivent parvenir à la responsable le 10 septembre 2021 au plus tard. Une première version des articles devra être rendue le 1er mars 2022, pour une parution au deuxième semestre 2022.

Les auteurs sont invités à consulter les consignes aux auteurs.

Appel à contributions

La revue ReS Futurae fêtera bientôt ses dix années d’existence. En 2012, son premier numéro fut lancé autour d’un dossier intitulé « Ce que signifie étudier la science-fiction aujourd’hui ». Le vingtième numéro (2e semestre 2022) donnera l’occasion de faire le point sur différentes notions critiques et théoriques telles qu’elles ont été abordées, évoquées ou discutées, en tout cas toujours utilisées pendant ces dix ans. Le panorama des études sur la SF était nécessaire lors du lancement d’une revue qui voulait s’y consacrer ; en 2022, il ne s’agira plus tant de réitérer cette cartographie académique des études sur la SF que de prendre de front, en tant que tel, le corpus théorique et critique dont nous voulons promouvoir l’installation durable dans ce paysage académique. Pour cet anniversaire, nous invitons les chercheurs et chercheuses prenant la science-fiction pour objet d’étude à discuter quelques questions fondamentales, en suivant les grandes avenues suivantes :

A. Comment penser la science-fiction ?

Disposons-nous actuellement d’un cadre conceptuel stable et reconnu pour analyser la science-fiction ? Quelles en sont les notions principales et comment s’articulent-elles entre elles – aisément, avec plus de difficulté, ou au contraire dans une forme d’ignorance réciproque ? Dans quelle mesure fondent-elles encore des recherches actives, ou bien sont-elles activement discutées ? Y a-t-il encore un besoin, et un bénéfice, à s’interroger sur une définition de la science-fiction, sur la fonction qu’y prend la science, ou encore sur des questions de généricité ? Par qui, avec quelles méthodes et quels enjeux d’interprétation et de construction de l’objet ? L’écart semble grand entre le « paradigme absent » proposé par Angenot il y a plus de quarante ans, dans le cadre d’une analyse de sémantique structurale, et le « sublime technologique » scruté par Csicsery-Ronay dans le cadre d’une histoire culturelle ; entre le spectacle merveilleux de la science nourri par la mystique scientiste de Jules Verne et le « sense of wonder » alimentant la première industrie culturelle de Gernsback ; entre les « prototopies » d’un Rumpala, inspirées des « lignes de fuite » deleuziennes, et le « design fiction », inspiré des modèles rhétoriques appliqués au storytelling d’entreprise – pour ne prendre que quelques exemples. Toutes ces notions se côtoient, souvent dans la confusion, parfois dans le débat structuré : il s’agirait d’en prendre la mesure, de dégager celles qui font consensus, et de prendre ainsi date dans l’objectivation, souvent difficile mais toujours nécessaire, d’une pratique symbolique dominante de notre temps.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Théorie(s) de la science-fiction (ReS Futurae, n° 20)

Parution : Transhumanism and Posthumanism in Twenty-First Century Narrative (Baelo-Allué, Calvo-Pascual, ed.)

Sonia Baelo-Allué, Mónica Calvo-Pascual (ed.), Transhumanism and Posthumanism in Twenty-First Century Narrative, Routledge, 2021

Presentation

Transhumanism and Posthumanism in Twenty-First Century Narrative brings together fifteen scholars from five different countries to explore the different ways in which the posthuman has been addressed in contemporary culture and more specifically in key narratives, written in the second decade of the 21st century, by Dave Eggers, William Gibson, John Shirley, Tom McCarthy, Jeff Vandermeer, Don DeLillo, Margaret Atwood, Cixin Liu and Helen Marshall. Some of these works engage in the premises and perils of transhumanism, while others explore the qualities of the (post)human in a variety of dystopian futures marked by the planetary influence of human action. From a critical posthumanist perspective that questions anthropocentrism, human exceptionalism and the centrality of the ‘human’ subject in the era of the Anthropocene, the scholars in this collection analyse the aesthetic choices these authors make to depict the posthuman and its aftereffects.

Continuer la lecture de Parution : Transhumanism and Posthumanism in Twenty-First Century Narrative (Baelo-Allué, Calvo-Pascual, ed.)

Parution : Poétique du Chat Noir (Crépiat, Saint-Amand, Schuh, dir.)

Caroline Crépiat, Denis Saint-Amand et Julien Schuh (dir.), Poétique du Chat Noir, Presses universitaires de Paris Nanterre, 2021

Suivez les pas du « Chat Noir » (à la fois cabaret, collectif, revue) dans l’ambiance montmartroise de la fin du XIXe siècle et (re)découvrez-le dans une étude centrée sur sa production écrite.

*

Malgré le regain d’intérêt, ces quinze dernières années, pour l’étude de la presse du XIXe siècle, un titre phare de la fin de siècle, Le Chat Noir, n’a jamais fait l’objet d’une étude approfondie en tant que journal. C’est en effet surtout à l’histoire de l’art ou de la culture montmartroise que nous devons la majorité des recherches sur ce périodique, qui est souvent réduit à une fonction d’archive. Ses textes, ses illustrations, relevant essentiellement de la blague, n’auraient guère d’intérêt, à l’exception des productions de quelques collaborateurs notoires – Paul Verlaine, Alphonse Allais, Léon Bloy, Caran d’Ache, Jules Jouy, Charles Cros, Willy, George Auriol, Adolphe Willette – qu’on a souvent détachées de leur contexte de publication original pour les mettre en recueil. Comment expliquer alors la longévité de cette feuille – quinze ans, 690 numéros – si son contenu était d’une telle indigence ? Ce livre se propose de poursuivre l’exploration du Chat Noir – entendu ici comme l’ensemble des pratiques qui s’organisent sous cet emblème : une revue, un cabaret et un collectif – en envisageant comme centrale la question de la production écrite. En somme, de prendre au « SÉRIEUX QUAND MÊME » les écrits d’un collectif qui, de façon systématique, tourne en dérision tout discours sérieux et les codes qui en découlent, et peut à ce titre aujourd’hui souffrir de sa réputation blagueuse.

Appel à contributions : Créer et incarner des créatures fantastiques (Festival Atrebatia, Arras)

Colloque Créer et incarner des créatures fantastiques

18 et 19 février 2022

Dans le cadre du Festival Atrebatia (Arras)

Échéance des propositions : 30 septembre 2021

Organisé par Anne Besson et Audrey Tuaillon Demésy

 

Argumentaire

La littérature contemporaine n’est pas avare de créations de mondes imaginaires. Popularisés grâce à J. R. R. Tolkien et le Seigneur des Anneaux, les mondes « secondaires » sont devenus des espaces et des temps que le lecteur explore à l’envi et dans lesquels il peut s’immerger. Que l’ancrage soit plutôt celui de la fantasy (Game of Thrones, Orcs, etc.) ou celui de la science-fiction (Altered Carbon, Dune, Black-out, etc.), l’univers fictionnel forme un lieu à parcourir, en suivant les aventures des protagonistes. Mais les « genres de l’imaginaire » (Besson, 2015) dépassent le cadre littéraire et se déclinent aussi selon d’autres formes de loisirs, notamment les jeux de rôle (Shadowrun, Donjons & Dragons, etc.), les jeux vidéo (The Last of Us, The Witcher) ou ceux de plateau (Net Runner, La Guerre de l’Anneau, etc.).

Au-delà, cette exploration ludique s’exporte en dehors du cadre purement fictionnel : la création et l’incarnation de personnages fantastiques devient un autre moyen de voyager au sein d’univers alternatifs. Ainsi, le monde imaginaire peut être « mis en vie » et devient sensible par le biais de pratiques corporelles puisque certaines activités ludiques consistent à fabriquer et expérimenter l’altérité fantastique.

Diverses formes de loisirs peuvent entrer dans cette catégorie. Le bodypainting, par exemple, est une forme d’art visant à métamorphoser le corps – grâce à une peinture corporelle – et à évoquer, entre autres, des créatures imaginaires (fées, naïades, etc.). Dans cette même logique, le cosplay est une manière de « jouer costumé » des personnages de fiction, issus aussi bien de romans, de comics ou de mangas que de jeux vidéo. Dans cette continuité, le jeu de rôle Grandeur nature (GN) est un autre moyen de créer des personnages imaginaires : scénarisées, ces rencontres de GN sont aussi des moments permettant de se métamorphoser en elfe, en troll ou en vampire. D’autres loisirs peuvent cibler plus spécifiquement certains peuples de fiction. Ainsi en est-il de la pratique du mermaiding qui consiste à fabriquer sa queue de sirène et à l’utiliser en immersion aquatique ou des zombies walks qui sont, quant à elles, des occasions de se déguiser en mort-vivant et d’adopter leur démarche si caractéristique. Enfin, les orcs forment aussi une catégorie à incarner à part entière (Blanc, 2018).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Créer et incarner des créatures fantastiques (Festival Atrebatia, Arras)