Tous les articles par Aurélie Huz

Appel à communications : colloque “la fabrique de la bande dessinée”

Colloque international La Fabrique de la bande dessinée. Perspectives socio-logiques sur la bande dessinéeorganisé par Pascal ROBERT dans le cadre de l’Année de la bande dessinée 2020

 

École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques (ENSSIB) / École de recherche de Lyon en sciences de l’information et de la communication (Elico)

ENSSIB, 5-6 mai 2020

Date limite d’envoi des propositions : 14 février 2020

 

La bande dessinée a souvent été abordée au travers d’un prisme sémiotique, ce qui est en soi tout à fait légitime. Mais la bande dessinée ce n’est pas seulement un Texte, ou plutôt un hybride texte-image, c’est aussi des auteurs qui en font les scénarios et qui les dessinent, des éditeurs (et des imprimeurs ainsi que des distributeurs), petits ou grands, aux logiques plus ou moins expérimentales, des supports variés, de la revue au numérique en passant par l’album notamment, des festivals qui la célèbrent, du plus connu au plus méconnu, des libraires – souvent passionnés – qui la vendent, notamment dans des boutiques spécialisées, des bibliothécaires – non moins passionnés – qui la mettent en avant dans leurs médiathèques grâce à des expositions ou des conférences, des critiques également qui en parlent et singulièrement dans des revues papiers ou sur des sites internet… Bref, la bande dessinée c’est tout au monde de créateurs et de médiateurs qu’il faut décrire et analyser pour mieux le comprendre.

Il nous a semblé que, dans le cadre, de cette année 2020 consacrée à la bande dessinée, il serait peut-être judicieux de faire le point sur les travaux qui rendent compte de ces différentes facettes du monde, complexe, de ceux qui font la bande dessinée. Autrement dit, il s’agit d’ouvrir la boîte noire de la fabrique de la bande dessinée. L’approche ne peut être que pluridisciplinaire, c’est pourquoi il est bien question de socio-logies au pluriel, qui ne sont pas forcément des sociologies au sens disciplinaire du terme, mais au sens d’un type d’approche que peut pratiquer aussi bien le civilisationniste, le littéraire, que l’historien du présent et de la culture, le spécialiste d’information-communication comme le sémioticien ouvert à la question de la pluralité des supports.

Les mémoires, thèses, livres et articles se multiplient sur ces questions ces dernières années, il est temps d’essayer de dresser la carte de ce vaste paysage. Ce colloque voudrait être l’un des lieux où ces approches vont pouvoir à la fois s’exposer, se rassembler, se découvrir parfois, dialoguer, apprendre les unes des autres, bref s’enrichir mutuellement.

Continuer la lecture de Appel à communications : colloque “la fabrique de la bande dessinée”

Impression, projection. Une histoire médiatique entre cinéma et journalisme

Richard Bégin, Thomas Carrier-Lafleur, Mélodie Simard-Houde (dir.), Impression, projection. Une histoire médiatique entre cinéma et journalisme, Presses de l’Université Laval, coll. “Littérature et imaginaire contemporain”, 5 novembre 2019, 316 pages.

Le cinéma et la presse ont toujours possédé un grand nombre d’affinités électives, de même qu’ils ont toujours été en compétition. Leurs canaux de diffusion et leurs plateformes ne cessent de se croiser, depuis les actualités filmées du début du XXe siècle jusqu’au journalisme participatif du Web 2.0. Leurs matériaux et leur langage connaissent également des hybridités et des échanges foisonnants, que le journalisme investisse petit et grand écrans ou que le cinéma absorbe la matière journalistique. De nouveaux genres cinématographiques – tels le reportage cinématographique et le film-enquête –, et genres journalistiques – telle la critique cinématographique – en sont nés. À ces remédiations s’ajoutent les représentations réciproques, le cinéma ayant continuellement mis à l’épreuve le journalisme, le journalisme ayant participé à l’avènement comme à l’institutionnalisation du cinéma. À travers les alliances et les rivalités, les correspondances et les contradictions, les simultanéités et les renversements, ce volume propose ainsi d’explorer la redéfinition continuelle de nos médias et de leurs identités.

Colloque : L’essai médiatique

Colloque international L’Essai médiatique, université Paris-Est Marne-la-Vallée, 25-27 novembre 2019

Organisé par Irène Langlet (EA 4120 LISAA, Université Paris Est Marne-la-Vallée UPEM) et Chloé Ouaked (EA 1087 EHIC, université de Limoges)

PROGRAMME

Lundi 25 novembre – Approches génériques

Irène Langlet (UPEM) : Au-delà du genre : à quoi sert l’essai en régime médiatique?

Thomas Faye (Université de Limoges) : Ecriture graphique et méta-réflexion essayistique : le fond à l’épreuve de la forme. L’exploration des limites de l’humour par Adanti dans Disparen al humorista (2017)

Sébastien Févry (Université Catholique de Louvain-la-Neuve) : L’essai-utopie comme archi-genre contemporain. Enjeux et contours d’une forme transmédiatique

Natacha Levet (Université de Limoges) : Ce que le polar fait à l’essai : littérature de genre et essai médiatique 

Bamchade Pourvali (UPEM / Ecole Polytechnique): L’essai au cinéma, une forme revendiquée de la modernité

Projection d’un essai filmique (peut-être bien Godard!)

Continuer la lecture de Colloque : L’essai médiatique

Appel : le XIXe siècle en série(s)

Appel à communications – Atelier de la SERD, Paris, équipe ELH (UT2J), 20 novembre 2020

Présentation

L’époque contemporaine voit « une part vertigineuse des objets culturels qui nous entourent met[tre] en jeu les mécanismes d’une communication sérielle » caractérisée par la multiplicité et la diversité de de ses supports (Matthieu Letourneux). Le triangle traditionnellement formé par un auteur, son œuvre et son lecteur a laissé place à des mécanismes de réception protéiformes, au gré de la circulation d’une matière fictionnelle qui essaime d’un support et d’un public à l’autre avec une facilité déconcertante. Du roman à la bande-dessinée, en passant par le film, l’animation ou encore les produits dérivés, les univers fictionnels se déclinent à l’envi, faisant fi des frontières génériques, esthétiques ou médiatiques.

Parmi ces nouveaux modes de diffusion du récit, la série télévisée occupe aujourd’hui une place privilégiée, au point d’apparaître comme un « laboratoire incontournable de la fiction » (Claire Cornillon). Déjà forte d’une tradition de plusieurs décennies, initialement en butte à une défiance qui n’est pas sans rappeler les réserves formulées par les contempteurs de la « littérature industrielle » à l’encontre du roman-feuilleton, la série télévisée s’est en effet définitivement imposée comme un espace de création particulièrement fécond. Le succès à la fois commercial et critique de sagas majeures comme Game of thrones est ainsi révélateur de la légitimité progressivement conquise par un médium de masse longtemps relégué du côté d’une « médiaculture » largement entendue comme « sous-culture ».

Continuer la lecture de Appel : le XIXe siècle en série(s)

appel : séries américaines de networks des années 1990

Appel à communications – Colloque dans le cadre du projet « Network TV » et du programme GUEST-Occitanie

Université Paul-Valéry Montpellier 3 (RIRRA 21), 27-28 février 2020

Organisatrices : Claire Cornillon, Université de Nîmes, RIRRA 21 et Sarah Hatchuel, Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA 21

 

À la suite des journées d’études consacrées aux séries américaines de networks des années 1950 à 1970 (Montpellier, mai 2018) et des années 1980 (Montpellier, février 2019), ce colloque entend aborder les séries de la décennie suivante. Dans la continuité du bouleversement des années 1980 avec la fin du monopole des networks, à travers les expérimentations narratives et esthétiques de Twin Peaks et X-Files, l’ambition réaliste d’Urgences, les fantaisies d’Ally McBeal et la prise en compte des évolutions sociétales de Friends, les années 1990 ont joué un rôle crucial dans l’apparition de nouveaux formats, la complexification des formats précédents et la starification de la figure du showrunner (Chris Carter, Joss Whedon, David E. Kelley).

Nous invitons des contributions, en français ou en anglais, sur les aspects esthétiques, narratifs, historiques, économiques, sociologiques, médiatiques, idéologiques, politiques ou culturels des séries des années 1990. Les propositions (300 mots maximum), accompagnées d’une notice biographique (200 mots maximum) sont à envoyer avant le 30 septembre 2019 aux deux organisatrices :

Claire Cornillon, Université de Nîmes, RIRRA 21, claire.cornillon@unimes.fr

Sarah Hatchuel, Université Paul-Valéry Montpellier 3, RIRRA 21, s_hatchuel@hotmail.com

Comité scientifique : Donna Andréolle (Université du Havre), Claire Cornillon (Université de Nîmes), Florent Favard (Université de Lorraine), Sarah Hatchuel (Université Paul-Valéry Montpellier 3), David Roche (Université Toulouse Jean-Jaurès), Dennis Tredy (Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle), Shannon Wells-Lassagne (Université de Bourgogne)