Tous les articles par Aurélie Huz

Appel à contributions : Les personnages de l’ombre dans la littérature et les arts (revue Pagaille)

« Les personnages de l’ombre dans la littérature et les arts »

Revue Pagaille

Échéance des propositions : 18 juin 2021

Date de parution prévue : juin 2022

 

Mais que serait Sherlock Holmes sans Mrs Hudson ? 

Si les lecteurs de Conan Doyle ont déjà pu se demander ce que ferait le célèbre détective sans le docteur Watson, combien se sont préoccupés de Mrs Hudson ? Combien se sont demandé pourquoi Sherlock Holmes bénéficiait d’un logement bon marché chez elle, pourquoi la logeuse s’occupait de lui comme d’un enfant gâté, supportant tous les importuns qui se pressent à la porte de son locataire excentrique, capricieux, hyperactif, drogué, puéril et bruyant ?

Que nous apprennent des personnages comme Mrs Hudson, ces êtres souvent invisibles et muets, écrasés par les puissances géniales des personnages principaux ? Il ne s’agit pas seulement de s’intéresser ici aux personnages dits secondaires mais de remonter plus loin dans le degré d’insignifiance. Jusqu’à ces petits personnages qui constituent plutôt une sorte de toile de fond à l’intrigue, travaillent dans l’ombre, apparaissent pour disparaître aussitôt, alors même qu’ils peuvent parfois jouer le rôle d’éminences grises.

Les propositions d’articles pourront s’inscrire dans un ou plusieurs des axes suivants, en adoptant une perspective comparatiste :

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les personnages de l’ombre dans la littérature et les arts (revue Pagaille)

Parution : Dossier « Intervalles sériels » (Sens public)

Sens public, dossier « Intervalles sériels », sous la direction de Thomas Carrier-Lafleur, Frédérique Khazoom, Marta Boni, mars 2021.

Le contexte médiatique contemporain est riche en expériences sérielles : pensons au roman-feuilleton, aux franchises cinématographiques, au cinéma conçu dans son histoire intermédiale et sérielle, à la BD, aux séries télévisées qui se déclinent sur tous les médias, aux jeux vidéo et, surtout, à l’engagement multiforme et interminable des publics qui suivent ces récits pluriels1. Ce dossier est né de la volonté de traiter de manière approfondie un aspect précis, mais incontournable, de l’essence des séries : les intervalles2.

L’intervalle, qu’il soit distance spatiale ou période de temps, est un écart existant entre deux valeurs : appréhendé en tant que phénomène dépassant les frontières médiatiques et disciplinaires, il est un concept qui intéresse à la fois notre relation aux contenus et la façon de construire notre connaissance du réel. Ces interruptions, interstices, pauses, blancs et temps d’arrêt nous demandent de faire attention aux frontières, au rythme et donc à l’identité propre d’une expérience sérielle3. Nous les subissons (la pause publicitaire imposée, la fin d’une saison, la livraison discontinue des tomes d’une saga de romans ou de jeu vidéo) ou nous décidons de les impartir au contenu (arrêter la lecture à un moment plutôt qu’un autre). Ces « vides » qui nous alertent de la fin, ces vides que la fin (toujours provisoire ?) d’un récit produit en nous et avec nous, sont à penser comme des moments nécessaires aux séries et même des espaces productifs.

Dans la course à pied, l’athlète qui s’entraîne par intervalles ajoute de pauses utiles entre les efforts, ce qui lui permet de récupérer de l’effort précédent, mais de façon incomplète. L’intervalle est donc à concevoir comme une méthode pour améliorer sa performance. Pour l’étude des médias, l’intervalle possède un rôle heuristique : il est une interruption qui se révèle utile à l’analyse car il brise une continuité, nous permettant de faire ressortir des œuvres là où autrement il y aurait un flot ininterrompu ; il permet de trouver de la discrétion dans la continuité des flux4. [Lire la suite du texte de présentation…]

Continuer la lecture de Parution : Dossier « Intervalles sériels » (Sens public)

Parution : Histoire du livre et de l’édition. Production et circulation, formes et mutations (Yann Sordet)

https://www.fabula.org/actualites/documents/100779.jpgYann Sordet, Histoire du livre et de l’édition. Production et circulation, formes et mutations, Albin Michel, coll. « L’Évolution de l’Humanité », 2021.

De l’invention de l’écriture à la révolution numérique, l’ambitieuse synthèse de Yann Sordet, richement documentée et illustrée, retrace les grandes étapes et révolutions de l’histoire du livre, à travers sa production, son économie, sa circulation et sa régulation, mais aussi ses usages, formes et mutations majeures – expansion du codex au début de l’ère chrétienne, mise au point de la typographie en Europe au xve siècle, invention des périodiques au début du xviie, engagement de la librairie dans la société de consommation et mondialisation du marché de l’édition depuis le xixe, dématérialisation des procédés au xxe siècle…

Cette vaste enquête embrasse ainsi l’ensemble de la production écrite, quelles que soient sa vocation – pédagogie, savoirs, combat, culte, information – et ses formes – succès de librairie parfois planétaires, almanachs, publications éphémères et imprimés du quotidien –, tout en interrogeant une ambiguïté fondatrice : à la fois objet manufacturé et produit marchand, le livre est aussi un bien symbolique, une oeuvre à la valeur identitaire forte.

Elle porte enfin une grande attention à la diversité des acteurs de cette histoire générale du livre et de l’édition – auteurs, législateurs, copistes, artistes enlumineurs ou graveurs, imprimeurs-libraires puis éditeurs, mais aussi lecteurs, collectionneurs, bibliothécaires – et à leurs interactions.

Continuer la lecture de Parution : Histoire du livre et de l’édition. Production et circulation, formes et mutations (Yann Sordet)

Parution : Textes à vif. Tatouages, transferts et performances (Revue La Peaulogie, n° 5)

La Peaulogie. Revue des sciences sociales et humaines sur la peau, n° 5, « Textes à vif. Tatouages, transferts et performances », hiver 2020.

Marques corporelles, inscriptions, traces, piqûres, griffures, fleurs de bagne, bousilles, brouillages, matricules, ce numéro explore la mise en scène encrée du corps à travers différentes pratiques artistiques, sociales, esthétiques et éthiques. Que dit la citation sur le corps ? Comment le corps tatoué s’inscrit‑t‑il dans l’espace ? Comment est‑il lu, vu, perçu ? Comment devient‑il lisible ? Que performe‑t‑il ? Le tatouage relève‑t‑il d’une littérature dessinée, calligraphiée, performée ?

Dans la lignée du volume consacré à l’imaginaire du tatouage (La Peaulogie, 4) et dans le cadre du projet pluriannuel, international, et transdisciplinaire La littérature dans la peau, le numéro Textes à vif. Tatouages, transferts, performances analyse la mise en texte du corps, en étant davantage centré sur l’art corporel. On y interroge notamment la pratique du tatouage, de l’auto‑tatouage et la façon dont ces marquages sont représentés au cinéma, dans la chanson, la littérature et le spectacle vivant. Écrire, créer et encrer convergent dans des espaces de création, de sociabilité et de constructions identitaires qu’il s’agit d’étudier pour mieux comprendre la façon dont le corps qui parle est semblable au langage performatif lorsqu’il est tatoué.

Ce numéro propose donc de cartographier et de mettre en lumière des occurrences de textes à vif au cinéma (Jean Vigo, Peter Greenaway, Christopher Nolan), dans la chanson réaliste (Marie Dubas, Aristide Bruant), le roman victorien (A Laodicean de Thomas Hardy), la fiction contemporaine comme dans la bande dessinée (Paco les mains rouges), ou encore à travers des poèmes‑portraits et les pratiques d’artistes performeurs comme Jean‑Luc Verna et Yoann Sarrat, de façon à mieux comprendre la richesse de ces corps‑écrans, corps‑scènes et autres corps‑livres.

Continuer la lecture de Parution : Textes à vif. Tatouages, transferts et performances (Revue La Peaulogie, n° 5)

Parution : Cultural Theory and Popular Culture. An Introduction (John Storey, 9e éd.)

John Storey, Cultural Theory and Popular Culture. An Introduction, Routledge, 9e éd., 2021

Presentation

In this ninth edition of his award-winning introduction, John Storey presents a clear and critical survey of competing theories of, and various approaches to, popular culture. Its breadth and theoretical unity, exemplified through popular culture, means that it can be flexibly and relevantly applied across a number of disciplines.

Retaining the accessible approach of previous editions and using appropriate examples from the texts and practices of popular culture, this new edition remains a key introduction to the area.

New to this edition:

  • updated throughout with contemporary examples of popular culture
  • revised and expanded sections on Richard Hoggart and Utopian Marxism
  • brand new discussions on Black Lives Matter and intersectionality
  • updated student resources at www.routledge.com/cw/storey

This new edition remains essential reading for undergraduate and postgraduate students of cultural studies, media studies, communication studies, the sociology of culture, popular culture and other related subjects.

Continuer la lecture de Parution : Cultural Theory and Popular Culture. An Introduction (John Storey, 9e éd.)

Parution : Généalogies imaginaires (À l’épreuve, n° 7)

À l’épreuve, n° 7, « Généalogies imaginaires », sous la direction de Sixtine Audebert, Sara Maddalena et Julie Moucheron, 2021.

Revue interdisciplinaire dirigée par les doctorants du RIRRA21

L’engouement pour la généalogie, non encore démenti depuis sa survenue dans les années 1980, traduit une fascination largement partagée pour le mystère des origines. À travers la recherche d’un lignage, la personne qui mène une enquête généalogique en amateur vise à inscrire son existence dans un continuum familial et mémoriel. Le lien recherché est tout à la fois biologique et social, intime et « extime ». À l’échelle des groupes et des communautés, la pratique est universelle : chaque religion, chaque dynastie, commence par énoncer le nom des ancêtres et des patriarches qui l’ont fondée, en fusionnant au besoin les régimes du mythe, de l’histoire et de la légende. Ces questions ont déjà été abondamment étudiées par la psychologie, l’anthropologie ou encore l’histoire. On propose de les aborder du point de vue individuel ou collectif des écrivains et des artistes.

Cette septième livraison de la revue interdisciplinaire À l’épreuve est l’occasion d’investiguer la construction et les usages des « généalogies imaginaires » dans les pratiques et les discours artistiques et littéraires. En accord avec l’esprit d’ouverture de la revue et la volonté d’accueillir des contributions variées en sciences humaines et sociales, aucune restriction de corpus liée à des critères historiques ou géographiques n’a été suggérée. La problématique du numéro suggère un cadrage plutôt sociologique  des travaux : là aussi, les auteur·e·s ont été libres de leurs choix théoriques.

Continuer la lecture de Parution : Généalogies imaginaires (À l’épreuve, n° 7)

Parution : Dynamiques de l’effondrement dans le fantastique, la fantasy et la SF (Caliban, n° 63)

Caliban, n° 63, « Dynamiques de l’effondrement dans le fantastique, la fantasy et la SF / Dynamics of Collapse in Fantasy, the Fantastic and SF« , sous la direction de Florent Hébert et Cyril Camus, 2021.

Alors que beaucoup appellent désormais non à prévenir une lointaine apocalypse, mais à freiner un effondrement en cours (climatique, énergétique, etc.), ce recueil applique la réflexion technique et anthropologique des collapsologues aux fictions de l’imaginaire. Fort de ce cadrage plus politique qu’eschatologique, il étudie des œuvres récentes influencées par le contexte de l’effondrement, et relit des œuvres anciennes à la lumière de cette nouvelle perspective. Les articles portent sur des œuvres littéraires, des séries télévisées, ou encore des jeux de société. Textes québécois, philippin et irlandais s’ajoutent au corpus étasunien et britannique. L’apocalypse scientifique de la fiction de la Guerre froide est confrontée aux classiques de la fantasy, et la désintégration sociopolitique aux impacts des pandémies et du changement climatique.

Continuer la lecture de Parution : Dynamiques de l’effondrement dans le fantastique, la fantasy et la SF (Caliban, n° 63)

Parution : Majeur / Mineur. Vers une déhiérarchisation de la culture (dir. Saint-Jacques & Suchère)

Camille Saint-Jacques, Éric Suchère (dir.), Majeur / Mineur. Vers une déhiérarchisation de la culture, L’Atelier contemporain, coll. « Beautés », 2021.

Qu’en est-il aujourd’hui de la distinction entre arts majeurs et arts mineurs ? Une telle hiérarchisation des pratiques artistiques entre high and low a-t-elle encore un sens ou bien doit-on désormais considérer que le temps d’une création libre, sans bornes ni entraves est venu, que l’art est un tout au sein duquel chacun est libre d’aller et de venir comme bon lui semble ?

Derrière cette question qui agite l’art contemporain depuis quelques décades se cachent de nombreux enjeux économiques, sociaux et bien sûr esthétiques qui apparaissent à la fin du XIXe siècle et se développent tout au long du XXe. L’étude de ces enjeux montre que l’esprit libertaire qui prétend faire tomber les barrières est autant porteur d’émancipation que d’une idéologie libérale.

Un simple coup d’œil dans l’histoire de la culture semble suffire pour constater que son évolution découle d’échanges continus entre ce qu’on appelle le « majeur » et le « mineur », le « haut » et le « bas », l’« élevé » et le « vil », le « noble » et l’« ignoble ». Ces catégories – par conséquent poreuses – et les clivages – fluctuants – qu’elles entretiennent seraient donc, sinon superflus, du moins en partie étrangers aux phénomènes culturels ; ils témoigneraient de l’insertion de ces derniers dans des logiques qu’on préfèrerait imaginer sans rapport avec eux, et en particulier dans des logiques de profit marchand et de distinction sociale.

Continuer la lecture de Parution : Majeur / Mineur. Vers une déhiérarchisation de la culture (dir. Saint-Jacques & Suchère)

Parution : L’Empire du rire. XIXe-XXIe siècles (Dir. Letourneux & Vaillant)

Matthieu Letourneux, Alain Vaillant (dir.), L’Empire du rire. XIXe-XXIe siècles, CNRS Édition, 2021

PRÉSENTATION

Avec l’avènement de la démocratie, le rire apparaît comme un bien commun, partagé par tous et irriguant la totalité de l’espace public. Ce rire démocratique prend aussi appui sur la puissance de propagation et d’innovation des nouvelles industries médiatiques, qui acquièrent un poids économique et une force de frappe incomparables : acteur majeur de notre culture moderne du loisir et du divertissement, le rire s’est imposé à tous et constitue aujourd’hui l’un des moteurs de la société marchande et du consumérisme. Mais le rire répond aussi à un besoin anthropologique plus large : il soulage face aux angoisses de l’existence, et permet d’expérimenter le plaisir de la connivence sociale et celui de la fantaisie imaginative.

Pour lui restituer toute sa richesse, cet ouvrage a choisi de multiplier les angles d’approche, en proposant à la fois une histoire culturelle du rire, une description de ses formes et des techniques utilisées, une réflexion théorique sur ses usages dans l’espace social.

Tous les aspects du rire y sont envisagés de façon transdisciplinaire : des catégories du risible aux cibles du rire, de l’esthétique du rire à son usage au service des idéologies – à travers les beaux-arts, la littérature, la caricature, les arts de la scène, la télévision et les médias, la publicité, internet. Dans cette encyclopédie stéréoscopique du rire, abondamment illustrée, on aura encore plaisir à retrouver, au fil des pages et des images, toutes les grandes figures de l’humour depuis près de deux siècles. Il s’agira donc de prendre au sérieux la culture du rire, et de mesurer le rôle capital qu’elle a pu jouer dans l’histoire de notre modernité.

Continuer la lecture de Parution : L’Empire du rire. XIXe-XXIe siècles (Dir. Letourneux & Vaillant)

Parution : Les « nouveaux » villains. Figures du mal dans la fiction de jeunesse

La Revue des lettres modernes, 2020, n° 10 : Les « nouveaux » villains. Figures du mal dans la fiction de jeunesse, sous la direction de Christian Chelebourg

Paris, Classiques Garnier, série « Écritures jeunesse »

SOMMAIRE

Nathalie Dufayet, Avant-propos / Foreword 

LE GRAND MÉCHANT LOUP DHIER ET DAUJOURDHUI /
THE BIG BAD WOLF, YESTERDAY AND TODAY

Thaïs Bihour, Entre inhumanité et déshumanisation. Le personnage du Loup Boche en 1914-1918 / Between inhumanity and dehumanization. The figure of the Kraut Wolf in 1914–1918

Lison Jousten, Le Trois Petits Cochons et le Grand Méchant Loup. La rencontre entre deux archétypes / The Three Little Pigs and the Big Bad Wolf. Two archetypes meet 

Marion Duval, Mais qui a encore peur du Grand Méchant Loup ? / But who is still afraid of the Big Bad Wolf?

Mathilde Brissonnet-Teyssédou, Le loup est revenu. Le « nouveau » visage du loup dans le conte du Petit Chaperon Rouge / The wolf is back. The “new” face of the wolf in the tale of Little Red Riding Hood 

INVERSIONS CARNAVALESQUES : LE MÉCHANT, DU RIRE AUX LARMES / CARNIVALESQUE REVERSALS: BETWEEN LAUGHTER, TEARS, AND HORROR

Mirta Cimmino, Sympathy for the Evil. Méchanceté relative dans les adaptations de contes de fées au XXIe siècle / Sympathy for the Evil. Relative evil in the adaptations of fairy tales in the 21st century

Isabelle-Rachel Casta, « Après la première mort… ». Lirruption des Enfants de la Nuit dans Laisse-moi entrer (John Lindqvist), Ma chère grand-mère (Catherine Brighton) et La Balafre (Jean-Claude Mourlevat) / After the first death…” The emergence of Children of the Night in Laisse-moi entrer (John Lindqvist), Ma chère grand-mère (Catherine Brighton) and La Balafre (Jean-Claude Mourlevat) 

Nicole Callon-Wells, Le méchant au cœur des contradictions de la fiction de jeunesse / The villain at the heart of the contradictions of youth literature

Roland Carrée, De lautre côté de la porte. Monstres enfantins et enfants monstrueux dans Monstres & Cie et Monstres Academy / On the other side of the door. The monsters of childhood and child-monster in Monsters, Inc. and Monsters University

Bochra Charnay, Au bout de la méchanceté. Mères meurtrières et enfants assassins dans le conte traditionnel / The depths of evil. Murderous mothers and assassin children in the traditional tale

Violaine Beyron, Les Méchants ordinaires dans le roman réaliste pour la jeunesse / The Ordinary Dark Ones in the Realist Novel for Young People

Marine Cellier, Le Docteur Facilier dans La Princesse et la grenouille. Enjeux idéologiques de la représentation du premier méchant noir par Disney / Doctor Facilier in The Princess and the Frog. Ideological issues of representation of the first black villain by Disney

LHOMME, LA BÊTE ET J.K. ROWLING /
MAN, BEAST, AND J.K. ROWLING

Éric Auriacombe, Harry Potter, du méchant de lhistoire à lhistoire du méchant / Harry Potter, from the storys bad guy to the bad guys story

Nathalie Dufayet, Lord Voldemort, « le villain aux mille et un visages » / Lord Voldemort, “the villain of thousand and one faces”

Isabelle Olivier, Méchanceté, mystère et rédemption. Regards croisés sur Severus Snape et Mrs Coulter / Evil, mystery, and redemption. A comparative study of Severus Snape and Mrs Coulter

Résumés/Abstracts