Tous les articles par marionbrachet

Parution : Dessins d’enfance dans la bande dessinée

Comicalités. Études de culture graphique, Dessins d’enfance dans la bande dessinée, sous la direction de Maaheen Ahmed et Benoît Crucifix, 2023

Ce dossier thématique s’interroge sur les différentes manières d’imaginer, de solliciter et d’organiser le dessin enfantin dans l’histoire de la bande dessinée. La diversité et la multiplicité des interactions entre bande dessinée (comme objet culturel produit pour les enfants) et dessin d’enfant (à la fois l’objet de discours adultes et les production enfantines) offre un vaste terrain d’enquête, allant des conceptions du style graphique en bande dessinée jusqu’aux recyclages de la bande dessinée dans les dessins d’enfants.

Ce dossier thématique a été réalisé dans le cadre du projet COMICS, financé par le Conseil Européen de la Recherche dans cadre-programme de Horizon 2020 de l’Union européenne pour la recherche et l’innovation.

 

PARUTION : Littérature et politique. Nouvelles perspectives théoriques

Acta Fabula, Dossier Critique n°74, « Littérature et politique. Nouvelles perspectives théoriques », sous la direction d’Esther Demoulin et Léo Mesguich, 2024

Ce dossier a initialement été conçu en milieu d’année 2023. Nous souhaitions revenir sur un certain nombre de publications importantes autour des liens fructueux entre littérature et politique, en particulier dans le champ littéraire contemporain. L’actualité éditoriale récente, celle de la rentrée d’hiver 2024, a confirmé cette tendance avec la parution de plusieurs ouvrages remarqués — Littérature et Révolution de Joseph Andras et Kaoutar Harchi ; Contre la littérature politique, ouvrage collectif paru chez La Fabrique ; Défaire voir. Littérature et Politique de Sandra Lucbert —, et a nécessité d’agrandir la liste d’ouvrages recensés. Mêlant perspectives diachroniques et synchroniques, prises de position d’auteur∙rices et réflexions de contemporanéistes, les recensions réunies dans ce dossier permettent un riche tour d’horizon.

Plusieurs recensions proposent en effet de repenser cette réflexion sur le politique en littérature au moyen d’une nouvelle historiographie. Sylvie Servoise, dans son récent « Que sais-je ? » commenté par Aurore Turbiau, privilégie ainsi, à la différence de Benoît Denis, une vision transhistorique large en faisant de Christine de Pizan une des figures fondatrices de l’engagement en littérature. Son essai permet de la sorte de remettre en cause la consécration du XXe siècle : ce qui a fait la spécificité du siècle de Sartre, c’est son appréhension théorique de l’engagement et du contre-engagement. Il est en cela frappant de constater à quel point les ouvrages récents témoignent d’une forme de hantise pour la théorie. D’une part, les écrivain·es refusent bien souvent la forme de l’essai au profit de formes fictionnalisées (comme celle du conte, privilégiée par Lucbert et Volodine) ; d’autre part, les universitaires reviennent sur la nécessité d’une interaction fructueuse entre écrivains et commentateurs — Mathilde Roussigné suggère de réfléchir à une étude avec les textes plutôt qu’à une étude des textes, révélant un refus du surplomb largement partagé par les auteur·ices du dossier. Ce que souligne enfin l’essai de Sylvie Servoise, c’est à quel point la notion d’engagement n’a jamais eu bonne presse. Associé à un militantisme de mauvais aloi, la littérature engagée et les postures d’auteur qui lui sont associées sont communément décriées sans jamais être clairement définies. Denis Saint-Amand propose ainsi un addendum nécessaire à notre Dictionnaire des idées reçues contemporaines : « Littérature engagée — On ne sait pas ce que c’est. Tonner contre. »

En cela, la littérature politique suggérée par les publications récentes semble souvent (mais pas toujours) négative. Le tonneau de Sartre fièrement planté devant l’usine Billancourt se voit remplacé par la tribune vide du conte de Volodine : l’écrivain·e n’est attendu·e par personne, ce qui explique peut-être en partie l’absence de réflexions concrètes sur l’engagement effectif des écrivain·es — Harchi et Andras exceptés. Foin du bloc : mis à part certains concepts issus des sciences sociales, aucun métalangage ne fait l’unanimité et aucune démarche collective claire ne semble émerger. Ni les critiques ni les auteur·ices ne cherchent à faire école, et les ouvrages collectifs recensés ne sont jamais écrits à plusieurs mains. Et pourtant… L’intérêt majeur du dossier consiste peut-être à offrir une série d’éclairages sur les divisions internes au champ contemporain : tout oppose les positions expérimentales de Nathalie Quintane ou de Sandra Lucbert et l’art calqué sur le réel qu’Edouard Louis appelle de ses vœux dans son dialogue avec Ken Loach. Car c’est bien la littérature dite des transfuges de classe, « la littérature-de-ceux-qui-parviennent-à-tout-prix » selon le mot de Sandra Lucbert, qui semble l’ennemi contre lequel il faut désormais tonner. En attendant, Houellebecq se porte comme un charme.

Continuer la lecture de PARUTION : Littérature et politique. Nouvelles perspectives théoriques

PARUTION : L’éconarration. Des ateliers d’écriture pour transformer notre relation au vivant

Angela Biancofiore et Clément Barniaudy (dirs.), L’éconarration. Des ateliers d’écriture pour transformer notre relation au vivant, Le Bord de l’eau, 2024 [parution le 14 février].

Résumé :

“Alors que le feu des histoires engageant l’entièreté de l’être demande aujourd’hui à être alimenté aussi bien dans les établissements scolaires et universitaires (l’école, les collèges et lycée, l’université) que dans d’autres lieux (l’hôpital, les EPHAD, les entreprises, les associations, les espaces publics de la cité, entre autres), cet ouvrage entend inspirer et accompagner les enseignants et formateurs pour faire jaillir l’écriture éconarrative, de son éclosion à sa maturation.

Nous sommes convaincus que l’éconarration peut jouer un rôle vital car elle nous permet d’agir et de prendre soin de nous à travers nos récits lorsque les événements nous dépassent : ce geste – faire émerger des récits en lien avec les crises écologiques et sanitaires – réalisé dans un cadre non jugeant et accueillant, permet de retrouver la stabilité, de faire émerger les émotions liées à un vécu qui est enfoui mais qui continue d’agir sur nous. La recherche-action Econarrative nous confirme – comme l’écrivait déjà le psychologue Keith Oatley – que les émotions produites par la lecture et l’écriture ne sont pas de la « fiction », mais s’inscrivent profondément en nous, dans nos corps et nos esprits, agissant directement dans la chair du monde.”

Cet ouvrage, centré sur un projet international de recherche-action soutenu par la MSH-SUD Montpellier, explore l’art de susciter des éconarrations à travers un apprentissage transformatif et régénératif. Cette pratique pédagogique, fondée sur une éthique du care, se développe à partir d’une qualité d’attention à l’égard de nous-mêmes, des autres et des écosystèmes vivants.

 

Parution : Alexandre Dumas. Métisser l’histoire

Isabelle Durand, Alexandre Dumas. Métisser l’histoire, Calype, Coll. “Destins”, publication le 30 mars 2024.

Alexandre Dumas n’est pas seulement l’auteur des Trois Mousquetaires et du Comte de Monte-Cristo : homme de théâtre, voyageur, aventurier à ses heures, il est aussi un homme inscrit dans les turbulences de son époque. Initiateur de nouvelles formes théâtrales, inventeur du roman-feuilleton, infatigable vulgarisateur d’Histoire, il est l’auteur d’une œuvre immense tant par son invraisemblable quantité que par le succès qu’elle a rencontré et rencontre encore.

Et pourtant, il a aussi su faire de sa vie une oeuvre faite d’aventures, de rebondissements, de succès et de déceptions, de femmes, d’amis, de rivaux. Le destin exceptionnel du petit-fils d’esclave est aussi passionnant que celui de ses personnages.

“La grande difficulté est de se garder de ces deux fautes, dont la première est de maigrir le passé, comme le fait l’Histoire ; et la seconde de défigurer l’Histoire comme le fait le roman.” — Alexandre Dumas

Isabelle Durand est professeure de littérature comparée à l’université Bretagne Sud. Ses recherches portent sur les rapports entre littérature et histoire, particulièrement.

Parution : OSS 117, l’espion est-il mat ?

Morgane Gay-Bianco, OSS 117, l’espion est-il mat ?, Antipodes, Collection “GRHIC”, 2023

Jean puis Josette Bruce publièrent plus de 240 romans d’OSS 117 entre 1949 et 1972; tous mettant en scène l’espion de la CIA, Hubert Bonisseur de la Bath, qui parcourt un univers simpliste, exotique et érotisé pour sauvegarder le Monde Libre. Suivant une recette bien rôdée, chaque épisode est une partie d’échecs où le lectorat est au fait des règles et des subtilités et où, en plus, il connaît à l’avance le gagnant. Le succès de la série paralittéraire en fait un objet de recherche de choix pour appréhender les imbrications de l’imaginaire politique de la France de l’après Seconde Guerre mondiale et de l’évolution des cultures de Guerre froide.

Dans les années 1950, la fiction d’espionnage représente un marché lucratif pour de nombreuses maisons d’édition françaises. Dix ans plus tard, les grands éditeurs fusionnent et le roman d’espionnage est de plus en plus assimilé à quelques grands noms, dont la série OSS 117 de la famille Bruce. À première vue, l’évolution du genre paralittéraire suit les mutations des cultures de Guerre froide où le manichéisme des années 1950 pressenti dans le bloc occidental se complexifie et s’ambiguïse la décennie suivante avec l’ajout de nouvelles menaces dont les perturbations dues à la décolonisation et les tensions éclatant au sein des deux blocs. L’analyse de l’univers de références de la série OSS 117 appréhende les imbrications de l’imaginaire politique de la France de l’après Seconde Guerre mondiale et de l’évolution des cultures de Guerre froide.

Continuer la lecture de Parution : OSS 117, l’espion est-il mat ?

Appel à contributions : Fictions et crises

Fictions et crises

Crises et sociétés

Échéance des propositions : 18 mars 2024

Date prévue de parution : avril-mai 2025

La revue Crises et Société a pour ambition d’interroger la notion de « crise » à travers ses différentes manifestations. Ce quatrième numéro tentera de le faire à la lumière des fictions.

« Je ne suis pas sûr que le public puisse supporter une autre saison en ce moment », a avoué le scénariste de la série Black Mirror Charlie Brooker, au moment de la crise sanitaire du Covid-19 en mai 2020. Le créateur de la série reconnaissait que sa fiction dystopique avait été dépassée par la crise protéiforme causée par la pandémie mondiale.

Nous pouvons comprendre la fiction comme « un produit de l’imagination qui n’a pas de modèle complet dans la réalité » (CNRTL). Elle renvoie principalement à une « construction imaginaire consciente ou inconsciente se constituant en vue de masquer ou enjoliver le réel ». Elle peut cependant comporter un aspect plus péjoratif comme « un mensonge, une dissimulation faite volontairement en vue de tromper autrui ». En outre, on lui connaît un aspect utilitariste, que ce soit en didactique où la fiction correspond à « une hypothèse dont on sait à l’avance si elle est juste ou fausse, qui permet l’élaboration d’un raisonnement », ou en droit avec la fiction juridique « fait sans aucune réalité, mais dont la loi suppose l’existence, pour constituer le fondement d’un droit ». L’usage de la fiction est le plus souvent volontaire, mais peut aussi être involontaire ou inconscient. Elle peut avoir de multiples supports : écrits, oraux, visuels, auditifs, ou relever seulement de l’en-soi. Si la fiction fait référence à l’imagination, la crise, quant à elle, renvoie à une réalité subjective marquée par des difficultés ou des changements soudains qui nécessitent des prises de décision. Les notions de fiction et de crise semblent a priori antinomiques. Cependant, ces termes sont classiquement et subtilement associés. En effet, la fiction peut apparaître comme remède à la crise, ou tout du moins, une échappatoire. De la même manière, la crise n’a pas vocation à durer. C’est alors que la fiction intervient pour proposer des alternatives, des solutions pour stabiliser une situation. Parfois, la fiction constitue un support dénonçant une crise politique, écologique, etc. Fiction et crise évoluent ainsi conjointement dans des sociétés toujours en mouvement. La fiction se construit en lien avec l’invention, l’irréel, en opposition avec la réalité, le factuel. Quel rôle peut-elle alors avoir dans un monde de crises ? Et quand la fiction aborde le factuel, quid de cette porosité ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Fictions et crises

Appel à contributions : Science-fiction sonique et novum sonore

Science-fiction sonique et novum sonore

Res Futurae n° 25,  juin 2025

 

Échéance des propositions : 15 janvier 2024

Dirigé par Guillaume Dupetit (Université Gustave Eiffel) et Aurélie Huz (Université Paris-Nanterre)

Dire que la science-fiction est aussi affaire de sons est à la fois une évidence, un euphémisme et une réalité jusque-là peu explorée dans la recherche, en particulier en français.

Une évidence, premièrement, car malgré des origines littéraires souvent réaffirmées comme preuve de légitimité (Verne et Wells), lesquelles n’ont pas manqué d’ailleurs d’explorer l’exotisme du code oral de langue dans nombre de vocables inventés (« Morlocks » et « Elois » en témoignent), la culture de science-fiction a, dès le début du xxe siècle, constitué des imaginaires sonores via une pléthore de médias dont elle a accompagné le développement et sur lesquels la revue ReS Futurae a déjà donné plusieurs éclairages : le théâtre (n°18), le cinéma (n°17), la radio, la musique, la télévision et les séries (n°19) ou encore les jeux vidéo (n°12) en dessinent une dynamique médiatique complexe et interconnectée, où le son est une pleine composante des référents et des effets science-fictionnels.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Science-fiction sonique et novum sonore

Journée d’études : Pop culture et politique : instrument ou contre-pouvoir ?

Pop culture et politique : instrument ou contre-pouvoir ?

15 décembre 2023

Sciences Po, campus St-Thomas / 1 place Saint-Thomas d’Aquin 75007 Paris, salle B.001

Organisé par le CEVIPOF et l’École de recherche de Sciences Po

Programme

  • 8h30-9h accueil et petit déjeuner
9h-11h Panel 1 : “Institutions politiques et pop culture”, animé par Nelly Quemener
  • Djamel Chikh ” La chanson populaire engagée : une politisation alternative” 
  • Antonio Athayde Sauandaj De la relation para-sociale à l’homologie structurale : les usages politiques de la pop culture dans les présidentielles brésiliennes de 2022 thèse portant sur l’instrumentalisation des discours masculinistes dans le cadre de la stratégie de communication politique de Jair Bolsonaro au Brésil.” 
  • Aghiad Ghanem “la politisation des musiques sha’bî en Syrie, des années 2000 à nos jours”
  • Aina Razafimahefa “Au rythme des urnes : le rôle de la musique dans la mobilisation des électeurs à Madagascar” 

Continuer la lecture de Journée d’études : Pop culture et politique : instrument ou contre-pouvoir ?

PARUTION : Bande dessinée. Anatomie d’un art. Dissection de planches originales

Damien McDonald, Bande dessinée. Anatomie d’un art. Dissection de planches originales, Flammarion, collection “Styles et design”, 2023.

Ouvrage original : Anatomy of Comics. Famous Originals of Narrative Art, Flammation, 2022.

Cette anatomie dissèque une centaine d’originaux célèbres, mettant à l’honneur le talent d’artistes cultes de l’histoire de la bande dessinée occidentale du XXᵉ siècle. De Richard F. Outcault à des maîtres contemporains comme Chris Ware, elle invite le lecteur à voyager dans des œuvres et des mondes parallèles qui ont fasciné des générations. Déjà publié en quatre langues, ce tour d’horizon célèbre les vies hétéroclites d’artistes dont les personnages accompagnent les lecteurs à travers les années, de l’enfance à l’âge adulte. Regroupant des créateurs américains et européens de premier plan, cette rétrospective nous plonge dans le symbolisme d’un art protéiforme et nous amène à la rencontre de vamps émancipées, de méta-humains, d’hybrides, de limiers en Borsalinos, de super-héros charpentés, de chiots aventureux, de matous matois, de zombies postmodernes et de freaks venus de l’underground

 

Colloque : Les inégalités de représentation à l’écran

Les inégalités de représentation à l’écran

5 et 6 décembre 2023

Lieu des conférences : Salle Athéna – Maison de la Recherche de la Sorbonne Nouvelle. 4 rue des Irlandais, Paris 5ème.

Lieu de la projection du film : Salle de cinéma “Studio des Ursulines”. 10 rue des Ursulines, Paris 5ème.

Organisé par Oliver Salas Herrera et Perrine Boutin, IRCAV

Ce colloque propose une rencontre sur l’éducation aux médias et les inégalités, fusionnant l’étude du secteur audiovisuel et ses relations avec les questions sociologiques. Nous aborderons divers sujets, tels que l’inégalité entre les sexes, la lgtbiphobie, le racisme, la glottophobie, entre autres. 

Programme :

5 décembre 2023
09h30: Ouverture du premier jour – accueil et petit déjeuner

10h30: Explication du contenu du colloque et déclaration d’intention.

Session 1:
11h00: Conférence 1 « Quand une chaine de télévision publique promeut des livres, quelle place y occupent les autrices? » – Martine Pons-Desoutter et Virginie Zampa.
11h30: Conférence 2 « La représentation de l’inclusion sur les réseaux sociaux: entre ségrégation validiste et stéréotype du supercrip » – Caroline Corbal-Albessard.
12h00 : Conférence 3 « La représentation transféminine dans les films et séries(2012-2022) à l’intersection du regard cis et de la transmisogynie » – Jasmine Mokrim. Continuer la lecture de Colloque : Les inégalités de représentation à l’écran