Tous les articles par mariekergoat

COLLOQUE : AU-DELÀ DES GENRES : TRANSGENRE, TRANSIDENTITÉ DANS LES FICTIONS POUR LA JEUNESSE

Colloque international annuel en Littérature de jeunesse – Au-delà des genres : transgenre, transidentité, dans les fictions pour la jeunesse

13 & 14 novembre 2023

Université de Lille, Maison de la Recherche, Campus Pont-de-Bois

Organisé par Bochra Charnay et Thierry Charnay, Laboratoire Alithila

Programme :

Lundi 13 novembre

9h00 -Accueil
9h15 – Présentation Bochra et Thierry Charnay ALITHILA ULR 1061, Université de Lille
Présidence de séance : Thierry Charnay
9h30 – Conférence d’ouverture Christiane CONNAN-PINTADO (Université Bordeaux Montaigne / INSPE, UR Plurielles 24142)
Trouble dans le genre sur la scène contemporaine pour la jeunesse. Enjeux dramaturgiques et idéologiques
10h00 – Bochra CHARNAY (ALITHILA ULR 1061, Université de Lille et Université d’Artois)
Questionner la transidentité dans les romans jeunesse de Meredith Russo
10h30 : discussion et pause
11h00 – Christine PÉRÈS (Université Toulouse-Jean Jaurès, LLA-Créatis EA 4152)
La transidentité dans la littérature de jeunesse espagnole : de l’album au roman pour adolescents
11h30 – Kveta KUNESOVA (Université Hradec Kralové, République tchèque )
Le transgenre : de l’imaginaire à la réalité
12h00 : discussion

Continuer la lecture de COLLOQUE : AU-DELÀ DES GENRES : TRANSGENRE, TRANSIDENTITÉ DANS LES FICTIONS POUR LA JEUNESSE

PARUTION : JOHN CARPENTER : AU-DELA DE L’HORREUR

Mélanie Boissonneau, Gaspard Delon, Quentin Mazel, Thomas Pillard (dir.), John Carpenter : au-delà de l’horreur, Presses universitaires de Bordeaux, 2023.

Premier ouvrage universitaire en français dédié à la carrière du cinéaste américain John Carpenter, ce volume offre de nouveaux éclairages sur la filmographie, aussi composite que foisonnante, du « maître de l’horreur ». En 50 ans d’un parcours marqué par autant de réussites que d’échecs, de collaborations fructueuses que de déboires avec les studios, le réalisateur a alterné des projets aux moyens modestes ou importants, personnels ou de commande, développés de façon plus ou moins contrainte. Tantôt attribués à un professionnel aguerri, à un artisan du cinéma ou à un « auteur frondeur », ses films (HalloweenThe ThingChristine…) ont été perçus selon les cas comme politiquement de gauche ou de droite, subversifs ou conservateurs. Dans une perspective pluridisciplinaire, cet ouvrage interroge dès lors, au sein de l’œuvre de Carpenter, les tensions entre art et industrie, politique et divertissement, logiques créatives et économiques, régime de singularité et culture de masse, cinéphilies savantes et populaires. Rassemblant des approches variées (technique et industrielle, pragmatique, musicologique, formelle, générique, culturelle et genrée), il couvre un large spectre allant de ses longs-métrages distribués en salles à ses téléfilms et ses bandes originales, de ses réalisations les plus fameuses aux moins étudiées ou aux plus obscures.

APPEL À CONTRIBUTIONS : LITTÉRATURE DE JEUNESSE ET CULTURES TRANSMÉDIATIQUES : CRÉATION, RÉCEPTION, MÉDIATION.

Littérature de jeunesse et cultures transmédiatiques : création, réception, médiation. Quatrième Biennale de la Littérature de jeunesse

27-28 juin 2024

Cergy

Échéance des propositions : 30 octobre 2023

Organisé par les laboratoires EMA (CY Cergy Paris université) et Textes et Cultures (Université d’Artois) avec le soutien de l’Inspé de l’Académie de Versailles

À l’instar de la production culturelle contemporaine, la littérature de jeunesse n’échappe pas au courant actuel d’hybridation et de métissage des arts et des médias. Les phénomènes de transmédialité, d’intermédialité et de transmédiatisation prennent en effet une ampleur considérable dans nos pratiques culturelles. Ces notions, mobilisées par plusieurs disciplines (sciences de l’information, études littéraires, études cinématographiques) et dans des cadres théoriques divers, reçoivent des définitions différentes selon leurs contextes d’emploi, mais témoignent toujours du fait que l’hypertextualité définie par Genette (1982) a dépassé le seuil des textes écrits et englobe les oeuvres dans un mouvement d’ensemble, qui les voit circuler d’un média à l’autre, sans que la littérature soit nécessairement première ou occupe une place singulière. Le phénomène de polyexploitation remonte au moins au XIXe siècle (Letourneux, 2008), mais il revêt une importance particulière dans le paysage éditorial et commercial actuel, d’une part par son caractère massif, d’autre part par le resserrement temporel qui peut aller jusqu’à l’émergence simultanée de formes médiatiques diverses d’une même oeuvre. Les jeunes bénéficient de la possibilité de retrouver le même monde fictionnel sous plusieurs formes : dans des romans, des bandes dessinées, des mangas, des jeux-vidéos, des séries et/ou des films, au coeur de jeux de société ou de jeux de rôle, ou encore sous l’apparence de figurines ou de jouets. Le public peut alors s’immerger dans un univers qu’il affectionne au travers de médias différents, renouveler le plaisir de la fiction en redécouvrant les aventures des personnages sur d’autres supports, en multipliant les rencontres qui permettent parfois l’entretien d’une relation fanique vis-à-vis des personnages et de l’univers, en favorisant la circulation entre postures de lecteur, spectateur, joueur, auteur de fanfiction. Ce gout de l’itération et du ressassement (Eco, 1993) est favorisé par la technologie moderne et la numérisation de l’environnement, qui véhiculent et modifient les formes des médias, qu’ils aient préexisté ou non à l’apparition du numérique. La facilité d’accès à de multiples canaux de diffusion et l’écranisation des pratiques de loisirs contribuent ainsi au déploiement plurimédiatique d’univers fictionnels, désormais ancré dans les politiques de production et attendu du public.
Le but de la Quatrième Biennale de la littérature de jeunesse est d’éclairer les enjeux de l’inscription de la littérature de jeunesse dans une culture transmédiatique sur les plans de la création, de la réception et de la médiation.

Continuer la lecture de APPEL À CONTRIBUTIONS : LITTÉRATURE DE JEUNESSE ET CULTURES TRANSMÉDIATIQUES : CRÉATION, RÉCEPTION, MÉDIATION.

Parution : Relief “La science-fiction et l’enseignement du politique” (Vol. 17 No 1)

Relief, vol. 17 no 1, “La science-fiction et l’enseignement du politique“, sous la direction de Colin Pahlisch, Gaspard Turin, 2023. 

Depuis les années 1930, la science-fiction a interrogé les multiples manières dont les technologies influent sur notre vivre-ensemble, au point de proposer des reconfigurations des règles de la société. Par ce biais, comme par d’autres qui lui sont propres, elle aura régulièrement favorisé un renouvellement de notre compréhension de la politique. Ceci est une évidence pour son lectorat. Ce qui l’est moins, c’est sa capacité à nous interroger sur le politique, c’est-à-dire sur les remises en question et les réinventions de nos façons de vivre en communauté. Si nous reposons la vieille question consistant à interroger la capacité de la SF à changer le monde, nous le faisons ici à nouveaux frais: ceux de son enseignement, qui selon toutes probabilités se popularise à l’école de façon exponentielle depuis quelques années. À penser la classe comme terrain propice pour réinventer nos gouvernances futures, nous nous préparons à ce futur, comme dans le même mouvement nous élaborons une méthodologie de la transmission qui intègre plus directement le principe démocratique. Les contributions de ce dossier présentent toutes des réflexions allant dans ce sens. Si l’heure n’est plus (seulement) à une lecture privée et récréative de la SF, il est temps de repenser ces corpus en leur donnant le temps et l’espace institutionnels qu’il méritent afin qu’ils deviennent les vecteurs d’un changement, institutionnel, social, éthique et politique, dont il n’est plus possible aujourd’hui de faire l’économie.
 

SOMMAIRE

Éditorial
Colin Pahlisch et Gaspard Turin, « Enseigner la science-fiction dans ses perspectives politiques »

Articles
Marc Atallah, « La science-fiction est fondamentalement un art critique » : enseigner la littérature de science-fiction pour éduquer au contre »
Estelle Blanquet, « Le Vagabond de l’espace de Robert Heinlein : un roman pour interroger le rapport des élèves à l’autorité »

Continuer la lecture de Parution : Relief “La science-fiction et l’enseignement du politique” (Vol. 17 No 1)

APPEL A CONTRIBUTIONS : AMUS(É)EMENT : DU MUSÉE POP À L’ARTIALISATION POPULAIRE (Journée d’études)

Amus(é)ement : du musée pop à l’artialisation populaire

Jeudi 28 mars 2024

Le Mans Université

Échéance des propositions : 10 décembre 2023

Organisé par Charles Joseph, 3L.AM

Dans son investigation du monde de l’art contemporain, Catherine Millet pose la question suivante : « l’art est-il dans l’objet qui incarne l’idée ou dans l’idée elle-même ? » (Millet, 120) Lors de cette journée d’étude, ce n’est pas tant l’incarnation même de l’art dans et par l’objet identifié comme artistique qui sera étudiée, mais plutôt son intégration dans notre quotidien, et les fonctions aussi bien culturelles que sociales que cette dernière implique. Cette intégration, d’abord très codifiée et clairement spatialisée dans l’enceinte des musées, semble devenir de moins en moins rigide, et semble également induire une circulation moins verticale des œuvres et des valeurs qui y sont adossées.

La multiplication des galeries d’art spécialisées dans la photographie ou les lithographies, allant parfois même jusqu’à la franchisation comme avec les boutiques Yellow Korner, ou bien la création de musées d’arts décoratifs, d’artisanat, ou d’autres arts visuels comme la bande dessinée ou le cinéma (feu-le musée Art ludique quai d’Austerlitz à Paris, devant prochainement rouvrir ses portes Gare Saint-Lazare et qui s’est distingué par des expositions toujours très médiatisées sur Pixar, Ghibli, Marvel ou DC Comics), induit également une porosité nouvelle. L’accueil d’expositions temporaires d’icônes de la culture populaire dans des musées nationaux comme stratégie de modernisation de ces espaces, encore souvent perçus comme immuables et parfois élitistes, provoque également un dialogue autour des valeurs artistiques intrinsèques de ces objets pourtant très différents. Dans Artificial Hells : Participatory Art and the Politics of Spectatorship, Claire Bishop analyse ces stratégies visant à impliquer toujours davantage les visiteurs avec un art se voulant de plus en plus participatif. Selon Bishop, le visiteur doit devenir un spectateur actant et ainsi participer à la vie de l’œuvre pour que l’œuvre l’atteigne.

Continuer la lecture de APPEL A CONTRIBUTIONS : AMUS(É)EMENT : DU MUSÉE POP À L’ARTIALISATION POPULAIRE (Journée d’études)