Tous les articles par Matthieu Letourneux

Parution: P. Delisle, Tintin et Spirou contre les négriers

Parution

Philippe Delisle

Tintin et Spirou contre les négriers

Paris, Karthala, 2013

Depuis les années 1940, la bande dessinée franco-belge a régulièrement stigmatisé la traite des Noirs et l’esclavage colonial. Deux de ses héros les plus fameux ont ainsi affronté, presqu’au même moment, de redoutables négriers : Tintin dans Coke en stock et Spirou dans Le gorille a bonne mine. D’autres aventuriers de papier les avaient précédés, ou les suivent : Jean Valhardi, Marc Dacier, Barbe-Rouge… Et le thème connaîtra une certaine postérité, à travers une série à
succès comme « Les passagers du vent », ou encore la récente adaptation d’un roman d’Eugène Sue : Atar Gull.
Mais, selon les époques, l’antiesclavagisme en bande dessinée ne s’appuie pas sur les mêmes fondements idéologiques. Au cours des années 1940-1960, les éditeurs et les auteurs paraissent être influencés par tout un discours de propagande,
qui met en avant la « mission civilisatrice et émancipatrice » de la Belgique ou de la France. Maintes vignettes font écho à une imagerie à la fois abolitionniste et paternaliste diffusée depuis la fin du xviiie siècle. à partir des années 1980, en revanche, l’antiesclavagisme en cases et en bulles vient puiser ses racines
dans l’anticolonialisme, dans une dénonciation des excès de la domination française ou belge…
Au final, cet ouvrage revient sur un pan important de l’histoire de la bande dessinée francophone, mais il permet aussi d’appréhender de manière originale la pensée européenne sur l’asservissement des Africains.

Philippe Delisle est professeur d’Histoire contemporaine à l’Université Jean Moulin de Lyon. Après avoir étudié la vie religieuse dans les sociétés esclavagistes antillaises, il s’est orienté vers l’analyse de la propagande coloniale et missionnaire
à travers la bande dessinée franco-belge.

Parution: Belphégor, Fantômas

Belphégor 1, 2013

Fantômas dans le siècle

http://belphegor.revues.org/75

C’est il y a un siècle que l’ombre immense de Fantômas s’est allongée pour la première fois sur Paris. Continuer la lecture de Parution: Belphégor, Fantômas

Chauvin, Cédric (Université Paul Valéry-Montpellier 3)

Cédric Chauvin, né le 24 octobre 1978, est agrégé de Lettres classiques depuis 2002. Il enseigne à l’Université Paul Valéry – Montpellier 3, où il est membre du laboratoire RIRRA21. Il a travaillé, durant ses études d’helléniste, sur la poésie alexandrine, travail qui a donné lieu à une traduction annotée de l’Alexandra de Lycophron (en collaboration avec Christophe Cusset, L’Harmattan, 2007). Continuer la lecture de Chauvin, Cédric (Université Paul Valéry-Montpellier 3)

Appel: La littérature de jeunesse dans le jeu des cultures matérielles et médiatiques (15 février 2014)

La littérature de jeunesse dans le jeu des cultures matérielles et médiatiques

Circulation, adaptations, mutations

Colloque organisé par Matthieu Letourneux et Mathilde Lévêque

avec le concours de l’Afreloce (association française de recherches sur les livres et les objets culturels de l’enfance)

Université Paris 13

24-26 septembre 2014.

Depuis une vingtaine d’années, les études littéraires tendent à déplacer leur centre d’intérêt des productions légitimées (celle du canon institué par l’histoire littéraire) vers l’ensemble des productions textuelles. En parallèle, les recherches influencées par les cultural studies ressaisissent les productions textuelles dans l’ensemble des pratiques culturelles : non seulement celles des productions médiatiques (cinéma, télévision, jeux vidéo), mais aussi celles de la culture matérielle (jeux et produits industriels).

Paradoxalement, la recherche consacrée à la littérature pour la jeunesse, en quête de légitimité institutionnelle, a encore peu étudié la relation des œuvres littéraires aux autres productions de la culture médiatique et de la culture matérielle de l’enfance. Pourtant, c’est sans doute dans ce domaine que les échanges ont été les plus intenses et les plus fructueux. On a souvent souligné (Jenkins, Ferrier) l’emprise des industries culturelles sur la littérature pour la jeunesse contemporaine, et les travaux sur la novellisation (Baetens et Lits) ont mis en évidence leur enracinement dans les cultures de jeunesse. A l’inverse, la littérature de jeunesse apparaît comme une source inépuisable d’inspiration pour les industries culturelles. Enfin, l’univers du livre participe, parfois de façon centrale, parfois de façon marginale, aux logiques de poly-exploitations qui marquent l’ensemble des productions pour la jeunesse : non seulement les fictions narratives, mais aussi les supports de fiction ludiques (jeux et jouets) et les objets industriels qui sont destinés à ce public.

Si de tels échanges sont devenus massifs ces dernières décennies avec l’avènement des nouveaux médias électroniques et les transformations de l’industrie culturelle, on a pu montrer que les relations entre industrie culturelle et littérature de jeunesse sont anciennes. Pour comprendre les politiques de licences et de déclinaisons transmédiatiques des séries à succès, il faut sans doute les replacer dans une périodicité longue, remontant au XIXe siècle. Pour cela, il convient d’articuler un questionnement social (avec les transformations des pratiques de consommation et de loisirs), économique (avec le développement d’une industrie et d’une édition visant les jeunes publics), médiatique (avec le rôle joué par le cinéma, la presse, la radio puis la télévision), juridique (avec par exemple le glissement aux Etats-Unis d’une logique de copyrights à une logique de trademarks), et étudier l’évolution des pratiques culturelles et des légitimités. Mais il convient également de mettre en évidence les spécificités des pratiques contemporaines de la culture de jeunesse, celles des médiacultures (Maigret), de la convergence culturelle (Jenkins), du médiamix (Ito) et des œuvres-mondes (Besson, Wolf). Enfin, il importe de réfléchir plus généralement aux spécificités des pratiques culturelles des jeunes publics ayant favorisé de telles mixités : importance des échanges entre fictions pour la jeunesse et l’univers du jeu (Brougère), fictions oscillant entre pratiques narratives et ludiques (Caïra, Grouling Cover), logiques d’appropriation, de recomposition, de déclinaisons à travers des activités créatives et ludiques.

L’ambition de ce colloque est de questionner la place de la littérature pour la jeunesse dans les imaginaires médiatiques et les productions industrielles pour la jeunesse, en tentant de mettre en évidence les logiques d’adaptations, de traductions intersémiotiques, de synergies et de rapports de force qui sont engagés dans ces pratiques.

On pourra par exemple explorer les pistes suivantes, soit dans une perspective générale, soit à partir d’études de cas :

1. Transferts intersémiotiques et transmédiatiques

– Dans les échanges entre les médias, on peut questionner les mécanismes de traduction intersémiotique (du livre vers les autres médias et des autres médias vers le livre) : comment les auteurs tentent-ils de restituer les imaginaires médiatiques dans lesquels ils inscrivent leur œuvre et avec lesquels ils dialoguent, mais aussi comment les novellisations peuvent-elles correspondre à des stratégies de différenciation exploitant les spécificités du support imprimé ? A l’inverse, dans quelle mesure les imaginaires littéraires ont pu être altérés par leurs adaptations médiatiques successives ?

– Mais le livre est loin de se cantonner au domaine des novellisations : les atlas, encyclopédies, livres-jeux, livres à offrir, mettent en évidence d’autres pratiques de l’imprimé aux relations complexes avec les univers de fiction médiatiques. De tels ouvrages, négligés par la recherche, pourront ainsi être abordés. De même, on s’intéressera à l’ensemble des productions littéraires exploitant des univers de fiction ludiques (livres et revues exploitant les univers des jeux et jouets, jeux de rôle, jeux vidéo).

– – On s’intéressera tout particulièrement aux relations qui existent entre la littérature, qu’il s’agisse de fiction narrative ou non narrative, et les formes de fiction ludiques : jeux, jeux de rôle, jeux vidéo, jouets. Cette attention pourra prendre une forme théorique, historique, économique et médiatique.

2. Mutations médiatiques, création et édition :

– On se demandera en outre comment les auteurs et les éditeurs assimilent eux-mêmes ces mutations médiatiques dans leurs logiques de communication. Quelle est l’incidence de ces nouvelles pratiques médiatiques sur la conception que les auteurs se font de leur œuvre et de leur travail d’écriture ?

– La question des contextes économiques, juridiques, sociaux et médiatiques du livre (quand celui-ci exploite des imaginaires et des univers de fiction développés avant tout sur d’autres supports) pourra être abordée. Quelles sont les conditions de production ? Quels sont les acteurs en jeu dans la création de l’œuvre ? De quel processus et de quelles dynamiques de négociation l’œuvre est-elle le résultat ?

– On cherchera à comprendre quels sont les enjeux de l’adaptation des œuvres littéraires dans les systèmes médiatiques : on se demandera quelles œuvres sont adaptées, ce qui en est conservé, retenu, les contraintes que font subir les coûts et les enjeux de développement sur le processus d’adaptation, etc.

3. Perspective historique, regard contemporain

– L’Histoire des échanges entre la littérature de jeunesse et les autres médias reste encore largement à écrire. Quels ont été les événements littéraires et médiatiques qui peuvent être considérés comme des jalons de cette histoire ? Y a-t-il eu des conditions juridiques ou industrielles ayant favorisé de telles transformations des pratiques ? On pourra également s’interroger sur les questions de résistance et d’imperméabilité, revers des phénomènes d’échanges et de circulation, qui fonctionnent pourtant comme autant de miroirs révélateurs.

– On peut se demander également si les mutations contemporaines affectant en profondeur la communication littéraire – internet, les logiques industrielles de convergence, les pratiques participatives des jeunes consommateurs (et leur récupération par les industriels) – peuvent modifier en retour le regard que l’on porte sur l’histoire de la littérature pour la jeunesse et de sa place de l’imprimé dans l’ensemble de la culture de jeunesse.

Les propositions (1500 à 2000 signes) sont à envoyer avant le 15 février 2014 à Matthieu Letourneux (mletourneux@free.fr) et à Mathilde Lévêque (mathilde.leveque@univ-paris13.fr).

Comité scientifique :

Jan Baetens (Université de Louvain-la-Neuve), Laurent Bazin (Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines), Anne Besson (Université d’Artois), Gilles Brougère (Université Paris 13), Olivier Caïra (IUT d’Evry), Matthieu Letourneux (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), Mathilde Lévêque (Université Paris 13), Déborah Lévy-Bertherat (ENS Paris), Sarah Sépulchre (Université de Louvain-la-Neuve)

Bibliographie

– Jan Baetens, La Novellisation, du film au roman, Liège, Impressions Nouvelles, 2008.

– Jan Baetens et Marc Lits (ed.), La Novellisation : du film au roman ; Novelization : From Film to Novel, Leuven, Leuven University Press, 2004.

– Anne Besson, D’Asimov à Tolkien, cycles et séries en littérature de genre, Paris, CNRS Editions « Littérature », 2004.

– Gilles Brougère, Jouets et compagnie, Paris, Stock, « Un Ordre d’idées », 2003.

– Olivier Caïra, Jeux de rôle, Les Forges de la fiction, Paris, CNRS éditions, 2007.

– Collectif, Les Formes de la fiction dans la culture de jeunesse, Strenae, 2, 2011.

– Bertrand Ferrier, Tout n’est pas littérature ! Le concept de littérarité appliqué aux livres pour la jeunesse, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009.

– Jennifer Grouling Cover, The Creation of Narrative in Tabletop Role-Playing Games, McFarland, 2010.

– Mizuko Ito, « Technologies of the Childhood Imagination; Yugioh, Media Mixes, and Everyday Cultural Production », in J. Karaganis and N. Jeremijenko (ed.), Structures of Participation in Digital Culture, Duke University Press, 2005.

– Henry Jenkins, La Convergence culturelle, Paris, Armand Colin, « Mediamix », 2013.

– Eric Maigret, Penser les médiacultures, Paris, Armand Colin, 2005

– Mark Wolf, Building Imaginary Worlds, Londres, Routledge, 2012.

Parution: C. Chelebourg, Les Fictions de jeunesse

Christian Chelebourg

Les Fictions de jeunesse

L’étude des productions destinées à la jeunesse impose désormais un point de vue intermédiatique, qui détrône le livre comme support privilégié des fictions.

Caractéristiques

L’ouvrage

Les fictions de jeunesse privilégient l’aventure et mettent à profit les ressources immersives des médias pour en faire une expérience vécue. Elles participent à la construction identitaire de leurs consommateurs en les introduisant dans un monde périlleux sur les pas d’un guide, à la suite d’une catastrophe ou à la faveur d’un simulacre. Ces façons d’entrer dans l’aventure en déterminent le sens elles donnent au récit un tour qui peut être initiatique, nostalgique ou ludique. Du point de vue de la création, ces productions se caractérisent par un constant renouvellement de stéréotypes, de décors ou de personnages qui, au fil du temps, s’émancipent de leurs créateurs pour acquérir une vie propre, favorisée par la diversification des supports. Elles sont aussi l’occasion d’une réflexion sur la fiction et ses rapports à la réalité. Du point de vue de la réception, elles reflètent et alimentent les représentations du monde auxquelles adhère leur public, et mettent en place un système de valeurs à travers une série d’oppositions entre jeunes et vieux, filles et garçons, hommes et animaux. Elles contribuent à l’émergence d’une culture mondialisée et intermédiatique, concurrente de la culture scolaire.

Table des matières

INTRODUCTION : LITTÉRATURE DE JEUNESSE ET FICTION

1. EXTENSION DU DOMAINE DE LA FICTION

Les fictions de jeunesse ou le refuge de l’aventure

Le livre ou l’héritage du roman populaire

Des « histoires en images » : BD et albums

L’aventure sur grand écran

Petits écrans : télévision et jeu vidéo

Des histoires en musique : Concept Album et Rock Opera

2. DYNAMIQUE DE L’AVENTURE

Le dispositif du Lapin Blanc

Le dispositif de l’Échiquier

Le dispositif du Cyclone

3. CRÉATION ET PALIMPSESTE

Citation et emprunt

Adaptation et parodie

Continuité et continuations

4. RÉFLEXIONS SUR LA FICTION

La fiction et la vie

Merveille et vérité

L’art du mensonge

Le livre et l’écran

La lecture vive

La mort de l’auteur

Auctor in fabula

5. DES RÉCITS SOCIALISÉS

Enfants et adultes

Filles et garçons

Hommes et bêtes

CONCLUSION : FICTIONS DE JEUNESSE ET CULTURE JEUNE

Bibliographie des œuvres citées

Versions originales des citations

Index des œuvres, des personnages et des notions

L’auteur

Christian Chelebourg est Professeur à l’Université de Lorraine, où il dirige le laboratoire Littératures, imaginaire, sociétés. Il est notamment l’auteur de Jules Verne. L’œil et le ventre (1999), L’Imaginaire littéraire (2000), Prosper Mérimée. Le sang et la chair (2003), Le Surnaturel. Poétique et écriture (2006), Victor Hugo. Le châtiment et l’amour (2010), Les Écofictions. Mythologies de la fin du monde (2012).

Le directeur de collection

Alain Viala

Exposition: EXPIONNAGE Les espions se livrent (BILIPO)

BILIPO

EXPIONNAGE

Les espions se livrent


Exposition à la BILIPO (Paris) du 15 novembre 2013 au 24 mars 2014.

À partir des fonds de la BILIPO, mais aussi des collections historiques des services français, l’exposition se propose de dévoiler la relation trouble et complexe entre les services de renseignement et l’écrit, de 1800 à 1989.
Écrivains espionnés, écrivains espions et écrivains d’espionnage nous révèlent comment s’est bâti un pan de l’imaginaire moderne à travers la littérature populaire et le cinéma.
Dans les films, les instructions sont orales et les mallettes s’autodétruisent ; dans la réalité, les services de renseignement intérieur et extérieur sont des administrations qui ont, de longue date, une culture de l’écrit.
Rapports, fiches, dossiers, messages codés et autres microfilms sont au cœur des grandes affaires qui, elles-mêmes, ont inspiré de nombreuses fictions, plus ou moins fidèles.
Pour la première fois en France, d’authentiques documents et objets utilisés par les agents sont aujourd’hui présentés au public. Appareils photo miniatures comme le célèbre Minox, micros dissimulés dans un livre ou dans une boîte d’allumettes, montre à détecter les radiations, stylos lancegaz et machines à coder, plus de trente instruments de la dernière chance seront exposés.

Exposition ouverte du mardi au vendredi de 14h à 18h, le samedi de 10h à 17h, fermée les jours fériés

Colloque international: Le Rire du pauvre (21-22 novembre 2013)

Le Rire du pauvre

10e Colloque international CORHUM

(Association pour le développement de la recherche sur le Comique, le Rire et l’Humour)

Université Paris Ouest Nanterre La Défense (UPOND)

Coorganisé par l’EA 369 « Etudes romanes »

Approche pluridisciplinaire du comique populaire dans les cultures de langues romanes : des modèles anciens aux représentations contemporaines (XVIe-XXIe siècles)

21-22 novembre 2013

Salle des conférences Bât. B / Université Paris Ouest Nanterre La Défense

23 novembre

Maison du Portugal – André de Gouveia / CIUP : 7 P, boulevard Jourdan, 75014 Paris

Nos écrans, nos journaux, nos rues et parfois même nos paliers regorgent des marques d’une pauvreté croissante que même les beaux quartiers ne parviennent pas à rendre invisible. En ces temps de crise globalisée, l’humour reste une réaction qui prend des formes diverses, éruptives et même nos boîtes à lettres de courrier électronique deviennent les dépositaires d’une autodérision où le rire côtoie la critique sociale et politique. C’est dans ce contexte que le colloque Le rire du pauvre entend poursuivre, en l’élargissant à d’autres approches, la réflexion engagée lors de la journée d’étude organisée en mai 2012 par le département d’études lusophones de l’Université Paris Ouest et consacrée aux personnages comiques populaires dans les cultures de langues romanes.

De la littérature aux espaces numériques, en passant par les arts graphiques, le cinéma, le spectacle vivant, la chanson, la bande dessinée ou la télévision, la figure polymorphe du comique populaire est récurrente et, comme le rire, semble être le propre de la création artistique sous toutes ses formes. Par figure comique populaire, nous entendons aussi bien des personnages de pauvres rieurs, de gueux qui s’échinent à rire pour ne pas sombrer (comme le paysan-jongleur médiéval réinventé par Dario Fo), des personnages issus de classes populaires qui provoquent le rire (comme Zé Povinho au Portugal ou encore les héritiers de l’emblématique Charlot), ainsi que des personnages qui font corps avec un acteur comique dont le public est populaire (comme Fernand Reynaud ou Coluche), ces trois caractéristiques pouvant bien entendu être entremêlées. Le rire du pauvre est donc à envisager du point de vue de la création artistique comme du point de vue de sa réception, en étudiant ce qui est tout autant une forme de rire qu’une dénonciation sociale et politique.

Organisateurs et partenaires

EA 369 Etudes Romanes  CRILUS / CRIX / CRIIA, ED 138 Lettres Langues Spectacles, EA 4414 Histoire des Arts et des Représentations, UFR LCE, Chaire Lindley Cintra, CHCSC Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines, association CORHUM, IELT-Universidade Nova de Lisboa, Pos-Cult-Universidade Federal da Bahia, Maison du Portugal – André de Gouveia, Institut Camões – Instituto da Cooperação e da Língua,  CIC Iberbanco

Comité d’organisation : Graça Dos Santos,  Laetitia Dumont-Lewi, José Manuel da Costa  Esteves, Lina Iglesias, Christophe Mileschi, Marie-Isabelle Vieira.

Comité scientifique : Christian Biet, Silvia Contarini, Christophe Couderc, Bernard Faivre, Nelly Feuerhahn, Ana Paula Guimarães, Lina Iglesias, Rafael Mandressi, Edilene Matos, Jean-Marc Moura, Christophe Mileschi, Idelette Muzart – Fonseca dos Santos, Graça Dos Santos, Judith Stora, Marie-José Tramuta, Emmanuel Wallon, Jean-Claude Yon.

Site : http://www.humoresques.fr Contact:riredupauvre@gmail.com

Programme

Jeudi 21 novembre 2013
9h15 Accueil à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Salle des conférences Bât. B
9h30 Ouverture du colloque avec
Philippe Gervais-Lambony Vice – Président de la recherche
Hélène Aji Directrice de l’UFR Langues
Christophe Couderc Directeur de l’EA 369 Études romanes
Silvia Contarini et Christophe Mileschi Directeurs du CRIX
Emmanuelle Sinardet Codirectrice du CRIIA
Idelette Muzart Directrice du CRILUS
Emmanuel Wallon EA 4414 Histoire des Arts et des Représentations
Judith Stora et Nelly Feuerhahn CORHUM – Humoresques
Graça Dos Santos Comité d’organisation du colloque
10h00 Première Conférence inaugurale
Bernard Faivre . UPOND
Le rire égalisateur

Séance 1 . Les personnages
Président de séance . Christophe Mileschi . UPOND
10h30 Marie-José Tramuta . Université de Caen – Basse Normandie
et Laetitia Dumont-Lewi . UPOND
Du roi des diables au pauvre diable : Arlequin dans tous ses états
11h00 Christophe Couderc . UPOND
Rire de l’autre : Alcuzcuz, valet morisque dans Amar después
de la muerte de Calderón de la Barca
11h20 Pause
11h40 Céline Candiard . Université Lumière Lyon 2
“Toujours quelque mot goinfre est dans tous ses discours” : bouffons affamés
et connivence sociale sur la scène comique parisienne au XVIIe siècle
12h00 Eve Mascarau . UPOND
Personnages populaires et rire dans Knock
12h20 Sarah Amrani . Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Portraits de Marcovaldo et Fantozzi en travailleurs rêveurs
12h40 Discussion
13h00 Repas


Séance 2 . De la rue au petit écran
Présidente de séance Lina Iglesias . UPOND
15h00 Anna Leone . École des Hautes Études en Sciences Sociales
Du rire de l’homme pauvre au rire du pauvre homme.
Sur la fonction du rire dans les spectacles de marionnettes à gaine napolitaines
15h20 Gwénaëlle Le Gras . Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3
Bourvil ou les enjeux socioculturels du comique paysan de l’immédiat
après-guerre
15h40 Marie Duret-Pujol . Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3
Les rires des Deschiens
16h00 Héla Msellati – Kraiem . Université de Carthage – Institut Supérieur
des Langues de Tunis . Rire du pauvre : les voies de Radio Bistro
16h40 Discussion


Vendredi 22 novembre 2013
9h30 Accueil à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Salle des conférences Bât. B
10h00 Deuxième Conférence inaugurale
Jean-Marc Moura . UPOND
Le personnage du pauvre comme source d’humour
Séance 3 . De la rue au Boulevard
Présidente de séance . Laetitia Dumont-Lewi . UPOND
10h30 Ksenia Fesenko . Université Vincennes-Saint-Denis – Paris 8
Ah ! Vous avez souri, ne dites pas non, vous avez souri !
Le « comique éternel » au théâtre des Funambules
10h50 Agnès Curel . Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Faire rire la rue : l’exemple du bonimenteur dans les foires parisiennes
à la fin du XIXe siècle
11h10 Pause
11h30 Daniel Batista Lima Borges
UNICAMP – Universidade Estadual de Campinas, São Paulo, Brésil
Le rire du clown de la Folia de Reis
11h50 Nina Jambrina . Université Toulouse II – Le Mirail
Comique populaire sur la scène bogotanaise, de la place publique au
plateau de théâtre. Les deux visages du rire.
12h10 Discussion
13h00 Repas


Séance 4 . Dessins et gravures
Présidente de séance . Idelette Muzart-Fonseca dos Santos . UPOND
14h30 Everardo Ramos . Universidade Federal do Rio Grande do Norte/ Brésil
Rire du pauvre, rire des pauvres : l’humour et le comique dans la gravure
populaire brésilienne
14h50 Adriana Coelho Florent . Université Aix Marseille
Pour la légalisation du pauvre brésilien : Graúna et l’apprentissage de la
démocratie dans l’oeuvre du cartooniste Henfil (1944 – 1988)
15h10 Laurent Bihl . Université Paris I Panthéon-Sorbonne
Rire de la cloche de bois : mendiants, indigents et clochards dans l’image
satirique de la Belle Epoque
15h30 Morgan Labar . Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Saltimbanques et clowns grotesques : quelques usages du comique populaire
dans l’art contemporain
15h50 Discussion

19h00 Accueil à la Maison du Portugal – André de Gouveia, Cité Universitaire
par Ana Paixão Directrice de la Maison
Spectacle
Les cris de la crise
Musique et crise financière avec
Helena Afonso soprano ,
António Wagner Diniz baryton ,
accompagnés par José Manuel Brandão piano


Samedi 23 novembre 2013
9h30 Accueil à la Maison du Portugal – André de Gouveia, Cité Universitaire

Séance 5 . Rires du pauvre
Président de séance Jean-Claude Yon .
Université Versailles – St Quentin en Yvelines
10h00 Bernard Andrès . Université du Québec Montréal
Le rire du « pauvre Sauvage » en Nouvelle-France: résister à l’évangélisation
10h20 Tommaso Meldolesi . Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Le rire triste et gai des « pauvres gens » dans quelques pages de Benjamin
Gastineau
10h40 Carlos Augusto Ribeiro . Universidade Nova de Lisboa IELT
Des restes : l’art comme une blague ou l’art comme la blague de la blague ?
11h00 Pause
11h20 Béatrice Ménard . UPOND
Rire carnavalesque et satire sociale dans El desfile del amor de Sergio Pitol
11h40 Fernanda Vilar . UPOND
Le rire postcolonial : un rire de critique
12h00 Discussion
12h20 Conclusions
Nelly Feuerhahn . CORHUM – Humoresques
Graça Dos Santos,
José Manuel da Costa Esteves,
Silvia Contarini . UPOND
13h00 Repas

Journée d'étude: La Bande dessinée : tous lecteurs ?


Comicalités et ses carnets s’associent à la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image et à l’université de Limoges pour vous proposer une journée d’étude intitulée « La Bande dessinée : tous lecteurs ? » Celle-ci présentera les résultats de la grande étude sur le lectorat de bandes dessinées menée par la BPI et le ministère de la culture et annoncera le livre La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ? qui paraîtra début 2014. L’inscription est nécessaire : ici.

Le Laboratoire des Sciences de l’Information et de la Communication de Paris 13, les Espaces Humains et Interactions Culturelles et le Groupe de Recherche et d’Études Sociologiques du Centre Ouest de l’université de Limoges, la Bibliothèque publique d’information et la Cité organisent une journée d’étude sur le thème « La Bande dessinée : tous lecteurs ? »

Chercheurs et spécialistes du 9ème art présenteront et analyseront les résultats de la vaste enquête nationale sur le lectorat de la bande dessinée en France réalisée en 2011 par la BPI et le DEPS (Département des études, de la prospective et des statistiques du ministère de la Culture et de la Communication). Cette journée d’étude, inscrite dans le cycle de rencontres de l’université permanente de la bande dessinée de la Cité, s’adresse à tous les professionnels et acteurs de la chaîne du livre.
L’objectif de cette journée d’étude est d’offrir une première mise en perspective des travaux en cours portant sur l’exploitation de cette étude. Elle s’organisera autour de trois interventions des auteurs du livre La Bande dessinée, quelle lecture, quelle culture, à paraître en 2014 aux éditions de la BPI, qui viendront encadrer des communications de chercheur et de professionnels.
Cette journée d’étude est un rendez-vous de l’université permanente de la bande dessinée de la Cité.

p r o g r a m m e

(sous réserve de complément et de modifications)

9h30 accueil du public
10h « Lecture et bande dessinée : quelles évolutions ? »
les réceptions de la bande dessinée
Benoît Berthou (université Paris 13),
Jean-Philippe Martin (Cité internationale de la bande dessinée et de l’image)

10h30 « Profils de lecteurs, profils de lectures »
âges, sexes, livres : quels lecteurs pour la bande dessinée ?
Christophe Evans (Bibliothèque publique d’information, Centre Georges Pompidou)

11h « Fac-similés d’originaux et lecture érudite de la bande dessinée »
Jean-Paul Gabilliet (université Michel de Montaigne Bordeaux 3) ( sous réserve)

11h30 « Le lecteur pratiquant »
Pierre-Laurent Daures
Yann Madé (enseignant, auteur de bande dessinée)

12h déjeuner

14h « Le goût de la bande dessinée »
acquisition, transmission, renforcement et abandon
Sylvain Aquatias (université de Limoges)

14h30 « Circulations de la bande dessinée »
achat, emprunt, collection
Gilles Ciment (Cité internationale de la bande dessinée et de l’image), d’après une analyse de Xavier Guilbert (Du9)

15h pause

15h15 « La fidélisation du lecteur de bande dessinée par sérialisation, au XXe siècle »
Pascal Lefèvre (LUCA School of Arts, Campus Sint-Lukas Bruxelles)

15h45 « La bande dessinée en milieu scolaire »
stratégies de lecture spécifiques mises en place en milieu scolaire (premier degré)
Patrice Gentihomme (directeur d’École d’application La Guignière IUFM Tours Fondettes)

16h15 « Cerner les publics : regards de professionnels »
table ronde réunissant Thomas Ragon (éditeur), bdnet (sous réserve) , Mélanie Archambaud (responsable de l’espace Nouvelle Génération de la Bpi) et Jérôme Bessière (responsable du département Imaginer de la Bpi).

17h15 conclusions

17h30 visite en avant-première de l’espace Nouvelle Génération de la Bpi (ouverture au public prévue le 5 décembre 2013)

journée d’étude : la bande dessinée : tous lecteurs ?
Centre Pompidou – Bibliothèque publique d’information
mardi 3 décembre 2013
entrée libre dans la limite des places disponibles.

Antonutti Isabelle (Paris Ouest La Défense)

antonutti

Isabelle Antonutti est responsable de formation à Médiadix et enseignante au Pôle Métiers du livre de l’université Paris Ouest La Défense Nanterre. Docteur en histoire, elle est membre du laboratoire du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines (Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines).

Mes recherches portent sur les entreprises médiatiques populaires contemporaines et leurs productions. Les dimensions européennes et les relations franco-italiennes de ces productions m’intéressent. Je suis sensible aux parcours biographiques.

Publications :

Cino Del Duca : un editore tra la Francia e l’Italia, Milano, Franco Angeli, 2015

Cino Del Duca, de Tarzan à Nous Deux, itinéraire d’un patron de presse aux Presses universitaires de Rennes, 2013

– « Fumetto et fascisme : la naissance de la bande dessinée italienne » in Comicalités, Etudes de culture graphique, 2013 [http://comicalites.revues.org/]

– « Cino Del Duca, à l’ombre de la presse en fleur », In Schnock, N°7, 2013.

Contributions à des ouvrages collectifs

«  Histoire de l’imprimerie au XIXème et XXème siècle » in Encyclopedia Universalis, 2015

« La Presse du cœur » in Encyclopedia Universalis, 2014

« Les collections des bibliothèques municipales de lecture publique ont-elles prolongé celles des bibliothèques populaires ? »  In Des bibliothèques populaires à la lecture publique, coordonné par Agnès Sandras, Lyon, Presse de l’Enssib, 2014.

– “Les ressources numériques généralistes” In “Les collections électroniques, une nouvelle politique documentaire” coordonné par Pierre Carbone et François Cavalier, Paris, Edition du Cercle de la Librairie, 2009
– “La presse généraliste en ligne In Gérer les périodiques sous la direction de Géraldine Barron – Presses de l’Enssib, 2008 (La Boîte à outils)
– “Panorama des ressources en ligne” In Outils Web 2.0 en bibliothèque : Manuel pratique / sous la direction de Jacques Sauteron et de Franck Queyraud – Abf, 2008 (Médiathème)

Les mystères urbains au XIXe siècle : circulations, transferts, appropriations

Littérature, Histoire, Médias

Congrès  international organisé par le RIRRA21 (université Montpellier III) et le centre d’histoire du XIXe siècle (Paris 1/Paris 4)

__________________________________________________________________________________

Entre le 19 juin 1842 et le 15 octobre 1843, la France vit avec la parution des Mystères de Paris d’Eugène Sue dans le Journal des débats une véritable déflagration médiatique. Le romancier saisi par l’abondant courrier des lecteurs qu’il reçoit, pris par le succès de son œuvre, fait considérablement évoluer son récit et enrichit le roman des bas-fonds urbains et de la pègre destiné à la bourgeoisie d’une véritable réflexion sociale et politique. Le roman est publié en de multiples éditions, adapté sur scène et décliné en produits dérivés. Mais ce premier succès de masse de la littérature n’est pas seulement le phénomène médiatique le plus important que la France ait jamais connu à cette époque, c’est aussi un premier phénomène de globalisation culturelle. Dans les mois qui suivent sa parution en France, le roman est traduit dans de multiples langues et connaît un succès international de l’Europe du Sud à l’Amérique du Nord, de l’Europe du Nord à l’Amérique latine, en Russie, dans le Commonwealth et même finalement au tournant du siècle au Japon et en Chine. Mais surtout ce roman déclenche l’écriture sur tous les continents de centaines de romans dérivés, dont l’intrigue varie considérablement suivant les contextes locaux. On trouve bien sûr les Mysteries of London par Reynolds (1844-1848), The mysteries and miseries of New York de Ned Buntline (1848), Antonino y Anita ó los nuevos mysterios de Mexico d’Edouard Rivière (1851), Os Mistéros de Lisboa de Camilo Castelo Branco (1854)… Au-delà de la reprise du titre, dans chacun de ces pays, apparaît une nébuleuse de romans articulant la question urbaine, la représentation du crime et l’exploration sociale. Ces romans participent aussi de la démocratisation de la littérature en étant généralement diffusés sur des supports à bon marché (journaux, penny blood, dime novels…) qui créent la possibilité de cultures véritablement nationales. Car beaucoup de ces romans en adaptant la matrice initiale de Sue à la situation du pays de réception et en l’hybridant aux traditions génériques de la littérature locale participent d’une réflexion sur la question de la nation.

Le congrès que nous proposons de tenir à Montpellier et à Paris entre le 8 et le 16 novembre 2013 souhaite étudier ce premier large phénomène de mondialisation médiatique.

PROGRAMME

Vendredi 8 novembre 2013

(Café des lettres, Médiathèque Emile Zola, Montpellier)

19h00

Les mystères urbains au XIXe siècle. Aux sources de notre culture médiatique globale.

Conférence par Marie-Ève Thérenty, professeur de littérature française.

Mardi 12 novembre 2013 (cinéma Diagonal, rue de Verdun)

19h45    Soirée d’ouverture au cinéma Diagonal de Montpellier : les mystères urbains au cinéma. Projection de Gangs of New York de Martin Scorcese. États-Unis, Italie, 2002, 2h47, avec Leonardo Di Caprio, Daniel Day-Lewis, Cameron Diaz, Liam Neeson, John C. Reilly. Golden Globe du meilleur réalisateur et de la meilleure musique originale en 2003.

Jeudi 14 novembre 2013

(salle des colloques 1, site Saint-Charles, Montpellier)

9h00 Ouverture par Marie-Ève Thérenty et Dominique Kalifa

La source : Les Mystères de Paris

Présidente de séance : Adeline Wrona (Université de Paris IV)

9h30 Paul Bleton (Teluq, Canada), « Les mystères de Paris : échangeur générique»

10h00 Guillaume Pinson (université Laval, Quebec) :  « Les Mystères et le feuilleton : aux sources d’une culture médiatique francophone transatlantique »

Pause

11h30 Filippos Katsanos (Montpellier III, RIRRA 21/Université de Patras, Grèce), « Réceptions croisées : les enjeux de la traduction des Mystères de Paris en Angleterre et en Grèce »

12h00 Corinne Saminadayar-Perrin (Montpellier III, RIRRA21), « L’effet-titre »

Mysterymania (1)

Présidente de séance : Catherine Nesci (Université de California, Santa Barbara)

14h30 Nelson Schapochnik (Université de Sao Paulo, Brésil), « Mysterymana, de Paris au Plata ».

15h00 Kirill Chekalov (LPCM, Moscou), « Les mystères urbains en Russie au XIXe siècle : la réception contradictoire de l’héritage de Sue ».

15h30 Kalai Sandor (Université de Debrecen, Hongrie), « Les Secrets hongrois d’Ignac Nagy, le premier mystère urbain hongrois ».

Pause

16h30 Santiago Diaz Lage (Universidade de Santiago de Compostela, Espagne) : « Histoire et géographie : les mystères urbains espagnols »

17h 00 François Amy de la Bretèque (Université Montpellier III, RIRRA21), « L’art d’accommoder les restes : Les Mystères de Paris, de Baroncelli »

18 h : Projection de mystères cinématographiques et cocktail (salle 102)

20h 30 Dîner du colloque

Vendredi 15 novembre 2013

(salle des colloques 1,  site Saint-Charles, Montpellier)

Poétique des Mystères

Président de séance : Jean-Christophe Valtat (Université de Montpellier III)

9h30 Nicolas Gauthier (Université de Waterloo, Canada), « Un masque derrière un masque : la note de bas de page dans les mystères urbains »

10h00 Anaïs Goudmand (EHESS, UNIL, Suisse), « Economie et socialité du suspense dans les mystères urbains »

Pause

11h00 Laëtitia Gonon (Université de Grenoble), « Stylistique du vengeur dans les Mystères de Paris et quelques-uns de ses avatars » (1842-1847)

11h30 Présentation du site medias19 et de la base de données mystères

Politique des mystères urbains

Président de séance : Dominique Kalifa (Université de Paris I)

14 h 00 John Savage (Lehigh university, Etats-Unis), « Les Mystères des Antilles: les racines coloniales du sentiment d’horreur chez Sue »

14h30 Amy Wigelsworth (Durham University, Grande-Bretagne), « Sex and the city, rewriting the feminine in the mystères urbains »

Pause

15h30 Yoan Vérilhac (université de Nîmes, RIRRA21), « Les mystères urbains, un réflexe républicain »

16h00 Rebecca Powers (John Hopkins university, Etats-Unis), « Charles Testut and Les Mystères de la Nouvelle-Orléans : Journalism in Exile ?  »

18h 24 Départ par le TGV pour Paris

Samedi 16 novembre 2013

(Amphithéâtre Turgot, Université Sorbonne, Paris)

9h 00 Ouverture par Dominique Kalifa et Marie-Eve Thérenty

Mysterymania (2)

Présidente de séance :  Anne-Marie Thiesse (CNRS)

9h30 Paul Aron (ULB, Belgique), « Les Mystères des mystères de Bruxelles »

10h00 Laura Suárez de la Torre (Instituto Mora, Mexique), « Sur les traces des mystères à Mexico (1843-1900)»

Pause

11h00 Françoise Genevray (Université de Lyon III), « Trois décennies de mystères urbains en Russie : de la peinture du peuple à l’inventaire des bas-fonds »

11h30 Ana Porto (Université de Campinas, Brésil), « Mysteries and crimes in Brazilian newspapers in the end of the nineteenth century »

12h00 Yvan Daniel (Université La Rochelle), « Mystères urbains » en France, en Chine, des perspectives incomparables ?

Le devenir des Mystères urbains

Président de séance : Guillaume Pinson (Université Laval, Québec)

14 h30 Silvia Disegni (Université de Naples, Italie), « Les mystères napolitains entre les mystères d’Isis et ceux de la modernité »

15h00 Matthieu Letourneux (Université Paris-Ouest, Nanterre), « La disparition du genre des mystères  au début du XXe siècle »

15h30 Andrea Goulet (University of Pennsylvania, Etats-Unis), « Race, space and criminal choreographies from Les Mystères de Paris to The Wire »

16h00 Guillaume Boulangé (Montpellier III, RIRRA21)  et Prisca Grignon (Montpellier III, RIRRA21), « « To be continued » ou l’aventure infinie des Mystères de New York au cinéma »

_____________________________________________________________________________________________________

Adresses des différents lieux des manifestations :

Médiathèque Emile Zola, 240, rue de l’acropole, 34 000 Montpellier (tram : Place de l’Europe)

Cinéma Diagonal, rue de Verdun, 34000 Montpellier (tram : Comédie)

Site Saint-Charles, rue du professeur Henri Serre, 34000 Montpellier ( tram : Albert 1er)

Université Paris-Sorbonne, 1, rue Victor Cousin, 75005 Paris (métro : Luxembourg, Cluny, Saint-Michel)

Nous souhaitons adresser des remerciements spécifiques à Helle Waahlberg, à Annick Douellou, à Sophie Lhermitte, à Laura Suarez de la Torre, à Catherine Nesci, à Micheline Cambron, à Guillaume Pinson, à Guillaume Boulangé, à Prisca Grignon, à Élisabeth Gavalda et aux étudiants du département d’arts du spectacle, aux étudiants du master pro « métiers du livre et de l’édition », à Marie-Pierre Gudin de Vallerin (DRAC) et à Gilles Gudin de Vallerin (Médiathèque Emile Zola) pour l’aide qu’ils nous ont apportée dans l’organisation de cette manifestation.