Tous les articles par Matthieu Letourneux

Colloque international: La simplicité : Manifestations et enjeux culturels du simple en art

 Centre d'Histoire Culturelle des Sociétés contemporaines - Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

 

Colloque international transdisciplinaire sur trois jours « La simplicité : Manifestations et enjeux culturels du simple en art« . Atelier de recherches Textyle.
Dates :
du mardi 3 juin au jeudi 5 juin 2014
Lieu :
Mardi 3 juin 2014 : à l’École normale supérieure de Paris
Mercredi 4 juin 2014 : à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
Jeudi 5 juin 2014 : à l’Université Paris-Sorbonne

Comité d’organisation :
Sophie Jollin-Bertocchi – Université de Versailles / Saint-Quentin-en-Yvelines EA 2448 Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines
Lia Kurts-Wöste – Université Bordeaux Montaigne EA 4195 TELEM
Anne-Marie Paillet – École normale supérieure de Paris EA 4509 Sens Texte Informatique Histoire
Claire Stolz – Université Paris-Sorbonne EA 4509 Sens Texte Informatique Histoire

Mardi 3 juin 2014
École normale supérieure de Paris, salle Dussane
45 rue d’Ulm 75005 Paris

La journée sera ponctuée d’intermèdes assurés par les élèves du cours de diction d’Anne-Marie Paillet

9h00 Accueil des participants par Textyle
Ouverture du colloque par Marc Porée, directeur du LILA
APPROCHES THÉORIQUES DE LA SIMPLICITÉ
Présidence : Charles Guérin
9h30 Pierre CHIRON, Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne et IUF « La simplicité dans la rhétorique grecque, d’Aristote à Hermogène : terminologie, valeurs, doctrines »
9h55 Baldine SAINT GIRONS, Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense « La révolution longinienne : une fusion du sublime et du simple »
10h20 : discussion et pause
Présidence : Gérard Berthomieu
11h00 Dominique COMBE, École normale supérieure de Paris « Le “sermo humilis” chez le romaniste Erich Auerbach et son rôle dans la mimesis du réalisme occidental »
11h25 Claude COSTE, Université Stendhal – Grenoble 3 « Simplicité de Barthes »
11h50 : discussion et pause

LE SIMPLE DANS LES ARTS NON VERBAUX OU MIXTES
Présidence : Baldine Saint Girons
14h30 Bertrand ROUGÉ, Université de Pau et des Pays de l’Adour « “Less is More”… Littéralismes et minimalismes, ou les complications modernes de la simplicité dans les arts visuels au XXe siècle »
14h55 Stéphane DAWANS, Université de Liège « Pour une autre “architecturalité” ou la tentation du neutre d’Adolf Loos à Lacaton & Vassal »
15h20 Bernard SEVE, Université Charles-de-Gaulle – Lille 3 « Simplicité et complexité musicales : l’instrument, le jeu et le paradoxe de Pascal »
15h45 : discussion et pause
Présidence : Florence Leca-Mercier
16h25 Joël JULY, Université Aix-Marseille « Popularisme de la chanson française moderne »
16h50 Jacques DÜRRENMATT, Université Paris-Sorbonne « La bande dessinée face au défi de la simplicité »
17h15 : discussion et pause

Animation musicale (Bertrand Malmasson, violoncelliste)

Mercredi 4 juin 2014
Université de Versailles / Saint-Quentin-en-Yvelines, salle des thèses
Bâtiment d’Alembert, 5-7 boulevard d’Alembert 78180 Guyancourt

LA SIMPLICITÉ, HÉRITAGES ET (RÉ)APPROPRIATIONS

9h45 Allocution de Jean-Claude Yon, directeur du CHCSC
Présidence : Emmanuel Bury
10h00 Danièle JAMES-RAOUL, Université Bordeaux Montaigne « La simplicité en question dans les arts médiolatins des XIIe-XIIIe siècles »
10h25 Marc BONHOMME, Université de Berne « De la simplification à la simplicité de l’usage littéraire chez les remarqueurs du XVIIe siècle. Les exemples de Ménage et de Bouhours »
10h50 : discussion et pause
Présidence : Brigitte Buffard-Moret
11h20 Corinne NOIROT, Virginia Polytechnic Institute and State University « Écart et excès même “au bois” ou l’introuvable simplicité ronsardienne »
11h45 Patricia LOJKINE, Université du Mans « Le conte, une “forme simple” ? »
12h10 : discussion et pause

Présidence : Laurent Susini
14h30 Jean-René VALETTE, Université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense « Simplicité et langage dans la mystique rhénoflamande : l’exemple de Marguerite Porete »
14h55 Véronique FERRER, Université Bordeaux Montaigne, « En simplicité du langage de Canaan : la défense de l’éloquence biblique en milieu réformé aux XVIe et XVIIe siècles »
15h20 : discussion et pause
Présidence : Mariane Bury
15h50 Élise PAVY, Université Bordeaux Montaigne « Le goût du simple : critique d’art et simplicité »
16h15 Laure-Amélie CHARPENTIER-POISSON, Université Paris-Sorbonne « Le paradoxe de la simplicité rhétorique chez JulesRenard : du “style blanc” au “style diamanté” »
16h40 : discussion et pause
Présidence : Mathilde Vallespir
17h10 Dominique MAINGUENEAU, Université Paris-Sorbonne « Du style simple à l’ethos de simplicité »
17h25 Marion COLAS-BLAISE, Université du Luxembourg « L’art d’être et de faire simple. Éléments pour une sémiotique de la simplicité »
17h50 Discussion

Jeudi 5 juin 2014
Université Paris-Sorbonne, salle des Actes
54 rue Saint-Jacques 75005 Paris

LA SIMPLICITÉ, UNE AFFAIRE DÉCIDÉMENT COMPLEXE ?

9h15 Allocution de Joëlle Ducos, directrice de STIH
Présidence : Anne-Marie Paillet
9h30 Lucile GAUDIN, Université de Toulon ; Geneviève SALVAN, Université de Nice Sophia Antipolis « Le pléonasme, simplement redondant ? »
9h55 Pierre CAHNÉ, Université Paris-Sorbonne « La simplicité chez Descartes »
10h20 : discussion et pause
Présidence : Sophie Jollin-Bertocchi
10h50 Cécile NARJOUX, Université Paris-Sorbonne « La disparition de la ponctuation énonciative dans le récit contemporain : simplicité de l’écriture, complexité de la lecture »
11h15 Marc DURAIN, Université Paris-Sorbonne « Henri Michaux : “Ça a l’air simple” »
11h40 : discussion et pause

Présidence : Lia Kurts
14h30 Maria-Chiara GNOCCHI, Università di Bologna « Le rasoir d’André Gide ou l’histoire d’une quête entre simplicité et simplexité »
14h55 Anouch BOURMAYAN, University College London « Simplicité et implicite : une approche linguistique »
15h20 Mathilde VALLESPIR, Université Paris-Sorbonne « Simplicité et complexité, ou comment penser le simple à la lumière du complexe »
15h45 : discussion et pause
16h15 Clôture du colloque

> Télécharger le programme [PDF – 375 Ko]
> Télécharger l’affiche [PDF – 476 Ko]

Contact :

Esther van Rossen
T: 01 39 25 56 41
communication.chcsc@uvsq.frCHCSC – Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
47 boulevard Vauban – 78047 Guyancourt cedex
www.chcsc.uvsq.fr

Vous souhaitez vous désabonner de cette lettre ? Merci d’écrire à communication.chcsc@uvsq.fr

Journée d’études: Mousquetaires; Les héroïsmes passés relus par le XIXe siècle

Autour de l’exposition Mousquetaires !

JOURNÉE D’ÉTUDE
« Mousquetaires »
Auditorium Austerlitz du musée de l’Armée

7 juin 2014

http://www.musee-armee.fr/programmation/conferences-et-colloques/detail/journee-detudes-mousquetaires.html

Appel: Les super-héros d’aujourd’hui : que sont nos héros devenus ?

Les super-héros d’aujourd’hui : que sont nos héros devenus ?

Journée d’étude organisée par l’Institut de Lettres et Langues Européennes (ILLE) de l’Université de Haute-Alsace le vendredi 5 décembre 2014

Dans le prolongement de la journée d’étude portant sur les hackers, nouveaux types de personnages apparus dans la littérature, la culture et le cinéma contemporains, on s’interrogera sur un autre type de ces personnages qui ont émergé avec la postmodernité et se sont renforcés dans notre hypermodernité : celui de super-héros. Dans le prolongement des analyses d’Umberto Eco, De Superman au surhomme, on s’interrogera sur les nouveaux modes d’expression héroïques dans les personnages d’aujourd’hui. Quand les personnages d’antan stimulaient une « consolation héroïque » (Les Trois Mousquetaires, Monte-Christo d’Alexandre Dumas, Ulysses de James Joyce, ou même Ivanhoe de Walter Scott), nos héros contemporains sont des héros masqués, jouant de leur hyper-puissance technique et technologique. Leurs pouvoirs sont surnaturels et anormaux ; ils se sont disséminés sous différentes formes qu’il sera intéressant de mettre au jour et d’analyser dans une perspective transdisciplinaire.

Que sont donc nos héros devenus ? Par quels mécanismes gratifiants réussissent-ils à transformer leur condition héroïque ? L’avenir est-il dans les héroïnes ? Dans quelle mesure également sont-ils à même de faire de grandes œuvres de celles, très différentes, qui les accueillent (romans, cinéma, mais également comics, roman-graphique, séries télévisées et autres nouvelles médiatisations culturelles) ? Ce sont ces différentes questions que l’on abordera. Outre la littérature comparée et les champs de la théorie générique et fictionnelle, cette approche nécessitera également de croiser les expériences de champs disciplinaires novateurs dans le domaine des sciences humaines et sociales (cultural studies, humanités numériques, etc.).

Les propositions de communication sont à adresser à Frédérique Toudoire-Surlapierre (frederique.toudoire@free.fr) et Sébastien Hubier (sebastien.hubier@univ-reims.fr) avant le 8 septembre 2014.

Sébastien Hubier Frédérique Toudoire-Surlapierre

Appel: Critique et prescription culturelles : comment le livre vient au lecteur

Séminaire d’enseignement et de recherche Master 2

« Livre : Création, Culture et Société »

 

Thématique 2014-2015 :

« Critique et prescription culturelles :

comment le livre vient au lecteur »

 

Appel à contribution

Date limite : 4 juillet 2014

 

Le groupe de travail « Livre : Création, Culture et Société » du Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (Université de Versailles-Saint-Quentin), constitué de chercheurs d’origines diverses (histoire, littérature, sociologie, anglais, sciences de l’information et de la communication, esthétique), aborde la question du livre, des métiers et des pratiques qui en dépendent.

Ses activités se déroulent au pôle des Métiers du Livre de Saint-Cloud (Université Paris Ouest-Nanterre La Défense, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud).

Cette année, son séminaire de recherche, ouvert à tous les étudiants et enseignants chercheurs, aura pour thème annuel : « Critique et prescription culturelles : comment le livre vient au lecteur ».

 

Champ de recherche :

Dans la continuité des divers colloques et journées d’étude organisées par le groupe de recherche, notamment :

–       La mise en livre du texte de théâtre : approches médiatisées, historiques, esthétiques et professionnelles, en collaboration avec Pierre Banos, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Pôle des Métiers du livre de Saint-Cloud, 29 septembre 2012

–       Comment le livre vient au lecteur. La prescription littéraire à l’heure de l’hyperchoix et du numérique, en collaboration avec Maria Pourchet, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Pôle des Métiers du livre de Saint-Cloud, 29 juin 2012

–       Bibliothèques et transmission des savoirs aujourd’hui : pour une éthique des savoirs créatifs ?, en collaboration avec Sylvie Dallet et Pierre Banos, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Pôle des Métiers du livre de Saint-Cloud, 4 mai 2012,

 

dans celle de la publication du numéro de Communication & Langages dirigé par Sylvie Ducas et Maria Pourchet – De la prescription. Comment le livre vient au lecteur (mai 2014) et en vue du colloque du 14 novembre 2014 consacré à « Hyperchoix et prescription culturelle », organisé par Brigitte Chapelain (université Paris Nord), Anne-Réach-Ngô (université de Mulhouse) et Sylvie Ducas (université Paris Ouest),

 

notre groupe de travail entend s’intéresser cette fois à la prescription et au jugement critique dans le domaine du livre et de la culture.

A l’ère du web 2.0, nous assistons à une extension du champ des objets critiqués et prescrits (livres, films mais aussi séries télévisées, jeux vidéos etc.), à une diversification des prescripteurs  (professionnels et amateurs) et au renouvellement des formes de la critique et de la prescription comme des supports de leur diffusion (presse, radio, TV, internet, réseaux sociaux etc.). Que devient dès lors l’exercice de la critique et/ou de la prescription dans le contexte contemporain ? Quel était-il avant la rupture numérique et sur quel terrain les mutations ont-elle opéré ? Quels sont aujourd’hui les objets de la critique et/ou de la prescription, ses acteurs, ses moyens, ses enjeux, ses effets (tant sur la réception, la production, que sur les métiers de la chaîne du livre – éditeurs, libraires et bibliothécaires) ?

Il s’agit toujours de privilégier une approche historique et pluridisciplinaire des pratiques culturelles et professionnelles, non limitée au XXIe siècle, refusant la coupure entre une réflexion sur l’art ou la littérature (ne s’attachant qu’aux producteurs et créateurs les plus consacrés) et une analyse des pratiques culturelles, et n’excluant pas les productions commerciales grand public ni les créations les moins légitimes (best-sellers, genres populaires dits mineurs). Dans cette optique, toutes les perspectives (esthétiques, historiques, économiques, littéraires, sociologiques, issues des sciences de l’information et de la communication) seront autorisées. De même, l’ouverture sur une réflexion transnationale offrant de confronter des aires géographiques différentes sera particulièrement appréciée. Enfin, les propositions pourront poser la question du genre et s’interroger notamment sur la spécificité d’une critique et/ou d’une prescription au féminin.

 

Renseignements pratiques :

 

Responsables :

Sylvie Ducas, maître de conférences HDR à l’université Paris Ouest-Nanterre La Défense

Nicolas Malais,

 

Horaire du séminaire de recherche :

Le jeudi par quinzaine de 9 à 13h, à raison de deux conférenciers par séance

 

Lieu :

Pôle des Métiers du Livre, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud. Tél. : 01 40 97 98 83

 

Calendrier des séances :

Entre mi septembre et mi-mars

 

Forme et date limite de remise des propositions :

 

Les propositions devront prendre la forme d’un résumé de 350 mots, accompagné d’une courte présentation de leur auteur (appartenance disciplinaire et laboratoire de rattachement, coordonnées téléphoniques et électroniques). Elles seront transmises par voie électronique avant le 4 juillet 2014 à la double adresse suivante : sylvie.ducas@u-paris10.fr et sylvie.ducas@wanadoo.fr

Lancement du site socius, ressources sur le littéraire et le social

Ouverture du site

socius : ressources sur le littéraire et le social

http://ressources-socius.info.

 

Ce site a l’ambition de devenir un important ensemble d’outils pour toutes celles et tous ceux, enseignants-chercheurs et étudiants, qui s’intéressent aux relations entre le littéraire et le social.

 

Vous y trouverez dès à présent :

  •          Un lexique de concepts, établi par une équipe internationale de chercheurs : d’ « Adhésion » à « Transfert » en passant par « Habitus », « Milieu » et « Postmoderne », vous trouverez là un répertoire précieux (et appelé à se développer d’année en année) des concepts les plus importants des études sociales sur la littérature, étudiés par les meilleurs spécialistes.
  •          Un grand nombre de bibliographies, soit des bibliographies rééditées (depuis celle de Hugh Daziel Duncan en 1953 jusqu’à celle de Marc Angenot et Janusz Przychodzen en 2002) et des bibliographies inédites comme celles des revues COnTEXTES, Actes de la recherche en sciences sociales et Opus – Sociologie de l’art ainsi que, parmi d’autres, celles des collections « Discours social » et « Logiques sociales ».
  •          Des rééditions de livres et d’articles (avec pour premiers auteurs réédités Pierre Macherey, Jacques Dubois ou encore Gustave Lanson) qui ont marqué l’histoire de la critique.
  •          Des liens vers des revues, des centres de recherche et vers la liste de diffusion socius, à la base de ce projet.

 

Toutes ces ressources continueront à croître alors revenez souvent visiter le site (ou même abonnez-vous au fil Twitter @listesocius ou au fil RSS).

Parution: Vittorio Frigerio, La Littérature de l'anarchisme

Vittorio Frigerio

La littérature de l’anarchisme

Anarchistes de lettres et lettrés face à l’anarchisme

ELLUG, « Archives critiques », 2014

 

L’anarchisme a entretenu des rapports complexes et constants avec le monde des lettres depuis sa toute première apparition sur la scène politique. Au-delà de la période de la fin du siècle, marquée par les attentats à la bombe qui ont inscrit le fantasme de l’anarchiste dynamiteur dans l’imaginaire du grand public, et au-delà des rapports avec le symbolisme et les avant-gardes poétiques, auxquels on a souvent réduit l’influence de l’anarchisme dans la sphère littéraire, ce livre propose de redécouvrir les productions variées des auteurs qui ont mis leur plume au service du drapeau noir, de 1848 jusqu’à la fin des années 1930. À travers nombre de sources inédites et avec une attention particulière à la création et aux débats littéraires véhiculés par les nombreux journaux et périodiques de la presse militante, sont ainsi examinés les rapports des anarchistes avec les grands mouvements littéraires de l’époque (romantisme, réalisme, naturalisme, symbolisme) et la conception anarchiste de la culture et de l’éducation. On explore les œuvres des auteurs appartenant au monde de la culture officielle qui ont mis en scène des anarchistes dans leurs romans – dont Anatole France, Montherlant, Ernest Psichari, Villiers de l’Isle-Adam, Roland Dorgelès et d’autres encore – pour passer ensuite aux littérateurs proches de l’anarchisme ou actifs dans le mouvement. Reviennent alors les noms de plusieurs écrivains ayant joui en leur temps d’une certaine notoriété – Han Ryner, J. H. Rosny aîné, Jules Lermina, Jehan Rictus –, et ceux de quantité d’autres – Brutus Mercereau, Fernand Kolney, Henri Rainaldy, K. X. et de nombreux nouvellistes –demeurés presque totalement inconnus en dehors des cercles libertaires. Se dessine ainsi l’esquisse d’un milieu vivant à la culture riche et diversifiée, sur un arc temporel bien plus long que celui à l’intérieur duquel on a généralement tendance à la limiter.

Appel à communications: "L’âge d’or. Médias, mémoires et nostalgies"

Appel à communications

« L’âge d’or. Médias, mémoires et nostalgies« 

journée d’études qui se tiendra à Paris le vendredi 12 septembre 2014. 


source : gallica.bnf.fr
Journée d’études co-organisée par le French Media Research Group (Newcastle University), le CHCSC (Université Versailles Saint-Quentin en Yvelines) et le GRIPIC (Celsa Paris-Sorbonne)

Les propositions de communication (500 mots environ) accompagnées d’une présentation de l’auteur doivent être adressées à Emmanuelle Fantin (emmanuellefantin@gmail.com) et Thibault Le Hégarat (thibault.lehegarat@gmail.com), avant le 20 mai 2014.

La journée d’études se tiendra à la Maison de la Recherche de l’Université Paris-Sorbonne le vendredi 12 septembre 2014.

Comité d’organisation :
Emmanuelle FANTIN, GRIPIC, Celsa Paris-Sorbonne
Thibault LE HEGARAT, CHCSC, Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

Télécharger le texte de l’appel [PDF – 35 Ko]

Définissant la nostalgie comme le « beau regret du passé », les historiens du culturel[1] rappellent la double portée de la notion : tout en continuant de faire référence à son sens originel, celui de la peine causée par un espace perdu, la nostalgie renvoie désormais davantage au regret « d’un temps qui ne reviendra plus ». Exprimant une forme de remémoration et de regard porté sur le passé, la nostalgie a trouvé dans le champ médiatique un espace d’expression privilégié. Par l’étude de ces discours, il nous est possible de constater la diversité des formes du sentiment nostalgique et de son expression. On pense par exemple au mouvement rétro[2] dont les médias se nourrissent tant dans leurs contenus que dans leurs formes, oscillant entre pastiche, hommage et recyclage. Quels sont les dispositifs médiatiques à l’œuvre pour soulever le sentiment nostalgique, et comment les analyser ? Pour Svetlana Boym[3] et Hartmut Rosa[4], la nostalgie est l’une des composantes inhérente au progrès et à la modernité. La banalisation du sentiment nostalgique dans les médias doit-elle alors être comprise comme un biais incontournable de l’appréhension médiatique du passé? Par ailleurs, la nostalgie s’insère dans le chantier plus large de l’étude des discours mémoriels dans les productions médiatiques.

Les multiples liens entre médias et mémoire ont déjà été explorés dans de nombreuses études. Dans ses travaux, l’historienne Isabelle Veyrat-Masson[5] a successivement analysé l’histoire à la télévision française et les affrontements mémoriels dans les médias. Katharina Niemeyer[6] a quant à elle posé la question de l’écriture de l’histoire dans et par la télévision, interrogeant en particulier les commémorations d’événements. Nourrie des écrits fondateurs de Pierre Nora[7] sur la mémoire, elle envisage le journal télévisé comme un « lieu-de-mémoire-en-mouvement ». Loin d’être de simples vecteurs du passé, les médias seraient de véritables « opérateurs de mémoire »[8], des interprètes contribuant à la constitution des représentations collectives du passé, et en mesure de concourir à la mythologisation du passé.

Dans le sillon de ces études, nous souhaitons prolonger la réflexion sur les interactions entre médias, mémoires et nostalgies autour de la notion spécifique de l’âge d’or. A l’origine, il désigne le mythe du premier âge de l’humanité relaté par Hésiode, âge caractérisé par un imaginaire de paix et de bonheur insubmersibles. L’étonnante plasticité de ce mythe lui a permis, traversant le temps et les traditions, de se muer en lieu commun pour qualifier une période d’apogée révolue, source immuable d’idéalisation et de sentiment nostalgique. L’âge d’or est donc toujours construit a posteriori : il sous-tend en creux une rupture avec le temps présent habitée par l’idée d’un appauvrissement, d’un déclassement par rapport au passé.

L’enjeu de cette journée d’étude sera donc d’interroger les processus médiatiques d’idéalisation du passé : l’âge d’or pourra être compris comme une modalité spécifique de la nostalgie dans et par les médias. Certaines représentations médiatiques du passé tendent en effet à mythifier des périodes historiques ; il s’agit de fait d’une forme de sélection et de construction mémorielle qui repose sur une perception sublimée du passé. Ces discours et mises en scène se déploient à travers des leviers rhétoriques et esthétiques de glorification du passé, contribuant ainsi à la diffusion et la popularisation de ces intangibles âges d’or. Ces mythes d’âges d’or peuvent se rapporter à une période tout entière – les Trente Glorieuses, La Belle Epoque, les années folles, etc. –, à des objets et des pratiques médiatiques plus spécifiques – l’âge d’or de la presse quotidienne ou de la radio familiale –, ou à des courants culturels et à leur production – l’âge d’or du cinéma hollywoodien, du roman populaire ou de la fiction historique à la télévision.

L’âge d’or peut être appréhendé à travers diverses approches conceptuelles. Se pose en premier lieu la question des enjeux sous-tendus par le recours à un passé magnifié. Ce regard spécifique porté sur le passé émane-t-il d’un jugement critique du temps présent et d’une méfiance envers le futur ? Les mass medias seraient-ils un lieu privilégié de l’expression de mythes de l’âge d’or ? Les médias instrumentalisent-ils les âges d’or pour asseoir leurs propres légitimations ? Est-il possible d’identifier des groupes porteurs de ces mémoires idéalisées de temps passés, et quels sont les modalités et les objectifs de leurs constructions mémorielles ? La variété des représentations et des dispositifs nostalgiques invite également à d’interroger sur les mécanismes et les processus dont il est fait usage : quelles sont les rhétoriques discursives et médiatiques à l’œuvre ? Est-il possible de définir les pratiques nostalgiques de l’âge d’or dans et par les médias ?

Cette journée d’étude consacrée à l’âge d’or dans les médias souhaite ouvrir la discussion à toutes les formes médiatiques – de l’information à la fiction – ainsi qu’à tous les supports. Les productions contemporaines seront interrogées, en remontant jusqu’au début du XXe siècle. Les périodes représentées, en revanche, peuvent être plus lointaines; nous espérons recueillir des propositions couvrant au moins les XIXe et XXe siècles – la Belle Epoque constitue un exemple pertinent de remémoration idéalisée a posteriori d’une époque révolue.

> Axes thématiques suggérés :

– Représentations et reconstructions idéalisées du passé dans et par les médias
– Les « formats » de l’âge d’or : anthologies, commémorations, souvenirs médiatiques…
– Les dispositifs et processus nostalgiques dans les médias
– Les enjeux et stratégies médiatiques d’invitation à la nostalgie d’un âge d’or
– L’âge d’or des médias : âge d’or du cinéma, de l’affiche publicitaire, de la télévision, etc.

Comité scientifique

Karine BERTHELOT-GUIET, GRIPIC, Celsa Paris-Sorbonne
Hugh DAUNCEY, FMRG, Newcastle University
Christian DELPORTE, CHCSC, Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
Katharina NIEMEYER, CARISM, IFP-Université Panthéon-Assas
François ROBINET, CHCSC, Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
Julien TASSEL, GRIPIC, Celsa Paris-Sorbonne
Christopher G. TINKER, FMRG, Heriot-Watt University


[1] Christian Delporte, Jean-Yves Mollier et Jean-François Sirinelli (dir.),  Dictionnaire d’histoire culturelle de la France contemporaine, Paris, Quadrige/PUF, 2010, notice « Nostalgie » par Sylvain Venayre.

[2] REYNOLDS, Simon, Rétromania, Marseille, Le Mot et le Reste, 2012.

[3] BOYM, Svetlana, The future of nostalgia, New York, Basic Books, 2001.

[4] ROSA, Hartmut, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La découverte, 2010.

[5] VEYRAT-MASSON, Isabelle, Quand la télévision explore le temps. L’histoire au petit écran. Paris, Fayard, 2000.

[6] NIEMEYER, Katharina, De la chute du mur de Berlin au 11 septembre 2001. Le journal télévisé, les mémoires collectives et l’écriture de l’histoire. Lausanne, Antipodes, 2011.

[7] NORA, Pierre, Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1997.

[8] MERZEAU, Louise et WEBER, Thomas (dir.), Médias et mémoire, Paris, Avinus, 2010.

 

Contact :

Esther van Rossen
T: 01 39 25 56 41
communication.chcsc@uvsq.fr

CHCSC – UNIVERSITÉ DE VERSAILLES SAINT-QUENTIN-EN-YVELINES
47 boulevard Vauban – 78047 Guyancourt cedex
www.chcsc.uvsq.fr

Vous souhaitez vous désabonner de cette lettre ? Merci d’écrire à communication.chcsc@uvsq.fr

Appel: Au-delà des frontières : Hybridation des formes et des genres dans les littératures de l’imaginaire contemporaines

fantasy sci fi 

COLLOQUE INTERNATIONAL CLARE/TELEM

Au-delà des frontières :

Hybridation des formes et des genres dans les littératures de l’imaginaire contemporaines

(XXe-XXIe siècles)

Appel à communications

Université Bordeaux Montaigne

 

clare.u-bordeaux3.fr

telem.u-bordeaux3.fr

 

15-16-17 octobre 2014

Auditorium de la Bibliothèque Municipale Mériadeck (Bordeaux)

Salle Jean Bordes, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (Pessac)

 

Dans son ouvrage Les Univers des fantastiques[1], Roger Bozzetto écrit, à propos des genres constituant les littératures de l’imaginaire : « Le merveilleux, le fantastique, la science-fiction, la fantasy qui étaient, à une certaine époque, ressentis et pensés comme irrévocablement différents, n’empruntent-ils pas la voie des hybridations pour se dynamiser ? »[2].

C’est à cette question que le colloque entend apporter des éléments de réponse. Les définitions qui ont permis de constituer les genres sont-elles aujourd’hui encore opérantes ? À propos du fantastique, Louis Vax déjà insistait sur le fait qu’il ne pouvait naître qu’à un moment donné, précis, de l’évolution de notre société : pour lui « la littérature fantastique est fille de l’incroyance »[3], coïncidant avec l’évanouissement du folklore merveilleux… Mais en deux siècles, le contexte a changé. Il est possible de faire la même constatation pour la science-fiction, genre inéluctablement conditionné par le domaine des sciences et des techniques en pleine expansion-révolution depuis la naissance du genre. La crise actuelle de la science-fiction est partiellement due à la déclinaison de figures amalgamées et redéployées parvenant à épuisement. Attaquée à la fois sur le front de la littérature générale et sur celui de l’imaginaire avec la fantasy qui, suite aux désillusions face à la science et aux craintes de l’avenir, réactive avec succès d’autres figures, la science-fiction doit trouver de nouvelles voies. D’autre part, la fantasy contemporaine ne cesse de se diversifier en de multiples sous-genres qui se confondent parfois avec le fantastique, l’horrifique, voire le merveilleux, créant ainsi un « surnaturel naturalisé »[4] (Anne Besson). Les contours de la fantasy, foncièrement ambigus pour la critique francophone, sont parfaitement identifiés par leur lectorat grâce à ses affinités avec un Moyen Âge plus ou moins diffus (sur les plans thématique, narratif, imaginaire) – ce qui n’empêche aucunement que « sa production [soit] au cœur d’une poétique de l’hybridation, ou du mixage, qui caractérise la post-modernité culturelle comme reflet de notre époque contemporaine »[5].

Si la délimitation des genres dans le domaine de l’imaginaire a été globalement opérante au XXsiècle, peut-on repérer des œuvres qui transgressent déjà ces frontières dès la fin du XIXe siècle et dans la première partie du XXe siècle ? Dans le contexte actuel de dépassement incessant de ces frontières, quels horizons nouveaux s’ouvrent, en Europe, à la création artistique ?

 

Les interventions pourront explorer plusieurs axes, en répondant notamment aux interrogations suivantes :

– Quels sont, en Europe, les enjeux esthétiques et philosophiques de la perméabilité générique ? En quoi les approches d’auteurs singuliers ont-elles pu faire bouger les frontières catégorielles ? Créer des interactions entre création artistique et politiques éditoriales ?

– Pourquoi cette porosité entre les genres des littératures de l’imaginaire se généralise-t-elle à la fin du XXe siècle? Pourquoi les genres des littératures de l’imaginaire éclatent-ils ? En quoi cette hybridation pourrait-elle être l’expression d’un imaginaire contemporain transfictionnel (par exemple : modernisation de la figure du vampire / métissage entre magie et technologie dans la science-fiction et la fantasy / glissement du fantastique vers l’horreur contemporaine, parfois mêlé de science-fiction) ?

– Il semble évident qu’un des éléments fondamentaux de cette modernisation a été apporté par le cinéma, élargi aujourd’hui à la vidéosphère. Le colloque s’intéressera tout autant aux œuvres littéraires, filmiques et transmédiatiques contemporaines (romans, nouvelles, bandes dessinées, films, jeux de tous types…), destinées à des publics adultes ou à la jeunesse.

 

Les propositions de communication (2000 signes maximum; format word, police time new roman, taille 12) seront à envoyer avant le 1er mai 2014 au comité scientifique :

d.gachet@orange.fr ; natvd@cegetel.net ; flonicoplet@free.fr

 

Les communications seront limitées à 25 minutes par participant.

 

Comité scientifique et organisateur

Delphine Gachet (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. TELEM)

Natacha Vas Deyres (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. CLARE)

Florence Plet (Université Bordeaux-Montaigne. E.A. CLARE)

Patrick Bergeron (Université du Nouveau-Brunswick)

Roger Bozzetto (Université d’Aix-Marseille)

Gilles Menegaldo (Université de Poitiers)

Alessandro Scarsella (Università Ca’ Foscari – Venise)

 

Écrivains invités (selon leurs disponibilités)

– Pierre Bordage

– Lionel Davoust

– Laurent Queyssi

– Xavier Mauméjean

 

 

Partenaires :

Région Aquitaine

Mairie de Bordeaux

Service culturel Université Bordeaux-Montaigne

Association du CERLI

Association Modernités médiévales

 

Bibliographie critique non exhaustive

– Hélène Baby (dir.), Fiction narrative et hybridation générique dans la littérature française, Paris, L’Harmattan, 2006.

– Francis Berthelot, « Les Transfictions », in Bibliothèque de l’Entre-Mondes, Gallimard, « FolioSF », Paris, 2005.

– Francis Berthelot et Philippe Clermont, Science-fiction et imaginaires contemporains, Collection « Essais », Bragelonne, Paris, 2007.

– Anne Besson, D’Asimov à Tolkien, cycles et séries en littérature de genre, Paris, CNRS Éditions, « Littérature », 2004.

– Anne Besson et Myriam White-Le Goff (dir.), Fantasy : le merveilleux médiéval aujourd’hui, Paris, Bragelonne, « Essais », 2007.

– Roger Bozzetto et Gilles Menegaldo, Les nouvelles formes de la science-fiction, Collection « Essais », Bragelonne, Paris, 2006.

– Roger Bozzetto, Les Univers des fantastiques : dérives et hybridations, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, « Regards sur le fantastique », 2011.

– Roger Bozzetto et Arnaud Huftier, Les Frontières du fantastique, Approches de l’impensable en littérature, Presses Universitaires de Valenciennes, 2004.

– Christian Chelebourg, Le Surnaturel, Poétique et écriture, Armand Colin, Paris, 2006.

– Antoine Chotard, « La transfiction, art populaire de demain », Agence des initiatives numériques, 2010, consultable sur https://www.aecom.org/Vous-informer/Veille/Signaux-numeriques/transfiction

– Max Duperray, Gilles Menegaldo et Dominique Sipière (dir.), Éclats du noir. Généricité et hybridation dans la littérature et le cinéma du monde anglophone, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, « Regards sur le fantastique », 2007.

– Françoise Dupeyron-Lafay, Détours et hybridations dans les œuvres fantastiques et de science-fiction, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, « Regards sur le fantastique », 2005.

– Jean Fabre, Le miroir de la sorcière; essai sur la littérature fantastique, Paris, José Corti, 1992.

– Jacques Goimard, Critique du merveilleux et de la fantasy, Paris, Christian Bourgois, Pocket, « Agora », 2003.

– Jacques Goimard, Univers sans limites : Critique de la Science-fiction, collection « Agora » Paris, Éditions Pocket, 2002.

– Lauric Guillaud et Gilles Menegaldo, Persistances gothiques dans la littérature et les arts de l’image, Collection « Essais », Bragelonne, Paris, 2012.

– Denis Mellier, La littérature fantastique, Paris, Seuil, « Mémo », 2/2000.

– Denis Mellier, L’écriture de l’excès, Paris, Champion, 1999.

– André-François Ruaud, Panorama illustré de la fantasy et du merveilleux, Lyon, Les moutons électriques, 2004.

– André-François Ruaud, Cartographie du merveilleux, Mesnil sur L’Entrée, Éditions Denoël, 2001.

– Richard Saint-Gelais, Fictions transfuges. La transfictionnalité et ses enjeux, Paris, Seuil, « Poétique », 2011.

– Léa Sillhol et Estelle Valls de Gomis, Fantastique, fantasy, science-fiction, mondes imaginaires, étranges réalités, Paris, Autrement, « Mutations », 2005.

– Tzvetan Todorov, Introduction à la littérature fantastique, Paris, Seuil, « Poétique », 1970.

 

Conférence en ligne : « Science-fiction et fantasy : frontières disputées », communication pour le « Mois de la SF à l’ENS », ENS Ulm, lors des deux journées d’études « Littérature de Science-Fiction » coorganisées par Anne Besson et Irène Langlet, les 5 et 12 mai 2006.

Enregistrements audio et vidéo consultables sur :
http://www.diffusion.ens.fr/index.php?res=conf&idconf=1236

 


[1]              Les Univers des fantastiques : dérives et hybridations, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2011.

[2]              Ibid.

[3]              Louis Vax, « Fantastique et croyance », in La Séduction de l’étrange, Paris, PUF, 1965.

[4]              Anne Besson, La Fantasy, Klincksieck, Paris, 2007.

[5]              Ibid.

 

Actualité du RRN

Introduction to Metadata

Actualité du RRN

Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication des actes de la journée d’étude RRN 2012: Comment repassionner l’enseignement de la littérature? Ces actes viennent d’être publiés dans la revue Etudes de Lettres sous le titre: Les passion en littérature: de la théorie à l’enseignement. Plusieurs textes inédits viennent compléter les conférences, dont un entretien exclusif avec Marielle Macé autour de la publication de son ouvrage Façons de lire, manières d’être (Gallimard 2011).

Nous vous signalons également la tenue d’une exposition à l’Université de Lausanne du 15 au 31 mai (vernissage le 22 mai) sur la bande dessinée franco-belge de science-fiction: Imaginaires du futur. Cette exposition s’inscrit dans le cadre des activités du Groupe d’étude sur la bande dessinée (GrEBD), récemment créé à l’UNIL (www.unil.ch/grebd).

Enfin, nous vous informons que le programme final du colloque Narrative Matters 2014 (Paris, 23-27 juin) vient d’être publié sur le site de la manifestation.

Vous retrouverez toutes ces informations et bien d’autres sur notre site www.narratologie.ch

Parution: Comicalités, mai

cham

Comicalités

mai

En ce mois de mai, Comicalités. Études de culture graphique vous propose deux nouveaux articles (résumés plus bas) explorant la dimension médiatique de travaux graphiques. Analysant un dispositif éditorial se fondant sur l’exploitation d’une tradition narrative, le premier d’entre eux traite du label Vertigo et de son entreprise de « réécriture » (terme que l’auteur et nous-mêmes souhaiterions interroger plus avant). Étudiant des innovations narratives et graphiques au regard d’une culture de l’imprimé et notamment de la naissance de la presse illustrée, le second est consacré à Cham et sera très prochainement suivi par la publication d’un second texte. Artiste encore aujourd’hui méconnu, celui-ci participa notamment à la création de « comicalités »  que notre revue a adoptées comme intitulé : sa parution est donc l’occasion d’une réorganisation et de la création d’une nouvelle « thématique » (« Histoire et bande dessinée : territoires et récits ») qui accueillera d’ici peu de nouveaux textes que vous êtes toujours libre de commenter sur les Carnets de Comicalités

  • « The rewriting ethos of the Vertigo imprint: critical perspectives on memory-making and canon formation in the American comics field » de Chritophe Dony
  • « Rhétorique texte/image, minimalisme et jeux de perspective : l’héritage de Cham » de Philippe Willems