Tous les articles par Nicolas Gauthier

Professeur agrégé au Département d’études françaises de l’Université de Waterloo (Canada), Nicolas Gauthier étudie principalement la criminalité dans la littérature du XIXe siècle. Son premier livre, Lire la ville, dire le crime, a paru aux Presses de l’Université de Limoges en 2017. Il a aussi lancé récemment le site Le Rez-de-chaussée (http://rezdechaussee.uwaterloo.ca/), un répertoire en ligne de romans-feuilletons français publiés entre 1836 et 1881.

Hommage à Dominique Kalifa

Le bureau de la LPCM (Association internationale des chercheurs en Littératures Populaires et Culture Médiatique) a appris la disparition brutale de Dominique Kalifa. Il s’est donné la mort à Brugheas, dans l’Allier, le jour de ses 63 ans.

Dominique était un compagnon de route de la LPCM, un inspirateur, un ami. Dès les années 1990, il avait fait du populaire un terrain d’investigations, et s’était impliqué pour rassembler plusieurs générations de chercheurs travaillant sur des objets culturels jusqu’alors peu reconnus institutionnellement, afin de  renouveler en profondeur les approches sur la culture médiatique. Il avait contribué de façon décisive à donner une densité et une charpente historiques au phénomène, entretenant un dialogue fructueux avec les spécialistes d’autres disciplines. Ces dernières années, il avait pris part aux travaux de Media19 et de Numapresse. Sa contribution à La Civilisation du journal fut capitale, et a contribué à la réévaluation du caractère central de la presse dans les sociétés modernes, pour lesquelles il affirmait l’existence d’un véritable « paradigme médiatique ». Ses travaux antérieurs capitaux sur la police, les détectives, les bas-fonds, les faits-divers ou le bagne et, plus largement la manière avec laquelle il a su interroger les imaginaires du crime dans la presse, la littérature et l’espace public ont révolutionné la manière de penser la relation de la culture médiatique avec les imaginaires sociaux. Par-dessus tout, la générosité avec laquelle il savait mettre son intelligence et sa finesse d’analyse au service de la collectivité manqueront à tous ceux qui l’ont côtoyé.

La brillante carrière de Dominique ne l’empêchait pas de revendiquer son premier titre, celui de président de l’association des Amis de Fantômas. Cette fidélité l’avait conduit à consacrer en 2017 une nouvelle monographie au Prince des ténèbres.

Chez Dominique, l’exploration du contemporain dépassait les limites du populaire. Il entretenait le foyer de l’histoire culturelle, continuait l’œuvre de ses maîtres, Alain Corbin et Michèle Perrot, à qui il rendait souvent hommage.

Les témoignages amicaux, nombreux, affluent depuis ce matin de collègues d’aires et de spécialités différentes. Ils disent le vide immense laissé par cet intellectuel brillant, auteurs d’ouvrages qui ont fait date, et par cet homme aux qualités de cœur exceptionnelles. Il laisse une bibliographie exigeante, de nombreux chantiers ouverts, mais aussi de nombreux élèves, qu’il guidait avec intelligence et bienveillance.

Nous pensons à ses enfants à qui nous présentons nos condoléances.

 

 

Au fil de sa carrière, Dominique Kalifa a offert une impressionnante contribution à la recherche, dont voici quelques titres :

L’Encre et le Sang : récits de crimes et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995.
La Culture de masse en France, tome 1  (1860–1930), Paris, La Découverte, 2001.
Crime et culture au XIXe siècle, Paris, Perrin, coll. « Pour l’histoire », 2005.
Avec Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant [dir.], La civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde éditions, 2011.
Les Bas-fonds. Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil, 2013.
La Véritable Histoire de la « Belle Époque », Paris, Fayard, 2017.
Tu entreras dans le siècle en lisant Fantômas, Paris, Vendémiaire, 2017.
Paris. Une histoire érotique, d’Offenbach aux Sixties, Paris, Payot, 2018.

Appel à contributions : Enchanted music / Musique enchantée

(English version below)

La Fantasy et la musique ont toujours été étroitement liées à travers l’association de la musique aux pouvoirs créateurs. Ainsi dans l’Ainulindalë de Tolkien, la musique donne naissance au monde, et le mal se manifeste au départ sous la forme d’un thème discordant dans la symphonie que les Ainur composent. Par ailleurs Le Seigneur des Anneaux est entrelacé de chansons et de poèmes, une particularité que l’on retrouve dans les œuvres d’auteurs post-tolkieniens comme Guy Gavriel Kay. Les chansons s’accompagnent souvent de la présence de personnages musiciens qui peuvent rappeler les figures mythologiques d’Orphée, dont la musique charme tous les êtres vivants, ou du barde Taliesin qui aurait été un compagnon de Bran le Béni et aurait fait partie de la cour du roi Arthur. De fait, Taliesin apparaît dans le roman de Fantasy urbaine de Charles de Lint Moonheart. Et les musiciens sont particulièrement représentés, avec les peintres et les écrivains, dans les œuvres de l’auteur canadien, lui-même musicien, qui explore régulièrement les différents visages de la création artistique et de la créativité. De même, dans le roman War for the Oaks d’Emma Bull, la musique constitue un élément à part entière du récit puisque le personnage principal, Eddi, est chanteuse et guitariste de rock tout comme la romancière. D’autres écrivains imaginent des instruments de musique magiques, comme la harpe du Dagda dans La Sève et le Givre de Léa Silhol, ou des personnages féeriques dont les talents de chanteur et de musicien dépassent ce que de simples êtres humains peuvent produire.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Enchanted music / Musique enchantée

Roy Pinker, Fake news et viralité avant internet

Roy Pinker, Fake news et viralité avant internet, CNRS édition, 2020.
Vidéo d’un chat qui saute en voyant un concombre, blague sur l’actualité, dénonciation d’une injustice: nous avons tous conscience de vivre dans une culture de la viralité, où le succès se mesure à la vitesse de la propagation. Et nous pensons tous que c’est une marque de notre modernité, que ce sont les réseaux sociaux qui ont transformé les modalités de diffusion des idées. Les auteurs, tous spécialistes de l’histoire de la presse, nous prouvent ici qu’il n’en est rien: au XIXesiècle, le «copier-coller» régnait déjà dans la presse; une histoire bien troussée, même fausse, pouvait être reproduite à des centaines d’occasions à travers les continents, comme une bonne histoire sur Facebook; le bon mot d’un écrivain réapparaissait un peu partout, comme un tweet populaire; légendes urbaines, fake news, rumeurs, circulaient de journaux en journaux; des réclames publicitaires mystérieuses s’étalaient sur les murs, pour faire le buzz comme on dit aujourd’hui.
Avec un plaisir contagieux et en 15 courts chapitres partant d’un phénomène contemporain pour en faire l’archéologie, ce livre démonte les mécanismes de la viralité médiatique, pour montrer que ce sont des phénomènes profondément ancrés dans la culture de la presse, dès sa naissance.

Continuer la lecture de Roy Pinker, Fake news et viralité avant internet

Quelles perspectives pour la bande dessinée numérique ?

Annonce de publication du dernier numéro d’Alternative francophone intitulé « Quelles perspectives pour la bande dessinée numérique ? » (vol. 2, no 7 (2020)), dirigé par Côme Martin (chercheur indépendant) et Jean Sébastien (Collège de Maisonneuve).

Sommaire:

Jean Sébastien et Côme Martin : « Introduction : Lectures de la bande dessinée numérique. Succession de cases et fantôme de la case mémorable »

Philippe Paolucci : « La bande dessinée numérique : le triomphe du linéaire sur le tabulaire »

Nicolas Labarre et Julien Baudry : « De l’imprimé au numérique et retour. Lecture et perception d’une bande dessinée d’un support à l’autre »

Haniyeh Barahouie : « Entre bande dessinée et jeu vidéo : Le Secret de la Licorne d’Hergé »

Margarita Molina Fernandez : « 2 : expérimenter l’hypermédia dans la bande dessinée numérique »

Le numéro est disponible ici

L’illustration employée plus haut et pour le numéro est tirée de 2, bande dessinée numérique de Margarita Molina Fernández .

 

Michele Morselli (Université de Bologne, Italie)

Michele Morselli est diplômé en double licence à l’Université de Bologne et de Haute-Alsace avec un mémoire sur le narrateur non-fiable intitulé La Réécriture du destin dans Prochain épisode d’Hubert Aquin. En 2016, il se diplôme cum laude en Littératures modernes, comparées et post-coloniales à l’Université de Bologne. Son mémoire, Écrire par devoir de mémoire : les littératures francophones africaines face au génocide rwandais, envisage le statut du code herméneutique dans les écritures romanesques du génocide. Après une expérience à l’Université McGill de Montréal, il est professeur de langues étrangères au collège et au lycée. Depuis 2017, il est doctorant du DESE (Doctorat d’études supérieures européennes) à l’Université de Bologne. Ses recherches concernent le tournant pragmatique du roman à énigme, en tant que transfert de compétences trans-génériques dans son archi-texte du XIXe siècle. Entre 2018 et 2019, il a été en séjour de recherche au CELLF (Centre d’étude de langue et littératures françaises) à l’Université Paris Sorbonne. En 2019, il participe aux journées du SINS19 de l’Université de Aarhus et en séjour de recherche au laboratoire Rirra21 de l’Université Paul Valéry Montpellier 3. En 2020, il sera rédacteur du prochain numéro de la revue Rilune, intitulé Le Roman policier : lire et écrire l’enquête en Europe.

Colloque « Adaptations en séries télévisées anglophones des romans pour la jeunesse »

 « Adapting Children’s and Young Adult Novels into Anglophone Television Series »

Journées thématiques internationales de GUEST Normandie saison 2 / International Conference by GUEST Normandy Season 2

 Université de Rouen Normandie, 5-6 Sept. 2019

La légitimation accrue des récits pour la jeunesse depuis quelques décennies et le succès commercial qui a accompagné plusieurs grands phénomènes d’édition bien connus au tournant du XXIe siècle ont confirmé l’inscription de cette production dans la culture de masse et dans le processus de marchandisation qui l’accompagne. Une telle massification a ainsi fait de la littérature pour la jeunesse une des sources privilégiées à laquelle viennent puiser le cinéma tout autant que les séries télévisées aujourd’hui. Il s’agira ici de se pencher non pas sur la culture d’enfance et de jeunesse en général, mais bien sur le processus d’adaptation à l’œuvre dans le passage du livre destiné aux jeunes lecteurs vers la série télévisée. Diverses interrogations retiendront notre attention : ce processus n’est-il que l’extension d’un phénomène qui caractérise aussi la culture adulte ? Observe-t-on des changements de destinataires avec les changements de media ? Quels sont les points de vue privilégiés dans la narration visuelle ? Certains genres sont-ils plus fréquemment adaptés que d’autres ? Regarder une série permet-elle un retour à la lecture de l’ouvrage originel ?

Le programme affiché plus bas est aussi disponible en version pdf et en version Word.

Programme

Continuer la lecture de Colloque « Adaptations en séries télévisées anglophones des romans pour la jeunesse »

Appel : Hommage à Terry Pratchett / Tribute to Terry Pratchett – Nouvelle échéance – 20 janvier 2020

(English version below)

Sir Terry Pratchett nous a quitté prématurément à l’âge de 67 ans le 12 mars 2015, laissant derrière lui une vaste œuvre de Fantasy, dont les quarante-et-un tomes du Disque-monde, récits de Fantasy burlesque se jouant des codes établis et scrutant, par le détour métaphorique, les travers de notre propre monde. Alors qu’Amazon Prime Vidéo a lancé la diffusion de la série Good Omens, adaptée du roman De bons présages écrit par Pratchett en collaboration avec Neil Gaiman, il nous paraît nécessaire de rendre hommage à cet immense auteur de Fantasy. C’est pourquoi pour son 8ème numéro, Fantasy Art and Studies vous invite à proposer des articles consacrés à l’œuvre de Pratchett ainsi qu’à ses diverses adaptations en téléfilms, dessins animés, jeux vidéo, bandes dessinées et jeux de société, sans oublier les produits dérivés commercialisés par The Discworld Emporium.

Continuer la lecture de Appel : Hommage à Terry Pratchett / Tribute to Terry Pratchett – Nouvelle échéance – 20 janvier 2020

Adeline Werry (Université Catholique de Louvain, Belgique)

Après avoir obtenu un master en Langues et lettres modernes et anciennes ainsi qu’un master de spécialisation en Cultures visuelles, Adeline Werry est à présent doctorante à l’Institut Langage et Communication (ILC) de l’Université Catholique de Louvain (UCLouvain, Belgique). Elle est membre du projet EOS B-magic qui vise à écrire l’histoire non encore écrite de la lanterne magique en tant que média de masse en Belgique entre 1830 et 1940. Dans le cadre de ce projet, elle mène des recherches axées sur les plaques de verre de lanternes magiques dans les domaines de la sémiotique, de la narratologie et de la communication. Elle réalise sa thèse sous la direction de Philippe Marion(UCLouvain), de Dominique Nasta (ULB) et de Sébastien Fevry (UCLouvain).

Nouveau numéro de Fantasy Art and Studies

Vient de paraître le 6ème numéro de Fantasy Art and Studies consacré à la mythologie nordique. Ce numéro rassemble 5 articles qui explorent notamment l’influence nordique sur Tolkien, Robert E. Howard et le jeu de rôle Donjons et Dragons, ainsi que 6 nouvelles ancrées dans les mythes scandinaves, et le nouveau chapitre de la BD de Guillaume Labrude qui confronte son héroïne Jézabel à Odin lui-même.

Le numéro peut être commandé directement auprès de l’imprimeur Books on Demand, ainsi que sur les librairies en ligne où il est actuellement en cours de référencement. Une version ebook sera prochainement disponible.

Pour commander le numéro ou consulter la table des matière, voir ici.

 

Anaïs Goudmand (Université de Lausanne, Suisse)

Anaïs Goudmand est première assistante à l’Ecole de Français Langue Etrangère de l’Université de Lausanne. Sa thèse, intitulée Récits en partage. Expériences de la sérialité narrative en culture médiatique, a été dirigée par Raphaël Baroni (Université de Lausanne) et Jean-Marie-Schaeffer (EHESS). Elle porte sur les différentes formes que revêt l’expérience des récits sériels, telles qu’elles sont modelées par les contraintes de production et de diffusion de la culture médiatique.

Continuer la lecture de Anaïs Goudmand (Université de Lausanne, Suisse)