Tous les articles par Flavie Falais

Parution : On ne vit pas de la bande dessinée. Trajectoires professionnelles d’auteurs à Angoulême (PUL)

Sylvain Aquatias, On ne vit pas de la bande dessinée. Trajectoires professionnelles d’auteurs à Angoulême,  Liège, Presses Universitaires de Liège, collection ACME, 2024. 

Présentation

Les albums de bandes dessinées ont envahi les rayons des librairies et les médias annoncent tous les ans des ventes records. Mais qu’en est-il de ceux qui réalisent ces albums ? Comment sont-ils devenus auteurs de bande dessinée ? Où se sont-ils formés ? Vivent-ils de leur art ?
Si le titre de l’ouvrage laisse peu d’illusions sur la réponse finale à cette dernière question, c’est en suivant quarante-quatre artistes habitant Angoulême ou ses environs, depuis leurs premiers dessins jusqu’à leur carrière actuelle, que l’on pourra comprendre comment se construisent les carrières professionnelles des auteurs de bande dessinée.
Arpentant les pavés angoumoisins pendant trois ans, le sociologue et son complice ont essayé de décrypter les logiques de création, de publication et de rétribution des auteurs de bande dessinée, contribuant à la fois à une meilleure compréhension de leurs conditions de vie, mais aussi, plus largement à des questions tenant à la socialisation, aux modes de travail, au fonctionnement des réseaux et à la transformation des statuts des artistes de bande dessinée.
 
Sylvain Aquatias, MCF HDR à l’Université de Limoges, GRESCO (UR 15075).

Parution : Le Roman noir. Une histoire française (PUF)

Natacha Levet, Le Roman noir. Une histoire française, Paris, Puf, 2024.
 
Présentation
 
Le roman noir français est généralement considéré comme un héritier du récit hardboiled américain, né dans les années 1920. Pourtant, il est aussi le résultat d’une histoire française, d’influences littéraires diverses et de pratiques éditoriales qui ont « inventé » le roman noir. Après Mai 68, le roman noir français cultive en effet sa singularité et reconvertit le genre en acte critique, idéologiquement investi : parce qu’il se veut une radiographie critique et politique de la société, de ses institutions, voire un instrument d’intervention sociale, il remet résolument en cause le « roman national », donnant voix aux invisibles du temps présent et offrant un tombeau aux victimes muettes du passé.
 
Natacha Levet est enseignante-chercheuse à l’Université de Limoges, au sein du laboratoire EHIC (UR 13334). 
 
 

PARUTION : Collection “J’aimerais t’y voir”

Lancement d’une nouvelle collection d’essais critiques sur la littérature jeunesse : “J’aimerais t’y voir”, aux éditions On ne compte pas pour du beurre

En librairie à partir du 22 février 2024

100 pages, 14 x 18 cm, 10€

Présentation

La collection “J’aimerais t’y voir”, propose un espace de pensée sur les recherches et pratiques en cours autour des représentations en littérature jeunesse, plus précisément à l’intérieur de la production d’albums jeunesse en France. Des listes bibliographiques commentées complètent chaque ouvrage. 

Trois ouvrages viennent inaugurer cette nouvelle collection : 

Sarah Ghelam et Spencer Robinson, Où sont les personnages LGBTQI+ en littérature jeunesse ?

Priscille Croce, Où sont les albums jeunesse anti-sexistes ?

Sarah Ghelam, Où sont les personnages d’enfants non-blancs en littérature jeunesse ?

Consulter le communiqué de presse

Appel à communications : Le rôle de la littérature dans la réflexion sociale sur les catastrophes naturelles, de l’Antiquité à nos jours (en ligne)

Journée d’études “Le rôle de la littérature dans la réflexion sociale sur les catastrophes naturelles, de l’Antiquité à nos jours”

30 mai 2024

En ligne

Date d’échéance des propositions : mercredi 20 mars 2024

Organisée par le CELIS, sous la direction de Kim Lefebvre et d’Hélène Vial (Université Clermont Auvergne, CELIS)

Texte de l’appel

Cette journée d’études s’inscrit dans un projet scientifique porté conjointement par le Centre de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS, UR 4280) et par le Centre International de Recherche « Catastrophes naturelles et développement durable »  (CIR-4) mis en place par le CAP 20-25 du label I-Site de l’Université Clermont Auvergne.

Le programme multidisciplinaire du CIR-4 vise à « étudier l’ensemble des facteurs de la chaîne des risques liés aux aléas naturels générateurs de catastrophes (éruptions volcaniques, séismes, tsunamis, orages, précipitations intenses, crues…), depuis l’aléa lui-même jusqu’à la prise en compte de ses dimensions humaines, sociales et économiques, afin d’en réduire les impacts et les conséquences ». Cette journée d’étude a pour objectif d’enrichir les recherches conduites par le CIR-4 sur les interactions complexes entre les aléas naturels et les sociétés avec une approche littéraire et, plus spécifiquement, sociopoétique. Celle-ci consiste à étudier l’influence des représentations sociales dans la création littéraire en ce qu’elles constituent un champ culturel servant d’avant-texte ; la compréhension des interactions entre les représentations sociales circulant dans l’imaginaire collectif et le processus d’écriture permet d’éclairer les œuvres et les réflexions et évolutions sociales qu’elles peuvent à leur tour susciter.

Continuer la lecture de Appel à communications : Le rôle de la littérature dans la réflexion sociale sur les catastrophes naturelles, de l’Antiquité à nos jours (en ligne)

Exposition : Regarde ! 150 ans de livres de photographies pour les enfants (Gentilly)

Exposition “Regarde ! 150 ans de livres de photographies pour les enfants”

Exposition présentée du 1er mars au 31 mai 2024, vernissage le jeudi 29 février à 18h

Maison de la photographie Robert Doisneau (Gentilly)

Entrée libre du mercredi au vendredi de 13H30 à 18H30 et les samedi et dimanche de 13H30 à 19H, fermée les jours fériés

Présentation de l’exposition

Dès le 19ème siècle, la photographie a trouvé sa place dans les livres pour enfants et nombre de photographes de renom ont contribué à leur élaboration : Laure Albin-Guillot, Claude Cahun, Dominique Darbois, Robert Doisneau, Tana Hoban, André Kertész, Ergy Landau, Thérèse Le Prat, Annette Messager, Sarah Moon, Emmanuel Sougez ou encore Ylla.

En conviant le visiteur à circuler à travers les pages de livres publiés de la fin du 19ème siècle à nos jours, l’exposition Regarde ! 150 ans de livres photos pour les enfants permettra de prendre connaissance de la grande variété d’une production ayant marqué plusieurs générations et façonné bien des regards.

Consulter le dossier de presse

Journée d’études : Dumas Républicain (Université de Caen Normandie)

Journée d’études “Dumas Républicain” 

16 février 2024

Université de Caen Normandie · Campus 1 · MRSH · salle des thèses · SH 028

Organisée par Julie Anselmini, Université de Caen Normandie (LASLAR) et Université Suor Orsola Benincasa de Naples

Résumé 

Dumas s’est précocément déclaré en faveur du régime républicain, et cette position n’a fait que se renforcer au cours de sa vie, comme le manifeste, en 1860, son engagement aux côtés de Garbaldi. Pour autant, il a cultivé des relations d’amitié avec des membres de la famille Bonaparte ou d’Orléans, et les moeurs aristocratiques du Grand Siècle n’ont pas laissé que de le fasciner. Cette journée d’études a donc pour objectif d’étudier toutes les manifestations du républicanisme de Dumas, dans sa vie comme dans sa production journalistique et littéraire, mais aussi de chercher à comprendre les nuances, voire les ambiguïtés que ce républicanisme a pu revêtir. 

Programme

11h – Julie Anselmini, Introduction

11h20 – Jocelyn Fiorina, « Dumas et la République romaine (1849) »

12h – Sylvain Ledda, « Lorenzaccio-Lorenzino : la République en question »

12h45 – Déjeuner

14h15 – Lise Dumasy, « Entre écriture mémorialiste et écriture fictionnelle : l’autoportrait de Dumas en républicain dans les premières années du Second Empire »

14h55 – Isabelle Safa, « De la démocratie en Amérique : les ambiguïtés libérales d’un républicain »

15h35 – Alvio Patierno, « Quelques manifestations du républicanisme de Dumas dans le journal L’Indipendente »

Consulter le programme

Appel à communications : Vandalizing the Classics: Subversion, Parody and Satire in Video Game Adaptations of Literature – GamesLit 2024 (Université de Rouen)

Games and Literary Theory 2024 Conference (GamesLit) : « Vandalizing the Classics: Subversion, Parody and Satire in Video Game Adaptations of Literature »

16 et 17 mai 2024

Université de Rouen

Date d’échéance : 1er mars 2024 repoussée au 8 mars 2024

Organisé par Laura Goudet (Université de Rouen & IUF) et Clément Personnic (Montreal University)

Texte de l’appel

This year’s Games and Literary Theory conference (16th-17th of May, 2024 – Rouen, France) wishes to bring light on the phenomenon of adaptation by the particular lens of subversion, parody and satire. From sports like soccer transposed into games and games implemented into computer games like chess (Juul 2005, p. 49, Maiore 2023) to movie adaptations that started an important synergy between the cinema and video game industry (Blanchet 2009), games as adaptation have been an ongoing topic of interest in the field of (video) games research. For this conference, we want to explore how classic works of literature have been adapted into games with a specific focus on playful irreverence. In what ways do game adaptations of literary texts ‘speak back’ to their source material? When and why are they deferential and when and why are they disruptive? Is subversion and parody always intentional, or is it sometimes an unintended side-effect of adapting a ‘serious’ medium into a ‘playful’ medium? Equally, we are interested in literary adaptations of games – how do these written works ‘take liberties’ with their ludic intertexts?

Continuer la lecture de Appel à communications : Vandalizing the Classics: Subversion, Parody and Satire in Video Game Adaptations of Literature – GamesLit 2024 (Université de Rouen)

Colloque : “La littérature fantastique et son terroir : relations et évolutions en France et en francophonie (XIXe-XXIe siècle)” (Sorbonne Université)

Colloque international “La littérature fantastique et son terroir : relations et évolutions en France et en francophonie (XIXe-XXIe siècle)”
 
14-16 mars 2024
 
Sorbonne Université 
 
Organisé par Manuela Mohr et Typhaine Sacchi 
 
Entrée libre ou participation en visioconférence sur inscription (fantastique.terroir@gmail.com).
 
 
Description
 
Depuis le XIXe siècle, les théories de la littérature fantastique élaborées en Occident s’appuient majoritairement sur un corpus d’œuvres européennes et américaines. De ce fait, les outils conceptuels existants doivent être repensés pour appréhender le fantastique francophone. 
 
Ce colloque s’intéressera à la littérature fantastique française et francophone et son rapport au terroir entre le XIXe et le XXIe siècle. Le terroir sera entendu comme une donnée matérielle et psychique et comme un concept permettant de penser le lien entre la production fantastique, l’esthétique et les particularités corrélées à un lieu réinventé dans les fictions.  
 
Le colloque réunira des spécialistes et des artistes internationaux qui consacreront leurs analyses aussi bien à des écrivains célèbres qu’à des auteurs peu connus ou oubliés. Le recours à l’anthropologie, l’histoire, l’histoire culturelle ou l’ethnographie permettra de soulever les spécificités de ces textes et des espaces qu’ils dépeignent. 

Appel à communications : Les corps pendulaires. Le temps compté et décompté dans la BD (Angoulême)

Colloque “Les corps pendulaires. Le temps compté et décompté dans la BD“, 10ème édition des Rencontres d’Angoulême. Penser et comprendre la bande dessinées – Corps et BD

Mercredi 20, jeudi 21, vendredi 22 novembre 2024

Angoulême, Musée de la Bande Dessinée

Échéance des propositions : 15 avril 2024

Organisé par Frédéric Chauvaud, Irène Le Roy Ladurie et Denis Mellier, la MSHS de Poitiers, avec la collaboration de la CIBDI et de Magelis et le soutien de l’EESI, du CRIHAM, du FORELLIS, de BDGEN et du Réseau Régional de Recherche en Nouvelle Aquitaine sur la bande dessinée (3RBD).

Texte de l’appel

La bande dessinée possèdent une histoire et noue avec le temps une relation privilégiée. C’est ainsi que l’album Les Murailles de Samaris, de Benoît Peeters et François Schuiten, relate les relations entre deux cités inscrites dans un temps qui n’est pas compté. Quant aux corps, que ce soient ceux marqués par l’évolution de chaque être humain, ou ceux tributaires, et parfois façonnés, par les rythmes de la vie, ils ne peuvent s’échapper d’une case ou d’une planche, à condition de les observer. Jacques Tardi avait confié qu’ « une bande dessiné, ça ne coûte rien de plus à produire que tu temps », sans s’attarder sur la posture des autrices et des auteurs, ni celle des lectrices et lecteurs.            

Continuer la lecture de Appel à communications : Les corps pendulaires. Le temps compté et décompté dans la BD (Angoulême)

Colloque “Les corps pendulaires. Le temps compté et décompté dans la BD“, 10ème édition des Rencontres d’Angoulême. Penser et comprendre la bande dessinées – Corps et BD

Mercredi 20, jeudi 21, vendredi 22 novembre 2024

Angoulême, Musée de la Bande Dessinée

Échéance des propositions : 15 avril 2024

Organisé par Frédéric Chauvaud, Irène Le Roy Ladurie et Denis Mellier, la MSHS de Poitiers, avec la collaboration de la CIBDI et de Magelis et le soutien de l’EESI, du CRIHAM, du FORELLIS, de BDGEN et du Réseau Régional de Recherche en Nouvelle Aquitaine sur la bande dessinée (3RBD).

Texte de l’appel

La bande dessinée possèdent une histoire et noue avec le temps une relation privilégiée. C’est ainsi que l’album Les Murailles de Samaris, de Benoît Peeters et François Schuiten, relate les relations entre deux cités inscrites dans un temps qui n’est pas compté. Quant aux corps, que ce soient ceux marqués par l’évolution de chaque être humain, ou ceux tributaires, et parfois façonnés, par les rythmes de la vie, ils ne peuvent s’échapper d’une case ou d’une planche, à condition de les observer. Jacques Tardi avait confié qu’ « une bande dessiné, ça ne coûte rien de plus à produire que tu temps », sans s’attarder sur la posture des autrices et des auteurs, ni celle des lectrices et lecteurs.            

Continuer la lecture de Appel à communications : Les corps pendulaires. Le temps compté et décompté dans la BD (Angoulême)

PARUTION : LA NOUVELLE-AQUITAINE À L’ÉCRAN (Pierre Beylot et Diane Bracco)

Pierre Beylot et Diane Bracco (dir.), La Nouvelle-Aquitaine à l’écran. Tome I : Territoires et imaginaires fictionnels, Presses Universitaires de Bordeaux, coll. “Cinéma(s)”, 2024. 
 
Parution du premier tome de La Nouvelle-Aquitaine à l’écran, consacré aux territoires et imaginaires fictionnels, coordonné par Pierre Beylot et Diane Bracco (PUB, coll. “Cinéma(s)”). Il s’agit des premiers ouvrages consacrés à l’image que le cinéma, les téléfilms et les séries donnent de la Nouvelle-Aquitaine des années 1960 à nos jours. Ils rassemblent les contributions de spécialistes de cinéma, de langues, de littérature et de géographie, ainsi que des témoignages de réalisateurs.
 
Quels liens se tissent entre un territoire et les films qui le représentent ? Des sentiers de l’île de Ré aux rivages de la côte basque ou aux territoires plus secrets de la forêt landaise ou de la Montagne limousine, la région Nouvelle-Aquitaine est de longue date une terre d’élection pour les tournages de cinéma et de télévision. Cet ouvrage explore la très grande cinégénie des paysages néo-aquitains et s’interroge sur les territoires qu’elle privilégie ou qu’elle laisse dans l’ombre. Elle envisage tour à tour le territoire comme terre d’accueil ou lieu refuge, aussi bien pour les victimes des vicissitudes de l’histoire contemporaine que pour les citadins en quête d’un havre de sérénité et de verdure, l’inscription dans ces territoires de genres tels que le polar ou le thriller, ou encore la réinvention d’un territoire par le truchement de la fiction et le statut des lieux – « ordinaires » ou « remarquables » – qu’elle représente. Des Combattants à Madre, des Petits Mouchoirs à La Promesse ou à Meurtres à, l’ouvrage analyse films d’auteur et grand public, téléfilms et séries tournés en Nouvelle-Aquitaine. Rassemblant les contributions d’une douzaine d’universitaires, il recueille également la parole de réalisateurs (Abel Moreno Pradas pour Fugir de l’oblit, Peter Dourountzis pour Vaurien) qui ont tourné dans la région et évoque la mission patrimoniale de la Cinémathèque de Nouvelle-Aquitaine.