Tous les articles par Elise Ternoy

Appel à contributions : Misopédie : La domination adulte dans les discours contemporains artistiques, scientifiques, politiques et médicaux

Colloque international : Misopédie. La domination adulte dans les discours contemporains artistiques, scientifiques, politiques et médicaux.

3 et 4 octobre 2024

Université de Limoges

Echéance des propositions : 30 avril 2024

Organisé par Cécile Kovacshazy (littératures comparées, UNILIM), Daliborka Milovanovic (éditrice), Laelia Benoit (pédopsychiatrie, CESP), Tanu Biswas (philosophie), Daniel Delanoë (psychiatrie et anthropologie), Olivier Maurel (histoire), Muriel Salmona (psychiatrie).

La misopédie est la haine des enfants (comme on parle de misogynie, à propos des femmes). C’est le sentiment de mépris – le plus souvent inconscient – qu’on porte aux plus jeunes, le rejet qu’on leur fait subir dans le fonctionnement de la polis. Être ou avoir été un·e enfant est la seule et unique expérience universelle commune à tous les êtres humains de la planète. Et pourtant, de générations en générations se reproduit une incapacité à entrer en lien empathique avec l’enfance, une fois qu’on l’a quittée. Cette misopédie n’est pas universelle mais elle est assez répandue et elle varie bien sûr selon les époques et les lieux. Continuer la lecture de Appel à contributions : Misopédie : La domination adulte dans les discours contemporains artistiques, scientifiques, politiques et médicaux

Séminaire : Drôles de petites bêtes 2 – Séance 2 (Séminaire du Greces-Cellam, Rennes 2)

Séminaire : Drôles de petites bêtes 2 (séance 2)

Jeudi 28 mars – 16h-18h

Université de Rennes 2 – salle L. 142.

Organisé par le Greces-Cellam (Rennes 2)

Le séminaire du Greces-Cellam poursuit ses investigations autour des petites bêtes dans la littérature jeunesse.

Jeudi 28 mars, Catherine Sablonnières dressera un état des lieux de la présence des insectes dans les littératures sud-américaines et espagnoles. Helène Valotteau dressera des ponts entre les petites bêtes d’Antoon Krings et ses inspirateurs. Et Laurence Le Guen se penchera sur la figure de l’entomologiste dans les ouvrages de Thierry Dedieu. 

Pour assister en distanciel : catherine.sablonnière@univ-rennes2.fr

 

 

Appel à communications : L’imprévu, l’inattendu dans la littérature et les fictions de jeunesse

Colloque international : l’imprévu, l’inattendu dans la littérature et les fictions de jeunesse

18 et 19 novembre 2024

Université de Lille

Échéance des propositions : 20 juin 2024

Organisé par : Bochra Charnay, Thierry Charnay (ULR 1061 ALITHILA, Université de Lille)

D’une part, il est possible d’envisager l’exploitation créative de l’imprévu dans les récits, comment le fortuit agit sur les parcours des héros, des personnages, comment il produit une crise qui conduit à un renouvellement de la narration, à un retournement de situation, d’autre part, on peut envisager la réécriture, la reconfiguration d’œuvres comme d’un côté une création décalée et d’un autre côté comme l’attente de la surprise par le lecteur qui déclenche l’étonnement. Déséquilibre, dissymétrie esthétique, qui, selon Charles Baudelaire, spécifient l’œuvre d’art : « l’irrégularité, c’est-à-dire l’inattendu, la surprise, l’étonnement sont une partie essentielle et la caractéristique de la beauté »[1]. Continuer la lecture de Appel à communications : L’imprévu, l’inattendu dans la littérature et les fictions de jeunesse

Appel à contributions : Littérature jeunesse et publics empêchés : créer et pérenniser les conditions de leur rencontre

Littérature jeunesse et publics empêchés : créer et pérenniser les conditions de leur rencontre

Revue La rOnde n°6

Echéance des propositions : 6 avril 2024

Date de parution : décembre 2024

La rOnde est une revue annuelle dédiée aux professionnels mettant à l’honneur les médiations du livre et de la lecture en direction du jeune public, publiée par La Petite Bibliothèque Ronde, bibliothèque associative pour enfants installée à Clamart.

Après cinq numéros, successivement consacrés au kamishibaï, au numérique, au théâtre, à l’éveil et l’éducation artistique et culturelle, la bibliothèque lance aujourd’hui un appel à contribution pour sa sixième édition sur les publics empêchés.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Littérature jeunesse et publics empêchés : créer et pérenniser les conditions de leur rencontre

Appel à communications : Féminités et musiques à l’écran. Création, représentations et identités

Nomadland, Chloé Zhao, 2020 – AFP, Searchlight Pictures, Cor Cordium Productions

Colloque international : Féminités et musiques à l’écran. Création, représentations et identités.

Lundi 25 et mardi 26 novembre 2024

Université de Tours

Échéance des propositions : 15 avril 2024

Organisé par Jérémy Michot (Unité de recherche interdisciplinaire Interactions Culturelles et Discursives (ICD) – EA 6297) et Chloé Huvet (EHESS – Centre Maurice Halbwachs)

En juin 2022, Cécile Lacoue présente à Rochefort les résultats d’une enquête intitulée La place des femmes dans l’audiovisuel et le cinéma : vers plus d’égalité ? commandée par le CNC[1]. Largement diffusées et commentées par les sites internet spécialisés dans l’industrie cinématographique[2] ou parmi des collectifs et associations[3], les conclusions générales de ce rapport montrent que la part de femmes dans les différents secteurs des champs audiovisuels et cinématographiques demeure « plus faible dans les entreprise de production et postproduction[4] » (entre 31,7 % et 38,8 %), même si une parité générale semble atteinte. Le volet « Éclairage sur la musique à l’image » du rapport est toutefois bien moins positif : on compte seulement 6,7 % de femmes compositrices dans l’ensemble des projets soutenus par le CNC entre 2012 et 2021[5] – le coût moyen de fabrication des musiques composées par des femmes, précise-t-on, est inférieur de 3,3 % à celles composées par des hommes. Cette étude, menée sur le territoire français, « se vérifie à l’échelle européenne : 9 % de femmes parmi les compositeurs de musiques de films entre 2016 et 2020[6] », conclut Cécile Lacoue. Par ailleurs, la SACEM recense 11 % de compositrices dans le domaine des musiques à l’image en 2022[7], soit une progression très faible qui soulève un certain nombre d’interrogations sur la formation des musicien·nes et leur intégration dans le système de production audiovisuelle dont ce colloque international souhaiterait s’emparer. Continuer la lecture de Appel à communications : Féminités et musiques à l’écran. Création, représentations et identités

Journée d’études : La fantasy, un genre à l’état sauvage ?

“La fantasy, un genre à l’état sauvage ?”

14 mars 2024

Format hybride, par Zoom et Maison de la recherche de l’Université d’Artois (salle I0.05)

Organisé par Pierre Audran, Anne Besson, Olivier Clerc, Charlotte Duranton, Romain Guillaud-Bataille, Marie Kergoat, Pascale Laplante-Dubé, Raphaëlle Raynaud (Université d’Artois, Laboratoire “Textes et Cultures”) Continuer la lecture de Journée d’études : La fantasy, un genre à l’état sauvage ?

PARUTION : Strenæ n°23 : La ville et l’enfant.

Strenæ n°23, “La ville et l’enfant”, sous la direction de Christophe Meunier, 2024.

Nous avons le grand plaisir d’annoncer la parution du n°23 de la revue de l’Afreloce, Strenæ. Recherches sur les livres et les objets culturels de l’enfance. Dirigé par Christophe Meunier, ce numéro est intitulé La ville et l’enfant. Images, récits, espaces.

Accessible en ligne gratuitement ici, le numéro offre une riche table des matières. Ce numéro a bénéficié du soutien du laboratoire InTRu (Université de Tours). Il est dédié à la mémoire de Sandrine Depeau.

Appel à communications : Wings of Ink: Manifestations of Fantasy in Literature, International conference

 

Wings of Ink : Manifestations of Fantasy in Literature

Lundi 13 et mardi 14 mai 2024

Facultad de Filología, Universidad Complutense de Madrid

Echéance des propositions : 15 février 2024

Literature has always found its most fruitful and unrestrained source of creativity in fantasy. When imagination runs wild and boundless, it creates fresh and wild ideas that are not limited by the realism that prevails in other subgenres, which sometimes ends up stifling creativity. Many novels, short stories and poems are filled with fantasy: castles in the sky, dragon riders, warrior princesses, mysterious gates to imaginary worlds, swordsmen, sorceresses, and all manner of mythical creatures. Since the dawn of time, dreamers everywhere have found fantasy in the form of myths, fairy tales and superstitions. Even when reason seemed to prevail in a society increasingly obsessed with science, fantasy found its place in literature. During the 19th century, hundreds of traditions that had been forgotten for decades were rediscovered. The 20th century, for its part, witnessed the revival of those imaginaries in the form of important and famous books: The Lord of the Rings, The Chronicles of Narnia, The Neverending Story, The Books of Earthsea, Harry Potter, etc. These stories defied reality and resulted in the creation of new identities and worlds. Today, their heritage has given rise to a whole literary genre that never ceases to inspire new plots. From fairy tales and epic poems, fantasy has evolved in many directions, seeking new ways of dreaming and creating that fit the taste of 21st-century readers: dragons no longer destroy cities nor kidnap princesses, but are ridden by brave heroes; princesses do not wait for their Prince Charming, but escape their prisons by themselves; knights wear clothes from faraway lands which differ largely from the garments of medieval Europe.

The purpose of this interdisciplinary conference is to encourage a debate, both from a theoretical and comparative perspective, about fantasy in 21st-century literature as the heir of a canon and the promoter of new stories. Generally speaking, the goal is to spark a debate about the current situation of Fantasy and its new forms of expression, both in literature and in other media, and in contrast with other artistic expressions. We wish to stimulate a discussion between tradition and change where every young researcher who wants to delve into this genre can take part and find new approaches and perspectives. 

Appel à communications : Espèces en voie d’apparition. Bestiaires fantastiques et encyclopédies animalières fictives

Colloque “Espèces en voie d’apparition. Bestiaires fantastiques et encyclopédies animalières fictives”.

6, 7 mai 2024

Université Sorbonne Nouvelle

Echéance des propositions : 16 février 2024

Organisé par Émilie Frémond (Unité Mixte de Recherche 7172 THALIM) et Alain Schaffner (Unité Mixte de Recherche 7172 THALIM

« La limnote, la fuge, l’hypille, le ventisque, le lure, le figile, le lépandre, la galoupe, l’ancret, le furiste, le narcile, l’aulique, la gymnestre, la louse, le drangle, le ginel, le sémelique, le lipode, l’hippiandre, le plaisant, la cadmée, la fuyau, la gruge, l’étran ». Ainsi commence la liste des 1111 oiseaux que Valère Novarina appelle un à un dans son Discours aux animaux, mettant au défi le spectateur de retrouver trace de ces noms à la fois étranges et familiers. Tel est le piège des noms savants comme des encyclopédies qui prétendent fournir le détail (étymologie, anatomie, histoire) d’espèces inventées de toutes pièces, que la large diffusion du savoir scientifique rend aujourd’hui plus encore qu’hier possible. Continuer la lecture de Appel à communications : Espèces en voie d’apparition. Bestiaires fantastiques et encyclopédies animalières fictives

Appel à communications : Temps lointains – De la littérature géologique à la science-fiction, XIXe-XXIe siècle

Journée d’étude jeunes chercheurs : Temps lointains – De la littérature géologique à la science-fiction, XIXe-XXIe siècle.

13 juin 2024

Université Gustave Eiffel, Paris-Est (Champs-sur-Marne) – LISAA (FTD)

Echéance des propositions : 24 mars 2024

Organisé par Tristan Tailhades et Sarah Mallah, Laboratoire Littératures, Savoirs et Arts (LISAA)

Aux XVIIIe et XIXe siècles, c’est à la géologie qu’il est revenu de s’engager dans « le sombre abîme du temps » qu’évoquait Buffon, et de révéler que l’histoire du monde ne s’écrivait pas en milliers d’années, comme l’enseignait l’Écriture, mais en millions et bientôt en milliards d’années. On sait l’usage qu’ont fait les sciences de ces très longues durées : Charles Darwin y a adossé sa théorie de l’évolution, qui ne réclamait pas moins que « des milliers de générations » (Darwin, 1859) pour expliquer le passage progressif d’une espèce à une autre. Les temporalités longues des sciences de la nature ont inspiré à Michelet, dans le domaine des sciences humaines, des développements sur la préhistoire des nations (Petitier, 1997). Les découvertes scientifiques rendent possible d’imaginer le monde en des temps très éloignés, dans le passé comme dans le futur. Sur le plan politique, Roger Luckhurst rappelle que le XIXe siècle est le grand moment de la domination des empires coloniaux, ce qui explique selon lui l’élargissement des échelles à la fois temporelles et spatiales  (Luckhurst, 2012). Continuer la lecture de Appel à communications : Temps lointains – De la littérature géologique à la science-fiction, XIXe-XXIe siècle