Tous les articles par Anne Besson

Colloque : « Fantasy et Histoire(s) »

Colloque des Imaginales : « Fantasy et Histoire(s) »

Epinal, Parc du Cours, dans le Magic Mirror « Salon perdu »

22-23 mai 2018

 

Direction scientifique : Anne Besson (Université d’Artois), Christian Chelebourg (Université de Lorraine), Stéphanie Nicot (directrice artistique des Imaginales), Natacha Vas-Deyres (Université de Bordeaux-Montaigne)

Comité d’organisation : Stéphane Wieser (directeur du Festival des Imaginales d’Epinal), en association avec le Comité d’Histoire régionale – Région Grand Est (Vianney Muller) et les IME (Jacques Oréfice)

Programme

Mardi 22 mai

9h : Accueil

9h15 : mot de bienvenue

Séance 1 : Pensées de l’histoire en fantasy

9h30 Viviane Bergue, « Primhistoire, temporalité cyclique et chronologie linéaire : le temps de la Fantasy »

10h Maureen Attali, « La fantasy comme nouveau mythe : la question du statut et de l’exploitation de la littérature en histoire à partir de l’exemple du roman Lavinia d’Ursula K. Le Guin »

10h30 : pause

Séance 2 : Des univers inscrits dans le temps Continuer la lecture de Colloque : « Fantasy et Histoire(s) »

Appel : Fans de culture pop asiatique

Appel à articles pour la revue de Mechademia, Second Arc

Transnational Fandoms

image : la JapaN’ Game (Brive, Haute-Loire)

The CFP for Mechademia 12.1, Transnational Fandoms, is now available. The issue will explore the global consumption, creative (re)production, and widespread redistribution of East Asian popular culture.

The CFP will close on June 1, 2018. Questions and submissions may be directed to the Submissions Editor at submissions [at] mechademia.net.

In tandem with the 2018 Mechademia conference in Minneapolis, this volume of the Second Arcjournal will focus on the theme of Transnational Fandoms. It will explore the global consumption, creative (re)production, and widespread redistribution of East Asian popular culture, including, but not limited to, fan cultures surrounding manga, anime, popular cinema, music, fashion, and gaming. Authors are invited to submit papers of 5000-7000 words by June 1, 2018.

Media fandoms arose in Japan and the United States contemporaneously, growing out of the proliferation of mass media in the twentieth century, particularly after the spread of the television in the 1950s and 1960s. As the work of scholars such as Marc Steinberg has made clear, the origins of what is known in Japan as the “media mix” and in the United States as “convergence” or “transmedia” (after the work of communications scholar Henry Jenkins) lay in the rise of Astro Boy and its associated merchandising in the 1960s. From the cross-cultural science fiction fandom scene of Worldcon, brought home to Japan in the 1970s, to the European obsession with Takemiya Keiko, Hagio Moto and the Izumi Salon in the same decade, fandom in the broadest sense has always been transnational. In the 1970s, 1980s, and 1990s, and with increasing simultaneity of access enabled by the rise of fandom cultures online since, transnational fandoms focused on East Asian media have proliferated globally. At the same time, the media mix model has increasingly conquered Hollywood, as is evident in the global success of the “Marvel Cinematic Universe” at the box office.

Transnational fan cultures have played an active role in these developments, and professional creators continue to evolve in their attempts to court and to corral fandom approval and fan production. Friction between these groups, and the slippages among them Continuer la lecture de Appel : Fans de culture pop asiatique

Appel : Théâtre et jeunesse

Appel à contribution pour un numéro de la revue Strenæ

Expériences théâtrales et idéologies. Les conditions d’émergence du théâtre pour la jeunesse en Europe (Sibylle Lesourd, dir.)

Pour le 14/12/18

Au cours du XXe siècle, le théâtre pour la jeunesse s’est constitué au fil d’expériences pionnières qui ont préexisté, en France, à l’édification d’un répertoire à l’orée des années 2000. À présent que ce répertoire dramatique a pris une place vivante au sein de la littérature de jeunesse, nous proposons de faire retour sur ces expériences pionnières, dans une démarche à la fois historique et esthétique. On s’efforcera notamment de comprendre en quoi les idéologies du XXe siècle ont pu influencer, voire susciter le développement d’un théâtre pour la jeunesse en Europe.

Il s’agira donc de préciser les conditions d’émergence du théâtre pour la jeunesse en Europe depuis l’entre-deux-guerres jusqu’aux années 1950, cette période ayant favorisé l’éclosion de pratiques théâtrales avec et pour les jeunes. En France, on oppose généralement les expériences novatrices menées par Léon Chancerel et Miguel Demuynck à celles, jugées plus commerciales, du Théâtre du Petit Monde. Ces exemples méritent d’être reconsidérés, nuancés. D’autres cas européens demandent à être explorés en détail afin de mieux percevoir ce qui s’est inventé à une époque où les sociétés se préoccupaient tout à coup des loisirs enfantins et où certains états totalitaires utilisaient le théâtre pour les jeunes à des fins idéologiques. Les expérimentations menées en URSS et dans les démocraties populaires suite à l’avènement du régime soviétique méritent une attention particulière : elles ont fasciné autant par leur ampleur (due à la cohérence du projet politique) que par leur exemplarité artistique.

Plusieurs perspectives de réflexion se dessinent :

– On interrogera les fondements idéologiques de ce premier théâtre par et pour la jeunesse : ce qui relève, dans sa conception, d’un idéal Continuer la lecture de Appel : Théâtre et jeunesse

Appel : High & Low

Appel à communications de Marges (revue d’art contemporain)

Journée d’études « High & Low »

27 octobre 2018, INA, Paris

De nos jours, la distinction traditionnellement faite entre un art « noble » et un art « populaire » peut sembler renvoyer à une question relativement désuète. On observe pourtant qu’en pratique des hiérarchies implicites subsistent à propos de ce qui distingue l’art « véritable » du reste, même lorsque, dans différents contextes, est remise en cause l’échelle des mérites artistiques. Il s’agit notamment d’un effet de l’acception commune de la notion d’« art » comme terme « laudateur » (Schaeffer ; 1996), une qualité qui s’ajoute aux artefacts ordinaires et les sort de leur aspect routinier et banalisé. De même, des « professionnels », comme les esthéticiens ou les critiques, ont souvent pour tâche de classer les produits artistiques selon qu’ils sont dignes ou non de l’appellation art. Poser la question du mérite en ce qui concerne les arts revient ainsi à faire acte non seulement de jugements esthétiques ou artistiques mais aussi moraux. Les spécialistes ne cherchent pas uniquement à trancher ou à délibérer autour de débats philosophiques : leur activité est également responsable, d’une manière directe ou indirecte, de la répartition des « ressources précieuses » (Becker ; 1982) que constituent les salles de concert, les espaces des musées, les subventions, les aides, les postes, etc.

Cette journée d’études s’attache à analyser les principes et les conditions de la hiérarchie des arts selon les cultures ou les géographies, tant occidentales que non occidentales. En ancrant les questions de dignité et/ou de légitimité artistique des œuvres dans une vision pragmatique, les critères d’évaluation apparaissent ainsi à la fois comme mobiles et comme des données constantes.Ils sont Continuer la lecture de Appel : High & Low

Journée : le 68 des enfants

Journée : Le 68 des enfants : albums en révolution, quel héritage ?

Jeudi 17 mai, Médiathèque Françoise Sagan, 75010 Paris

Voir le programme

Illustration de Nicole Claveloux pour Alala : les télémorphoses de Guy Monreal (1970)

A l’occasion des 50 ans de mai 1968, cette journée d’étude prolonge le colloque « 68 and Boundaries of the Chilhood » (Tours, octobre 2017) et accompagne l’exposition « Le 68 des enfants : l’album jeunesse fait sa révolution » à la médiathèque Françoise Sagan. Universitaires, créateurs et professionnels du livre reviendront sur les années 1965-1975. Ils montreront la façon dont la culture enfantine, et tout particulièrement l’album pour enfants, ont connu un changement radical et durable grâce à l’apport d’éditeurs et d’illustrateurs d’avant-garde. Ils s’interrogeront sur l’héritage de cette période dans les albums d’aujourd’hui.

Journée d’étude organisée par le Fonds patrimonial Heure joyeuse / médiathèque Françoise Sagan et le Centre national de la littérature pour la jeunesse/ BnF, avec la collaboration de Sophie Heywood, coordinatrice du projet de recherche international ‘The children’s’68’.

Appel : Cinéma et littérature jeunesse

Appel à communication : Cinéma et littérature jeunesse

Colloque international 15-16 novembre 2018 – BnF/CNLJ

Réponses avant le 16 mai

La Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse et le Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines de l’Université Paris-Saclay, en partenariat avec l’Afreloce (Association française de recherches sur les livres et objets culturels de l’enfance), avec le soutien d’Images en bibliothèques et de la Cinémathèque française, organisent les 15 et 16 novembre 2018 un colloque international à Paris sur le thème Cinéma et littérature de jeunesse : quelles passerelles entre écrits et écrans ?

S’il est désormais communément admis que le passage de millénaire s’est traduit entre autres modifications par un changement majeur de paradigme (de la galaxie Gutenberg à la galaxie numérique) affectant l’ensemble des pratiques de création et de consommation, il n’est pas certain que cette évolution doive nécessairement, dans l’ordre culturel, s’accompagner du constat désabusé selon lequel « les jeunes générations ne lisent plus mais passent leur vie devant des images ». La bonne santé de l’édition jeunesse, à la créativité plus que jamais féconde, suffirait à invalider une telle idée reçue – pourtant bien ancrée dans les mentalités – ; les jeunes ont sans conteste validé massivement les représentations iconiques, qui accompagnent bel et bien leur quotidien, mais ils n’ont pas pour autant oublié les écrits au seul profit des écrans…

On s’intéressera ici plus particulièrement à la question des rapports entre récits écrits et récits filmiques, en s’interrogeant sur la nature du lien qui régit désormais le monde des livres et celui des films.

Les contributions attendues (des universitaires, des créateurs comme des professionnels de la culture) auront pour objet d’étudier les formes et les enjeux d’un tel dialogue.

Lire l’appel (pdf)

À adresser à Marion Caliyannis (marion.caliyannis@bnf.fr) : titre et résumé de 2000 signes maximum, ainsi qu’une brève notice bio-bibliographique de l’auteur.

Appel : détectives internationaux

Watching the Transnational Detectives: Showcasing Identity and Internationalism on British Television

8-9 Novembre 2018, Londres 
Réponses attendues pour le 1er juin 2018

A recent article in the Evening Standard posed the question ‘Is it a coincidence that just as governments are seeking to close their borders, television is opening them?’ (March 15 2017). Indeed, in post-Brexit Britain, television viewers have access to an ever increasing number of foreign language programmes. And ‘with the boom in streaming services, a single TV drama can cross borders like never before. Yet still, telling local stories appears to be the secret to international appeal’ (ibid). But what is the relationship between the local, national, and transnational that is presented on screen? And how do these dramas influence viewers’ perceptions of the countries, nationalities and languages which are depicted on screen?This conference will address these questions by focusing on popular global crime dramas that are available with English sub-titles to Continuer la lecture de Appel : détectives internationaux

Parution : Kaamelott et l’histoire

Kaamelott, un livre d’histoire, Justine Breton et Florian Besson (dir.), éditions Vendémiaire, 2018

 

Le Graal pourrait-il être un bocal à anchois ? Comment Perceval connaît-il la Poétique d’Aristote ? Merlin tient-il du démon ou de la pucelle ? Les règles du sloubi seraient-elles inspirées de celles du trut ? Les dragons étaient-ils des anguilles ? Recrutait-on les chevaliers à la taverne ? Pourquoi le casque du Viking est-il cornu ? S’est-on rendu compte à Kaamelott que l’empire romain avait pris fin ?

La série télévisée Kaamelott qui met en scène le roi Arthur et les chevaliers de la Table Ronde a marqué le public par son humour décapant, ses personnages loufoques et ses répliques devenues cultes. Mais faut-il prendre au sérieux la façon dont elle réécrit aussi bien la légende arthurienne qu’une période historique charnière, entre Antiquité tardive et Moyen Âge ? C’est le pari qu’a fait une équipe de jeunes chercheurs : montrer que, au-delà des anachronismes qui font toute la saveur de la série, Kaamelott produit un discours riche d’enseignement. Tant il est vrai que chaque génération réactualise ses mythes, les parodiant ou les réinventant Continuer la lecture de Parution : Kaamelott et l’histoire

Appel : SF et bande dessinée

Appel à contributions pour le dossier n° 14 de ReS Futurae

« Présence de la science-fiction dans la bande dessinée d’expression française »

Pour le 31 mai 2018

Dossier dirigé par Alain Boillat (Université de Lausanne)

 

Les contributions du dossier se pencheront sur la place accordée à la science-fiction au sein de ce phénomène de presse puis d’édition qu’est la bande dessinée d’expression française en examinant en tant que modes d’appropriation du genre différents régimes visuels apparus au cours de l’histoire du médium, de Saint-Ogan à Pellos jusqu’aux productions contemporaines. La délimitation linguistique du corpus – très différent des comics ou des mangas au niveau du style, du contexte d’édition/réception et du réseau intertextuel – tient au constat qu’à l’intérieur de l’espace géographique, linguistique et culturel de la bande dessinée dite « franco-belge » qui en constitue le noyau, le genre de la SF a été plutôt sous-représenté dans la période d’essor de l’après-guerre en raison de nombreuses caractéristiques – souvent héritées des comic strips – peu compatibles avec la loi de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse. Exception faite de la reprise de matériel d’exportation venant des Etats-Unis (notamment les récits de super-héros), la bande dessinée de SF s’est en effet développée dans un premier temps plutôt via les petits formats (à l’exemple de la série Meteor chez Artima) qui ne visaient pas en priorité le public enfantin ou, s’est inscrite, chez des dessinateurs de premier plan comme Hergé, Jacobs ou Franquin, dans une filiation de l’anticipation scientifique à la française qui reste à explorer dans ses rapports à la science-fiction.

Faire l’histoire du genre à travers différents contextes permet d’aborder des questions de légitimation culturelle : la science-fiction étant quasiment confondue, dans les discours de défense d’une Continuer la lecture de Appel : SF et bande dessinée

Séminaire LPCM : Imaginaire enfantin

Séance du séminaire du Phistem-LPCM « Cultures de l’imagination »  

Vendredi 6 avril, de 14h à 17h, en salle des conseils (bâtiment L, 4e étage, salle L436)  :

Sébastien François (université Paris 13), « Les fabricants de l’imaginaire enfantin : regards croisés sur la production des objets et des médias de l’enfance ».

Image (c) Catherine Rondeau

 

Association internationale des chercheurs en « Littératures populaires et culture médiatique » / International Research Association in Popular Literature and Media Culture