Tous les articles par Anne Besson

Colloque : Rebelles et imaginaire

Colloque annuel du CERLI 2018
« Rebelles : figures et représentations de la contestation sociale dans les littératures de l’imaginaire »


Du mercredi 3 au vendredi 5 octobre 2018


Université de La Rochelle, CRHIA, Pôle Communication Multimédia Réseaux

Image : Hunger Games, La Révolte


Programme :


Mercredi 03 octobre 2018 : amphithéâtre du pôle Communication
Multimédia Réseaux

• Evolution et déconstruction de la figure du rebelle
9H30-10h10 : Jonathan FRUOCO, « Robin des Bois : noble voleur ou voleur des nobles ? »
10H10- 10H50 : Albain LE GARROY, « Les Prédateurs de Whitley Strieber : des rebelles immortels »
10h50-11h05 : pause
11H05-11H40 : Natalia CHUMAROVA, « La figure de rebelle et la création de la rébellion dans la science-fiction d’Ivan Efremov »
12H : pause déjeuner
• Le rebelle comme figure de la contestation nationale Continuer la lecture de Colloque : Rebelles et imaginaire

Parution : BD, intelligence et subversion

Pascal Robert, La bande dessinée, une intelligence subversive, Lyon, Presses de l’Enssib, 2018.

Pascal Robert se propose de revenir sur la manière dont la bande dessinée donne à voir les mondes qu’elle met en scène. En réhabilitant la capacité réflexive de la bande dessinée, il revalorise la place et la fonction narrative du décor et du corps, questionne la figure du lecteur et interroge le dialogue que la bande dessinée a noué avec ses supports.
Il discerne ainsi une forme singulière d’intelligence graphique, profondément subversive.
Pascal Robert est professeur des universités à l’Enssib où il anime le séminaire « La bande dessinée en questions ». Il a dirigé Bande dessinée et numérique (CNRS Éditions, 2016) et publié De l’incommunication au miroir de la bande dessinée (Presses universitaires Blaise Pascal, 2017)

4ème de couverture :

« Ce livre fait le pari de l’intelligence de la bande dessinée. Une intelligence profondément subversive.

Intelligence cognitive, puisqu’elle sait fort bien se théoriser elle-même. L’analyste n’ayant plus, dès lors, qu’à se mettre modestement à son écoute -première subversion. Continuer la lecture de Parution : BD, intelligence et subversion

Parution : « Belphégor : Charles Grivel »

Revue en ligne Belphégor  n°16/1 « Hommage à Charles Grivel », 2018

Ce numéro d’hommage à Charles Grivel, qui nous a quittés voici trois ans, rassemble un certain nombre de textes importants de ce pionnier des études sur la culture médiatique et populaire. Sa voix alterne avec celle de partenaires qui l’ont connu et qu’il a inspirés (Denis Mellier, Jan Baetens, Marie-Eve Therenty, Sarah Monbert…), pour saluer « son audace de franc-tireur, d’accélérateur de questionnements et de défricheur de chemins de traverse » (Jacques Migozzi et Matthieu Letourneux).

https://journals.openedition.org/belphegor/1056

 

Parution : Goldorak

Goldorak. L’aventure continue, sous la direction de Sarah Hatchuel et Marie Pruvost-Delaspre, Tours, PUFR collection « Sérial », 2018

 

Diffusé pour la première fois en France dans l’émission Récré A2 en juillet 1978, Goldorak, dessin animé japonais (1975-1977) réalisé par le studio Tôei Animation en lien avec le manga de Gô Nagai UFO Robo Grendizer, raconte le combat d’Actarus contre les forces de Véga commandées par le Grand Stratéguerre. En France, le dessin animé est un succès immédiat. Il marque toute une génération d’enfants, fait la Une de Paris Match en janvier 1979 et suscite colère et désespoir chez les adultes qui le relèguent au rang de « japoniaiserie » et l’accusent d’influences délétères sur les jeunes téléspectateurs.

Or, quarante ans après sa première diffusion, Goldorak est toujours là, sans cesse réapproprié et « métamorphosé » pour être transmis à une nouvelle génération de spectateurs. Il est temps de porter un nouveau regard sur cette fiction sérielle. Au-delà des informations factuelles et techniques que l’on peut trouver sur Internet, ce livre propose de penser avec Goldorak, de mettre en lumière les complexités culturelles du dessin animé et de présenter des analyses et interprétations originales, à travers le prisme de l’histoire, la civilisation japonaise, la littérature, le théâtre, le cinéma, la musique ou l’étude des médias. Il s’agit de prendre Goldorak au sérieux.

Christine Thoër (UQAM)

 

Professeure titulaire, département de communication sociale et publique, Université du Québec à Montréal

Domaines de recherche : Réception en contexte connecté, transformation des pratiques spectatorielles en contexte connecté, attachement des adolescents et des jeunes adultes aux séries et aux YouTubers, usages des récits de fiction, témoignages en ligne, méthodes de recherche qualitative.

Pour plus d’information : consulter mon CV en ligne : http://blogsgrms.com/cthoer/

Parution : Séries de SF

Florent Favard, Le Récit dans les séries de Science-fiction, de Star Trek à X-Files

Armand Colin, 2018.

 

Héritières des serials cinématographiques et des magazines pulp, les séries de science-fiction accompagnent la production télévisuelle depuis ses débuts. Elles ont soutenu, et souvent même mené de front, l’évolution de la complexité narrative de ce format au fil des décennies, hier au sein de la production nord-américaine, aujourd’hui à travers le monde, participant ainsi largement au renouvellement du genre.
Cet ouvrage remonte aux origines des séries de science-fiction et s’appuie sur plusieurs exemples représentatifs d’aujourd’hui pour présenter leurs grands prototypes narratifs et leurs principaux motifs. Il permet de comprendre ce que la science-fiction a apporté à la télévision, et ce qu’en retour le petit écran a offert au genre de l’imaginaire le plus à même d’interroger notre avenir et ses possibles. De Star Trek à X-Files, de l’utopie à la dystopie, il révèle comment, épisode après épisode, année après année, les séries de science-fiction explorent des mondes extraordinaires, reformulent et rendent plus concrets nos craintes et nos espoirs…

Lire un extrait sur le site de l’éditeur

Parution : Eco-graphies

Éco-graphies. Écologie et littératures pour la jeunesse

Nathalie Prince et Sébastian Thiltges (dir.), Presses Universitaires de Rennes coll. « Interférences », 2018

Alors que la nature a toujours eu bonne presse dans les livres pour enfants et pour adolescents, une préoccupation, voire un sentiment d’urgence, s’immisce, dès la seconde moitié du XXe siècle, dans les écrits et les images représentant animaux, végétaux et environnements à destination des jeunes lecteurs. Loin de simplifier la pensée écologique, des auteurs rendent sensible la complexité de l’interaction entre l’humain et la nature en créant des images, en inventant des histoires et en réinventant les formes pour les raconter. Qu’apporte cette littérature à la jeunesse ? N’est-elle là que pour transmettre le fameux message « écolo » de l’adulte à ceux qui grandissent ?

 

Parution : Prescription culturelle

Prescription culturelle : avatars et médiamorphoses

Sous la direction de Brigitte Chapelain et Sylvie Ducas, Presses de l’enssib, 2018.

La question de la prescription est au cœur des préoccupations des acteurs culturels ayant pour but de toucher des publics. Les bibliothécaires, sur ce point, ont été des précurseurs. Une équipe pluridisciplinaire de vingt-cinq chercheurs analyse l’évolution des processus de la prescription culturelle, de l’imprimé au numérique. Qu’ils soient économiques, créatifs, identitaires ou éthiques, les enjeux de la prescription interrogent ses effets sur la culture en matière de contenus, de pratiques et de valeurs.De manière inédite, se donne à voir ce grand méconnu de la culture dite de masse : le public.

Appel : Séries des années 80

Journée d’études dans le cadre du projet « Network TV » et du programme GUEST-Normandie :

Séries américaines de networks des années 1980

Vendredi 22 février 2019, Montpellier, RIRRA 21

Image : The  A Team, NBC, 1983-1987.

À la suite de la journée d’études consacrée aux séries américaines de networks des années 1950 à 1970 (Montpellier, mai 2018), cette nouvelle journée entend aborder les séries de la décennie suivante. Que ce soit à travers des soaps comme Dallas, des séries dramatiques comme Hill Street Blues (Capitaine Furillo), des séries formulaires comme Magnum P. I., des sitcoms comme Who’s the Boss? (Madame est servie), ou des mini-séries historiques et mélodramatiques comme The Thorn Birds (Les Oiseaux se cachent pour mourir), les années 1980 ont joué un rôle charnière dans l’apparition de nouvelles structures narratives, de nouveaux formats et de nouvelles stratégies de diffusion.

Nous invitons des contributions, en français ou en anglais, sur les aspects esthétiques, narratifs, historiques, économiques, sociologiques, médiatiques, idéologiques, politiques ou culturels des séries des années 1980. Les propositions (300 mots maximum), accompagnées d’une notice biographique (200 mots maximum) sont à envoyer avant le 30 septembre 2018 aux deux organisatrices : Continuer la lecture de Appel : Séries des années 80

Appel : John Carpenter

APPEL: COLLOQUE

JOHN CARPENTER, « MAITRE DE L’HORREUR »

(IRCAV/CERILAC, PARIS 2019)

Artwork : Pierre-Luc Boucher

Organisé par l’IRCAV (Mélanie Boissonneau, Quentin Mazel, Thomas Pillard) et le CERILAC (Gaspard Delon) les 30 et 31 octobre 2019 à Paris ; réponses à l’AAC avant le 24 octobre 2018

Peu étudiée, l’œuvre de John Carpenter a marqué de son empreinte la culture populaire. Ce colloque entend se saisir au prisme d’une pluralité d’approches, des multiples enjeux et questions que posent la filmographie du « maître de l’horreur », son parcours professionnel au sein et en dehors de l’industrie hollywoodienne, ainsi que les discours et les usages sociaux liés à sa persona comme à l’ensemble de ses activités. 

 

Propositions (résumé de 500 mots accompagné d’une mini bio) à envoyer avant la sortie de Halloween Returns, le 24 octobre 2018 à jcmasterofhorror@gmail.com

COMMUNEMENT RECONNU COMME « MAITRE DE L’HORREUR» grâce à des films dont l’impact culturel excède largement la semi clandestinité généralement attachée à ce genre, John Carpenter doit paradoxalement ce surnom à sa participation à deux modestes épisodes de la série anthologique Masters of Horror (2005-2006), qui ambitionnait de revitaliser l’épouvante télévisuelle contemporaine en faisant appel à d’anciennes gloires du cinéma de genre des années 1970-1990 (Tobe Hopper, Dario Argento, Joe Dante, John Landis, etc.). De manière tout aussi curieuse, le cinéaste a commencé à son grand étonnement à être considéré  comme un « auteur » au moment où une succession d’échecs commerciaux semble peu à peu Continuer la lecture de Appel : John Carpenter