Tous les articles par Anne Besson

Appel : Séries des années 80

Journée d’études dans le cadre du projet « Network TV » et du programme GUEST-Normandie :

Séries américaines de networks des années 1980

Vendredi 22 février 2019, Montpellier, RIRRA 21

Image : The  A Team, NBC, 1983-1987.

À la suite de la journée d’études consacrée aux séries américaines de networks des années 1950 à 1970 (Montpellier, mai 2018), cette nouvelle journée entend aborder les séries de la décennie suivante. Que ce soit à travers des soaps comme Dallas, des séries dramatiques comme Hill Street Blues (Capitaine Furillo), des séries formulaires comme Magnum P. I., des sitcoms comme Who’s the Boss? (Madame est servie), ou des mini-séries historiques et mélodramatiques comme The Thorn Birds (Les Oiseaux se cachent pour mourir), les années 1980 ont joué un rôle charnière dans l’apparition de nouvelles structures narratives, de nouveaux formats et de nouvelles stratégies de diffusion.

Nous invitons des contributions, en français ou en anglais, sur les aspects esthétiques, narratifs, historiques, économiques, sociologiques, médiatiques, idéologiques, politiques ou culturels des séries des années 1980. Les propositions (300 mots maximum), accompagnées d’une notice biographique (200 mots maximum) sont à envoyer avant le 30 septembre 2018 aux deux organisatrices : Continuer la lecture de Appel : Séries des années 80

Appel : John Carpenter

APPEL: COLLOQUE

JOHN CARPENTER, « MAITRE DE L’HORREUR »

(IRCAV/CERILAC, PARIS 2019)

Artwork : Pierre-Luc Boucher

Organisé par l’IRCAV (Mélanie Boissonneau, Quentin Mazel, Thomas Pillard) et le CERILAC (Gaspard Delon) les 30 et 31 octobre 2019 à Paris ; réponses à l’AAC avant le 24 octobre 2018

Peu étudiée, l’œuvre de John Carpenter a marqué de son empreinte la culture populaire. Ce colloque entend se saisir au prisme d’une pluralité d’approches, des multiples enjeux et questions que posent la filmographie du « maître de l’horreur », son parcours professionnel au sein et en dehors de l’industrie hollywoodienne, ainsi que les discours et les usages sociaux liés à sa persona comme à l’ensemble de ses activités. 

 

Propositions (résumé de 500 mots accompagné d’une mini bio) à envoyer avant la sortie de Halloween Returns, le 24 octobre 2018 à jcmasterofhorror@gmail.com

COMMUNEMENT RECONNU COMME « MAITRE DE L’HORREUR» grâce à des films dont l’impact culturel excède largement la semi clandestinité généralement attachée à ce genre, John Carpenter doit paradoxalement ce surnom à sa participation à deux modestes épisodes de la série anthologique Masters of Horror (2005-2006), qui ambitionnait de revitaliser l’épouvante télévisuelle contemporaine en faisant appel à d’anciennes gloires du cinéma de genre des années 1970-1990 (Tobe Hopper, Dario Argento, Joe Dante, John Landis, etc.). De manière tout aussi curieuse, le cinéaste a commencé à son grand étonnement à être considéré  comme un « auteur » au moment où une succession d’échecs commerciaux semble peu à peu Continuer la lecture de Appel : John Carpenter

Appel : Strenae, Théâtre de jeunesse

Appel pour le 14 décembre 2018

Revue Strenae : « Expériences théâtrales et idéologies. Les conditions d’émergence du théâtre pour la jeunesse en Europe »

[English below]

Au cours du XXe siècle, le théâtre pour la jeunesse s’est constitué au fil d’expériences pionnières qui ont préexisté, en France, à l’édification d’un répertoire à l’orée des années 2000. À présent que ce répertoire dramatique a pris une place vivante au sein de la littérature de jeunesse, nous proposons de faire retour sur ces expériences pionnières, dans une démarche à la fois historique et esthétique. On s’efforcera notamment de comprendre en quoi les idéologies du XXe siècle ont pu influencer, voire susciter le développement d’un théâtre pour la jeunesse en Europe.

Il s’agira donc de préciser les conditions d’émergence du théâtre pour la jeunesse en Europe depuis l’entre-deux-guerres jusqu’aux années 1950, cette période ayant favorisé l’éclosion de pratiques théâtrales avec et pour les jeunes. En France, on oppose généralement les expériences novatrices menées par Léon Chancerel et Miguel Demuynck à celles, jugées plus commerciales, du Théâtre du Petit Monde. Ces exemples méritent d’être reconsidérés, nuancés. D’autres cas européens demandent à être explorés en détail afin de mieux percevoir ce qui s’est inventé à une époque où les sociétés se préoccupaient tout à coup des loisirs enfantins et où certains états totalitaires utilisaient le théâtre pour les jeunes à des fins idéologiques. Les expérimentations menées en URSS et dans les démocraties populaires suite à l’avènement du régime soviétique méritent une attention particulière : elles ont fasciné autant par leur ampleur (due à la cohérence du projet politique) que par leur exemplarité artistique. Continuer la lecture de Appel : Strenae, Théâtre de jeunesse

Appel : Enfances dystopiques

Appel pour le 30 octobre 2018

« Enfances dystopiques »

Le Mans-Université, 19-21 juin 2019

Colloque international organisé par Sylvie Servoise (3L.AM, Le Mans-Université)

avec le soutien du 3L.AM (Le Mans-Université),

du programme de recherche régional EnJeu[x] Enfance et Jeunesse (Université d’Angers)

et de la Chaire UNESCO/Université de Nantes, « Pratiques de la philosophie avec les enfants, une base éducative pour le dialogue interculturel et la transformation sociale ».

Image : Kodi Smit-McPhee dans The Road  de John Hillcoat (2009)

Argumentaire

Il n’aura échappé à personne que les dystopies, qu’elles soient comprises au sens restreint de fictions contre-utopiques (des utopies en sens contraire, critiques de l’utopie réalisée) ou au sens plus large de fictions anti-utopiques (le contraire des utopies, décrivant un monde cauchemardesque, souvent post-apocalyptique), connaissent aujourd’hui un succès immense auprès d’un vaste public, jeune et moins jeune. Adossées à un imaginaire puissant de la catastrophe, coïncidant avec le sentiment contemporain d’un « épuisement de l’enthousiasme » (J. Berchtold), elles seraient le symptôme le plus visible de la fin de l’âge des utopies, politiques bien sûr, mais également scientifiques et philosophiques. En somme, les dystopies offriraient le miroir faussement déformant de notre époque en même temps que des angoisses et fantasmes qui la travaillent. Ce succès suscite autant qu’il accompagne une attention soutenue de la critique littéraire et artistique, mais aussi des sciences humaines et notamment de la philosophie qui interrogent les enjeux et les formes de la dystopie et de l’imaginaire dystopique : sont ainsi discutés l’histoire et l’historicité d’un genre plus ancien qu’on ne le croit (K. Kumar, C. Braga), les inflexions propres aux dystopies pour la jeunesse, la complexité des rapports entre « utopie et catastrophe » (J.-P. Engélibert et R. Guidée), les liens entre dystopie, « utopie et désenchantement » (Cl. Magris) contemporain, inquiétudes environnementales et fictions de fin du monde (Ch. Chelebourg), ou encore la réévaluation positive, Continuer la lecture de Appel : Enfances dystopiques

Parution : Narration et jeu vidéo

Sciences du jeu n°9

Du ludique au narratif. Enjeux narratologiques des jeux vidéo

https://journals.openedition.org/sdj/894

Extrait de la présentation du dossier par Sébastien Genvo :

Parler de narration lorsque l’on parle de jeu incite généralement à raconter l’histoire de la constitution du champ des game studies ou de l’émergence d’une discipline qui serait consacrée à l’étude du jeu, la ludologie. Il est alors usuel de rappeler le rejet du « paradigme narratif » qui a prévalu lors de ces deux moments, formalisé par exemple par Gonzalo Frasca dans un texte intitulé « Simulation versus Narrative : introduction to ludology » (Frasca, 2003) ou encore par Jesper Juul dans le premier numéro de la revue en ligne Game Studies (2001). Rappelons en effet que l’utilisation de notions issues de la narratologie a prévalu lorsqu’il s’agissait de mener les premières recherches sur les jeux vidéo comme forme d’expression fictionnelle, notamment à travers l’ouvrage Hamlet on the Holodeck : The Future of Narrative in Cyberspace de Janet Murray (1997), portant sur les nouvelles formes de fiction à venir. En étant rapproché du cinéma, du théâtre et de la littérature, le jeu vidéo se trouvait alors inclus dans un ensemble plus large lui permettant d’être davantage accepté sur le plan institutionnel.

Parution : Res Futurae « Maurice Renard »

Res Futurae n°11, 2018 : « Maurice Renard »

https://journals.openedition.org/resf/

Sous la direction de Émilie Pézard et Hugues Chabot

Considéré comme un « Wells français », Maurice Renard (1875-1939) occupe une place cruciale dans l’histoire de l’anticipation française, tant par son œuvre de fiction que par la réflexion théorique qu’il a menée sur le genre. Le « merveilleux logique », rebaptisé ensuite « merveilleux scientifique » puis « roman d’hypothèse » s’est vu ainsi défini dans plusieurs articles fondateurs et illustré dans des romans et des nouvelles, comme Le Docteur Lerne, sous-dieuLe Péril bleuLes Mains d’Orlac, L’Homme truqué, Un homme chez les microbes, « Le professeur Krantz », Le Maître de la lumière.

Journée : « Nouvelles vulgarisations »

Journée d’études
Les nouvelles formes de la vulgarisation et de l’écriture des savoirs

Vendredi 15 juin 2018
Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, salle 127
Organisation : Anne Isabelle François, Sarah Lécossais

Projet structurant LégiPop (MESHS-Lille Nord de France) : legipop.hypotheses.org

Programme :

Matin
9h Accueil

9h15 Introduction de la journée par Anne Isabelle François et Sarah Lécossais

9h30-11h Séance 1 : Les savoirs en BD
Maxime Hureau (Université de Limoges. EHIC – EA1087) : « La bande dessinée comme forme académique. Réflexions sur Le déploiement de Nick Sousanis »

Sylvain Venayre (Université de Grenoble-Alpes. Laboratoire Universitaire Histoire Cultures Italie Europe – EA 7421) : « Écrire l’histoire en bande dessinée : au-delà de la vulgarisation »

11h15-12h45 Séance 2 : Des goûts et des savoirs à partager
Marie-Lucie Bougon (Université d’Artois. Textes et cultures – EA 4028) : « Les apprenants du MOOC fantasy de l’université d’Artois : réception et retransmission des savoirs »

Anne-Sophie Béliard (Université de Grenoble-Alpes. Laboratoire Pacte – UMR 5194) : « La parole profane dans l’écriture critique : les modalités de production de savoirs sur les séries télévisées » Continuer la lecture de Journée : « Nouvelles vulgarisations »

Appel : « Pardaillan » n°6, « C’est la fin »

Appel à propositions d’articles

Pardaillan n°6 : « C’est la fin »

Appel pour le 15 septembre 2018

Le Pardaillan, revue interdisciplinaire de littératures populaires et cultures médiatiques, consacrera le dossier de son sixième numéro à la fin, en ce qu’elle constitue a priori l’ultime étape de toute œuvre. La fin se pose d’emblée comme paradoxale : point final d’une expérience (de lecture, de visionnage, de jeu…), elle est ce dont on ne cesse de s’approcher tout en redoutant d’y arriver trop vite. Repoussée et désirée tout à la fois, redoublée, multiple ou alternative, surprenante ou banale, prématurée, parfois brutale, et protéiforme, la fin est un lieu stratégique de révélation au sens photographique du terme. Qu’elle soit dénouement, révélation ou maintien en suspens, elle est, invariablement, ce qui termine notre expérience, et à ce titre dispose de modes d’apparition et d’enjeux bien spécifiques.

La fin s’impose, visuellement, dans l’oeuvre qui se termine. Le mot « fin », en dessous de la dernière phrase d’un livre, héritier de la mention explicit liber des moines copistes, vient officialiser l’inévitable. Il peut apparaître également, parfois assorti d’effets spéciaux, à la fin des films et des jeux ; les productions sérielles, quant à elles, optent pour un entre-deux qui signale la fin de l’épisode et la continuation future par le prochain – le fameux « C’est tout pour aujourd’hui » des Shadoks. Au-delà de ce titre final, c’est Continuer la lecture de Appel : « Pardaillan » n°6, « C’est la fin »

Journée : Fiction, imagination, croyance

 

Journée d’étude : « Fiction, imagination, croyance »

14 mai 2018

Université Paris Nanterre, CSLF, Phistem

Salle des conseils, bâtiment Paul Ricœur (L), 4ème étage

 

9h30 – Accueil

9h45 – Alain Vaillant Présentation.

 

Première séance : La fiction littéraire en question(s), entre roman et poésie.

Modérateur : Alain Vaillant

10h – Judith Lyon-Caen (EHESS)

Perturbation (de l’) imaginaire : La fiction et ses lectures au milieu du XIXe siècle. Continuer la lecture de Journée : Fiction, imagination, croyance