Tous les articles par Anne Besson

Appel : Frontières de la Fantasy

Frontières et Limites de la Fantasy. Précurseurs, Apparentés, Compagnons de Route.
Fantasy : Forerunners and Fellow Travellers.

16-17-18 mai 2019, Université Littoral-Côte d’Opale, Boulogne-sur-Mer

Anna Vaninskaya (University of Edinburgh) Justine Breton (U. de Picardie) Xavier Escudero (ULCO) Claire Jardillier (ULCO) Justine Jotham (ULCO) et Marc Rolland (ULCO)

Réponses attendues pour le 15 mars 2019, environ 300 mots à envoyer à Marc.Rolland@univ.littoral.fr et justine.breton@u-picardie.fr

Image : illustration de Franck C. Papé pour Jurgen, A Comedy of Justice de James Branch Cabell , 1921.

English below

C’est Lin Carter dans A Look Behind the Lord of the Rings (1969) qui, avec plus d’enthousiasme que de science, a été l’un des premiers à inscrire l’oeuvre de J.R.R. Tolkien dans une tradition littéraire, celle de la ‘Epic Fantasy’. Ainsi, bien loin d’être une œuvre unique, répondant aux seules définitions de la « création secondaire » établies par l’auteur lui-même, ce cycle de romans prend place dans une tradition composée d’épopées gréco-romaines, de chansons de geste, de sagas scandinaves, des romans de l’Arioste et, plus récemment, de la production romanesque d’auteurs tels William Morris, Lord Dunsany, E.R. Eddison, C.S. Lewis, James Branch Cabell et bien d’autres.

            Si nous savons quel a été le rayonnement de William Morris, rappelée par des études récentes depuis la thèse de Kelvin Massey en 2007 (The Roots of Middle Earth : William Morris’ Influence upon J.R.R. Tolkien) jusqu’à l’introduction à la traduction française de The Well at the World’s End  par Anne Besson (2016), le rôle de « précurseur » que C.S. Lewis reconnaît à E.R. Eddison ainsi que la place de fédérateur occupée par Lewis lui-même au sein des Inklings, la référence absolue en termes de Fantasy en ce début de XXIe siècle demeure Tolkien. Ainsi, tracer les points communs entre différents auteurs dûment classés dans la ‘Fantasy’ n’a rien d’évident. Dans le grand désordre des appellations, peut-on réellement considérer comme appartenant au même genre l’oeuvre de Tolkien et la trilogie de Gormenghast de Mervyn Peake ? Et que dire de James Branch Cabell, romancier américain qui est bien plus à sa place aux côtés de ses contemporains Sinclair Lewis et F. Scott Fitzgerald, mais que l’on place lui aussi parmi les inventeurs de la Fantasy.

Continuer la lecture de Appel : Frontières de la Fantasy

Parution : Posthumains en séries

TV/Series n°14,  Posthumains en séries, dirigé par Hélène Machinal et Monica Michlin

Westworld(HBO, 2016- )

https://journals.openedition.org/tvseries/2757

Ce numéro réunit des analyses des récits et représentations du posthumain – entendu ici au sens d’intelligence artificielle réussissant le test de Turing, de robots humanoïdes sentients et intelligents, et de cyborgs – dans quelques séries télévisées contemporaines, notamment WestworldBlack Mirror et Dollhouse. Les articles abordent tant les questions de production (adaptation et ré-adaptation, remake sériel, « machine » hollywoodienne et « production en série »), que de réception: intertextes littéraires, filmiques, artistiques, et télévisuels convoqués explicitement par les séries elles-mêmes ou allusions plus discrètes à « décoder » par des spectateurs-herméneutes. La question de la performance de l’identité posthumaine dans la diégèse (simulacre, simulation, mise en abyme de la performance de l’acteur ou de l’actrice, construction performative « réitérée » de manière sérielle) occupe une place importante dans ce recueil, tout comme celle de l’interface écranique (téléviseur, ordinateur, tablette, smartphone) au cœur du visionnage de ces fictions qui interrogent notre propre statut de spectateurs hyperconnectés… et peut-être déjà un peu posthumains.

Appel : archives et collections médiatiques

Raiders of the Lost Archives.Penser la culture médiatique à l’aune des archives et des collections

Colloque organisé dans le cadre du congrès de l’Association francophone pour le savoir, du 27 au 31 mai 2019, à l’Université du Québec en Outaouais.

Réponses attendues pour le 5 janvier 2019.

La question des archives est au centre des préoccupations de nombreux chercheurs à l’heure actuelle et c’est à travers les archives que, de plus en plus souvent, l’histoire des pratiques culturelles est relue à nouveaux frais. Suivant cette tendance, de récents travaux interrogent, consolident et exploitent la relation qui existe entre le patrimoine conservé dans les archives ou les collections et la culture médiatique (ainsi désignée pour élargir le spectre de la culture « populaire » à l’ensemble de la population consommatrice de culture).

En outre, si elle fait rarement l’objet de dépôts majeurs dans les grandes institutions, la culture médiatique se trouve au cœur d’un nombre croissant de collections et de fonds d’archives spécialisés dans le monde francophone (la Bédéthèque de l’Université du Québec en Outaouais, la Bibliothèque des littératures policières à Paris, le Labopop de l’Université du Québec à Montréal, entre autres). Plusieurs collections privées, s’exposant parfois sur l’Internet, pallient aussi les lacunes des institutions officielles. Tommy Gaudet, à travers l’organisme qu’il a fondé, Douteux.org, s’affaire par exemple à l’archivage, à la collection et à la diffusion de produits culturels et médiatiques québécois « différents, curieux, nostalgiques et oubliés » (http://douteux.org). Quant à lui, Jean Layette entretient un blogue répertoriant l’ensemble des numéros de la série de romans en fascicules des Aventures étranges de l’Agent IXE-13, l’as des espions canadiens. L’examen de pareils cas promet donc de combler un vide dans les connaissances sur les lieux de conservation de la culture médiatique ainsi que sur les collections et les fonds qui lui sont dédiés.

Ce colloque réunira chercheurs et archivistes pour réfléchir à la relation en histoire culturelle entre les archives, les collections de médias et la culture médiatique. Résolument interdisciplinaire, il fera se rencontrer archivistes et chercheurs habitués du travail en archives, et envisagera la culture médiatique dans la diversité et la continuité de ses formes : cinéma, radio, chanson, BD, théâtre, roman, jeu vidéo, etc.

Trois axes de réflexion sont proposés :

Continuer la lecture de Appel : archives et collections médiatiques

Parution : Diana Holmes, Middlebrow Matters

Diana Holmes, Middlebrow Matters

Women’s reading and the literary canon in France since the Belle Époque, Liverpool University Press, 2018

This is the first book to study the middlebrow novel in France. Middlebrow is a derogatory word that connotes blandness, mediocrity and a failed aspiration to ‘high’ culture. However, when appropriated as a positive term to denote that wide swathe of literature between the challenging experimentalism of the high and the formulaic tendency of the popular, it enables a rethinking of the literary canon from the point of view of what most readers actually read, a criterion curiously absent from dominant definitions of literary value. Since women have long formed a majority of the reading public, this perspective immediately feminises what has always been a very male canon. Opening with a theorisation of the concept of middlebrow that mounts a defence of some literary qualities disdained by modernism, the book then focuses on a series of case studies of periods (the Belle Époque, inter-war, early twenty-first century), authors (including Colette, Irène Nemirovsky, Françoise Sagan, Anna Gavalda) and the middlebrow nature of literary prizes. It concludes with a double reading of a single text, from the perspective of an academic critic, and from that of a middlebrow reader.

Diana Holmes is Professor of French at the University of Leeds.

Appel : Théologie et horreur

Call for Abstracts – Theology and Horror, pour le 15 janvier 2019

Explorations of the relationship between religion and horror are fairly well established. However, this is not the case for theology and horror. Many times explorations of theology and horror involve simplistic readings in which theological concepts or doctrines are spotted within horror narratives and noted as points of connection. While this approach has its place, great possibilities exist for going deeper and wider in the exploration of horror and theology. Horror can be a subversive and edgy genre, and this doesn’t often connect well with conservative assumptions which underlie much of the theological enterprise. Theology is often neat and sanitized; horror is messy and dirty.

This volume seeks to do something different, and to break new ground. Along with exploring how theology is present in horror, this volume will seek to explore how theology can be changed and shaped by an interaction with horror. This can be illustrated with examples of possible topics:

Continuer la lecture de Appel : Théologie et horreur

Parution « (A suivre) »

Gert Meesters et Sylvain Lesage, (A suivre), archives d’une revue culte, Presses Universitaires François Rabelais ‘Iconotextes », 2018.

En 1978, Casterman lance (À Suivre). Avec ce nouveau mensuel de bandes dessinées, le vénérable éditeur de Tintin et de Martine prend un véritable virage : en dix-neuf ans d’existence, (À Suivre) va élaborer une nouvelle bande dessinée adulte et devenir un jalon essentiel dans l’histoire du neuvième art, en Europe et au-delà. (À Suivre) est un creuset graphique et narratif où se croisent de très grands auteurs : Hugo Pratt, Jacques Tardi, Jean-Claude Forest, Didier Comès, Benoît Sokal, François Boucq, Benoît Peeters et François Schuiten, et d’autres encore, parfois plus inattendus, rassemblés autour du rédacteur en chef Jean-Paul Mougin, qui entend organiser « l’irruption sauvage de la bande dessinée dans la littérature ». Quarante ans après la création du journal, Casterman ouvre pour la première fois ses archives à un groupe de chercheurs qui propose avec ce livre une immersion dans l’histoire de cette aventure éditoriale et de ses coulisses

Journée Ursula Le Guin


JOURNÉE D’ÉTUDES : « FÉMINISME ET SCIENCE-FICTION. AUTOUR DE URSULA K. LE GUIN », 23 janvier 2019


Villetaneuse, Université Paris 13, 99 avenue Jean-Baptiste Clément – salle C311 (UFR LLSHS)

image : The Left Hand of Darkness, édition de 1969, Walker & Co.

PROGRAMME

10h Accueil

Première partie. Des fictions au féminisme contrasté

  • 10h15 Fiction romanesque et histoire du féminisme : à propos de La main gauche de la nuit  – Justine  Muller, Université catholique de Louvain
  • 10h45 « Je ne suis pas la voix féminine à laquelle vous vous attendiez peut-être » : spécificités et limites d’une réécriture féministe de l’épopée dans Lavinia – Anne Sinha, Laboratoire Pléiade / U. Paris 13
  • 11h15 Sorcières versus magiciens dans le cycle Terremer d’Ursula K. Le Guin. Pour une réflexion sur les inégalités femmes / hommes – Hélène Barthelmebs-Raguin, Université du Luxembourg
Continuer la lecture de Journée Ursula Le Guin

Appel : Pardaillan « Western »

Revue Le Pardaillan n°7 « Go West ». Appel à propositions d’articles, pour le 15 février 2019

Pour la première fois, le dossier du septième numéro du Pardaillan s’intéressera à un genre particulier, le western. Il ne s’agira pas tant d’explorer les limites de ce genre, ni de dresser l’inventaire de ses caractéristiques propres, mais plutôt d’interroger la façon dont le genre a colonisé des médias successifs et s’est inscrit dans les imaginaires collectifs en s’appropriant les modes de fonctionnements des cultures médiatiques. Le western est souvent présenté (à l’instar du cape et d’épée avec lequel il présente nombre de ressemblances) comme un genre dont le déclin est achevé, et qui échoue à séduire le public du XXIe siècle ; mais il n’est que de constater l’engouement suscité par la sortie récente de Red Dead Redemption 2 pour s’assurer que le genre est particulièrement vivace hors de ses médias d’origine.

Continuer la lecture de Appel : Pardaillan « Western »

Journée : jeunesse et égalité genrée

Égalité fictionnelle, égalité réelle ?Représentations des filles et des garçons dans les productions pour la jeunesse

30 novembre 2018, Musée national de l’éducation, Centre de ressources, 6 rue de Bihorel, Rouen

Journée d’étude en partenariat scientifique et professionnel sous la responsabilité de Magali Jeannin et Anne Schneider.

9h45 – Ouverture de la journée Delphine Campagnolle, Directrice du MUNAÉ & Jeanne Chiron (Université de Rouen Normandie – ÉSPÉ de l’académie de Rouen) : remerciements et introduction

Sophie Devineau (Université de Rouen Normandie) : Présentation du projet MixPrim

Laurent Trémel (MUNAÉ) : Présentation de l’exposition « Filles/garçons : égalité des chances ? »

SESSION 1 : REPRÉSENTATIONS DES MÉTIERS ET DE LA RÉUSSITE SOCIALE  

10h30
Sylvie Cromer (U. de Lille / CRDO) : Quel genre les magazines pour petites filles promeuvent-ils ?

Sophie Devineau (U. de Rouen / DySoLab) et Anne Schneider (U. de Caen-ÉSPÉ / LASLAR) : Représentations des métiers dans la littérature jeunesse : quels enjeux de genre et quelles évolutions ?

12h : Table ronde : Comment est présentée l’égalité professionnelle dans les manuels scolaires ? Discutante : Anne Schneider. Avec  Amandine Berton-Schmitt (Centre Hubertine Auclert) : Inégalités professionnelles et représentations des métiers dans les manuels scolaires : éléments de synthèse. Et Catherine Dufour (autrice du Guide des métiers pour les petites filles qui ne veulent pas finir princesses) : Quelle fabrique de modèles pour les filles ?

13h – 14h : Déjeuner

SESSION 2 : QUELLES RESSOURCES POUR PROMOUVOIR L’ÉGALITÉ FILLES / GARÇONS ? 14h45 

Christiane Connan-Pintado (U. de Bordeaux-ÉSPÉ / TELEM) : Parité/disparités. Études de genre et littérature pour la jeunesse

Laurence Faron (Fondatrice des éditions Talents Hauts) : Éditer des livres pour la jeunesse sans stéréotypes : éthique et pratique

Mathilde Lévêque (U. Paris 13 / Pléiade) : Le projet européen GBook (Gender Identity: Child Readers and Library Collections) : objectifs et premiers résultats

15h40 – 16h : Pause

SESSION 3 : REPRÉSENTATIONS FILLES / GARÇONS DANS LES MÉDIAS ISSUS DE LA CULTURE POPULAIRE ET MÉDIATIQUE ET LEUR RAPPORT À L’ÉCOLE Discutant : Laurent Trémel

Hélène Breda (U. Paris 13 / LabSIC) : Représentations genrées dans les séries animées pour enfants, à partir d’un corpus issu de Netflix Kids

Fanny Lignon (U. Lyon 1 – ÉSPÉ / THALIM) : Utiliser les images pour former à l’égalité entre les femmes et hommes : les atouts des jeux vidéo

17h30 : Fin des échanges

COMITÉ D’ORGANISATION Jeanne CHIRON (U. de Rouen Normandie – ÉSPÉ / CÉRÉdl-LIS), Laurent TREMEL (Musée national de l’Éducation / CIRNEF), Anne SCHNEIDER (U. de Caen-ÉSPÉ / LASLAR). COMITÉ SCIENTIFIQUE Olivier BERNARD (U. Laval, Québec), Christiane CONNAN-PINTADO (U. de Bordeaux-ÉSPÉ), Jeanne CHIRON (U. de Rouen-ÉSPÉ), Sylvie CROMER (U. de Lille 2), Sophie DEVINEAU (U. de Rouen Normandie), Magali JEANNIN (U. de Caen-ÉSPÉ), Anne SCHNEIDER (U. de Caen-ÉSPÉ), Laurent TRÉMEL (Musée national de l’Éducation).   

Parution : Séries de l’ORTF

Blephégor de Claude Barma, 1965

B. Papin, M. Tsikounas, S. Chalvon-Demersay (dir.), Fictions sérielles au temps de la RTF et de l’ORTF (1949-1974), L’Harmattan-Ina, collection « Les médias en actes », 2018.

Actes du colloque international « Feuilletons et séries diffusés sur les écrans de la RTF et de l’ORTF (1949-1974) », Paris 6 et 7 juin 2017, organisé par l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Centre d’histoire du XIXe siècle-équipe ISOR), l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle (CIM-CEISME), l’EHESS/CNRS et l’INA.

La télévision française a connu une époque où le générique de Janique Aimée ou du Chevalier de Maison Rouge fédérait autour de la petite lucarne un public fervent et passionné… Les Français, tous âges confondus, frémissaient devant Belphégor, tremblaient pour Thierry la Fronde ou Josh Randall, … Mais si les feuilletons et séries mettant en scène tous ces héros demeurés dans la mémoire collective sont devenus des « classiques », on a un peu oublié qu’à côté des incontournables Cinq dernières minutes, il y eut aussi Les Petites enquêtes du père Fichau et que « l’affaire Faber » enflamma les esprits, à une époque où le 8e art s’inventait et où l’audace formelle, visuelle et sonore, était fréquemment de mise.

Les auteurs des textes rassemblés dans le présent ouvrage s’intéressent de près à cette préhistoire des séries, diffusées par une télévision de service public, d’abord à canal unique et longtemps en noir et blanc, qui proposa les premières productions américaines mais fit également la part belle aux réalisations anglaises, canadiennes… et françaises. Il était temps d’essayer de mesurer la place que cette fiction plurielle occupait dans la programmation d’un « office » dont l’ambition première était de faire de la télévision un outil de promotion culturelle et de s’intéresser à l’accueil que lui réserva le « grand public » .

Sommaire

Continuer la lecture de Parution : Séries de l’ORTF