Tous les articles par Anaïs Goudmand

Docteure en sciences du littéraire Première assistante École de Français Langue Étrangère Université de Lausanne

Appel à contributions : Les contributions artistiques de Michael Jackson : un autre regard (NaKan, Journal of Cultural Studies)

« Les apports artistiques de Michael Jackson : un autre regard »

Nakan, Journal of Cultural Studies

Échéance des propositions  : 31 mars 2021

Numéro de la revue dirigé par Isabelle Petitjean

[Englis version below]

Le nombre des études universitaires portant sur Michael Jackson s’est accru ces dernières années, coïncidant sans doute, tout à la fois, avec une prise de conscience de son impact au sein de l’industrie musicale, de l’Histoire de la musique et de la société, et un intérêt croissant développé à son égard par les cultural studies. Pour autant, nombre des études le concernant ciblent bien moins ses apports artistiques que la fluidité dite anxiogène de son image artistique (Dalmazzo 2009, 2010 ; Scott 2012), de son startext (Raphael 2012) ou que sa capacité à brouiller tous les codes simultanément (Fast 2010, 2012). Michael Jackson intéresse essentiellement les domaines de la « race » (Zulu ed. 2010 ; Brackett 2012 ; Woodward 2014) du genre (Scott 2012), du sexe (Fuchs 1995), de l’altérité « étrange » (Fast 2012 ; Jefferson 2006) et ce, même dans le cadre musical (Roberts 2011 ; Malela 2012 ; Gondwe 2013 ; Petitjean 2019) ou chorégraphique (Takiguchi 2014). Ses chansons et ses courts-métrages musicaux ont été passés au crible d’interprétations tantôt orientalistes (Faust 2012), tantôt nationalistes (Rossiter 2012), tantôt post essentialistes ou post constructivistes (Fuss 1989 ; Awkward 1995) et les précédentes revues qui lui ont été consacrées (Zulu ed. 2010 ; Hawkins & Fast eds. 2012) ont largement souscrit à ces prismes mélaniques et musico-coloristes. Si son œuvre sonore et visuelle a, certes, évolué dans un contexte où genre et pigmentation ont toujours été connectés, Michael Jackson n’a, cependant, jamais eu de cesse de se battre pour ne pas être enfermé dans une niche marketing monoraciale. Et pour ce faire, il n’a eu de cesse de répercuter et de déployer un vivier de références pluralistes, interagissant avec la fragmentation et la rotation des genres au sein du courant dominant (Mercer 1994 : 95), jouant, plutôt que brisant les catégories (Brackett 2012), et proposant un art éminemment pluridisciplinaire, combinatoire et fédérateur.

En consacrant un numéro spécial à Michael Jackson, NaKan propose de décaler un regard et un faisceau d’approches trop souvent mélano-centrés pour générer une réflexion davantage tournée vers l’œuvre et les mediums d’expression de l’artiste, comme autant de canaux offrant une possibilité de contextualisations et d’analyses historiques et stylistiques. Les défis de cette édition résideront dans la capacité des contributeurs à renouveler le discours sur cette question « raciale » en s’éloignant du contexte étatsunien par exemple, et à proposer des approches disciplinaires ou pluridisciplinaires de la production sonore, chorégraphique, vidéographique et scénique de l’artiste, per se. C’est là tout l’enjeu des trois champs d’investigations et d’analyses qui sont proposés.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les contributions artistiques de Michael Jackson : un autre regard (NaKan, Journal of Cultural Studies)

Parution : Le Roman policier : lire et écrire l’enquête en Europe (Rilune)

Parution : Epopée et intermédialité (CIMEEP)

Epopée et intermédialité

Troisième colloque du CIMEEP (Centre International et Multidisciplinaire d’Études Épiques), en collaboration avec le FoReLLIS pôle B (Poitiers)

Échéance des propositions : 30 avril 2021
 

La tradition de l’épopée ou du « rêve de l’épopée » (H. Christians, 2004), la recherche de l’idéal par définition inaccessible du modèle homérique, s’est toujours accompagnée d’une remise en cause des frontières entre les différents médias : la description du bouclier d’Achille dans l’Iliade, première ekphrasis de l’histoire littéraire européenne, signe traditionnellement le début des réflexions sur les relations texte-image. Ainsi, depuis l’Antiquité, l’idée de l’aède et l’idéal de l’écriture déterminée par la présentation orale ont accompagné la production de textes épiques intrinsèquement ambivalents, situés à la frontière entre le texte et la parole. La matière épique – des histoires de héros rayonnants qui se battent pour le collectif – inspire les auteurs dans leur recherche d’un texte idéal, capable de décrire et en même temps d’unir la communauté dans un langage sophistiqué et souvent versifié. Mais dans la même mesure, ces matières, qu’elles reposent sur un texte concret ou sur des sources hybrides, deviennent aussi des motifs des arts visuels : on les retrouve sous forme de peintures ou de sculptures. La question de l’intermédialité de l’épopée se pose également lorsque la matière épique est mise en scène – de la tragédie et de l’opéra classiques aux longs drames historiques du XIXesiècle, qui font souvent délibérément référence à la tradition des épopées nationales et sont reçus comme des « drames épiques ». Mais alors que les possibilités de représentation sur la scène classique étaient soumises à des limites spatiales et morales claires, l’émergence du film, au XXesiècle, a pu ouvrir des possibilités totalement nouvelles : à l’écran, de nombreuses adaptations de matières épiques classiques obtiennent finalement le succès populaire tant attendu ; à Hollywood, l’epic filmdevient même un genre à part. Plus récemment encore, ce succès a été prolongé par le jeu vidéo et la bande dessinée, ce qui a permis entre autres de remettre en cause la linéarité du récit et de recourir à de nombreuses citations intertextuelles et intermédiales. L’évolution, au fil des siècles, montre que chaque nouveau médium évoque le scepticisme des précédents, tout en ouvrant de nouvelles possibilités aux matières épiques traditionnelles ou plus récentes. L’émergence d’esthétiques nouvelles reflète ainsi toujours la longue tradition du récit épique.

Continuer la lecture de Parution : Epopée et intermédialité (CIMEEP)

Parution : Vous avez dit shôjo ? (Neuvième ART 2.0)

Neuvième Art 2.0 : Vous avez dit shôjo ?

Dossier publié sur le site neuviemeart.citebd.org, janvier 2021.

Le shôjo manga, ou manga pour jeunes filles, presque toujours produit par des femmes, a souvent été considéré comme la catégorie de bandes dessinées japonaises cultivant l’esthétique la plus éloignée des standards occidentaux. Neuvième Art a voulu remonter aux origines de cette spécificité, et interroger quelques œuvres relevant du genre ou dialoguant avec lui.

Naoko Morita, Qu’est-ce que le shôjo manga ?

Mizuki Takahashi, D’où viennent les conventions graphiques du shôjo manga ?

Harry Morgan, Affects et expression des passions dans le shôjo manga des années 1970

Elsa Caboche, Mamie lit du yaoi : {bl métamorphose}, un manga réflexif à la croisée des genres

Thierry Groensteen, Les Idoles du shôjo

Marius Jouanny, Kiriko nananan – un shôjo d’auteur ?

Les mystères de Paris adaptés en gravures animées

Les Mystères de Paris, une série de Véronique Puybaret et Matthieu Dubois, 2020

Paris, 1840. Rodolphe de Gerolstein, prince sans peur mais pas sans reproches, enquête sur la disparition de Germain, le fils de sa gouvernante, aux prises avec la pègre des bas-fonds et les bourgeois des beaux quartiers. Il va découvrir un lourd secret qui le touche intimement… Profitons des nouvelles technologies pour réhabiliter les formidables « Mystères de Paris » d’Eugène Sue, dans leur format feuilletonnant d’origine (1842) mais dans une narration dépoussiérée et décalée grâce à l’animation numérique des gravures dessinées à l’époque pour l’oeuvre. Nos 40 épisodes de fiction (d’environ 3 minutes) sont diffusés gratuitement sur Youtube et seront rejoints peu à peu par 40 petits bonus documentaires, tant l’oeuvre d’Eugène Sue est ancrée dans son époque passionnante. Ce programme pédagogique et distrayant est donc à disposition de tous !

Continuer la lecture de Les mystères de Paris adaptés en gravures animées

Appel à contributions : Giallo! The Long History of Italian Television Crime Drama

Giallo! The Long History of Italian Television Crime Drama

Journal of Italian Cinema and Media Studies

Échéance des propositions : 30 avril 2021

Dirigé par Luca Barra and Valentina Re

Most of the Italian television drama able to circulate internationally belongs to the multifaceted crime genre, both in some sparse examples from the past and in growing contemporary productions (from premium channels and digital platforms to public service and commercial broadcasters). However, for many decades, only a limited range of titles has been given scholarly attention, drawing a useful yet partial account of an otherwise dense and multilayered history. Moreover, exceptions have often been studied far more than the most conventional crime series in the ‘giallo’ spectrum: most police procedurals are deemed too formulaic, or too popular, to be distinguished. Therefore, this special issue intends to overcome these limits by focusing on the historical evolution of the crime genre inside the development of Italian television, from the early stages to the latest mainstream and niche successes, and by highlighting the many crime titles that have become familiar to large Italian audiences. Continuer la lecture de Appel à contributions : Giallo! The Long History of Italian Television Crime Drama

Parution : La Commune des écrivains

La Commune des écrivains. Paris, 1871 : vivre et écrire l’insurrection, Gallimard, « Folio Classique » (n° 6920), 2021

Édition de Jordi Brahamcha-Marin et Alice De Charentenay

18 mars-28 mai 1871 : le peuple de Paris prend les armes pour s’opposer à la défaite de la guerre franco-allemande de 1870 et à une Assemblée nationale à majorité monarchiste. Commence alors une expérience d’autogestion, une utopie fraternelle et sociale. Ouvriers, artisans, hommes et femmes : une population jusqu’alors invisible se fait entendre. Malgré sa brièveté, la Commune occupe dans les mémoires la place lumineuse d’un événement fondateur. Comme l’affaire Dreyfus, elle a divisé pour longtemps les Français, entre fédérés et versaillais, insurgés et légitimistes.

Vivre un tel événement pousse à écrire : témoigner, tirer un bilan, donner à entendre le bruit des balles qui claquent depuis les collines de Paris, offrir le goût du temps des cerises. Une littérature s’invente au printemps 1871, qui ne se cantonne ni aux genres canoniques ni aux auteurs consacrés. A côté des romans, poèmes et pièces de théâtre, on trouve des chansons populaires, hymnes politiques, articles de presse, affiches placardées sur les murs, témoignages de combattants. Hugo, Flaubert, Rimbaud, Verlaine, Vallès voisinent avec Malvina Blanchecotte ou Alix Payen. L’extraordinaire foisonnement de textes lus et entendus dans les rues de Paris se retrouve dans les pages de cette anthologie.

Parution : Queer and Feminist Theories of Narrative

Tory Young (ed.), Queer and Feminist Theories of NarrativeRoutledge, 2021

This book argues for the importance of narrative theories which consider gender and sexuality through the analysis of a diverse range of texts and media.

Classical Narratology, an allegedly neutral descriptive system for features of narrative, has been replaced by a diverse set of theories which are attentive to the contexts in which narratives are composed and received. Issues of gender and sexuality have, nevertheless, been sidelined by new strands which consider, for example, cognitive, transmedial, national or historical inflections instead. Through consideration of texts including the MTV series Faking It and the papers of a nineteenth-century activist, Queer and Feminist Theories of Narrative heeds the original call of feminist narratologists for the consideration of a broader and larger corpus of material. Through analysis of issues including the popular representation of lesbian desire, the queer narrative voice, invisibility and power in the digital age, embodiment and cognitive narratology, reading and racial codes, this book argues that a named strand of narrative theory which employs feminist and queer theories as intersectional vectors is contemporary and urgent.

The chapters in this book were originally published as a special issue of the journal Textual Practice.  Continuer la lecture de Parution : Queer and Feminist Theories of Narrative

Parution : Propagande. La manipulation de masse dans le monde contemporain

David Colon, Propagande. La manipulation de masse dans le monde contemporain, Flammarion, « Champs histoire », 2021

« Fake news», « infox », « post-vérité » : le monde contemporain ne cesse d’être confronté aux enjeux de l’information de masse. On croyait la propagande disparue avec les régimes totalitaires du XXe siècle mais, à l’ère de la révolution numérique et des réseaux sociaux, elle est plus présente et plus efficace que jamais. Chaque jour apporte ainsi son lot de désinformation, de manipulation, de rumeurs et de théories du complot.
Loin de se limiter à la sphère politique et à la « fabrique du consentement », la propagande imprègne aujourd’hui tous les aspects de notre vie en société, les spécialistes du marketing, du storytelling ou les théoriciens du nudge s’efforçant d’influencer nos choix et comportements.
Embrassant plus d’un siècle d’histoire et couvrant un vaste espace géographique, David Colon explique les fondements et les techniques de la persuasion de masse dans le monde contemporain. Il montre que la propagande n’a cessé de se perfectionner à mesure que les sciences sociales et les neurosciences ont permis d’améliorer l’efficacité des techniques de persuasion, d’influence ou de manipulation.
À travers une synthèse accessible et percutante, David Colon livre une contribution essentielle pour mieux cerner les ravages causés par la désinformation, hier comme aujourd’hui.

Appel à contributions : The Social, Political and Ideological Semiotics of Comics and Cartoon

The Social, Political and Ideological Semiotics of Comics and Cartoons

Special issue of Punctum. International Journal of Semiotics

Editors: Stephan Packard and Lukas R.A. Wilde

Deadline for Abstracts: April 30, 2021

What more can semiotics do for comics? As early as the 1960s and through to the first decades of the 21st century, comics studies have attracted a large and perhaps disproportionate amount of attention from analytical semiotic approaches that foreground description and theory building: Their combination of pictures and text offering a challenge to any attempt towards a systematic theory of signs, and their experimental treatment of their semiotic inventory as well as the genres, imageries, and conventions of other media and art forms inviting descriptive scrutiny as well as playful engagement. Scott McCloud’s famous Understanding Comics (1993), both praised and criticized for its essentially semiotic approach, provided the foundation for the rise of sequential comics studies. Even the relatively more practice-based earlier work of Will Eisner (Comics & Sequential Art, 1985), on which McCloud built his own, focuses on a description of formal semiotic and semantic relationships. Thierry Groensteen’s Système de la bande dessinée (1999), on the other hand, elaborated a semiological approach to the comics images’ ’iconic solidarity.’ For semantics rather than syntax, Umberto Eco’s treatment of Superman (1962) had already extended a semiological perspective to examining plot and character.

The influence of these authors might wrongly cloud the plethora of early international contributions to a semiotic study of comics, including Ullrich Krafft’s Comics lesen (1978), Ursula Oomen’s Wort – Bild – Nachricht (1975), Daniele Barbieri’s Il linguaggio del fumetto (1990), and Anne Magnussen’s Peircean approach in Comics & Culture (2000, with Hans-Christian Christiansen), among many others. Natsume Fusanosuke’s and Takekuma Kentarō’s collection Manga no yomikata (漫画の読み方 1995, roughly: How to Read Manga) inspired a similar Japanese wave of formal-aesthetic and semiotic reflections of writing, images, and abstract line-art in the manga tradition, although this has hardly been noticed internationally due to a lack of translations. More recently, the multimodality approach of Kress and van Leeuwen (2006) has given rise to new methods, such as Janina Wildfeuer’s empirical discourse analysis of comics (2018ff.), Paul Fisher Davis’ multimodal systemic-functional linguistics (2019), or large-scale formal corpus analytics (cf. Alexander Dunst, Quantitative Analysis of Comics, 2018). Simultaneously, the combination of semiotics and cognitive linguistics has opened new venues, such as Neil Cohn’s description of distinct visual languages of comics (Cohn 2013). Continuer la lecture de Appel à contributions : The Social, Political and Ideological Semiotics of Comics and Cartoon