Tous les articles par Anaïs Goudmand

Docteure en sciences du littéraire Première assistante École de Français Langue Étrangère Université de Lausanne

Appel à contributions : « Le genre à travers la technologie / Gender through technology » (Variations, n° 28, 2022)

Variations, n° 28 (2022) : « Le genre à travers la technologie / Gender through technology« 

Échéance des propositions : 15 septembre 2021

Depuis quelques années, la question des rapports entre la technologie, le genre et la culture suscite un intérêt croissant auprès de la recherche universitaire. Ces relations font ainsi l’objet d’une pluralité d’approches intermédiales, allant des considérations liées au genre dans le discours littéraire portant sur les technologies jusqu’aux analyses cinématographiques et télévisuelles (Westworld, Ex Machina ou encore Her)*, en passant par les réflexions qui prolifèrent à ce sujet dans la sphère des études culturelles.

Cependant, comme l’a noté la sociologue Judy Wajcman, la progression continuelle des phénomènes de technologisation et de numérisation dans la société n’exerce pas seulement une influence sur les rapports de force et de genre. Ce que l’on observe bien plutôt, c’est une relation de réciprocité entre le genre et la technologie, cette dernière devant être comprise à la fois comme cause et conséquence des relations entre les genres**.

On assiste ainsi d’un côté, au début du XXe siècle, à l’émergence de nouveaux profils professionnels, tels que la sténotypiste, la secrétaire ou encore la standardiste, qui structurent le travail autour de certaines technologies nouvelles en fonction du genre, et de l’autre côté on observe une « genrification », une sexuation des artefacts technologiques, comme on a pu le voir récemment avec l’apparition de systèmes d’exploitation numériques tels que « Siri » ou « Alexa », qui sont dotés de voix féminines.

Continuer la lecture de Appel à contributions : « Le genre à travers la technologie / Gender through technology » (Variations, n° 28, 2022)

Parution Ecological Film Theory and Psychoanalysis. Surviving the Environmental Apocalypse in Cinema (Robert Geal)

Robert Geal, Ecological Film Theory and Psychoanalysis. Surviving the Environmental Apocalypse in CinemaRoutledge, 2021

This book applies ecolinguistics and psychoanalysis to explore how films fictionalising environmental disasters provide spectacular warnings against the dangers of environmental apocalypse, while highlighting that even these apparently environmentally friendly films can still facilitate problematic real-world changes in how people treat the environment.

Ecological Film Theory and Psychoanalysis argues that these films exploit cinema’s inherent Cartesian grammar to construct texts in which not only small groups of protagonist survivors, but also vicarious spectators, pleasurably transcend the fictionalised destruction. The ideological nature of the ‘lifeboats’ on which these survivors escape, moreover, is accompanied by additional elements that constitute contemporary Cartesian subjectivity, such as class and gender binaries, restored nuclear families, individual as opposed to social responsibilities for disasters, and so on. The book conducts extensive analyses of these processes, before considering alternative forms of filmmaking that might avoid the dangers of this existing form of storytelling. The book’s new ecosophy and film theory establishes that Cartesian subjectivity is an environmentally destructive ‘symptom’ that everyday linguistic activities like watching films reinforce.

This book will be of great interest to students and scholars of film studies, literary studies (specifically ecocriticism), cultural studies, ecolinguistics, and ecosophy.

Table of Contents:

Introduction

1. Environmental crisis and epistemological crisis: Ecologically-destructive Cartesian subjectivity

2. Cinema spectatorship as an illusory Cartesian ‘symptom’

3. Realist film as cogito-centric film

4. Surviving environmental disasters in film ‘lifeboats’

5. Surviving environmental apocalypse in film ‘lifeboats’

6. Survivors in post-apocalyptic environmental dystopias

7. The possibilities of non-Cartesian film

Conclusion

Appel à contributions : Imageries et imaginaires du cirque / Images and Representation of the circus (Rouen)

Colloque : Imageries et imaginaires du cirque

Rouen, Musée des Beaux-arts, Hôtel des sociétés savantes

2, 3, 4 mars 2022

Échéance des propositions : 15 octobre 2021

Organisé à Rouen au Musée des Beaux-arts et à l’Hôtel des sociétés savantes, ce colloque international sera consacré aux imageries et imaginaires du cirque. Il s’agira de faire de cette thématique l’objet central des débats en conviant des chercheur·e·s inscrit·e·s dans divers cadres disciplinaires et spécialités universitaires : sociologie, anthropologie, histoire, littérature, musicologie, arts du spectacle, études visuelles, STAPS… Les travaux de recherche sur le cirque connaissent aujourd’hui un essor important. En France, le Collectif de Chercheur·e·s sur le Cirque initié au milieu des années 2000 autour de travaux portant alors principalement sur l’émergence du cirque contemporain, est aujourd’hui structuré en association et rassemble des chercheurs et chercheuses français comme étrangers. En Amérique du Nord, d’autres réseaux (comme le Montreal Working Group/Groupe de recherches montréalais en arts du cirque ou le réseau Circus and Its Others), contribuent à dynamiser les travaux de recherche sur le cirque. À l’Université de Rouen-Normandie, des recherches ont été menées sur le cirque et ses espaces, notamment régionaux (Lefevre et Sizorn, 2004 ; Percheron, 2007 ; Loret, 2012). L’histoire locale du cirque comme sa dynamique contemporaine sont en effet particulièrement riches. Rouen accueillait le premier manège stable de France en 1797, rue Duguay-Trouin, où Franconi se produisit ; Philip Astley, considéré comme le fondateur du cirque moderne vint à Rouen en 1785-1786 ; le Cirque de Rouen, inauguré en 1894 par le Cirque Rancy et détruit en 1973, fut une salle de spectacle très importante pour la ville, accueillant la programmation du Théâtre des Arts suite à sa destruction pendant les bombardements de 1944. À une vingtaine de kilomètres, le Cirque-Théâtre, construit à Elbeuf en 1892 et rénové en 2007, est aujourd’hui Pôle national Cirque. Il accompagne la production et la diffusion du cirque contemporain. Le bâtiment est l’un des huit derniers cirques stables historiques encore visibles en France, le seul avec piste et scène de théâtre à l’italienne.

La 9e édition du Temps des collections organisée par la Réunion des Musées Métropolitains Rouen Normandie accueillera l’exceptionnelle collection de Jeanne-Yvonne et Gérard Borg « Cirque et Saltimbanques » dans 4 musées de la Métropole de décembre 2021 à mai 2022 : affiches, photographies, peintures, costumes sont des traces de l’histoire du cirque, comme de ses liens avec d’autres arts.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Imageries et imaginaires du cirque / Images and Representation of the circus (Rouen)

Parution : Le regard féminin. Une révolution à l’écran (Iris Brey)

Iris Brey, Le Regard féminin. Une révolution à l’écran, Points, 2021

On se souvient de la légendaire robe soulevée par le vent de Marilyn Monroe dans Sept ans de réflexionou encore du bikini de Halle Berry, la célèbre James Bond girl, dans Meurs un autre jour. Devenues cultes, ces scènes ont marqué l’histoire du cinéma. De quoi ces images sont-elles le nom ? Depuis toujours, les femmes sont filmées comme des objets de plaisir, les privant de pouvoir au profit du regard masculin et de ses désirs. Pour faire face à ce male gaze majoritaire, Iris Brey montre comment s’est élaboré un regard féminin au cinéma et interroge le sens caché des images. Un essai crucial déjà considéré comme un classique.

Autrice et journaliste, Iris Brey collabore à de nombreux médias (Les Inrockuptibles, Mediapart, France Culture, Canal+…) et s’est imposée comme l’une des spécialistes françaises de la question du genre au cinéma et dans les séries.

Lire un extrait

Appel à contributions : Sérieganiennes. Les séries des années Reagan (1981-1989) (En ligne)

Journées d´études : « Sérieganiennes. Les séries des années Reagan (1981-1989) »

8 octobre 2021, 10 décembre 202128 janvier 2022, en ligne

Échéance des propositions : 13 septembre 2021

Cette série de journées d’études sera dévolue aux séries des années Reagan, englobant tour à tour teen dramas et autres school shows, séries familiales, soaps, polars, séries d’animation, séries surnaturelles ou de science-fiction. Ces études génériques s’accompagneront d’interventions généralistes portant sur l’esprit de l’époque reaganienne. Les journées se déroulement sur Zoom le 8 octobre 2021, le 10 décembre 2021 et le 28 janvier 2022.

Dans les faits comme dans l’imaginaire collectif, Reagan aura sans doute été, avec Roosevelt et Kennedy, le président le plus marquant du XXe siècle. Comme Kennedy, il a su utiliser les médias de masse pour se construire un personnage, un album d’images d’Epinal reprenant et resémantisant les stéréotypes du rêve américain ; en l’occurrence celui de l’Ouest américain et du vigilante. Roosevelt avait inauguré une nouvelle ère dans les années 1930 avec le New Deal établissant sur le sol américain un état-providence. Reagan, dont on oublie souvent qu’il avait commencé sa carrière comme Démocrate, s’employa justement à attaquer systématiquement ce welfare state en réduisant drastiquement les dépenses publiques et en remettant le marché aux commandes. Mais, à n’en pas douter, son entreprise fut encore davantage idéologique qu’économique comme en atteste clairement sa campagne de 1984, « It’s morning in America ». Rêvant d’en finir avec la contre-culture des années 1960 et 1970, de « nettoyer Berkeley » (« clean up the mess at Berkeley ») de ses contestataires (« communist sympathizers, protesters, and sex deviants ») et de redorer l’image des Etats-Unis ternie par le Vietnam et les impuissances de l’administration Carter, il est parvenu à discréditer l’idée même que l’État puisse intervenir dans l’économie pour aider les pauvres, réglementer la conduite des entreprises ou soutenir l’intérêt public. Insistant sur le fait que le gouvernement est la cause de tous les maux de la société (« government is not the solution to our problem, government is the problem »), le mot d’ordre est clair : « laissez le marché tranquille, et chacun s’en portera mieux ». De ce point de vue, le reaganisme, loin d’être seulement une parenthèse dans l’histoire du XXe siècle, continue de dominer le débat public, aux États-Unis et ailleurs. Pareillement, les fictions télévisées reaganiennes (qui excèdent de beaucoup la période 1981-1989) ont fixé les règles qui, pour beaucoup, régissent encore quantité de séries d’aujourd’hui, de Chicago Police Department à Blue Bloods (la famille de policiers-justiciers de celle-ci porte justement pour nom Reagan et l’on voit clairement au mur du bureau de Frank Reagan un portrait de Teddy Roosevelt, chef de la police de New York avant d’être président et modèle de Ronald Reagan à bien des égards).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Sérieganiennes. Les séries des années Reagan (1981-1989) (En ligne)

Appel à contributions : Cultures populaires et politique / Politics and Popular Cultures (La Rochelle Université)

Colloque « Cultures populaires et politique », du 9 au 11 mars 2022 

 La Rochelle Université

Échéance des propositions : 1er octobre 2021

La première partie du colloque « Cultures populaires et politique », qui a eu lieu en décembre 2019 à La Rochelle Université, cherchait à révéler, à questionner et à étudier les liens entre la politique et les cultures populaires. Il apparaissait en effet intéressant d’interroger ce champ de recherches encore peu étudié en France, croisant deux sphères parfois contradictoires et conflictuelles. Cette manifestation a été l’occasion de la fondation de l’association « Popular Culture Association of France » (PCAoF) et de la création de la revue affiliée Mobilis in Mobile qui présentera les textes issus de ce premier colloque prochainement. 

Pour cause de grève, la conférence n’ayant pu accueillir tous les intervenants initialement prévus, nous vous proposons de prolonger les réflexions alors entamées avec un deuxième colloque reprenant la même thématique. Cet événement est prévu à La Rochelle Université du 9 au 11 mars 2022.  

Si les cultures populaires se sont depuis longtemps emparées du thème de la politique, déclinant de nombreux supports d’expression comme le dessin humoristique, la chanson et les récits fictionnels, qui constituent de véritables miroirs déformants aptes à questionner les modes de gouvernance et le rôle du champ politique dans ses interactions avec d’autres pouvoirs – économiques, militaires et, bien entendu médiatiques avec le développement de la presse -, l’inverse est aussi vrai depuis bien longtemps. Walter Benjamin met ainsi en relation la politique et la culture de masse dans son ouvrage L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique (1955). Il y souligne les risques de la médiatisation de la politique dans les dictatures, notamment le fascisme et le nazisme, à travers le culte de l’image et la propagande, favorisés par les nouveaux médias de l’époque. Guy Debord, en 1967, prolonge cette critique dans La Société du spectacle. La perte de l’aura, de l’authenticité y devient totale : tout est désormais spectacle dans la société des mass media. Dans L’Homme unidimensionnel (1964), Herbert Marcuse renforce ce constat pessimiste de manipulation des masses dans les sociétés modernes par le truchement des médias de masse. Aucun régime n’y échappe selon lui : ni capitalisme, ni communisme…

Continuer la lecture de Appel à contributions : Cultures populaires et politique / Politics and Popular Cultures (La Rochelle Université)

Appel à contributions : Pouvoir(s), responsabilités et cas de conscience en science-fiction (Université de Reims)

Colloque Stella Incognita : « Pouvoir(s), responsabilités et cas de conscience en science-fiction »

6-7-8 avril 2022

Université de Reims Champagne-Ardenne

Échéance des propositions : 15 octobre 2021

Champ d’exploration de tous les possibles, technologiques, scientifiques, mais aussi sociétaux, politiques, écologiques et philosophiques, la science-fiction s’est dès son origine posé la question des pouvoirs et des responsabilités, ainsi que des cas de conscience provoqués par des décisions lourdes de conséquences.

Premier roman de proto SF, Frankenstein repense les rapports entre créateur et créature à l’aune des possibilités scientifiques. Le savant (fou ou éclairé ?) a-t-il le droit de donner naissance à la créature qu’il a le pouvoir de concevoir ? Doit-il la détruire quand il se rend compte des conséquences de son ambition démesurée, du défi qu’il a lancé aux lois naturelles et aux dieux ? Des monstres de H.G. Wells (le Dr Moreau) aux clones de la SF moderne (J.-M. Truong), en passant par les hybrides et les cyborgs (Homme-Plus, F. Pohl) aux hommes augmentés du post-humanisme (J. Varley), la question de la faisabilité est aussitôt doublée d’un questionnement moral et éthique, car ainsi que l’écrivait Rabelais, « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ».

Le pouvoir, qu’il soit réel ou provisoirement du domaine de l’imaginaire, met les héros des récits de SF devant un dilemme qui, schématiquement, revient à se poser la question du bien et du mal, face aux tentations que propose le côté obscur du pouvoir, qu’il soit politique (dérives totalitaires), religieux (endoctrinement), intime (rapport des genres, emprise, domination sexuelle), professionnel (organisation du travail, hiérarchie) ou scientifique (création de chimères mutantes, de fléaux biologiques, d’armes de destruction totale), les boîtes à outils des savants s’avérant autant de boîtes de Pandore, et les progrès technologiques source inépuisable de questionnement quant à leur bon usage (voir la série Black Mirror).

Continuer la lecture de Appel à contributions : Pouvoir(s), responsabilités et cas de conscience en science-fiction (Université de Reims)

Appel à contributions : Les représentations du crime organisé dans l’aire culturelle romane XIXe-XXIe s. (Cahiers d’Études Romanes)

« Les représentations du crime organisé dans l’aire culturelle romane (XIX/ XXIe) »

Cahiers d’Études Romanes, n°45, 2022

Échéance des propositions : 15 septembre 2021

Sous la direction d’Anne-Sophie Canto, Gerardo Iandoli, Claudio Milanesi (Aix Marseille Université, CAER)

Le crime organisé est un phénomène séculaire, international et particulièrement complexe et caractérisé de surcroît par son aspect protéiforme. Il évolue selon le contexte socio-économique des régions qu’il gangrène, selon les périodes et les latitudes : des campagnes siciliennes du XIXsiècle – berceau de Cosa Nostra – jusqu’à la prison de Tabauté au Brésil qui fait naître le Primeiro Comando da Capital en 1993, du Mexique des narcos à la Costa brava refuge des Vory v Zacone géorgiens, c’est une vaste géographie des organisations criminelles qui se dessine dans toute l’aire romane.

Les sources qui mentionnent le crime organisé, de même que celles qui en font un objet d’étude, sont aujourd’hui pléthoriques et variées. Du point de vue factuel, nous avons désormais accès à de nombreux comptes rendus d’enquêtes policières, judiciaires et journalistiques, ainsi qu’à des témoignages qui donnent la parole à des criminels repentis comme à des victimes. Parallèlement et à degrés variables, la fiction s’est mêlée à la réalité dans des récits littéraires, des films ou des séries et à des compositions musicales. Progressivement, l’ensemble de cet apport est venu à bout de l’aura de mystère qui planait sur des organisations autrefois perçues comme marginales et secrètes. Pourtant, le crime organisé continue d’occuper la scène artistique. En effet, ce thème demeure intrinsèquement lié à la profonde fascination que procure la perpétration du mal, à travers un mécanisme ambivalent d’attirance et de répulsion. Ainsi, le paradigme du mythe s’est diffusé à travers la littérature, la musique et les arts visuels qui n’ont cessé de représenter la figure criminelle pour l’ériger en modèle de l’anti-héros ou pour la condamner sèchement.

Continuer la lecture de Appel à contributions : Les représentations du crime organisé dans l’aire culturelle romane XIXe-XXIe s. (Cahiers d’Études Romanes)

Appel à contributions : Théories et littératures de l’imaginaire (revue Iris)

Appel à contributions réservé aux docteurs : « Théories et littératures de l’imaginaire », Iris, n° 42, 2022 (UGA Éditions).

Échéance des propositions : 7 septembre 2021

Pour sa section théorique « Mythodologies », le prochain numéro 42 de la revue Iris prévoit de réunir des analyses sur le concept d’imaginaire, ses définitions et ses méthodes, au croisement des théories de l’imaginaire et des littératures de l’imaginaire.

Le terme imaginaire peut être un adjectif ou un nom et il convoque de nombreuses acceptions. L’adjectif imaginaire signifie généralement « ce qui est produit par l’imagination, qui n’existe pas réellement ». Il implique parfois une connotation négative renvoyant à ce qui est faux. Le nom imaginaire comprend deux grandes significations. D’une manière générale, il renvoie à « ce qui relève du monde de l’imagination ». Dans les sciences humaines, il existe diverses déclinaisons définitoires, selon qu’on parle de philosophie, d’histoire culturelle, de psychanalyse, etc. Quoi qu’il en soit, l’imaginaire se comprend au niveau individuel ou collectif et l’on peut identifier une définition consensuelle en considérant l’imaginaire comme « une structure des représentations, des images créées par l’homme, qui sont en perpétuelle évolution, ce qui permet à l’être humain d’innover, de créer ». De quel imaginaire parle-t-on lorsque l’on évoque les littératures de l’imaginaire qui recouvrent d’ailleurs divers genres littéraires comme la science-fiction ou la fantasy ?

Continuer la lecture de Appel à contributions : Théories et littératures de l’imaginaire (revue Iris)

Parution : Capitalocène et plateformes. Hommage à Bernard Stiegler (études digitales n°9)

Études digitales, n°9, « Capitalocène et plateformes. Hommage à Bernard Stiegler », dir. Franck Cormerais et Jacques Athanase Gilbert, dir. adjoints Armen Khatchatourov et Daphné Vignon, 2021-1. 

La revue Études digitales défend une approche herméneutique, critique, rhétorique et poétique des technologies. Elle se veut résolument transdisciplinaire.

Sommaire